Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Martyrologe du vendredi 13 avril 2018

Martyrologe
Le 13 avril
1. Mémoire de saint Martin Ier, pape et martyr. En un temps difficile, il condamna dans un Concile au Latran l’hérésie des partisans d’une volonté unique dans le Christ ; sur l’ordre de l’empereur Constant II, l’exarque Calliope donna l’assaut à la basilique du Latran et arracha le pape de son siège. Le pontife fut conduit à Constantinople, où il fut gardé étroitement au secret en prison, enfin relégué en Chersonèse, où, après deux ans environ, en 656, il vit la fin de ses tribulations pour la défense de la foi catholique.
2. À Pergame en Asie, au IIe siècle, les saints martyrs Carpe, évêque de Thyatire, Papyle, diacre, sa sœur Agathonique, et beaucoup d’autres, qui reçurent la couronne du martyre pour avoir généreusement confessé le Christ.
3. À Ravenne en Flaminie, l’an 398, saint Ours, évêque, qui déplaça de Classis dans la ville le siège épiscopal, fit le jour de Pâques la dédicace de la cathédrale sous le titre de l’Anastasis, et le même jour de Pâques d’une autre année, passa lui-même à la gloire du Christ ressuscité.
4. À Tarragone en Espagne, l’an 586, saint Herménégilde, martyr. Fils du roi arien des Wisigoths Léovigild, il fut converti à la foi catholique par l’évêque saint Léandre, et ne se laissa fléchir ni par les faveurs ni par les menaces de son père, qui, irrité, le priva du règne et le fit enfermer dans une étroite prison. Au moment des fêtes pascales, ayant refusé de recevoir la communion des mains d’un évêque arien, il fut frappé à mort d’un coup de hache, sur l’ordre de son père.
5*. Au monastère de La Capelle près de Wast, au pays de Boulogne, en 1113, la bienheureuse Ida. Veuve du comte de Boulogne Eustache, elle s’illustra par sa libéralité envers les pauvres et son zèle pour la beauté de la maison de Dieu.
6*. À Ménévie au pays de Galles, en 1124, saint Caradoc, prêtre et ermite. Joueur de harpe à la cour du roi Rhys, il abandonna ce prince quand il vit qu’il aimait mieux les chiens que les hommes, et il apprit de l’abbé Teila à servir Dieu.
7*. Au monastère cistercien de La Ramée dans le Brabant, vers 1260, la bienheureuse Ida, vierge, qui souffrit beaucoup de la part de son père, avant de pouvoir entrer dans la vie religieuse, où, par l’austérité de sa vie, elle imita dans son corps le Christ souffrant.
8*. Au monastère de Font Avellane en Ombrie, l’an 1294, le bienheureux Albertin, ermite et prieur d’une communauté d’ermites, qui préféra aux honneurs la solitude, et s’employa à réconcilier des cités qui se battaient entre elles.
9*. À Città di Castello, également en Ombrie, l’an 1320, la bienheureuse Marguerite, vierge, Sœur de la Pénitence de Saint-Dominique. Née aveugle, naine et difforme, abandonnée par ses parents, elle garda toute sa vie un cœur confiant dans le nom de Jésus.
10*. À Rochester en Angleterre, l’an 1590, les bienheureux François Dickenson et Milon Gérard, prêtres et martyrs. Du collège anglais de Reims, ils rentrèrent dans leur patrie pour y exercer en cachette leur ministère sacerdotal ; pour ce motif, ils furent condamnés à mort, sous la reine Élisabeth Ière, par pendaison et autres supplices habituels.
11*. À York, également en Angleterre, l’an 1642, les bienheureux Jean Lockwood et Édouard Catherick, prêtres et martyrs, sous le roi Charles Ier. Le premier, âgé de quatre-vingt-sept ans, qui avait déjà échappé deux fois à la peine capitale, fut derechef condamné à mort en raison de son sacerdoce. Il voulut précéder à la potence son compagnon plus jeune et troublé, pour lui communiquer le courage du martyre.
12*. À l’île de la Réunion, en 1867, le bienheureux Scubilion (Jean-Bernard Rousseau), frère des Écoles chrétiennes, qui, sans relâche, instruisit les enfants et apporta secours aux pauvres et espérance aux esclaves.
13. À Totoclan, dans la région de Guadalajara au Mexique, en 1927, saint Sabas Rayes, prêtre et martyr, qui durant la persécution en ce pays, fut arrêté après avoir célébré un baptême, puis torturé et fusillé dans le cimetière.
**        En Italie, en 1822, le bienheureux Serafino Morazzone, prêtre (béatifié le 26 juin 2011 par Benoît XVI)
**        En Italie, en 1945, le bienheureux Rolando Rivi, martyr tué, alors qu’il avait 14 ans, par haine de sa foi,   (beatifié 5 octobre 2013 par le pape François)

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Invitatoire du vendredi 13 avril 2018

Hebdomada II Paschae IIème semaine de Pâques
Feria III Mardi
Ad Invitatorium
Ad Invitatorium
A la liturgie lue :
Ante Officium quod a solo persolvitur, dici potest sequens oratio:Avant l'office récité seul, on peut dire la prière suivante :
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum tuum; munda cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus; intelléctum illúmina, afféctum inflámma, ut digne, atténte ac devóte hoc Offícium recitáre váleam, et exaudíri mérear ante conspéctum divínæ maiestátis tuæ. Per Christum Dóminum nostrum. Amen.Ouvre mes lèvres, Seigneur, afin qu’elles bénissent Ton saint Nom, purifie aussi mon cœur de toute pensée vaine, mauvaise, étrangère. Éclaire mon intelligence, enflamme mon amour, afin que je puisse réciter cet office avec respect, attention et dévotion, et mériter d’être exaucé en présence de Ta divine majesté. Par le Christ notre Seigneur. Amen.
℣. Dómine, lábia mea apéries. ℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.℣. Seigneur, ouvre mes lèvres. ℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Psalmus 94 (95)Psaume 94 (95)
Invitatio ad laudem DeiInvitation à la louange de Dieu
Adhortamini vosmetipsos per singulos dies, donec illud «hodie» vocatur (Hebr 3, 13).Exhortez-vous mutuellement chaque jour, tant que vaut cet « aujourd'hui ».
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Veníte, exsultémus Dómino; iubilémus Deo salutári nostro. Præoccupémus fáciem eius in confessióne et in psalmis iubilémus ei.Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut. Accourons devant Sa face dans l'action de grâce, dans des psaumes, jubilons pour Lui.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Quóniam Deus magnus Dóminus et rex magnus super omnes deos. Quia in manu eius sunt profúnda terræ, et altitúdines móntium ipsíus sunt. Quóniam ipsíus est mare, et ipse fecit illud, et siccam manus eius formavérunt. Parce que le Seigneur est le grand Dieu ; le grand Roi au-dessus de tous les dieux. Car dans Sa main sont les profondeurs de la terre, et que les hauteurs des montagnes sont à Lui. Parce qu'à Lui est la mer, et que c'est Lui-même qui l'a faite, et que Ses mains ont formé le continent.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Veníte, adorémus et procidámus et génua flectámus ante Dóminum, qui fecit nos, quia ipse est Deus noster, et nos pópulus páscuæ eius et oves manus eius. Venez, adorons, prosternons - nous devant Dieu, et fléchissons les genoux devant le Seigneur qui nous a faits, parce que Lui-même est notre Dieu, et que nous sommes Son peuple et les brebis de Sa main.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Utinam hódie vocem eius audiátis: «Nolíte obduráre corda vestra, sicut in Meríba secúndum diem Massa in desérto, ubi tentavérunt me patres vestri: probavérunt me, etsi vidérunt ópera mea. Si seulement aujourd'hui, vous entendiez Sa voix, n'endurcissez pas vos coeurs, comme à Mériba, comme au jour de Massa dans le désert, où Me tentèrent vos pères ; ils M'éprouvèrent, alors qu'ils avaient vu Mes oeuvres.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Quadragínta annis tæduit me generatiónis illíus, et dixi: Pópulus errántium corde sunt isti. Et ipsi non cognovérunt vias meas; ídeo iurávi in ira mea: Non introíbunt in réquiem meam». Pendant quarante ans, J'ai été le dégoût de cette génération et J'ai dit : ils sont un peuple errant de coeur ; et eux, ils n'ont point connu Mes voies : c'est pourquoi Je leur ai juré dans Ma colère, ils n'entreront pas dans Mon repos.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.

Si le psaume 94 est récité pendant la liturgie de ce jour, à une des heures suivantes, on peut prendre un autre psaume comme invitatoire, au choix :
vel:ou :
Psalmus 99 (100)Psaume 99 (100)
Gaudium in templum ingredientiumJoie de l’entrée dans le temple
Redemptos iubet Dominus victoriæ carmen canere (S. Athanasius). Le Seigneur invite les rachetés à entonner un chant de victoire (S. Athanase).
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Iubiláte Dómino, omnis terra, * servíte Dómino in lætítia; introíte in conspéctu eius * in exsultatióne. Acclamez Dieu, toute la terre; servez le Seigneur avec joie. Entrez en Sa présence * avec allégresse.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Scitóte quóniam Dóminus ipse est Deus;  ipse fecit nos, et ipsíus sumus, * pópulus eius et oves páscuæ eius. Sachez que c'est le Seigneur qui est Dieu; c'est Lui qui nous a faits, et non pas nous-mêmes. Nous sommes Son peuple, et les brebis de Son pâturage.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Introíte portas eius in confessióne,  átria eius in hymnis, * confitémini illi, benedícite nómini eius. Franchissez Ses portes avec des louanges, Ses parvis en chantant des hymnes; célébrez-le, bénissez Son nom.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Quóniam suávis est Dóminus;  in ætérnum misericórdia eius, * et usque in generatiónem et generatiónem véritas eius. car le Seigneur est suave; Sa miséricorde est éternelle, * et Sa vérité demeure de génération en génération.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
vel:ou :
Psalmus 66 (67)Psaume 66 (67)
Omnes gentes Domino confiteanturToutes les nations rendront gloire au Seigneur
Notum sit vobis quoniam gentibus missum est hoc salutare Dei (Act 28, 28).Sachez que le salut de Dieu a été envoyé aux gentils (Act 28, 28).
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Deus misereátur nostri et benedícat nobis; * illúminet vultum suum super nos, ut cognoscátur in terra via tua, * in ómnibus géntibus salutáre tuum. Que Dieu nous soit favorable et qu'Il nous bénisse; qu'Il illumine sur nous Son visage, afin que l'on connaisse sur la terre Ta voie, et parmi toutes les nations Ton salut.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Læténtur et exsúltent gentes,  quóniam iúdicas pópulos in æquitáte * et gentes in terra dírigis. Que les peuples Te louent, ô Dieu ; que les peuples Te louent tous. Que les nations se réjouissent, qu'elles soient dans l'allégresse ; car Tu juges les peuples avec droiture, et Tu conduis les nations sur la terre.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Terra dedit fructum suum; * benedícat nos Deus, Deus noster, benedícat nos Deus, * et métuant eum omnes fines terræ. Que les peuples Te louent, ô Dieu, que les peuples Te louent tous. La terre a donné son fruit ; que nous bénisse Dieu, notre Dieu, que Dieu nous bénisse, et que toutes les extrémités de la terre Le révèrent.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
vel:ou :
Psalmus 23 (24)Psaume 23 (24)
Domini in templum adventusAvènement de Dieu dans le Temple
Christo apertæ sunt portæ cæli propter carnalem eius assumptionem (S. Irenæus).Les portes du ciel se sont ouvertes au Christ parce qu’il a pris la nature humaine. (S. Irénée)
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Dómini est terra et plenitúdo eius, * orbis terrárum et qui hábitant in eo. Quia ipse super mária fundávit eum * et super flúmina firmávit eum. Au Seigneur est la terre et tout ce qu'elle renferme, le monde et tous ceux qui l'habitent. Car c'est Lui qui l'a fondé sur les mers, et qui l'a établi sur les fleuves.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Quis ascéndet in montem Dómini, * aut quis stabit in loco sancto eius? Innocens mánibus et mundo corde,  qui non levávit ad vana ánimam suam, * nec iurávit in dolum. Hic accípiet benedictiónem a Dómino * et iustificatiónem a Deo salutári suo. Hæc est generátio quæréntium eum, * quæréntium fáciem Dei Iacob. Qui montera sur la montagne du Seigneur, ou qui se tiendra dans Son lieu saint ? Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur, qui n'a pas livré son âme à la vanité, ni fait à son prochain un serment trompeur. Celui-là recevra la bénédiction du Seigneur, et la miséricorde de Dieu, son Sauveur. Telle est la race de ceux qui Le cherchent, de ceux qui cherchent la face du Dieu de Jacob.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus fortis et potens, Dóminus potens in prœlio. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Qui est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur fort et puissant, le Seigneur puissant dans les combats.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus virtútum ipse est rex glóriæ. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Quel est ce roi de gloire ? Le Seigneur des armées est Lui-même ce roi de gloire.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Surréxit Dóminus vere, allelúia.Ant. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
Psalmus cum sua antiphona, pro opportunitate, omitti potest quando Invitatorium Laudibus matutinis præponendum est. Le psaume [invitatoire] avec son antienne, si c'est opportun, peut être omis lorsque l'invitatoire précède immédiatement les Laudes du matin.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vigiles (OSB) du vendredi 13 avril 2018


