Evangile commenté du jeudi 19 septembre 2019 - de la férie

Hebdomada XXIV per annum XXIVème semaine dans l'année
Feria V Jeudi
Evangelium Evangile
Luc (7,36-50)
In illo tempore: Rogábat autem illum quidam de pharisǽis, ut manducáret cum illo; et ingréssus domum pharisǽi discúbuit. Et ecce múlier, quae erat in civitáte peccátrix, ut cognóvit quod accúbuit in domo pharisǽi, áttulit alabástrum unguénti; et stans retro secus pedes eíus flens lácrimis coepit rigáre pedes eíus et capíllis cápitis sui tergébat, et osculabátur pedes eíus et unguénto ungébat. Videns autem pharisǽus, qui vocáverat eum, ait intra se dicens: “Hic si esset prophéta, sciret útique quae et qualis múlier, quae tangit eum, quia peccátrix est.” Et respóndens Iésus dixit ad illum: “Simon, hábeo tibi áliquid dícere.” At ille ait: “Magíster, dic.” “Duo debitóres erant cuídam feneratóri: unus debébat denários quingéntos, álius quinquagínta. Non habéntibus illis, unde rédderent, donávit utrísque. Quis ergo eórum plus díliget eum?” Respóndens Simon dixit: “Ǽstimo quia is, cui plus donávit.” At ille dixit ei: “Récte iudicásti.” Et convérsus ad mulíerem, dixit Simóni: “Vides hanc mulíerem? Intrávi in domum tuam: aquam pédibus meis non dedísti; haec autem lácrimis rigávit pedes meos et capíllis suis tersit. Ósculum mihi non dedísti; haec autem, ex quo intrávi, non cessávit osculári pedes meos. Óleo caput meum non unxísti; haec autem unguénto unxit pedes meos. Propter quod dico tibi: Remíssa sunt peccáta eíus multa, quóniam diléxit multum; cui autem minus dimíttitur, minus díligit.” Dixit autem ad illam: “Remíssa sunt peccáta tua.” Et coepérunt, qui simul accumbébant, dícere intra se: “Quis est hic, qui étiam peccáta dimíttit?” Dixit autem ad mulíerem: “Fides tua te salvam fecit; vade in pace!” En ce temps là, un Pharisien invitant Jésus à manger avec lui, il entra dans la maison du Pharisien et se mit à table. Et voici qu'une femme qui, sans la ville, était pécheresse, ayant appris qu'il était à table dans la maison du Pharisien, apporta un vase d'albâtre (plein) de parfum; et se tenant par derrière, près de ses pieds, tout en pleurs, elle se mit à arroser ses pieds de ses larmes, et elle essuyait avec les cheveux de sa tête et embrassait ses pieds, et elle les oignait de parfum. A cette vue, le Pharisien qui l'avait invité se dit en lui-même : " S'il était prophète, il saurait qui et de quelle espèce est la femme qui le touche, que c'est une pécheresse. " Et prenant la parole, Jésus lui dit : " Simon, j'ai quelque chose à te dire. " Et lui : " Maître, parlez," dit-il. " Un créancier avait deux débiteurs : l'un devait cinq cents deniers et l'autre cinquante. Comme ils n'avaient pas de quoi rendre, il fit remise à tous les deux. Lequel donc d'entre eux l'aimera davantage? " Simon répondit : " Celui, je pense, auquel il a remis le plus. " Il lui dit : " Tu as bien jugé. " Et, se tournant vers la femme, il dit à Simon : " Vois-tu cette femme,? Je suis entré dans ta maison, et tu n'as pas versé d'eau sur mes pieds; mais elle, elle a arrosé mes pieds de (ses) larmes et les a essuyés avec ses cheveux. Tu ne m'as point donné de baiser; mais elle, depuis que je suis entré, elle ne cessait pas d'embrasser mes pieds. Tu n'as pas oint ma tête d'huile; mais elle, elle a oint mes pieds de parfum. C'est pourquoi, je te le dis, ses nombreux péchés lui sont pardonnés, parce qu'elle a beaucoup aimé; mais celui à qui l'on pardonne peu, aime peu. "Et à elle, il dit : " Tes péchés sont pardonnés. "Et les convives se mirent à se dire en eux-mêmes : " Qui est celui-ci qui même pardonne les péchés? " Et il dit à la femme : " Ta foi t'a sauvée, va en paix. ".
Verbum Domini. R/. Laus tibi, Christe.Parole du Seigneur. R/. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.
Commentaire par Dom Paul Delatte (1848-1937), osb, abbé de saint Pierre de Solesmes