Evangile commenté du vendredi 12 janvier 2018 -

Hebdomada I per annum Ière semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
Evangelium Evangile
Marcus (2,1-12)
Post dies intrávit Iesus Caphárnaum, et audítum est quod in domo esset. Et convenérunt multi, ita ut non ámplius caperéntur neque ad iánuam, et loquebátur eis verbum. Et véniunt feréntes ad eum paralýticum, qui a quáttuor portabátur. Et cum non possent offérre eum illi prae turba, nudavérunt tectum, ubi erat, et perfodiéntes summíttunt grabátum, in quo paralýticus iacébat. Cum vidísset autem Iésus fidem illórum, ait paralýtico: “Fili, dimittúntur peccáta tua.” Erant autem illic quidam de scribis sedéntes et cogitántes in córdibus suis: “Quid hic sic lóquitur? Blasphémat! Quis potest dimíttere peccáta nisi solus Deus?” Quo statim cógnito Iésus spíritu suo quia sic cogitárent intra se, dicit illis: “Quid ista cogitátis in córdibus vestris? Quid est facílius, dícere paralýtico: ‘Dimittúntur peccáta tua’, an dícere: ‘Súrge et tolle grabátum tuum et ámbula’? Ut autem sciátis quia potestátem habet Fílius hóminis intérra dimitténdi peccáta – ait paralýtico - : Tibi dico: Surge, tolle grabátum tuum et vade in domum tuam.” Et surréxit et prótinus subláto grabáto ábiit coram ómnibus, ita ut admiraréntur omnes et glorificárent Deum dicéntes: “Númquam sic vídimus!” Quelques jours après, Jésus entra de nouveau dans Capharnaüm ; et on apprit qu’Il était dans une maison, et il s’y rassembla un si grand nombre de personnes, que l’espace même qui était devant la porte ne pouvait les contenir ; et il leur prêchait la parole. Alors quelques-uns vinrent, Lui amenant un paralytique, qui était porté par quatre hommes. Et comme ils ne pouvaient le Lui présenter à cause de la foule, ils découvrirent le toit de la maison où il était, et y ayant fait une ouverture, ils descendirent le grabat sur lequel le paralytique était couché. Jésus, ayant vu leur foi, dit au paralytique : Mon fils, tes péchés te sont remis. Or, il y avait là quelques scribes assis, qui pensaient dans leurs cœurs : Pourquoi cet homme parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui peut remettre les péchés, si ce n’est Dieu seul ? Jésus, connaissant aussitôt, par Son esprit, qu’ils pensaient ainsi en eux-mêmes, leur dit : Pourquoi avez-vous ces pensées dans vos cœurs ? Lequel est le plus aisé de dire au paralytique : Tes péchés te sont remis ; ou de dire : Lève-toi, prends ton grabat, et marche ? Or, afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de remettre les péchés (Il dit au paralytique) : Je te l’ordonne, lève-toi, prends ton grabat, et va dans ta maison. Et aussitôt il se leva, et ayant pris son grabat, il s’en alla en présence de tous, de sorte qu’ils furent tous dans l’admiration, et qu’ils rendaient gloire à Dieu, en disant : Jamais nous n’avons rien vu de semblable.
Verbum Domini. R/. Laus tibi, Christe.Parole du Seigneur. R/. Louange à Toi, ô Christ.


Commentaire par Dom Paul Delatte (1848-1937), osb, abbé de saint Pierre de Solesmes