Evangile commenté du dimanche 29 mars 2020

Hebdomada V Quadragesimae Vème semaine de Carême
Dominica Dimanche
Dominica V Quadragesimae Vème dimanche de Carême
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum loánnem (11,1-45)
In illo témpore: Erat quidam languens Lázarus a Bethánia, de castéllo Maríæ et Marthæ soróris eíus. María autem erat, quæ unxit Dóminum unguénto et extérsit pedes eíus capíllis suis, cuíus frater Lázarus infirmabátur. Misérunt ergo soróres ad eum dicéntes: “Dómine, ecce, quem amas, infirmátur.” Áudiens autem Iésus dixit: “Infírmitas hæc non est ad mortem sed pro glória Dei, ut glorificétur Fílius Dei per eam.” Diligébat autem Iésus Martham et sorórem eíus et Lázarum. Ut ergo audívit quia infirmabátur, tunc quidem mansit in loco, in quo erat, duóbus diébus; deínde post hoc dicit discípulis: “Eámus in Iudǽam íterum.” Dicunt ei discípuli: “Rábbi, nunc quærébant te Iudǽi lapidáre, et íterum vadis illuc?” Respóndit Iésus: “Nónne duódecim horae sunt diéi? Si quis ambuláverit in die, non offéndit, quia lucem huíus mundi videt; si quis autem ambuláverit in nocte, offéndit, quia lux non est in eo.” Haec ait et post hoc dicit eis: “Lazárus amícus noster dormit, sed vado, ut a somno exsúscitem eum.” Dixérunt ergo ei discípuli: “Dómine, si dormit, salvus erit.” Díxerat autem Iésus de morte eíus, illi autem putavérunt quia de dormitióne somni díceret. Tunc ergo dixit eis Iésus maniféste: “Lazárus mórtuus est, et gáudeo propter vos, ut credátis, quóniam non eram ibi; sed eámus ad eum.” Dixit ergo Thomas, qui dícitur Dídymus, ad condiscípulos: “Eámus et nos, ut moriámur cum eo!” Venit ítaque Iésus et invénit eum quáttuor dies iam in monuménto habéntem. Erat autem Bethánia iúxta Hierosólymam quasi stádiis quíndecim. Multi autem ex Iudǽis vénerant ad Martham et Maríam, ut consolaréntur eas de fratre. Martha ergo ut audívit quia Iésus venit, occúrrit illi; María autem domi sedébat. Dixit ergo Martha ad Iésum: “Dómine, si fuísses hic, frater meus non esset mórtuus! Sed et nunc scio quia, quaecúmque popósceris a Deo, dabit tibi Deus.” Dicit illi Iésus: “Resúrget frater tuus.” Dicit ei Martha: “Scio quia resúrget in resurrectióne in novíssimo die.” Dixit ei Iésus: “Ego sum resurréctio et vita. Qui credit in me, etsi mórtuus fúerit, vivet; et omnis, qui vivit et credit in me, non moriétur in aetérnum. Credis hoc?” Ait illi: “Utíque, Dómine; ego crédidi quia tu es Christus Fílius Dei, qui in mundum venísti.” Et cum hæc dixísset, ábiit et vocávit Maríam sorórem suam siléntio dicens: “Magíster adest et vocat te.” Illa autem ut audívit, surréxit cito et venit ad eum; nondum enim vénerat Iésus in castéllum, sed erat adhuc in illo loco, ubi occúrrerat ei Martha. Iudǽi ígitur, qui erant cum ea in domo et consolabántur eam, cum vidíssent Maríam quia cito surréxit et éxiit, secúti sunt eam putántes: “Vádit ad monuméntum, ut ploret ibi.” María ergo, cum venísset ubi erat Iésus, videns eum cécidit ad pedes eíus dicens ei: “Dómine, si fuísses hic, non esset mórtuus frater meus!” Iésus ergo, ut vidit eam plorántem et Iudǽos, qui vénerant cum ea, plorántes, frémuit spíritu et turbávit seípsum et dixit: “Ubi posuístis eum?” Dicunt ei: “Dómine, veni et vide.” Lacrimátus est Iésus. Dicébant ergo Iudǽi: “Ecce quómodo amábat eum!” Quidam autem dixérunt ex ipsis: “Non póterat hic, qui apéruit óculos caeci, fácere, ut et hic non morerétur?” Iésus ergo rursum fremens in semetípso, venit ad monuméntum; erat autem spelúnca, et lapis superpósitus erat ei. Ait Iésus: “Tóllite lápidem!” Dicit ei Martha, soror eíus, qui mórtuus fúerat: “Dómine, iam foetet; quatriduánus enim est!” Dicit ei Iésus: “Nónne dixi tibi quóniam, si credíderis, vidébis glóriam Dei?” Tulérunt ergo lápidem. Iésus autem, elevátis sursum óculis, dixit: “Páter, grátias ago tibi quóniam audísti me. Ego autem sciébam quia semper me audis, sed propter pópulum, qui circúmstat, dixi, ut credant quia tu me misísti.” Et haec cum dixísset, voce magna clamávit: “Lazáre, veni foras!” Pródiit, qui fúerat mórtuus, ligátus pedes et manus ínstitis; et fácies illíus sudário erat ligáta. Dicit Iésus eis: “Sólvite eum et sínite eum abíre.” Multi ergo ex Iudǽis, qui vénerant ad Maríam et víderant, quae fecit, credidérunt in eum; En ce temps là : Il y avait un homme malade, Lazare, de Béthanie, le bourg de Marie et de Marthe, sa soeur. Marie était celle qui oignit le Seigneur de parfum, et qui Lui essuya les pieds avec ses cheveux; Lazare, qui était malade, était son frère. Ses