Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Martyrologe du mardi 22 janvier 2019 - de la férie

Martyrologe
Le 22 janvier
1.        Mémoire de saint Vincent, diacre de Saragosse et martyr. Dans la persécution de Dioclétien, en 304, avec son évêque saint Valère, il fut conduit à Valence, et là, après avoir subi la prison, la faim, le chevalet, des plaques brûlantes, il s’envola au ciel, vainqueur, pour recevoir la couronne du martyre.
2.         On commémore aussi saint Valère, évêque de Saragosse qui prit part au premier Concile d’Elvire et, conduit à Valence avec saint Vincent, fut condamné à l’exil.
3.         À Novare en Ligurie, avant 418, saint Gaudence, qui est tenu pour le premier évêque de ce siège.
4.         À Bethsaloé en Perse, l’an 628, la passion de saint Anastase, moine et martyr. Après de nombreux tourments qu’il avait endurés à Césarée de Palestine, il fut encore éprouvé par les nombreux supplices que lui infligea le roi des Perses Chosroès. Il fut enfin étranglé près du fleuve, après soixante-dix compagnons, et décapité.
5*.         Au monastère de Romans, près de l’Isère, dans les Alpes, en 844, la mise au tombeau de saint Barnard, évêque de Vienne. Après avoir quitté la cour et les armées de Charlemagne pour la milice du Christ, il distribua aux pauvres les biens reçus en héritage et construisit deux monastères, à Ambournay d’abord, puis, devenu évêque, dans son diocèse, à Romans, où il mourut.
6.         À Sore dans le Latium, en 1034, saint Dominique, abbé, qui construisit des monastères dans diverses régions d’Italie et en remit d’autres, par son esprit de réforme, dans une vie régulière.
7*.         À Pise en Toscane, l’an 1431, la bienheureuse Marie Mancini. Deux fois veuve, ayant perdu tous ses enfants, elle institua, avec les encouragements de sainte Catherine de Sienne, la vie commune au monastère de Saint-Dominique qu’elle dirigea pendant dix ans.
8*.         À Côme en Lombardie, l’an 1459, le bienheureux Antoine della Chiesa, prêtre dominicain, qui rétablit la vie régulière dans un certain nombre de couvents de son Ordre, recherchant avec indulgence la fragilité humaine et la corrigeant avec fermeté.
9*.         À Londres, en 1592, le bienheureux Guillaume Patenson, prêtre et martyr. Sous la reine Élisabeth Ière, il fut condamné à mort à cause de son sacerdoce ; en prison, il réconcilia avec l’Église catholique six de ses codétenus et il acheva son martyre à Tyburn par la pendaison et le démembrement.
10.         Au Tonkin, en 1745, les saints martyrs François Gil de Federich et Matthieu Alonso de Leziniano, prêtres dominicains. Sous le règne de Trinh Doanh, après avoir prêché l’Évangile sans discontinuer et même dans les chaînes, ils furent frappés du sabre, allant glorieusement à la mort pour le Christ.
11.         À Rome en 1850, saint Vincent Palloti, prêtre, fondateur de la Société de l’Apostolat catholique, qui stimula, par ses écrits et ses œuvres, la vocation de tous ceux qui sont baptisés dans le Christ à travailler activement en faveur de l’Église.
12*.         À Bordeaux, en 1850, le bienheureux Guillaume Chaminade, prêtre. À l’époque de la Révolution française, il exerça longtemps son zèle en cachette avec audace, il eut à cœur de rassembler les fidèles laïcs pour honorer la bienheureuse Vierge Marie et agir en faveur des missions étrangères et, pour cela, il fonda la Société de Marie et l’Institut des Filles de Marie Immaculée.
13*.         À Junin dans les Andes en Argentine, en 1904, la bienheureuse Laure Vicuña, vierge. Née à Santiago du Chili, élève dans l’Institut de Marie Auxiliatrice, elle offrit à Dieu sa vie à quinze ans pour la conversion de sa mère.
14*.         À Castelletto del Garda aux confins de la Vénétie, en 1922, le bienheureux Joseph Nascimbeni, prêtre, fondateur de l’Institut des Petites Sœurs de la Sainte Famille.
15*.         À Vienne en Autriche, l’an 1931, le bienheureux Ladislas Batthyany-Stratmamn. Père de famille, il fut par sa vie et son action, un témoin de l’Évangile, aussi bien en famille que dans la société. Médecin, il fit honneur à son art et montra une grande charité en assistant les malades, pour qui il fonda des hôpitaux, où il n’accueillait que les pauvres et les indigents.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Invitatoire du mardi 22 janvier 2019 - de la férie

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
Ad Invitatorium
Ad Invitatorium
A la liturgie lue :
Ante Officium quod a solo persolvitur, dici potest sequens oratio:Avant l'office récité seul, on peut dire la prière suivante :
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum tuum; munda cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus; intelléctum illúmina, afféctum inflámma, ut digne, atténte ac devóte hoc Offícium recitáre váleam, et exaudíri mérear ante conspéctum divínæ maiestátis tuæ. Per Christum Dóminum nostrum. Amen.Ouvre mes lèvres, Seigneur, afin qu’elles bénissent Ton saint Nom, purifie aussi mon cœur de toute pensée vaine, mauvaise, étrangère. Éclaire mon intelligence, enflamme mon amour, afin que je puisse réciter cet office avec respect, attention et dévotion, et mériter d’être exaucé en présence de Ta divine majesté. Par le Christ notre Seigneur. Amen.
V/. Dómine, lábia mea apéries. R/. Et os meum annuntiábit laudem tuam.V/. Seigneur, ouvre mes lèvres. R/. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Psalmus 94 (95)Psaume 94 (95)
Invitatio ad laudem DeiInvitation à la louange de Dieu
Adhortamini vosmetipsos per singulos dies, donec illud «hodie» vocatur (Hebr 3, 13).Exhortez-vous mutuellement chaque jour, tant que vaut cet « aujourd'hui ».
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Veníte, exsultémus Dómino; iubilémus Deo salutári nostro. Præoccupémus fáciem eius in confessióne et in psalmis iubilémus ei.Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut. Accourons devant Sa face dans l'action de grâce, dans des psaumes, jubilons pour Lui.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Quóniam Deus magnus Dóminus et rex magnus super omnes deos. Quia in manu eius sunt profúnda terræ, et altitúdines móntium ipsíus sunt. Quóniam ipsíus est mare, et ipse fecit illud, et siccam manus eius formavérunt. Parce que le Seigneur est le grand Dieu ; le grand Roi au-dessus de tous les dieux. Car dans Sa main sont les profondeurs de la terre, et que les hauteurs des montagnes sont à Lui. Parce qu'à Lui est la mer, et que c'est Lui-même qui l'a faite, et que Ses mains ont formé le continent.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Veníte, adorémus et procidámus et génua flectámus ante Dóminum, qui fecit nos, quia ipse est Deus noster, et nos pópulus páscuæ eius et oves manus eius. Venez, adorons, prosternons - nous devant Dieu, et fléchissons les genoux devant le Seigneur qui nous a faits, parce que Lui-même est notre Dieu, et que nous sommes Son peuple et les brebis de Sa main.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Utinam hódie vocem eius audiátis: «Nolíte obduráre corda vestra, sicut in Meríba secúndum diem Massa in desérto, ubi tentavérunt me patres vestri: probavérunt me, etsi vidérunt ópera mea. Si seulement aujourd'hui, vous entendiez Sa voix, n'endurcissez pas vos coeurs, comme à Mériba, comme au jour de Massa dans le désert, où Me tentèrent vos pères ; ils M'éprouvèrent, alors qu'ils avaient vu Mes oeuvres.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Quadragínta annis tæduit me generatiónis illíus, et dixi: Pópulus errántium corde sunt isti. Et ipsi non cognovérunt vias meas; ídeo iurávi in ira mea: Non introíbunt in réquiem meam». Pendant quarante ans, J'ai été le dégoût de cette génération et J'ai dit : ils sont un peuple errant de coeur ; et eux, ils n'ont point connu Mes voies : c'est pourquoi Je leur ai juré dans Ma colère, ils n'entreront pas dans Mon repos.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.

Si le psaume 94 est récité pendant la liturgie de ce jour, à une des heures suivantes, on peut prendre un autre psaume comme invitatoire, au choix :
vel:ou :
Psalmus 99 (100)Psaume 99 (100)
Gaudium in templum ingredientiumJoie de l’entrée dans le temple
Redemptos iubet Dominus victoriæ carmen canere (S. Athanasius). Le Seigneur invite les rachetés à entonner un chant de victoire (S. Athanase).
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Iubiláte Dómino, omnis terra, * servíte Dómino in lætítia; introíte in conspéctu eius * in exsultatióne. Acclamez Dieu, toute la terre; servez le Seigneur avec joie. Entrez en Sa présence * avec allégresse.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Scitóte quóniam Dóminus ipse est Deus;  ipse fecit nos, et ipsíus sumus, * pópulus eius et oves páscuæ eius. Sachez que c'est le Seigneur qui est Dieu; c'est Lui qui nous a faits, et non pas nous-mêmes. Nous sommes Son peuple, et les brebis de Son pâturage.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Introíte portas eius in confessióne,  átria eius in hymnis, * confitémini illi, benedícite nómini eius. Franchissez Ses portes avec des louanges, Ses parvis en chantant des hymnes; célébrez-le, bénissez Son nom.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Quóniam suávis est Dóminus;  in ætérnum misericórdia eius, * et usque in generatiónem et generatiónem véritas eius. car le Seigneur est suave; Sa miséricorde est éternelle, * et Sa vérité demeure de génération en génération.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
vel:ou :
Psalmus 66 (67)Psaume 66 (67)
Omnes gentes Domino confiteanturToutes les nations rendront gloire au Seigneur
Notum sit vobis quoniam gentibus missum est hoc salutare Dei (Act 28, 28).Sachez que le salut de Dieu a été envoyé aux gentils (Act 28, 28).
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Deus misereátur nostri et benedícat nobis; * illúminet vultum suum super nos, ut cognoscátur in terra via tua, * in ómnibus géntibus salutáre tuum. Que Dieu nous soit favorable et qu'Il nous bénisse; qu'Il illumine sur nous Son visage, afin que l'on connaisse sur la terre Ta voie, et parmi toutes les nations Ton salut.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Læténtur et exsúltent gentes,  quóniam iúdicas pópulos in æquitáte * et gentes in terra dírigis. Que les peuples Te louent, ô Dieu ; que les peuples Te louent tous. Que les nations se réjouissent, qu'elles soient dans l'allégresse ; car Tu juges les peuples avec droiture, et Tu conduis les nations sur la terre.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Terra dedit fructum suum; * benedícat nos Deus, Deus noster, benedícat nos Deus, * et métuant eum omnes fines terræ. Que les peuples Te louent, ô Dieu, que les peuples Te louent tous. La terre a donné son fruit ; que nous bénisse Dieu, notre Dieu, que Dieu nous bénisse, et que toutes les extrémités de la terre Le révèrent.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
vel:ou :
Psalmus 23 (24)Psaume 23 (24)
Domini in templum adventusAvènement de Dieu dans le Temple
Christo apertæ sunt portæ cæli propter carnalem eius assumptionem (S. Irenæus).Les portes du ciel se sont ouvertes au Christ parce qu’il a pris la nature humaine. (S. Irénée)
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Dómini est terra et plenitúdo eius, * orbis terrárum et qui hábitant in eo. Quia ipse super mária fundávit eum * et super flúmina firmávit eum. Au Seigneur est la terre et tout ce qu'elle renferme, le monde et tous ceux qui l'habitent. Car c'est Lui qui l'a fondé sur les mers, et qui l'a établi sur les fleuves.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Quis ascéndet in montem Dómini, * aut quis stabit in loco sancto eius? Innocens mánibus et mundo corde,  qui non levávit ad vana ánimam suam, * nec iurávit in dolum. Hic accípiet benedictiónem a Dómino * et iustificatiónem a Deo salutári suo. Hæc est generátio quæréntium eum, * quæréntium fáciem Dei Iacob. Qui montera sur la montagne du Seigneur, ou qui se tiendra dans Son lieu saint ? Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur, qui n'a pas livré son âme à la vanité, ni fait à son prochain un serment trompeur. Celui-là recevra la bénédiction du Seigneur, et la miséricorde de Dieu, son Sauveur. Telle est la race de ceux qui Le cherchent, de ceux qui cherchent la face du Dieu de Jacob.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus fortis et potens, Dóminus potens in prœlio. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Qui est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur fort et puissant, le Seigneur puissant dans les combats.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus virtútum ipse est rex glóriæ. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Quel est ce roi de gloire ? Le Seigneur des armées est Lui-même ce roi de gloire.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Deum magnum Dóminum, veníte, adorémus. Ant. Le grand Dieu, le Seigneur, venez, adorons.
Psalmus cum sua antiphona, pro opportunitate, omitti potest quando Invitatorium Laudibus matutinis præponendum est. Le psaume [invitatoire] avec son antienne, si c'est opportun, peut être omis lorsque l'invitatoire précède immédiatement les Laudes du matin.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vigiles (OSB) du mardi 22 janvier 2019 - de la férie

In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De Epístula beáti Pauli apóstoli ad Romános De la lettre de saint Paul aux Romains
Lectio I Lecture I
Quid dicémus? Permanébimus in peccáto, ut grátia abúndet? Absit! Qui enim mórtui sumus peccáto, quómodo adhuc vivémus in illo? An ignorátis quia, quicúmque baptizáti sumus in Christum Iesum, in mortem ipsíus baptizáti sumus? Consepúlti ergo sumus cum illo per baptísmum in mortem, ut quemádmodum suscitátus est Christus a mórtuis per glóriam Patris, ita et nos in novitáte vitæ ambulémus. Que dire? Qu'il nous faut rester dans le péché, pour que la grâce se multiplie? Certes non! Si nous sommes morts au péché, comment continuer de vivre en lui? Ou bien ignorez-vous que, baptisés dans le Christ Jésus, c'est dans sa mort que tous nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême dans la mort, afin que, comme le Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, nous vivions nous aussi dans une vie nouvelle.
R/. Exáudi, Deus, deprecatiónem meam, inténde oratióni meæ; * A fínibus terræ ad te clamávi, Dómine. V/. Dum anxiarétur cor meum, in petra exaltásti me; deduxísti me, quia factus es adiútor meus. * A fínibus terrae. R/. Dieu, entends ma plainte, exauce ma prière; * Des terres lointaines je t'appelle, Seigneur. V/. Quand le cœur me manque, tu m'élèves sur le roc; tu me conduis, car tu es pour moi un refuge. * Des terres lointaines.
Lectio II Lecture II
Si enim complantáti facti sumus similitúdini mórtis eius, sed et resurrectiónis érimus; hoc sciéntes quia vetus homo noster simul crucifíxus est, ut destruátur corpus peccáti, ut ultra non serviámus peccáto. Qui enim mórtuus est, iustificátus est a peccáto. Car si c'est un même être avec le Christ que nous sommes devenus par une mort semblable à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection semblable; comprenons-le, notre vieil homme a été crucifié avec lui, pour que fût réduit à l'impuissance ce corps de péché, afin que nous cessions d'être asservis au péché. Car celui qui est mort est affranchi du péché.
R/. Deo subiécta esto, ánima mea, quóniam ab ipso patiéntia mea; * Quia ipse Deus meus. V/. In Deo salutáre meum et glória mea; Deus auxílii mei, et spes mea in Deo est. * Quia. R/. Je veux m'abandonner au Seigneur; oui, mon espoir vient de lui; * Lui seul est mon Dieu. V/. Mon salut et ma gloire se trouvent près de Dieu; chez Dieu, mon refuge, mon espérance! * Lui seul.
Lectio III Lecture III
Si autem mórtui sumus cum Christo, crédimus quia simul étiam vivémus cum eo; sciéntes quod Christus suscitátus ex mórtuis iam non móritur, mors illi ultra non dominátur. Quod enim mórtuus est, peccáto mórtuus est semel; quod autem vivit, vivit Deo. Ita et vos existimáte vos mórtuos quidem esse peccáto, vivéntes autem Deo in Christo Iesu. Mais si nous sommes morts avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui, sachant que le Christ une fois ressuscité des morts ne meurt plus, que la mort n'exerce plus de pouvoir sur lui. Sa mort fut une mort au péché, une fois pour toutes; mais sa vie est une vie à Dieu. Et vous de même, considérez que vous êtes morts au péché et vivants à Dieu dans le Christ Jésus.
R/. Deus, in te sperávi, Dómine, non confúndar in ætérnum. * In tua iustítia líbera me et éripe me. V/. Esto mihi in Deum protectórem et in locum munítum, ut salvum me fácias. * In tua iustítia. V/. Glória Patri. * In tua iustítia. R/. En toi, Seigneur, j'ai mon refuge: garde-moi d'être humilié pour toujours. * Dans ta justice, défends-moi, libère-moi. V/. Sois le rocher qui m'abrite, la citadelle qui me sauve. * Dans ta justice. V/. Gloire au Père. * Dans ta justice.
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Tractátibus sancti Hilárii epíscopi in psalmos (Ps. 131, 6-7: CSEL 22, 666-667) Commentaire de saint Hilaire sur le psaume 131
Lectio I Lecture I
Domino nostro Iesu Christo unigénito Dei Fílio, qui ómnia humánæ salútis sacraménta tamquam iurátus explévit et quem a prophétis David significátum docúimus, hoc opus máximum fuit, ut hóminem ad sciéntiam divínam erudítum dignum habitáculo Dei rédderet. Et esse hóminem sedem atque habitatiónem Deo ita docémur, Deo ipso per Prophétam loquénte: Quia inhabitábo in his et in illis ambulábo et ero illórum Deus, et ipsi erunt mihi pópulus; et rursum: In ætérnum exsultábunt, et inhabitábo in illis. L'œuvre la plus grande de notre Seigneur Jésus-Christ, Fils unique de Dieu, qui accomplit tous les mystères du salut de l'homme, comme il s'y était engagé, et que les prophètes nous ont désigné en David, cette œuvre fut de rendre l'homme digne d'abriter Dieu, une fois qu'il eût été formé à la connaissance divine. Que l'homme soit le lieu et l'habitation de Dieu, nous l'apprenons quand Dieu même dit par le Prophète: Car j'habiterai chez eux, je marcherai parmi eux et je serai leur Dieu, et eux seront mon peuple; et encore: Ils exulteront à jamais et j'habiterai au milieu d'eux.
R/. Repleátur os meum laude ut hymnum dicam glóriæ tuæ, tota die magnificéntiæ tuæ. Noli me proícere in témpore senectútis; * Cum defécerit virtus mea, Deus, ne derelínquas me. V/. Gaudébunt lábia mea, cum cantávero tibi, et ánima mea, quam redemísti. * Cum. R/. Je n'aurai que ta louange à la bouche, pour célébrer tout le jour ta splendeur, chanter une hymne à ta gloire. Ne me rejette pas maintenant que j'ai vieilli; * Alors que décline ma vigueur, mon Dieu, ne m'abandonne pas. V/. Joie sur mes lèvres qui chantent pour toi, et dans mon âme que tu as rachetée! * Alors que.
Lectio II Lecture II
Dominus autem ipse in evangélio ait: Si quis díligit me, et verbum meum servábit, et Pater meus díliget eum, et veniémus et mansiónem apud eum faciémus. Apóstolus quoque ait: Vos estis templum Dei, et Spíritus Dei hábitat in vobis. Hábitat autem Deus religiosórum mentes non corporáli hábitu neque natúræ gravióris ingréssu, ut álibi non degens illic tantum, quo se intúlerit, insístat; sed spiritáli virtúte in vácua se a terrénis lábibus corda permíttit seséque lúminis modo in paténtes innocéntiæ fóribus mentes illuminatúrus infúndit. Assúmpto ígitur córpore Unigénitus Deus neque ante se cum hómine suo ingressúrum tabernáculum domus suæ iurat, id est in cæléstem habitatiónem suam esse reditúrum, quam hæc religiósi péctoris loca Dómino invéniat. Le Seigneur en personne dit dans l'évangile: Si quelqu'un m'aime, il gardera ma parole, et mon Père l'aimera, et nous viendrons à lui, et nous ferons chez lui notre demeure. L'Apôtre dit aussi: Vous êtes le temple de Dieu et l'Esprit de Dieu habite en vous. Mais Dieu habite l'âme des hommes de religion, non pas en pénétrant corporellement, non par l'entrée d'une nature plus pesante, de telle sorte que, partant d'ailleurs, il se trouve là seulement où il se serait transporté, mais par une force spirituelle il s'introduit dans les cœurs libres de souillures terrestres et se répand, à la façon de la lumière, par les portes de l'innocence dans les âmes ouvertes, pour les éclairer. Ayant donc pris un corps, le Dieu qui est Fils unique jure de ne pas entrer, en compagnie de l'homme, dans la tente de sa demeure, c'est-à-dire de revenir en son habitation du ciel, avant d'avoir trouvé pour le Seigneur ces lieux que sont les cœurs religieux.
R/. Gaudébunt lábia mea, cum cantávero tibi, * Et ánima mea, quam redemísti, Dómine. V/. Sed et lingua mea meditábitur iustítiam tuam, tota die laudem tuam. * Et ánima mea. R/. Joie sur mes lèvres qui chantent pour toi, * Et dans mon âme que tu as rachetée, Seigneur! V/. Alors ma langue redira ta justice, tout le jour, ta louange. * Et dans mon âme.
Lectio III Lecture III
Sed neque stratum lecti sui ascensúrum se esse vovit. Stratum réquies humanórum labórum est et fessórum córporum reféctio. Sed in cælo semper quiéscitur et, quia indeféssa illa natúra labórem nescit, semper in strato, id est semper est in quiéte. Dóminus noster in forma Dei manens formam servi accépit et obdiens usque ad mortem fuit, et mortem crucis, ut plus néscio quid morte paterétur. Ob id autem tantum obœdiens usque ad crucis mortem est, ut nos habitatióne Dei dignos esse præstáret. Mori ígitur vóluit, qui vita est, et éffici se indeféssa virtus ad habitatiónem córporis non recusávit infírmam, ut in forma Dei manens formam servi accíperet. Mais il a aussi juré de ne pas monter sur la couche de son lit. La couche est le repos des travaux de l'homme et le délassement des corps fatigués. Mais au ciel on se repose sans fin et comme cette nature qui n'est jamais fatiguée ignore le labeur, elle est toujours sur la couche, c'est-à-dire en repos. Notre Seigneur, qui demeurait en la forme de Dieu, a pris la forme d'esclave et fut obéissant jusqu'à la mort, et la mort sur une croix, pour souffrir je ne sais quoi de plus que la mort. Mais il n'est obéissant jusqu'à la mort de la croix qu'en vue de cela: nous rendre tels que Dieu puisse demeurer en nous. Il a donc voulu mourir, lui qui est la vie, et la force jamais lasse n'a pas refusé de devenir faible pour habiter un corps, afin que, tout en demeurant dans la forme de Dieu, il prît la forme d'esclave.
R/. Mihi autem adhærére Deo bonum est, * Pónere in Dómino Deo spem meam. V/. Ut annúntiem omnes laudatiónes tuas in portis fíliæ Sion, * Pónere. V/. Glória Patri. * Pónere. R/. Pour moi, il est bon d'être intime avec Dieu; * J'ai pris refuge auprès de mon Dieu. V/. Pour annoncer les merveilles du Seigneur aux portes de Sion, * J'ai pris refuge. V/. Gloire au Père. * J'ai pris refuge.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Evangile commenté du mardi 22 janvier 2019 - de la férie