Avertissement : l'affichage de cet office est encore incomplet. Il manque des traductions et seul le psautier est renseigné. Le propre du temps et des saints n'est pas encore entièrement disponible. Aidez-nous pour les traductions, merci.
Hebdomada II Paschae IIème semaine de Pâques
Feria VI Vendredi
Ad Vigilas
Ad Vigilias
Ter dicitur: On dit trois fois :
℣. Dómine, lábia mea apéries.
℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres.
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Sequens psalmus dicitur quotidie et anteponitur psalmo 94, si Vigiliæ incipiunt ab invitatorio. Le psaume suivant se dit chaque jour avant le psaume 94 si les Vigiles commencent par l'invitatoire.
Psalmus 3 Psaume 3
Dominus protector meus Le Seigneur est mon protecteur
Dormivit et somnum cepit et resurrexit, quoniam Dominus suscepit eum (S. Irenæus). Il S'est couché et Il S'est endormi, et Il est ressuscité car le Seigneur L'a soutenu.
Dómine, quid multiplicáti sunt, qui tríbulant me? * Multi insúrgunt advérsum me, Seigneur, pourquoi ceux qui me persécutent se sont-ils multipliés? Une multitude s'élève contre moi.
multi dicunt ánimæ meæ: * «Non est salus ipsi in Deo». Beaucoup disent à mon âme: Il n'y a pas de salut pour elle dans son Dieu.
Tu autem, Dómine, protéctor meus es, * glória mea et exáltans caput meum. Mais Toi, Seigneur, Tu es mon protecteur et ma gloire, et Tu me relèves la tête.
Voce mea ad Dóminum clamávi, * et exaudívit me de monte sancto suo. De ma voix j'ai crié vers le Seigneur, et Il m'a exaucé du haut de Sa montagne sainte.
Ego obdormívi et soporátus sum, * exsurréxi, quia Dóminus suscépit me. Je me suis endormi, et j'ai été assoupi; et je me suis levé, parce que le Seigneur a été mon soutien.
Non timébo mília pópuli circumdántis me. * Exsúrge, Dómine, salvum me fac, Deus meus; Je ne craindrai point les milliers d'hommes du peuple qui m'environnent. Lève-Toi, Seigneur; sauve-moi, mon Dieu.
quóniam tu percussísti in maxíllam omnes adversántes mihi, * dentes peccatórum contrivísti. Car Tu as frappé tous ceux qui s'opposaient à moi sans raison; Tu as brisé les dents des pécheurs.
Dómini est salus, * et super pópulum tuum benedíctio tua. Le salut vient du Seigneur; et c'est Toi qui bénis Ton peuple.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
IN I NOCTURNO AU Ier NOCTURNE
Ant. 1 Inclína Dómine, * aurem tuam mihi, et exáudi verba mea.Ant. 1 Incline, Seigneur, Ton oreille vers moi, et exauce mes demandes.
Psalmus 85 (86) Psaume 85 (86)
Pauperis in rebus adversis oratio Prière des pauvres face à l'adversaire
Benedictus Deus, qui consolatur nos in omni tribulatione nostra (2 Cor 1, 3. 4). Béni soit Dieu qui nous console dans toutes nos tribulations (2 Cor 1, 3. 4).
Inclína, Dómine, aurem tuam et exáudi me, * quóniam inops et pauper sum ego. Incline Ton oreille, Seigneur, et exauce-moi, car je suis indigent et pauvre.
Custódi ánimam meam, quóniam sanctus sum; * salvum fac servum tuum, Deus meus, sperántem in te. Garde mon âme, car je suis pieux ; sauve Ton serviteur, ô mon Dieu, il met sa confiance en Toi.
Miserére mei, Dómine,* quóniam ad te clamávi tota die. Aie pitié de moi, Seigneur, parce que vers Toi j'ai crié tout le jour.
Lætífica ánimam servi tui, * quóniam ad te, Dómine, ánimam meam levávi. Réjouis l'âme de Ton serviteur, car vers Toi Seigneur, j'ai élevé mon âme.
Quóniam tu, Dómine, suávis et mitis * et multæ misericórdiæ ómnibus invocántibus te. Car Tu es bon, Seigneur, et clément, et plein de compassion pour tous ceux qui T'invoquent.
Auribus pércipe, Dómine, oratiónem meam* et inténde voci deprecatiónis meæ. Prête l'oreille, Seigneur, à ma prière, et sois attentif à la voix de mes supplications.
In die tribulatiónis meæ clamávi ad te, * quia exáudies me. Je T'invoque au jour de ma détresse, et Tu m'exauceras.
Non est símilis tui in diis, Dómine, * et nihil sicut ópera tua. Nul ne T'égale parmi les dieux, Seigneur, rien ne ressemble à Tes œuvres.
Omnes gentes, quascúmque fecísti, vénient † et adorábunt coram te, Dómine, * et glorificábunt nomen tuum, Toutes les nations que Tu as faites viendront se prosterner devant Toi, Seigneur, et rendre gloire à Ton nom,
quóniam magnus es tu et fáciens mirabília: * tu es Deus solus. car Tu es grand et Tu opères des prodiges : Toi seul, Tu es Dieu.
Doce me, Dómine, viam tuam, * et ingrédiar in veritáte tua; Enseigne-moi tes voies, Seigneur ; je veux marcher dans Ta fidélité ;
simplex fac cor meum, * ut tímeat nomen tuum. rends mon cœur simple, pour qu'il craigne Ton nom.
Confitébor tibi, Dómine Deus meus, in toto corde meo * et glorificábo nomen tuum in ætérnum, Je Te louerai de tout mon cœur, Seigneur, mon Dieu et je glorifierai Ton nom pour l'éternité.
quia misericórdia tua magna est super me, * et eruísti ánimam meam ex inférno inferióri. Car Ta miséricorde est grande envers moi, Tu as tiré mon âme du fond de l'enfer.
Deus, supérbi insurrexérunt super me, † et synagóga poténtium quæsiérunt ánimam meam, * et non proposuérunt te in conspéctu suo. O Dieu, des orgueilleux se sont insurgés contre moi, et l'assemblée des puissants a cherché mon âme, et ils ne T'ont pas placé devant leur regard.
Et tu, Dómine, Deus miserátor et miséricors * pátiens et multæ misericórdiæ et veritátis, Mais Toi, Seigneur, Tu es un Dieu miséricordieux et compatissant, patient, de grande miséricorde et vérité.
réspice in me et miserére mei; † da fortitúdinem tuam púero tuo * et salvum fac fílium ancíllæ tuæ. Tourne vers moi Tes regards et aie pitié de moi ; donne Ta force à Ton serviteur, et sauve le fils de Ta servante.
Fac mecum signum in bonum, † ut vídeant, qui odérunt me, et confundántur, * quóniam tu, Dómine, adiuvísti me et consolátus es me.. Signale Ta bonté envers moi, que mes ennemis le voient et soient confondus, car c'est Toi, le Seigneur, qui m'assistes et me consoles.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 86 (87) Psaume 86 (87)
Ierusalem omnium gentium mater Jérusalem, mère de toute nation
Illa quæ sursum est Ierusalem, libera est, quæ est mater nostra (Gal 4, 26). La Jérusalem d'en-haut est libre, et c'est elle notre mère (Gal 4,26)
Fundaménta eius in móntibus sanctis; † díligit Dóminus portas Sion * super ómnia tabernácula Iacob. II l'a fondée sur les saintes montagnes ! Le Seigneur aime les portes de Sion, plus que toutes les demeures de Jacob.
Gloriósa dicta sunt de te, * cívitas Dei! Des choses glorieuses ont été dites sur toi, cité de Dieu !
Memor ero Rahab et Babylónis inter sciéntes me; ecce Philistæa et Tyrus cum Æthiópia: * hi nati sunt illic. Je nommerai Rahab et Babylone parmi ceux qui me connaissent ; voici les Philistins, et Tyr, avec l'Ethiopie : c'est là qu'ils sont nés.
Et de Sion dicétur: «Hic et ille natus est in ea; * et ipse firmávit eam Altíssimus». Et l'on dira de Sion :« Celui-ci et celui-là y est né ; c'est lui, le Très-Haut, qui l'a fondée ».
Dóminus réferet in librum populórum: * «Hi nati sunt illic». Le Seigneur inscrira au rôle des peuples : « Celui-ci est né là ».
Et cantant sicut choros ducéntes: * «Omnes fontes mei in te». Et chanteurs et musiciens disent : « Toutes mes sources sont en toi ».
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Inclína Dómine, * aurem tuam mihi, et exáudi verba mea.Ant. Incline, Seigneur, Ton oreille vers moi, et exauce mes demandes.
Ant. 2 Benedictus * Dóminus in ætérnum.Ant. 2 Béni soir le Seigneur dans l'éternité.
Psalmus 88 (89), 2-38 Psaume 88 (89), 2-38
Misericordiæ Domini super domum David Les misericordes du seigneur sur la maison de David.
Deus ex semine David secundum promissionem eduxit Salvatorem Iesum (Act 13, 22. 23).
I
Misericórdias Dómini in ætérnum cantábo, * in generatiónem et generatiónem annuntiábo veritátem tuam in ore meo.
Quóniam dixísti: «In ætérnum misericórdia ædificábitur», * in cælis firmábitur véritas tua.
«Dispósui testaméntum elécto meo, * iurávi David servo meo:
Usque in ætérnum confirmábo semen tuum * et ædificábo in generatiónem et generatiónem sedem tuam».
Confitebúntur cæli mirabília tua, Dómine, * étenim veritátem tuam in ecclésia sanctórum.
Quóniam quis in núbibus æquábitur Dómino, * símilis erit Dómino in fíliis Dei?
Deus, metuéndus in consílio sanctórum, * magnus et terríbilis super omnes, qui in circúitu eius sunt.
Dómine Deus virtútum, quis símilis tibi? * Potens es, Dómine, et véritas tua in circúitu tuo.
Tu domináris supérbiæ maris, * elatiónes flúctuum eius tu mítigas.
Tu conculcásti sicut vulnerátum Rahab, * in bráchio virtútis tuæ dispersísti inimícos tuos.
Tui sunt cæli, et tua est terra, * orbem terræ et plenitúdinem eius tu fundásti.
Aquilónem et austrum tu creásti, * Thabor et Hermon in nómine tuo exsultábunt.
Tibi bráchium cum poténtia; * firma est manus tua, et exaltáta déxtera tua.
Iustítia et iudícium firmaméntum sedis tuæ. * Misericórdia et véritas præcédent fáciem tuam.
Beátus pópulus, qui scit iubilatiónem. * Dómine, in lúmine vultus tui ambulábunt
et in nómine tuo exsultábunt tota die * et in iustítia tua exaltabúntur,
quóniam decor virtútis eórum tu es, * et in beneplácito tuo exaltábitur cornu nostrum.
Quia Dómini est scutum nostrum, * et Sancti Israel rex noster.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
II
Tunc locútus es in visióne sanctis tuis et dixísti: «Pósui adiutórium in poténte * et exaltávi eléctum de plebe.
Invéni David servum meum; * óleo sancto meo unxi eum.
Manus enim mea firma erit cum eo, * et bráchium meum confortábit eum.
Nihil profíciet inimícus in eo, * et fílius iniquitátis non ópprimet eum.
Et concídam a fácie ipsíus inimícos eius * et odiéntes eum percútiam.
Et véritas mea et misericórdia mea cum ipso, * et in nómine meo exaltábitur cornu eius.
Et ponam super mare manum eius * et super flúmina déxteram eius.
Ipse invocábit me: “Pater meus es tu, * Deus meus et refúgium salútis meæ”.
Et ego primogénitum ponam illum, * excélsum præ régibus terræ.
In ætérnum servábo illi misericórdiam meam * et testaméntum meum fidéle ipsi.
Et ponam in sæculum sæculi semen eius * et thronum eius sicut dies cæli.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Benedictus * Dóminus in ætérnum.Ant. Béni soir le Seigneur dans l'éternité.
Ant. 3 Exaltáre * qui iúdicas terram.Ant. 3 Lève-Toi, juge de la terre.
Psalmus 92 (93) Psaume 92 (93)
Magnificentia Domini creatoris Magnificence du Seigneur créateur
Regnavit Dominus, Deus noster omnipotens. Gaudeamus et exsultemus et demus gloriam ei (Ap 19, 6. 7). Il règne, le Seigneur notre Dieu, le Tout-Puissant. Réjouissons-nous, tressaillons d'allégresse et rendons-Lui gloire (Ap 19, 6. 7).
Dóminus regnávit! Decórem indútus est; * indútus est Dóminus, fortitúdine præcínxit se. Le Seigneur a régné, et a été revêtu de gloire ; le Seigneur a été revêtu et S'est ceint de force.
Etenim firmávit orbem terræ, * qui non commovébitur. Car Il a affermi le globe de la terre, qui ne sera point ébranlé.
Firmáta sedes tua ex tunc, * a sæculo tu es. Ton trône, ô Dieu, est établi depuis longtemps; Tu es de toute éternité.
Elevavérunt flúmina, Dómine, † elevavérunt flúmina vocem suam, * elevavérunt flúmina fragórem suum. Les fleuves, Seigneur, ont élevé, les fleuves ont élevé leur voix. Les fleuves ont élevé leurs flots,
Super voces aquárum multárum, † super poténtes elatiónes maris, * potens in altis Dóminus. Les soulèvements de la mer sont admirables; plus admirable est le Seigneur dans les hauteurs des cieux. plus retentissants que la voix des grandes eaux.
Testimónia tua credibília facta sunt nimis; * domum tuam decet sanctitúdo, Dómine, in longitúdinem diérum. Tes témoignages sont tout à fait dignes de créance. La sainteté convient à Ta maison, Seigneur, dans toute la durée des jours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 93 (94) Psaume 93 (94)
Dominus iustorum ultor Le Seigneur venge les justes
Vindex est Dominus de his omnibus: ...non enim vocavit nos Deus in immunditia, sed in sanctificatione (Cf. 1 Th 4, 6-7). Le Seigneur tire vengeance de tout cela ; car Dieu ne nous a pas appelés à l'’impureté, mais à la sanctification. (Cf. 1 Th 4, 6-7).
Deus ultiónum, Dómine, * Deus ultiónum, effúlge. Dieu des vengeances, le Seigneur, Dieu des vengeances, parais.
Exaltáre, qui iúdicas terram, * redde retributiónem supérbis. Lève-Toi, juge de la terre, rends aux superbes selon leurs œoeuvres.
Usquequo peccatóres, Dómine, * úsquequo peccatóres exsultábunt? Jusques à quand les méchants, le Seigneur, jusques à quand les pêcheurs triompheront-ils ?
Effabúntur et loquéntur protérva, * gloriabúntur omnes,  qui operántur iniquitátem. Ils se répandent en discours arrogants, ils se glorifient, tous ces artisans d'iniquité.
Pópulum tuum, Dómine, humíliant * et hereditátem tuam vexant. Seigneur, ils écrasent Ton peuple, ils oppriment Ton héritage.
Víduam et ádvenam interfíciunt * et pupíllos occídunt. Ils égorgent la veuve et l'étranger, ils massacrent les orphelins.
Et dixérunt: «Non vidébit Dóminus, * nec intélleget Deus Iacob» . Et ils disent : « le Seigneur ne regarde pas, le Dieu de Jacob ne fait pas attention ».
Intellégite, insipiéntes in pópulo, * et, stulti, quando sapiétis? Comprenez donc, stupides enfants du peuple, insensés, quand aurez-vous l'intelligence ?
Qui plantávit aurem, non áudiet, * aut qui finxit óculum, non respíciet? Celui qui a planté l'oreille n'entendrait-Il pas, et celui qui a formé l'iil ne verrait-il pas ?
Qui córripit gentes, non árguet, * qui docet hóminem sciéntiam? Celui qui châtie les nations ne punirait-Il pas, Celui qui enseigne la connaissance aux hommes ?
Dóminus scit cogitatiónes hóminum * quóniam vanæ sunt. Le Seigneur connaît les pensées des hommes, Il sait qu'elles sont vaines.
Beátus homo, quem tu erudíeris, Dómine, * et de lege tua docúeris eum, Heureux l'homme que Tu instruis, Seigneur, et à qui Tu donnes l'enseignement de Ta loi,
ut mítiges ei a diébus malis, * donec fodiátur peccatóri fóvea. pour l'apaiser aux jours du malheur, jusqu'à ce que la fosse soit creusée pour le pêcheur.
Quia non repéllet Dóminus plebem suam *  et hereditátem suam non derelínquet. Car le Seigneur ne rejettera pas Son peuple, et Il n'abandonnera pas Son héritage.
Quia ad iustítiam revertétur iudícium, * et sequéntur illam omnes, qui recto sunt corde. mais le jugement redeviendra conforme à la justice, et tous les hommes au coeœur droit y applaudiront.
Quis consúrget mihi advérsus malignántes, * aut quis stabit mecum  advérsus operántes iniquitátem? Qui se lèvera pour moi contre les méchants et qui me soutiendra contre ceux qui font l'iniquité ?
Nisi quia Dóminus adiúvit me, * paulo minus habitásset in loco siléntii ánima mea. Si le Seigneur n'était pas mon secours, mon âme habiterait bientôt le séjour du silence.
Si dicébam: «Motus est pes meus» ,* misericórdia tua, Dómine, sustentábat me. Quand je dis : Mon pied chancelle, Ta bonté, le Seigneur, me soutient.
In multitúdine sollicitúdinum meárum  in corde meo, * consolatiónes tuæ lætificavérunt ánimam meam. Quand les angoisses s'agitent en foule dans ma pensée, Tes consolations réjouissent mon âme.
Numquid sociábitur tibi sedes iniquitátis, * quæ fingit moléstiam contra præcéptum? A-t-il rien de commun avec Toi le tribunal de perdition, qui fait le mal dans les formes légales ?
Irruunt in ánimam iusti * et sánguinem innocéntem condémnant. Ils s'empressent contre la vie du juste, et ils condamnent le sang innocent.
Et factus est mihi Dóminus in præsídium * et Deus meus in rupem refúgii mei; Mais le Seigneur est ma forteresse, mon Dieu est le rocher où je m'abrite;
et reddet illis iniquitátem ipsórum,  † et in malítia eórum dispérdet eos, * dispérdet illos Dóminus Deus noster. et Il fera retomber sur eux leur iniquité, Il les exterminera par leur propre malice, Il les exterminera, le Seigneur, notre Dieu.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Exaltáre * qui iúdicas terram.Ant. Lève-Toi, juge de la terre.
℣. Fili mi, custódi sermónes meos.
℟. Serva mandáta mea et vives.
℣. Mon fils, garde mes enseignements.
℟. observe mes commandements et tu vivras.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
A cunctis vítiis et peccátis absólvat nos virtus Santæ Trinitátis. ℟. Amen.
Lectio brevis (Sap 1,6-7)
Spíritus díligens hóminem est sápientia, et non absólvet malédictum a lábiis suis, quóniam renum illíus testis est Deus et cordis illíus scrutátor verus et linguæ eius audítor ; quóniam spíritus Dómini replévit orbem terrárum, et ipse qui cóntinet ómnia, sciéntiam habet vocis.
℟. Misericórdias tuas, Dómine, * in ætérnum cantábo. ℣. In generatióne et progénie. ℣. Glória Patri, et Fílio, et Spíritui Sancto. ℟. Je chanterai Tes miséricordes, Seigneur, * dans l'éternité. ℣. De génération en descendance. ℣. Gloire au Père, et au Fils, et au Saint Esprit.
 Vel:  Ou :
Lectio biblica cum ℟.
In primo nocturno, anno II ) Premier nocturne, année II)
Lectio Lecture
De Actibus Apostolórum 7, 17-43 Du livre des Actes des Apôtres
Stéphanus ait: «Cum appropinquáret tempus repromissiónis quam conféssus erat Deus Abrahæ, crevit pópulus et multiplicátus est in Ægýpto, quoadúsque surréxit rex álius super Ægýpto qui non sciébat Ioseph. Hic circumvéniens genus nostrum, afflíxit patres ut expónerent infántes suos, ne vivi servaréntur. Eódem témpore natus est Móyses et erat formósus coram Deo; qui nutrítus est tribus ménsibus in domo patris. Expósito autem illo, sústulit eum fília pharaónis et enutrívit eum sibi in fílium; et erudítus est Móyses in omni sapiéntia Ægyptiórum et erat potens in verbis et in opéribus suis. Cum autem implerétur ei quadragínta annórum tempus, ascéndit in cor eius, ut visitáret fratres suos fílios Israel. Et cum vidísset quendam iniúriam patiéntem, vindicávit et fecit ultiónem ei qui opprimebátur, percússo Ægýptio. Existimábat autem intellégere fratres quóniam Deus per manum ipsíus daret salútem illis, at illi non intellexérunt. Atque sequénti die appáruit illis litigántibus et reconciliábat eos in pacem dicens: "Viri, fratres estis; ut quid nocétis altérutrum?" Qui autem iniúriam faciébat próximo, réppulit eum dicens:Quis te constítuit príncipem et iúdicem super nos? Numquid interfícere me tu vis, quemádmodum interfecísti heri Ægýptium? Fugit autem Móyses propter verbum istud et factus est ádvena in terra Mádian, ubi generávit fílios duos.» Étienne disait: « Comme approchait le temps où devait s'accomplir la promesse que Dieu avait faite solennellement à Abraham, le peuple s'accrut et se multiplia en Égypte, jusqu'à l'avènement d'un nouveau roi qui ne se souvint pas de Joseph. Usant d'astuce envers notre race, ce roi maltraita nos pères, jusqu'à leur faire exposer leurs nouveau-nés pour qu'ils ne puissent pas vivre. C'est à ce moment que naquit Moïse, qui était beau devant Dieu. Il fut nourri trois mois dans la maison de son père; puis, comme il avait été exposé, la fille de Pharaon le recueillit et l'éleva comme son propre fils. Ainsi Moïse fut-il instruit dans toute la sagesse des Égyptiens, et il était puissant en paroles et en œuvres. Comme il atteignait la quarantaine, la pensée lui vint de visiter ses frères, les Israélites. Voyant maltraiter l'un d'eux, il prit sa défense et vengea l'opprimé en tuant l'Égyptien. Ses frères, supposait-il, comprendraient que c'était Dieu qui, par sa main, leur apportait le salut; mais ils ne le comprirent pas. Le lendemain, il en aperçut qui se battaient, et il voulut les remettre d'accord. Mes amis, leur dit-il, vous êtes frères: pourquoi vous maltraiter l'un l'autre? Alors celui qui maltraitait son compagnon le repoussa en disant: Qui t'a établi chef et juge sur nous? Voudrais-tu me tuer comme hier tu as tué l'Égyptien? À ces mots, Moïse s'enfuit et alla se réfugier au pays de Madian, où il eut deux fils. »
Stéphanus ait: «Et explétis annis quadragínta, appáruit Móysi illi in desérto montis Sínai ángelus in ignis flamma rubi. Ille autem videns admirabátur visum; accedénte autem illo, ut consideráret, facta est vox Dómini: Ego Deus patrum tuórum, Deus Abraham et Isaac et Iacob. Tremefáctus autem Móyses non audébat consideráre. Dixit autem illi Dóminus: Solve calceaméntum pedum tuórum; locus enim, in quo stas, terra sancta est. Videns vidi afflictiónem pópuli mei qui est in Ægýpto, et gémitum eórum audívi et descéndi liberáre eos; et nunc veni, mittam te in Ægýptum. Étienne disait: « Au bout de quarante ans, un ange apparut à Moïse au désert du mont Sinaï, dans la flamme d'un buisson en feu. Celui-ci était étonné à la vue de cette apparition. Comme il s'avançait pour mieux voir, la voix du Seigneur se fit entendre: Je suis le Dieu de tes pères, le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob. Tout tremblant, Moïse n'osait regarder. Alors le Seigneur lui dit: Ote les sandales de tes pieds, car l'endroit où tu te tiens est une terre sainte. Oui, j'ai vu l'affliction de mon peuple en Égypte, j'ai entendu son gémissement et je suis descendu pour le délivrer. Viens donc, que je t'envoie en Égypte.
Hunc Móysen, quem negavérunt dicéntes: Quis te constítuit príncipem et iúdicem?, hunc Deus et príncipem et redemptórem misit cum manu ángeli qui appáruit illi in rubo. Hic edúxit illos fáciens prodígia et signa in terra Ægýpti et in Rubro mari et in desérto annis quadragínta. Hic est Móyses, qui dixit fíliis Israel: Prophétam vobis suscitábit Deus de frátribus vestris tamquam me. Hic est qui fuit in ecclésia in solitúdine cum ángelo, qui loquebátur ei in monte Sínai et cum pátribus nostris, qui accépit verba viva dare nobis, cui noluérunt obœdíre patres nostri, sed reppulérunt et avérsi sunt in córdibus suis in Ægýptum dicéntes ad Aaron: Fac nobis deos qui præcédant nos; Móyses enim hic qui edúxit nos de terra Ægýpti, nescímus quid factum sit ei. Et vítulum fecérunt in illis diébus et obtulérunt hóstiam simulácro et lætabántur in opéribus mánuum suárum. Convértit autem Deus et trádidit eos servíre milítiæ cæli, sicut scriptum est in libro Prophetárum: Numquid víctimas et hóstias obtulístis mihi annis quadragínta in desérto, domus Israel? Et suscepístis tabernáculum Moloch et sidus dei vestri Rhæphan, figúras quas fecístis ad adorándum eas. Et tránsferam vos trans Babylónem.» Ce Moïse qu'ils avaient renié en disant: Qui t'a établi chef et juge? Voici que Dieu le leur envoyait comme chef et rédempteur, par l'entremise de l'ange qui lui était apparu dans le buisson. C'est lui qui les fit sortir, en opérant prodiges et signes au pays d'Égypte, à la mer Rouge et au désert pendant quarante ans. C'est lui, Moïse, qui dit aux Israélites: Dieu vous suscitera d'entre vos frères un prophète comme moi. C'est lui qui, lors de l'assemblée au désert, était avec l'ange qui lui parlait sur le mont Sinaï, tout en restant avec nos pères, lui qui reçut les paroles de vie pour nous les donner. Voilà celui à qui nos pères refusèrent d'obéir. Bien plus, ils le repoussèrent et, retournant de cœur en Égypte, ils dirent à Aaron: Fais-nous des dieux qui marchent devant nous; car ce Moïse qui nous a fait sortir du pays d'Égypte, nous ne savons ce qui lui est arrivé. Ils fabriquèrent un veau en ces jours-là et offrirent un sacrifice à l'idole, et ils célébraient joyeusement l'œuvre de leurs mains. Alors Dieu se détourna d'eux et les livra au culte de l'armée du ciel, ainsi qu'il est écrit au livre des Prophètes: M'avez-vous donc offert victimes et sacrifices, pendant quarante ans au désert, maison d'Israël? Mais vous avez porté la tente de Moloch et l'étoile du dieu Rephân, les figures que vous aviez faites pour les adorer; aussi vous déporterai-je par-delà Babylone. »
℟. Impetum fecérunt unánimes in eum; et eiecérunt eum extra civitátem, invocántem et dicéntem: * Dómine Iesu, áccipe spíritum meum, allelúia, allelúia. ℣. Pósitis autem génibus, Stéphanus orábat dicens: * Dómine Iesu. ℣. Glória Patri. * Dómine Iesu. ℟. Tous à la fois, ils se précipitèrent sur lui et l'entraînèrent hors de la ville, mais il invoquait le nom de Jésus en disant: * Seigneur Jésus, reçois mon esprit, alléluia, alléluia! ℣. S'étant mis à genoux, le bienheureux Étienne priait en disant: * Seigneur Jésus. ℣. Gloire au Père. * Seigneur Jésus.
IN II NOCTURNO AU IIe NOCTURNE
Ant. 1 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 1 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 95 (96) Psaume 95 (96)
Dominus rex et iudex omnis terræ Le Seigneur est roi et juge de toute la terre
Cantabant quasi canticum novum ante sedem in conspectu Agni (Cf. Ap 14, 3). Ils chantaient comme un cantique nouveau devant le trône en présence de l'Agneau (Cf. Ap 14, 3).
Cantáte Dómino cánticum novum, * cantáte Dómino, omnis terra. Chantez au Seigneur un cantique nouveau ! Chantez au Seigneur, toute la terre !
Cantáte Dómino, benedícite nómini eius, * annuntiáte de die in diem salutáre eius. Chantez au Seigneur, bénissez Son nom ! Annoncez de jour en jour Son salut,
Annuntiáte inter gentes glóriam eius, * in ómnibus pópulis mirabília eius. Racontez Sa gloire parmi les nations, Ses merveilles parmi tous les peuples.
Quóniam magnus Dóminus et laudábilis nimis, * terríbilis est super omnes deos. Car le Seigneur est grand et digne de toute louange, Il est redoutable par dessus tous les dieux,
Quóniam omnes dii géntium inánia, * Dóminus autem cælos fecit. car tous les dieux des peuples sont néant. Mais le Seigneur a fait les cieux.
Magnificéntia et pulchritúdo in conspéctu eius, * poténtia et decor in sanctuário eius. La splendeur et la magnificence sont devant Lui, la puissance et la majesté sont dans Son sanctuaire.
Afférte Dómino, famíliæ populórum, ? afférte Dómino glóriam et poténtiam, * afférte Dómino glóriam nóminis eius. Rendez au Seigneur, famille des peuples, rendez au Seigneur gloire et puissance ! Rendez au Seigneur la gloire due à Son nom !
Tóllite hóstias et introíte in átria eius, * adoráte Dóminum in splendóre sancto. Apportez l'offrande et venez dans Ses parvis, prosternez vous devant le Seigneur avec l'ornement sacré.
Contremíscite a fácie eius, univérsa terra, * dícite in géntibus: «Dóminus regnavit!». Tremblez devant Lui, vous, habitants de toute la terre, dites parmi les nations : "le Seigneur est roi" ;
Etenim corréxit orbem terræ, qui non commovébitur; * iudicábit pópulos in æquitáte. aussi le monde sera stable et ne chancellera pas ; Il jugera les peuples avec droiture.
Læténtur cæli et exsúltet terra, ? sonet mare et plenitúdo eius; * gaudébunt campi et ómnia, quæ in eis sunt. Que les cieux se réjouissent et que la terre soit dans l'allégresse ! Que la mer s'agite avec tout ce qu'elle contient ! Que la campagne s'égaie avec tout ce qu'elle renferme,
Tunc exsultábunt ómnia ligna silvárum ? a fácie Dómini, quia venit, * quóniam venit iudicáre terram. que tous les arbres des forêts poussent des cris de joie devant le Seigneur , car Il vient ! Car Il vient pour juger la terre;
Iudicábit orbem terræ in iustítia * et pópulos in veritáte sua. Il jugera le monde avec justice, et les peuples selon Sa vérité
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 96 (97) Psaume 96 (97)
Gloria Domini in iudicio Gloire de Dieu dans sa justice
Hic psalmus salutem mundi significat et fidem omnium gentium in ipsum (S. Athanasius). Ce psaume signifie le salut du monde et la foi de toute nation en lui (S. Athanase).
Dóminus regnávit! Exsúltet terra, * † læténtur ínsulæ multæ. Le Seigneur est roi : que la terre soit dans l'allégresse, que les îles nombreuses se réjouissent.
Nubes et calígo in circúitu eius, * iustítia et iudícium firmaméntum sedis eius. La nuée et l'ombre l'environnent, la justice et l'équité sont la base de Son trône.
Ignis ante ipsum præcédet * et inflammábit in circúitu inimícos eius. Le feu s'avance devant Lui, et dévore à l'entour Ses adversaires.
Illustrárunt fúlgura eius orbem terræ: * vidit et contrémuit terra. Ses éclairs illuminent le monde : la terre le voit et tremble.
Montes sicut cera fluxérunt a fácie Dómini, * a fácie Dómini omnis terra. Les montagnes se fondent comme la cire devant le Seigneur, devant le Seigneur de toute la terre.
Annuntiavérunt cæli iustítiam eius, * et vidérunt omnes pópuli glóriam eius. Les cieux proclament Sa justice, et tous les peuples contemplent Sa gloire.
Confundántur omnes, qui adórant sculptília † et qui gloriántur in simulácris suis. * Adoráte eum, omnes ángeli eius. Ils seront confondus tous les adorateurs d'images, qui sont fiers de leurs idoles. Tous les anges se prosternent devant Lui.
Audívit et lætáta est Sion, † et exsultavérunt fíliæ Iudæ * propter iudícia tua, Dómine. Sion a entendu et s'est réjouie, les filles de Juda sont dans l'allégresse, à cause de Tes jugements, Seigneur.
Quóniam tu Dóminus, Altíssimus super omnem terram, * nimis exaltátus es super omnes deos. Car Toi, Seigneur, Tu es le Très-Haut sur toute la terre, Tu es souverainement élevé au dessus de tous les dieux.
Qui dilígitis Dóminum, odíte malum; † custódit ipse ánimas sanctórum suórum, * de manu peccatóris liberábit eos. Vous qui aimez le Seigneur, haïssez le mal; Il garde les âmes de Ses fidèles, Il les délivre de la main des méchants.
Lux orta est iusto, * et rectis corde lætítia. La lumière est semée pour le juste, et la joie pour ceux qui ont le cœur droit.
Lætámini, iusti, in Dómino * et confitémini memóriæ sanctitátis eius Justes, réjouissez-vous dans le Seigneur, et rendez gloire à Son Saint Nom.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 97 (98) Psaume 97 (98)
Dominus victor in iudicio Le Seigneur est victorieux dans sa justice
Hic psalmus priorem Domini adventum significat et fidem omnium gentium (S. Athanasius). Ce psaume signifie la première venue du Seigneur et la foi des toute les nations (S. Athanase).
Cantáte Dómino cánticum novum, * quia mirabília fecit. Chantez au Seigneur un chant nouveau, car Il a fait des merveilles.
Salvávit sibi déxtera eius, * et bráchium sanctum eius. Sa droite l'a sauvé, et Son bras saint aussi.
Notum fecit Dóminus salutáre suum, * in conspéctu géntium revelávit iustítiam suam. Le Seigneur a fait connaître Son salut, Il a révélé Sa justice aux nations.
Recordátus est misericórdiæ suæ * et veritátis suæ dómui Israel. Il S'est souvenu de Sa miséricorde et de Sa vérité envers la maison d'Israël.
Vidérunt omnes términi terræ * salutáre Dei nostri. Toutes les extrémités de la terre ont vu le salut de notre Dieu.
Iubiláte Deo, omnis terra, * erúmpite, exsultáte et psállite. Jubilez pour Dieu, toute la terre, éclatez, exultez et psalmodiez.
Psállite Dómino in cíthara, * in cíthara et voce psalmi; Psalmodiez pour le Seigneur sur la cithare, sur la cithare et par la voix du psaume.
in tubis ductílibus et voce tubæ córneæ, * iubiláte in conspéctu regis Dómini. Avec les trompettes et au son du cor, jubilez en présence du Seigneur roi.
Sonet mare et plenitúdo eius, * orbis terrárum, et qui hábitant in eo. Que la mer s'agite avec tout ce qu'elle renferme, que la terre et ses habitants fassent éclater leurs transports.
Flúmina plaudent manu, † simul montes exsultábunt a conspéctu Dómini, * quóniam venit iudicáre terram. Que les fleuves applaudissent, qu'ensemble les montagnes poussent des cris de joie, devant le Seigneur, car Il vient pour juger la terre.
Iudicábit orbem terrárum in iustítia * et pópulos in æquitáte. Il jugera le monde avec justice, et les peuples avec équité.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 98 (99) Psaume 98 (99)
Sanctus Dominus Deus noster Seigneur Dieu et Saint.
Tu es super Cherubim, qui malum statum terræ commutasti, cum ad nostram similitudinem factus es (S. Athanasius). Tu es assis au dessus des Chérubins, Toi qui as renouvelé l'état de la terre plongée dans le mal, en prenant notre ressemblance (S. Athanase).
Dóminus regnávit! Commoveántur pópuli; * sedet super chérubim, moveátur terra. Le Seigneur règne ! Il est assis sur les Chérubins ; la terre chancelle.
Dóminus in Sion magnus * et excélsus super omnes pópulos. Le Seigneur est grand dans Sion, Il est élevé au dessus de tous les peuples.
Confiteántur nómini tuo magno et terríbili, * quóniam sanctum est. Qu'on célèbre Ton Nom grand et redoutable car Il est saint !
Rex potens iudícium díligit: † tu statuísti, quæ recta sunt, * iudícium et iustítiam in Iacob tu fecísti. Qu'on célèbre la puissance du Roi qui aime la justice, Tu affermis la droiture, Tu exerces en Jacob la justice et l'équité.
Exaltáte Dóminum Deum nostrum † et adoráte ad scabéllum pedum eius, * quóniam sanctus est. Exaltez le Seigneur, notre Dieu, et prosternez-vous devant l'escabeau de Ses pieds car Il est saint !
Móyses et Aaron in sacerdótibus eius * et Sámuel inter eos, qui ínvocant nomen eius. Moïse et Aaron étaient parmi Ses prêtres, et Samuel parmi ceux qui invoquaient Son nom.
Invocábant Dóminum, et ipse exaudiébat eos, * in colúmna nubis loquebátur ad eos. Ils invoquaient le Seigneur, et Il les exauçait, Il leur parlait dans la colonne de nuée.
Custodiébant testimónia eius * et præcéptum, quod dedit illis. Ils gardaient Ses témoignages, et le précepte qu'Il leur a donné
Dómine Deus noster, tu exaudiébas eos;† Deus, tu propítius fuísti eis, * ulcíscens autem adinventiónes eórum. Seigneur, notre Dieu, Tu les exauças, Tu fus pour eux un Dieu clément, et Tu les punis de leurs fautes.
Exaltáte Dóminum Deum nostrum † et adoráte ad montem sanctum eius, * quóniam sanctus Dóminus Deus noster. Exaltez le Seigneur notre Dieu, et prosternez-vous devant Sa montagne sainte, car Il est saint, le Seigneur notre Dieu !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 99 (100) Psaume 99 (100)
Gaudium in templum ingredientium Joie de l'entrée dans le temple
Redemptos iubet Dominus victoriæ carmen canere (S. Athanasius). Le Seigneur invite les rachetés à entonner un chant de victoire (S. Athanase).
Iubiláte Dómino, omnis terra,* servíte Dómino in lætítia; Acclamez Dieu, toute la terre; servez le Seigneur avec joie.
introíte in conspéctu eius* in exsultatióne. Entrez en Sa présence * avec allégresse.
Scitóte quóniam Dóminus ipse est Deus; † ipse fecit nos, et ipsíus sumus,* pópulus eius et oves páscuæ eius. Sachez que c'est le Seigneur qui est Dieu; c'est Lui qui nous a faits, et non pas nous-mêmes. Nous sommes Son peuple, et les brebis de Son pâturage.
Introíte portas eius in confessióne, † átria eius in hymnis,* confitémini illi, benedícite nómini eius. Franchissez ses portes avec des louanges, ses parvis en chantant des hymnes; célébrez-le, bénissez son nom.
Quóniam suávis est Dóminus; † in ætérnum misericórdia eius,* et usque in generatiónem et generatiónem véritas eius. car le Seigneur est suave; sa miséricorde est éternelle, * et sa vérité demeure de génération en génération.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 100 (101) Psaume 100 (101)
Iusti principis confessio Programme d'un prince juste
Si diligitis me, mandata mea servabitis (Io 14, 15). Si vous M'aimez, gardez Mes commandements (Io 14, 15).
Misericórdiam et iudícium cantábo; * tibi, Dómine, psallam. Je veux chanter la bonté et la justice ; c'est Toi, le Seigneur, que je veux célébrer.
Intéllegam in via immaculáta; * quando vénies ad me? Je prendrai garde à la voie de l'innocence. Quand viendras-Tu à moi ?
Perambulábo in innocéntia cordis mei, * in médio domus meæ. Je marcherai dans l'intégrité de mon coeur, au milieu de ma maison.
Non propónam ante óculos meos rem iniústam, † faciéntem prævaricatiónes ódio habébo, * non adhærébit mihi. Je ne mettrai devant mes yeux aucune action mauvaise, je hais la conduite perverse, elle ne s'attachera point à moi.
Cor pravum recédet a me, * malígnum non cognóscam. Un coeur faux ne sera jamais le mien, je ne veux pas connaître le mal.
Detrahéntem secréto próximo suo, * hunc cessáre fáciam; Le détracteur qui déchire en secret son prochain, je l'exterminerai ;
supérbum óculo et inflátum corde, * hunc non sustinébo. l'homme au regard hautain et au coeur gonflé d'orgueil, je ne le soutiendrai pas.
Oculi mei ad fidéles terræ, ut sédeant mecum; * qui ámbulat in via immaculáta,  hic mihi ministrábit. J'aurai les yeux sur les hommes fidèles du pays, pour qu'ils demeurent auprès de moi ; celui qui marche dans une voie intègre sera mon serviteur.
Non habitábit in médio domus meæ,  qui facit supérbiam; * qui lóquitur iníqua,  non stabit in conspéctu oculórum meórum. Il n'aura point de place dans ma maison, celui qui agit avec fourberie ; celui qui profère le mensonge ne subsistera pas devant mes yeux.
In matutíno cessáre fáciam  omnes peccatóres terræ, * ut dispérdam de civitáte Dómini  omnes operántes iniquitátem. Chaque matin j'exterminerai tous les méchants du pays, afin de retrancher de la cité du Seigneur tous ceux qui commettent l'iniquité.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
℣. Oculi mei defecérunt in desidério salutaris tui.
℟. Et eloquii iustítiæ tuæ.
℣. Mes yeux se fatiguent dans le désir de Ton salut.
℟. Et les paroles de Ta justice.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
Lectio brevis (2 Cor 12, 9b-10) Lecture brève (2 Cor 12, 9b-10)
Libentíssime gloriábor in infirmitátibus meis, ut inhábitet in me virtus Christi. Propter quod pláceo mihi in infirmitátibus, in contuméliis, in necessitátibus, in persecutiónibus et in angústiis, pro Christo: cum enim infírmor, tunc potens sum. Je me glorifierai donc volontiers de mes faiblesses, afin que la force du Christ habite en moi. C'est pourquoi je me complais dans mes faiblesses, dans les outrages, dans les nécessités, dans les persécutions, dans les angoisses pour le Christ; car lorsque je suis faible, c'est alors que je suis fort.
 Vel:  Ou :
In secundo nocturno, anno II ) Deuxième nocturne, année II)
Lectio Lecture
Ex Oratiónibus sancti Theodóri Studítæ abbátis (Orat. 2: PG 99, 691-699) Homélie de saint Théodore Studite
O pretiosíssimum donum crucis! Euge, qualis in aspéctu splendor! Non præ se fert spéciem ex bono et malo commíxtam, ut lignum illud in Eden, sed totum pulchrum et speciósum est et visu et gustátu. Est enim lignum, vitam, non mortem, prócreans; illúminans, non obscúrans, introdúcens in Eden, non edúcens; lignum illud in quod Christus, velut rex in quadrígam ascéndens, diábolum, qui mortis poténtiam habébat, pérdidit, humanúmque genus ex tyránni servitúte vindicávit. Lignum illud in quo Dóminus, tamquam præstantíssimus pugnátor, in prlio mánibus, pédibus, divinóque látere vulnerátus, male factórum vibíces curávit, natúram vidélicet nostram a pernicióso dracóne sauciátam. Quel don infiniment précieux que la croix! Oui, comme sa vue est belle! La beauté qu'elle nous présente n'est pas mêlée de mal et de bien, comme jadis l'arbre du jardin d'Éden. Elle est tout entière admirable et belle à voir et à partager. En effet, c'est un arbre qui donne la vie et non la mort; la lumière et non l'aveuglement. Elle fait entrer dans l'Éden, elle n'en fait pas sortir. Cet arbre sur lequel le Christ est monté, comme un roi sur son char de triomphe, a perdu le diable qui avait le pouvoir de la mort, en délivrant le genre humain de l'esclavage du tyran. C'est sur cet arbre que le Seigneur, comme un combattant d'élite, blessé aux mains, aux pieds et à son côté divin, a guéri les cicatrices du péché, c'est-à-dire notre nature blessée par le dragon mauvais.
Huius ligni figúræ dumtáxat et præsignificatiónes, iam inde ab exórdio mundi rerum máxime mirabílium notæ fuérunt et índices. Vide enim quisquis sciéndi desidério tenéris. Nonne Noe exíguo ligno cum fíliis et uxóribus et cum omnis géneris animálibus, dilúvii exítium divíno decréto effúgit? Quid vero rursus virga Móysis? Nonne figúra crucis? Nunc quidem aquam in sánguinem transmútans, nunc fictícios serpéntes magórum dévorans, modo ictu et impúlsu suo mare dívidens, iam cursu convérso maris undas redúcens hostésque submérgens; eos vero, qui legítimus pópulus erat, consérvans. Talis fuit étiam virga Aarónica, crucis figúra, eódem die frondéscens, legitimúmque sacerdótem demónstrans. Hanc enim prænotávit Abraham, cum fílium colligátum lignórum strui impósuit. Les préfigurations de ce bois n'ont été depuis toujours que les principaux indices de ces merveilles. Regarde, en effet, toi qui veux t'instuire. Est-ce que Noé sur un peu de bois n'a pas échappé, par un décret divin, avec ses fils et leurs épouses et avec les animaux de tout genre, à l'extermination du déluge? Qu'en est-il encore du bâton de Moïse? N'est-ce pas une figure de la croix? Tantôt il change l'eau en sang, tantôt il dévore les serpents fallacieux des magiciens; ensuite, en frappant la mer, il la divise; puis, en faisant revenir les eaux en arrière, il engloutit les ennemis en sauvant le peuple de Dieu. Tel fut aussi le bâton d'Aaron, préfiguration de la croix, qui le même jour a fleuri et désigné le grand prêtre légitime. C'est encore la croix qu'Abraham annonça, lorsqu'après avoir lié son fils Isaac, il le plaça sur le bois du bûcher.
Cruce mors necáta est, Adámque vitæ restitútus. Cruce gloriátus est quílibet apóstolus, et omnis martyr coronátus omnísque sanctus sanctificátus. Cruce Christum indúimus, veterémque hóminem exúimus. Cruce in unum ovíle, oves Christi, collécti et ad supérnas caulas destináti sumus. C'est par la croix que la mort a été tuée, et Adam rendu à la vie. C'est par la croix que tous les apôtres ont été glorifiés, tous les martyrs couronnés, tous les saints sanctifiés. C'est par la croix que nous avons revêtu le Christ et dépouillé l'homme ancien. C'est par la croix que nous avons été ramenés comme des brebis du Christ, et que nous sommes rassemblés dans la bergerie d'en-haut.
℟. Cándidi facti sunt Nazari eius, allelúia; splendórem Deo dedérunt, allelúia; * Et sicut lac coaguláti sunt, allelúia, allelúia. ℣. In omnem terram exívit sonus eórum et in fines orbis terræ verba eórum. * Et sicut lac. ℣. Glória Patri. * Et sicut lac. ℟. Les consacrés du Très-Haut rayonnent de blancheur, alléluia; ils glorifient Dieu, reflétant sa splendeur, alléluia; * Ils se rassemblent, comme du lait qui prend en masse, alléluia, alléluia! ℣. Sur toute la terre en paraît le message et la nouvelle, aux limites du monde. * Ils se rassemblent. ℣. Gloire au Père. * Ils se rassemblent.
Hymnus Hymne
Te decet laus, * te decet hymnus. Tibi glória Deo Patri et Fílio, cum Sancto Spíritu, in sǽcula sæculórum. Amen. A Toi notre louange, à Toi notre chant, A Toi la gloire, Dieu, Père et Fils avec l'Esprit Saint, pour les siècles des siècles. Amen.
Oratio diei cum conclusione longiori. Oraison du jour avec la conclusion longue.
Deus, qui pro nobis Fílium tuum crucis patíbulum subíre voluísti, ut inimíci a nobis expélleres potestátem, concéde nobis fámulis tuis, ut resurrectiónis grátiam consequámur. Per Dóminum. O Dieu qui a voulu que Ton Fils subît pour nous le gibet de la croix pour enlever à l'ennemi tout pouvoir sur nous, accorde-nous qui sommes Tes serviteurs la grâce de la résurrection.
℣. Benedicámus Dómino. ℟. Deo grátias.
℣. Divínum auxilium máneat semper nobíscum.
℟. Et cum frátribus nostris abséntibus. Amen.
℣. Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Que le secours divin demeure toujours avec nous.
℟. Et avec nos frères absents. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Evangile commenté du vendredi 13 avril 2018

