5 commentaires sur “Le martyrologe est de retour !

  1. ogueymichel dit :

    Un grand merci pour le martyrologe que vous avez publié. Sa lecture, qui nous précède dans le travail de la journée, nous permet de nous situer dans la grande nuée de toutes celles et ceux qui ont essayé de suivre l’exemple du Christ au quotidien jusqu’à la fin de leur vie, souvent au péril de celle-ci. L’exemple de Titus Brandsma (Branntsma), de l’Ordre des Carmes qui fut professeur de philosophie et d’histoire du mysticisme à l’Université catholique de Nimègue et qui déploya aussi une importante activité d’écrivain et de journaliste, multipliant les écrits contre le nazisme et l’antisémitisme, nous touche particulièrement en ce jour. Il fut arrêté et envoyé à Dachau où il rayonna l’amour du Christ envers tous, y compris ses bourreaux. On lui injecta une piqûre mortelle le 26 juillet 1942. Merci à vous tous, artisans fidèles de ce site pour ces informations précieuses et pour le partage de la même liturgie.

  2. ogueymichel dit :

    Dans nos vies humaines, nous sommes souvent tentés. Parmi les quatre tentations les plus fréquentes au commun des mortels, je vois le désir des richesses, une vie centrée sur nous-mêmes, le désir des honneurs et la perte de sens à notre vie (le nihilisme). Regardons comme le Christ nous interpelle par les quatre exemples extraits du martyrologe d’aujourd’hui (Martyrologe pour le Mercredi 29 août 2012) et comme il brandit le flambeau de la victoire pour brûler les liens qui nous attachent encore à nos idoles.
    Pour renoncer à la première tentation:
    «En Angleterre, à la fin du VIIe siècle, saint Sebbe, roi d’Essex. Homme très dévoué à Dieu, il préférait une vie simple à toutes les richesses et à tous les honneurs du royaume.»
    Pour fuir cette vie égocentrique :
    «Près de Rennes, en Bretagne, en 1879, la mort bienheureuse de Jeanne Jugan. Dès sa jeunesse, elle se mit au service des malades pauvres et fonda ensuite la congrégation des Petites Sœurs des Pauvres, répandue dans le monde entier.»
    Pour éviter le piège des honneurs humains :
    «Vers l’an 700, saint Merry. D’abord moine à Autun, sa ville natale, il la quitta pour échapper à la popularité dont il était l’objet et se fixa près de Paris à la chapelle de Saint-Pierre-des-Bois, qui prit plus tard son nom.»
    Pour mieux partager le trésor de notre foi et renoncer à la tentation du nihilisme :
    «En Éthiopie, au XIIIe siècle, saint Takla Haymanot. Prédicateur parcourant le pays et faisant nombre de conversions…»
    Ainsi parmi les tentations les plus fréquentes chez les êtres humains, quatre d’entre elles ont été vaincues par des Saints ou des Bienheureux dans le martyrologe de ce jour. Ces exemples forcent l’admiration. Ces saints sont capables de nous inspirer une vie plus proche de celle de Jésus-Christ. Merci à eux.
    Saint Sebbe, bienheureuse Jeanne Jugan, saint Merry et saint Takla Haymanot, priez pour nous.
    Merci à tous les artisans de ce site.

  3. ogueymichel dit :

    Texte précédent remanié et amélioré

    Quatre tentations vaincues par les exemples du martyrologe de ce jour.
    Interrogeons-nous sur ce que le monde nous fait miroiter par les médias, sur les idéologies que déploient certains artistes ou auteurs contemporains! Parmi les quatre tentations les plus fréquentes, je vois le désir des richesses, une vie centrée sur nous-mêmes, le désir des honneurs et la perte de sens à notre vie (le nihilisme). Regardons comme le Christ nous interpelle par quatre exemples extraits du martyrologe d’aujourd’hui (martyrologe pour le mercredi 29 août 2012) et comme il brandit le flambeau de la victoire pour brûler les liens qui nous attachent encore à nos idoles.
    Pour renoncer à la première tentation:
    «En Angleterre, à la fin du VIIe siècle, saint Sebbe, roi d’Essex. Homme très dévoué à Dieu, il préférait une vie simple à toutes les richesses et à tous les honneurs du royaume.»
    Pour fuir cette vie égocentrique :
    «Près de Rennes, en Bretagne, en 1879, la mort bienheureuse de Jeanne Jugan. Dès sa jeunesse, elle se mit au service des malades pauvres et fonda ensuite la congrégation des Petites Sœurs des Pauvres, répandue dans le monde entier.»
    Pour éviter le piège des honneurs humains :
    «Vers l’an 700, saint Merry. D’abord moine à Autun, sa ville natale, il la quitta pour échapper à la popularité dont il était l’objet et se fixa près de Paris à la chapelle de Saint-Pierre-des-Bois, qui prit plus tard son nom.»
    Pour mieux partager le trésor de notre foi et renoncer à la tentation du nihilisme :
    «En Éthiopie, au XIIIe siècle, saint Takla Haymanot. Prédicateur parcourant le pays et faisant nombre de conversions…»
    Ainsi, dans les exemples du martyrologe de ce jour, parmi les tentations les plus fréquentes chez les êtres humains, quatre d’entre elles ont été vaincues par des Saints ou des Bienheureux. Oui ces vies données forcent l’admiration. Ces saints nous inspirent une vie plus proche de Jésus-Christ. Merci à eux.
    Merci à tous les Saints et Bienheureux. Ils continuent de nous parler. Ils nous obtiennent par Jésus-Christ des victoires sur toutes nos tentations.
    Saint Sebbe, bienheureuse Jeanne Jugan, saint Merry et saint Takla Haymanot, Saint ………………………………, Sainte ……………………………. priez pour nous.
    Merci aux artisans de ce site qui chaque jour nous font découvrir ou redécouvrir par le martyrologe les exemples des Saints et des Bienheureux.

  4. Matthieu dit :

    Serait-ce possible que le martyrologe soit en décalage ? Saint Stanislas c’est le 11 avril, donc aujourd’hui, mais il est inscrit pour le 12 avril…

Laisser un commentaire