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Sabbato Samedi
Evangelium Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Marcum (3,1-6)
In illo tempore: introívit Iesus íterum in synagógam. Et erat ibi homo habens manum áridam; et observábant eum, si sábbatis curáret illum, ut accusárent eum. Et ait hómini habénti manum áridam: “Súrge in médium.” Et dicit eis: “Licet sábbatis bene fácere an male? Ánimam salvam fácere an pérdere?” At illi tacébant. Et circumspíciens eos cum ira, contristátus super caecitáte cordis eórum, dicit hómini: “Exténde manum.” Et exténdit, et restitúta est manus eíus. Et exeúntes pharisǽi statim cum herodiánis consílium faciébant advérsus eum quómodo eum pérderent. En ce temps là : Jésus entra de nouveau dans la synagogue, et il s'y trouvait un homme qui avait une main desséchée. Et ils L'observaient, pour voir s'Il le guérirait le jour du sabbat, afin de L'accuser. Et Il dit à l'homme qui avait une main desséchée: Lève-toi, là au milieu. Puis Il leur dit: Est-il permis, le jour du sabbat, de faire du bien ou de du mal? de sauver la vie ou de l'ôter? Mais ils se taisaient. Alors, promenant sur eux Ses regards avec colère, attristé de l'aveuglement de leur coeur, Il dit à l'homme: Etends ta main. Il l'étendit, et sa main lui fut rendue saine. Les pharisiens, étant sortis, tinrent aussitôt conseil contre Lui avec les hérodiens, sur les moyens de Le perdre.
Verbum Domini. R/. Laus tibi, Christe.Parole du Seigneur. R/. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.
Les textes de saint Matthiieu et de saint Marc nous laisseraient supposer que ce miracle a été accompli le même jour que le précédent, si le texte parallèle de saint Luc ne disait formellement qu'il s'agit d'un autre sabbat. Le Seigneur, fidèle à sa coutume, entre dans une synagogue pour y enseigner. Or, il y avait dans l'auditoire un homme affligé d'une paralysie de la main droite. Il s'y trouvait aussi, comme toujours, des scribes et des pharisiens. Résolus d'avance à ce que le Seigneur fût en défaut, et le sachant libéral sur cette question du sabbat, ils l'épiaient ensemble. Le Seigneur ne se hâtait pas. Ils tendirent eux-mêmes ce qu'ils croyaient être un piège. Sans doute, ils signalèrent la présence de l'infirme, et demandèrent à Jésus : « Est-il permis de guérir le jour du sabbat ? » Peut-être avaient-ils eu connaissance de la guérison du paralytique, à la piscine de Béthesda. Quelques uns pouvaient poser le cas de conscience avec un reste de bonne foi ; mais d'autres interrogent afin de trouver dans les paroles ou les actes du Seigneur un grief nouveau contre lui. Le Seigneur n'ignorait point les dispositions secrètes des pharisiens. Alors qu'ils complotent en secret, il va leur répondre très ouvertement. Mais son procédé est habile. Guérir aussitôt l'infirme eût été chose trop simple : il lui faut chercher, soit à éclairer ses adversaires, soit à les confondre dans leur mauvaise foi.
Il fait donc sortir des rangs l'homme à la main desséchée, l'invite à se placer au milieu de l'espace libre, bien en évidence. A la question que lui ont posée les docteurs, il répond par Une interrogation semblable : « Je vous le demande à mon tour, dit le Seigneur : est-il permis, le jour du sabbat, de faire du bien, en sauvant une vie, — ou bien faut-il plutôt faire le mal, en ne lui portant point secours ? » Les pharisiens se turent ; aussi bien, que pouvaient-ils répondre ? Interdire le miracle, devant celui qui pouvait en bénéficier, devant la foule qui sympathise volontiers avec la souffrance, c'était maladroit et cruel ; avouer que la guérison est permise, c'était renoncer à l'espoir d'accuser le Seigneur et abandonner le plus spécieux grief qu'ils eussent, jusqu'alors, trouvé contre lui. En face de leur silence prudent, le Seigneur poursuivit, et sur le ton, cette fois, de la discussion : « Quel est celui d'entre vous qui, ayant une seule brebis, et la sachant tombée dans mie fosse, n'ira pas, même un jour de sabbat, la saisir et la retirer ? Mais combien un homme ne vaut-il pas mieux qu'une brebis ! J'en conclus qu'il est permis de faire du bien le jour du sabbat. « Saint Matthieu est le seul à reproduire ce raisonnement ; saint Luc en rapporte un analogue, à propos de la guérison de l'hydropique (xiv, 1-6). En constatant l'insuccès de sa démonstration, le Seigneur promena sur eux tous un regard irrité, et gémit tout bas sur l'endurcissement de leur cœur. Puis, s'adressant à l'infirme : « Étendez votre main », lui dit-il. Il l'étendit, et cette main aride et morte redevint sur le champ aussi saine que l'autre. Le Seigneur n'avait même pas touché l'infirme : tout son travail avait été de solliciter un acte de foi et de faire le bien par sa vertu secrète.
La conclusion à tirer de ce miracle était celle-ci : Dieu n'autorise ni les imposteurs, ni les blasphémateurs, ni les impies ; il ne donne pas son pouvoir à ses ennemis : donc Jésus vient de Dieu et son interprétation de la Loi est exacte ; donc il faut croire, le suivre, et s'en rapporter à lui. Cependant, les pharisiens sortirent non convertis : car les miracles ne suffisent pas à convertir les âmes de mauvaise foi. Ils étaient outrés de l'infraction, du miracle qui avait consacré l'infraction, mais surtout de la posture fâcheuse où les avait réduits le procédé du Seigneur. Ils partirent courroucés, ne se possédant pIus, et s'abouchèrent aussitôt avec les hérodiens, leurs pires ennemis, ce qui donne la mesure de leur hostilité. Eux, les séparés, les rigoureux observateurs de la Loi, formant le parti le pIus intransigeant et le plus fermé, ils font alliance avec le parti politique, épicurien et libre-penseur d'alors, avec les déserteurs du Judaïsme, ralliés au pouvoir étranger et sacrilège d'Hérode ! Mais les hérodiens avaient la faveur du gouvernement ; comme celui-ci, ils devaient être enclins à diminuer toute popularité menaçante et hostiles aux revendications nationales. Si peu fier que soit ce rapprochement entre gens qui avaient vécu jusqu'alors aux deux pôles de la société, on devine bien qu'il pouvait efficacement servir les intérêts des uns et des autres. Ensemble, ils conférèrent sur ce qu'il y avait à faire : il fallait perdre Jésus et arrêter, dès sa naissance, un mouvement dangereux. Le Seigneur est donc déjà plus haï qu'Hérode et que les hérodiens. Dès à présent, sa mort est résolue, et la déclaration de Caïphe se prépare : Expedit vobis ut unus moriatur homo pro populo, et non tota gens pereat ( Jo., xi, 50). La passion va vite ; l'illusion personnelle mène aux extrêmes ; mais que dire de l'illusion partagée, de la folie en commun !

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Laudes du mardi 22 janvier 2019 - de la férie

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
Ad Laudes matutinas
Aux Laudes du matin
V/. Deus, in adiutórium meum inténde. V/. Dieu, viens à mon aide.

R/. Dómine, ad adiuvándum me festína.

R/. Seigneur, vite à mon secours.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Ætérne lucis cónditor, Éternel créateur du jour,
lux ipse totus et dies, Tout entier jour, et tout lumière,
noctem nec ullam séntiens Tu ne ressens jamais la nuit,
natúra lucis pérpeti, Étant la lumière sans fin.
Iam cedit pallens próximo La nuit pâlit, cédant la place
diéi nox advéntui, A la venue du jour prochain :
obtúndens lumen síderum Voici que la clarté de l'astre
adest et clarus lúcifer. Atténue l'éclat des étoiles.
Iam stratis læti súrgimus Déjà, nous nous levons, joyeux,
grates canéntes et tuas, Et Te rendons grâce en nos chants :
quod cæcam noctem vícerit Le soleil, vainqueur de la nuit,
revéctans rursus sol diem. A nouveau ramène le jour.
Te nunc, ne carnis gáudia Loin de nos joies de la chair,
blandis subrépant æstibus, L'attrait séducteur de leur flamme !
dolis ne cedat sæculi Et que notre âme, Dieu très saint,
mens nostra, sancte, quæsumus. Ne cède aux mirages du monde !
Ira ne rixas próvocet, Loin de nous toute colère et querelle,
gulam ne venter íncitet, Les tentations de gourmandise,
opum pervértat ne famis, La soif de l'argent qui corrompt,
turpis ne luxus óccupet, Le goût du luxe scandaleux !
Sed firma mente sóbrii, Mais gardons la sobriété
casto manéntes córpore D'une âme ferme et d'un corps pur ;
totum fidéli spíritu Vivons tout au long de ce jour
Christo ducámus hunc diem. Dans la fidélité au Christ.
Præsta, Pater piíssime, Exauce-nous, Père très bon,
Patríque compar Unice, Et Toi, le Fils égal au Père,
cum Spíritu Paráclito Avec l'Esprit Consolateur,
regnans per omne sæculum. Amen. Régnant pour les siècles des siècles. Amen.
Ant. 1 Emítte lucem tuam et veritátem tuam, Dómine.Ant. 1 Envoie Ta lumière et Ta vérité, Seigneur.
Psalmus 42 (43) Psaume 42 (43)
Desiderium templi Désir du temple
Ego lux in mundum veni (Io 12, 46). Je suis la lumière venue dans le monde (Io 12, 46).
Iudica me, Deus, † et discérne causam meam de gente non sancta; * ab hómine iníquo et dolóso érue me. Rends-moi justice, ô Dieu défends ma cause contre une nation infidèle; délivre-moi de l'homme de fraude et d'iniquité!
Quia tu es Deus refúgii mei; † quare me repulísti, * et quare tristis incédo, dum afflígit me inimícus? Car Tu es le Dieu de ma défense : pourquoi me repousses-Tu? Pourquoi me faut-il marcher dans la tristesse, sous l'oppression de l'ennemi?
Emítte lucem tuam et veritátem tuam; * ipsæ me dedúcant et addúcant in montem sanctum tuum et in tabernácula tua. Envoie Ta lumière et Ta fidélité ; qu'elles me guident, qu'elles me conduisent à Ta montagne sainte et à Tes tabernacles !
Et introíbo ad altáre Dei, † ad Deum lætítiæ exsultatiónis meæ. * Confitébor tibi in cíthara, Deus, Deus meus. J'irai à l'autel de Dieu, au Dieu qui est ma joie et mon allégresse, et je Te célébrerai sur la harpe, ô Dieu, mon Dieu !
Quare tristis es, ánima mea, * et quare conturbáris in me? Pourquoi es-tu abattue, ô mon âme, et t'agites-tu en moi?
Spera in Deo, quóniam adhuc confitébor illi, * salutáre vultus mei et Deus meus. Espère en Dieu, car je Le louerai encore, Lui, le salut de ma face et mon Dieu !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Emítte lucem tuam et veritátem tuam, Dómine.Ant. Envoie Ta lumière et Ta vérité, Seigneur.
Ant. 2 Cunctis diébus vitæ nostræ, salvos nos fac, Dómine.Ant. 2 Tous les jours de notre vie, sauve-nous, Seigneur.
Canticum (Is 38, 10-14. 17-20) AT 23 Cantique (Is 38, 10-14. 17-20) AT 23
Moribundi angores, sanati lætitia Angoisse de l'agonie, joie de la guérison
Ego sum vivens et fui mortuus ... et habeo claves mortis (Ap 1, 17-18). Je suis le vivant: je fus mort, et je tiens les clefs de la mort
Ego dixi: In dimídio diérum meórum vadam ad portas ínferi; * quæsívi resíduum annórum meórum. Je disais: Au milieu de mes jours, je m'en vais; j'ai ma place entre les morts pour la fin de mes années.
Dixi: Non vidébo Dóminum Deum in terra vivéntium, non aspíciam hóminem ultra * inter habitatóres orbis. Je disais: Je ne verrai pas le Seigneur sur la terre des vivants, plus un visage d'homme parmi les habitants du monde!
Habitáculum meum ablátum est et abdúctum longe a me * quasi tabernáculum pastórum; Ma demeure m'est enlevée, arrachée, comme une tente de berger.
convólvit sicut textor vitam meam; * de stámine succídit me. Tel un tisserand, j'ai dévidé ma vie: le fil est tranché.
De mane usque ad vésperam * confecísti me. Du jour à la nuit, Tu m'achèves;
Prostrátus sum usque ad mane, * quasi leo sic cónterit ómnia ossa mea; j'ai crié jusqu'au matin. Comme un lion, il a broyé tous mes os.
de mane usque ad vésperam * confecísti me. Du jour à la nuit, Tu m'achèves.
Sicut pullus hirúndinis, sic mussitábo, * meditábor ut colúmba; Comme l'hirondelle, je crie; je gémis comme la colombe.
attenuáti sunt óculi mei * suspiciéntes in excélsum. A regarder là-haut, mes yeux faiblissent:
Tu autem eruísti ánimam meam * a fóvea consumptiónis, Et Toi, Tu T'es attaché à mon âme, Tu me tires du néant de l'abîme.
proiecísti enim post tergum tuum * ómnia peccáta mea. Tu as jeté, loin derrière Toi, tous mes péchés.
Quia non inférnus confitébitur tibi, * neque mors laudábit te; La mort ne peut Te rendre grâce, ni le séjour des morts, Te louer.
non exspectábunt, qui descéndunt in lacum, * veritátem tuam. Ils n'espèrent plus Ta fidélité, ceux qui descendent dans la fosse.
Vivens, vivens ipse confitébitur tibi, sicut et ego hódie; * pater fíliis notam fáciet veritátem tuam. Le vivant, le vivant, lui, Te rend grâce, comme moi, aujourd'hui. Et le père à ses enfants montrera Ta fidélité.
Dómine, salvum me fac, † et ad sonum cítharæ cantábimus cunctis diébus vitæ nostræ * in domo Dómini. Seigneur, viens me sauver! Et nous jouerons sur nos cithares, tous les jours de notre vie, auprès de la maison du Seigneur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Cunctis diébus vitæ nostræ, salvos nos fac, Dómine.Ant. Tous les jours de notre vie, sauve-nous, Seigneur.
Ant. 3 Te decet hymnus, Deus, in Sion.Ant. 3 A Toi l'hymne, Dieu, en Sion.
Psalmus 64 (65) Psaume 64 (65)
Sollemnis gratiarum actio Action de grâce solennelle
In Sion intellege cælicam civitatem (Origenes). Par Sion il faut entendre la cité céleste (Origène).
Te decet hymnus, Deus, in Sion; * et tibi reddétur votum in Ierúsalem. A Toi est due la louange, ô Dieu, dans Sion; c'est en Ton honneur qu'on accomplit les vœux à Jérusalem.
Qui audis oratiónem, * ad te omnis caro véniet propter iniquitátem. O Toi, qui écoutes la prière, tous les hommes viennent à Toi.
Etsi prævaluérunt super nos impietátes nostræ, * tu propitiáberis eis. Un amas d'iniquités pesait sur moi : Tu pardonnes nos transgressions.
Beátus, quem elegísti et assumpsísti; * inhabitábit in átriis tuis. Heureux celui que Tu choisis et que Tu rapproches de Toi pour qu'il habite dans Tes parvis !
Replébimur bonis domus tuæ, * sanctitáte templi tui. Puissions-nous être rassasiés des biens de Ta maison, de Ton saint temple !
Mirabíliter in æquitáte exáudies nos, Deus salútis nostræ, * spes ómnium fínium terræ et maris longínqui. Par des prodiges, Tu nous exauces dans Ta justice, Dieu de notre salut, espoir des extrémités de la terre, et des mers lointaines.
Firmans montes in virtúte tua, * accínctus poténtia. Il affermit les montagnes par sa force, Il est ceint de Sa puissance ;
Compéscens sónitum maris, sónitum flúctuum eius * et tumúltum populórum. Il apaise la fureur des mers, la fureur de leurs flots, et le tumulte des peuples.
Et timébunt, qui hábitant términos terræ, a signis tuis; * éxitus oriéntis et occidéntis delectábis. Les habitants des pays lointains craignent devant Tes prodiges, Tu réjouis les extrémités, l'Orient et l'Occident.
Visitásti terram et inebriásti eam; * multiplicásti locupletáre eam. Tu as visité la terre pour lui donner l'abondance, Tu la combles de richesses ;
Flumen Dei replétum est aquis; † parásti fruménta illórum, * quóniam ita parásti eam. la source divine est remplie d'eau : Tu prépares le blé, quand Tu la fertilises ainsi.
Sulcos eius írrigans, glebas eius complánans; * ímbribus emóllis eam, benedícis gérmini eius. Arrosant ses sillons, aplanissant ses mottes, Tu l'amollis par des ondées, Tu bénis ses germes.
Coronásti annum benignitáte tua, * et vestígia tua stillábunt pinguédinem. Tu couronnes l'année de tes bienfaits, sur Tes pas ruisselle la graisse.
Stillábunt páscua desérti, * et exsultatióne colles accingéntur. Les pâturages du désert sont abreuvés, et les collines se revêtent d'allégresse.
Indúta sunt óvibus prata, † et valles abundábunt fruménto; * clamábunt, étenim hymnum dicent. Les prairies se couvrent de troupeaux, et les vallées se parent d'épis ; tout se réjouit et chante.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Te decet hymnus, Deus, in Sion.Ant. A Toi l'hymne, Dieu, en Sion.
Lectio brevis (1 Th 5, 4-5)
Lecture brève (1 Th 5, 4-5)
Vos, fratres, non estis in ténebris, ut vos dies ille tamquam fur comprehéndat; omnes enim vos fílii lucis estis et fílii diéi. Non sumus noctis neque tenebrárum.Frères, puisque vous n'êtes pas dans les ténèbres, le jour du Seigneur ne vous surprendra pas comme un voleur. En effet, vous êtes tous des fils de la lumière, des fils du jour; nous n'appartenons pas à la nuit et aux ténèbres.
Responsorium Breve
Répons bref
R/. Vocem meam audi, Dómine; * In verba tua supersperávi. Vocem.
V/. Prævéni dilúculo et clamávi. * In verba tua supersperávi. Glória Patri. Vocem.
R/. Ecoute ma voix, Seigneur. En Ta parole j'espère. Ecoute. V/. Dès avant l'aurore, je crie vers Toi. En Ta parole. Gloire au Père. Ecoute.
Ant. De manu ómnium qui odérunt nos, salva nos, Dómine.Ant. De la main de tous ceux qui nous haïssent, sauve-nous Seigneur.
Canticum Evangelicum Lc 1, 68-79 Cantique évangélique (Lc 1,68-79)

De Messia eiusque præcursore

Du Messie et de son précurseur

 Benedíctus Dóminus, Deus Israel, * quia visitávit et fecit redemptiónem plebi suæ

Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, de ce qu'Il a visité et racheté Son peuple,

 et eréxit cornu salútis nobis * in domo David púeri sui,

et nous a suscité un puissant Sauveur dans la maison de David, Son serviteur,

sicut locútus est per os sanctórum, * qui a sǽculo sunt, prophetárum eius,

ainsi qu'Il a dit par la bouche de Ses saints prophètes des temps anciens,

salútem ex inimícis nostris * et de manu ómnium, qui odérunt nos;

qu'Il nous délivrerait de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent,

 ad faciéndam misericórdiam cum pátribus nostris * et memorári testaménti sui sancti,

pour exercer Sa miséricorde envers nos pères, et Se souvenir de Son alliance sainte,

 iusiurándum, quod iurávit ad Abraham patrem nostrum, * datúrum se nobis,

selon le serment qu'Il a juré à Abraham, notre père, de nous accorder cette grâce,

 ut sine timóre, de manu inimicórum liberáti, * serviámus illi

qu'étant délivrés de la main de nos ennemis, nous Le servions sans crainte,

 in sanctitáte et iustítia coram ipso * ómnibus diébus nostris.

marchant devant Lui dans la sainteté et la justice, tous les jours de notre vie.