Hebdomada II Paschae IIème semaine de Pâques
Feria VI Vendredi
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secundum loánnem (6,1-15)
In illo tempore: Abiit Iésus trans mare Galilǽae, quod est Tiberíadis. Et sequebátur eum multitúdo magna, quia vidébant signa, quae faciébat super his, qui infirmabántur. Súbiit autem in montem Iésus et ibi sedébat cum discípulis suis. Erat autem próximum Pascha, dies festus Iudaeórum. Cum sublevásset ergo óculos Iésus et vidísset quia multitúdo magna venit ad eum, dicit ad Philíppum: “Unde emémus panes, ut mandúcent hi?” Hoc autem dicébat tentans eum; ipse enim sciébat quid esset factúrus. Respóndit ei Philíppus: “Ducentórum denariórum panes non suffíciunt eis, ut unusquísque módicum quid accípiat!” Dicit ei unus ex discípulis eíus, Andréas frater Simónis Petri: “Est puer hic, qui habet quinque panes hordeáceos et duos pisces; sed haec quid sunt propter tantos?” Dixit Iésus: “Fácite hómines discúmbere.” Erat autem fenum multum in loco. Discubuérunt ergo viri número quasi quinque mília. Accépit ergo panes Iésus et, cum grátias egísset, distríbuit discumbéntibus; simíliter et ex píscibus, quantum volébant. Ut autem impléti sunt, dicit discípulis suis: “Collígite, quae superavérunt, fragménta, ne quid péreat.” Collegérunt ergo et implevérunt duódecim cóphinos fragmentórum ex quinque pánibus hordeáceis, quae superfuérunt his, qui manducavérunt. Illi ergo hómines, cum vidíssent quod fécerat signum, dicébant: “Hic est vere prophéta, qui venit in mundum!” Iésus ergo, cum cognovísset quia ventúri essent, ut ráperent eum et fácerent eum regem, secéssit íterum in montem ipse solus. En ce temps là : Jésus S'en alla au delà de la mer de Galilée, ou de Tibériade; et une multitude nombreuse Le suivait, parce qu'ils voyaient les miracles qu'Il opérait sur les malades. Jésus monta donc sur une montagne, et là Il S'assit avec Ses disciples.Or la Pâque, jour de fête des Juifs, était proche. Ayant donc levé les yeux, et voyant qu'une très grande multitude venait à Lui, Jésus dit à Philippe: Où achèterons-nous des pains pour leur donner à manger? Mais Il disait dela pour l'éprouver; car, Lui, Il savait ce qu'Il allait faire. Philippe Lui répondit: Deux cents deniers de pains ne suffiraient pas pour que chacun en reçût un peu. Un de Ses disciples, André, frère de Simon-Pierre, Lui dit: Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons; mais qu'est-ce que cela pour tant de monde?  Jésus dit donc: Faites asseoir ces hommes. Or il y avait beaucoup d'herbe en ce lieu. Ils s'assirent donc, au nombre d'environ cinq mille hommes. Jésus prit alors les pains, et ayant rendu grâces, Il les distribua à ceux qui étaient assis; Il leur donna de même des poissons, autant qu'ils en voulaient.  Lorsqu'ils furent rassasiés, Il dit à Ses disciples: Ramassez les morceaux qui sont restés, pour qu'ils ne se perdent pas.  Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze corbeilles avec les morceaux qui étaient restés des cinq pains d'orge, après que tous eurent mangé. Ces hommes, ayant donc vu le miracle qu'avait fait Jésus, disaient: Celui-ci est vraiment le prophète que doit venir dans le monde. Mais Jésus, sachant qu'ils allaient venir L'enlever pour Le faire roi, S'enfuit de nouveau, tout seul, sur la montagne.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.
Sans doute les apôtres rapportaient de leur mission, avec la fatigue, une part d'enivrement : leurs débuts avaient été un succès ; aussi le Seigneur songe-t-il à leur ménager quelques jours de retraite spirituelle : « Venez seuls avec moi, dans un lieu retiré, et reposez-vous un peu. » D'autant qu'à la suite des missionnaires, de nouvelles foules étaient accourues auprès du Seigneur ; c'était un va-et-vient perpétuel, où ils n'avaient même pas le loisir de manger. Un autre motif encore qui déterminait Jésus à s'éloigner est indiqué par saint Matthieu : la curiosité inquiétante d'Hérode étant éveillée, — on le savait par les disciples de Jean, — il était prudent de s'y soustraire. C'est une des rares circonstances de la vie du Seigneur où les quatre évangélistes coïncident ; ensemble, ils vont nous rapporter le miracle de la multiplication des pains. Par exception, saint Jean racontera avec détails un épisode du ministère galiléen : celui-là même qui se rattache à la promesse de l'Eucharistie, l'aliment nécessaire de la vie surnaturelle. N'oublions pas que le quatrième évangile est le récit de la manifestation historique du Seigneur, récit ordonné tout entier à obtenir notre foi et à nous établir dans la possession de la vraie vie. Après avoir décrit la manifestation du Fils de Dieu, dans les quatre premiers chapitres, saint Jean a montré le conflit ouvert à Jérusalem entre l'enseignement du Seigneur et la mentalité juive : à la fin du chapitre vi, nous verrons le conflit ouvert aussi en Galilée. Le post haec du début doit être entendu comme Une simple formule de transition : un long intervalle s'étant écoulé entre les événements du chapitre v et ceux qui nous occupent maintenant. Pâque, la fête juive par excellence, était proche, dit saint Jean.
Jésus prit donc avec lui les apôtres et quitta l'endroit où il se trouvait : peut-être Capharnaüm. On monta dans « la barque », et on se dirigea vers un lieu désert, loin des foules, à Bethsaïde, précise saint Luc : c'est-à-dire aux environs, et non dans la ville même de Bethsaïde Julias, située au nord de la mer de Tibériade, en Gaulanitide, chez le tétrarque Philippe ; l'autre Bethsaïde se trouve à l'ouest du lac. Mais beaucoup de Juifs comprirent le dessein du Seigneur. Ne pouvant le suivre sur le lac, ils prirent immédiatement la voie de terre et, à pied, contournèrent le lac par le nord. La foule se grossissait, chemin faisant, de tous ceux qui accouraient des bourgades voisines, attirés, remarque saint Jean, par les guérisons miraculeuses du Seigneur. Une grande multitude, plus rapide que la barque, se trouvait déjà rassemblée sur le rivage, lorsque celle-ci accosta. Et dès que le Seigneur aperçut cette foule immense, son cœur s'attendrit. Il eut pitié d'eux, dit à son tour saint Marc, -parce qu'ils étaient « comme un troupeau sans pasteur ». Bien loin de se plaindre d'être ainsi poursuivi, il les accueillait avec tendresse ; il guérissait leurs malades ; il leur parlait du Royaume de Dieu et « leur enseignait beaucoup de choses ». Peu à peu, on s'était éloigné du rivage ; et le collège apostolique, — qui était venu pour se reposer, — s'assit autour du Seigneur sur la montagne ou la colline voisine, peut-être sur les pentes, d'où l'on embrassait du regard toute la multitude. La prédication diurne continuait.
Cependant, l'heure était avancée déjà, le jour baissait. Les disciples, toujours pratiques et soucieux de la discrétion, font observer familièrement à leur Maître qu'il se fait tard, qu'on est ici en plein désert et que tout le monde a faim : « Congédiez ces gens, disent-ils, afin qu'ils aillent dans les campagnes et les villages d'alentour chercher un gîte et s'acheter de quoi manger. » — « Il n'est pas nécessaire qu'ils s'en aillent, répond le Seigneur. Donnez-leur vous-mêmes à manger. » Jésus, qui prépare les âmes au miracle, invite ses apôtres à trouver eux-mêmes au problème présent une solution, et, se tournant vers Philippe, lui demande : « Comment pourrions-nous acheter de quoi nourrir cette foule ? » La question du Seigneur, explique saint Jean, n'était qu'un procédé d'enseignement : il voulait que les ressources humaines se reconnussent impuissantes, et savait bien, lui, ce qu'il devait faire. Avant même que Philippe eût dit sa pensée, d'autres apôtres avaient répondu au Seigneur, avec une nuance d'étonnement :
Vous voulez que nous donnions à manger à tout ce peuple ? alors, il nous faut aller acheter pour ,deux cents deniers de pain ? » Sous-entendu : avons-nous les deux cents deniers ? avons-nous le loisir ? où trouverons-nous la quantité requise ? D'autant, ajoute sagement Philippe, que même avec deux cents deniers, c'est à peine si l'on aurait de quoi donner à chacun un morceau de pain. — Mais le Seigneur semble tenir à son idée première : « Personne n'a donc songé aux provisions ? combien de pains avez-vous ? allez, rendez-vous compte. » Les apôtres circulèrent parmi la foule pour s'informer. Et André, frère de Simon-Pierre, vint faire part au Seigneur de sa découverte : « Il y a ici, dit-il, un petit enfant qui porte cinq pains d'orge et deux poissons (les pains ne devaient pas être énormes pour avoir trouvé place dans la besace du petit). Mais qu'est-ce que cela pour tant de monde !» — « Apportez-moi ce que vous avez, » dit le Seigneur.
Et il commande aux apôtres de ranger la foule, de la diviser en groupes distincts, par cinquantaines ou par centaines, afin que la distribution pût s'accomplir en bon ordre. Tous étaient fatigués, et le Seigneur voulait qu'on prît en paix le repas qu'il allait offrir : « Faites-les asseoir, » dit-il. Justement, il y avait là de l'herbe verte en abondance. C'était le printemps, puisque la Pâque était proche. Les groupes de convives se couchèrent, à la mode antique, sur ce lit de table improvisé. Et le festin commença aussitôt : car il est permis de croire que le Seigneur n'attendit pas, pour nourrir les premiers, que tous fussent rangés « par tables ». Il était facile, grâce au procédé indiqué par le Seigneur, de faire le recensement approximatif de cette foule. On compta cinq mille hommes environ. Les femmes et les enfants, dont parle saint Matthieu, semblent s'être réunis à part, ou du moins ne furent point recensés avec les hommes, mais ils mangèrent comme les autres : peut-être faut-il plus que doubler pour arriver au chiffre total.
Alors le Seigneur prit dans ses mains, « saintes et vénérables, » les cinq pains et les deux poissons ; et levant les yeux vers le ciel, il rendit grâces à son Père (selon saint Jean) ; ou, ce qui indique le même rite, il prononça sur les aliments la prière de bénédiction (selon saint Matthieu et saint Marc; saint Luc : ______:); il brisa les pains, puis divisa les poissons. De ses mains, les portions passaient dans celles des disciples, qui s'en allaient les distribuer à la foule. Il y en eut pour tout le monde, et chacun mangea à sa faim. Et lorsque le repas fut terminé, le Seigneur dit aux apôtres : « Recueillez les restes, pour que rien ne se perde. » Il ne veut pas que même les parcelles du don divin soient gaspillées ; sa recommandation, d'ailleurs, rend plus sensible encore la réalité du miracle. Car le Seigneur avait grandement fait les choses : des restes des cinq petits pains et des deux petits poissons qui venaient de nourrir tant de milliers de personnes, on remplit encore douze corbeilles, — autant que d'apôtres. Tel est le prélude aimable et le symbole de l'Eucharistie : mais il ne devait être compris que plus tard.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Laudes du vendredi 13 avril 2018

