Evangile commenté du mardi 26 mars 2019 -

Hebdomada III Quadragesimae IIIème semaine de Carême
Feria III Mardi
Evangelium Evangile
Léctio sancti Evangéiii secúndum Matthǽum (18,21-35)
In illo tempore: Accédens Petrus dixit Iesu: “Dómine, quótiens peccábit in me frater meus, et dimíttam ei? Usque sépties?” Dicit illi Iésus: “Non dico tibi usque sépties sed usque septuágies sépties. Ídeo assimilátum est regnum caelórum hómini regi, qui vóluit ratiónem pónere cum servis suis. Et cum coepísset ratiónem pónere, oblátus est ei unus, qui debébat decem mília talénta. Cum autem non habéret, unde rédderet, iússit eum dóminus venúmdari et uxórem et fílios et ómnia, quae habébat, et reddi. Prócidens ígitur servus ille adorábat eum dicens: ‘Patiéntiam habe in me, et ómnia reddam tibi.’ Misértus autem dóminus servi illíus dimísit eum et débitum dimísit ei. Egréssus autem servus ille invénit unum de consérvis suis, qui debébat ei centum denários, et tenens suffocábat eum dicens: ‘Rédde, quod debes!’ Prócidens ígitur consérvus eíus rogábat eum dicens: ‘Patiéntiam habe in me, et reddam tibi.’ Ille autem nóluit, sed ábiit et misit eum in cárcerem, donec rédderet débitum. Vidéntes autem consérvi eíus, quae fiébant, contristáti sunt valde et venérunt et narravérunt dómino suo ómnia, quae facta erant. Tunc vocávit illum dóminus suus et ait illi: ‘Sérve nequam, omne débitum illud dimísi tibi, quóniam rogásti me; non opórtuit et te miseréri consérvi tui, sicut et ego tui misértus sum?’ Et irátus dóminus eíus trádidit eum tortóribus, quoadúsque rédderet univérsum débitum. Sic et Pater meus caeléstis fáciet vobis, si non remiséritis unusquísque fratri suo de córdibus vestris.” En ce temps là : Pierre, S'approchant, dit à Jésus : Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère, lorsqu'il aura péché contre moi? Sera-ce jusqu'à sept fois? Jésus lui dit: Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à soixante-dix fois sept fois. C'est pourquoi le royaume des Cieux a été comparé à un roi, qui voulut faire rendre leurs comptes à ses serviteurs. Et lorsqu'il eut commencé à faire rendre compte, on lui en présenta un qui lui devait dix mille talents. Mais, comme il n'avait pas de quoi les rendre, son maître ordonna qu'on le vendit, lui, sa femme et ses enfants, et tout ce qu'il avait, pour acquitter la dette. Ce serviteur, se jetant à ses pieds, le priait, en disant: Ayez patience envers moi, et je vous rendrai tout. Touché de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit sa dette. Mais ce serviteur, étant sorti, trouva un de ses compagnons qui lui devait cent deniers, et le saisissant, il l'étouffait en disant: Rends-moi ce que tu me dois. Et son compagnon, se jetant à ses pieds, le priait, en disant: Aie patience envers moi, et je te rendrai tout. Mais il ne voulut pas; et il s'en alla, et le fit mettre en prison, jusqu'à ce qu'il lui rendît ce qu'il devait. Les autres serviteurs, ayant vu ce qui était arrivé, en furent vivement attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s'était passé. Alors son maître le fit appeler, et lui dit: Méchant serviteur, je t'ai remis toute ta dette, parce que tu m'en avais prié; ne fallait-il donc pas avoir pitié, toi aussi, de ton compagnon, comme j'avais eu pitié de toi? Et son maître, irrité, le livra aux bourreaux, jusqu'à ce qu'il payât tout ce qu'il devait. C'est ainsi que Mon Père céleste vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son coeur.
Verbum Domini. R/. Laus tibi, Christe.Parole du Seigneur. R/. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.
Commentaire par Dom Paul Delatte (1848-1937), osb, abbé de saint Pierre de Solesmes