 Et tu, puer, prophéta Altíssimi vocáberis: * præíbis enim ante fáciem Dómini paráre vias eius,

Et toi, petit enfant, tu seras appelé le prophète du Très-Haut: car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer Ses voies,

ad dandam sciéntiam salútis plebi eius * in remissiónem peccatórum eórum,

afin de donner à Son peuple la connaissance du salut, pour la rémission de leurs péchés,

per víscera misericórdiæ Dei nostri, * in quibus visitábit nos óriens ex alto,

par les entrailles de la miséricorde de notre Dieu, grâce auxquelles le soleil levant nous a visités d'en haut,

illumináre his, qui in ténebris et in umbra mortis sedent, * ad dirigéndos pedes nostros in viam pacis.

pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et à l'ombre de la mort, pour diriger nos pas dans la voie de la paix.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. De manu ómnium qui odérunt nos, salva nos, Dómine.Ant. De la main de tous ceux qui nous haïssent, sauve-nous Seigneur.
PrecesPrières litaniques
Salvatóri nostro benedicámus, qui sua resurrectióne mundum clarificávit, et humíliter invocémus eum dicéntes:
Salva nos, Dómine, in sémita tua.
Resurrectiónem tuam, Dómine Iesu, oratióne cólimus matutína,
spes glóriæ tuæ diem nostrum illúminet.
Súscipe, Dómine, vota et propósita nostra,
tamquam diéi nostri primítias.
Tríbue in dilectióne tua nos hódie profícere,
ut ómnia in nostrum omniúmque bonum cooperentur.
Da, Dómine, sic lucére lucem nostram coram homínibus,
ut vídeant ópera nostra bona et Patrem gloríficent.
Pater nosterNotre père
Collecte
Dómine Iesu Christe, lux vera, qui omnes hómines illúminas ad salútem, nobis, quæsumus, concéde virtútem, ut ante te vias pacis et iustítiæ præparémus. Qui vivis. Seigneur Jésus Christ, la vraie lumière qui illumines tous les hommes pour leur salut, accorde-nous, nous Te le demandons, de préparer devant Toi des chemins de paix et de justice. Toi qui vis et règnes avec Dieu le Père dans l'unité du Saint-Esprit, Dieu, pour tous les siècles des siècles.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.

R/. Et cum spíritu tuo.
R/. Et avec votre esprit.

Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus.
Que vous bénisse Dieu tout puissant, le Père, le Fils et le Saint Esprit.
R/. Amen. R/. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
V/. Ite in pace. V/. Allez en paix.
R/. Deo grátias. R/. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. R/. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. R/. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de tierce du mardi 22 janvier 2019 - de la férie

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
Ad Tertiam
Ad Tertiam
V/. Deus, in adiutórium meum inténde. V/. Dieu, viens à mon aide.

R/. Dómine, ad adiuvándum me festína.

R/. Seigneur, vite à mon secours.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Certum tenéntes órdinem, A la troisième heure du jour,
pio poscámus péctore en respectant l'ordre fixé,
hora diéi tértia invoquons de tout notre coeur
trinae virtútis glóriam, la gloire de la Trinité.
Ut simus habitáculum Puissions nous être la demeure
illi Sancto Spirítui, de cet Esprit de Sainteté
qui quondam in apóstolis qui Se répandit autrefois,
hac hora distribútus est. en cette heure, aux apôtres.
Hoc gradiénte órdine, C'est en suivant aussi cet ordre,
ornávit cuncta spléndide que le Créateur du Royaume
regni caeléstis cónditor a tout couronné de beauté
ad nostra aetérna práemia. pour notre bonheur éternel.
Deo Patri sit glória A Dieu le Père soit la gloire,
eiúsque soli Fílio et gloire à Son Unique Fils,
cum Spíritu Paráclito, avec l'Esprit consolateur,
in sempitérna saécula. Amen. à travers l'infini des siècles.
Ant. 1 In loco peregrinatiónis meæ mandáta tua servávi.Ant. 1 Lors de mon pèlerinage, j'ai conservé Tes commandements.
Psalmus 118 (119), 49-56 Psaume 118 (119), 49-56
VII (Zain) VII (Zain)
Memor esto verbi tui servo tuo, * in quo mihi spem dedísti. Souviens-Toi de la parole donnée à Ton serviteur, sur laquelle Tu fais reposer mon espérance.
Hoc me consolátum est in humiliatióne mea, * quia elóquium tuum vivificávit me. C'est ma consolation dans la misère, que Ta parole me rende la vie.
Supérbi derisérunt me veheménter; * a lege autem tua non declinávi. Des orgueilleux me prodiguent leurs railleries: je ne m'écarte point de Ta loi.
Memor fui iudiciórum tuórum a sæculo, Dómine, * et consolátus sum. Je pense à Tes préceptes des temps passés, Seigneur, et je me console.
Indignátio ténuit me * propter peccatóres derelinquéntes legem tuam. L'indignation me saisit à cause des méchants, qui abandonnent Ta loi.
Cántica factæ sunt mihi iustificatiónes tuæ * in loco peregrinatiónis meæ. Tes lois sont le sujet de mes cantiques, dans le lieu de mon pèlerinage.
Memor fui nocte nóminis tui, Dómine, * et custódiam legem tuam. La nuit je me rappelle Ton nom, le Seigneur, et j'observe Ta loi.
Hoc factum est mihi, * quia mandáta tua servávi. Voici la part qui m'est donnée: je garde Tes ordonnances.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. In loco peregrinatiónis meæ mandáta tua servávi.Ant. Lors de mon pèlerinage, j'ai conservé Tes commandements.
Ant. 2 Convértet Dóminus captivitátem plebis suæ, et nos lætábimur.Ant. 2 Le Seigneur nous a fait revenir de captivité, et nous étions dans la joie.
Psalmus 52 (53) Psaume 52 (53)
Impiorum stultitia Défaite des impies
Omnes peccaverunt et egent gloria Dei (Rom 3, 23). Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Rom 3, 23).
Dixit insípiens in corde suo: «Non est Deus». † Corrúpti sunt et abominatiónes operáti sunt; * non est qui fáciat bonum. L'insensé dit dans son coeur : " il n'y a pas de Dieu ! " Ils sont corrompus, ils commettent des crimes abominables ; il n'en est aucun qui fasse le bien.
Deus de cælo prospéxit super fílios hóminum, * ut vídeat si est intéllegens aut requírens Deum. Dieu, du haut des cieux, regarde les fils de l'homme, pour voir s'il se trouve quelqu'un d'intelligent, quelqu'un qui cherche Dieu.
Omnes declinavérunt, simul corrúpti sunt; * non est qui fáciat bonum, non est usque ad unum. Tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n'en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul.
Nonne scient omnes, qui operántur iniquitátem, * qui dévorant plebem meam ut cibum panis? N'ont-ils pas de connaissance ceux qui commettent l'iniquité ? Ils dévorent mon peuple comme ils mangent du pain,
Deum non invocavérunt; * illic trepidavérunt timóre, et non erat timor. ils n'invoquent point Dieu ! Ils trembleront tout à coup d'épouvante, sans qu'il y ait sujet d'épouvante ;
Quóniam Deus dissipávit ossa eórum, qui te obsidébant * confúsi sunt, quóniám Deus sprevit eos. car Dieu a dispersé les os de celui qui campait contre toi ; tu les a confondus, car Dieu les a rejetés.
Quis dabit ex Sion salutáre Israel? † Cum convérterit Deus captivitátem plebis suæ, * exsultábit Iacob et lætábitur Israel. Oh ! puisse venir de Sion la délivrance d'Israël ! Quand Dieu ramènera les captifs de Son peuple, Jacob se réjouira, Israël sera dans l'allégresse.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Convértet Dóminus captivitátem plebis suæ, et nos lætábimur.Ant. Le Seigneur nous a fait revenir de captivité, et nous étions dans la joie.
Ant. 3 Deus ádiuvat me, et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ.Ant. 3 Dieu est mon secours, le Seigneur est le soutien de mon âme.
Psalmus 53 (54) Psaume 53 (54)
Imploratio auxilii Imploration à l'aide
Orat propheta, ut in nomine Domini a persequentium malignitate liberetur (Cassiodorus). Le prophète prie pour être délivré au nom du Seigneur de la malveillance de ses persécuteurs (Cassiodore).
Deus, in nómine tuo salvum me fac * et in virtúte tua iúdica me. O Dieu, sauve-moi par Ton nom, et rends-moi justice par Ta puissance.
Deus, exáudi oratiónem meam, * áuribus pércipe verba oris mei! O Dieu, écoute ma prière, prête l'oreille aux paroles de ma bouche.
Quóniam supérbi insurrexérunt advérsum me, † et fortes quæsiérunt ánimam meam * et non proposuérunt Deum ante conspéctum suum. Car des étrangers se sont levés contre moi, des hommes violents en veulent à ma vie ; ils ne mettent pas Dieu devant leurs yeux.
Ecce enim Deus ádiuvat me, * et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ. Voici que Dieu est mon secours; le Seigneur est le soutien de mon âme.
[Convérte mala super inimícos meos * et in veritáte tua dispérde illos.] [Il fera retomber le mal sur mes adversaires ; dans Ta vérité, anéantis-les ! ]
Voluntárie sacrificábo tibi, * confitébor nómini tuo, Dómine, quóniam bonum est; De tout cœur je T'offrirai des sacrifices ; je louerai Ton nom Seigneur car il est bon ;
quóniam ex omni tribulatióne erípuit me, * et super inimícos meos despéxit óculus meus. Il me délivre de toute angoisse, et mes yeux s'arrêtent avec joie sur mes ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Deus ádiuvat me, et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ.Ant. Dieu est mon secours, le Seigneur est le soutien de mon âme.
Lectio brevis (1 Cor 12, 4-6)
Lecture brève (1 Cor 12, 4-6)
Divisiónes gratiárum sunt, idem autem Spíritus; et divisiónes ministratiónum sunt, idem autem Dóminus; et divisiónes operatiónum sunt, idem vero Deus, qui operátur ómnia in ómnibus.Les dons de la grâce sont variés, mais c'est toujours le même Esprit. Les fonctions dans l'Église sont variées, mais c'est toujours le même Seigneur. Les activités sont variées, mais c'est toujours le même Dieu qui agit en tous.
V/. Prope timéntes Deum salutáre ipsíus. V/. Il est proche le salut de Dieu pour ceux qui le craignent.
R/. Ut inhábitet glória in terra nostra. R/. Jusqu'à ce que la gloire habite notre terre.
Orémus. Prions.
Omnípotens sempitérne Deus, qui Paráclitum Sanctum tuum hora tértia in Apóstolos effudísti, in nos quoque eúndem Spíritum caritátis emítte, ut fidéle tibi coram ómnibus homínibus testimónium præbeámus. Per Christum Dóminum nostrum.Dieu éternel et tout puissant, qui as répandu Ton Esprit Saint Consolateur sur les Apôtres à la troisième heure, envoie-nous aussi ce même Esprit de charité pour que fidèlement, devant tous les hommes, nous Te rendions témoignage. Par le Christ notre Seigneur.
Benedicámus Dómino.
R/. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. R/. Rendons grâces à Dieu.

Ad Tertiam - psalmodia complementaria

A Tierce - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 In loco peregrinatiónis meæ mandáta tua servávi.Ant. 1 Lors de mon pèlerinage, j'ai conservé Tes commandements.
Psalmus 119 (120) Psaume 119 (120)
Desiderium pacis Désir de paix
In tribulatione patientes, orationi instantes (Rom 12, 12). Soyez patients dans l'affliction, assidus à la prière, (Rom 12, 12).
Ad Dóminum, cum tribulárer, clamávi, * et exaudívit me. Vers le Seigneur, dans ma détresse, j'ai crié, et Il m'a exaucé:
Dómine, líbera ánimam meam a lábiis mendácii, * a língua dolósa. « Seigneur, délivre mon âme de la lèvre de mensonge, de la langue astucieuse! »
Quid detur tibi aut quid apponátur tibi, * língua dolósa? Que te sera-t-il donné, quel sera ton profit, langue perfide?
Sagíttæ poténtis acútæ * cum carbónibus iuniperórum. Les flèches aiguës du Tout-puissant, avec les charbons ardents du genêt.
Heu mihi, quia peregrinátus sum in Mosoch, * habitávi ad tabernácula Cedar! Malheureux que je suis de séjourner dans Mések, d'habiter sous les tentes de Cédar !
Multum íncola fuit ánima mea * cum his, qui odérunt pacem. Trop longtemps j'ai demeuré avec ceux qui haïssent la paix.
Ego eram pacíficus; * cum loquébar, illi impugnábant me. Je suis un homme de paix et, quand je leur parle, ils sont pour la guerre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Convértet Dóminus captivitátem plebis suæ, et nos lætábimur.Ant. 2 Le Seigneur nous a fait revenir de captivité, et nous étions dans la joie.
Psalmus 120 (121) Psaume 120 (121)
Custos populi Garde du peuple
Non esurient amplius, neque sitient amplius, neque cadet super illos sol neque ullus æstus (Ap 7, 16). Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, la brûlure du soleil ne les accablera plus. (Ap 7, 16).
Levábo óculos meos in montes: * unde véniet auxílium mihi? Je lève les yeux vers les montagnes : d'où me viendra le secours?
Auxílium meum a Dómino, * qui fecit cælum et terram. Mon secours viendra du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Non dabit in commotiónem pedem tuum, * neque dormitábit, qui custódit te. Il ne permettra pas que ton pied trébuche; celui qui te garde ne sommeillera pas.
Ecce non dormitábit neque dórmiet, * qui custódit Israel. Non, il ne sommeille ni ne dort, celui qui garde Israël.
Dóminus custódit te, † Dóminus umbráculum tuum, * ad manum déxteram tuam. Le Seigneur est ton gardien, le Seigneur est ton abri, toujours à ta droite.
Per diem sol non percútiet te, * neque luna per noctem. Pendant le jour le soleil ne te frappera point, ni la lune pendant la nuit.
Dóminus custódiet te ab omni malo; * custódiet ánimam tuam Dóminus. Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ton âme.
Dóminus custódiet intróitum tuum et éxitum tuum * ex hoc nunc et usque in sæculum Le Seigneur gardera ton départ et ton arrivée, maintenant et à jamais.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Convértet Dóminus captivitátem plebis suæ, et nos lætábimur.Ant. 3 Le Seigneur nous a fait revenir de captivité, et nous étions dans la joie.
Psalmus 121 (122) Psaume 121 (122)
Civitas sancta Ierusalem La cité sainte de Jérusalem
Accessistis ad Sion montem et civitatem Dei viventis, Ierusalem cælestem (Hebr 12, 22). Vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant qui est la Jérusalem céleste (Hebr 12, 22).
Lætátus sum in eo quod dixérunt mihi: * «In domum Dómini íbimus» . J'ai été dans la joie quand on m'a dit: « Allons à la maison du Seigneur »
Stantes iam sunt pedes nostri * in portis tuis, Ierúsalem. Enfin nos pieds s'arrêtent à tes portes, Jérusalem.
Ierúsalem, quæ ædificáta est ut cívitas, * sibi compácta in idípsum. Jérusalem, tu es bâtie comme une ville où tout se tient ensemble.
Illuc enim ascendérunt tribus, tribus Dómini, * testimónium Israel, ad confiténdum nómini Dómini. Là montent les tribus, les tribus du Seigneur, selon la loi d'Israël, pour louer le nom du Seigneur.
Quia illic sedérunt sedes ad iudícium, *sedes domus David. Là sont établis des sièges pour le jugement, les sièges de la maison de David.
Rogáte, quæ ad pacem sunt Ierúsalem: * «Secúri sint diligéntes te! Faites des voeux pour Jérusalem: « Qu'ils soient en sûreté ceux qui t'aiment !
Fiat pax in muris tuis, * et secúritas in túrribus tuis! ». Que la paix règne dans tes murs, la prospérité dans tes palais ! »
Propter fratres meos et próximos meos * loquar: «Pax in te! ». A cause de mes frères et de mes amis, je dis : «Paix sur toi ! ».
Propter domum Dómini Dei nostri * exquíram bona tibi. A cause de la maison du Seigneur, notre Dieu, je désire pour toi le bonheur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Messe du mardi 22 janvier 2019 - de la férie