Hebdomada II Paschae IIème semaine de Pâques
Feria VI Vendredi
Ad Laudes matutinas
Aux Laudes du matin
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Chorus novæ Ierúsalem
hymni novam dulcédinem
promat, colens cum sóbriis
paschále festum gáudiis,
Que le chœur de la nouvelle Jérusalem
entonne un cantique nouveau
pour célébrer dans la joie spirituelle
la fête de Pâques.
Quo Christus invíctus leo,
dracóne surgens óbruto,
dum voce viva pérsonat,
a morte functos éxcitat.
Le Christ, lion invaincu, surgit
et écrase le dragon ;
Sa voix forte partout retentit,
Il rappelle les morts à la vie.
Quam devorárat ímprobus,
prædam refúndit tártarus;
captivitáte líbera
Iesum sequúntur ágmina.
Cette proie engloutie par le diable,
voici que l'enfer la rejette ;
délivrées de captivité,
les âmes en foule suivent Jésus.
Triúmphat ille spléndide
et dignus amplitúdine,
soli políque pátriam
unam facit rem públicam.
Par un triomphe éclatant,
dans une majesté sublime,
Il réunit sous Son sceptre
la patrie de la terre et du ciel.
Ipsum canéndo súpplices
Regem precémur mílites,
ut in suo claríssimo
nos órdinet palátio.
En Le suppliant par nos chants,
nous, Ses soldats, prions le Roi
de vouloir enfin nous admettre
en Son palais étincelant.
Esto perénne méntibus
paschále, Iesu, gáudium
et nos renátos grátiæ
tuis triúmphis ággrega.
Demeure, Ô Jésus, pour les âmes,
la joie pascale à tout jamais.
À la grâce, nous renaissons ;
dans Ton triomphe entraîne-nous.
Iesu, tibi sit glória,
qui morte victa praénites,
cum Patre et almo Spíritu,
in sempitérna saécula. Amen.
À Toi, Jésus, soit la louange,
glorieux vainqueur de la mort
louange au Père et à l'Esprit
à travers les siècles sans fin !
Ant. 1 Confíde, fili, remittúntur tibi peccáta tua, allelúia.Ant. 1 Aie confiance, mon fils, tes péchés te sont remis, alléluia.
Psalmus 50 (51) Psaume 50 (51)
Miserere mei, Deus Pitié pour moi, mon Dieu
Renovari spiritu mentis vestræ et induere novum hominem (Eph 4, 23-24). Vous renouveler dans votre esprit et revêtir l'homme nouveau (Eph 4, 23-24).
Miserére mei, Deus, * secúndum misericórdiam tuam; Aie pitié de moi, Seigneur, * selon Ta grande miséricorde.
et secúndum multitúdinem miseratiónum tuárum * dele iniquitátem meam. Et selon la multitude de Tes bontés, * efface mon iniquité.
Amplius lava me ab iniquitáte mea * et a peccáto meo munda me. Lave-moi encore plus de mon iniquité, * et purifie-moi de mon péché.
Quóniam iniquitátem meam ego cognósco, * et peccátum meum contra me est semper. Parce que moi aussi, je connais mon iniquité, * et mon péché est toujours devant moi.
Tibi, tibi soli peccávi * et malum coram te feci, J'ai péché contre Toi seul, * et j'ai fait le mal devant Toi,
ut iustus inveniáris in senténtia tua * et æquus in iudício tuo. afin que Tu sois reconnu juste dans Tes paroles, * et que Tu sois victorieux, quand on Te juge.
Ecce enim in iniquitáte generátus sum, * et in peccáto concépit me mater mea. Car, voici, j'ai été conçu dans l'iniquité, * et ma mère m'a conçu dans le péché.
Ecce enim veritátem in corde dilexísti * et in occúlto sapiéntiam manifestásti mihi. Car, voici, Tu as aimé la vérité; * Tu m'as manifesté les choses obscures et cachées de Ta sagesse.
Aspérges me hyssópo, et mundábor; * lavábis me, et super nivem dealbábor. Tu m'aspergeras avec de l'hysope et je serai purifié; * Tu me laveras, et je deviendrai plus blanc que la neige.
Audíre me fácies gáudium et lætítiam, * et exsultábunt ossa, quæ contrivísti. Tu me feras entendre [une parole de] joie et [d']allégresse, * et mes os humiliés exulteront.
Avérte fáciem tuam a peccátis meis * et omnes iniquitátes meas dele. Détourne Ta face de mes péchés; * et efface toutes mes iniquités.
Cor mundum crea in me, Deus, * et spíritum firmum ínnova in viscéribus meis. Crée un cœur pur en moi, ô Dieu ! * et renouvelle un esprit droit dans mes entrailles.
Ne proícias me a fácie tua * et spíritum sanctum tuum ne áuferas a me. Ne me rejette pas de devant Ta Face, * et ne retire pas Ton Esprit Saint de moi.
Redde mihi lætítiam salutáris tui * et spíritu promptíssimo confírma me. Rends-moi la joie de Ton Salut,* et par Ton Esprit souverain fortifie-moi.
Docébo iníquos vias tuas, * et ímpii ad te converténtur. J'enseignerai aux [hommes] iniques Tes voies, * et les impies se convertiront à Toi.
Líbera me de sanguínibus, Deus, Deus salútis meæ, * et exsultábit língua mea iustítiam tuam. Délivre-moi du sang [versé], ô Dieu, Dieu de mon salut * et ma langue célébrera avec joie Ta justice.
Dómine, lábia mea apéries, * et os meum annuntiábit laudem tuam. Seigneur, Tu ouvriras mes lèvres, * et ma bouche annoncera Ta louange.
Non enim sacrifício delectáris, * holocáustum, si ófferam, non placébit. Parce que si Tu avais voulu un sacrifice, je Te l'aurais offert certainement; * [mais] des holocaustes ne Te seront point agréables.
Sacrifícium Deo spíritus contribulátus, * cor contrítum et humiliátum, Deus, non despícies. Le sacrifice que Dieu désire est un esprit brisé de douleur * Tu ne dédaigneras pas, ô Dieu, un cœur contrit et humilié.
Benígne fac, Dómine, in bona voluntáte tua Sion, * ut ædificéntur muri Ierúsalem. Dans Ta bonne volonté, Seigneur, traite bénignement Sion; * afin que les murs de Jérusalem soient bâtis.
Tunc acceptábis sacrifícium iustítiæ, oblatiónes et holocáusta; * tunc impónent super altáre tuum vítulos. Alors Tu agréeras un sacrifice de justice, des oblations et des holocaustes; * alors on mettra sur Ton autel de jeunes taureaux.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Confíde, fili, remittúntur tibi peccáta tua, allelúia.Ant. Aie confiance, mon fils, tes péchés te sont remis, alléluia.
Ant. 2 Egréssus es, Dómine, in salútem pópuli tui, cum Christo tuo, allelúia.Ant. 2 Tu es sorti, Seigneur, pour la délivrance de Ton peuple; pour la délivrance de Ton Christ, alléluia.
Canticum (Hab 3, 2-4.13a 15-19) AT43 Cantique (Hab 3, 2-4.13a 15-19) AT43
Deus apparet ad iudicandum Dieu apparaît au jugement
Levate capita vestra, quoniam appropinquat redemptio vestra (Lc 21, 28). Levez vos têtes, car votre rédemption approche (Lc 21, 28).
Dómine, audívi auditiónem tuam, * et tímui, Dómine, opus tuum. Seigneur, j'ai entendu parler de Toi; devant Ton oeuvre, Seigneur, j'ai craint !
In médio annórum vivífica illud, * in médio annórum notum fácies. Dans le cours des années, fais-la revivre, dans le cours des années, fais-la connaître !
Cum irátus fúeris, * misericórdiæ recordáberis. Quand Tu frémis de colère, souviens-Toi d'avoir pitié.
Deus a Theman véniet, * et Sanctus de monte Pharan. Dieu vient de Téman, et le saint, du Mont de Paran.
Operit cælos glóriæ eius, * et laudis eius plena est terra. Sa majesté couvre les cieux, Sa gloire emplit la terre.
Splendor eius ut lux erit, † rádii ex mánibus eius: * ibi abscóndita est fortitúdo eius. Son éclat est pareil à la lumière; deux rayons sortent de Ses mains: là se tient cachée Sa puissance.
Egréssus es in salútem pópuli tui, * in salútem cum christo tuo. Tu es sorti pour sauver Ton peuple, pour sauver Ton messie.
Viam fecísti in mari equis tuis, * in luto aquárum multárum. Tu as foulé, de Tes chevaux, la mer et le remous des eaux profondes.
Audívi, et conturbátus est venter meus, * ad vocem contremuérunt lábia mea. J'ai entendu et mes entrailles ont frémi; à cette voix, mes lèvres tremblent,
Ingréditur putrédo in óssibus meis, * et subter me vacíllant gressus mei. la carie pénètre mes os. Et moi je frémis d'être là,
Conquiéscam in die tribulatiónis, * ut ascéndat super pópulum, qui invádit nos. d'attendre en silence le jour d'angoisse qui se lèvera sur le peuple dressé contre nous.
Ficus enim non florébit, * et non erit fructus in víneis; Le figuier n'a pas fleuri; pas de récolte dans les vignes.
mentiétur opus olívæ, * et arva non áfferent cibum; Le fruit de l'olivier a déçu; dans les champs, plus de nourriture.
abscíssum est de ovíli pecus, * et non est arméntum in præsépibus. L'enclos s'est vidé de ses brebis, et l'étable, de son bétail.
Ego autem in Dómino gaudébo * et exsultábo in Deo salvatóre meo. Et moi, je bondis de joie dans le Seigneur, j'exulte en Dieu, mon Sauveur!
Dóminus Deus fortitúdo mea, et ponet pedes meos quasi cervórum * et super excélsa mea dedúcet me. Le Seigneur mon Dieu est ma force; Il me donne l'agilité du chamois, Il me fait marcher dans les hauteurs.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Egréssus es, Dómine, in salútem pópuli tui, cum Christo tuo, allelúia.Ant. Tu es sorti, Seigneur, pour la délivrance de Ton peuple; pour la délivrance de Ton Christ, alléluia.
Ant. 3 Lauda Deum tuum, Sion, qui pósuit fines tuos pacem, allelúia.Ant. 3 Loue ton Dieu, Sion, Lui qui a établi la paix sur tes frontières, alléluia.
Psalmus 147 (147B) Psaume 147 (147B)
Instauratio Ierusalem Instauration de Jerusalem
Veni, ostendam tibi sponsam uxorem Agni (Ap 21, 9). Viens, je te montrerai, l'épouse, la femme de l'Agneau (Ap 21, 9).
Lauda, Ierúsalem, Dóminum; * † colláuda Deum tuum, Sion. Jérusalem, célèbre le Seigneur; Sion, loue ton Dieu.
Quóniam confortávit seras portárum tuárum, * benedíxit fíliis tuis in te. Car Il affermit les verrous de tes portes, Il bénit tes fils au milieu de toi;
Qui ponit fines tuos pacem * et ádipe fruménti sátiat te. Il assure la paix à tes frontières, Il te rassasie de la fleur du froment.
Qui emíttit elóquium suum terræ, * velóciter currit verbum eius. Il envoie Ses ordres à la terre; Sa parole court avec vitesse.
Qui dat nivem sicut lanam, * pruínam sicut cínerem spargit. Il fait tomber la neige comme de la laine, Il répand le givre comme de la cendre.
Mittit crystállum suam sicut buccéllas; * ante fáciem frígoris eius quis sustinébit? Il jette Ses glaçons par morceaux: qui peut tenir devant Ses frimas?
Emíttet verbum suum et liquefáciet ea, * flabit spíritus eius, et fluent aquæ. Il envoie Sa parole, et Il les fond; Il fait souffler son vent, et les eaux coulent.
Qui annúntiat verbum suum Iacob, * iustítias et iudícia sua Israel. C'est Lui qui a révélé Sa parole à Jacob, Ses lois et Ses ordonnances à Israël.
Non fecit táliter omni natióni, * et iudícia sua non manifestávit eis. Il n'a pas fait de même pour toutes les autres nations; elles ne connaissent pas Ses ordonnances.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Lauda Deum tuum, Sion, qui pósuit fines tuos pacem, allelúia.Ant. Loue ton Dieu, Sion, Lui qui a établi la paix sur tes frontières, alléluia.
Lectio brevis (Act 5, 30-32) Lecture brève (Act 5, 30-32)
Deus patrum nostrórum suscitávit Iesum, quem vos interemístis suspendéntes in ligno; hunc Deus Príncipem et Salvatórem exaltávit déxtera sua ad dandam pæniténtiam Israel et remissiónem peccatórum. Et nos sumus testes horum verbórum, et Spíritus Sanctus, quem dedit Deus oboediéntibus sibi. Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus, que vous aviez fait mourir en Le suspendant au bois. Dieu L'a élevé par Sa droite comme chef et sauveur, pour donner à Israël repentir et rémission des péchés. Et nous sommes, nous, témoins de ces choses, et aussi l'Esprit-Saint que Dieu a donné à ceux qui Lui obéissent.
 Responsorium breve Répons bref 
℟. Surréxit Dóminus de sepúlcro, * Allelúia, allelúia. Surréxit. ℣. Qui pro nobis pepéndit in ligno. * Allelúia, allelúia. Glória Patri. Surréxit. ℟. Le Seigneur S'est relevé du tombeau. * Alléluia, alléluia. Le Seigneur. ℣. Lui qui pour nous a été suspendu sur le bois. Alléluia, alléluia. Gloire au Père. Le Seigneur.
Ant. Accépit Iesus panes et, cum grátias egísset, distríbuit discumbéntibus, allelúia.Ant. Jésus prit les pains, et ayant rendu grâces, Il les distribua à ceux qui étaient assis, alléluia.
Canticum Evangelicum Lc 1, 68-79 Cantique évangélique (Lc 1,68-79)
De Messia eiusque præcursore Du Messie et de son précurseur
Benedíctus Dóminus, Deus Israel, * quia visitávit et fecit redemptiónem plebi suæ Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, de ce qu'Il a visité et racheté Son peuple,
et eréxit cornu salútis nobis * in domo David púeri sui, et nous a suscité un puissant Sauveur dans la maison de David, Son serviteur,
sicut locútus est per os sanctórum, * qui a sǽculo sunt, prophetárum eius, ainsi qu'Il a dit par la bouche de Ses saints prophètes des temps anciens,
salútem ex inimícis nostris * et de manu ómnium, qui odérunt nos; qu'Il nous délivrerait de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent,
ad faciéndam misericórdiam cum pátribus nostris * et memorári testaménti sui sancti, pour exercer Sa miséricorde envers nos pères, et Se souvenir de Son alliance sainte,
iusiurándum, quod iurávit ad Abraham patrem nostrum, * datúrum se nobis, selon le serment qu'Il a juré à Abraham, notre père, de nous accorder cette grâce,
ut sine timóre, de manu inimicórum liberáti, * serviámus illi qu'étant délivrés de la main de nos ennemis, nous Le servions sans crainte,
in sanctitáte et iustítia coram ipso * ómnibus diébus nostris. marchant devant Lui dans la sainteté et la justice, tous les jours de notre vie.
Et tu, puer, prophéta Altíssimi vocáberis: * præíbis enim ante fáciem Dómini paráre vias eius, Et toi, petit enfant, tu seras appelé le prophète du Très-Haut: car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer Ses voies,
ad dandam sciéntiam salútis plebi eius * in remissiónem peccatórum eórum, afin de donner à Son peuple la connaissance du salut, pour la rémission de leurs péchés,
per víscera misericórdiæ Dei nostri, * in quibus visitábit nos óriens ex alto, par les entrailles de la miséricorde de notre Dieu, grâce auxquelles le soleil levant nous a visités d'en haut,
illumináre his, qui in ténebris et in umbra mortis sedent, * ad dirigéndos pedes nostros in viam pacis. pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et à l'ombre de la mort, pour diriger nos pas dans la voie de la paix.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Accépit Iesus panes et, cum grátias egísset, distríbuit discumbéntibus, allelúia.Ant. Jésus prit les pains, et ayant rendu grâces, Il les distribua à ceux qui étaient assis, alléluia.
PrecesPrières litaniques
Deus Pater Christum per Spíritum suscitávit, et étiam mortália córpora nostra vivificábit. Quare clamémus: Dirigeons notre prière vers Dieu le Père qui, par l'Esprit, a ressuscité Jésus d'entre les morts et donnera également la vie à nos corps mortels. Acclamons-Le donc :
Dómine, vivífica nos Spíritu Sancto tuo. Seigneur, donne-nous la vie par Ton Saint-Esprit.
Pater sancte, qui accepísti holocáustum Fílii tui, resúscitans eum ex mórtuis,
súscipe hodiérnam nostram oblatiónem, et perduc nos in vitam ætérnam.
Opera nostra hódie propítius intuére,
ut fiant ad glóriam tuam et ad ómnium sanctificatiónem.
Opus nostrum hódie non sit vanum, sed univérsis homínibus insérviat,
et sic operántes ad regnum tuum fac nos perveníre.
Aperi hódie óculos nostros et cor nostrum ad fratres,
ut nos ínvicem amémus nobísque serviámus.
Père saint, vous qui, en ressuscitant Ton Fils d'entre les morts, as manifesté que Tu as accepté Son sacrifice,
accepte également l'offrande de notre jour et conduise-nous à la plénitude de la vie.
Bénis, Seigneur, nos oeuvres de ce jour,
qu'elles soient réalisées pour Ta gloire et la sanctification de tous.
Puisse notre œuvre d'aujourd'hui ne pas rester vaine, mais servir à tous les hommes
et réalisée ainsi, nous conduire à Ton royaume.
Ouvre aujourd'hui nos yeux et notre coeur à nos frères,
pour que nous nous aimions et nous nous servions les uns les autres.
Pater nosterNotre père
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum; qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra. que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra, et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem; et ne nous abandonne pas dans l'épreuve ;
sed líbera nos a malo. mais libère nous du malin.
Deus, qui pro nobis Fílium tuum crucis patíbulum subíre voluísti, ut inimíci a nobis expélleres potestátem, concéde nobis fámulis tuis, ut resurrectiónis grátiam consequámur. Per Dóminum. O Dieu qui a voulu que Ton Fils subît pour nous le gibet de la croix pour enlever à l'ennemi tout pouvoir sur nous, accorde-nous qui sommes Tes serviteurs la grâce de la résurrection.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo. ℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus. Que le Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen. ℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
℣. Ite in pace. ℣. Allez en paix.
℟. Deo grátias. ℟. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de tierce du vendredi 13 avril 2018

Hebdomada II Paschae IIème semaine de Pâques
Feria VI Vendredi
Ad Tertiam
Ad Tertiam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Iam surgit hora tértia, Voici venir la troisième heure
qua Christus ascéndit crucem; où le Christ monta sur la croix :
nil ínsolens mens cógitet, que cesse toute pensée d'orgueil,
inténdat afféctum precis. que le coeur s'applique à prier !
Qui corde Christum súscipit, Qui porte le Christ en son âme
innóxium sensum gerit n'a point de désir pour le mal :
votísque præstat sédulis il aspire de tous ses voeux
Sanctum meréri Spíritum. à recevoir le Saint-Esprit.
Hæc hora, quæ finem dedit Voici l'heure qui mit un terme
diri vetérno críminis; Au funeste découragement du péché ;
hinc iam beáta témpora désormais, la grâce du Christ
coepére Christi grátia. inaugure le vrai bonheur.
Iesu, tibi sit glória, A Toi, Jésus, soit la louange,
qui morte victa prænites, glorieux vainqueur de la mort ;
cum Patre et almo Spíritu, louange au Père et à l'Esprit,
in sempitérna sæcula. Amen. à travers les siècles sans fin.
Ant. 1 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 1 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 118 (119), 73-80 Psaume 118 (119), 73-80
X (Iod) X (Iod)
Manus tuæ fecérunt me et plasmavérunt me; * da mihi intelléctum, et discam præcépta tua. Ce sont Tes mains qui m'ont fait et qui m'ont façonné: donne-moi l'intelligence pour apprendre Tes commandements.
Qui timent te, vidébunt me et lætabúntur, * quia in verba tua supersperávi. Ceux qui Te craignent, en me voyant, se réjouiront, car j'ai confiance en Ta parole.
Cognóvi, Dómine, quia æquitas iudícia tua, * et in veritáte humiliásti me. Je sais, Seigneur, que Tes jugements sont justes; c'est dans Ta fidélité que Tu m'as humilié.
Fiat misericórdia tua, ut consolétur me, * secúndum elóquium tuum servo tuo. Que Ta bonté soit ma consolation, selon Ta parole donnée à Ton serviteur.
Véniant mihi miseratiónes tuæ, et vivam, * quia lex tua delectátio mea est. Que Ta compassion vienne sur moi, et que je vive, car Ta loi fait mes délices.
Confundántur supérbi, quóniam dolóse incurvavérunt me, * ego autem exercébor in mandátis tuis. Qu'ils soient confondus les orgueilleux qui me maltraitent injustement, moi, je médite Tes ordonnances.
Convertántur mihi timéntes te * et qui novérunt testimónia tua. Qu'ils se tournent vers moi ceux qui Te craignent, et ceux qui connaissent Tes enseignements.
Fiat cor meum immaculátum in iustificatiónibus tuis, * ut non confúndar. Que mon cœur soit tout entier à Tes lois, afin que je ne sois pas confondu.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
Ant. 2 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 2 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18 Psaume 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Adversus insurgentes oratio Prière contre les adversaires orgueilleux
Hæ voces Salvatoris pietatem erga Patrem suum omnes edoceant (Eusebius Cæsariensis). Voici les paroles du Seigneur, qui enseigne à tous la piété envers Son Père (Eusèbe de Césarée).
Eripe me de inimícis meis, Deus meus, * et ab insurgéntibus in me prótege me. Délivre-moi de mes ennemis, ô mon Dieu, protège-moi contre mes adversaires.
Eripe me de operántibus iniquitátem * et de viris sánguinum salva me. Délivre-moi de ceux qui commettent l'iniquité, et sauve-moi des hommes de sang.
Quia ecce insidiáti sunt ánimæ meæ, * irruérunt in me fortes. Car voici qu'ils sont aux aguets pour m'ôter la vie; des hommes violents complotent contre moi.
Neque delíctum, neque peccátum in me est, Dómine; * sine iniquitáte mea currunt et præparántur. Sans que je sois coupable, sans que j'aie péché, Seigneur malgré mon innocence ils accourent et s'embusquent.
Exsúrge in occúrsum meum et vide; † fortitúdo mea, tibi atténdam; * quia, Deus, præsídium meum es. Éveille-Toi, viens au-devant de moi et regarde ; ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
[et tu, Dómine, Deus virtútum, Deus Israel, * evígila ad visitándas omnes gentes; [Toi, Seigneur, Dieu des armées, Dieu d'Israël, lève-Toi pour châtier toutes les nations,
non misereáris ómnibus, * qui infidéliter operántur. sois sans pitié pour ces traîtres et ces malfaiteurs !
 Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes * et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir, ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ecce eructábunt ore suo, et gládius in lábiis eórum: * “Quis enim audit?” Voici que leur bouche vomit l'injure, il y a des glaives sur leurs lèvres : " Qui est-ce qui entend ? " disent-ils.
Et tu, Dómine, deridébis eos, * subsannábis omnes gentes. Et toi, Seigneur, Tu te ris d'eux, Tu te moques de toutes les nations !
Fortitúdo mea, tibi atténdam, * quia, Deus, praesídium meum es. Ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
Deus meus, misericórdia eíus praevéniet me. * Deus fáciet, ut despíciam inimícos meos. Le Dieu qui m'est propice viendra au-devant de moi ; Dieu me fera contempler mes ennemis.
[Ne óccidas eos, * ne quando obliviscátur pópulus meus; [Ne les tue pas, de peur que mon peuple n'oublie;
dispérge illos in virtúte tua et prostérne eos, * protéctor meus, Dómine. fais-les errer par ta puissance et renverse-les, ô Seigneur, notre bouclier.
Peccátum oris eórum, sermo labiórum ipsórum, * et comprehendántur in supérbia sua. Leur bouche pèche à chaque parole de leurs lèvres ; qu'ils soient pris dans leur propre orgueil,
Propter exsecratiónem et mendácium, * quod loquúntur, à cause des malédictions et des mensonges qu'ils profèrent!
consúme eos in furóre, consúme, et non erunt; * et scient quia Deus dominábitur Iácob et fínium terrae. Détruis-les dans ta fureur, détruis-les, et qu'ils ne soient plus; qu'ils sachent que Dieu règne sur Jacob, jusqu'aux extrémités de la terre !
Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir ; ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ipsi errábunt ad manducándum; si vero non fúerint saturáti, murmurábunt. ] Ils errent çà et là, cherchant leur proie, et ils grognent s'ils ne sont pas rassasiés.]
Deus meus, misericórdia eius prævéniet me. * Deus fáciet ut despíciam inimícos meos. Mon Dieu, sa miséricorde me précède. Dieu fera que je contemplerai l'humiliation de mes ennemis.
Ego autem cantábo fortitúdinem tuam * et exsultábo mane misericórdiam tuam, Et moi, je chanterai Ta force, et le matin je célébrerai Ta bonté,
quia factus es præsídium meum * et refúgium meum in die tribulatiónis meæ. car Tu es ma forteresse, un refuge au jour de ma tribulation.
Fortitúdo mea, tibi psallam, † quia, Deus, præsídium meum es: * Deus meus misericórdia mea. O ma force, je chanterai en Ton honneur, car Dieu est ma forteresse, mon Dieu, ma miséricorde.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
Ant. 3 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 3 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 59 (60) Psaume 59 (60)
Post calamitatem oratio Prière après une calamité
In mundo pressuram habetis, sed confidite, ego vici mundum (Io 16, 33). Vous aurez des épreuves dans le monde, mais prenez confiance, J'ai vaincu le monde (Io 16, 33).
Deus, reppulísti nos, destruxísti nos. * Irátus es. Convértere ad nos! O Dieu, Tu nous a rejetés, Tu nous a dispersés : Tu étais irrité. Rends-nous Ta faveur !
Concussísti terram, confregísti eam; * sana contritiónes eius, quia commóta est. Tu as ébranlé le pays, Tu l'as déchiré : répare ses brèches, car il chancelle.
Ostendísti pópulo tuo dura, * potásti nos vino vertíginis. Tu as fait voir à Ton peuple de rudes épreuves, Tu nous a fait boire un vin de vertige.
Dedísti metuéntibus te signum, * ut fúgiant a fácie arcus. Mais Tu as donné à ceux qui Te craignent une bannière, afin qu'elle s'élève à cause de Ta vérité.
Ut liberéntur dilécti tui, * salvos fac déxtera tua et exáudi nos. Afin que Tes bien-aimés soient délivrés, sauve par Ta droite, et exauce-nous.
Deus locútus est in sancto suo: † «Lætábor et partíbor Síchimam * et convállem Succoth metíbor. Dieu a parlé dans sa sainteté : « Je tressaillirai de joie. J'aurai Sichem en partage, et je mesurerai la vallée de Succoth.
Meus est Gálaad et meus est Manásses * et Ephraim fortitúdo cápitis mei. Galaad est à moi, à moi Manassé, et Ephraim est l'armure de ma tête.
Iuda sceptrum meum, * Moab olla lavácri mei. Et Juda mon sceptre, Moab est le bassin où je me lave.
Super Idumæam exténdam calceaméntum meum, * super Philistæam vociferábor». Sur Edom je jette ma sandale; terre des Philistins, pousse des acclamations en mon honneur ».
Quis addúcet me in civitátem munítam? * Quis dedúcet me usque in Idumæam? Qui me mènera à la ville forte? Qui me conduira à Edom?
Nonne tu, Deus, qui reppulísti nos, * et non egrediéris, Deus, in virtútibus nostris? N'est-ce pas Toi, ô Dieu, qui nous avais rejetés, ô Dieu, qui ne sortais plus avec nos armées ?
Da nobis auxílium de tribulatióne, * quia vana salus hóminis. Prête-nous Ton secours contre l'oppresseur ! Le secours de l'homme n'est que vanité.
In Deo faciémus virtútem, * et ipse conculcábit tribulántes nos. Avec Dieu nous accomplirons des exploits ; Il écrasera nos ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
Lectio brevis (Act 2, 32. 36) Lecture brève (Act 2, 32. 36)
Iesum resuscitávit Deus, cuius omnes nos testes sumus. Certíssime ergo sciat omnis domus Israel quia et Dóminum eum et Christum Deus fecit hunc Iesum, quem vos crucifixístis. C'est ce Jésus que Dieu a ressuscité: nous en sommes tous témoins. Que toute la maison d'Israël sache donc avec certitude que Dieu L'a fait et Seigneur et Christ, ce Jésus que vous avez crucifié.
℣. Surréxit Dóminus vere, allelúia.
℟. Et appáruit Simóni, allelúia.
℣. Le Seigneur est vraiment ressuscité, alléluia.
℟. Et Il est apparu à Simon, alléluia.
Deus, qui pro nobis Fílium tuum crucis patíbulum subíre voluísti, ut inimíci a nobis expélleres potestátem, concéde nobis fámulis tuis, ut resurrectiónis grátiam consequámur. Per Dóminum. O Dieu qui a voulu que Ton Fils subît pour nous le gibet de la croix pour enlever à l'ennemi tout pouvoir sur nous, accorde-nous qui sommes Tes serviteurs la grâce de la résurrection.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Tertiam - psalmodia complementaria

A Tierce - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 1 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 119 (120) Psaume 119 (120)
Desiderium pacis Désir de paix
In tribulatione patientes, orationi instantes (Rom 12, 12). Soyez patients dans l'affliction, assidus à la prière, (Rom 12, 12).
Ad Dóminum, cum tribulárer, clamávi, * et exaudívit me. Vers le Seigneur, dans ma détresse, j'ai crié, et Il m'a exaucé:
Dómine, líbera ánimam meam a lábiis mendácii, * a língua dolósa. « Seigneur, délivre mon âme de la lèvre de mensonge, de la langue astucieuse! »
Quid detur tibi aut quid apponátur tibi, * língua dolósa? Que te sera-t-il donné, quel sera ton profit, langue perfide?
Sagíttæ poténtis acútæ * cum carbónibus iuniperórum. Les flèches aiguës du Tout-puissant, avec les charbons ardents du genêt.
Heu mihi, quia peregrinátus sum in Mosoch, * habitávi ad tabernácula Cedar! Malheureux que je suis de séjourner dans Mések, d'habiter sous les tentes de Cédar !
Multum íncola fuit ánima mea * cum his, qui odérunt pacem. Trop longtemps j'ai demeuré avec ceux qui haïssent la paix.
Ego eram pacíficus; * cum loquébar, illi impugnábant me. Je suis un homme de paix et, quand je leur parle, ils sont pour la guerre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 2 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 120 (121) Psaume 120 (121)
Custos populi Garde du peuple
Non esurient amplius, neque sitient amplius, neque cadet super illos sol neque ullus æstus (Ap 7, 16). Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, la brûlure du soleil ne les accablera plus. (Ap 7, 16).
Levábo óculos meos in montes: * unde véniet auxílium mihi? Je lève les yeux vers les montagnes : d'où me viendra le secours?
Auxílium meum a Dómino, * qui fecit cælum et terram. Mon secours viendra du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Non dabit in commotiónem pedem tuum, * neque dormitábit, qui custódit te. Il ne permettra pas que ton pied trébuche; celui qui te garde ne sommeillera pas.
Ecce non dormitábit neque dórmiet, * qui custódit Israel. Non, il ne sommeille ni ne dort, celui qui garde Israël.
Dóminus custódit te, † Dóminus umbráculum tuum, * ad manum déxteram tuam. Le Seigneur est ton gardien, le Seigneur est ton abri, toujours à ta droite.
Per diem sol non percútiet te, * neque luna per noctem. Pendant le jour le soleil ne te frappera point, ni la lune pendant la nuit.
Dóminus custódiet te ab omni malo; * custódiet ánimam tuam Dóminus. Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ton âme.
Dóminus custódiet intróitum tuum et éxitum tuum * ex hoc nunc et usque in sæculum Le Seigneur gardera ton départ et ton arrivée, maintenant et à jamais.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 3 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 121 (122) Psaume 121 (122)
Civitas sancta Ierusalem La cité sainte de Jérusalem
Accessistis ad Sion montem et civitatem Dei viventis, Ierusalem cælestem (Hebr 12, 22). Vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant qui est la Jérusalem céleste (Hebr 12, 22).
Lætátus sum in eo quod dixérunt mihi: * «In domum Dómini íbimus» . J'ai été dans la joie quand on m'a dit: « Allons à la maison du Seigneur »
Stantes iam sunt pedes nostri * in portis tuis, Ierúsalem. Maintenant nos pieds se tiennent à tes portes, Jérusalem.
Ierúsalem, quæ ædificáta est ut cívitas, * sibi compácta in idípsum. Jérusalem, tu es bâtie comme une ville où tout se tient ensemble.
Illuc enim ascendérunt tribus, tribus Dómini, * testimónium Israel, ad confiténdum nómini Dómini. Là montent les tribus, les tribus du Seigneur, selon la loi d'Israël, pour louer le nom du Seigneur.
Quia illic sedérunt sedes ad iudícium, *sedes domus David. Là sont établis des sièges pour le jugement, les sièges de la maison de David.
Rogáte, quæ ad pacem sunt Ierúsalem: * «Secúri sint diligéntes te! Faites des voeux pour Jérusalem: « Qu'ils soient en sûreté ceux qui t'aiment !
Fiat pax in muris tuis, * et secúritas in túrribus tuis! ». Que la paix règne dans tes murs, la prospérité dans tes palais ! »
Propter fratres meos et próximos meos * loquar: «Pax in te! ». A cause de mes frères et de mes amis, je dis : «Paix sur toi ! ».
Propter domum Dómini Dei nostri * exquíram bona tibi. A cause de la maison du Seigneur, notre Dieu, je désire pour toi le bonheur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Messe du vendredi 13 avril 2018

