Evangile commenté du jeudi 7 décembre 2017 - St Ambroise, évêque et docteur de l'Église

Hebdomada I Adventus Ière semaine de l'Avent
Feria V Jeudi
S. Ambrosii, episcopi et Ecclesiae doctoris St Ambroise, évêque et docteur de l'Église
Memoria Mémoire
Evangelium Evangile
Luc (22,24-30) Luc (22,24-30)
In illo tempore: Facta est autem et conténtio inter eos, quis eórum viderétur esse maíor. Dixit autem Iesus eis: “Reges géntium dominántur eórum; et, qui potestátem habent super eos, benéfici vocántur. Vos autem non sic, sed qui maíor est in vobis, fiat sicut iúnior; et, qui praecéssor est, sicut ministrátor. Nam quis maíor est: qui recúmbit, an qui minístrat? Nonne qui recúmbit? Ego autem in médio vestrum sum, sicut qui minístrat. Vos autem estis, qui permansístis mecum in tentatiónibus meis; et ego dispóno vobis, sicut dispósuit mihi Pater meus regnum, ut edátis et bibátis super mensam meam in regno meo et sedeátis super thronos iudicántes duódecim tribus Israel. En ce temps là : Il s'éleva aussi parmi eux une contestation, pour savoir lequel d'entre eux devait être estimé le plus grand. Mais Jésus leur dit: Les rois des nations leur commandent en maîtres, et ceux qui ont l'autorité sur elles sont appelés leurs bienfaiteurs. Qu'il n'en soit pas ainsi de vous; mais que celui qui est le plus grand parmi vous devienne le plus petit; et celui qui gouverne, comme celui qui sert. Car lequel est le plus grand? celui qui est à table, ou celui qui sert? N'est-ce pas celui qui est à table? Moi, cependant, Je suis au milieu de vous comme celui qui sert. Vous, vous êtes demeurés avec Moi dans Mes tentations; et Moi, Je vous prépare le royaume, comme Mon Père Me l'a préparé, afin que vous mangiez et buviez à Ma table dans Mon royaume, et que vous soyez assis sur des trônes, jugeant les douze tribus d'Israël.
Verbum Domini. R/. Laus tibi, Christe.Parole du Seigneur. R/. Louange à Toi, ô Christ.


Commentaire par Dom Paul Delatte (1848-1937), osb, abbé de saint Pierre de Solesmes
Des commentateurs ont cru que saint Luc a placé ici, pour ne rien perdre des enseignements du Seigneur, un fait qui s'était passé à une époque antérieure, et que saint Matthieu (xx, 2428) et saint Marc (x, 41-45) ont seuls raconté plus haut : la contestation provoquée par la requête indiscrète des fils de Zébédée, sollicitant les deux premières places, après le Seigneur, au festin du Royaume des cieux. La circonstance d'un repas, ou, mieux encore, l'allusion précédente au banquet et au vin de la Pâques définitive, in regno Dei, aurait sollicité saint Luc à rapporter ici un épisode qui se termine par la formule : ut eatis et bibatis super mensam meam in regno meo. Mais nous pouvons admettre qu'une nouvelle discussion de rivalité s'est produite au cours même de la Cène ; la cérémonie du lavement des pieds et le commentaire qu'en donnera le Seigneur nous montreront qu'il restait au cœur des apôtres certaines fibres d'amour propre qu'il voulait détruire.
Une contestation s'éleva : Qui est le plus grand parmi nous ? se demandaient-ils. Est-ce Pierre ? est-ce Jean, placé tout près, super pectus Domini? La réponse du Seigneur est celle que nous connaissons déjà. Il ne nie pas l'existence d'une autorité spirituelle ; il ne suppose pas non plus que l'investiture vienne comme récompense de l'humilité ; mais il affirme que l'autorité spirituelle, à la différence de l'autorité civile et politique, est un engagement à la modestie et une servitude pour le bien des âmes. Les rois d'ici-bas, dit-il, traitent les nations en maîtres souverains, et ceux qui domment sur elles avec empire sont appelés, par flatterie, bienfaiteurs, sauveurs (c'était le titre donné à Auguste par les Juifs reconnaissants). Il n'en sera pas de même parmi vous : celui qui est le plus grand se considérera comme le plus petit, et celui qui gouverne et préside, comme étant au service de tous. La vraie noblesse, parmi vous, ne consistera point à rechercher des honneurs ni à exiger des services. Chez les hommes, qui est considéré comme le pIus grand ? celui qui est à table, ou celui qui sert ? n'est-ce pas celui qui est à table ? Dans mon Royaume, les rôles sont intervertis. Voyez : moi que vous reconnaissez pour votre Maître, je suis au milieu de vous comme le serviteur.