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introït
Ps. 65, 4
OMNIS terra adóret te, Deus, et psallat tibi: psalmum dicat nómini tuo, Altíssime. Ps. ibid., 1-2 Iubiláte Deo, omnis terra, psalmum dícite nómini eius: date glóriam laudi eius. Que la terre T'adore et chante en Ton honneur, qu'elle dise une hymne à Ton nom. Ps. Poussez vers Dieu des cris de joie, ô terre entière; chantez un psaume à Son Nom : rendez glorieuse Sa louange.
OrémusPrions
Collecte
Omnípotens sempitérne Deus, qui cæléstia simul et terréna moderáris, supplicatiónes pópuli tui cleménter exáudi, et pacem tuam nostris concéde tempóribus. Per Dóminum nostrum Iesum Christum, Fílium tuum, qui tecum vivit et regnat in unitáte Spíritus Sancti, Deus, per ómnia sæcula sæculórum. Dieu éternel et tout-puissant, Toi qui gouvernes à la fois le ciel et la terre, exauce avec bonté les supplications de Ton peuple, et accorde Ta paix à notre temps. Par notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint Esprit, Dieu, dans tous les siècles des siècles.
Lectio I Ière lecture
Lectio Epístolae ad Hebráeos (7,1-17)
Fratres : Melchísedech, rex Salem, sacérdos Dei summi, qui obviávit Ábrahae regrésso a caede regum et benedíxit ei, cui et décimam ómnium divísit Ábraham, primum quidem, qui interpretátur rex iustítiae, deínde autem et rex Salem, quod est rex Pacis, sine patre, sine matre, sine genealógia, neque inítium diérum neque finem vitae habens, assimilátus autem Fílio Dei, manet sacérdos in perpétuum. Intuémini autem quantus sit hic, cui et décimam dedit de praecípuis Ábraham patriárcha. Et illi quidem, qui de fíliis Levi sacerdótium accípiunt, mandátum habent décimas súmere a pópulo secúndum legem, id est a frátribus suis, quamquam et ipsi exiérunt de lumbis Ábrahae; hic autem, cuíus generátio non annumerátur in eis, décimam sumpsit ab Ábraham et eum, qui habébat repromissiónes, benedíxit. Sine ulla autem contradictióne, quod minus est, a melióre benedícitur. Et hic quidem décimas moriéntes hómines sumunt; ibi autem testimónium accípiens quia vivit. Et, ut ita dictum sit, per Ábraham et Levi, qui décimas áccipit, decimátus est; adhuc enim in lumbis patris erat, quando obviávit ei Melchísedech. Si ergo consummátio per sacerdótium levíticum erat, pópulus enim sub ipso legem accépit, quid adhuc necessárium secúndum órdinem Melchísedech álium súrgere sacerdótem et non secúndum órdinem Áaron dici? Transláto enim sacerdótio, necésse est, ut et legis translátio fiat. De quo enim haec dicúntur, ex ália tribu est, ex qua nullus altári praesto fuit; maniféstum enim quod ex Iúda ortus sit Dóminus noster, in quam tribum nihil de sacerdótibus Móyses locútus est. Et ámplius adhuc maniféstum est, si secúndum similitúdinem Melchísedech exsúrgit álius sacérdos, qui non secúndum legem mandáti carnális factus est sed secúndum virtútem vitae insolúbilis, testimónium enim áccipit: “Tu es sacérdos in aetérnum secúndum órdinem Melchísedech.” Frères : ce Melchisédech, roi de Salem, prêtre du Dieu très-haut, qui alla au-devant d'Abraham, lorsqu'il revenait de vaincre les rois, et le bénit, auquel aussi Abraham donna la dîme de tout; qui est d'abord, selon l'interprétation de son nom, roi de justice, puis roi de Salem, c'est-à-dire, roi de paix; qui est sans père, sans mère, sans généalogie; qui n'a ni commencement de jours, ni fin de sa vie, qui est rendu semblable au Fils de Dieu, demeure prêtre à perpétuité. Considérez combien est grand cet homme, auquel le patriarche Abraham donna la dîme des plus riches dépouilles. Ceux des fils de Lévi qui reçoivent le sacerdoce, ont, d'après la loi, l'ordre de lever la dîme sur le peuple, c'est-à-dire sur leurs frères, quoique ceux-ci soient sortis aussi des reins d'Abraham. Mais celui dont la génération n'est point comptée parmi eux a levé la dîme sur Abraham, et a béni celui qui avait les promesses. Or, c'est sans contredit l'inférieur qui est béni par le supérieur. Et ici, ce sont des hommes mortels qui reçoivent la dîme; mais là, c'est quelqu'un dont il est attesté qu'il est vivant. Et, pour ainsi dire, Lévi lui-même, qui a perçu la dîme, l'a payée par Abraham; car il était encore dans les reins de son père, lorsque Melchisédech vint au-devant de lui. Si donc la perfection avait pu être réalisée par le sacerdoce lévitique (car c'est sous lui que le peuple reçut la loi), qu'était-il encore besoin qu'il se levât un autre prêtre selon l'ordre de Melchisédech, et non selon l'ordre d'Aaron? Car le sacerdoce étant changé, il est nécessaire qu'il y ait aussi un changement de loi. En effet, celui dont ces choses sont dites est d'une autre tribu, de laquelle nul n'a servi à l'autel; car il est manifeste que Notre-Seigneur est sorti de Juda, tribu dont Moïse n'a rien dit en ce qui concerne les prêtres. Et cela est encore plus manifeste, s'il se lève un autre prêtre à la ressemblance de Melchisédech, établi non pas d'après la loi d'une ordonnance charnelle, mais selon la puissance d'une vie indissoluble. Car l'Ecriture rend ce témoignage: Tu es prêtre pour l'éternité selon l'ordre de Melchisédech.
Verbum Domini. R/. Deo gratias.Parole du Seigneur. R/. Rendons grâces à Dieu.
Graduale Graduel
Ps. 106, 20-21
R/. Misit Dóminus verbum suum, et sanávit eos: et erípuit eos de intéritu eórum. V/. Confiteántur Dómino misericórdiae eius: et mirabília eius fíliis hóminum. R/. Il envoya Sa parole, et Il les guérit, et les arracha à la mort. V/.  Qu'ils louent le Seigneur pour Sa miséricorde, et pour Ses merveilles en faveur des enfants des hommes.
Allelúia Alléluia
Ps. 148, 2
R/. Allelúia. V/. Laudáte Dóminum, omnes Angeli eius: laudáte eum, omnes virtútes eius. R/. Alléluia. V/. Louez-Le tous, Vous Ses Anges; louez-Le, toutes Ses puissances.
Evangelium Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Marcum (3,1-6)
In illo tempore: introívit Iesus íterum in synagógam. Et erat ibi homo habens manum áridam; et observábant eum, si sábbatis curáret illum, ut accusárent eum. Et ait hómini habénti manum áridam: “Súrge in médium.” Et dicit eis: “Licet sábbatis bene fácere an male? Ánimam salvam fácere an pérdere?” At illi tacébant. Et circumspíciens eos cum ira, contristátus super caecitáte cordis eórum, dicit hómini: “Exténde manum.” Et exténdit, et restitúta est manus eíus. Et exeúntes pharisǽi statim cum herodiánis consílium faciébant advérsus eum quómodo eum pérderent. En ce temps là : Jésus entra de nouveau dans la synagogue, et il s'y trouvait un homme qui avait une main desséchée. Et ils L'observaient, pour voir s'Il le guérirait le jour du sabbat, afin de L'accuser. Et Il dit à l'homme qui avait une main desséchée: Lève-toi, là au milieu. Puis Il leur dit: Est-il permis, le jour du sabbat, de faire du bien ou de du mal? de sauver la vie ou de l'ôter? Mais ils se taisaient. Alors, promenant sur eux Ses regards avec colère, attristé de l'aveuglement de leur coeur, Il dit à l'homme: Etends ta main. Il l'étendit, et sa main lui fut rendue saine. Les pharisiens, étant sortis, tinrent aussitôt conseil contre Lui avec les hérodiens, sur les moyens de Le perdre.
Verbum Domini. R/. Laus tibi, Christe.Parole du Seigneur. R/. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium Offertoire
Ps. 65, 1-2 et 16
Iubiláte Deo, univérsa terra: psalmum dícite nómini eius: veníte, et audíte, et narrábo vobis, omnes qui timétis Deum, quanta fecit Dóminus ánimae meae, allelúia. Poussez vers Dieu des cris de joie, ô terre entière; chantez un psaume à Son Nom; Venez, entendez, vous tous qui craignez Dieu, et je vous raconterai tout ce qu'Il a fait à mon âme.
Super oblata
Prière sur les oblats
Stans postea in medio altaris, versus ad populum, extendens et iungens manus, dicit:
Oráte, fratres, ut meum ac vestrum sacrifícium acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem.
Populus surgit et respondet:
Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram totiúsque Ecclésiæ suæ sanctæ.
Super oblataPrière sur les oblats
Concéde nobis, quæsumus, Dómine, hæc digne frequentáre mystéria, quia, quóties huius hóstiæ commemorátio celebrátur, opus nostræ redemptiónis exercétur. Per Christum.
Communio Communion
Ps. 19, 6
Laetábimur in salutári tuo: et in nómine Dómini Dei nostri magnificábimur. Nous nous réjouirons de Ton salut, et nous nous glorifierons au Nom de notre Dieu.
OrémusPrions
Post communionem
Post-communion
Post communionemPost-communion
Orémus.Orémus.
Spíritum nobis, Dómine, tuæ caritátis infúnde, ut, quos uno cælésti pane satiásti, una fácias pietáte concórdes. Per Christum.

Modifications aux messes lues :
Ant. ad introitum Ant. à l'introït
Ps 65, 4
Omnis terra adóret te, Deus, et psallat tibi; psalmum dicat nómini tuo, Altíssime. Que la terre T'adore et chante en Ton honneur, qu'elle dise une hymne à Ton nom.
Ant. ad communionem Ant. à la communion
Cf. Ps 22, 5
Parásti in conspéctu meo mensam, et calix meus inébrians quam præclárus est!
Vel: 1 Io 4, 16
Nos cognóvimus et credídimus caritáti, quam Deus habet in nobis.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de sexte du mardi 22 janvier 2019 - de la férie

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
Ad Sextam
Ad Sextam
V/. Deus, in adiutórium meum inténde. V/. Dieu, viens à mon aide.

R/. Dómine, ad adiuvándum me festína.

R/. Seigneur, vite à mon secours.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Dicámus laudes Dómino Chantons au Seigneur nos louanges
fervénte prompti spíritu; dans l'ardeur d'une âme empressée,
hora volúta séxies voici venue la sixième heure
nos ad orándum próvocat. qui nous invite à la prière.
In hac enim fidélibus Car la gloire du vrai salut,
verae salútis glória du sacrifice de l'Agneau,
beáti Agni hóstia advient en cette heure aux croyants
crucis virtúte rédditur. par la puissance de la croix.
Cuius luce claríssima A l'éclat dont elle rayonne,
tenébricat merídies, le plein midi n'est que ténèbres;
sumámus toto péctore accueillons d'un coeur sans réserve
tanti splendóris grátiam. la grâce de cette splendeur.
Deo Patri sit glória A Dieu le Père soit la gloire,
eiúsque soli Fílio et gloire à Son Unique Fils,
cum Spíritu Paráclito, avec l'Esprit consolateur,
in sempitérna saécula. Amen. à travers l'infini des siècles.
Ant. 1 In loco peregrinatiónis meæ mandáta tua servávi.Ant. 1 Lors de mon pèlerinage, j'ai conservé Tes commandements.
Psalmus 118 (119), 49-56 Psaume 118 (119), 49-56
VII (Zain) VII (Zain)
Memor esto verbi tui servo tuo, * in quo mihi spem dedísti. Souviens-Toi de la parole donnée à Ton serviteur, sur laquelle Tu fais reposer mon espérance.
Hoc me consolátum est in humiliatióne mea, * quia elóquium tuum vivificávit me. C'est ma consolation dans la misère, que Ta parole me rende la vie.
Supérbi derisérunt me veheménter; * a lege autem tua non declinávi. Des orgueilleux me prodiguent leurs railleries: je ne m'écarte point de Ta loi.
Memor fui iudiciórum tuórum a sæculo, Dómine, * et consolátus sum. Je pense à Tes préceptes des temps passés, Seigneur, et je me console.
Indignátio ténuit me * propter peccatóres derelinquéntes legem tuam. L'indignation me saisit à cause des méchants, qui abandonnent Ta loi.
Cántica factæ sunt mihi iustificatiónes tuæ * in loco peregrinatiónis meæ. Tes lois sont le sujet de mes cantiques, dans le lieu de mon pèlerinage.
Memor fui nocte nóminis tui, Dómine, * et custódiam legem tuam. La nuit je me rappelle Ton nom, le Seigneur, et j'observe Ta loi.
Hoc factum est mihi, * quia mandáta tua servávi. Voici la part qui m'est donnée: je garde Tes ordonnances.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. In loco peregrinatiónis meæ mandáta tua servávi.Ant. Lors de mon pèlerinage, j'ai conservé Tes commandements.
Ant. 2 Convértet Dóminus captivitátem plebis suæ, et nos lætábimur.Ant. 2 Le Seigneur nous a fait revenir de captivité, et nous étions dans la joie.
Psalmus 52 (53) Psaume 52 (53)
Impiorum stultitia Défaite des impies
Omnes peccaverunt et egent gloria Dei (Rom 3, 23). Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Rom 3, 23).
Dixit insípiens in corde suo: «Non est Deus». † Corrúpti sunt et abominatiónes operáti sunt; * non est qui fáciat bonum. L'insensé dit dans son coeur : " il n'y a pas de Dieu ! " Ils sont corrompus, ils commettent des crimes abominables ; il n'en est aucun qui fasse le bien.
Deus de cælo prospéxit super fílios hóminum, * ut vídeat si est intéllegens aut requírens Deum. Dieu, du haut des cieux, regarde les fils de l'homme, pour voir s'il se trouve quelqu'un d'intelligent, quelqu'un qui cherche Dieu.
Omnes declinavérunt, simul corrúpti sunt; * non est qui fáciat bonum, non est usque ad unum. Tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n'en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul.
Nonne scient omnes, qui operántur iniquitátem, * qui dévorant plebem meam ut cibum panis? N'ont-ils pas de connaissance ceux qui commettent l'iniquité ? Ils dévorent mon peuple comme ils mangent du pain,
Deum non invocavérunt; * illic trepidavérunt timóre, et non erat timor. ils n'invoquent point Dieu ! Ils trembleront tout à coup d'épouvante, sans qu'il y ait sujet d'épouvante ;
Quóniam Deus dissipávit ossa eórum, qui te obsidébant * confúsi sunt, quóniám Deus sprevit eos. car Dieu a dispersé les os de celui qui campait contre toi ; tu les a confondus, car Dieu les a rejetés.
Quis dabit ex Sion salutáre Israel? † Cum convérterit Deus captivitátem plebis suæ, * exsultábit Iacob et lætábitur Israel. Oh ! puisse venir de Sion la délivrance d'Israël ! Quand Dieu ramènera les captifs de Son peuple, Jacob se réjouira, Israël sera dans l'allégresse.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Convértet Dóminus captivitátem plebis suæ, et nos lætábimur.Ant. Le Seigneur nous a fait revenir de captivité, et nous étions dans la joie.
Ant. 3 Deus ádiuvat me, et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ.Ant. 3 Dieu est mon secours, le Seigneur est le soutien de mon âme.
Psalmus 53 (54) Psaume 53 (54)
Imploratio auxilii Imploration à l'aide
Orat propheta, ut in nomine Domini a persequentium malignitate liberetur (Cassiodorus). Le prophète prie pour être délivré au nom du Seigneur de la malveillance de ses persécuteurs (Cassiodore).
Deus, in nómine tuo salvum me fac * et in virtúte tua iúdica me. O Dieu, sauve-moi par Ton nom, et rends-moi justice par Ta puissance.
Deus, exáudi oratiónem meam, * áuribus pércipe verba oris mei! O Dieu, écoute ma prière, prête l'oreille aux paroles de ma bouche.
Quóniam supérbi insurrexérunt advérsum me, † et fortes quæsiérunt ánimam meam * et non proposuérunt Deum ante conspéctum suum. Car des étrangers se sont levés contre moi, des hommes violents en veulent à ma vie ; ils ne mettent pas Dieu devant leurs yeux.
Ecce enim Deus ádiuvat me, * et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ. Voici que Dieu est mon secours; le Seigneur est le soutien de mon âme.
[Convérte mala super inimícos meos * et in veritáte tua dispérde illos.] [Il fera retomber le mal sur mes adversaires ; dans Ta vérité, anéantis-les ! ]
Voluntárie sacrificábo tibi, * confitébor nómini tuo, Dómine, quóniam bonum est; De tout cœur je T'offrirai des sacrifices ; je louerai Ton nom Seigneur car il est bon ;
quóniam ex omni tribulatióne erípuit me, * et super inimícos meos despéxit óculus meus. Il me délivre de toute angoisse, et mes yeux s'arrêtent avec joie sur mes ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Deus ádiuvat me, et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ.Ant. Dieu est mon secours, le Seigneur est le soutien de mon âme.
Lectio brevis (1 Cor 12, 12-13)
Lecture brève (1 Cor 12, 12-13)
Sicut corpus unum est et membra habet multa, ómnia autem membra córporis, cum sint multa, unum corpus sunt, ita et Christus; étenim in uno Spíritu omnes nos in unum corpus baptizáti sumus sive Iudæi sive Græci sive servi sive líberi, et omnes unum Spíritum potáti sumus.Notre corps forme un tout, il a pourtant plusieurs membres; et tous les membres, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps. Il en est ainsi pour le Christ. Tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés dans l'unique Esprit pour former un seul corps. Tous, nous avons été désaltérés par l'unique Esprit.
V/. Pater sancte, serva nos in nómine tuo.
R/. Ut simus consummáti in unum.
 V/. Père saint, garde-nous fidèles à Ton nom.
R/. Afin que nous soyons unis parfaitement.
Orémus. Prions.
Deus, qui Petro salvíficum tuum super gentes consílium revelásti, éffice benígnus, ut ópera nostra tibi grata reddántur, ac tuo dilectiónis salutísque propósito te donánte desérviant. Per Christum Dóminum nostrum.Dieu qui as révélé à Pierre Ta volonté de sauver toutes les nations, fais en sorte, dans Ta bienveillance, que nos actions Te soient agréables et servent au dessein d'amour et de salut que Tu T'es donné. Par le Christ notre Seigneur.
Benedicámus Dómino.
R/. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. R/. Rendons grâces à Dieu.

Ad Sextam - psalmodia complementaria

A Sexte - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 In loco peregrinatiónis meæ mandáta tua servávi.Ant. 1 Lors de mon pèlerinage, j'ai conservé Tes commandements.
Psalmus 122 (123) Psaume 122 (123)
Dominus fiducia populi Le Seigneur, confiance du peuple
Duo cæci... clamaverunt: «Domine, miserere nostri, Fili David» (Mt 20, 30). Deux aveugles crièrent « Seigneur, aie pitié de nous, Fils de David » (Mt 20, 30).
Ad te levávi óculos meos, * qui hábitas in cælis. J'élève mes yeux vers Toi, ô toi qui siège dans les cieux!
Ecce sicut óculi servórum ad manus dominórum suórum, * sicut óculi ancíllæ ad manus dóminæ suæ, Comme l'oeil du serviteur est fixé sur la main de son maître, et l'oeil de la servante sur la main de sa maîtresse,
ita óculi nostri ad Dóminum Deum nostrum, * donec misereátur nostri. ainsi nos yeux sont fixés sur le Seigneur, notre Dieu, jusqu'à ce qu'Il ait pitié de nous.
Miserére nostri, Dómine, miserére nostri, * quia multum repléti sumus despectióne; Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous, car nous n'avons été que trop rassasiés d'opprobres.
quia multum repléta est ánima nostra * derisióne abundántium et despectióne superbórum. Notre âme n'a été que trop rassasiée de la moquerie des superbes, du mépris des orgueilleux.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Convértet Dóminus captivitátem plebis suæ, et nos lætábimur.Ant. 2 Le Seigneur nous a fait revenir de captivité, et nous étions dans la joie.
Psalmus 123 (124) Psaume 123 (124)
Adiutorium nostrum in nomine Domini Notre secours est dans le nom du Seigneur
Dixit Dominus Paulo: «Noli timere ... quia ego sum tecum» (Act 18, 9-10). Le Seigneur dit à Paul : « ne crains pas ... Je suis avec toi» (Act 18, 9-10).
Nisi quia Dóminus erat in nobis, dicat nunc Israel, † nisi quia Dóminus erat in nobis, * cum exsúrgerent hómines in nos: Si le Seigneur n'eût été pour nous, qu'Israël le proclame, si le Seigneur n'eût été pour nous, quand les hommes se sont élevés contre nous.
forte vivos deglutíssent nos, * cum irascerétur furor eórum in nos. Ils nous auraient dévorés tout vivants, quand leur colère s'est allumée contre nous.
Fórsitan aqua absorbuísset nos, † torrens pertransísset ánimam nostram * fórsitan pertransíssent ánimam nostram aquæ intumescéntes. Les eaux nous auraient engloutis, le torrent eût passé sur notre âme; sur notre âme auraient passé les eaux impétueuses.
Benedíctus Dóminus; * qui non dedit nos in direptiónem déntibus eórum. Béni soit le Seigneur, qui ne nous a pas livrés à leurs dents.
Anima nostra sicut passer erépta est * de láqueo venántium: Notre âme, comme le passereau, s'est échappée du filet de l'oiseleur :
láqueus contrítus est, * et nos erépti sumus. le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Adiutórium nostrum in nómine Dómini, * qui fecit cælum et terram. Notre secours est dans le nom du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Deus ádiuvat me, et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ.Ant. 3 Dieu est mon secours, le Seigneur est le soutien de mon âme.
Psalmus 124 (125) Psaume 124 (125)
Dominus custos populi sui Le Seigneur prend soin de son peuple
Pax super Israel Dei (Gal 6, 16). La paix de Dieu sur Israël (Gal 6, 16).
Qui confídunt in Dómino sicut mons Sion: * non commovébitur, in ætérnum manet. Ceux qui se confient dans le Seigneur sont comme la montagne de Sion: elle ne chancelle point, elle est établie pour toujours.
Ierúsalem, montes in circúitu eius, † et Dóminus in circúitu pópuli sui * ex hoc nunc et usque in sæculum. Jérusalem a autour d'elle une ceinture de montagnes: ainsi le Seigneur entoure Son peuple, dès maintenant et à jamais.
Quia non requiéscet virga iniquitátis super sortem iustórum, * ut non exténdant iusti ad iniquitátem manus suas. Le sceptre des méchants ne restera pas sur l'héritage des justes, afin que les justes ne portent pas aussi leurs mains vers l'iniquité.
Bénefac, Dómine, bonis * et rectis corde. Seigneur, répands Tes bontés sur les bons, et sur ceux qui ont le coeur droit.
Declinántes autem per vias pravas † addúcet Dóminus cum operántibus iniquitátem. * Pax super Israel! Mais sur ceux qui se détournent en des voies tortueuses, que le Seigneur les abandonne avec ceux qui font le mal. Paix sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de none du mardi 22 janvier 2019 - de la férie

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
Ad Nonam
Ad Nonam
V/. Deus, in adiutórium meum inténde. V/. Dieu, viens à mon aide.

