Evangile commenté du dimanche 22 mars 2020

Hebdomada IV Quadragesimae IVème semaine de Carême
Dominica Dimanche
Dominica IV Quadragesimae IVème dimanche de Carême
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Ioánnem (9,1-41)
In illo tempore: praetériens vidit Iesus hóminem caecum a nativitáte. Et intérro gavérunt eum discípuli sui dicéntes: "Rábbi, quis peccávit, hic aut paréntes eíus, ut caecus nascerétur?" Respóndit Iésus: "Néque hic peccávit neque paréntes eíus, sed ut manifesténtur ópera Dei in illo. Nos opórtet operári ópera eíus, qui misit me, donec dies est; venit nox, quando nemo potest operári. Quámdiu in mundo sum, lux sum mundi." Haec cum dixísset, éxspuit in terram et fecit lutum ex sputo et linívit lutum super óculos eíus et dixit ei: "Váde, lava in natatória Síloae!" – quod interpretátur Missus –. Ábiit ergo et lavit et venit videns. Ítaque vicíni et, qui vidébant eum prius quia mendícus erat, dicébant: "Nónne hic est, qui sedébat et mendicábat?"; álii dicébant: "Hic est!"; álii dicébant: "Nequáquam, sed símilis est eíus!" Ille dicébat: "Ego sum!" Dicébant ergo ei: "Quómodo ígitur apérti sunt óculi tibi?" Respóndit ille: "Hómo, qui dícitur Iésus, lutum fecit et unxit óculos meos et dixit mihi: ‘Váde ad Síloam et lava!’ Ábii ergo et lavi et vidi." Et dixérunt ei: "Ubi est ille?" Ait: "Néscio." Addúcunt eum ad pharisǽos, qui caecus fúerat. Erat autem sábbatum, in qua die lutum fecit Iésus et apéruit óculos eíus. Íterum ergo interrogábant et eum pharisǽi quómodo vidísset. Ille autem dixit eis: "Lútum pósuit super óculos meos, et lavi et vídeo." Dicébant ergo ex pharisǽis quidam: "Non est hic homo a Deo, quia sábbatum non custódit!"; álii autem dicébant: "Quómodo potest homo peccátor haec signa fácere?" Et schisma erat in eis. Dicunt ergo caeco íterum: "Tu quid dicis de eo quia apéruit óculos tuos?" Ille autem dixit: "Prophéta est!" Non credidérunt ergo Iudǽi de illo quia caecus fuísset et vidísset, donec vocavérunt paréntes eíus, qui víderat. Et interrogavérunt eos dicéntes: "Hic est fílius vester, quem vos dícitis quia caecus natus est? Quómodo ergo nunc videt?" Respondérunt ergo paréntes eíus et dixérunt: "Scimus quia hic est fílius noster et quia caecus natus est. Quómodo autem nunc vídeat nescímus, aut quis eíus apéruit óculos nos nescímus; ipsum interrogáte. Aetátem habet; ipse de se loquétur!" Haec dixérunt paréntes eíus, quia timébant Iudǽos; iam enim conspiráverant Iudǽi, ut, si quis eum confiterétur Christum, extra synagógam fíeret. Proptérea paréntes eíus dixérunt: "Aetátem habet; ipsum interrogáte!" Vocavérunt ergo rursum hóminem, qui fúerat caecus, et dixérunt ei: "Da glóriam Deo! Nos scimus quia hic homo peccátor est." Respóndit ergo ille: "Si peccátor est néscio; unum scio quia, caecus cum essem, modo vídeo." Dixérunt ergo illi: "Quid fecit tibi? Quómodo apéruit óculos tuos?" Respóndit eis: "Díxi vobis iam, et non audístis; quid íterum vultis audíre? Numquid et vos vultis discípuli eíus fíeri?” Et maledixérunt ei et dixérunt: "Tu discípulus illíus es, nos autem Móysis discípuli sumus. Nos scimus quia Móysi locútus est Deus; hunc autem nescímus unde sit." Respóndit homo et dixit eis: "In hoc enim mirábile est, quia vos nescítis unde sit, et apéruit meos óculos! Scimus quia peccatóres Deus non audit; sed, si quis Dei cultor est et voluntátem eíus facit, hunc exáudit. A sǽculo non est audítum quia apéruit quis óculos caeci nati; nisi esset hic a Deo, non póterat fácere quidquam." Respondérunt et dixérunt ei: "In peccátis tu natus es totus et tu doces nos?" Et eiecérunt eum foras. Audívit Iésus quia eiecérunt eum foras et, cum invenísset eum, dixit ei: "Tu credis in Fílium hóminis?" Respóndit ille et dixit: "Et quis est, Dómine, ut credam in eum?" Dixit ei Iésus: "Et vidísti eum; et, qui lóquitur tecum, ipse est." At ille ait: "Credo, Dómine!"; et adorávit eum. Et dixit Iésus: "In iudícium ego in hunc mundum veni, ut, qui non vident, vídeant, et, qui vident, caeci fiant." Audiérunt haec ex pharisǽis, qui cum ipso erant, et dixérunt ei: "Númquid et nos caeci sumus?" Dixit eis Iésus: "Si caeci essétis, non haberétis peccátum. Nunc vero dícitis: ‘Vidémus!’; peccátum vestrum manet." En ce temps là : Jésus, en passant, vit un homme aveugle de naissance. Et Ses disciples Lui demandèrent : Maître, qui a péché, cet homme ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle ? Jésus répondit : Ni lui n’a péché, ni ses parents ; mais c’est afin que les œuvres de Dieu soient manifestées en lui. Il faut que J’accomplisse les œuvres de Celui qui M’a envoyé, pendant qu’il est jour ; la nuit