Hebdomada II Paschae IIème semaine de Pâques
Feria VI Vendredi
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introït
Ps. 67, 8 et 9 Ps. 67, 8 et 9
DEUS, dum egrederéris coram pópulo tuo, iter fáciens eis, hábitans in illis, allelúia: terra mota est, caeli distillavérunt, allelúia, allelúia. Ps. ibid., 2 Exsúrgat Deus, et dissipéntur inimíci eius: et fúgiant, qui odérunt eum, a fácie eius. ℣. Glória Patri. Dieu, quand Tu sortais devant Ton peuple, alléluia, frayant le chemin pour eux, habitant parmi eux, alléluia, la terre fut ébranlée et les cieux se fondirent, alléluia, alléluia. Ps. Que Dieu Se lève et que Ses ennemis soient dissipés : et que ceux qui Le haïssent fuient devant Sa face.
Collecta Collecte
Deus, qui pro nobis Fílium tuum crucis patíbulum subíre voluísti, ut inimíci a nobis expélleres potestátem, concéde nobis fámulis tuis, ut resurrectiónis grátiam consequámur. Per Dóminum. O Dieu qui a voulu que Ton Fils subît pour nous le gibet de la croix pour enlever à l'ennemi tout pouvoir sur nous, accorde-nous qui sommes Tes serviteurs la grâce de la résurrection.
Lectio I Ière lecture
Léctio Actuum Apostolórum (5,34-42) Actes des apôtres (5,34-42)
In diebus illis: Surgens quidam in concílio pharisǽus nómine Gamáliel, legis doctor honorábilis univérsae plebi, iússit foras ad breve apostolos fíeri dixítque ad illos: “Víri Israelítae, atténdite vobis super homínibus istis quid actúri sitis. Ante hos enim dies éxstitit Theúdas dicens esse se áliquem, cui consénsit virórum númerus círciter quadringentórum; qui occísus est, et omnes, quicúmque credébant ei, dissipáti sunt et redácti sunt ad níhilum. Post hunc éxstitit Iúdas Galilǽus in diébus census et avértit pópulum post se; et ipse périit, et omnes, quotquot consentiébant ei, dispérsi sunt. Et nunc dico vobis: Discédite ab homínibus istis et sínite illos. Quóniam si est ex homínibus consílium hoc aut opus hoc, dissolvétur; si vero ex Deo est, non potéritis dissólvere eos, ne forte et advérsus Deum pugnántes inveniámini!” Consensérunt autem illi et convocántes apóstolos, caesis denuntiavérunt, ne loqueréntur in nómine Iésu, et dimisérunt eos. Et illi quidem ibant gaudéntes a conspéctu concílii, quóniam digni hábiti sunt pro nómine contuméliam pati; et omni die in templo et circa domos non cessábant docéntes et evangelizántes Christum, Iésum. En ces jours là : un pharisien, nommé Gamaliel, docteur de la loi, honoré de tout le peuple, se levant dans le conseil, ordonna qu'on fit sortir un instant les Apôtres; puis il dit: Hommes Israëlites, prenez garde à ce que vous allez faire à ces hommes. Car il y a quelque temps s'est levé Théodas, qui prétendait être quelque chose, et quatre cents hommes environ s'attachèrent à lui; il fut tué, et tous ceux qui croyaient en lui furent dispersés et réduits à néant. 37 Après lui se leva Judas de Galilée, au temps du dénombrement, et il attira le peuple à sa suite; mais il périt aussi, et tous ceux qui s'étaient attachés à lui furent dispersés. Et maintenant je vous dis: Retirez-vous de ces hommes, et laissez-les aller; car si ce conseil ou cette oeuvre vient des hommes, elle dissoudra; mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez pas la dissoudre, et vous risquez de combattre contre Dieu même. Ils se rendirent à son avis; et ayant rappeler les Apôtres, ils leur défendirent absolument, après les avoir flagellés, de parler au nom de Jésus; puis ils les relâchèrent. Et eux, ils s'en allaient joyeux de devant le conseil, parce qu'ils avaient été jugés dignes de souffrir des outrages pour le nom de Jésus. Et tous les jours ils ne cessaient point d'enseigner dans le temple et dans les maisons, et d'annoncer le Christ Jésus.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias. Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Allelúia Alléluia
Matth. 28, 7
℟. Allelúia. ℣. In die resurrectiónis meae, dicit Dóminus, praecédam vos in Galilaéam. ℟. Alléluia. ℣. Au jour de Ma résurrection, dit le Seigneur, Je vous précéderai en Galilée.
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secundum loánnem (6,1-15)
In illo tempore: Abiit Iésus trans mare Galilǽae, quod est Tiberíadis. Et sequebátur eum multitúdo magna, quia vidébant signa, quae faciébat super his, qui infirmabántur. Súbiit autem in montem Iésus et ibi sedébat cum discípulis suis. Erat autem próximum Pascha, dies festus Iudaeórum. Cum sublevásset ergo óculos Iésus et vidísset quia multitúdo magna venit ad eum, dicit ad Philíppum: “Unde emémus panes, ut mandúcent hi?” Hoc autem dicébat tentans eum; ipse enim sciébat quid esset factúrus. Respóndit ei Philíppus: “Ducentórum denariórum panes non suffíciunt eis, ut unusquísque módicum quid accípiat!” Dicit ei unus ex discípulis eíus, Andréas frater Simónis Petri: “Est puer hic, qui habet quinque panes hordeáceos et duos pisces; sed haec quid sunt propter tantos?” Dixit Iésus: “Fácite hómines discúmbere.” Erat autem fenum multum in loco. Discubuérunt ergo viri número quasi quinque mília. Accépit ergo panes Iésus et, cum grátias egísset, distríbuit discumbéntibus; simíliter et ex píscibus, quantum volébant. Ut autem impléti sunt, dicit discípulis suis: “Collígite, quae superavérunt, fragménta, ne quid péreat.” Collegérunt ergo et implevérunt duódecim cóphinos fragmentórum ex quinque pánibus hordeáceis, quae superfuérunt his, qui manducavérunt. Illi ergo hómines, cum vidíssent quod fécerat signum, dicébant: “Hic est vere prophéta, qui venit in mundum!” Iésus ergo, cum cognovísset quia ventúri essent, ut ráperent eum et fácerent eum regem, secéssit íterum in montem ipse solus. En ce temps là : Jésus S'en alla au delà de la mer de Galilée, ou de Tibériade; et une multitude nombreuse Le suivait, parce qu'ils voyaient les miracles qu'Il opérait sur les malades. Jésus monta donc sur une montagne, et là Il S'assit avec Ses disciples.Or la Pâque, jour de fête des Juifs, était proche. Ayant donc levé les yeux, et voyant qu'une très grande multitude venait à Lui, Jésus dit à Philippe: Où achèterons-nous des pains pour leur donner à manger? Mais Il disait dela pour l'éprouver; car, Lui, Il savait ce qu'Il allait faire. Philippe Lui répondit: Deux cents deniers de pains ne suffiraient pas pour que chacun en reçût un peu. Un de Ses disciples, André, frère de Simon-Pierre, Lui dit: Il y a ici un jeune garçon qui a cinq pains d'orge et deux poissons; mais qu'est-ce que cela pour tant de monde?  Jésus dit donc: Faites asseoir ces hommes. Or il y avait beaucoup d'herbe en ce lieu. Ils s'assirent donc, au nombre d'environ cinq mille hommes. Jésus prit alors les pains, et ayant rendu grâces, Il les distribua à ceux qui étaient assis; Il leur donna de même des poissons, autant qu'ils en voulaient.  Lorsqu'ils furent rassasiés, Il dit à Ses disciples: Ramassez les morceaux qui sont restés, pour qu'ils ne se perdent pas.  Ils les ramassèrent donc, et ils remplirent douze corbeilles avec les morceaux qui étaient restés des cinq pains d'orge, après que tous eurent mangé. Ces hommes, ayant donc vu le miracle qu'avait fait Jésus, disaient: Celui-ci est vraiment le prophète que doit venir dans le monde. Mais Jésus, sachant qu'ils allaient venir L'enlever pour Le faire roi, S'enfuit de nouveau, tout seul, sur la montagne.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium Offertoire
Matth. 28, 2, 5 et 6
Angelus Dómini descéndit de cælo, et dixit muliéribus: Quem quǽritis, surréxit, sicut dixit, allelúia. L'ange du Seigneur descendit du ciel et dit aux femmes : Celui que vous cherchez est ressuscité comme Il l'avait dit, alléluia.
Super oblataPrière sur les oblats
Stans postea in medio altaris, versus ad populum, extendens et iungens manus, dicit: Après cela, debout au centre de l'autel, tourné vers le peuple, en étendant puis joignant les mains, il dit :
Oráte, fratres, ut meum ac vestrum sacrifícium acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem. Priez, mes frères, pour que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, puisse être agréé par Dieu le Père tout-puissant.
Populus surgit et respondet: Le peuple se lève et répond :
Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram totiúsque Ecclésiæ suæ sanctæ. Que le Seigneur reçoive de vos mains le sacrifice, à la louange et à la gloire de Son nom, et aussi pour notre bien et celui de toute Sa sainte Église.
Oblatiónes famíliæ tuæ, quǽsumus, Dómine, súscipe miserátus, ut, sub tuæ protectiónis auxílio, et colláta non perdant, et ad ætérna dona pervéniant. Per Christum. Accueille dans Ta miséricorde, Seigneur, les oblations de Ta famille, de sorte que sous Ta protection, nous ne perdions pas les dons que nous avosn reçus et que nous parvenions aux dons éternels.
℣. Dóminus vobíscum.
℟. Et cum spíritu tuo.
℣. Sursum corda.
℟. Habémus ad Dóminum.
℣. Grátias agámus Dómino Deo nostro.
℟. Dignum et iustum est.
℣. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et avec votre esprit.
℣. Haut les coeurs.
℟. Ils sont vers le Seigneur.
℣. Rendons-grâces au Seigneur notre Dieu.
℟. C'est digne et juste.
PRÆFATIO PASCHALIS II IIème PREFACE PASCALE
De vita nova in Christo Dela vie nouvelle dans le Christ
Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre: Te quidem, Dómine, omni témpore confitéri, sed in hoc potíssimum gloriósius prædicáre, cum Pascha nostrum immolátus est Christus. Per quem in ætérnam vitam fílii lucis oriúntur, et regni cæléstis átria fidélibus reserántur.
Quia mors nostra est eius morte redémpta, et in eius resurrectióne vita ómnium resurréxit.
Quaprópter, profúsis paschálibus gáudiis, totus in orbe terrárum mundus exsúltat.
Sed et supérnæ virtútes atque angélicæ potestátes hymnum glóriæ tuæ cóncinunt, sine fine dicéntes:
Vraiment il est digne et juste, équitable et salutaire : de Te louer en tout temps, Seigneur, mais plus encore de T'exalter en ce temps glorieux où Christ, notre Pâque, a été immolé. Par lui, les enfants de lumière s'éveillent à la vie éternelle, et les portes du royaume des cieux sont ouvertes aux fidèles ;
car notre mort a été surmontée dans Sa mort, et dans Sa glorieuse résurrection, toute vie est ressuscitée.
Donc, avec la profusion de la joie pascale, le monde entier exulte.
Mais aussi les vertus supérieures et les puissances angéliques entonnent l'hymne de Ta gloire en disant sans cesse:
Sanctus, Sanctus, Sanctus Dóminus Deus Sábaoth... Saint, Saint, Saint, le Seigneur Dieu des Armées...
Communio Communion
Ioann. 20, 27 Jn 20,27
Mitte manum tuam, et cognósce loca clavórum: et noli esse incrédulus, sed fidélis. Mets ici ta main, et touche la place des clous, alléluia ; et ne sois pas incrédule, mais croyant, alléluia, alléluia.
Post communionem Post communion
Contínua, quǽsumus, Dómine, quos salvásti pietáte custódi, ut, qui Fílii tui passióne sunt redémpti, eius resurrectióne læténtur. Qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum. Continue, nous T'en prions, Seigneur, de conserver ceux que Tu as sauvé dans Ta bonté pour que ceux pour lesquels Tu as obtenu la rédemption par la Passion de Ton Fils puissent se réjouir dans Sa résurrection.
Modifications aux messes lues :
Ant. ad introitum
Cf. Ps 67, 8-9.20
Deus, dum egrederéris coram pópulo tuo, iter fáciens eis, hábitans in illis, terra mota est, cæli distillavérunt, allelúia.
Ant. ad communionem
Mt 28, 20
Ecce ego vobíscum sum ómnibus diébus, usque ad consummatiónem sΔculi, allelúia.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de sexte du vendredi 13 avril 2018

Hebdomada II Paschae IIème semaine de Pâques
Feria VI Vendredi
Ad Sextam
Ad Sextam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Veníte, servi, súpplices, Venez, serviteurs, suppliez,
et mente et ore extóllite célébrez du cœur et des lèvres
dignis beátum láudibus par vos louanges, vos cantiques,
nomen Dei cum cántico. le nom béni de notre Dieu
Hoc namque tempus illud est, Car voici revenu le temps
quo sæculórum iúdicem où par une injuste sentence
iniústa morti trádidit les mortels livrent à la mort
mortálium senténtia. Celui qui doit juger les siècles.
Et nos amóre débito, Nous, qui Lui devons notre amour,
timóre iusto súbditi, l'hommage d'une juste crainte,
advérsus omnes ímpetus pour tenir contre les assauts
quos sævus hostis íncutit, de notre cruel ennemi.
Unum rogémus et Patrem Supplions l'Unique : le Père,
Deum regémque Fílium le Fils, qui est Dieu et qui règne ;
simúlque Sanctum Spíritum, avec eux aussi, l'Esprit Saint ;
in Trinitáte Dóminum. Amen. en Sa Trinité, le Seigneur.
Ant. 1 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 1 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 118 (119), 73-80 Psaume 118 (119), 73-80
X (Iod) X (Iod)
Manus tuæ fecérunt me et plasmavérunt me; * da mihi intelléctum, et discam præcépta tua. Ce sont Tes mains qui m'ont fait et qui m'ont façonné: donne-moi l'intelligence pour apprendre Tes commandements.
Qui timent te, vidébunt me et lætabúntur, * quia in verba tua supersperávi. Ceux qui Te craignent, en me voyant, se réjouiront, car j'ai confiance en Ta parole.
Cognóvi, Dómine, quia æquitas iudícia tua, * et in veritáte humiliásti me. Je sais, Seigneur, que Tes jugements sont justes; c'est dans Ta fidélité que Tu m'as humilié.
Fiat misericórdia tua, ut consolétur me, * secúndum elóquium tuum servo tuo. Que Ta bonté soit ma consolation, selon Ta parole donnée à Ton serviteur.
Véniant mihi miseratiónes tuæ, et vivam, * quia lex tua delectátio mea est. Que Ta compassion vienne sur moi, et que je vive, car Ta loi fait mes délices.
Confundántur supérbi, quóniam dolóse incurvavérunt me, * ego autem exercébor in mandátis tuis. Qu'ils soient confondus les orgueilleux qui me maltraitent injustement, moi, je médite Tes ordonnances.
Convertántur mihi timéntes te * et qui novérunt testimónia tua. Qu'ils se tournent vers moi ceux qui Te craignent, et ceux qui connaissent Tes enseignements.
Fiat cor meum immaculátum in iustificatiónibus tuis, * ut non confúndar. Que mon cœur soit tout entier à Tes lois, afin que je ne sois pas confondu.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
Ant. 2 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 2 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18 Psaume 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Adversus insurgentes oratio Prière contre les adversaires orgueilleux
Hæ voces Salvatoris pietatem erga Patrem suum omnes edoceant (Eusebius Cæsariensis). Voici les paroles du Seigneur, qui enseigne à tous la piété envers Son Père (Eusèbe de Césarée).
Eripe me de inimícis meis, Deus meus, * et ab insurgéntibus in me prótege me. Délivre-moi de mes ennemis, ô mon Dieu, protège-moi contre mes adversaires.
Eripe me de operántibus iniquitátem * et de viris sánguinum salva me. Délivre-moi de ceux qui commettent l'iniquité, et sauve-moi des hommes de sang.
Quia ecce insidiáti sunt ánimæ meæ, * irruérunt in me fortes. Car voici qu'ils sont aux aguets pour m'ôter la vie; des hommes violents complotent contre moi.
Neque delíctum, neque peccátum in me est, Dómine; * sine iniquitáte mea currunt et præparántur. Sans que je sois coupable, sans que j'aie péché, Seigneur malgré mon innocence ils accourent et s'embusquent.
Exsúrge in occúrsum meum et vide; † fortitúdo mea, tibi atténdam; * quia, Deus, præsídium meum es. Éveille-Toi, viens au-devant de moi et regarde ; ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
[et tu, Dómine, Deus virtútum, Deus Israel, * evígila ad visitándas omnes gentes; [Toi, Seigneur, Dieu des armées, Dieu d'Israël, lève-Toi pour châtier toutes les nations,
non misereáris ómnibus, * qui infidéliter operántur. sois sans pitié pour ces traîtres et ces malfaiteurs !
 Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes * et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir, ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ecce eructábunt ore suo, et gládius in lábiis eórum: * “Quis enim audit?” Voici que leur bouche vomit l'injure, il y a des glaives sur leurs lèvres : " Qui est-ce qui entend ? " disent-ils.
Et tu, Dómine, deridébis eos, * subsannábis omnes gentes. Et toi, Seigneur, Tu te ris d'eux, Tu te moques de toutes les nations !
Fortitúdo mea, tibi atténdam, * quia, Deus, praesídium meum es. Ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
Deus meus, misericórdia eíus praevéniet me. * Deus fáciet, ut despíciam inimícos meos. Le Dieu qui m'est propice viendra au-devant de moi ; Dieu me fera contempler mes ennemis.
[Ne óccidas eos, * ne quando obliviscátur pópulus meus; [Ne les tue pas, de peur que mon peuple n'oublie;
dispérge illos in virtúte tua et prostérne eos, * protéctor meus, Dómine. fais-les errer par ta puissance et renverse-les, ô Seigneur, notre bouclier.
Peccátum oris eórum, sermo labiórum ipsórum, * et comprehendántur in supérbia sua. Leur bouche pèche à chaque parole de leurs lèvres ; qu'ils soient pris dans leur propre orgueil,
Propter exsecratiónem et mendácium, * quod loquúntur, à cause des malédictions et des mensonges qu'ils profèrent!
consúme eos in furóre, consúme, et non erunt; * et scient quia Deus dominábitur Iácob et fínium terrae. Détruis-les dans ta fureur, détruis-les, et qu'ils ne soient plus; qu'ils sachent que Dieu règne sur Jacob, jusqu'aux extrémités de la terre !
Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir ; ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ipsi errábunt ad manducándum; si vero non fúerint saturáti, murmurábunt. ] Ils errent çà et là, cherchant leur proie, et ils grognent s'ils ne sont pas rassasiés.]
Deus meus, misericórdia eius prævéniet me. * Deus fáciet ut despíciam inimícos meos. Mon Dieu, sa miséricorde me précède. Dieu fera que je contemplerai l'humiliation de mes ennemis.
Ego autem cantábo fortitúdinem tuam * et exsultábo mane misericórdiam tuam, Et moi, je chanterai Ta force, et le matin je célébrerai Ta bonté,
quia factus es præsídium meum * et refúgium meum in die tribulatiónis meæ. car Tu es ma forteresse, un refuge au jour de ma tribulation.
Fortitúdo mea, tibi psallam, † quia, Deus, præsídium meum es: * Deus meus misericórdia mea. O ma force, je chanterai en Ton honneur, car Dieu est ma forteresse, mon Dieu, ma miséricorde.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
Ant. 3 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 3 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 59 (60) Psaume 59 (60)
Post calamitatem oratio Prière après une calamité
In mundo pressuram habetis, sed confidite, ego vici mundum (Io 16, 33). Vous aurez des épreuves dans le monde, mais prenez confiance, J'ai vaincu le monde (Io 16, 33).
Deus, reppulísti nos, destruxísti nos. * Irátus es. Convértere ad nos! O Dieu, Tu nous a rejetés, Tu nous a dispersés : Tu étais irrité. Rends-nous Ta faveur !
Concussísti terram, confregísti eam; * sana contritiónes eius, quia commóta est. Tu as ébranlé le pays, Tu l'as déchiré : répare ses brèches, car il chancelle.
Ostendísti pópulo tuo dura, * potásti nos vino vertíginis. Tu as fait voir à Ton peuple de rudes épreuves, Tu nous a fait boire un vin de vertige.
Dedísti metuéntibus te signum, * ut fúgiant a fácie arcus. Mais Tu as donné à ceux qui Te craignent une bannière, afin qu'elle s'élève à cause de Ta vérité.
Ut liberéntur dilécti tui, * salvos fac déxtera tua et exáudi nos. Afin que Tes bien-aimés soient délivrés, sauve par Ta droite, et exauce-nous.
Deus locútus est in sancto suo: † «Lætábor et partíbor Síchimam * et convállem Succoth metíbor. Dieu a parlé dans sa sainteté : « Je tressaillirai de joie. J'aurai Sichem en partage, et je mesurerai la vallée de Succoth.
Meus est Gálaad et meus est Manásses * et Ephraim fortitúdo cápitis mei. Galaad est à moi, à moi Manassé, et Ephraim est l'armure de ma tête.
Iuda sceptrum meum, * Moab olla lavácri mei. Et Juda mon sceptre, Moab est le bassin où je me lave.
Super Idumæam exténdam calceaméntum meum, * super Philistæam vociferábor». Sur Edom je jette ma sandale; terre des Philistins, pousse des acclamations en mon honneur ».
Quis addúcet me in civitátem munítam? * Quis dedúcet me usque in Idumæam? Qui me mènera à la ville forte? Qui me conduira à Edom?
Nonne tu, Deus, qui reppulísti nos, * et non egrediéris, Deus, in virtútibus nostris? N'est-ce pas Toi, ô Dieu, qui nous avais rejetés, ô Dieu, qui ne sortais plus avec nos armées ?
Da nobis auxílium de tribulatióne, * quia vana salus hóminis. Prête-nous Ton secours contre l'oppresseur ! Le secours de l'homme n'est que vanité.
In Deo faciémus virtútem, * et ipse conculcábit tribulántes nos. Avec Dieu nous accomplirons des exploits ; Il écrasera nos ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
Lectio brevis (Gal 3, 27-28) Lecture brève (Gal 3, 27-28)
Quicúmque in Christo baptizáti estis, Christum induístis; non est Iudæus neque Græcus, non est servus neque liber, non est másculus et fémina: omnes enim vos unus estis in Christo Iesu. Vous tous, en effet, qui avez été baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ. Il n'y a plus ni Juif ni Grec; il n'y a plus ni esclave ni homme libre; il n'y a plus ni homme ni femme: car vous n'êtes tous qu'une personne dans le Christ Jésus.
℣. Gavísi sunt discípuli, allelúia.
℟. Viso Dómino, allelúia.
℣. Les disciples se réjouirent, alléluia.
℟. En voyant le Seigneur, alléluia.
Deus, qui pro nobis Fílium tuum crucis patíbulum subíre voluísti, ut inimíci a nobis expélleres potestátem, concéde nobis fámulis tuis, ut resurrectiónis grátiam consequámur. Per Dóminum. O Dieu qui a voulu que Ton Fils subît pour nous le gibet de la croix pour enlever à l'ennemi tout pouvoir sur nous, accorde-nous qui sommes Tes serviteurs la grâce de la résurrection.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Sextam - psalmodia complementaria

A Sexte - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 1 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 122 (123) Psaume 122 (123)
Dominus fiducia populi Le Seigneur, confiance du peuple
Duo cæci... clamaverunt: «Domine, miserere nostri, Fili David» (Mt 20, 30). Deux aveugles crièrent « Seigneur, aie pitié de nous, Fils de David » (Mt 20, 30).
Ad te levávi óculos meos, * qui hábitas in cælis. J'élève mes yeux vers Toi, ô toi qui siège dans les cieux!
Ecce sicut óculi servórum ad manus dominórum suórum, * sicut óculi ancíllæ ad manus dóminæ suæ, Comme l'oeil du serviteur est fixé sur la main de son maître, et l'oeil de la servante sur la main de sa maîtresse,
ita óculi nostri ad Dóminum Deum nostrum, * donec misereátur nostri. ainsi nos yeux sont fixés sur le Seigneur, notre Dieu, jusqu'à ce qu'Il ait pitié de nous.
Miserére nostri, Dómine, miserére nostri, * quia multum repléti sumus despectióne; Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous, car nous n'avons été que trop rassasiés d'opprobres.
quia multum repléta est ánima nostra * derisióne abundántium et despectióne superbórum. Notre âme n'a été que trop rassasiée de la moquerie des superbes, du mépris des orgueilleux.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 2 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 123 (124) Psaume 123 (124)
Adiutorium nostrum in nomine Domini Notre secours est dans le nom du Seigneur
Dixit Dominus Paulo: «Noli timere ... quia ego sum tecum» (Act 18, 9-10). Le Seigneur dit à Paul : « ne crains pas ... Je suis avec toi» (Act 18, 9-10).
Nisi quia Dóminus erat in nobis, dicat nunc Israel, † nisi quia Dóminus erat in nobis, * cum exsúrgerent hómines in nos: Si le Seigneur n'eût été pour nous, qu'Israël le proclame, si le Seigneur n'eût été pour nous, quand les hommes se sont élevés contre nous.
forte vivos deglutíssent nos, * cum irascerétur furor eórum in nos. Ils nous auraient dévorés tout vivants, quand leur colère s'est allumée contre nous.
Fórsitan aqua absorbuísset nos, † torrens pertransísset ánimam nostram * fórsitan pertransíssent ánimam nostram aquæ intumescéntes. Les eaux nous auraient engloutis, le torrent eût passé sur notre âme; sur notre âme auraient passé les eaux impétueuses.
Benedíctus Dóminus; * qui non dedit nos in direptiónem déntibus eórum. Béni soit le Seigneur, qui ne nous a pas livrés à leurs dents.
Anima nostra sicut passer erépta est * de láqueo venántium: Notre âme, comme le passereau, s'est échappée du filet de l'oiseleur :
láqueus contrítus est, * et nos erépti sumus. le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Adiutórium nostrum in nómine Dómini, * qui fecit cælum et terram. Notre secours est dans le nom du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 3 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 124 (125) Psaume 124 (125)
Dominus custos populi sui Le Seigneur prend soin de son peuple
Pax super Israel Dei (Gal 6, 16). La paix de Dieu sur Israël (Gal 6, 16).
Qui confídunt in Dómino sicut mons Sion: * non commovébitur, in ætérnum manet. Ceux qui se confient dans le Seigneur sont comme la montagne de Sion: elle ne chancelle point, elle est établie pour toujours.
Ierúsalem, montes in circúitu eius, † et Dóminus in circúitu pópuli sui * ex hoc nunc et usque in sæculum. Jérusalem a autour d'elle une ceinture de montagnes: ainsi le Seigneur entoure Son peuple, dès maintenant et à jamais.
Quia non requiéscet virga iniquitátis super sortem iustórum, * ut non exténdant iusti ad iniquitátem manus suas. Le sceptre des méchants ne restera pas sur l'héritage des justes, afin que les justes ne portent pas aussi leurs mains vers l'iniquité.
Bénefac, Dómine, bonis * et rectis corde. Seigneur, répands Tes bontés sur les bons, et sur ceux qui ont le coeur droit.
Declinántes autem per vias pravas † addúcet Dóminus cum operántibus iniquitátem. * Pax super Israel! Mais sur ceux qui se détournent en des voies tortueuses, que le Seigneur les abandonne avec ceux qui font le mal. Paix sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de none du vendredi 13 avril 2018