R/. Dómine, ad adiuvándum me festína.

R/. Seigneur, vite à mon secours.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Ternis horárum términis Déjà la grâce du Seigneur
volútis dante Dómino, trois fois nous a donné trois heures ;
trinum perfécte et únicum avec amour nous chantons Dieu,
ipsum devóti psállimus. Trinité, parfaite unité
Sacrum Dei mystérium Gardons-en des coeurs purifiés
puro tenéntes péctore, le mystère sacré de Dieu
Petri magístri régula et puisque le magistère de Pierre
signo salútis pródita, fut confirmé par un miracle,
Et nos psallámus spíritu, Chantons nous aussi dans l'Esprit
haeréntes sic apóstolis, en nous attachant aux apôtres
ut plantas adhuc débiles pour que, par la force du Christ,
Christi virtúte dírigant. ils rendent plus fermes nos pas.
Deo Patri sit glória A Dieu le Père soit la gloire,
eiúsque soli Fílio et gloire à Son Unique Fils,
cum Spíritu Paráclito, avec l'Esprit Consolateur,
in sempitérna saécula. Amen. à travers l'infini des siècles.
Ant. 1 In loco peregrinatiónis meæ mandáta tua servávi.Ant. 1 Lors de mon pèlerinage, j'ai conservé Tes commandements.
Psalmus 118 (119), 49-56 Psaume 118 (119), 49-56
VII (Zain) VII (Zain)
Memor esto verbi tui servo tuo, * in quo mihi spem dedísti. Souviens-Toi de la parole donnée à Ton serviteur, sur laquelle Tu fais reposer mon espérance.
Hoc me consolátum est in humiliatióne mea, * quia elóquium tuum vivificávit me. C'est ma consolation dans la misère, que Ta parole me rende la vie.
Supérbi derisérunt me veheménter; * a lege autem tua non declinávi. Des orgueilleux me prodiguent leurs railleries: je ne m'écarte point de Ta loi.
Memor fui iudiciórum tuórum a sæculo, Dómine, * et consolátus sum. Je pense à Tes préceptes des temps passés, Seigneur, et je me console.
Indignátio ténuit me * propter peccatóres derelinquéntes legem tuam. L'indignation me saisit à cause des méchants, qui abandonnent Ta loi.
Cántica factæ sunt mihi iustificatiónes tuæ * in loco peregrinatiónis meæ. Tes lois sont le sujet de mes cantiques, dans le lieu de mon pèlerinage.
Memor fui nocte nóminis tui, Dómine, * et custódiam legem tuam. La nuit je me rappelle Ton nom, le Seigneur, et j'observe Ta loi.
Hoc factum est mihi, * quia mandáta tua servávi. Voici la part qui m'est donnée: je garde Tes ordonnances.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. In loco peregrinatiónis meæ mandáta tua servávi.Ant. Lors de mon pèlerinage, j'ai conservé Tes commandements.
Ant. 2 Convértet Dóminus captivitátem plebis suæ, et nos lætábimur.Ant. 2 Le Seigneur nous a fait revenir de captivité, et nous étions dans la joie.
Psalmus 52 (53) Psaume 52 (53)
Impiorum stultitia Défaite des impies
Omnes peccaverunt et egent gloria Dei (Rom 3, 23). Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu (Rom 3, 23).
Dixit insípiens in corde suo: «Non est Deus». † Corrúpti sunt et abominatiónes operáti sunt; * non est qui fáciat bonum. L'insensé dit dans son coeur : " il n'y a pas de Dieu ! " Ils sont corrompus, ils commettent des crimes abominables ; il n'en est aucun qui fasse le bien.
Deus de cælo prospéxit super fílios hóminum, * ut vídeat si est intéllegens aut requírens Deum. Dieu, du haut des cieux, regarde les fils de l'homme, pour voir s'il se trouve quelqu'un d'intelligent, quelqu'un qui cherche Dieu.
Omnes declinavérunt, simul corrúpti sunt; * non est qui fáciat bonum, non est usque ad unum. Tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n'en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul.
Nonne scient omnes, qui operántur iniquitátem, * qui dévorant plebem meam ut cibum panis? N'ont-ils pas de connaissance ceux qui commettent l'iniquité ? Ils dévorent mon peuple comme ils mangent du pain,
Deum non invocavérunt; * illic trepidavérunt timóre, et non erat timor. ils n'invoquent point Dieu ! Ils trembleront tout à coup d'épouvante, sans qu'il y ait sujet d'épouvante ;
Quóniam Deus dissipávit ossa eórum, qui te obsidébant * confúsi sunt, quóniám Deus sprevit eos. car Dieu a dispersé les os de celui qui campait contre toi ; tu les a confondus, car Dieu les a rejetés.
Quis dabit ex Sion salutáre Israel? † Cum convérterit Deus captivitátem plebis suæ, * exsultábit Iacob et lætábitur Israel. Oh ! puisse venir de Sion la délivrance d'Israël ! Quand Dieu ramènera les captifs de Son peuple, Jacob se réjouira, Israël sera dans l'allégresse.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Convértet Dóminus captivitátem plebis suæ, et nos lætábimur.Ant. Le Seigneur nous a fait revenir de captivité, et nous étions dans la joie.
Ant. 3 Deus ádiuvat me, et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ.Ant. 3 Dieu est mon secours, le Seigneur est le soutien de mon âme.
Psalmus 53 (54) Psaume 53 (54)
Imploratio auxilii Imploration à l'aide
Orat propheta, ut in nomine Domini a persequentium malignitate liberetur (Cassiodorus). Le prophète prie pour être délivré au nom du Seigneur de la malveillance de ses persécuteurs (Cassiodore).
Deus, in nómine tuo salvum me fac * et in virtúte tua iúdica me. O Dieu, sauve-moi par Ton nom, et rends-moi justice par Ta puissance.
Deus, exáudi oratiónem meam, * áuribus pércipe verba oris mei! O Dieu, écoute ma prière, prête l'oreille aux paroles de ma bouche.
Quóniam supérbi insurrexérunt advérsum me, † et fortes quæsiérunt ánimam meam * et non proposuérunt Deum ante conspéctum suum. Car des étrangers se sont levés contre moi, des hommes violents en veulent à ma vie ; ils ne mettent pas Dieu devant leurs yeux.
Ecce enim Deus ádiuvat me, * et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ. Voici que Dieu est mon secours; le Seigneur est le soutien de mon âme.
[Convérte mala super inimícos meos * et in veritáte tua dispérde illos.] [Il fera retomber le mal sur mes adversaires ; dans Ta vérité, anéantis-les ! ]
Voluntárie sacrificábo tibi, * confitébor nómini tuo, Dómine, quóniam bonum est; De tout cœur je T'offrirai des sacrifices ; je louerai Ton nom Seigneur car il est bon ;
quóniam ex omni tribulatióne erípuit me, * et super inimícos meos despéxit óculus meus. Il me délivre de toute angoisse, et mes yeux s'arrêtent avec joie sur mes ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Deus ádiuvat me, et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ.Ant. Dieu est mon secours, le Seigneur est le soutien de mon âme.
Lectio brevis (1 Cor 12, 24 b. 25-26)
Lecture brève (1 Cor 12, 24 b. 25-26)
Deus temperávit corpus, ut non sit schisma in córpore, sed idípsum pro ínvicem sollícita sint membra. Et sive pátitur unum membrum, compatiúntur ómnia membra; sive glorificátur unum membrum, congáudent ómnia membra.Dieu a organisé le corps de telle façon qu'il n'y ait pas de division dans le corps, mais que les différents membres aient tous le souci les uns des autres. Si un membre souffre, tous les membres partagent sa souffrance; si un membre est à l'honneur, tous partagent sa joie.
V/. Dómine Deus virtútum, quis símilis tibi? V/. Seigneur, Dieu de force, qui est comme Toi ?
R/. Potens es, Dómine, et véritas tua in circúitu tuo. R/. Tu es puissant, Seigneur, et Ta vérité est au-dedans de Toi.
Orémus. Prions.
Deus, qui Cornélio centurióni ángelum tuum misísti, ut viam ei salútis osténderet, da nobis, quæsumus, in salvatiónem ómnium libéntius operári, ut una cum eis, in Ecclésia tua, ad te perveníre possímus. Per Christum Dóminum nostrum.Dieu qui as envoyé Ton ange au centurion Corneille pour lui montrer le chemin du salut, donne-nous, nous T'en supplions, de travailler au salut de tous: tous ensemble, en Ton Église, nous puissions parvenir jusqu'à Toi. Par le Christ notre Seigneur.
Benedicámus Dómino.
R/. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. R/. Rendons grâces à Dieu.

Ad Nonam - psalmodia complementaria

A None - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 In loco peregrinatiónis meæ mandáta tua servávi.Ant. 1 Lors de mon pèlerinage, j'ai conservé Tes commandements.
Psalmus 125 (126) Psaume 125 (126)
Gaudium et spes in Deo Joie et espoir dans le Seigneur
Sicuti socii passionum estis, sic eritis et consolationis (2 Cor 1, 7). Comme vous avez part aux souffrances, vous avez aussi part à la consolation (2 Cor 1, 7).
In converténdo Dóminus captivitátem Sion, * facti sumus quasi somniántes. Quand le Seigneur ramena les captifs de Sion, nous étions presque en rêve.
Tunc replétum est gáudio os nostrum, * et língua nostra exsultatióne. Alors notre bouche fut remplie de chants de joie, et notre langue de cris d'allégresse.
Tunc dicébant inter gentes: * «Magnificávit Dóminus fácere cum eis». Alors on disait parmi les nations: « Le Seigneur a fait de grandes choses pour eux. »
Magnificávit Dóminus fácere nobíscum; * facti sumus lætántes. Le Seigneur a fait pour nous de grandes choses; nous en avons été remplis de joie.
Convérte, Dómine, captivitátem nostram, * sicut torréntes in austro. Ramène, Seigneur, nos captifs, comme un torrent dans le pays du midi.
Qui séminant in lácrimis, * in exsultatióne metent. Ceux qui sèment dans les larmes * moissonneront dans l'allégresse.
Eúntes ibant et flebant * semen spargéndum portántes; Ils allaient et venaient en pleurant, tandis qu'ils jetaient leurs semences :
veniéntes autem vénient in exsultatióne * portántes manípulos suos. ils reviendront avec allégresse, chargés de leurs gerbes.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Convértet Dóminus captivitátem plebis suæ, et nos lætábimur.Ant. 2 Le Seigneur nous a fait revenir de captivité, et nous étions dans la joie.
Psalmus 126 (127) Psaume 126 (127)
Vanus labor sine Domino Sans le Seigneur, le travail est vain
Dei ædificatio estis (1 Cor 3, 9). En Dieu, vous êtes édifiés (1 Cor 3, 9).
Nisi Dóminus ædificáverit domum, * in vanum labórant, qui ædíficant eam. Si le Seigneur ne bâtit pas la maison, en vain travaillent ceux qui la bâtissent.
Nisi Dóminus custodíerit civitátem, * frustra vígilat, qui custódit eam. Si le Seigneur ne garde pas la cité, en vain la sentinelle veille à ses portes.
Vanum est vobis ante lucem súrgere † et sero quiéscere, qui manducátis panem labóris, * quia dabit diléctis suis somnum. C'est en vain que vous vous levez avant le jour, et que vous retardez votre repos, mangeant le pain de la douleur : il en donne autant à son bien-aimé pendant son sommeil.
Ecce heréditas Dómini fílii, * merces fructus ventris. Voici, c'est un héritage du Seigneur, que les enfants, une récompense, que les fruits d'un sein fécond.
Sicut sagíttæ in manu poténtis, * ita fílii iuventútis. Comme les flèches dans la main d'un guerrier, ainsi sont les fils de la jeunesse.
Beátus vir, qui implévit pháretram suam ex ipsis: * non confudétur, cum loquétur inimícis suis in porta. Heureux l'homme qui en a rempli son carquois. Ils ne rougiront pas quand ils répondront aux ennemis, à la porte de la ville.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Deus ádiuvat me, et Dóminus suscéptor est ánimæ meæ.Ant. 3 Dieu est mon secours, le Seigneur est le soutien de mon âme.
Psalmus 127 (128) Psaume 127 (128)
Pax domestica in Domino Paix domestique dans le Seigneur
«Benedicat te Dominus ex Sion», id est: ex Ecclesia sua (Arnobius). «Que le Seigneur te bénisse de Sion », c'est à dire : de Son Eglise (Arnobius).
Beátus omnis, qui timet Dóminum, * qui ámbulat in viis eius. Heureux l'homme qui craint le Seigneur, qui marche dans Ses voies.
Labóres mánuum tuárum manducábis, * beátus es, et bene tibi erit. Tu te nourris alors du travail de tes mains; tu es heureux et comblé de biens.
Uxor tua sicut vitis fructífera * in latéribus domus tuæ; Ton épouse est comme une vigne féconde, dans l'intérieur de ta maison ;
fílii tui sicut novéllæ olivárum * in circúitu mensæ tuæ. tes fils, comme de jeunes plants d'olivier, autour de ta table.
Ecce sic benedicétur homo, * qui timet Dóminum. Voilà comment sera béni l'homme qui craint le Seigneur.
Benedícat tibi Dóminus ex Sion, * et vídeas bona Ierúsalem ómnibus diébus vitæ tuæ; Que le Seigneur te bénisse de Sion, puisses-tu voir Jérusalem florissante tous les jours de ta vie ;
et vídeas fílios filiórum tuórum. * Pax super Israel! Puisses-tu voir les enfants de tes enfants. Que la paix soit sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vêpres du mardi 22 janvier 2019 - de la férie

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
Ad Vesperas
Aux Vêpres
V/. Deus, in adiutórium meum inténde. V/. Dieu, viens à mon aide.

R/. Dómine, ad adiuvándum me festína.