vient, pendant laquelle personne ne peut travailler. Tant que Je suis dans le monde, Je suis la lumière du monde. Après avoir dit cela, Il cracha à terre, et fit de la boue avec Sa salive ; puis Il oignit de cette boue les yeux de l’aveugle. Et Il lui dit : Va, lave-toi dans la piscine de Siloé (nom qui signifie Envoyé). Il y alla donc, se lava, et revint voyant (clair). De sorte que ses voisins, et ceux qui l’avaient vu auparavant mendier, disaient : N’est-ce pas là celui qui était assis, et qui mendiait ? Les uns disaient : C’est lui. Et d’autres : Nullement, mais c’est quelqu’un qui lui ressemble. Mais lui, il disait : C’est moi. Ils lui dirent donc : Comment tes yeux ont-ils été ouverts ? Il répondit : Cet homme qu’on appelle Jésus a fait de la boue, et en a oint mes yeux, puis Il m’a dit : Va à la piscine de Siloé, et lave-toi. J’y suis allé, et je me suis lavé, et je vois. Ils lui dirent : Où est-Il ? Il répondit : Je ne sais pas. Ils amenèrent aux pharisiens celui qui avait été aveugle. Or c’était un jour de sabbat que Jésus avait fait de la boue et lui avait ouvert les yeux. Les pharisiens lui demandèrent donc aussi comment il avait recouvré la vue. Et il leur dit : Il m’a mis de la boue sur les yeux, et je me suis lavé, et je vois. Là-dessus, quelques-uns des pharisiens disaient : Cet homme ne vient pas de Dieu, puisqu’il n’observe pas le sabbat. Mais d’autres disaient : Comment un homme pécheur pourrait-il faire de tels miracles ? Et il y avait division entre eux. Ils dirent donc de nouveau à l’aveugle : Toi, que dis-tu de Celui qui t’a ouvert les yeux ? Il répondit : C’est un prophète. Mais les Juifs ne crurent pas qu’il eût été aveugle, et qu’il eût recouvré la vue, jusqu’à ce qu’ils eussent fait venir ses parents. Et ils les interrogèrent, en disant : Est-ce là votre fils, que vous dites être né aveugle ? Comment donc voit-il maintenant ? Les parents répondirent, en disant : Nous savons que c’est notre fils, et qu’il est né aveugle ; mais comment voit-il maintenant ? nous ne le savons pas ; ou qui lui a ouvert les yeux ? nous l’ignorons. Interrogez-le, il a l’âge ; qu’il parle pour lui-même. Ses parents dirent cela, parce qu’ils craignaient les Juifs ; car les Juifs étaient déjà convenus ensemble que, si quelqu’un reconnaissait Jésus pour le Christ, il serait chassé de la synagogue. C’est pour cela que ses parents dirent : Il a l’âge ; interrogez-le lui-même. Ils appelèrent donc une seconde fois l’homme qui avait été aveugle, et ils lui dirent : Rends gloire à Dieu ; nous savons que cet homme est un pécheur. Il leur dit : Si c’est un pécheur, je ne sais ; je sais une chose, c’est que j’étais aveugle, et que maintenant je vois. Ils lui dirent donc : Que t’a-t-il fait ? comment t’a-t-il ouvert les yeux ? Il leur répondit : Je vous l’ai déjà dit, et vous l’avez entendu ; pourquoi voulez-vous l’entendre de nouveau ? Est-ce que, vous aussi, vous voulez devenir Ses disciples ? Alors ils l’accablèrent d’injures, et dirent : Toi, sois Son disciple ; nous, nous sommes disciples de Moïse. Nous savons que Dieu a parlé à Moïse ; mais Celui-ci, nous ne savons d’où Il est. Cet homme leur répondit, et dit : C’est ceci qui est étonnant, que vous ne sachiez pas d’où Il est, et qu’Il m’ait ouvert les yeux. Or nous savons que Dieu n’exauce pas les pécheurs ; mais si quelqu’un honore Dieu et fait Sa volonté, c’est celui-là qu’Il exauce. Jamais on n’a entendu dire que quelqu’un ait ouvert les yeux d’un aveugle-né. Si cet homme ne venait pas de Dieu, il ne pourrait rien faire. Ils lui répondirent : Tu es né tout entier dans le péché, et tu veux nous enseigner ? Et ils le jetèrent dehors. Jésus apprit qu’ils l’avaient jeté dehors ; et l’ayant rencontré, Il lui dit : Crois-tu au Fils de Dieu ? Il Lui répondit, et dit : Qui est-il, Seigneur, afin que je croie en Lui ? Et Jésus lui dit : Tu l’as vu, et Celui qui Te parle, c’est Lui. Il répondit : Je crois, Seigneur. Et se prosternant, il L’adora. Alors Jésus dit : C’est pour un jugement que Je suis venu dans ce monde, afin que ceux qui ne voient pas voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles. Quelques pharisiens, qui étaient avec lui, l’entendirent et lui dirent : Est-ce que nous sommes aveugles, nous aussi ? Jésus leur dit : Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché ; mais maintenant vous dites : Nous voyons ; c’est pour cela que votre péché demeure.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.
Commentaire par Dom Paul Delatte (1848-1937), osb, abbé de saint Pierre de Solesmes
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word