soeurs envoyèrent donc dire à Jésus: Seigneur, voici que celui que Tu aimais est malade. Entendant cela, Jésus leur dit: Cette maladie n'est point à la mort; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle. Or Jésus aimait Marthe, et Marie sa soeur, et Lazare. Ayant donc appris qu'il était malade, Il resta cependant deux jours encore dans le même lieu. Il dit ensuite à Ses disciples: Retournons en Judée. Ses disciples Lui dirent: Maître, les Juifs cherchaient récemment à Te lapider, et Tu retournes là? Jésus répondit: Le jour n'a-t-il pas douze heures? Si quelqu'un marche pendant le jour, il ne se heurte point, parce qu'il voit la lumière de ce monde; mais, s'il marche pendant la nuit, il se heurte, parce qu'il n'a pas de lumière en lui. Après ces paroles, Il leur dit: Lazare, notre ami, dort; mais Je vais le réveiller. Ses disciples Lui dirent donc: Seigneur, s'il dort, il sera sauvé. Or Jésus avait parlé de sa mort; mais ils crurent qu'Il parlait de l'assoupissement du sommeil. Jésus leur dit donc alors clairement: Lazare est mort ; et Je Me réjouis, à cause de vous, de ce que Je n'étais pas là, afin que vous croyiez. Mais allons auprès de lui. Thomas, appelé Didyme, dit alors aux autres disciples: Allons-y, nous aussi, et mourons avec Lui. Jésus vint donc, et Il trouva que Lazare était déjà depuis quatre jours dans le tombeau. Or Béthanie était près de Jérusalem, à environ quinze stades. Beaucoup de Juifs étaient venus auprès de Marthe et de Marie, pour les consoler au sujet de leur frére. Dès que Marthe eut appris que Jésus venait, elle alla au-devant de Lui; mais Marie était assise dans la maison. Marthe dit donc à Jésus: Seigneur, si Tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais je sais que, maintenant encore, tout ce que Tu demanderas à Dieu, Dieu Te l'accordera. Jésus lui dit: Ton frère ressuscitera. Marthe lui dit: Je sais qu'il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour. Jésus lui dit: Je suis la résurrection et la vie; celui qui croit en Moi, quand même il serait mort, vivra, et quiconque vit et croit en Moi, ne mourra jamais. Crois-tu cela? Elle lui dit: Oui, Seigneur, je crois que Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant, qui es venu dans ce monde. Lorsqu'elle eut dit ces choses, elle s'en alla, et appela Marie, sa soeur, à voix basse, en disant: Le Maître est là, et Il te demande. Dès que Marie eut entendu, elle se leva aussitôt, et alla auprès de Lui. Car Jésus n'était pas encore entré dans le bourg; mais Il était encore dans le lieu où Marthe L'avait rencontré. Cependant, les Juifs qui étaient avec Marie dans la maison, et qui la consolaient, l'ayant vue se lever promptement et sortir, la suivirent, en disant: Elle va au sépulcre, pour y pleurer. Lorsque Marie fut venue là où était Jésus, Le voyant, elle tomba à Ses pieds, et Lui dit: Seigneur, si Tu avais été ici, mon frère ne serait pas mort. Jésus, lorsqu'Il la vit pleurer, et qu'Il vit les Juifs qui étaient venus avec elle pleurer aussi, frémit en Son esprit, et Se troubla Lui-même. Et Il dit: Où l'avez-vous mis? Ils Lui dirent: Seigneur, viens et vois. Et Jésus pleura. Les Juifs dirent donc: Voyez comme Il l'aimait. Mais quelques-uns d'entre eux dirent: Lui qui a ouvert les yeux de l'aveugle-né, ne pouvait-Il pas faire que celui-ci ne mourût point ? Jésus, frémissant donc de nouveau en Lui-même, vint au sépulcre. C'était une grotte, et une pierre était placée par-dessus. Jésus dit: Otez la pierre. Marthe, la soeur du mort, Lui dit: Seigneur, il sent déjà mauvais; car il y a quatre jours qu'il est là. Jésus lui dit: Ne t'ai-Je pas dit que, si tu crois, tu verras la gloire de Dieu? Ils enlevèrent donc la pierre. Et Jésus, levant les yeux en haut, dit: Père, Je Te rends grâces de ce que Tu M'as écouté. Pour Moi, Je savais que Tu M'écoutes toujours; mais Je parle ainsi à cause du peuple qui M'entoure, afin qu'ils croient que c'est Toi qui M'as envoyé. Ayant dit cela, Il cria d'une voix forte: Lazare, viens dehors. Et aussitôt le mort sortit, ayant les pieds et les mains liés de bandes, et le visage enveloppé d'un suaire. Jésus leur dit: Déliez-le, et laissez-le aller. Beaucoup donc d'entre les Juifs, qui étaient venus auprès de Marie et de Marthe, et qui avaient vu ce qu'avait fait Jésus, crurent en Lui.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.
Commentaire par Dom Paul Delatte (1848-1937), osb, abbé de saint Pierre de Solesmes
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word