Evangile commenté du lundi 3 décembre 2018 - St François-Xavier, prêtre

Hebdomada I Adventus Ière semaine de l'Avent
Feria II Lundi
S. Francisci Xavier, presbyteri St François-Xavier, prêtre
Memoria Mémoire
Evangelium Evangile
éditer éditer
Léctio sancti Evangélii secúndum Marcum (16,15-20)
In illo tempore: Apparens Iesus undecim dixit eis: “Eúntes in mundum univérsum praedicáte evangélium omni creatúrae. Qui credíderit et baptizátus fúerit, salvus erit; qui vero non credíderit, condemnábitur. Signa autem eos, qui credíderint, haec sequéntur: in nómine meo daemónia eícient, linguis loquéntur novis, serpéntes tollent, et, si mortíferum quid bíberint, non eos nocébit, super aegrótos manus impónent, et bene habébunt.” Et Dóminus quidem Iésus, postquam locútus est eis, assúmptus est in caelum et sedit a dextris Dei. Illi autem profécti praedicavérunt ubíque, Dómino cooperánte et sermónem confirmánte, sequéntibus signis. En ce temps là : Apparaissant aux onze, Jésus leur dit: Allez dans le monde entier, et prêchez l’Évangile à toute créature. Celui qui croira et qui sera baptisé, sera sauvé; mais celui qui ne croira pas sera condamné. Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en Mon nom, ils chasseront les démons, ils parleront des langues nouvelles, ils prendront les serpents, et s'ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera pas de mal; ils imposeront les mains sur les malades, et ils seront guéris. Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut élevé dans le Ciel, et Il est assis à la droite de Dieu. Et eux, étant partis, prêchèrent partout, le Seigneur coopérant avec eux, et confirmant leur parole par les miracles dont elle était accompagnée.
Verbum Domini. R/. Laus tibi, Christe.Parole du Seigneur. R/. Louange à Toi, ô Christ.

Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.
On a discuté, en ces derniers temps, l'authenticité de cette finale de saint Marc; mais il est sûr que l'Église regarde, avec l'antiquité chrétienne, les derniers versets de cet évangile comme inspirés et canoniques. Nous y trouvons une récapitulation rapide des apparitions où le Seigneur a démontré la réalité de sa Résurrection. Il se leva d'entre les morts, le premier jour après le sabbat, et apparut d'abord à Marie-Madeleine, de qui il avait chassé sept démons (Lc,viii, 2), Marie s'en alla porter la nouvelle à ceux qui avaient jusque-là suivi Jésus et qui étaient alors dans l'affliction et les larmes. Mais les disciples, entendant raconter qu'il vivait et qu'elle l'avait vu, ne crurent point. Après cela, le Seigneur se manifesta, sans être reconnu tout d'abord, à deux d'entre eux qui cheminaient et s'en allaient à la campagne ; ils revinrent l'annoncer aux autres, qui ne crurent pas davantage. Des doutes et des hésitations subsistèrent longtemps en effet dans l'esprit de plusieurs ; la présence même du Seigneur ne parvint pas aussitôt à les convaincre, comme l'a noté saint Luc (xxiv, 36-41). Enfin il apparut aux onze eux-mêmes, alors qu'ils étaient à table, et leur reprocha leur manque de foi et la dureté de leur cœur, parce qu'ils n'avaient pas cru au témoignage de ceux qui l'avaient vu ressuscité.
Ce qui suit se rapporte à une date ultérieure et vise la mission définitive confiée aux apôtres, sans doute en Galilée, comme saint Matthieu l'a précisé. Mais alors que le texte de saint Matthieu marque les devoirs des prédicateurs, celui de saint Marc souligne surtout les avantages des croyants : Allez dans le monde entier et prêchez l'évangile à toute créature. Celui qui croira et recevra le baptême sera sauvé ; mais celui qui ne croira pas sera condamné. Et voici les signes qui accompagneront et accréditeront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons, parleront des langues nouvelles, n'auront rien à craindre des serpents (Act., xxviii, 3-6; cf. Lc,x, 19); s'ils boivent quelque breuvage mortel, aucun mal n'en résultera pour eux; ils imposeront les mains aux malades et leur rendront la santé.
La formule de saint Marc, « après leur avoir parlé, » ne nous oblige pas à admettre que l'Ascension eut lieu immédiatement après ce discours ; d'autres enseignements encore sont recueillis par saint Luc, en son évangile, et au récit des Actes.
Récapitulons à notre tour les apparitions du Seigneur : à Notre-Dame ; à Marie-Madeleine ; aux saintes femmes ; à saint Pierre ; aux pèlerins d'Emmaüs ; aux dix apôtres ; aux Onze ; aux sept apôtres, sur le lac de Génézareth ; selon saint Paul, à plus de cinq cents frères ; à saint Jacques ; à tous les apôtres (faut-il prendre le terme apôtres au sens large, et identifier cette apparition avec celle de l'Ascension?) ; enfin, plus tard, à saint Paul : Novissime autem omnium, tamquam abortivo, visus est et mihi. En dehors de ces douze manifestations, y en eut-il d'autres ? Ce n'est nullement invraisemblable. Jésus, dit l'historien des Actes, se montra vivant aux apôtres par des indices, des preuves nombreuses, leur apparaissant durant quarante jours et les entretenant du Royaume de Dieu.