R/. Seigneur, vite à mon secours.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymnus
Sator princépsque témporum, Créateur et Maître des temps,
clarum diem labóribus Tu fixes l'ordre qui distingue,
noctémque qui sopóribus pour le travail, le jour qui luit,
fixo distínguis órdine, et la nuit pour notre sommeil.
Mentem tu castam dírige, Daigne conduire l'âme pure,
obscúra ne siléntia que le silence de la nuit,
ad dira cordis vúlnera n'expose nos cœurs au Jaloux
telis patéscant ínvidi. qui veut les blesser de ses traits
Vacent ardóre péctora, Loin de la fièvre des passions
faces nec ullas pérferant, puissent ils ne jamais brûler
quæ nostro hæréntes sénsui des feux qui, s'attachant aux sens,
mentis vigórem sáucient. épuisent la vigueur de l'âme.
Præsta, Pater piíssime, Exauce-nous, Père très bon,
Patríque compar Unice, et Toi, le Fils égal au Père,
Cum Spíritu Paráclito avec l'Esprit Consolateur,
regnans per omne sæculum. Amen. régnant pour les siècles des siècles.
Ant. 1 Non potéstis Deo servíre et mammónæ.Ant. 1 Vous ne pouvez pas servir Dieu et mammon.
Psalmus 48 (49) Psaume 48 (49)
Vanitas divitiarum Vanité des richesses
Dives difficile intrabit in regnum cælorum (Mt 19, 23). Il est difficile à un riche d'entrer dans le Royaume des cieux (Mt 19, 23).
I I
Audíte hæc, omnes gentes, * áuribus percípite, omnes, qui habitátis orbem: Ecoutez tous ceci, ô peuples ; prêtez l'oreille vous tous habitants du monde,
quique húmiles et viri nóbiles, * simul in unum dives et pauper! hommes du commun et hommes de condition, ensemble riches et pauvres.
Os meum loquétur sapiéntiam * et meditátio cordis mei prudéntiam. Ma bouche va faire entendre des paroles sages, et mon coeur a des pensées pleines de sens.
Inclinábo in parábolam aurem meam, * apériam in psaltério ænígma meum. Je prête l'oreille aux sentences que Dieu m'inspire; j'explique mon énigme au son de la harpe.
Cur timébo in diébus malis, * cum iníquitas supplantántium circúmdabit me? Pourquoi craindrais-je aux jours du malheur, lorsque l'iniquité de mes persécuteurs m'assiège ?
Qui confídunt in virtúte sua * et in multitúdine divitiárum suárum gloriántur. Eux qui mettent leur confiance dans leurs biens, leur gloire dans leurs grandes richesses.
Etenim seípsum non rédimet homo; * non dabit Deo propitiatiónem suam. Un homme ne peut racheter son frère, ni payer à Dieu sa rançon.
Nímium est prétium redemptiónis ánimæ eius: † ad últimum defíciet, * ut vivat usque in finem, nec vídeat intéritum. Le rachat de leur vie est trop cher; il est à jamais impossible, pour qu'il vive éternellement, et qu'il ne voie jamais la fosse.
Et vidébit sapiéntes moriéntes; † simul insípiens et stultus períbunt * et relínquent aliénis divítias suas. Non, il la verra ; les sages meurent; l'insensé et le stupide périssent également, laissant à d'autres leurs biens.
Sepúlcra eórum domus illórum in ætérnum; † tabernácula eórum in progéniem et progéniem, * etsi vocavérunt nomínibus suis terras suas. Ils s'imaginent que leurs maisons seront éternelles; que leurs demeures subsisteront d'âge en âge, et ils donnent leurs noms à leurs domaines.
Et homo, cum sit in honóre, non permanébit; † comparátus est iuméntis, quæ péreunt, * et símilis factus est illis. Mais, même dans sa splendeur, l'homme ne dure pas; il est semblable aux bêtes de somme qui périssent.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Non potéstis Deo servíre et mammónæ.Ant. Vous ne pouvez pas servir Dieu et mammon.
Ant. 2 Thesaurizáte vobis thesáuros in cælo, dicit Dóminus.Ant. 2 Amassez pour vous un trésor dans les cieux, dit le Seigneur.
II II
Hæc via illórum, quorum fidúcia in semetípsis, * et finis eórum, qui cómplacent in ore suo. Tel est leur sort, à ces hommes si confiants, et à ceux qui les suivent en approuvant leurs discours.
Sicut oves in inférno pósiti sunt, * mors depáscet eos; Comme un troupeau, ils sont poussés en enfer, la mort est leur pasteur ;
descéndent præcípites ad sepúlcrum, † et figúra eórum erit in consumptiónem: * inférnus habitáculum eórum. le matin, les hommes droits dominent sur eux, et leur ombre se consumera en enfer, sans autre demeure.
Verúmtamen Deus rédimet ánimam meam, * de manu ínferi vere suscípiet me. Mais Dieu rachètera mon âme de la puissance de l'enfer, car il me prendra avec lui.
Ne timúeris, cum dives factus fúerit homo * et cum multiplicáta fúerit glória domus eius, Ne crains donc pas, quand un homme s'enrichit, quand s'accroît l'opulence de sa maison.
quóniam, cum interíerit, non sumet ómnia, * neque descéndet cum eo glória eius. Car il n'emportera rien à sa mort, son opulence ne descendra pas avec lui.
Cum ánimæ suæ in vita ipsíus benedíxerit: * «Laudábunt te quod benefecísti tibi», II aura beau s'estimer heureux pendant sa vie ; on aura beau te louer des jouissances que tu te donnes :
tamen introíbit ad progéniem patrum suórum, * qui in ætérnum non vidébunt lumen. Tu iras rejoindre la génération de tes pères, qui jamais ne reverront la lumière.
Homo, cum in honóre esset, non intelléxit; † comparátus est iuméntis, quæ péreunt, * et símilis factus est illis. L'homme, même dans sa splendeur, ne comprend pas, il est comparé aux bêtes de somme qui périssent, et il leur est devenu semblable.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Thesaurizáte vobis thesáuros in cælo, dicit Dóminus.Ant. Amassez pour vous un trésor dans les cieux, dit le Seigneur.
Ant. 3 Dignus est Agnus, qui occísus est, accípere glóriam et honórem.Ant. 3 L'Agneau est digne, Lui qui a été immolé, de recevoir gloire et honneur.
Canticum (Ap 4,11; 5, 9.10.12) NT9 Cantique (Ap 4,11; 5, 9.10.12) NT9
Hymnus redemptorum Hymne du rédempteur
Dignus es, Dómine et Deus noster, * accípere glóriam et honórem et virtútem, Tu es digne, Seigneur notre Dieu, de recevoir l'honneur, la gloire et la puissance.
quia tu creásti ómnia, * et propter voluntátem tuam erant et creáta sunt. C'est Toi qui créas l'univers; Tu as voulu qu'il soit: il fut créé.
Dignus es, Dómine, accípere librum * et aperíre signácula eius, Tu es digne, Christ et Seigneur, de prendre le Livre et d'en ouvrir les sceaux.
quóniam occísus es † et redemísti Deo in sánguine tuo * ex omni tribu et língua et pópulo et natióne Car Tu fus immolé, rachetant pour Dieu, au prix de Ton sang, des hommes de toute tribu, langue, peuple et nation.
et fecísti eos Deo nostro regnum et sacerdótes, * et regnábunt super terram. Tu as fait de nous, pour notre Dieu, un royaume et des prêtres, et nous régnerons sur la terre.
Dignus est Agnus, qui occísus est, † accípere virtútem et divítias et sapiéntiam * et fortitúdinem et honórem et glóriam et benedictiónem. Il est digne, l'Agneau immolé, de recevoir puissance et richesse, sagesse et force, honneur, gloire et louange.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Dignus est Agnus, qui occísus est, accípere glóriam et honórem.Ant. L'Agneau est digne, Lui qui a été immolé, de recevoir gloire et honneur.
Lectio brevis (Rom 3, 23-25a)
Lecture brève (Rom 3, 23-25a)
Omnes peccavérunt et egent glória Dei, iustificáti gratis per grátiam ipsíus per redemptiónem, quæ est in Christo Iesu; quem propósuit Deus propitiatórium per fidem in sánguine ipsíus ad ostensiónem iustítiæ suæ.Tous les hommes sont pécheurs, ils sont tous privés de la gloire de Dieu, lui qui leur donne d'être des justes par sa seule grâce, en vertu de la rédemption accomplie dans le Christ Jésus. Car Dieu a exposé le Christ sur la croix afin que, par l'offrande de son sang, il soit le pardon pour ceux qui croient en lui. Ainsi Dieu voulait manifester sa justice.
Responsorium Breve
Répons bref
R/. Adimplébis me lætítia * Cum vultu tuo, Dómine. Adimplébis.
V/. Delectatiónes in déxtera tua usque in finem. * Cum vultu tuo, Dómine. Glória Patri. Adimplébis.
R/. Il y a plénitude de joie * devant Ta face, Seigneur. Il y a.
V/. Des délices éternels dans Ta droite jusqu'à la fin. * devant Ta face, Seigneur. Gloire au Père. Il y a.
Ant. Fac nobíscum, Dómine, magna, quia potens es, et sanctum nomen tuum.Ant. Fais pour nous Seigneur, de grandes choses, car Tu es puissant, et Ton nom est saint.
Canticum Evangelicum (Lc 1, 46-55) Cantique évangélique (Lc 1,46-55)
Exultatio animæ in Domino Exultation de l'âme dans le Seigneur
Magníficat ✠ * ánima mea Dóminum, Mon âme glorifie le Seigneur,
et exsultávit spíritus meus * in Deo salvatóre meo, et mon esprit a tressailli d'allégresse en Dieu mon Sauveur,
quia respéxit humilitátem ancíllæ suæ.* Ecce enim ex hoc beátam me dicent omnes generationes, parce qu'Il a jeté les yeux sur la bassesse de Sa servante. Car voici que, désormais, toutes les générations me diront bienheureuse,
quia fecit mihi magna, qui potens est, * et sanctum nomen eius, parce que Celui qui est puissant a fait en moi de grandes choses, et Son nom est saint;
et misericórdia eius in progénies et progénies* timéntibus eum. et Sa miséricorde se répand d'âge en âge sur ceux qui Le craignent.
Fecit poténtiam in bráchio suo, * dispérsit supérbos mente cordis sui; Il a déployé la force de Son bras, Il a dispersé ceux qui s'enorgueillissaient dans les pensées de leur cœur.
depósuit poténtes de sede * et exaltávit húmiles; Il a renversé les puissants de leur trône, et Il a élevé les humbles.
esuriéntes implévit bonis * et dívites dimísit inánes. Il a rempli de biens les affamés, et Il a renvoyé les riches les mains vides.
Suscépit Israel púerum suum,* recordátus misericórdiæ, Il a relevé Israël, Son serviteur, Se souvenant de Sa miséricorde:
sicut locútus est ad patres nostros,* Abraham et sémini eius in sæcula. selon ce qu'Il avait dit à nos pères, à Abraham et à sa race pour toujours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Fac nobíscum, Dómine, magna, quia potens es, et sanctum nomen tuum.Ant. Fais pour nous Seigneur, de grandes choses, car Tu es puissant, et Ton nom est saint.
PrecesPrières litaniques
Salvatóri nostro benedicámus, qui sua resurrectióne mundum clarificávit, et humíliter invocémus eum dicéntes:
Salva nos, Dómine, in sémita tua.
Resurrectiónem tuam, Dómine Iesu, oratióne cólimus matutína,
spes glóriæ tuæ diem nostrum illúminet.
Súscipe, Dómine, vota et propósita nostra,
tamquam diéi nostri primítias.
Tríbue in dilectióne tua nos hódie profícere,
ut ómnia in nostrum omniúmque bonum cooperentur.
Da, Dómine, sic lucére lucem nostram coram homínibus,
ut vídeant ópera nostra bona et Patrem gloríficent.
Pater nosterNotre père
Collecte
Dómine Deus, cuius est dies et cuius est nox, concéde solem iustítiæ in nostris córdibus permanére, ut ad lucem, quam inhábitas, perveníre possímus. Per Dóminum nostrum Iesum Christum, Fílium tuum, qui tecum vivit et regnat in unitáte Spíritus Sancti, Deus, per ómnia sæcula sæculórum. Seigneur Dieu, à qui appartient le jour et la nuit, accorde-nous que le soleil de la justice demeure en nos coeurs pour que nous puissions parvenir à la lumière que Tu habites. Par notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint Esprit, Dieu, dans tous les siècles des siècles.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.

R/. Et cum spíritu tuo.
R/. Et avec votre esprit.

Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus.
Que vous bénisse Dieu tout puissant, le Père, le Fils et le Saint Esprit.
R/. Amen. R/. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
V/. Ite in pace. V/. Allez en paix.
R/. Deo grátias. R/. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. R/. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. R/. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Complies du mardi 22 janvier 2019 - de la férie

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
Ad Completorium
Aux Complies
V/. Deus, in adiutórium meum inténde. V/. Dieu, viens à mon aide.

R/. Dómine, ad adiuvándum me festína.

R/. Seigneur, vite à mon secours.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Conscientia discussio, quam sequi potest actus poenitentialis ut in Missa. Examen de conscience, qui peut être suivi d'un acte de pénitence comme à la Messe.
Confíteor Deo omnipoténti et vobis, fratres, quia peccávi nimis cogitatióne, verbo, ópere et omissióne: Je confesse à Dieu tout puissant, et à vous, frères, que j'ai vraiment péché, en pensée, en parole, par action et par omission:
et, percutientes sibi pectus, dicunt: Et on se frappe la poitrine, en disant :
mea culpa, mea culpa, mea máxima culpa. c'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute.
Deinde prosequuntur: Ensuite on poursuit:
Ideo precor beátam Maríam semper Vírginem, omnes Angelos et Sanctos, et vos, fratres, oráre pro me ad Dóminum Deum nostrum. C'est pourquoi je supplie la bienheureuse Marie toujours Vierge, tous les Anges et les Saints, et vous, frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.
V/. Misereátur nostri omnípotens Deus et, dimissís peccátis nostris, perdúcat nos ad vitam aetérnam. R/. Amen. V/. Que le Dieu tout puissant aie pitié de nous, et nous ayant remis nos péchés, qu'Il nous conduise à la vie éternelle. R/. Amen.
Hymnus Hymne
Christe, qui, splendor et dies O Christ, la splendeur et le jour,
noctis tenébras détegis, qui chasses l'ombre de la nuit,
lucísque lumen créderis, nous croyons que Tu es lumière,
lumen beátis prædicans, promettant lumière aux élus.
Precámur, sancte Dómine, Seigneur très saint, nous T'en prions,
hac nocte nos custódias; en cette nuit protège-nous ;
sit nobis in te réquies, fais que nous reposions en Toi,
quiétas horas tríbue. donne-nous des heures de paix.
Somno si dantur óculi, Nos yeux se livrent au sommeil ;
cor semper ad te vígilet; que nos cœurs veillent pour T'attendre;
tuáque dextra prótegas protège de Ton bras puissant
fidéles, qui te díligunt. ceux qui Te gardent leur amour.
Defénsor noster, áspice, Regarde-nous ô Défenseur,
insidiántes réprime, repousse au loin ceux qui nous guettent,
gubérna tuos fámulos, daigne guider Tes serviteurs
quos sánguine mercátus es. que Tu rachetas par Ton sang.
Sit Christe, rex piíssime O Christ, ô Roi plein de bonté,
tibi Patríque glória gloire à Toi et gloire à Ton Père,
cum Spíritu Paráclito, avec l'Esprit Consolateur,
in sempitérna sæcula. Amen. à travers les siècles sans fin. Amen.
Ant. 1 Ant. 1
Psalmus 142 (143) Psaume 142 (143)
In angustiis oratio Prière dans l'angoisse
Non iustificatur homo ex operibus legis nisi per fidem Iesu Christi (Gal 2, 16). L'homme n'est pas purifié par l'observance de la loi, mais par la foi en Jésus-Christ (Gal 2, 16)
Dómine, exáudi oratiónem meam, † áuribus pércipe obsecratiónem meam in veritáte tua; * exáudi me in tua iustítia. Seigneur, écoute ma prière; prête l'oreille à mes supplications; exauce-moi dans Ta vérité et dans Ta justice.
Et non intres in iudícium cum servo tuo, * quia non iustificábitur in conspéctu tuo omnis vivens. N'entre pas en jugement avec Ton serviteur, car aucun homme vivant n'est juste devant Toi.
Quia persecútus est inimícus ánimam meam, † contrívit in terra vitam meam, * collocávit me in obscúris sicut mórtuos a sæculo. L'ennemi en veut à mon âme, il foule à terre ma vie; il me relègue dans les lieux ténébreux, comme ceux qui sont morts depuis longtemps.
Et anxiátus est in me spíritus meus, * in médio mei obríguit cor meum. Mon esprit défaille en moi, mon cœur est troublé dans mon sein.
Memor fui diérum antiquórum, † meditátus sum in ómnibus opéribus tuis, * in factis mánuum tuárum recogitábam. Je pense aux jours d'autrefois, je médite sur toutes Tes œuvres, je réfléchis sur l'ouvrage de Tes mains.
Expándi manus meas ad te, * ánima mea sicut terra sine aqua tibi. J'étends vers Toi mes mains, et mon âme, comme une terre desséchée, soupire après Toi.
Velóciter exáudi me, Dómine; * defécit spíritus meus. Hâte-Toi de m'exaucer, Seigneur, mon esprit défaille.
Non abscóndas fáciem tuam a me, * ne símilis fiam descendéntibus in lacum. Ne me cache pas Ta face, je deviens semblable à ceux qui descendent dans la fosse.
Audítam fac mihi mane misericórdiam tuam, * quia in te sperávi. Fais-moi de bonne heure sentir Ta bonté, car c'est en Toi que j'espère.
Notam fac mihi viam, in qua ámbulem, * quia ad te levávi ánimam meam. Fais-moi connaître la voie où je dois marcher, car c'est vers Toi que j'élève mon âme.
Eripe me de inimícis meis, * Dómine, ad te confúgi. Délivre-moi de mes ennemis, Seigneur, je me réfugie auprès de Toi.
Doce me fácere voluntátem tuam, * quia Deus meus es tu. Apprends-moi à faire Ta volonté, car Tu es mon Dieu.
Spíritus tuus bonus dedúcet me in terram rectam; * propter nomen tuum, Dómine, vivificábis me. Que Ton bon esprit me conduise dans la voie droite ; à cause de Ton nom, Seigneur, rends-moi la vie.
In iustítia tua * edúces de tribulatióne ánimam meam. Dans Ta justice, retire mon âme de la détresse.
[et in misericórdia tua dispérdes inimícos meos; † et perdes omnes, qui tríbulant ánimam meam, * quóniam ego servus tuus sum.] Dans Ta bonté, anéantis mes ennemis, et fais périr tous ceux qui m'oppriment, car je suis Ton serviteur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Ant.
Lectio brevis (1 Petr 5, 8-9 a)
Lecture brève (1 Petr 5, 8-9 a)
Sóbrii estóte, vigiláte. Adversárius vester Diábolus tamquam leo rúgiens círcuit quærens quem dévoret. Cui resístite fortes fide.Soyez sobres, veillez ; votre adversaire, le diable, comme un lion rugissant, rode autour de vous, cherchant qui dévorer. Résistez-lui, fermes dans la foi.
Responsorium Breve
Répons bref
R/. In manus tuas, Dómine, * Comméndo spíritum meum. In manus. V/. Redemísti nos, Dómine Deus veritátis. * Comméndo spíritum meum. Glória Patri. In manus.R/. En Tes mains, Seigneur, * je remets mon esprit. Entre Tes mains. V/. Tu nous as rachetés, Seigneur Dieu de vérité * Je remets mon esprit. Gloire au Père. Entre Tes mains.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. allelúia).Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. alléluia).
Canticum evangelicum Lc 2, 29-32 Cantique évangélique Lc 2,29-32
Christus lumen gentium et gloria Israël Le Christ est la lumières des nations et la gloire d'Israël
Nunc dimíttis servum tuum, Dómine, * secúndum verbum tuum in pace, Maintenant, Tu peux renvoyer Ton serviteur, Seigneur, selon Ta parole, en paix.
quia vidérunt óculi mei * salutáre tuum, Car mes yeux ont vu Ton salut,
quod parásti * ante fáciem ómnium populórum, Que Tu as préparé devant la face des peuples,
lumen ad revelatiónem géntium * et glóriam plebis tuæ Israël. lumière qui se révèle aux nations, et gloire de Ton peuple Israël.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. allelúia).Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. alléluia).
Orémus. Prions.
Noctem istam, quæsumus, Dómine, benígnus illúmina, et ita fac in pace nos tuos fámulos obdormíre, ut læti ad novi diéi claritátem in tuo nómine suscitémur. Per Christum Dóminum nostrum.Illumine cette nuit, nous T'en prions, Seigneur, dans Ta bonté, et envoie dans la paix du sommeil nous, Tes fidèles, pour qu'en Ton nom, dans la joie, nous nous levions à la gloire d'un jour nouveau. Par le Christ notre Seigneur.
Deinde dicitur, etiam a solo, benedictio: Ensuite on dit, même seul, la bénédiction :
Noctem quiétam et finem perféctum concédat nobis Dóminus omnípotens. R/. Amen. Que Dieu tout puissant nous concède une nuit calme et une fin chrétienne. R/. Amen.
Antiphona finale ad Beatam Mariam Virginem Antienne finale à la Bienheureuse Vierge Marie
Alma Redemptóris Mater, quæ pérvia cæli porta manes, et stella maris, succúrre cadénti, Tendre mère du Rédempteur,
qui demeurez la porte ouverte du Ciel,
et l’étoile de la mer, portez secours au peuple qui succombe

súrgere qui curat, pópulo; tu, quæ genuísti, natúra miránte, tuum sanctum Genitórem,
et cherche à se relever :
Vous qui avez engendré, à la surprise de la nature,
votre saint Créateur,

Virgo prius ac postérius, Gabriélis ab ore sumens illud Ave, peccatórum miserére.
[étant] vierge avant et après [l’enfantement], et, de la bouche de Gabriel,
recevant cette salutation,
ayez pitié des pécheurs.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait du Compendium du catéchisme de l'Eglise catholique :
Que nous révèlent les tentations de Jésus au désert?
-
Les tentations de Jésus au désert récapitulent celle d’Adam au paradis et celles d’Israël dans le désert. Satan tente Jésus dans son obéissance à la mission confiée par son Père. Le Christ, nouvel Adam, résiste et sa victoire annonce celle de la passion, obéissance suprême de son amour filial. L’Église s’unit à ce Mystère tout particulièrement dans le temps liturgique du Carême.
Qui est invité à faire partie du Royaume de Dieu, annoncé et accompli par Jésus?
-
Jésus invite tous les hommes à faire partie du Royaume de Dieu. Même le pire des pécheurs est appelé à se convertir et à accepter l’infinie miséricorde du Père. Déjà, sur la terre, le Royaume appartient à ceux qui l’accueillent d’un cœur humble. C’est à eux que sont révélés ses mystères.
Pourquoi le Christ manifeste-t-il le Royaume par des signes et des miracles?
-
Jésus accompagne sa parole de signes et de miracles pour attester que le Royaume est présent en lui, le Messie. Bien qu’il guérisse certaines personnes, il n’est pas venu pour éliminer ici-bas tous les maux, mais avant tout pour libérer les hommes de l’esclavage du péché. La lutte contre les démons annonce que sa croix l’emportera sur « le prince de ce monde » (Jn ,).
Dans le Royaume, quelle autorité confère le Christ à ses Apôtres?
-
Jésus choisit les Douze, futurs témoins de sa Résurrection. Il les fait participer à sa mission et à son autorité pour enseigner, pour pardonner les péchés, pour édifier et pour gouverner l’Église. Dans ce collège, Pierre reçoit « les clefs du Royaume » (Mt ,) et occupe la première place,
avec la mission de garder la foi dans son intégrité et de confirmer ses frères.
Quelle est la signification de la Transfiguration?
-
À la transfiguration apparaît avant tout la Trinité : « Le Père en sa parole, le Fils dans son humanité, l’Esprit dans la nuée de lumière » (saint Thomas d’Aquin). En évoquant avec Moïse et Élie « son départ » (Lc ,
), Jésus montre que sa gloire passe par la croix; et il anticipe sa résurrection et son retour dans la gloire, « qui transfigurera notre corps mortel à l’image de son corps glorieux » (Ph ,).

Tu t’es transfiguré sur la montagne, et, autant qu’ils en étaient capables, tes disciples ont contemplé ta Gloire, Christ Dieu, afin que, lorsqu’ils Te verraient crucifié, ils comprennent que ta passion était volontaire et qu’ils annoncent au monde que Tu es vraiment le rayonnement du Père (Liturgie byzantine).


Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait quotidien de la Règle de Notre Bienheureux Père Saint Benoît, et son commentaire par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes :
Caput 5: De oboedentia (a) 5 - L’OBÉISSANCE (a) Primus humilitatis gradus est oboedientia sine mora. Hæc convenit his qui nihil sibi a Christo carius aliquid existimant. Propter servitium sanctum quod professi sunt seu propter metum gehennæ vel gloriam vitæ æternæ, mox aliquid imperatum a maiore fuerit, ac si divinitus imperetur, moram pati nesciant in faciendo. De quibus Dominus dicit: Obauditu auris oboedivit mihi. Et item dicit doctoribus: Qui vos audit me audit. Ergo hii tales, relinquentes statim quæ sua sunt et voluntatem propriam deserentes, mox exoccupatis manibus et quod agebant imperfectum relinquentes, vicino oboedentiæ pede iubentis vocem factis sequuntur, et veluti uno momento prædicta magistri iussio et perfecta discipuli opera, in velocitate timoris Dei, ambæ res communiter citius explicantur. Quibus ad vitam æternam gradiendi amor incumbit, ideo angustam viam arripiunt, unde Dominus dicit: Angusta via est quæ ducit ad vitam, ut non suo arbitrio viventes et desideriis suis et voluptatibus oboedientes, sed ambulantes alieno iudicio et imperio, in coenobiis degentes abbatem sibi præesse desiderant. Sine dubio hii tales illam Domini imitantur sententiam qua dicit: Non veni facere voluntatem meam, sed eius qui misit me. LE PREMIER DEGRÉ d’humilité est l’obéissance sans délai. Elle caractérise ceux qui estiment n’avoir rien de plus cher que le Christ. À cause du service saint dont ils font profession, par peur de l’enfer ou pour la gloire de la vie éternelle, dès que le supérieur a donné un ordre, comme si l’ordre était de Dieu, ils ne sauraient souffrir de délais dans l’exécution. De ceux-là le Seigneur dit : « Dès que son oreille a entendu, il m’a obéi. » Et il dit aussi à ceux qui enseignent : « Qui vous écoute m’écoute. » De tels disciples quittent sur-le-champ leurs occupations et abandonnent leur propre vouloir ; les mains aussitôt libres, ils laissent inachevé ce qu’ils étaient en train de faire. Leur obéissance emboîte le pas de celui qui commande pour accomplir sa parole, et au même instant pour ainsi dire, l’ordre du maître est exprimé et l’oeuvre du disciple achevée, les deux choses se déroulant ensemble grâce à la célérité qu’inspire la crainte de Dieu. Ceux-là, l’amour les presse d’accéder à la vie éternelle. C’est pourquoi ils embrassent la voie étroite dont le Seigneur dit : « Étroite est la voie qui mène à la vie. » Ainsi ne vivant pas à leur guise et n’obéissant ni à leurs désirs ni à leurs plaisirs, mais marchant au jugement et au commandement d’un autre, ils habitent dans des janv. mai sept. monastères et désirent avoir un abbé à leur tête. Sans aucun doute, ceux-là se conforment à la sentence du Seigneur où il dit : « Je ne suis pas venu faire ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé. »
Le premier degré d’humilité est l’obéissance sans délai. Elle caractérise ceux qui estiment n’avoir rien de plus cher que le Christ. A cause du service saint dont ils font profession, par peur de l’enfer ou pour la gloire de la vie éternelle, dès que le supérieur a donné un ordre, comme si l’ordre était de Dieu, ils ne sauraient souffrir de délais dans l’exécution. De ceux-là le Seigneur dit : “ Dès que son oreille a entendu, il m’a obéi. ” Et il dit aussi à. ceux qui enseignent : “ Qui vous écoute m’écoute. ”


Il n’y a point de contradiction entre l’affirmation par laquelle débute ce chapitre et la doctrine du chapitre VIl qui donne comme troisième degré d’humilité l’obéissance. Les points de vue sont différents. L’obéissance dont il est parlé ici n’est pas un degré spécial, après lequel il y en aurait un second, puis un troisième : saint Benoît proclame sa valeur souveraine et déclare qu’elle est le sommet, l’apex, le résumé et l’expression -la plus achevée de l’humilité. Il ne s’agit pas, en effet, d’une obéissance quelconque, mais de l’obéissance empressée et affectueuse, la seule vraie, la seule digne de Dieu et de nous-mêmes ; c’est de celle-là seulement qu’il est question, N. B. Père ne voulant pas supposer que des moines puissent se contenter des formes diminuées et inférieures de l’obéissante. Quant à l’humilité, saint Benoît l’envisage de la même manière qu’au chapitre Vll ; elle est moins une vertu particulière qu’un état, un tempérament, une disposition morale définitive. L’obéissance et l’humilité, telles que les conçoit N. B. Père, pourraient se définir l’une par l’autre ; ou bien, si elles se distinguent, c’est comme cause et effet, comme indice et réalité : les actes de l’obéissante nous préparent et nous conduisent à l’humilité, c’est-à-dire à être devant Dieu ce qu’il convient que nous soyons, et la perfection de cette attitude, l’achèvement de notre humilité, c’est une obéissance qui ne temporise pas.
On peut reconnaître dans le chapitre trois parties : les motifs de l’obéissance, ses qualités extérieures, sa perfection intérieure.
Le seul fait d’être créature, et créature intelligente, nous porte déjà à l’obéissance. Lorsque Dieu a créé, dit la théologie, il n’a été déterminé ni sollicité par rien ; mais il a eu un dessein, il a assigné un but non pas à lui et à son action, mais aux choses elles-mêmes. Il y a une fin morale des choses, un programme éternellement conçu par Dieu et qui se réalise dans le temps sous sa main toute-puissante. La fin des êtres, c’est le bien ; et le bien essentiel de la créature, c’est d’être ce que le Seigneur veut qu’elle soit, de faire ce qu’il veut qu’elle accomplisse, d’aller par ses actes là, où il veut la conduire, c’est-à-dire à la manifestation des attributs divins. Chacune des choses collabore à sa manière, moyennant l’activité spontanée de son être, à l’exécution d’un vaste plan d’ensemble. dont nous ne saisirons bien qu’au ciel toute l’harmonie : nul ne s’y soustrait pour suivre son caprice ; c’est un concert sans fausse note. Toute créature demeure, ontologiquement, vraie et bonne : elle est de Dieu, elle est pour Dieu. Toute la création obéit ; elle obéit bien, jusqu’à la souplesse absolue, jusqu’au miracle ; Dieu peut toujours attendre d’elle ce qu’au chapitre LXXl saint Benoît appellera obedientiae bonu,. Et c’est un spectacle impressionnant qu’une sujétion si universelle. -lais les êtres matériels font le bien sans savoir ; “ les cieux qui chantent la gloire de Dieu ” ne comprennent pas leur cantique. L’homme seul est l’ouvrier de Dieu conscient et volontaire. L’ordre, pour lui, et la joie, c’est d’entrer librement dans ce concert de la création, d’être le collaborateur aimant de Dieu. Et toute loi qui se présente à nous avec autorité, n’est que l’expression du mode selon lequel nous pouvons aider Dieu à réaliser son programme de bien et de beauté. Nous avons là le sens exact de l’obéissance.
Il est tel encore et surtout dans l’économie surnaturelle. Et si N. B. Père propose à notre obéissance des motifs plus attrayants et plus efficaces que cette considération philosophique et un peu stoïcienne : Toti te insere mundo, n’a-t-il pas cependant, dès le Prologue, présenté le moine comme l’ouvrier privilégié que cherche Dieu ? n’invoque-t-il pas ici même le servitium sanctum qu’a voué le religieux ? et ne décrit-il pas l’obéissance comme une conformité pratique de nos desseins à ceux de Dieu ?
Tout nous invite à l’obéissance prompte : la loyauté, la prudence, l’espérance, la charité. Les uns voient dans l’obéissance la fidélité aux engagements de leur profession : nous avons donné notre parole ; et il est sûr que ce jour-là nous n’avons ni promis de désobéir, ni formulé de réserve quelconque. Les autres se souviennent que l’enfer a été créé pour engloutir une rébellion ; l’obéissance leur apparaît comme la condition même de leur sécurité ; et, pour ne pas être le plus élevé, ce motif est bon cependant et surnaturel. D’autres font de l’obéissance un exercice de- la vertu d’espérance : n’ignorant pas que le salaire promis est la vie éternelle, ils se portent à l’obéissance comme à la rançon de leur gloire future.
Mais le motif profond de l’obéissance, celui qui prime tous les autres et dont tous les autres ne sont guère que le morcellement et le détail, c’est la charité. L’obéissance prompte, dit saint Benoît, est le propre de ceux qui estiment n’avoir rien de plus cher que le Christ (nous reconnaissons le vingt et unième instrument des bonnes œuvres). Il semble que cela soit facile et normal de ne rien préférer au Seigneur ? En effet ; mais pratiquement, peut-être à notre insu, il est souvent des choses que nous aimons plus que lui : une passion, une idée, un projet, un désir. Toutes nos résistances, nos inerties, nos atermoiements, nos difficultés viennent de là. Aussi longtemps que nous avons notre programme personnel, que nous nous définissons à nous-mêmes notre direction et l’emploi de notre activité, nous ne sommes pas libres et le Seigneur n’est pas libre chez nous ; l’obéissance parfaite n’existe pas encore. Mais, à dater du jour où il n’est rien que nous aimions hors de Dieu, que nous aimions plus que Dieu, nous devenons dans sa main une vigueur disponible, une force qu’il utilisera à son gré. Comme il importe de prendre garde à ne relever jamais l’édifice de la volonté propre jeté à bas dès le début de notre vie monastique ! L’âge nous y porte, quelquefois même les obédiences nous deviennent un piège. Pourquoi désapprendre la simplicité et la naïveté de notre soumission première, puisque l’indice de notre croissance surnaturelle résidera toujours dans l’empressement de notre obéissance ?
Ceux qui aiment le Christ, dit saint Benoît, ne peuvent souffrir de retard dans l’exécution de l’ordre donné, les délais leur sont impossibles : moram pati nesciuni in faciendo. Ils ont reconnu la voix aimée du Seigneur . La personne du supérieur, avec son caractère ou ses défauts, ne leur fournit jamais de prétexte pour se dérober. Es ne distinguent pas entre ce qui vient directement de Dieu et ce qui vient encore de lui, mais par l’intermédiaire de l’homme. C’est toujours à Dieu qu’ils obéissent, comme l’affirme à ceux qui le représentent le Seigneur lui-même : Qui vos audit me audit (Luc., X, 16). Quant aux choses, elles n’ont de couleur et de saveur qu’autant que Dieu les veut et les aime ; elles sont indifférentes jusqu’à ce qu’aient apparu les relations qu’elles soutiennent avec la volonté divine : mox ut aliquid imperatuna a majore fuerit . Le simple fait doctrinal qu’au Seigneur va toute notre obéissance nous donne la mesure de sa dignité et de son mérite ; il en commande aussi l’allure Lapide ; et le Seigneur s’applaudit avec fierté d’être si bien écouté et compris : In auditu auris obedivit mihi (Ps. XVIl, 45).
Ce n’est que justice pour le Seigneur de se féliciter, puisque notre obéissance est son œuvre. Comprenons bien. Notre âme est un sanctuaire, le sanctuaire du Dieu vivant. Il y a eu effusion de la vie du Seigneur en nous ; et tout le travail de l’Église n’a pas d’autre intention que d’assurer en chacun et en tous la croissance complète du Christ. Cette doctrine est élémentaire et connue. Celle qui l’est moins peut-être, c’est que, dans l’ordre surnaturel, n’ont de réelle valeur et de portée que les œuvres qui procèdent de ce trésor de la vie divine communiquée. Et notre obéissance n’est parfaite que lorsqu’elle est devenue une déférence profonde et continue envers celui qui vit dans notre cœur. La forme de l’obéissance la plus achevée n’est-elle pas de se livrer à toute bonne œuvre sous la pression intérieure du Seigneur et de son Esprit ? N’est-ce pas dans ce sens que l’Apôtre nous a dit que se laisser conduire par l’Esprit de Dieu, c’est vraiment être enfant de Dieu ” ? Et ainsi le Seigneur nous incline à l’obéissance non pas seulement par des procédés objectifs et extérieurs, non pas seulement en nous fournissant des motifs d’ordre naturel ou surnaturel, mais encore en nous faisant communier au dedans à la vie, aux facultés, aux vertus de celui “ qui s’est fait obéissant jusqu’à la mort et jusqu’à la mort de la croix ”.
Ah ! qu’il serait facile de faire l’apothéose de l’obéissance et de montrer que tout en demeurant, comme la religion, dans le groupe des vertus morales, elle est néanmoins en contact avec les vertus théologales, celles qui ont Dieu directement pour objet et qui unissent à lui. Elle prépare à ces vertus et elle en est comme imprégnée ; au point de vue de ses éléments positifs, elle en implique pratiquement l’exercice. Elle est foi, puisque nous croyons aux volontés de ce Dieu qui se cache dans la personne des supérieurs. Elle est espérance, puisque nous faisons nôtre le programme de Dieu pour le temps et pour l’éternité. Elle est charité, puisque l’obéissance filiale et l’amitié réalisent l’une et l’autre la définition : idem velle, idem nolle ; et surtout puisque, selon saint Jean, “ celui qui garde la parole du Seigneur, c’est en lui vraiment que l’amour de Dieu est parfait, et par là nous connaissons que nous sommes en lui (I JOANN., Il, 5). De même, l’obéissance implique l’exercice de l’adoration en esprit et en vérité, l’hommage essentiel que Dieu demande à sa créature rachetée. On peut dire de l’obéissance qu’elle résume tout le christianisme : Qui facit voluntatem Patris mei qui in caelis-est, ipse intrabit in regnum caelorum (MATTH., VIl, 21).

De tels disciples quittent sur-le-champ leurs occupations et abandonnent leur propre vouloir ; les mains aussitôt libres, ils laissent inachevé ce qu’ils étaient en train de faire. Leur et obéissance emboîte le pas de celui qui commande pour accomplir sa parole, et au même instant pour ainsi dire, l’ordre du maître est exprimé et , l’œuvre du disciple achevée, les deux choses se déroulant ensemble grâce à. la célérité qu’inspire la crainte de Dieu. Ceux-là, l’amour les presse d’accéder à la vie éternelle.

Voici les qualités de l’obéissance. La première est l’empressement. Saint Benoît l’a indiquée déjà ; mais elle lui paraît si caractéristique qu’il la décrit avec complaisance’ accumulant les synonymes et les images les plus expressives, dans une phrase qui est peut-être la plus travaillée de toute la sainte Règle.
L’obéissant n’hésite point. Non seulement il n’invoque pas de prétextes pour se dérober, mais il ignore même toute délibération et tout raisonnement avant d’agir. Un ordre quelconque, et d’où qu’Il vienne, le trouve toujours prêt. A cette spontanéité, à cette netteté résolue la nature nous a peu préparés. Tout changement nous déconcerte. On ne modifie jamais qu’avec effort le repos ou le mouvement des corps ; et même sans faire appel aux êtres purement matériels, nous savons bien que, lorsque nous nous appliquons à une œuvre, il y a convergence telle de toute notre activité, que, s’il faut nous détacher de ce travail pour en aborder un autre, une secousse intérieure est inévitable ; il s’élève en nous une protestation secrète, et comme une hésitation involontaire. Mais chez celui qui est parvenu à l’obéissance véritable, on ne trouve plus trace de ce premier mouvement. Il délaisse tout aussitôt son œuvre ; il déserte sa volonté propre, c’est-à-dire sa préférence, son application du moment. Les choses lui tombent subitement des mains ; ses mains sont libres. Le travail est inachevé  ? il n’importe ; on pourra le reprendre s’il y a lieu ; mais il ne convient pas que Dieu attende. Car Dieu a parlé ; et pour l’obéissant il n’est plus rien au monde que Dieu et la chose que Dieu veut de lui. Son obéissance emboîte pour ainsi dire le pas de celui qui commande, l’exécution suit immédiatement et serre de près l’ordre donné. Ou, plutôt, il n’y a pas d’intervalle appréciable entre l’une et l’autre : c’est en quelque sorte dans le même instant très rapide et invisiblement que se réalisent ces deux choses : l’ordre logiquement antérieur du maître et son accomplissement par le disciple.
Il y a loin de l’obéissance ainsi décrite à celle qui reproduirait la passivité et l’inertie d’un cadavre ou bien la docilité inconsciente du bâton que notre bras manie  ! On dit que le propre d’un bon capitaine est d’avoir sa troupe bien en main, de manière à lui faire produire avec entrain et unité un maximum d’effet, au moment exact où elle doit donner. C’est une image de l’âme obéissante : la vraie maîtrise, la vraie souveraineté intérieure est d’avoir en main, connues et groupées, toutes ses forces vitales, afin de les faire collaborer, à l’instant précis, à l’œuvre que Dieu demande. L’âme est devenue une activité, mais souple et toujours libre au milieu de son application même ; elle est parfaitement intelligente, elle donne aux choses leur valeur réelle ; elle s’applique ou se détache selon Dieu, par Dieu, pour Dieu. L’empressement extraordinaire de son obéissance vient uniquement de sa crainte de Dieu : in velocitate timoris Dei ; elle craint de lui être moins agréable, elle redoute de le perdre ou de retarder son entrevue avec lui. Elle aime ; elle n’a d’autre désir que celui de monter en hâte vers la vie éternelle : quibus ad vitam aeternam gradiendi amor incumbit.

C’est pourquoi ils embrassent la voie étroite dont le Seigneur dit “ Étroite est la voie qui mène à la vie. ” Ainsi ne vivant pas à leur guise et n’obéissant ni à leurs désirs ni à leurs plaisirs, mais marchant au jugement et au commandement d’un autre,. ils habitent dans des monastères et désirent avoir un abbé à leur tête. Sans aucun doute, ceux-là se conforment à la sentence du Seigneur où il dit : “ Je me. ne suis pas venu faire ma volonté, mais la volonté . de celui qui m’a envoyé. ”

En vérité, il s’agit bien de calculer chétivement, peureusement, si l’obéissance a des aspérités, si l’autorité est assez mesurée, si l’obédience est aisée ou non ! Il s’agit de Dieu et de notre éternité. Alors, qu’importent les difficultés du chemin ? Aussi bien, c’est le seul : Scientes se per hanc obedientiae viam ituros ad Deum, redira N. B. Père vers la fin de sa Règle. “ Étroite est la voie qui conduit à la vie ”, le Seigneur lui-même en convient (MATTH., VIl, 14) ; entrons-y pourtant, entrons-y. Elle n’est étroite que parce que notre cœur est étroit ; elle devient la voie royale et triomphale dès que nous faisons place à Dieu.
Une fois reconnu que l’éternité ne s’obtient qu’à la pointe de l’obéissance, les généreux prennent leur parti. Il n’est plus question de vivre à son gré, ni de déférer à ses désirs et à ses inclinations. Nous marcherons vers Dieu, guidés par la pensée et par la volonté d’autrui ; nous vivrons cachés dans un monastère ; en vrais cénobites, nous accepterons volontiers d’avoir à notre tête un Abbé, nous irons au-devant de cette perpétuelle sujétion, Abbatem sibi praeesse desiderant . Comme tout cella déconcerte le concept de l’obéissance que se sont forgé les mondains ! Les moines ne se soumettent point par contrainte, non plus que par mollesse, incapacité ou crainte des initiatives.
Lorsque l’obéissance est telle que la veut saint Benoît, l’imitation du Seigneur est achevée en nous. “ Je ne suis point venu faire ma volonté, dit-il, mais la volonté de celui qui m’a envoyé ” (JOANN., Vl, 38). Toutes les victoires de Dieu sont remportées par l’obéissance : celle dont l’archange saint Michel fut l’instrument, celle de l’Incarnation, à la regarder du côté du Seigneur ou du côté de Notre-Dame, celle de la Rédemption ; et dans l’Eucharistie, le Seigneur a trouvé le secret d’être obéissant jusqu’à la fin. Les obéissants sont en bonne compagnie. Et en face de tels faits, les faits les plus élémentaires de la religion, toute désobéissance est-elle autre chose que désordre et folie ?