Hebdomada II Paschae IIème semaine de Pâques
Feria VI Vendredi
Ad Nonam
Ad Nonam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Hæc hora, quæ resplénduit Cette heure qui resplendit
crucísque solvit núbila, dissipe les sombres nuages de la croix ;
mundum tenébris éxuens, elle repousse les ténèbres du monde
reddens seréna lúmina. et lui rend une paisible lumière.
Hæc hora, qua resúscitans C'est l'heure où Jésus ressuscita
Iesus sepúlcris córpora, les corps des tombeaux
prodíre mortis líbera et ordonna à des morts de se montrer librement
iussit refúso spíritu. en leur rendant l'esprit.
Nováta sæcla crédimus Nous croyons le monde renouvelé
mortis solútis légibus, par l'abolition des lois de la mort,
vitæ beátæ múnera et le don de la vie bienheureuse
cursum perénnem cúrrere. offert éternellement.
Iesu, tibi sit glória, A Toi, Jésus, soit la louange,
qui morte victa prænites, glorieux vainqueur de la mort ;
cum Patre et almo Spíritu, louange au Père et à l'Esprit,
in sempitérna sæcula. Amen. à travers les siècles sans fin.
Ant. 1 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 1 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 118 (119), 73-80 Psaume 118 (119), 73-80
X (Iod) X (Iod)
Manus tuæ fecérunt me et plasmavérunt me; * da mihi intelléctum, et discam præcépta tua. Ce sont Tes mains qui m'ont fait et qui m'ont façonné: donne-moi l'intelligence pour apprendre Tes commandements.
Qui timent te, vidébunt me et lætabúntur, * quia in verba tua supersperávi. Ceux qui Te craignent, en me voyant, se réjouiront, car j'ai confiance en Ta parole.
Cognóvi, Dómine, quia æquitas iudícia tua, * et in veritáte humiliásti me. Je sais, Seigneur, que Tes jugements sont justes; c'est dans Ta fidélité que Tu m'as humilié.
Fiat misericórdia tua, ut consolétur me, * secúndum elóquium tuum servo tuo. Que Ta bonté soit ma consolation, selon Ta parole donnée à Ton serviteur.
Véniant mihi miseratiónes tuæ, et vivam, * quia lex tua delectátio mea est. Que Ta compassion vienne sur moi, et que je vive, car Ta loi fait mes délices.
Confundántur supérbi, quóniam dolóse incurvavérunt me, * ego autem exercébor in mandátis tuis. Qu'ils soient confondus les orgueilleux qui me maltraitent injustement, moi, je médite Tes ordonnances.
Convertántur mihi timéntes te * et qui novérunt testimónia tua. Qu'ils se tournent vers moi ceux qui Te craignent, et ceux qui connaissent Tes enseignements.
Fiat cor meum immaculátum in iustificatiónibus tuis, * ut non confúndar. Que mon cœur soit tout entier à Tes lois, afin que je ne sois pas confondu.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
Ant. 2 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 2 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18 Psaume 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Adversus insurgentes oratio Prière contre les adversaires orgueilleux
Hæ voces Salvatoris pietatem erga Patrem suum omnes edoceant (Eusebius Cæsariensis). Voici les paroles du Seigneur, qui enseigne à tous la piété envers Son Père (Eusèbe de Césarée).
Eripe me de inimícis meis, Deus meus, * et ab insurgéntibus in me prótege me. Délivre-moi de mes ennemis, ô mon Dieu, protège-moi contre mes adversaires.
Eripe me de operántibus iniquitátem * et de viris sánguinum salva me. Délivre-moi de ceux qui commettent l'iniquité, et sauve-moi des hommes de sang.
Quia ecce insidiáti sunt ánimæ meæ, * irruérunt in me fortes. Car voici qu'ils sont aux aguets pour m'ôter la vie; des hommes violents complotent contre moi.
Neque delíctum, neque peccátum in me est, Dómine; * sine iniquitáte mea currunt et præparántur. Sans que je sois coupable, sans que j'aie péché, Seigneur malgré mon innocence ils accourent et s'embusquent.
Exsúrge in occúrsum meum et vide; † fortitúdo mea, tibi atténdam; * quia, Deus, præsídium meum es. Éveille-Toi, viens au-devant de moi et regarde ; ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
[et tu, Dómine, Deus virtútum, Deus Israel, * evígila ad visitándas omnes gentes; [Toi, Seigneur, Dieu des armées, Dieu d'Israël, lève-Toi pour châtier toutes les nations,
non misereáris ómnibus, * qui infidéliter operántur. sois sans pitié pour ces traîtres et ces malfaiteurs !
 Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes * et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir, ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ecce eructábunt ore suo, et gládius in lábiis eórum: * “Quis enim audit?” Voici que leur bouche vomit l'injure, il y a des glaives sur leurs lèvres : " Qui est-ce qui entend ? " disent-ils.
Et tu, Dómine, deridébis eos, * subsannábis omnes gentes. Et toi, Seigneur, Tu te ris d'eux, Tu te moques de toutes les nations !
Fortitúdo mea, tibi atténdam, * quia, Deus, praesídium meum es. Ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
Deus meus, misericórdia eíus praevéniet me. * Deus fáciet, ut despíciam inimícos meos. Le Dieu qui m'est propice viendra au-devant de moi ; Dieu me fera contempler mes ennemis.
[Ne óccidas eos, * ne quando obliviscátur pópulus meus; [Ne les tue pas, de peur que mon peuple n'oublie;
dispérge illos in virtúte tua et prostérne eos, * protéctor meus, Dómine. fais-les errer par ta puissance et renverse-les, ô Seigneur, notre bouclier.
Peccátum oris eórum, sermo labiórum ipsórum, * et comprehendántur in supérbia sua. Leur bouche pèche à chaque parole de leurs lèvres ; qu'ils soient pris dans leur propre orgueil,
Propter exsecratiónem et mendácium, * quod loquúntur, à cause des malédictions et des mensonges qu'ils profèrent!
consúme eos in furóre, consúme, et non erunt; * et scient quia Deus dominábitur Iácob et fínium terrae. Détruis-les dans ta fureur, détruis-les, et qu'ils ne soient plus; qu'ils sachent que Dieu règne sur Jacob, jusqu'aux extrémités de la terre !
Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir ; ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ipsi errábunt ad manducándum; si vero non fúerint saturáti, murmurábunt. ] Ils errent çà et là, cherchant leur proie, et ils grognent s'ils ne sont pas rassasiés.]
Deus meus, misericórdia eius prævéniet me. * Deus fáciet ut despíciam inimícos meos. Mon Dieu, sa miséricorde me précède. Dieu fera que je contemplerai l'humiliation de mes ennemis.
Ego autem cantábo fortitúdinem tuam * et exsultábo mane misericórdiam tuam, Et moi, je chanterai Ta force, et le matin je célébrerai Ta bonté,
quia factus es præsídium meum * et refúgium meum in die tribulatiónis meæ. car Tu es ma forteresse, un refuge au jour de ma tribulation.
Fortitúdo mea, tibi psallam, † quia, Deus, præsídium meum es: * Deus meus misericórdia mea. O ma force, je chanterai en Ton honneur, car Dieu est ma forteresse, mon Dieu, ma miséricorde.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
Ant. 3 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 3 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 59 (60) Psaume 59 (60)
Post calamitatem oratio Prière après une calamité
In mundo pressuram habetis, sed confidite, ego vici mundum (Io 16, 33). Vous aurez des épreuves dans le monde, mais prenez confiance, J'ai vaincu le monde (Io 16, 33).
Deus, reppulísti nos, destruxísti nos. * Irátus es. Convértere ad nos! O Dieu, Tu nous a rejetés, Tu nous a dispersés : Tu étais irrité. Rends-nous Ta faveur !
Concussísti terram, confregísti eam; * sana contritiónes eius, quia commóta est. Tu as ébranlé le pays, Tu l'as déchiré : répare ses brèches, car il chancelle.
Ostendísti pópulo tuo dura, * potásti nos vino vertíginis. Tu as fait voir à Ton peuple de rudes épreuves, Tu nous a fait boire un vin de vertige.
Dedísti metuéntibus te signum, * ut fúgiant a fácie arcus. Mais Tu as donné à ceux qui Te craignent une bannière, afin qu'elle s'élève à cause de Ta vérité.
Ut liberéntur dilécti tui, * salvos fac déxtera tua et exáudi nos. Afin que Tes bien-aimés soient délivrés, sauve par Ta droite, et exauce-nous.
Deus locútus est in sancto suo: † «Lætábor et partíbor Síchimam * et convállem Succoth metíbor. Dieu a parlé dans sa sainteté : « Je tressaillirai de joie. J'aurai Sichem en partage, et je mesurerai la vallée de Succoth.
Meus est Gálaad et meus est Manásses * et Ephraim fortitúdo cápitis mei. Galaad est à moi, à moi Manassé, et Ephraim est l'armure de ma tête.
Iuda sceptrum meum, * Moab olla lavácri mei. Et Juda mon sceptre, Moab est le bassin où je me lave.
Super Idumæam exténdam calceaméntum meum, * super Philistæam vociferábor». Sur Edom je jette ma sandale; terre des Philistins, pousse des acclamations en mon honneur ».
Quis addúcet me in civitátem munítam? * Quis dedúcet me usque in Idumæam? Qui me mènera à la ville forte? Qui me conduira à Edom?
Nonne tu, Deus, qui reppulísti nos, * et non egrediéris, Deus, in virtútibus nostris? N'est-ce pas Toi, ô Dieu, qui nous avais rejetés, ô Dieu, qui ne sortais plus avec nos armées ?
Da nobis auxílium de tribulatióne, * quia vana salus hóminis. Prête-nous Ton secours contre l'oppresseur ! Le secours de l'homme n'est que vanité.
In Deo faciémus virtútem, * et ipse conculcábit tribulántes nos. Avec Dieu nous accomplirons des exploits ; Il écrasera nos ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
Lectio brevis (1 Cor 5, 7-8) Lecture brève (1 Cor 5, 7-8)
Expurgáte vetus ferméntum, ut sitis nova conspársio, sicut estis ázymi. Etenim Pascha nostrum immolátus est Christus! Itaque festa celebrémus, non in ferménto véteri neque in ferménto malítiæ et nequítiæ, sed in ázymis sinceritátis et veritátis. Purifiez-vous du vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, comme aussi vous êtes des azymes; car notre Pâque, le Christ, a été immolé. Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain ni avec un levain de malice et de perversité, mais avec les azymes de la pureté et de la vérité.
℣. Mane nobíscum, Dómine, allelúia.
℟. Quóniam advesperáscit, allelúia.
℣. Reste avec nous, Seigneur, alléluia.
℟. Car le soir approche, alléluia.
Deus, qui pro nobis Fílium tuum crucis patíbulum subíre voluísti, ut inimíci a nobis expélleres potestátem, concéde nobis fámulis tuis, ut resurrectiónis grátiam consequámur. Per Dóminum. O Dieu qui a voulu que Ton Fils subît pour nous le gibet de la croix pour enlever à l'ennemi tout pouvoir sur nous, accorde-nous qui sommes Tes serviteurs la grâce de la résurrection.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Nonam - psalmodia complementaria

A None - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 1 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 125 (126) Psaume 125 (126)
Gaudium et spes in Deo Joie et espoir dans le Seigneur
Sicuti socii passionum estis, sic eritis et consolationis (2 Cor 1, 7). Comme vous avez part aux souffrances, vous avez aussi part à la consolation (2 Cor 1, 7).
In converténdo Dóminus captivitátem Sion, * facti sumus quasi somniántes. Quand le Seigneur ramena les captifs de Sion, nous étions presque en rêve.
Tunc replétum est gáudio os nostrum, * et língua nostra exsultatióne. Alors notre bouche fut remplie de chants de joie, et notre langue de cris d'allégresse.
Tunc dicébant inter gentes: * «Magnificávit Dóminus fácere cum eis». Alors on disait parmi les nations: « Le Seigneur a fait de grandes choses pour eux. »
Magnificávit Dóminus fácere nobíscum; * facti sumus lætántes. Le Seigneur a fait pour nous de grandes choses; nous en avons été remplis de joie.
Convérte, Dómine, captivitátem nostram, * sicut torréntes in austro. Ramène, Seigneur, nos captifs, comme un torrent dans le pays du midi.
Qui séminant in lácrimis, * in exsultatióne metent. Ceux qui sèment dans les larmes * moissonneront dans l'allégresse.
Eúntes ibant et flebant * semen spargéndum portántes; Ils allaient et venaient en pleurant, tandis qu'ils jetaient leurs semences :
veniéntes autem vénient in exsultatióne * portántes manípulos suos. ils reviendront avec allégresse, chargés de leurs gerbes.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 2 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 126 (127) Psaume 126 (127)
Vanus labor sine Domino Sans le Seigneur, le travail est vain
Dei ædificatio estis (1 Cor 3, 9). En Dieu, vous êtes édifiés (1 Cor 3, 9).
Nisi Dóminus ædificáverit domum, * in vanum labórant, qui ædíficant eam. Si le Seigneur ne bâtit pas la maison, en vain travaillent ceux qui la bâtissent.
Nisi Dóminus custodíerit civitátem, * frustra vígilat, qui custódit eam. Si le Seigneur ne garde pas la cité, en vain la sentinelle veille à ses portes.
Vanum est vobis ante lucem súrgere † et sero quiéscere, qui manducátis panem labóris, * quia dabit diléctis suis somnum. C'est en vain que vous vous levez avant le jour, et que vous retardez votre repos, mangeant le pain de la douleur : il en donne autant à son bien-aimé pendant son sommeil.
Ecce heréditas Dómini fílii, * merces fructus ventris. Voici, c'est un héritage du Seigneur, que les enfants, une récompense, que les fruits d'un sein fécond.
Sicut sagíttæ in manu poténtis, * ita fílii iuventútis. Comme les flèches dans la main d'un guerrier, ainsi sont les fils de la jeunesse.
Beátus vir, qui implévit pháretram suam ex ipsis: * non confudétur, cum loquétur inimícis suis in porta. Heureux l'homme qui en a rempli son carquois. Ils ne rougiront pas quand ils répondront aux ennemis, à la porte de la ville.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 3 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 127 (128) Psaume 127 (128)
Pax domestica in Domino Paix domestique dans le Seigneur
«Benedicat te Dominus ex Sion», id est: ex Ecclesia sua (Arnobius). «Que le Seigneur te bénisse de Sion », c'est à dire : de Son Eglise (Arnobius).
Beátus omnis, qui timet Dóminum, * qui ámbulat in viis eius. Heureux l'homme qui craint le Seigneur, qui marche dans Ses voies.
Labóres mánuum tuárum manducábis, * beátus es, et bene tibi erit. Tu te nourris alors du travail de tes mains; tu es heureux et comblé de biens.
Uxor tua sicut vitis fructífera * in latéribus domus tuæ; Ton épouse est comme une vigne féconde, dans l'intérieur de ta maison ;
fílii tui sicut novéllæ olivárum * in circúitu mensæ tuæ. tes fils, comme de jeunes plants d'olivier, autour de ta table.
Ecce sic benedicétur homo, * qui timet Dóminum. Voilà comment sera béni l'homme qui craint le Seigneur.
Benedícat tibi Dóminus ex Sion, * et vídeas bona Ierúsalem ómnibus diébus vitæ tuæ; Que le Seigneur te bénisse de Sion, puisses-tu voir Jérusalem florissante tous les jours de ta vie ;
et vídeas fílios filiórum tuórum. * Pax super Israel! Puisses-tu voir les enfants de tes enfants. Que la paix soit sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vêpres du vendredi 13 avril 2018

Hebdomada II Paschae IIème semaine de Pâques
Feria VI Vendredi
Ad Vesperas
Aux Vêpres
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Ad cenam Agni próvidi, L'Agneau nous convie à Sa table,
stolis salútis cándidi, vêtus de blanc par Son salut ;
post tránsitum maris Rubri après avoir passé la mer,
Christo canámus príncipi. célébrons le Christ notre chef.
Cuius corpus sanctíssimum En goûtant Sa chair toute sainte,
in ara crucis tórridum, brûlée sur l'autel de la Croix,
sed et cruórem róseum en goûtant le vin de Son sang,
gustándo, Deo vívimus. nous vivons de la vie de Dieu.
Protécti paschæ véspero Protégés au soir de la Pâque
a devastánte ángelo, contre l'ange exterminateur,
de Pharaónis áspero nous avons été arrachés
sumus erépti império. au dur pouvoir du Pharaon.
Iam pascha nostrum Christus est, C'est le Christ qui est notre Pâque,
agnus occísus innocens; Agneau innocent immolé ;
sinceritátis ázyma pain azyme de pureté,
qui carnem suam óbtulit. Il a livré Sa propre chair.
O vera, digna hóstia, O victime vraiment parfaite
per quam frangúntur tártara, brisant la porte des enfers :
captíva plebs redímitur, les prisonniers sont rachetés,
reddúntur vitæ præmia! les biens de la vie sont rendus !
Consúrgit Christus túmulo, Le Christ Se lève de la tombe ;
victor redit de bárathro, Il sort de l'abîme en vainqueur,
tyránnum trudens vínculo poussant le tyran enchaîné,
et paradísum réserans. rouvrant l'entrée du Paradis.
Esto perénne méntibus Demeure, ô Jésus, pour les âmes,
paschále, Iesu, gáudium la joie pascale à tout jamais.
et nos renátos grátiæ A la grâce, nous renaissons ;
tuis triúmphis ággrega. dans Ton triomphe entraîne-nous.
Iesu, tibi sit glória, A Toi, Jésus, soit la louange,
qui morte victa prænites, glorieux vainqueur de la mort ;
cum Patre et almo Spíritu, avec le Père et l'Esprit Saint,
in sempitérna sæcula. Amen. à travers les siècles sans fin. Amen.
Ant. 1 De angústiis inférni Dóminus erípuit ánimam meam, allelúia.Ant. 1 Des angoisses de l'enfer, le Seigneur a retiré mon âme, alléluia.
Psalmus 114 (116A) Psaume 114 (116A)
Gratiarum actio Action de grâce
Per multas tribulationes oportet nos intrare in regnum Dei (Act 14, 22). C'est par beaucoup de tribulations qu'il nous faut entrer dans le Royaume de Dieu (Act 14, 22).
Diléxi, quóniam exáudit Dóminus * vocem deprecatiónis meæ. Je L'aime, car le Seigneur entend ma voix, mes supplications.
Quia inclinávit aurem suam mihi, * cum in diébus meis invocábam. Car Il a incliné vers moi Son oreille; et toute ma vie, je L'invoquerai.
Circumdedérunt me funes mortis, * et angústiæ inférni invenérunt me. Les liens de la mort m'entouraient, et les angoisses du schéol m'avaient saisi; j'étais en proie à la détresse et à l'affliction.
Tribulatiónem et dolórem invéni † et nomen Dómini invocábam: * «O Dómine, líbera ánimam meam». Et j'ai invoqué le Nom du Seigneur: « ô Seigneur, sauve mon âme! »
Miséricors Dóminus et iustus, * et Deus noster miserétur. Le Seigneur est miséricordieux et juste, notre Dieu est compatissant.
Custódiens párvulos Dóminus; * humiliátus sum, et salvum me fáciet. Le Seigneur garde les faibles; j'étais malheureux, et Il m'a sauvé.
Convértere, ánima mea, in réquiem tuam, * quia Dóminus benefécit tibi; Mon âme, retourne à ton repos; car le Seigneur te comble de biens,
quia erípuit ánimam meam de morte, † óculos meos a lácrimis, * pedes meos a lapsu. oui, Tu as sauvé mon âme de la mort, mon œil des larmes, mes pieds de la chute.
Ambulábo coram Dómino * in regióne vivórum. Je marcherai encore devant le Seigneur, dans la terre des vivants.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. De angústiis inférni Dóminus erípuit ánimam meam, allelúia.Ant. Des angoisses de l'enfer, le Seigneur a retiré mon âme, alléluia.
Ant. 2 Quasi pupíllam óculi sui custodívit Dóminus pópulum suum, allelúia.Ant. 2 Le Seigneur prend soin de Son peuple comme de la prunelle de son oeil, alléluia.
Psalmus 120 (121) Psaume 120 (121)
Custos populi Garde du peuple
Non esurient amplius, neque sitient amplius, neque cadet super illos sol neque ullus æstus (Ap 7, 16). Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, la brûlure du soleil ne les accablera plus. (Ap 7, 16).
Levábo óculos meos in montes: * unde véniet auxílium mihi? Je lève les yeux vers les montagnes : d'où me viendra le secours?
Auxílium meum a Dómino, * qui fecit cælum et terram. Mon secours viendra du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Non dabit in commotiónem pedem tuum, * neque dormitábit, qui custódit te. Il ne permettra pas que ton pied trébuche; celui qui te garde ne sommeillera pas.
Ecce non dormitábit neque dórmiet, * qui custódit Israel. Non, il ne sommeille ni ne dort, celui qui garde Israël.
Dóminus custódit te, † Dóminus umbráculum tuum, * ad manum déxteram tuam. Le Seigneur est ton gardien, le Seigneur est ton abri, toujours à ta droite.
Per diem sol non percútiet te, * neque luna per noctem. Pendant le jour le soleil ne te frappera point, ni la lune pendant la nuit.
Dóminus custódiet te ab omni malo; * custódiet ánimam tuam Dóminus. Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ton âme.
Dóminus custódiet intróitum tuum et éxitum tuum * ex hoc nunc et usque in sæculum Le Seigneur gardera ton départ et ton arrivée, maintenant et à jamais.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Quasi pupíllam óculi sui custodívit Dóminus pópulum suum, allelúia.Ant. Le Seigneur prend soin de Son peuple comme de la prunelle de son oeil, alléluia.
Ant. 3 Fortitúdo mea et laus mea Dóminus, et factus est mihi in salútem (T.P. allélúia).Ant. 3 Ma force et mon chant, c'est le Seigneur, Il S'est fait pour moi le salut (T.P. alléluia).
Canticum (Ap 15, 3-4) NT 11 Cantique (Ap 15, 3-4) NT 11
Hymnus adorationis Hymne d'adoration
Magna et mirabília ópera tua, * Dómine Deus omnípotens; Grandes, merveilleuses, Tes oeuvres, Seigneur, Dieu de l'univers ;
iustæ et veræ viæ tuæ, * Rex géntium! Ils sont justes, ils sont vrais, Tes chemins, Roi des nations.
Quis non timébit, Dómine, * et glorificábit nomen tuum? Qui ne Te craindrait, Seigneur, à Ton nom, qui ne rendrait gloire?
Quia solus Sanctus,  † quóniam omnes gentes vénient et adorábunt in conspéctu tuo, * quóniam iudícia tua manifestáta sunt. Oui, Toi seul es saint, oui, toutes les nations viendront et se prosterneront devant Toi; oui, ils sont manifestés, Tes jugements.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Fortitúdo mea et laus mea Dóminus, et factus est mihi in salútem (T.P. allélúia).Ant. Ma force et mon chant, c'est le Seigneur, Il S'est fait pour moi le salut (T.P. alléluia).
Lectio brevis (Hebr 5, 8-10) Lecture brève (Hebr 5, 8-10)
Christus cum esset Fílius, dídicit ex his, quæ passus est, oboediéntiam et, consummátus, factus est ómnibus oboediéntibus sibi auctor salútis ætérnæ, appellátus a Deo póntifex iuxta órdinem Melchísedech.
Le Christ a appris, tout Fils qu'Il est, par Ses propres souffrances, ce que c'est qu'obéir; et maintenant que le voilà au terme, Il sauve à jamais tous ceux qui Lui obéissent, Dieu L'ayant déclaré grand prêtre selon l'ordre de Melchisédech.
 Responsorium breve Répons bref 
Ant. Crucem sanctam súbiit, qui inférnum confrégit; accínctus est poténtia, surréxit die tértia, allelúia.Ant. Il a souffert le tourment de la croix, Il a brisé l'enfer, Il est ceint de Sa puissance, Il est ressuscité le troisième jour, alléluia.
Canticum Evangelicum (Lc 1, 46-55) Cantique évangélique (Lc 1,46-55)
Exultatio animæ in Domino Exultation de l'âme dans le Seigneur
Magníficat * ánima mea Dóminum, Mon âme glorifie le Seigneur,
et exsultávit spíritus meus * in Deo salvatóre meo, et mon esprit a tressailli d'allégresse en Dieu mon Sauveur,
quia respéxit humilitátem ancíllæ suæ.* Ecce enim ex hoc beátam me dicent omnes generationes, parce qu'Il a pris en considération l'humilité de Sa servante. Car voici que, désormais, toutes les générations me diront bienheureuse,
quia fecit mihi magna, qui potens est, * et sanctum nomen eius, parce que Celui qui est puissant a fait en moi de grandes choses, et Son nom est saint;
et misericórdia eius in progénies et progénies* timéntibus eum. et Sa miséricorde se répand d'âge en âge sur ceux qui Le craignent.
Fecit poténtiam in bráchio suo, * dispérsit supérbos mente cordis sui; Il a déployé la force de Son bras, Il a dispersé ceux qui s'enorgueillissaient dans les pensées de leur cœur.
depósuit poténtes de sede * et exaltávit húmiles; Il a renversé les puissants de leur trône, et Il a élevé les humbles.
esuriéntes implévit bonis * et dívites dimísit inánes. Il a rempli de biens les affamés, et Il a renvoyé les riches les mains vides.
Suscépit Israel púerum suum,* recordátus misericórdiæ, Il a relevé Israël, Son serviteur, Se souvenant de Sa miséricorde:
sicut locútus est ad patres nostros,* Abraham et sémini eius in sæcula. selon ce qu'Il avait dit à nos pères, à Abraham et à sa race pour toujours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Crucem sanctam súbiit, qui inférnum confrégit; accínctus est poténtia, surréxit die tértia, allelúia.Ant. Il a souffert le tourment de la croix, Il a brisé l'enfer, Il est ceint de Sa puissance, Il est ressuscité le troisième jour, alléluia.
PrecesPrières litaniques
Christum, fontem omnis vitæ et princípium omnis virtútis, celebrémus, orántes: Célébrons le Christ, source de toute vie et commencement de tout bien, et disons-Lui avec en priant :
Instáura in mundo regnum tuum, Dómine. Seigneur, instaure Ton royaume dans le monde.
Iesu salvátor, qui mortificátus es quidem carne, vivificátus autem Spíritu,
da nobis, peccáto mórtuis, Spíritu vívere.
Tu, qui discípulos misísti in mundum univérsum, ut prædicárent Evangélium omni creatúræ,
præsta de Spíritu tuo vívere eos, qui Evangélium annúntiant.
Tu, cui data est omnis potéstas in cælo et in terra, ut testimónium perhíbeas veritáti,
corda eórum, qui nos regunt, serva in spíritu veritátis.
Qui nova facis ómnia, nobísque regnum tuum vigilánter præcipis exspectáre,
concéde, ut, quo fervéntius cælos novos et terram novam exspectámus, eo sollicítius mundum præséntem excolámus.
Tu, qui ad ínferos descendísti, ut ipsis mórtuis gáudium Evangélii nuntiarétur,
ipse lætítia esto et spes ínclita defunctórum.
Sauveur Jésus, Toi qui morts dans la chair, as été ramenés à la vie par l'Esprit,
donne-nous, qui sommes morts au péché, de vivre par l'Esprit.
Toi qui as envoyé Tes disciples dans le monde entier pour annoncer l'Evangile à toute la création,
fais vivre tous ceux qui proclament l'Evangile de Ton Esprit.
Toi qui as reçu la pleine puissance au ciel et sur la terre pour témoigner de la vérité,
garde dans Ta vérité ceux qui nous gouvernent.
Toi qui fais toute chose nouvelle,Tu nous demandes de veiller dans l'espérance de Ton royaume,
donne-nous, puisque nous attendons le ciel nouveau et la terre nouvelle que Tu nous promets, de travailler sans relâche au salut du monde.
Toi qui es descendu aux enfers pour annoncer la joie de l'Évangile aux morts,
sois Toi-même la joie éternelle de nos défunts.
Pater nosterNotre père
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum; qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra. que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra, et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem; et ne nous abandonne pas dans l'épreuve ;
sed líbera nos a malo. mais libère nous du malin.
Deus, qui pro nobis Fílium tuum crucis patíbulum subíre voluísti, ut inimíci a nobis expélleres potestátem, concéde nobis fámulis tuis, ut resurrectiónis grátiam consequámur. Per Dóminum. O Dieu qui a voulu que Ton Fils subît pour nous le gibet de la croix pour enlever à l'ennemi tout pouvoir sur nous, accorde-nous qui sommes Tes serviteurs la grâce de la résurrection.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo. ℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus. Que le Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen. ℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
℣. Ite in pace. ℣. Allez en paix.
℟. Deo grátias. ℟. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Complies du vendredi 13 avril 2018

Hebdomada II Paschae IIème semaine de Pâques
Feria VI Vendredi
Ad Completorium
Aux Complies
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Conscientia discussio, quam sequi potest actus poenitentialis ut in Missa. Examen de conscience, qui peut être suivi d'un acte de pénitence comme à la Messe.
Confíteor Deo omnipoténti et vobis, fratres, quia peccávi nimis cogitatióne, verbo, ópere et omissióne: Je confesse à Dieu tout puissant, et à vous, frères, que j'ai vraiment péché, en pensée, en parole, par action et par omission:
et, percutientes sibi pectus, dicunt: Et on se frappe la poitrine, en disant :
mea culpa, mea culpa, mea máxima culpa. c'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute.
Deinde prosequuntur: Ensuite on poursuit:
Ideo precor beátam Maríam semper Vírginem, omnes Angelos et Sanctos, et vos, fratres, oráre pro me ad Dóminum Deum nostrum. C'est pourquoi je supplie la bienheureuse Marie toujours Vierge, tous les Anges et les Saints, et vous, frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.
℣. Misereátur nostri omnípotens Deus et, dimissís peccátis nostris, perdúcat nos ad vitam aetérnam. ℟. Amen. ℣. Que le Dieu tout puissant aie pitié de nous, et nous ayant remis nos péchés, qu'Il nous conduise à la vie éternelle. ℟. Amen.
Hymnus Hymne
Christe, qui, splendor et dies O Christ, la splendeur et le jour,
noctis tenébras détegis, qui chasses l'ombre de la nuit,
lucísque lumen créderis, nous croyons que Tu es lumière,
lumen beátis prædicans, promettant lumière aux élus.
Precámur, sancte Dómine, Seigneur très saint, nous T'en prions,
hac nocte nos custódias; en cette nuit protège-nous ;
sit nobis in te réquies, fais que nous reposions en Toi,
quiétas horas tríbue. donne-nous des heures de paix.
Somno si dantur óculi, Nos yeux se livrent au sommeil ;
cor semper ad te vígilet; que nos cœurs veillent pour T'attendre;
tuáque dextra prótegas protège de Ton bras puissant
fidéles, qui te díligunt. ceux qui Te gardent leur amour.
Defénsor noster, áspice, Regarde-nous ô Défenseur,
insidiántes réprime, repousse au loin ceux qui nous guettent,
gubérna tuos fámulos, daigne guider Tes serviteurs
quos sánguine mercátus es. que Tu rachetas par Ton sang.
Sit Christe, rex piíssime O Christ, ô Roi plein de bonté,
tibi Patríque glória gloire à Toi et gloire à Ton Père,
cum Spíritu Paráclito, avec l'Esprit Consolateur,
in sempitérna sǽcula. Amen. à travers les siècles sans fin. Amen.
Ant. 1 In die clamávi et nocte coram te, Dómine.Ant. 1 Le jour et la nuit, j'ai crié vers Toi, Seigneur.
Psalmus 87 (88) Psaume 87 (88)
Hominis graviter ægrotantis oratio Prière de l'homme gravement malade
Hæc est hora vestra et potestas tenebrarum (Lc 22, 53). C'est maintenant votre heure, et le pouvoir des ténèbres (Lc 22, 53).
Dómine, Deus salútis meæ, * in die clamávi et nocte coram te. Seigneur, Dieu de mon salut, quand je crie la nuit devant Toi,
Intret in conspéctu tuo orátio mea; * inclína aurem tuam ad precem meam. que ma prière entre en Ta présence, prête l'oreille à mes supplications !
Quia repléta est malis ánima mea, * et vita mea inférno appropinquávit. Car mon âme est rassasiée de maux; et ma vie touche au schéol.
Æstimátus sum cum descendéntibus in lacum, * factus sum sicut homo sine adiutório. On me compte parmi ceux qui descendent dans la fosse, je suis comme un homme à bout de forces.
Inter mórtuos liber, * sicut vulneráti dormiéntes in sepúlcris; Je suis comme délaissé parmi les morts, pareil aux cadavres étendus dans le sépulcre,
quorum non es memor ámplius, * et ipsi de manu tua abscíssi sunt. dont Tu n'as plus le souvenir, et qui sont soustraits à ta main.
Posuísti me in lacu inferióri, * in tenebrósis et in umbra mortis. Tu m'as jeté au fond de la fosse, dans les ténèbres, dans les abîmes.
Super me gravátus est furor tuus, * et omnes fluctus tuos induxísti super me. Sur moi s'appesantit Ta fureur, Tu m'accables de tous Tes flots.
Longe fecísti notos meos a me, * posuísti me abominatiónem eis; Tu as éloigné de moi mes amis, Tu m'as rendu pour eux un objet d'horreur;
conclúsus sum et non egrédiar. * Oculi mei languérunt præ afflictióne. je suis emprisonné sans pouvoir sortir; mes yeux se consument dans la souffrance.
Clamávi ad te, Dómine, tota die, * expándi ad te manus meas. je T'invoque tout le jour, Seigneur, j'étends les mains vers Toi.
Numquid mórtuis fácies mirabília, * aut surgent umbræ et confitebúntur tibi? Feras-Tu un miracle pour les morts ; ou bien les ombres se lèveront-elles pour Te louer ?
Numquid narrábit áliquis in sepúlcro  misericórdiam tuam * et veritátem tuam in loco perditiónis? Publie-t-on Ta bonté dans le sépulcre, Ta fidélité dans l'abîme?
Numquid cognoscéntur in ténebris mirabília tua * et iustítia tua in terra obliviónis? Tes prodiges sont-ils connus dans la région des ténèbres et Ta justice dans la terre de l'oubli ?
Et ego ad te, Dómine, clamávi, * et mane orátio mea prævéniet te. Et moi, Seigneur, je crie vers Toi, ma prière va au-devant de Toi dès le matin.
Ut quid, Dómine, repéllis ánimam meam, * abscóndis fáciem tuam a me? Pourquoi, Seigneur, repousses-Tu mon âme, me caches-Tu Ta face ?
Pauper sum ego et móriens a iuventúte mea; * portávi pavóres tuos et conturbátus sum. Je suis malheureux et moribond depuis ma jeunesse; sous le poids de Tes terreurs, je ne sais que devenir.
Super me transiérunt iræ tuæ, * et terróres tui excidérunt me. Tes fureurs passent sur moi, Tes épouvantes m'accablent.
Circuiérunt me sicut aqua tota die, * circumdedérunt me simul. Comme des eaux débordées elles m'environnent tout le jour; elles m'assiègent toutes ensemble.
Elongásti a me amícum et próximum, * et noti mei sunt ténebræ. Tu as éloigné de moi mes amis et mes proches ; mes compagnons, ce sont les ténèbres de la tombe.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. In die clamávi et nocte coram te, Dómine.Ant. Le jour et la nuit, j'ai crié vers Toi, Seigneur.
Lectio brevis (Cf. Ier. 14, 9) Lecture brève (Cf. Ier. 14, 9)
Tu autem in médio nostri es, Dómine, et nomen tuum invocátum est super nos; ne derelínquas nos, Dómine Deus noster. Tu es au milieu de nous, Seigneur, et Ton nom est invoqué sur nous, ne nous abandonne pas, Seigneur notre Dieu.
℟. In manus tuas, Dómine, Comméndo spíritum meum, * Allelúia, allelúia. In manus. ℣. Redemísti nos, Dómine Deus veritátis. * Allelúia, allelúia. Glória Patri. In manus. ℟. Entre Tes mains, Seigneur, je remets mon esprit, alléluia, alléluia. ℣. Tu nous as rachetés, Seigneur, Dieu de Vérité * alléluia, alléluia. Gloire au Père. Entre Tes mains.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. Allelúia.)Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. Alléluia.)
Canticum evangelicum Lc 2, 29-32 Cantique évangélique Lc 2,29-32
Christus lumen gentium et gloria Israël Le Christ est la lumière des nations et la gloire d'Israël
Nunc dimíttis servum tuum, Dómine, * secúndum verbum tuum in pace, Maintenant, Tu peux renvoyer Ton serviteur, Seigneur, selon Ta parole, en paix.
quia vidérunt óculi mei * salutáre tuum, Car mes yeux ont vu Ton salut,
quod parásti * ante fáciem ómnium populórum, Que Tu as préparé devant la face des peuples,
lumen ad revelatiónem géntium * et glóriam plebis tuæ Israël. lumière qui se révèle aux nations, et gloire de Ton peuple Israël.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. Allelúia.)Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. Alléluia.)
Orémus. Prions.
Concéde nos, omnipotens Deus, † ita sepulto Unigenito tuo fideliter inhaerére, * ut cum ipso in novitate vitae resurgere mereamur. Qui vivit.Accorde-nous, Dieu tout puissant, de nous unir fidèlement à Ton Fils unique au tombeau, que nous puissions avec Lui nous relever dans la vie nouvelle.Qui vivit et regnat in sæcula sæculórum.
Deinde dicitur, etiam a solo, benedictio: Ensuite on dit, même seul, la bénédiction :
Noctem quiétam et finem perféctum concédat nobis Dóminus omnípotens. ℟. Amen. Que le Seigneur tout puissant nous accorde une nuit paisible et une fin parfaite. ℟. Amen.
Antiphona finale ad Beatam Mariam Virginem Antienne finale à la Bienheureuse Vierge Marie
Regína cæli, lætáre, allelúia, Reine du ciel, réjouissez-vous, alléluia,
quia quem meruisti portáre, allelúia, car Celui que vous avez mérité de porter, alléluia,
resurréxit sicut dixit, allelúia ; est ressuscité comme Il l'avait annoncé, alléluia ;
ora pro nobis Deum, allelúia. priez Dieu pour nous, alléluia.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait du Compendium du catéchisme de l'Eglise catholique :
Comment doit s’exercer la vie sociale et économique?
2459
La vie sociale et économique doit s’exercer selon ses méthodes propres, dans le cadre de l’ordre moral, pour le service de l’homme dans son intégralité et pour le service de toute la communauté humaine, dans le respect de la justice sociale. Elle doit avoir l’homme comme auteur, centre et fin.
Qu’est-ce qui s’oppose à la doctrine sociale de l’Église?
2424-2425
S’opposent à la doctrine sociale de l’Église les systèmes économiques et sociaux qui sacrifient les droits primordiaux des personnes ou qui font du profit leur règle exclusive et leur fin ultime. C’est pourquoi l’Église réfute les idéologies associées au cours de la période moderne au « communisme » ou aux autres formes athées et totalitaires de « socialisme ». En outre, dans la pratique du « capitalisme », elle réfute l’individualisme et le primat absolu de la loi du marché sur le travail humain.
Quel est le sens du travail pour l’homme?
2426-24282460-2461
Pour l’homme, le travail est un devoir et un droit, grâce auquel il coopère avec Dieu créateur. En effet, en travaillant avec soin et compétence, la personne met en œuvre des capacités inscrites dans sa nature, manifeste les dons du Créateur et les talents qu’il a reçus; elle subvient à ses besoins et à ceux de ses proches; et elle sert la communauté humaine. En outre, avec la grâce de Dieu, le travail peut être un moyen de sanctification et de collaboration avec le Christ pour le salut d’autrui.
À quel type de travail toute personne a-t-elle droit?
2429,2433-2434
L’accès à un travail sûr et honnête doit être ouvert à tous, sans discrimination injuste, dans le respect de la libre initiative économique et d’une rétribution équitable.
Quelle est la responsabilité de l’État en ce qui concerne le travail?
2431
Il revient à l’État d’assurer la sécurité concernant la garantie des libertés des individus et de la propriété, ainsi qu’une monnaie stable et des services publics efficaces; de surveiller et de conduire l’application des droits humains dans le secteur économique. En fonction des circonstances, la société doit aider les citoyens à trouver du travail.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait quotidien de la Règle de Notre Bienheureux Père Saint Benoît, et son commentaire par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes :
Caput 59 - DE FILIIS NOBILIUM AUT PAUPERUM QUI OFFERUNTUR 59 - LES OBLATS, FILS DE NOTABLES OU DE PAUVRES
Si quis forte de nobilibus offerit filium suum Deo in monasterio, si ipse puer minor ætate est, parentes eius faciant petitionem quam supra diximus et cum oblatione ipsam petitionem et manum pueri involvant in palla altaris, et sic eum offerant. De rebus autem suis, aut in præsenti petitione promittant sub iureiurando quia numquam per se, numquam per suffectam personam nec quolibet modo ei aliquando aliquid dant aut tribuunt occasionem habendi; vel certe si hoc facere noluerint et aliquid offerre volunt in elemosinam monasterio pro mercede sua, faciant ex rebus quas dare volunt monasterio donationem, reservato sibi, si ita voluerint, usufructu. Atque ita omnia obstruantur ut nulla suspicio remaneat puero per quam deceptus perire possit quod absit quod experimento didicimus. Similiter autem et pauperiores faciant. Qui vero ex toto nihil habent, simpliciter petitionem faciant et cum oblatione offerant filium suum coram testibus. S’IL ARRIVE qu’un notable offre son fils à Dieu dans le monastère et que l’enfant soit très jeune, ses parents dresseront l’acte écrit dont nous avons parlé ci-dessus, ils envelopperont le document et la main de l’enfant avec l’offrande dans la nappe de l’autel. C’est ainsi qu’ils l’offriront. Quant à leurs biens, ils promettront sous serment dans l’acte en question que jamais par eux-mêmes, ni par un subrogé tuteur, ni d’aucune manière, ils ne lui donneront ou ne lui fourniront l’occasion d’en posséder quelque chose ; ou du moins, s’ils ne veulent pas faire cela et qu’ils tiennent à offrir quelque chose en aumône au monastère comme gratification, ils feront cette donation au monastère, s’en réservant même l’usufruit, s’ils le désirent. Ainsi toute issue sera fermée pour qu’il ne reste à l’enfant aucune arrière-pensée qui puisse le séduire et le perdre – Dieu l’en préserve ! –, comme l’expérience nous en a instruits. Les pauvres feront de même. Quant à ceux qui n’ont rien du tout, ils dresseront simplement l’acte et offriront leur fils avec l’offrande devant témoins.
Le chapitre précédent décrivait la réception des adultes ; celui-ci-nous parle de la réception des enfants. Il ne s’agit point. des enfants accueillis dans le monastère comme alumni temporaire, à dessein d’y faire leur éducation, mais bien des enfants donnés pour jamais et consacrés à la vie religieuse. Ces dispositions de la Règle n’ont plus aujourd’hui d’application, la discipline ancienne ayant été modifiée, et le concile de Trente n’admettant plus comme valides les professions émises avant seize ans accomplis. Mais il importe, pour apprécier sainement la question de fait. et la question de droit, la question historique et la question doctrinale, de ne se point laisser décevoir par les préjugés que créent la législation actuelle et surtout la diminution du sens religieux .
L’usage, pour les parents ; de consacrer leurs enfants à Dieu remonte très haut dans l’histoire de l’Ancien Testament. Sans parler de l’oblation extraordinaire d’Abraham, ni même du vœu de Jephté (JUD., XI), on sait comment le petit Samuel fut présenté au Temple et consacré par Anne, sa mère (I REG.,I) ; ce fut aussi l’histoire de saint Jean-Baptiste et celle de Notre-Dame. Et- même, d’une façon générale, c’était une loi chez les Juifs que le premier-né appartient au Seigneur, à moins qu’il ne fût “ racheté par ses parents. D’autre part, les droits du père de famille étaient quasi souverains dans la société antique. L’apôtre saint Paul expose tranquillement les droits que possède le père à marier sa fille, s’il le veut, ou bien à la consacrer au Seigneur : Nam qui statuit in corde suo firmus, non habens necessitatem, potestatem autem habens suae voluntatis, et hoc judicavit in corde suo servare virginem suam, bene facit (I COR., Vll 37). Vouer sa fille à la virginité ne semble pas à l’Apôtre constituer un attentat à la vraie liberté individuelle ; c’est un esclavage que ne pouvait redouter beaucoup celui qui osait conseiller aux esclaves chrétiens de demeurer dans leur état qu’au lieu de rechercher l’affranchissement il fallait plutôt servir avec conscience et avec cœur : Servus vocatus es ? non sit tibi curae ; sed et si potes fieri liber, magis utere (I Colt., Cll, 21). Servi, obedite dom.inis carnalibus cum timore et tremore, in simplicitate cordis vestri, sicut Christo,... cum bora voluntate servientes, sicut Domino et non hominibus (EPHES., Vl, 5, 7).
Il semblait tout naturel aux premiers chrétiens d’offrir leurs enfants aux monastères. C’est un usage “ qu’on trouve un peu partout en Egypte, en Thébaïde, en Palestine, en Syrie et en Asie Mineure , dit l’auteur des Moines d’Orient, qui cite plusieurs témoignages intéressants . Sans doute il y eut parfois des abus et des inconvénients dans ces professions précoces, car saint Basile, tout en maintenant le principe de l’admission des enfants, exige qu’on ne leur fasse émettre profession qu’à l’âge où ils pourront avoir en toute connaissance et liberté . Saint Benoît, qui s’est inspiré pour plus d’un point de cette page célèbre sur l’accueil et l’éducation des enfants, n’a pas néanmoins accepté tout en bloc ; et spécialement il n’a pas cru devoir adopter la réserve de saint Basile au sujet de l’âge de la profession ni s’écarter de la coutume occidentale.
En Occident, en effet, et bien avant N. B. Père, des parents engageaient leurs petits enfants dans une vie religieuse perpétuelle. Un passage d’une lettre de saint Augustin, cité par Thomassin en faveur d’une discipline analogue à celle de saint Basile, ne moins paraît pas bien concluant. Rien ne prouve non plus que les petites oblates dont parle saint Jérôme dans les lettres citées par le même auteur, ne fussent pas consacrées à jamais : Adhuc infantiae involuta pannis, est-il dit d’Asella, et vix annum decimum aetatis excedens, honore futurae beatitudinis consecrata est. Saint Césaire permet aux moniales d’accueillir des filles à partir de six ou sept ans ; et il est à noter qu’il ne s’agit pas seulement d’enfants destinées à recevoir au monastère une bonne éducation . Saint Grégoire de Tours parle de ces oblations et de celles des esclaves par leurs maîtres, comme d’un vieil et commun usage . Le Ve concile d’Orléans (549) reconnaît que les filles entrent dans la vie religieuse, ou bien propria voluntate, ou bien offertes par leurs parents ; et le Ier concile de Mâcon (583) excommunie les oblates qui abandonneraient le monastère . Les enfants voués à la cléricature étaient mis en demeure, en temps voulu, soit de faire vœu de continence, ce qui leur permettait d’avancer aux Ordres sacrés, soit de prendre femme, ce qui les maintenait dans les Ordres inférieurs . Voyons maintenant le texte de la sainte Règle.

Si quis forte de nobilibus offert filium suum Deo in monasterio, si ipse puer minori aetate est parentes ejus faciant petitionem quam supra diximus. Et eum oblatione ipsam petitionem et manum pueri invol vant in palla altaris et sic eum offerant
S’il arrive qu’un notable offre son fils à Dieu dans le monastère et que , l’enfant soit très jeune, ses parents dresseront l’acte écrit dont nous avons parlé ci-dessus, ils envelopperont le document et la main de l’enfant avec l’offrande dans la nappe de l’autel. . C’est ainsi qu’ils l’offriront.


Les nobles dont. parle ici N. B. Père, ce sont les riches : il s’est exprimé selon le langage courant ; encore que bien des nobles par naissance soient pauvres, note Hildemar, et des roturiers fortunés. Peut-être saint Benoît songeait-il, en écrivant ces lignes, à la démarche d’Eutychius, le père de saint Maur, et de Tertullus, le père de saint Placide .
Saint Benoît suppose que l’enfant est trop petit pour écrire lui-même sa pétition, c’est-à-dire sa charte. Dans les Coutumes, cette estimation de l’âge oscille entre dix et quatorze ans. C’est aux parents (c’est-à-dire, selon les commentateurs et selon l’usage, au père et à la mère, à la mère, si le père est mort, parfois à d’autres parents ou au tuteur) , - c’est aux parents qu’il appartient de promettre pour leur fils stabilité, conversion des mœurs et obéissance ; c’est à eux que revient le soin de rédiger la pétition quam supra diximus : et ces seuls mots suffiraient pour établir qu’il s’agit d’une vraie profession, d’une profession aussi sérieuse que celle des adultes, et formulée à peu près dans les mêmes termes .
La charte est posée sur l’autel avec l’offrande, c’est-à-dire avec le pain et le vin offerts pour le sacrifice, et dont l’enfant lui-même ou ses parents présentaient leur part. Nous sommes donc ici encore à l’oratoire et à la Messe. L’offrande, la pétition et la main de l’enfant sont enveloppées dans la “ nappe de l’autel . S’agit-il de ce que nous appelons aujourd’hui le corporal, lequel, beaucoup plus ample autrefois, était probablement l’unique nappe de l’autel ? Ou bien s’ait-il, selon l’explication de Paul Diacre, du voile qui enveloppait l’offrande ? Comme le remarque N. B. Père à la fin du chapitre, il doit y avoir des témoins ; et on trouve leurs nombreuses signatures au bas des chartes qui nous ont été conservées. La même recommandation était faite par saint Basile .

De rebus auteur suis, sut in praesenti petitione promittant sub jurejurando, quia numquam per se, numquam per suspectam personam, nec quolibet modo ei aliquando aliquid dent, sut tribuant occasionem habendi. Vel cette, si hoc facere noluerint, et aliquid offerre voluerint in eleemosynam monasterio pro mercede sua, faciant ex rebus quas dare volunt monasterio donationem reservato sibi (si ita voluerint) usufruetuario. Atque ita omnia obstruantur, ut nulla suspieio remaneat pûero, per quam deceptus perire possit (quod absit), quod experimento didicimus -
Quant à leurs biens, ils promettront sous serment dans l’acte en question que jamais par eux-mêmes, ni par personne interposée, ni d’aucune manière, ils ne lui donneront ou ne lui fourniront l’occasion d’en posséder quelque chose ; ou du moins, s’ils ne veulent pas faire cela et qu’ils tiennent à offrir quelque chose en aumône au monastère comme gratification, ils , feront cette donation au monastère, s’en réservant même l’usufruit, s’ils le désirent. Ainsi toute issue sera fermée pour qu’il ne reste à l’enfant aucune arrière-pensée qui puisse le séduire et le perdre Dieu l’en réserve ! -. comme l’expérience nous en a instruits.


Comme au chapitre LVlll, après les dispositions relatives à la personne, viennent les dispositions relatives aux biens. L’enfant est devenu moine ; sa profession est définitive et non simplement provisoire, non fictive ou dans le seul désir des parents. L’enfant est pauvre, absolument pauvre, et pour toujours. Il importe donc de régler la question, non pas de ses biens présents, - il est trop petit pour en posséder, - mais des biens qui ont chance de lui venir un jour de sa famille. Il faut combiner les choses de telle sorte, dit avec énergie saint Benoît, que toute issue vers le monde, à l’occasion de ces biens, lui soit fermée ; il faut fermer tout accès à la pensée que ces biens pourraient lui échoir s’il retournait dans le siècle. Si l’oblat pouvait un jour se croire propriétaire à un titre quelconque, il courrait risque d’être déçu par ce mirage et de glisser jusqu’à l’apostasie et la perdition . A Dieu ne plaise ! s’écrie N. B. Père ; mais nous avons appris par expérience que de tels malheurs arrivent .
Les infractions à la loi de pauvreté constituent un danger pour tous les moines ; mais lés conditions mêmes dans lesquelles l’enfant est voué à la pauvreté exigent que la question pécuniaire soit réglée avec une prévoyance spéciale. Les parents s’engagent sous serment, et par une formule qui fait corps avec la pétition susdite, à ne jamais rien donner par eux-mêmes, jamais par personne interposée, d’aucune façon et quoi que ce soit, enfin à ne fournir à l’enfant aucune occasion de posséder toutes les hypothèses sont épuisées ; N. B. Père s’exprime en juriste.
C’est déshériter purement et simplement l’enfant ; telle est la première ligne de conduite que saint Benoît propose aux parents. Il en suggère une autre, mais très discrètement, comme au chapitre précédent pour les adultes. S’ils ne veulent pas, dit-il, agir ainsi,. c’est-à-dire jurer que leur fils n’aura jamais part à leur fortune, qu’ils joignent dès maintenant à son oblation quelques biens qui seront comme sa part d’héritage ; de même que l’adulte s’offre, s’il lui plaît, avec ses biens, l’enfant est donné avec ce dont l’es parents consentent à se dessaisir. Mais ce n’est réellement qu’une aumône offerte au monastère : pro mercede sua en échange de ce que le monastère fait pour leur fils ; ou bien, selon l’interprétation de Paul Diacre et de beaucoup d’autres :, pro mercede animae suae, pour le salut et le rachat de leur âme. On aura soin d’établir un acte de donation en bonne et due forme ; et les parents se réserveront, s’ils le veulent, l’usufruit des biens abandonnés. Nous avons observé déjà que saint Benoît, saint Basile et Cassien redoutaient ces dons faits au monastère.

Similiter autem et pauperiores faciant. Qui vero ex toto nihil habent simpliciter petitionem faciant et cum, oblatione offerant filium suum coram testibus
Les pauvres feront de même. Quant à ceux qui n’ont rien du tout, ils dresseront simplement l’acte, et offriront leur fils avec l’offrande devant témoins.


Saint Benoît range les parents des oblats, au point de vue de la, fortune dans trois classes : les nobles ou les riches, ceux qui ont moins de ressources, ceux qui ne possèdent rien. Les pauperiores observeront les mêmes prescriptions que les riches. Quant aux pauvres gens. dont les fils sont reçus eux aussi avec empressement et affection, ils devront simplement écrire ou faire écrire la charte, et présenter leur enfant avec l’offrande du pain et du vin, devant témoins .

Après N. B. Père, la même ligne de conduite est suivie relativement aux oblats. En Occident, saint Isidore, le Maître et d’autres les admettent . Des conciles légifèrent à leur sujet. Le IVe de Tolède par exemple, en 633, décrète : Monachum aut paterna devotio sut propria professio tacit ; quidquid horum fuerit alligatum, tenebit. Proinde his ad mundum reverti interdicimus aditum et omnem ad saeculum interdicimus regressum : Saint Grégoire Il (715-731), dans une lettre à saint Boniface, déclare que l’oblat n’a plus la liberté de se marier . S’il y eut, au début du neuvième siècle, une tendance à se rapprocher de la discipline orientale, c’est que des abus s’étaient glissés dans l’usage de l’oblature : certaines familles y trouvaient un procédé commode pour se débarrasser honnêtement d’enfants malingres, boiteux, chétifs, pour caser des cadets sans espoir de situation mondaine. Le relâchement s’introduisait par là dans les monastères. Sans interdire aux parents d’offrir les enfants non. infirmes, des conciles (par exemple celui d’Aix la Chapelle de 817) décrétaient que les oblats confirmeraient leur profession par un acte personnel, lorsqu’ils seraient en âge de l’accomplir. Mais il s’en faut que ces décisions aient été observées partout. Le concile de Worms de 868 oblige encore les oblats à demeurer toujours au monastère ; et dans la seconde moitié du neuvième siècle on constate que l’ancien usage a repris le dessus.
A Cluny, les oblats étaient nombreux, et les Coutumes fournissent à leur sujet de jolis détails. On les traitait comme de vrais religieux ; et s’il était de règle qu’à leur quinzième année ils lussent leur charte et fussent bénits avec tout le cérémonial de la profession des adultes, cela ne prouve aucunement qu’on ne considérât point leur engagement comme irrévocable dès la première heure. C’est même précisément parce qu’ils étaient regardés comme profès qu’on ne leur donnait pas de nouveau la coule à quinze ans. On trouve les mêmes usages à Farfa, au Bec et ailleurs . La preuve que Cluny entendait bien l’oblature comme créant un lien sérieux et définitif entre l’enfant et le monastère, c’est que Cluny né se résigna point à laisser le parent de saint Bernard,. Robert, passer à Clairvaux. L’incident est bien connu. On sait qu’il fournit l’occasion de la lettre véhémente placée en tête de la correspondance de saint Bernard, et que le Pape, interrogé, donna raison aux moines noirs. Au fond, saint Bernard ne contestait pas que l’enfant appartînt au Seigneur et à la vie monastique ; mais dans cette affaire, comme dans un cas analogue traité au cours d’une autre lettre , il soutenait que l’oblat, devenu grand, pouvait passer librement à la famille religieuse de son choix ; surtout, ajoutait-il, lorsqu’elle était plus fervente et de plus stricte observance. Il est probable que Cluny goûta médiocrement l’argumentation du saint Docteur .
Une fois contestés les effets profonds et juridiques de la profession des oblats, il ne restait plus qu’un pas à faire pour les laisser rentrer à leur gré dans le siècle. Sans doute, Clément Ill ratifia le décret du IVe concile de Tolède ; mais son successeur, Célestin Ill, reconnut aux oblats la triste liberté de revenir dans le monde ; et cette discipline prévalut peu à peu sur l’ancienne, - ce qui ne prouve aucunement que l’ancienne fût abusive, exorbitante, qu’elle vînt d’une fausse interprétation de la sainte Règle, mais simplement, comme on l’a dit, “ que la foi des peuples se faisait moins jeune ”.
C’est avec une âme antique qu’il faut apprécier des usages antiques ; c’est avec une âme chrétienne qu’il faut apprécier des dispositions chrétiennes. Rappelons-nous d’abord que l’idée de la toute-puissance paternelle, la notion de la patria potestas a certainement influé sur l’oblature. Mais c’est du paganisme ?... Alors, comment se fait-il que l’Ancien et le Nouveau Testament reconnaissent en partie cette discipline et que l’Église l’ait autorisée et adoptée durant tant de siècles ? Il faut bien remarquer que les anathèmes dirigés contre l’oblature se fondent sur une majeure qui aurait grand besoin d’être fortement démontrée et qui ne le sera pas de sitôt, celle-ci : l’homme n’est soumis qu’aux seules lois dont il a librement accepté l’obligation et le fardeau. Nous sommes des créatures, sans l’avoir voulu, des Français, sans l’avoir voulu, des hommes du vingtième siècle, sans l’avoir autrement désiré ; nous sommes devenus chrétiens et nous avons été compromis dans la direction de Dieu, sans qu’on nous ait demandé notre avis . L’homme qui réfléchit reconnaît vite qu’il est un être dont Dieu dispose à son gré, dont Dieu dispose lui-même, directement ou par des intermédiaires, mais toujours en maître.
Au fond, l’inquiétude rétrospective qu’inspire l’oblature ne viendra elle pas aussi d’une méprise trop répandue sur le vrai caractère de la liberté ? La faculté de choisir le mal ou un moindre bien, l’indépendance de la personne vis-à-vis du bien ou du mal, l’individualisme étroit et jaloux, tout cela n’est qu’une diminution de la liberté. La véritable liberté consiste dans l’appartenance profonde, dans l’adhésion connue et aimée au bien et à Dieu. Si l’on ne se place pas à ce point de vue, on ne comprend guère l’éducation, qui a précisément pour but de créer en nous le préjugé du bien avant même que nous sachions ce qu’il est. Et ceux qui veulent que tout Français appartienne à l’État plus qu’à la famille, et qu’il soit voué à la formation de l’Université sous peine de déchéance, ne font que retourner à leur usage le procédé qu’ils reprochent à l’Église.
Lorsque le sénateur Tertullus offrait à saint Benoît son petit Placide, il ne pensait point faire acte de tyrannie ; il croyait assurer ainsi la sécurité et la vie éternelle de son fils ; et il se persuadait que ni l’enfant, ni Dieu, ne lui reprocheraient un jour sa décision. De fait, la plupart des enfants ainsi offerts adhéraient joyeusement, plus tard, à la profession émise en leur nom. Ceux qui eussent volontiers repris le chemin du monde, sont-ils beaucoup à plaindre d’avoir été contraints de demeurer chez Dieu ? Et au lieu de se laisser hypnotiser par les abus et les défections inévitables qu’a occasionnés l’oblature, ne faut-il pas plutôt bénir une institution qui a donné des fruits tels que saint Maur et saint Placide, saint Bède le Vénérable, sainte Gertrude et tant d’autres ? Nous n’avons donc pas à rougir de ce chapitre LlX. S’il nous eût été appliqué à nous-mêmes, nous n’aurions connu que Dieu, nous n’aurions d’autres souvenirs que lui, nous n’aurions rien à désapprendre : où serait le malheur ?

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Prières usuelles

Signum crucis Signe de croix
IN nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen.
Symbolum Apostolorum Symbole des Apôtres
CREDO in Deum Patrem omnipotentem, Creatorem caeli et terrae. Et in Iesum Christum, Filium eius unicum, Dominum nostrum, qui conceptus est de Spiritu Sancto, natus ex Maria Virgine, passus sub Pontio Pilato, crucifixus, mortuus, et sepultus, descendit ad inferos, tertia die resurrexit a mortuis, ascendit ad caelos, sedet ad dexteram Dei Patris omnipotentis, inde venturus est iudicare vivos et mortuos. Credo in Spiritum Sanctum, sanctam Ecclesiam catholicam, sanctorum communionem, remissionem peccatorum, carnis resurrectionem, vitam aeternam. Amen. Je crois en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus-Christ Son fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, est ressuscité le troisième jour, est monté aux cieux, est assis à la droite du Père tout-puissant, d'où Il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en L'Esprit Saint, à la Sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.
Salve Regina Salut, ô Reine
Salve Regína, Mater misericórdiæ, vita dulcédo, et spes nostra, salve. Ad te clamámus éxsules fílii Evæ; ad te suspirámus, geméntes et flentes in hac lacrimárum valle. Salut, Reine, mère de miséricorde, vie, douceur, et notre espérance, salut. Vers vous, nous crions,, enfants d'Eve exilés. Vers vous, nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
Eia ergo, advocáta nostra, illos tuos misericórdes óculos ad nos convérte: Et Iesum, benedíctum fructum ventris tui, nobis post hoc exsílium osténde. O clemens, o pia, o dulcis Virgo María. Et donc, notre avocate, tournez vos yeux miséricordieux vers les vôtres. Et Jésus, le fruit béni de vos entrailles, montre-le nous après notre exil.
O clemens, O pia, O dulcis Virgo Maria. O clémente, ô bonne, ô douce Vierge Marie.
℣. Ora pro nobis, sancta Dei Genetrix.
℟. Ut digni efficiamur promissiónibus Christi.
℣. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu.
℣. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
Omnipotens sempiterne Deus, qui gloriosae Virginis Matris Mariae corpus et animam, ut dignum Filii tui habitaculum effici mereretur, Spiritu Sancto cooperante, praeparasti: da, ut cuius commemoratione laetamur; eius pia intercessione, ab instantibus malis, et a morte perpetua liberemur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
Dieu éternel et tout puissant qui avec la coopération du Saint Esprit a préparé le corps et l'Esprit de la glorieuse Vierge-Mère Marie à devenir une demeure digne de Ton Fils; puissions-nous, par son intercession aimante, être délivrés des maux actuels et de la mort éternelle, nous qui nous réjouissons de sa commémoration. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
Le "Salve Regina" est la prière privilégiée du temps "dans l'année" après la Pentecôte. Elle se chante (ou se récite) surtout après la fin du temps pascal jusqu'au premier dimanche de l'Avent (exclus).
ANGELUS ANGELUS
℣. Ángelus * Dómini nuntiávit Maríæ. ℣. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie,
℟. Et concépit de Spíritu Sancto. ℟. Et elle conçut du Saint-Esprit.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Ecce ancílla Dómini. ℣. Me voici, servante du Seigneur,
℟. Fiat mihi secúndum verbum tuum. ℟. Qu’il me soit fait selon votre parole.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Et Verbum caro factum est. ** ℣. Et le Verbe S’est fait chair
℟. Et habitávit in nobis. ℟. Et Il a habité parmi nous.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Ora pro nobis, sancta Dei génetrix. ℣. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
℟. Ut digni efficiámur promissiónibus Christi. ℟. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Orémus.
Grátiam tuam, quæsumus, Dómine, méntibus nostris infúnde; ut qui, Ángelo nuntiánte, Christi Fílii tui incarnatiónem cognóvimus, *
per passiónem eius et crucem, ad resurrectiónis glóriam perducámur.
Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Prions.
Répands, Seigneur, Ta grâce en nos âmes. Par le message de l’ange, nous avons connu l’incarnation de Ton Fils bien-aimé. Conduis-nous, par Sa passion et par Sa croix, jusqu’à la gloire de la résurrection. Par le Christ, notre Seigneur. ℟. Amen.
* L'angélus se sonne par trois séries de trois tintements suivis d'une "pleine-volée". Les tintements correspondent au début du versicule, du répons et de l'Ave.
** On a coutume d'incliner légèrement la tête à ce versicule en signe de révérence pour le mystère de l'Incarnation.
On récite habituellement la prière de l'Angelus trois fois par jour, à 7 heures, midi et 19 heures. Dans certains endroits, cette prière ce récite donc après l'office de laudes, celui de sexte et après complies.
Au temps pascal, cette prière est remplacée par le Regina caeli.
Angele Dei Angele Dei (prière à l'Ange gardien)
ANGELE DEI, qui custos es mei, Me tibi commissum pietate superna; (Hodie, Hac nocte) illumina, custodi, rege, et guberna. Amen. ANGE DE DIEU, qui êtes mon gardien, puisque le ciel m'a confié à vous dans sa bonté, (aujourd'hui, cette nuit) éclairez-moi,gardez-moi, dirigez-moi et gouvernez-moi. Amen.
Benedictio Ante Mensam Bénédiction avant le repas
℣. Benedicite. (℟. Benedicite.)
BENEDIC, Domine, nos et haec tua dona * quae de tua largitate sumus sumpturi. Per Christum Dominum nostrum. ℟. Amen.
℣. Bénissez. (℟. Bénissez.)
BENIS nous, Seigneur, et les dons qui viennent de Toi, par lesquels, de Ta largesse, nous sommes rassasiés. Par le Christ notre Seigneur. ℟. Amen.
Ante prandium: Avant le déjeuner :
Mensae caelestis participes * faciat nos, Rex aeternae gloriae. ℟. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse participer à la table céleste. ℟. Amen.
Ante cenam: Avant le dîner :
Ad cenam vitae aeternae * perducat nos, Rex aeternae gloriae. ℟. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse parvenir au festin de la vie éternelle. ℟. Amen.
Benedictio Post Mensam Bénédiction d'après le repas
AGIMUS tibi gratias, omnipotens Deus, pro universis beneficiis tuis, * qui vivis et regnas in saecula saeculorum. ℟. Amen. Nous Te rendons-grâces, Dieu tout puissant, pour tous Tes bienfaits, Toi qui vis et règnes dans les siècles des siècles. ℟. Amen.
℣. Deus det nobis suam pacem. ℣. Que Dieu nous donne Sa paix.
℟. Et vitam aeternam. ℟. Amen. ℟. Et la vie éternelle. Amen.
 Rosarium  Rosaire
Initium Commencement
Signum crucis Signe de croix
Romae: A Rome :
℣. Domine, labia mea aperies,
℟. Et os meum annuntiabit laudem tuam.
℣. Deus in adiutorium meum intende,
℟. Domine ad adiuvandum me festina.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres,
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
℣. Dieu, viens à mon aide,
℟. Seigneur, vite à mon secours.
Ad Crucem: Sur la croix :
Symbolum Apostolorum Symbole des apôtres
Ad grana maiora: Sur les gros grains :
Oratio Dominica (Pater noster) Prière du Seigneur (Notre Père)
Ad grana minora: Sur les petits grains :
Ave Maria Je vous salue Marie
Ad finem decadum: A la fin de chaque dizaine :
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Le Vendredi saint on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
℟. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem.
℣. Mortem autem crucis.
℟. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort.
℣. Et la mort de la croix.
Le Samedi saint, on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
℟. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis.
℣. Propter quod et Deus exaltavit illum: et dedit illi nomen, quod est super omne nomen.
℟. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
℣. C'est pourquoi Dieu L'a exalté : et Il Lui a donné le Nom qui est au dessus de tout Nom.
Oratio Fatima Prière de Fatima
O MI IESU, dimitte nobis debita nostra, libera nos ab igne inferni, conduc in caelum omnes animas, praesertim illas quae maxime indigent misericordia tua. O mon Jésus, pardonne-nous nos péchés, préserve-nous du feu de l'enfer, et conduis au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de Ta sainte miséricorde.
Meditationes Rosarii Méditations du Rosaire
In feria secunda et sabbato Le lundi et le samedi
I. Mysteria Gaudiosa I. Mystères joyeux
1. Quem, Virgo, concepisti. [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Quem visitando Elisabeth portasti. [Lc 1,39-45]
3. Quem, Virgo, genuisti. [Lc 2,6-12]
4. Quem in templo praesentasti. [Lc 2,25-32]
5. Quem in templo invenisti. [Lc 2,41-50]
1. Annonciation [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Visitation [Lc 1,39-45]
3. Nativité [Lc 2,6-12]
4. Présentation au Temple [Lc 2,25-32]
5. Recouvrement au Temple [Lc 2,41-50]
In feria quinta Le jeudi
II. Mysteria Luminosa II. Mystères lumineux
1. Qui apud Iordanem baptizatus est. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Qui ipsum revelavit apud Canense matrimonium. [In 2,1-11]
3. Qui Regnum Dei annuntiavit. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. Qui transfiguratus est. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. Qui Eucharistiam instituit.[In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
1. Le Baptême au Jourdain. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Les Noces de Cana. [In 2,1-11]
3. L'annonce du Royaume. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. La Transfiguration. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. L'institution de l'Eucharistie. [In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
In feria tertia et feria sexta Le mardi et le vendredi
III. Mysteria dolorosa III. Mystères douloureux
1. Qui pro nobis sanguinem sudavit. [Lc 22,39-46]
2. Qui pro nobis flagellatus est. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Qui pro nobis spinis coronatus est. [In 19,1-8]
4. Qui pro nobis crucem baiulavit. [In 19,16-22]
5. Qui pro nobis crucifixus est. [In 19,25-30]
1. L'Agonie au jardin des oliviers. [Lc 22,39-46]
2. Le Flagellation. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Le Couronnement d'épines. [In 19,1-8]
4. Le Portement de Croix. [In 19,16-22]
5. La Crucifixion. [In 19,25-30]
In feria quarta et Dominica Le mercredi et le dimanche
IV. Mysteria gloriosa IV. Mystères glorieux
1. Qui resurrexit a mortuis. [Mc 16,1-7]
2. Qui in caelum ascendit. [Lc 24,46-53]
3. Qui Spiritum Sanctum misit. [Acta 2,1-7]
4. Qui te assumpsit. [Ps 16,10]
5. Qui te in caelis coronavit. [Apoc 12,1]
1. La Résurrection. [Mc 16,1-7]
2. L'Ascension. [Lc 24,46-53]
3. L'Effusion de l'Esprit Saint à la Pentecôte. [Acta 2,1-7]
4. L'Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie. [Ps 16,10]
5. Le Couronnement aux cieux de la Bienheureuse Vierge Marie. [Apoc 12,1]
Orationes ad Finem Rosarii Dicendae Prières dites à la fin de la récitation du Rosaire
Salve Regina Salve Regina
℣. Ora pro nobis, Sancta Dei Genetrix.
℟. Ut digni efficiamur promissionibus Christi.
℣. Priez pour nous, Sainte Mère de Dieu.
℟. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
DEUS, cuius Unigenitus per vitam, mortem et resurrectionem suam nobis salutis aeternae praemia comparavit, concede, quaesumus: ut haec mysteria sacratissimo beatae Mariae Virginis Rosario recolentes, et imitemur quod continent, et quod promittunt assequamur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
O DIEU, qui, par la vie, la mort et la résurrection de Ton Fils unique, nous a obtenu les récompenses du salut éternel, accorde-nous, nous T'en supplions, qu'en méditant sur les mystères du très saint Rosaire de la Bienheureuse Vierge-Marie, nous imitions ce qu'ils contiennent et obtenions ce qu'ils promettent. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
 Gloria Patri Gloire au Père (Doxologie) 
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
ACTUS CONTRITIONIS ACTE DE CONTRITION
DEUS meus, ex toto corde paenitet me omnium meorum peccatorum, eaque detestor, quia peccando, non solum poenas a Te iuste statutas promeritus sum, sed praesertim quia offendi Te, summum bonum, ac dignum qui super omnia diligaris. Ideo firmiter propono, adiuvante gratia Tua, de cetero me non peccaturum peccandique occasiones proximas fugiturum. Amen. Mon Dieu, de tout mon coeur je fais pénitence pour tous mes péchés. Je les déteste non seulement à cause de Tes justes punitions auxquelles je suis promis, mais surtout parce que je T'ai offensé, Toi qui es infiniment bon et qui es digne de tout mon amour. Je prends donc la ferme résolution, avec l'aide de Ta grâce, de ne plus pécher et de fuir les occasions proches de pécher. Amen.
Oratio ante colligationem in interrete Prière avant de se connecter à l'internet.
OMNIPOTENS aeterne Deus, qui nos secundum imaginem Tuam plasmasti, et omnia bona, vera, pulchra, praesertim in divina persona Unigeniti Filii Tui Domini nostri Iesu Christi, quaerere iussisti, praesta quaesumus ut, per intercessionem Sancti Isidori, Episcopi et Doctoris, in peregrinationibus per interrete factis et manus oculosque ad quae Tibi sunt placita intendamus et omnes quos convenimus cum caritate ac patientia accipiamus. Per Christum Dominum nostrum. ℟. Amen. Dieu Éternel et Tout Puissant qui nous a créés à Ton image et nous ordonne de rechercher ce qui est bon, vrai et beau, spécialement dans la personne divine de Ton Fils unique notre Seigneur Jésus Christ, nous T’implorons par l’intercession de Saint Isidore Évêque et Docteur de nous aider pendant nos voyages à travers l’Internet à diriger nos mains et nos yeux vers ce qui T’est agréable, et à accueillir avec charité et patience tous ceux que nous rencontrerons. Par le Christ notre Seigneur. ℟. Amen.
Oratio S. Thomae Aquinatis ante studium Prière de S. Thomas d'Aquin avant l'étude
Creátor ineffábilis, qui de thesáuris sapiéntiæ tuæ tres Angelórum hiearchías designásti et eas super cœlum empýreum miro órdine collocásti, atque univérsi partes elegantíssime distribuísti: Tu, inquam, qui verus fons lúminis et sapiéntiæ díceris ac superéminens princípium, infúndere dignéris super intelléctus mei ténebras tuæ rádium claritátis, dúplices, in quibus natus sum, a me rémovens ténebras, peccátum scílicet et ignorántiam. Tu, qui linguas infántium facis disértas, linguam meam erúdias atque in lábiis meis grátiam tuæ benedictiónis infúndas. Da mihi intelligéndi acúmen, retinéndi capacitátem, addiscéndi modum et facilitátem, interpretándi subtilitátem, loquéndi grátiam copiósam. Ingréssum ínstruas, progréssum dírigas, egréssum cómpleas. Tu, qui es verus Deus et Homo, qui vivis et regnas in sǽcula sæculórum. Amen. Créateur ineffable, qui, des trésors de Ta sagesse, a formé les trois hiérachies des anges, les a placées au-dessus des cieux dans un ordre merveilleux, et a façonné et distribué de façon exquise toutes les parties de l'univers ; Toi qui es la vraie source de la lumière et de la sagesse et leur principe suréminent, daigne répandre Ta clarté sur l’obscurité de mon intelligence ; chasse de moi les ténèbres du péché et de l’ignorance. Donne-moi : la pénétration pour comprendre, la mémoire pour retenir, la méthode et la facilité pour apprendre, la lucidité pour interpréter, une grâce abondante pour m’exprimer. Aide le commencement de mon travail, diriges-en le progrès, couronnes-en la fin. Toi, qui es vrai Dieu et vrai homme, et qui vis et règnes dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Ordo liturgique du vendredi 13 avril 2018 au dimanche 13 mai 2018

vendredi 13 avril 2018
Feria VI - Hebdomada II Paschae

FERIE
St Martin 1er, pape et martyr
Pape, mort des suites de son enlèvement à Constantinople (†655) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 14 avril 2018
Sabbato - Hebdomada II Paschae

FERIE
Ste Lidwine
Mystique hollandaise, elle s'unit à la Passion du Christ (†1433) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 15 avril 2018
Dominica - Hebdomada III Paschae

Dominica III Paschae.

St Damien de Veuster, prêtre
Prêtre, apôtre des lépreux dans l'île de Molokaï (†1889) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 16 avril 2018
Feria II - Hebdomada III Paschae

FERIE
St Benoît-Joseph Labre
Pèlerin perpétuel, homme de prière et de charité, il mourut à Rome en 1783 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 17 avril 2018
Feria III - Hebdomada III Paschae

FERIE
Ste Catherine Tekakwitha, vierge
Vierge indienne d’Amérique, première "peau rouge " honorée par l'Église († 1680) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 18 avril 2018
Feria IV - Hebdomada III Paschae

FERIE
Bse Marie de l'Incarnation
Madame Acarie, mère de famille, esprit des plus brillants, religieuse (†1618) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 19 avril 2018
Feria V - Hebdomada III Paschae

FERIE
St Elphège, archevêque
Archevêque de Canterbury, mort martyr en 1012 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 20 avril 2018
Feria VI - Hebdomada III Paschae

FERIE
Bx Jacques Bell et ses compagnons, prêtres et martyrs
Prêtres, martyrisés à Londres en 1602 - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 21 avril 2018
Sabbato - Hebdomada III Paschae

FERIE ou S. Anselmi, episcopi et Ecclesiae doctoris, memoria ad libitum.
St Anselme de Canterbury, évêque et docteur de l'Église
Abbé du Bec en Normandie et évêque de Canterbury, il fut un grand théologien (†1109) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 22 avril 2018
Dominica - Hebdomada IV Paschae

Dominica IV Paschae.

St Léonide
Père d'Origène, professeur de renom à Alexandrie († vers 203) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 23 avril 2018
Feria II - Hebdomada IV Paschae

FERIE ou S. Adalberti, episcopi et martyris, memoria ad libitum.
St Georges, martyr
Soldat mort à Lod en Palestine en 303. Il a le titre de "grand martyr " - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 24 avril 2018
Feria III - Hebdomada IV Paschae

FERIE ou S. Fidelis a Sigmaringen, presbyteri et martyris, memoria ad libitum.
St Fidèle de Sigmaringen, prêtre et martyr
Capucin, surnommé "ange de la paix " martyr en Suisse en 1622 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 25 avril 2018
Feria IV - Hebdomada IV Paschae

S. Marci, evangelistae, Festum.

St Marc, évangéliste
Évangéliste,compagnon de St Paul et de St Pierre, il serait mort martyr en Alexandrie en 68 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 26 avril 2018
Feria V - Hebdomada IV Paschae

FERIE
Bx Raphaël Arnaiz Baron, moine
Moine à Palencia, il supporta héroïquement la maladie et mourut à vingt-sept ans en 1938 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 27 avril 2018
Feria VI - Hebdomada IV Paschae

FERIE
Ste Zita
Native de Monsagrati, près de Lucques en Italie, elle entra à douze ans au service d'une famille chez qui elle demeura toute sa vie (†1272) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 28 avril 2018
Sabbato - Hebdomada IV Paschae

FERIE ou S. Ludovici Mariae Grignion de Montfort, presbyteri, memoria ad libitum.
St Pierre Chanel, prêtre et martyr
Prêtre, missionnaire à Futuna, martyr en 1841 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 29 avril 2018
Dominica - Hebdomada V Paschae

Dominica V Paschae.

Ste Catherine de Sienne, vierge et docteur de l’Église
Vierge, docteur de l'Église elle persuada le pape Grégoire XI de revenir à Rome (†1380) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 30 avril 2018
Feria II - Hebdomada V Paschae

FERIE
St Pie V, pape
Pape de la contre-réforme et défenseur de la chrétienté (†1572) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 1 mai 2018
Feria III - Hebdomada V Paschae

FERIE
St Joseph ouvrier
Le pape Pie XII donna en 1955, au monde du travail, St Joseph comme modèle - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 2 mai 2018
Feria IV - Hebdomada V Paschae

S. Athanasii, episcopi et Ecclesiae doctoris, Memoria.

St Athanase, évêque et docteur de l'Église
Évêque d'Alexandrie, défenseur de la foi, docteur de l’Église, il lutta toute sa vie contre les ariens (†373) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 3 mai 2018
Feria V - Hebdomada V Paschae

Ss. Philippi et Iacobi, apostolorum, Festum.

Sts Philippe et Jacques, apôtres
Apôtres, Philippe et Jacques sont morts martyrs - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 4 mai 2018
Feria VI - Hebdomada V Paschae

FERIE
St Jean-Louis Bonnard
Prêtre, missionnaire au Tonkin, mort martyr en 1852 - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 5 mai 2018
Sabbato - Hebdomada V Paschae

FERIE
Bse Catherine Cittadini
Religieuse, fondatrice d'un Ordre enseignant : les Ursulines de Somasque (†1857) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 6 mai 2018
Dominica - Hebdomada VI Paschae

Dominica VI Paschae.

Bx François de Montmorency-Laval
Premier évêque du Canada, il évangélisa les Indiens et fonda le séminaire de Québec (université Laval) (†1708) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 7 mai 2018
Feria II - Hebdomada VI Paschae

FERIE
St Augustin Roscelli
Prêtre de Gênes, il fonda de nombreuses œuvres pour les pauvres, portées par la prière de contemplatives (†1902) - Martyrologe du jour
Rogations
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 8 mai 2018
Feria III - Hebdomada VI Paschae

FERIE
Bse Catherine de Longpré
Religieuse augustinienne originaire de Bayeux, missionnaire et cofondatrice du Québec (†1668) - Martyrologe du jour
Rogations
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 9 mai 2018
Feria IV - Hebdomada VI Paschae

FERIE
St Pacôme
Moine en Égypte, auteur de la 1ère règle monastique (†346) - Martyrologe du jour
Rogations
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 10 mai 2018
Feria V - Hebdomada VI Paschae

IN ASCENSIONE DOMINI, Sollemnitas.

St jean d'Avilla, prêtre docteur de l'église
- Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 11 mai 2018
Feria VI - Hebdomada VI Paschae

FERIE
St Mamert
Évêque de Vienne en Isère, combattit l'arianisme, institua les Rogations (†477) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 12 mai 2018
Sabbato - Hebdomada VI Paschae

FERIE ou S. Pancratii, martyris, memoria ad libitum.
Sts Nérée et Achille, martyrs
Martyrs romains sous Dioclétien - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 13 mai 2018
Dominica - Hebdomada VII Paschae

Dominica VII Paschae.

Bienheureuse Vierge Marie de Fatima
Anniversaire de la première apparition de la Vierge à trois enfants en 1917 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word