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Prières usuelles

Signum crucis Signe de croix
IN nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen.
Symbolum Apostolorum Symbole des Apôtres
CREDO in Deum Patrem omnipotentem, Creatorem caeli et terrae. Et in Iesum Christum, Filium eius unicum, Dominum nostrum, qui conceptus est de Spiritu Sancto, natus ex Maria Virgine, passus sub Pontio Pilato, crucifixus, mortuus, et sepultus, descendit ad inferos, tertia die resurrexit a mortuis, ascendit ad caelos, sedet ad dexteram Dei Patris omnipotentis, inde venturus est iudicare vivos et mortuos. Credo in Spiritum Sanctum, sanctam Ecclesiam catholicam, sanctorum communionem, remissionem peccatorum, carnis resurrectionem, vitam aeternam. Amen. Je crois en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus-Christ Son fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, est ressuscité le troisième jour, est monté aux cieux, est assis à la droite du Père tout-puissant, d'où Il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en L'Esprit Saint, à la Sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.
Salve Regina Salut, ô Reine
Salve Regína, Mater misericórdiæ, vita dulcédo, et spes nostra, salve. Ad te clamámus éxsules fílii Evæ; ad te suspirámus, geméntes et flentes in hac lacrimárum valle. Salut, Reine, mère de miséricorde, vie, douceur, et notre espérance, salut. Vers vous, nous crions,, enfants d'Eve exilés. Vers vous, nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
Eia ergo, advocáta nostra, illos tuos misericórdes óculos ad nos convérte: Et Iesum, benedíctum fructum ventris tui, nobis post hoc exsílium osténde. O clemens, o pia, o dulcis Virgo María. Et donc, notre avocate, tournez vos yeux miséricordieux vers les vôtres. Et Jésus, le fruit béni de vos entrailles, montre-le nous après notre exil.
O clemens, O pia, O dulcis Virgo Maria. O clémente, ô bonne, ô douce Vierge Marie.
V/. Ora pro nobis, sancta Dei Genetrix.
R/. Ut digni efficiamur promissiónibus Christi.
V/. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu.
V/. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
Omnipotens sempiterne Deus, qui gloriosae Virginis Matris Mariae corpus et animam, ut dignum Filii tui habitaculum effici mereretur, Spiritu Sancto cooperante, praeparasti: da, ut cuius commemoratione laetamur; eius pia intercessione, ab instantibus malis, et a morte perpetua liberemur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
Dieu éternel et tout puissant qui avec la coopération du Saint Esprit a préparé le corps et l'Esprit de la glorieuse Vierge-Mère Marie à devenir une demeure digne de Ton Fils; puissions-nous, par son intercession aimante, être délivrés des maux actuels et de la mort éternelle, nous qui nous réjouissons de sa commémoration. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
Le "Salve Regina" est la prière privilégiée du temps "dans l'année" après la Pentecôte. Elle se chante (ou se récite) surtout après la fin du temps pascal jusqu'au premier dimanche de l'Avent (exclus).
ANGELUS ANGELUS
V/. Ángelus * Dómini nuntiávit Maríæ. V/. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie,
R/. Et concépit de Spíritu Sancto.
R/. Et elle conçut du Saint-Esprit.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
V/. Ecce ancílla Dómini.
V/. Me voici, servante du Seigneur,
R/. Fiat mihi secúndum verbum tuum.
R/. Qu’il me soit fait selon votre parole.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus.
Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
V/. Et Verbum caro factum est. ** V/. Et le Verbe S’est fait chair
R/. Et habitávit in nobis. R/. Et Il a habité parmi nous.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus.
Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
V/. Ora pro nobis, sancta Dei génetrix.
V/. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
R/. Ut digni efficiámur promissiónibus Christi.
R/. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Orémus.
Grátiam tuam, quæsumus, Dómine, méntibus nostris infúnde; ut qui, Ángelo nuntiánte, Christi Fílii tui incarnatiónem cognóvimus, *
per passiónem eius et crucem, ad resurrectiónis glóriam perducámur.
Per Christum Dóminum nostrum.
R/. Amen.
Prions.
Répands, Seigneur, Ta grâce en nos âmes. Par le message de l’ange, nous avons connu l’incarnation de Ton Fils bien-aimé. Conduis-nous, par Sa passion et par Sa croix, jusqu’à la gloire de la résurrection. Par le Christ, notre Seigneur. R/. Amen.
* L'angélus se sonne par trois séries de trois tintements suivis d'une "pleine-volée". Les tintements correspondent au début du versicule, du répons et de l'Ave.
** On a coutume d'incliner légèrement la tête à ce versicule en signe de révérence pour le mystère de l'Incarnation.
On récite habituellement la prière de l'Angelus trois fois par jour, à 7 heures, midi et 19 heures. Dans certains endroits, cette prière ce récite donc après l'office de laudes, celui de sexte et après complies.
Au temps pascal, cette prière est remplacée par le Regina caeli.
Angele Dei Angele Dei (prière à l'Ange gardien)
ANGELE DEI, qui custos es mei, Me tibi commissum pietate superna; (Hodie, Hac nocte) illumina, custodi, rege, et guberna. Amen. ANGE DE DIEU, qui êtes mon gardien, puisque le ciel m'a confié à vous dans sa bonté, (aujourd'hui, cette nuit) éclairez-moi,gardez-moi, dirigez-moi et gouvernez-moi. Amen.
Benedictio Ante Mensam Bénédiction avant le repas
V/. Benedicite. (R/. Benedicite.)
BENEDIC, Domine, nos et haec tua dona * quae de tua largitate sumus sumpturi. Per Christum Dominum nostrum. R/. Amen.
V/. Bénissez. (R/. Bénissez.)
BENIS nous, Seigneur, et les dons qui viennent de Toi, par lesquels, de Ta largesse, nous sommes rassasiés. Par le Christ notre Seigneur. R/. Amen.
Ante prandium: Avant le déjeuner :
Mensae caelestis participes * faciat nos, Rex aeternae gloriae. R/. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse participer à la table céleste. R/. Amen.
Ante cenam: Avant le dîner :
Ad cenam vitae aeternae * perducat nos, Rex aeternae gloriae. R/. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse parvenir au festin de la vie éternelle. R/. Amen.
Benedictio Post Mensam Bénédiction d'après le repas
AGIMUS tibi gratias, omnipotens Deus, pro universis beneficiis tuis, * qui vivis et regnas in saecula saeculorum. R/. Amen. Nous Te rendons-grâces, Dieu tout puissant, pour tous Tes bienfaits, Toi qui vis et règnes dans les siècles des siècles. R/. Amen.
V/. Deus det nobis suam pacem. V/. Que Dieu nous donne Sa paix.
R/. Et vitam aeternam. R/. Amen. R/. Et la vie éternelle. Amen.
 Rosarium  Rosaire
Initium Commencement
Signum crucis Signe de croix
Romae: A Rome :
V/. Domine, labia mea aperies,
R/. Et os meum annuntiabit laudem tuam.
V/. Deus in adiutorium meum intende,
R/. Domine ad adiuvandum me festina.
V/. Seigneur, ouvre mes lèvres,
R/. Et ma bouche annoncera Ta louange.
V/. Dieu, viens à mon aide,
R/. Seigneur, vite à mon secours.
Ad Crucem: Sur la croix :
Symbolum Apostolorum Symbole des apôtres
Ad grana maiora: Sur les gros grains :
Oratio Dominica (Pater noster) Prière du Seigneur (Notre Père)
Ad grana minora: Sur les petits grains :
Ave Maria Je vous salue Marie
Ad finem decadum: A la fin de chaque dizaine :
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Le Vendredi saint on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
R/. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem.
V/. Mortem autem crucis.
R/. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort.
V/. Et la mort de la croix.
Le Samedi saint, on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
R/. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis.
V/. Propter quod et Deus exaltavit illum: et dedit illi nomen, quod est super omne nomen.
R/. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
V/. C'est pourquoi Dieu L'a exalté : et Il Lui a donné le Nom qui est au dessus de tout Nom.
Oratio Fatima Prière de Fatima
O MI IESU, dimitte nobis debita nostra, libera nos ab igne inferni, conduc in caelum omnes animas, praesertim illas quae maxime indigent misericordia tua. O mon Jésus, pardonne-nous nos péchés, préserve-nous du feu de l'enfer, et conduis au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de Ta sainte miséricorde.
Meditationes Rosarii Méditations du Rosaire
In feria secunda et sabbato Le lundi et le samedi
I. Mysteria Gaudiosa I. Mystères joyeux
1. Quem, Virgo, concepisti. [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Quem visitando Elisabeth portasti. [Lc 1,39-45]
3. Quem, Virgo, genuisti. [Lc 2,6-12]
4. Quem in templo praesentasti. [Lc 2,25-32]
5. Quem in templo invenisti. [Lc 2,41-50]
1. Annonciation [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Visitation [Lc 1,39-45]
3. Nativité [Lc 2,6-12]
4. Présentation au Temple [Lc 2,25-32]
5. Recouvrement au Temple [Lc 2,41-50]
In feria quinta Le jeudi
II. Mysteria Luminosa II. Mystères lumineux
1. Qui apud Iordanem baptizatus est. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Qui ipsum revelavit apud Canense matrimonium. [In 2,1-11]
3. Qui Regnum Dei annuntiavit. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. Qui transfiguratus est. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. Qui Eucharistiam instituit.[In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
1. Le Baptême au Jourdain. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Les Noces de Cana. [In 2,1-11]
3. L'annonce du Royaume. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. La Transfiguration. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. L'institution de l'Eucharistie. [In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
In feria tertia et feria sexta Le mardi et le vendredi
III. Mysteria dolorosa III. Mystères douloureux
1. Qui pro nobis sanguinem sudavit. [Lc 22,39-46]
2. Qui pro nobis flagellatus est. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Qui pro nobis spinis coronatus est. [In 19,1-8]
4. Qui pro nobis crucem baiulavit. [In 19,16-22]
5. Qui pro nobis crucifixus est. [In 19,25-30]
1. L'Agonie au jardin des oliviers. [Lc 22,39-46]
2. Le Flagellation. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Le Couronnement d'épines. [In 19,1-8]
4. Le Portement de Croix. [In 19,16-22]
5. La Crucifixion. [In 19,25-30]
In feria quarta et Dominica Le mercredi et le dimanche
IV. Mysteria gloriosa IV. Mystères glorieux
1. Qui resurrexit a mortuis. [Mc 16,1-7]
2. Qui in caelum ascendit. [Lc 24,46-53]
3. Qui Spiritum Sanctum misit. [Acta 2,1-7]
4. Qui te assumpsit. [Ps 16,10]
5. Qui te in caelis coronavit. [Apoc 12,1]
1. La Résurrection. [Mc 16,1-7]
2. L'Ascension. [Lc 24,46-53]
3. L'Effusion de l'Esprit Saint à la Pentecôte. [Acta 2,1-7]
4. L'Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie. [Ps 16,10]
5. Le Couronnement aux cieux de la Bienheureuse Vierge Marie. [Apoc 12,1]
Orationes ad Finem Rosarii Dicendae Prières dites à la fin de la récitation du Rosaire
Salve Regina Salve Regina
V/. Ora pro nobis, Sancta Dei Genetrix.
R/. Ut digni efficiamur promissionibus Christi.
V/. Priez pour nous, Sainte Mère de Dieu.
R/. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
DEUS, cuius Unigenitus per vitam, mortem et resurrectionem suam nobis salutis aeternae praemia comparavit, concede, quaesumus: ut haec mysteria sacratissimo beatae Mariae Virginis Rosario recolentes, et imitemur quod continent, et quod promittunt assequamur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
O DIEU, qui, par la vie, la mort et la résurrection de Ton Fils unique, nous a obtenu les récompenses du salut éternel, accorde-nous, nous T'en supplions, qu'en méditant sur les mystères du très saint Rosaire de la Bienheureuse Vierge-Marie, nous imitions ce qu'ils contiennent et obtenions ce qu'ils promettent. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
 Gloria Patri Gloire au Père (Doxologie) 
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
ACTUS CONTRITIONIS ACTE DE CONTRITION
DEUS meus, ex toto corde paenitet me omnium meorum peccatorum, eaque detestor, quia peccando, non solum poenas a Te iuste statutas promeritus sum, sed praesertim quia offendi Te, summum bonum, ac dignum qui super omnia diligaris. Ideo firmiter propono, adiuvante gratia Tua, de cetero me non peccaturum peccandique occasiones proximas fugiturum. Amen. Mon Dieu, de tout mon coeur je fais pénitence pour tous mes péchés. Je les déteste non seulement à cause de Tes justes punitions auxquelles je suis promis, mais surtout parce que je T'ai offensé, Toi qui es infiniment bon et qui es digne de tout mon amour. Je prends donc la ferme résolution, avec l'aide de Ta grâce, de ne plus pécher et de fuir les occasions proches de pécher. Amen.
Oratio ante colligationem in interrete Prière avant de se connecter à l'internet.
OMNIPOTENS aeterne Deus, qui nos secundum imaginem Tuam plasmasti, et omnia bona, vera, pulchra, praesertim in divina persona Unigeniti Filii Tui Domini nostri Iesu Christi, quaerere iussisti, praesta quaesumus ut, per intercessionem Sancti Isidori, Episcopi et Doctoris, in peregrinationibus per interrete factis et manus oculosque ad quae Tibi sunt placita intendamus et omnes quos convenimus cum caritate ac patientia accipiamus. Per Christum Dominum nostrum. R/. Amen. Dieu Éternel et Tout Puissant qui nous a créés à Ton image et nous ordonne de rechercher ce qui est bon, vrai et beau, spécialement dans la personne divine de Ton Fils unique notre Seigneur Jésus Christ, nous T’implorons par l’intercession de Saint Isidore Évêque et Docteur de nous aider pendant nos voyages à travers l’Internet à diriger nos mains et nos yeux vers ce qui T’est agréable, et à accueillir avec charité et patience tous ceux que nous rencontrerons. Par le Christ notre Seigneur. R/. Amen.
Oratio S. Thomae Aquinatis ante studium Prière de S. Thomas d'Aquin avant l'étude
Creátor ineffábilis, qui de thesáuris sapiéntiæ tuæ tres Angelórum hiearchías designásti et eas super cœlum empýreum miro órdine collocásti, atque univérsi partes elegantíssime distribuísti: Tu, inquam, qui verus fons lúminis et sapiéntiæ díceris ac superéminens princípium, infúndere dignéris super intelléctus mei ténebras tuæ rádium claritátis, dúplices, in quibus natus sum, a me rémovens ténebras, peccátum scílicet et ignorántiam. Tu, qui linguas infántium facis disértas, linguam meam erúdias atque in lábiis meis grátiam tuæ benedictiónis infúndas. Da mihi intelligéndi acúmen, retinéndi capacitátem, addiscéndi modum et facilitátem, interpretándi subtilitátem, loquéndi grátiam copiósam. Ingréssum ínstruas, progréssum dírigas, egréssum cómpleas. Tu, qui es verus Deus et Homo, qui vivis et regnas in sǽcula sæculórum. Amen. Créateur ineffable, qui, des trésors de Ta sagesse, a formé les trois hiérachies des anges, les a placées au-dessus des cieux dans un ordre merveilleux, et a façonné et distribué de façon exquise toutes les parties de l'univers ; Toi qui es la vraie source de la lumière et de la sagesse et leur principe suréminent, daigne répandre Ta clarté sur l’obscurité de mon intelligence ; chasse de moi les ténèbres du péché et de l’ignorance. Donne-moi : la pénétration pour comprendre, la mémoire pour retenir, la méthode et la facilité pour apprendre, la lucidité pour interpréter, une grâce abondante pour m’exprimer. Aide le commencement de mon travail, diriges-en le progrès, couronnes-en la fin. Toi, qui es vrai Dieu et vrai homme, et qui vis et règnes dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Ordo liturgique du mardi 22 janvier 2019 au jeudi 21 février 2019

mardi 22 janvier 2019
Feria III - Hebdomada II per annum

FERIE ou S. Vincentii, diaconi et martyris, memoria ad libitum.
St Vincent, diacre et martyr.
Diacre, il suivit son évêque dans l'emprisonnement et le martyre († vers 304) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 23 janvier 2019
Feria IV - Hebdomada II per annum

FERIE

- Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 24 janvier 2019
Feria V - Hebdomada II per annum

S. Francisci de Sales, episcopi et Ecclesiae doctoris, Memoria.

St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.
Évêque de Genève et docteur de l'Église, il proposa à tous la voie à la sainteté (†1623) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 25 janvier 2019
Feria VI - Hebdomada II per annum

In conversione S. Pauli, apostoli, Festum.

Conversion de Saint Paul, apôtre.
Anniversaire d'un événement décisif pour le développement de l'Église - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 26 janvier 2019
Sabbato - Hebdomada III per annum

Dominica III per annum.

Sts Timothée et Tite, évêques.
Évêques et compagnons de St Paul - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 27 janvier 2019
Dominica - Hebdomada III per annum

FERIE ou S. Angelae Merici, virginis, memoria ad libitum.
Ste Angèle Merici, vierge.
Religieuse, fondatrice de l'institut des Ursulines, premier ordre féminin enseignant (†1540) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 28 janvier 2019
Feria II - Hebdomada III per annum

S. Thomae de Aquino, presbyteri et Ecclesiae doctoris, Memoria.

St Thomas d'Aquin, prêtre et docteur de l'Église
Dominicain, auteur de la Somme théologique, docteur de l'Église dit angélique (†1274) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 29 janvier 2019
Feria III - Hebdomada III per annum

FERIE
St Gildas le sage
Moine, apôtre de la Grande-Bretagne (†570) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 30 janvier 2019
Feria IV - Hebdomada III per annum

FERIE
Bx Columba Marmion
Bénédictin à Maredsous, guide spirituel (†1923) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 31 janvier 2019
Feria V - Hebdomada III per annum

S. Ioannis Bosco, presbyteri, Memoria.

St Jean Bosco, prêtre.
Fondateur de la famille salésienne (†1888) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 1 février 2019
Feria VI - Hebdomada III per annum

FERIE

- Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 2 février 2019
Sabbato - Hebdomada IV per annum

IN PRAESENTATIONE DOMINI, Festum.

Présentation du Seigneur
La Chandeleur est la fête du Christ"lumière pour éclairer les nations " attestée à Jérusalem en 386, adoptée à Rome au 7e siècle. Cette fête est commune avec les Églises orientales, qui l'appellent fête de la rencontre ou Entrée de notre Seigneur au Temple - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 3 février 2019
Dominica - Hebdomada IV per annum

FERIE ou S. Ansgarii, episcopi, memoria ad libitum.
St Blaise de Sébaste, évêque et martyr
Médecin, évêque arménien au IVe siècle († vers 316) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 4 février 2019
Feria II - Hebdomada IV per annum

FERIE
Ste Jeanne de France
Fille de Louis XI, fondatrice de l'Ordre de l'Annonciade (†1505) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 5 février 2019
Feria III - Hebdomada IV per annum

S. Agathae, virginis et martyris, Memoria.

Ste Agathe, vierge et martyre
Sicile (IIIe siècle) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 6 février 2019
Feria IV - Hebdomada IV per annum

Ss. Pauli Miki et sociorum, martyrum, Memoria.

St Paul Miki, prêtre, et ses compagnons, martyrs
Martyrs à Nagasaki au Japon (†1597) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 7 février 2019
Feria V - Hebdomada IV per annum

FERIE
Bx Pie IX, pape
Pape du XIXe siècle, il combattit les erreurs dites modernes et promulgua le dogme de l'Immaculée Conception (†1878) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 8 février 2019
Feria VI - Hebdomada IV per annum

FERIE ou S. Iosephinae Bakhita, virginis, memoria ad libitum.
St Jérôme Émilien
Prêtre, éducateur, fondateur des "Pères somasques " (†1537) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 9 février 2019
Sabbato - Hebdomada V per annum

Dominica V per annum.

St Michel Fébres Cordero
Frère des Écoles Chrétiennes, mort en Équateur en 1910 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 10 février 2019
Dominica - Hebdomada V per annum

S. Scholasticae, virginis, Memoria.

Ste Scholastique, vierge
Vierge, sœur de St Benoît, première moniale bénédictine (†543) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 11 février 2019
Feria II - Hebdomada V per annum

FERIE ou B. Mariae Virginis de Lourdes, memoria ad libitum.
Bienheureuse Marie, vierge de Lourdes
Anniversaire de la 1ère apparition de la Vierge à la grotte de Massiabelle en 1858 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 12 février 2019
Feria III - Hebdomada V per annum

FERIE
Bx Georges Haydock et ses compagnons, martyr
Martyrs à Tyburn, près de Londres, par fidélité au pape (†1587) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 13 février 2019
Feria IV - Hebdomada V per annum

FERIE
Bse Béatrice d'Ornacieux
Fondatrice de la chartreuse d'Eymeu dans la Drôme (†1260) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 14 février 2019
Feria V - Hebdomada V per annum

Ss. Cyrilli, monachi, et Methodii, episcopi, patronorum Europae, Festum.

Sts Cyrille, moine et Méthode, évêque
Apôtres des Slaves au IXe siècle, créateurs de l'alphabet cyrillique - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 15 février 2019
Feria VI - Hebdomada V per annum

FERIE
St Claude la Colombière
Jésuite, confesseur et aide de Ste Marguerite-Marie (†1682) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 16 février 2019
Sabbato - Hebdomada VI per annum

Dominica VI per annum.

Bx Joseph Allamano, prêtre
Prêtre, il fonda deux instituts missionnaires de Marie Consolatrice (†1926) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 17 février 2019
Dominica - Hebdomada VI per annum

FERIE ou Ss. septem Fundatorum Ordinis Servorum B. M. V., memoria ad libitum.
Les Sept Saints Fondateurs de l'ordre des Servites de la Bienheureuse Vierge Marie.
Sept jeunes marchands de Florence se consacrèrent à Dieu au XIIIème siècle et méditèrent les sept douleurs de la Vierge - Martyrologe du jour
Septuagésime
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 18 février 2019
Feria II - Hebdomada VI per annum

FERIE
Ste Bernadette Soubirous, vierge
Elle a vu la Ste Vierge dix-huit fois à quatorze ans, religieuse à Nevers, morte après une longue maladie en 1879 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 19 février 2019
Feria III - Hebdomada VI per annum

FERIE
St Jean-Pierre Néel, prêtre
Prêtre originaire du diocèse de Lyon, missionnaire en Chine, martyr en 1862 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 20 février 2019
Feria IV - Hebdomada VI per annum

FERIE
Bse Jacinthe Marto
La plus jeune des trois bergers de Fatima. Elle pria, fit des sacrifices pour la conversion des pécheurs et pour le pape (†1920) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 21 février 2019
Feria V - Hebdomada VI per annum

FERIE ou S. Petri Damiani, episcopi et Ecclesiae doctoris, memoria ad libitum.
St Pierre Damien, évêque et docteur de l'Église
Evêque d'Ostie, oeuvra à la réforme du clergé, docteur de l'Eglise (+1072) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière