Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Martyrologe du dimanche 28 juillet 2019

Martyrologe
Le 28 juillet.
1.        Commémoraison des saints Procore, Nicanor, Timon, Parménas et Nicolas, prosélyte originaire d’Antioche. Avec Étienne et Philippe, ils formèrent le groupe des Sept, estimés de tous, remplis d’Esprit Saint et de sagesse, que l’assemblée des disciples choisit et présenta aux Apôtres, et à qui ceux-ci imposèrent les mains pour qu’ils s’appliquent à la tâche de servir les pauvres.
2.        À Rome en 198 ou 199, saint Victor Ier, pape. Né en Afrique, successeur de saint Éleuthère, il établit que toutes les Églises célèbreraient la Pâque le dimanche qui suit la Pâque juive.
3.        Commémoraison de nombreux martyrs en Thébaïde. Ils souffrirent durant la persécution de Dèce et de Valérien. Alors que les chrétiens désiraient avec ardeur de périr par l’épée pour le nom du Christ, l’astucieux ennemi imaginait des supplices plus lents, parce qu’il était plus avide de perdre les âmes que les corps.
4.        À Milet en Carie, entre 308 et 311, saint Acace, martyr sous l’empereur Licinius.
5.        À Milan, les saints martyrs Nazaire et Celse, dont saint Ambroise retrouva les corps.
6*        À Troyes, au VIe siècle, saint Camélien, évêque, qui fut le disciple de saint Loup et son successeur.
7.        À Dol de Bretagne, vers 565, saint Samson, abbé et évêque. Il propagea dans la Domnonée l’Évangile et la discipline monastique que l’abbé saint lui avait enseignés au pays de Galles.
8*.        En Suède, en 1100, saint Botrid, martyr. Né en Suède, il reçut le baptême en Angleterre et revint dans sa patrie prêcher l’Évangile, mais il fut assassiné sur le littoral par un ancien esclave, qu’il avait affranchi.
9.        À Nam Dinh au Tonkin, en 1858, saint Melchior Garcia Sanpedro, évêque, dominicain et martyr. Il fut mené, pour le Christ, dans un cachot très exigu et, sur l’ordre de l’empereur Tu Duc, on lui coupa les membres.
10        À Madrid, en 1936, saint Pierre Poveda Castroverde, prêtre et martyr. Fondateur de l’Institut thérésien destiné à répandre l’éducation chrétienne, il paya de son sang la foi qui l’animait, dans la persécution menée contre l’Église au cours de la guerre civile espagnole.
11*.        En 1936, en Espagne, le bienheureux martyr Emmanuel Segura, prêtre, et David Carlos, religieux, tous deux de l’Ordre des Clercs réguliers des Écoles religieuses, tués ensemble à Goben dans la région de Saragosse -
12.        En Espagne, Saint Jaques Hilaarii Barbal Cosan, religieux martyr.(décédé le 18 janvier)
13*.        En 1936, en Espagne, les bienheureux martyrs Joseph Casello Moncho et Joseph Castell Camps, prêtres salésiens, fusillés à Barcelone.
14*.        À Bharananganam au Kérala, en Inde, l’an 1946, sainte Alphonse de l’Immaculée Conception (Anne Muttathupadathu), vierge. Pour fuir le mariage qu’on voulait lui imposer, elle mit son pied dans le feu et, admise parmi les Clarisses de Malabar, elle offrit à Dieu une vie presque toujours souffrante. (canonisée le 12 octobre 2008 par Benoît XVI)

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Invitatoire du dimanche 28 juillet 2019

Hebdomada XVII per annum XVIIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
Dominica XVII per annum XVIIème dimanche dans l'année
Ad Invitatorium
Ad Invitatorium
A la liturgie lue :
Ante Officium quod a solo persolvitur, dici potest sequens oratio:Avant l'office récité seul, on peut dire la prière suivante :
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum tuum; munda cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus; intelléctum illúmina, afféctum inflámma, ut digne, atténte ac devóte hoc Offícium recitáre váleam, et exaudíri mérear ante conspéctum divínæ maiestátis tuæ. Per Christum Dóminum nostrum. Amen.Ouvre mes lèvres, Seigneur, afin qu’elles bénissent Ton saint Nom, purifie aussi mon cœur de toute pensée vaine, mauvaise, étrangère. Éclaire mon intelligence, enflamme mon amour, afin que je puisse réciter cet office avec respect, attention et dévotion, et mériter d’être exaucé en présence de Ta divine majesté. Par le Christ notre Seigneur. Amen.
℣. Dómine, lábia mea apéries. ℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.℣. Seigneur, ouvre mes lèvres. ℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Psalmus 94 (95)Psaume 94 (95)
Invitatio ad laudem DeiInvitation à la louange de Dieu
Adhortamini vosmetipsos per singulos dies, donec illud «hodie» vocatur (Hebr 3, 13).Exhortez-vous mutuellement chaque jour, tant que vaut cet « aujourd'hui ».
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Veníte, exsultémus Dómino; iubilémus Deo salutári nostro. Præoccupémus fáciem eius in confessióne et in psalmis iubilémus ei.Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut. Accourons devant Sa face dans l'action de grâce, dans des psaumes, jubilons pour Lui.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Quóniam Deus magnus Dóminus et rex magnus super omnes deos. Quia in manu eius sunt profúnda terræ, et altitúdines móntium ipsíus sunt. Quóniam ipsíus est mare, et ipse fecit illud, et siccam manus eius formavérunt. Parce que le Seigneur est le grand Dieu ; le grand Roi au-dessus de tous les dieux. Car dans Sa main sont les profondeurs de la terre, et que les hauteurs des montagnes sont à Lui. Parce qu'à Lui est la mer, et que c'est Lui-même qui l'a faite, et que Ses mains ont formé le continent.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Veníte, adorémus et procidámus et génua flectámus ante Dóminum, qui fecit nos, quia ipse est Deus noster, et nos pópulus páscuæ eius et oves manus eius. Venez, adorons, prosternons - nous devant Dieu, et fléchissons les genoux devant le Seigneur qui nous a faits, parce que Lui-même est notre Dieu, et que nous sommes Son peuple et les brebis de Sa main.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Utinam hódie vocem eius audiátis: «Nolíte obduráre corda vestra, sicut in Meríba secúndum diem Massa in desérto, ubi tentavérunt me patres vestri: probavérunt me, etsi vidérunt ópera mea. Si seulement aujourd'hui, vous entendiez Sa voix, n'endurcissez pas vos coeurs, comme à Mériba, comme au jour de Massa dans le désert, où Me tentèrent vos pères ; ils M'éprouvèrent, alors qu'ils avaient vu Mes oeuvres.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Quadragínta annis tæduit me generatiónis illíus, et dixi: Pópulus errántium corde sunt isti. Et ipsi non cognovérunt vias meas; ídeo iurávi in ira mea: Non introíbunt in réquiem meam». Pendant quarante ans, J'ai été le dégoût de cette génération et J'ai dit : ils sont un peuple errant de coeur ; et eux, ils n'ont point connu Mes voies : c'est pourquoi Je leur ai juré dans Ma colère, ils n'entreront pas dans Mon repos.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.

Si le psaume 94 est récité pendant la liturgie de ce jour, à une des heures suivantes, on peut prendre un autre psaume comme invitatoire, au choix :
vel:ou :
Psalmus 99 (100)Psaume 99 (100)
Gaudium in templum ingredientiumJoie de l’entrée dans le temple
Redemptos iubet Dominus victoriæ carmen canere (S. Athanasius). Le Seigneur invite les rachetés à entonner un chant de victoire (S. Athanase).
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Iubiláte Dómino, omnis terra, * servíte Dómino in lætítia; introíte in conspéctu eius * in exsultatióne. Acclamez Dieu, toute la terre; servez le Seigneur avec joie. Entrez en Sa présence * avec allégresse.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Scitóte quóniam Dóminus ipse est Deus;  ipse fecit nos, et ipsíus sumus, * pópulus eius et oves páscuæ eius. Sachez que c'est le Seigneur qui est Dieu; c'est Lui qui nous a faits, et non pas nous-mêmes. Nous sommes Son peuple, et les brebis de Son pâturage.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Introíte portas eius in confessióne,  átria eius in hymnis, * confitémini illi, benedícite nómini eius. Franchissez Ses portes avec des louanges, Ses parvis en chantant des hymnes; célébrez-le, bénissez Son nom.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Quóniam suávis est Dóminus;  in ætérnum misericórdia eius, * et usque in generatiónem et generatiónem véritas eius. car le Seigneur est suave; Sa miséricorde est éternelle, * et Sa vérité demeure de génération en génération.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
vel:ou :
Psalmus 66 (67)Psaume 66 (67)
Omnes gentes Domino confiteanturToutes les nations rendront gloire au Seigneur
Notum sit vobis quoniam gentibus missum est hoc salutare Dei (Act 28, 28).Sachez que le salut de Dieu a été envoyé aux gentils (Act 28, 28).
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Deus misereátur nostri et benedícat nobis; * illúminet vultum suum super nos, ut cognoscátur in terra via tua, * in ómnibus géntibus salutáre tuum. Que Dieu nous soit favorable et qu'Il nous bénisse; qu'Il illumine sur nous Son visage, afin que l'on connaisse sur la terre Ta voie, et parmi toutes les nations Ton salut.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Læténtur et exsúltent gentes,  quóniam iúdicas pópulos in æquitáte * et gentes in terra dírigis. Que les peuples Te louent, ô Dieu ; que les peuples Te louent tous. Que les nations se réjouissent, qu'elles soient dans l'allégresse ; car Tu juges les peuples avec droiture, et Tu conduis les nations sur la terre.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Terra dedit fructum suum; * benedícat nos Deus, Deus noster, benedícat nos Deus, * et métuant eum omnes fines terræ. Que les peuples Te louent, ô Dieu, que les peuples Te louent tous. La terre a donné son fruit ; que nous bénisse Dieu, notre Dieu, que Dieu nous bénisse, et que toutes les extrémités de la terre Le révèrent.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
vel:ou :
Psalmus 23 (24)Psaume 23 (24)
Domini in templum adventusAvènement de Dieu dans le Temple
Christo apertæ sunt portæ cæli propter carnalem eius assumptionem (S. Irenæus).Les portes du ciel se sont ouvertes au Christ parce qu’il a pris la nature humaine. (S. Irénée)
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Dómini est terra et plenitúdo eius, * orbis terrárum et qui hábitant in eo. Quia ipse super mária fundávit eum * et super flúmina firmávit eum. Au Seigneur est la terre et tout ce qu'elle renferme, le monde et tous ceux qui l'habitent. Car c'est Lui qui l'a fondé sur les mers, et qui l'a établi sur les fleuves.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Quis ascéndet in montem Dómini, * aut quis stabit in loco sancto eius? Innocens mánibus et mundo corde,  qui non levávit ad vana ánimam suam, * nec iurávit in dolum. Hic accípiet benedictiónem a Dómino * et iustificatiónem a Deo salutári suo. Hæc est generátio quæréntium eum, * quæréntium fáciem Dei Iacob. Qui montera sur la montagne du Seigneur, ou qui se tiendra dans Son lieu saint ? Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur, qui n'a pas livré son âme à la vanité, ni fait à son prochain un serment trompeur. Celui-là recevra la bénédiction du Seigneur, et la miséricorde de Dieu, son Sauveur. Telle est la race de ceux qui Le cherchent, de ceux qui cherchent la face du Dieu de Jacob.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus fortis et potens, Dóminus potens in prœlio. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Qui est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur fort et puissant, le Seigneur puissant dans les combats.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus virtútum ipse est rex glóriæ. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Quel est ce roi de gloire ? Le Seigneur des armées est Lui-même ce roi de gloire.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Veníte, exsultémus Dómino, iubilémus Deo salutári nostro, allelúia. Ant. Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut, alléluia.
Psalmus cum sua antiphona, pro opportunitate, omitti potest quando Invitatorium Laudibus matutinis præponendum est. Le psaume [invitatoire] avec son antienne, si c'est opportun, peut être omis lorsque l'invitatoire précède immédiatement les Laudes du matin.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vigiles (OSB) du dimanche 28 juillet 2019


Avertissement : l'affichage de cet office est encore incomplet. Il manque des traductions et seul le psautier est renseigné. Le propre du temps et des saints n'est pas encore entièrement disponible. Aidez-nous pour les traductions, merci.
Hebdomada XVII per annum XVIIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XVII per annum XVIIème dimanche dans l'année
Ad Vigilas
Ad Vigilias
Ter dicitur: On dit trois fois :
℣. Dómine, lábia mea apéries.
℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres.
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Sequens psalmus dicitur quotidie et anteponitur psalmo 94, si Vigiliæ incipiunt ab invitatorio. Le psaume suivant se dit chaque jour avant le psaume 94 si les Vigiles commencent par l'invitatoire.
Psalmus 3 Psaume 3
Dominus protector meus Le Seigneur est mon protecteur
Dormivit et somnum cepit et resurrexit, quoniam Dominus suscepit eum (S. Irenæus). Il S'est couché et Il S'est endormi, et Il est ressuscité car le Seigneur L'a soutenu.
Dómine, quid multiplicáti sunt, qui tríbulant me? * Multi insúrgunt advérsum me, Seigneur, pourquoi ceux qui me persécutent se sont-ils multipliés? Une multitude s'élève contre moi.
multi dicunt ánimæ meæ: * «Non est salus ipsi in Deo». Beaucoup disent à mon âme: Il n'y a pas de salut pour elle dans son Dieu.
Tu autem, Dómine, protéctor meus es, * glória mea et exáltans caput meum. Mais Toi, Seigneur, Tu es mon protecteur et ma gloire, et Tu me relèves la tête.
Voce mea ad Dóminum clamávi, * et exaudívit me de monte sancto suo. De ma voix j'ai crié vers le Seigneur, et Il m'a exaucé du haut de Sa montagne sainte.
Ego obdormívi et soporátus sum, * exsurréxi, quia Dóminus suscépit me. Je me suis endormi, et j'ai été assoupi; et je me suis levé, parce que le Seigneur a été mon soutien.
Non timébo mília pópuli circumdántis me. * Exsúrge, Dómine, salvum me fac, Deus meus; Je ne craindrai point les milliers d'hommes du peuple qui m'environnent. Lève-Toi, Seigneur; sauve-moi, mon Dieu.
quóniam tu percussísti in maxíllam omnes adversántes mihi, * dentes peccatórum contrivísti. Car Tu as frappé tous ceux qui s'opposaient à moi sans raison; Tu as brisé les dents des pécheurs.
Dómini est salus, * et super pópulum tuum benedíctio tua. Le salut vient du Seigneur; et c'est Toi qui bénis Ton peuple.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Hymnus Hymne
Primo diérum ómnium,
quo mundus exstat cónditus
vel quo resúrgens cónditor
nos, morte victa, líberat,

Pulsis procul torpóribus,
surgámus omnes ócius,
et nocte quærámus pium,
sicut Prophétam nóvimus,

Nostras preces ut áudiat
suámque dextram pórrigat,
et hic piátos sórdibus
reddat polórum sédibus,

Ut, quique sacratíssimo
huius diéi témpore
horis quiétis psállimus,
donis beátis múneret.

Deo Patri sit glória
eiúsque soli Fílio
cum Spíritu Paráclito,
in sempitérna sæcula. Amen.
En ce premier de tous les jours,
où paraît le monde créé
le créateur ressuscité,
vainqueur de la mort nous libère.

Rejetons au loin le sommeil,
et tous, levons-nous au pIus vite,
comme le prophète David
dans la nuit, cherchons le Seigneur.

Qu'Il écoute notre prière
qu'Il étende sur nous sa main,
qu'Il lave ici-bas nos souillures
et nous rende aux séjours des cieux.

En ce temps sacré du dimanche
à nous qui chantons des psaumes
pendant les heures du repos
qu'Il donne la béatitude.

A Dieu le Père soit la gloire,
et gloire à Son unique Fils,
avec l'Esprit consolateur,
à travers l'infini des siècles !
IN I NOCTURNO AU Ier NOCTURNE
Ant. 1 Dómine, * in virtúte tua lætábitur rex.Ant. 1 Seigneur, le roi se réjouit de Ta force.
Psalmus 20 (21) Psaume 20 (21)
Gratiarum actio pro regis victoria Action de grâce pour la victoire du Roi
Accepit vitam, ut resurgeret, et longitudinem dierum in sæculum sæculi (S. Irenæus). Il a reçu la vie, le Ressuscité, pour la suite des jours, au long des siècles. (S. Irénée).
Dómine in virtúte tua lætábitur rex, * et super salutáre tuum exsultábit veheménter. Seigneur, le roi se réjouit de Ta force; comme Ton secours le remplit d'allégresse !
Desidérium cordis eius tribuísti ei * et voluntátem labiórum eius non denegásti. Tu lui as donné ce que son coeur désirait, Tu n'as pas refusé ce que demandaient ses lèvres.
Quóniam prævenísti eum in benedictiónibus dulcédinis; * posuísti in cápite eius corónam de auro puríssimo. Car Tu l'as prévenu de bénédictions exquises, Tu as mis sur sa tête une couronne d'or pur.
Vitam pétiit a te, et tribuísti ei, * longitúdinem diérum in sæculum et in sæculum sæculi. II te demandait la vie, Tu la lui as donnée, de longs jours à jamais et à perpétuité.
Magna est glória eius in salutári tuo, * magnificéntiam et decórem impónes super eum; Sa gloire est grande, grâce à Ton secours; Tu mets sur lui splendeur et magnificence.
quóniam pones eum benedictiónem in sæculum sæculi, * lætificábis eum in gáudio ante vultum tuum. Tu le rends à jamais un objet de bénédictions; Tu le combles de joie devant ta face.
Quóniam rex sperat in Dómino * et in misericórdia Altíssimi non commovébitur. Car le roi se confie dans le Seigneur, et par la bonté du Très-Haut il ne chancelle point.
[Invéniet manus tua omnes inimícos tuos, * déxtera tua invéniet, qui te odérunt. [Ta main, ô roi, atteindra tous tes ennemis, ta droite atteindra ceux qui te haïssent.
Pones eos ut clíbanum ignis in témpore vultus tui: † Dóminus in ira sua deglútiet eos, * et devorábit eos ignis. Tu les rendras comme une fournaise ardente, au jour où tu montreras ta face ; le Seigneur les anéantira dans Sa colère, et le feu les dévorera.
Fructum eórum de terra perdes * et semen eórum de fíliis hóminum. Tu feras disparaitre de la terre leur postérité, et leur race d'entre les enfants des hommes.
Quóniam intendérunt in te mala, * cogitavérunt consília: nihil potuérunt. Ils ont préparé pour toi la ruine, ils ont conçu des desseins pervers, mais ils seront impuissants.
Quóniam pones eos dorsum, * arcus tuos tendes in vultum eórum.] Car tu leur feras tourner le dos ; de tes traits tu les viseras au front.]
Exaltáre, Dómine, in virtúte tua; * cantábimus et psallémus virtútes tuas. Lève-toi, Seigneur, dans Ta force ! Nous voulons chanter et célébrer Ta puissance.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 21 Psaume 21
Afflictio iusti et exauditio Détresse du juste, qui est exaucé.
Clamavit Iesus voce magna « Eli, Eli, lama sabachtani » (Mt 27,46) Jésus cria d'une vois forte : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-Tu abandonné ?"
Deus, Deus meus, quare me dereliquísti? * Longe a salúte mea verba rúgitus mei. O Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-Tu abandonné? * Je gémis, et le salut reste loin de moi !
Deus meus, clamo per diem, et non exáudis, * et nocte, et non est réquies mihi. Mon Dieu, je crie pendant le jour, et Tu ne m'exauces pas; * et pendant la nuit, pas de repos pour moi.
Tu autem sanctus es, * qui hábitas in láudibus Israel. Mais Toi, Tu habites dans le sanctuaire; * Toi qui es la louange d'Israël.
In te speravérunt patres nostri, * speravérunt, et liberásti eos; Nos pères ont espéré en Toi; * ils ont espéré, et Tu les as délivrés.
ad te clamavérunt et salvi facti sunt, * in te speravérunt et non sunt confúsi. Ils ont crié vers Toi, et ils ont été sauvés; * ils ont espéré en Toi, et ils n'ont point été confondus.
Ego autem sum vermis et non homo, * oppróbrium hóminum et abiéctio plebis. Mais moi, je suis un ver, et non un homme; * l'opprobre des hommes, et le rebut du peuple.
Omnes vidéntes me derisérunt me; * torquéntes lábia movérunt caput: Tous ceux qui m'ont vu se sont moqués de moi; * de leurs lèvres ils ont proféré l'outrage, et ils ont branlé la tête.
“Sperávit in Dómino: erípiat eum, * salvum fáciat eum, quóniam vult eum.” Il a espéré au Seigneur, qu'Il le délivre; * qu'Il le sauve, puisqu'Il l'aime.
Quóniam tu es qui extraxísti me de ventre, * spes mea ad úbera matris meae. Oui, c'est Toi qui m'as tiré du ventre de ma mère; * Tu es mon espérance depuis le temps où je suçais ses mamelles.
In te proiéctus sum ex útero, * de ventre matris meae Deus meus es tu. Au sortir de son sein, j'ai été jeté sur Tes genoux; * depuis que j'ai quitté ses entrailles, c'est Toi qui es mon Dieu.
Ne longe fias a me, quóniam tribulátio próxima est, * quóniam non est qui adiúvet. Ne Te retire pas de moi, car la tentation est proche, * et il n'y a personne qui me secoure.
Circumdedérunt me vítuli multi, * tauri Basan obsedérunt me. Des jeunes taureaux nombreux m'ont environné; * des taureaux gras m'ont assiégé.
Aperuérunt super me os suum * sicut leo rápiens et rúgiens. Ils ont ouvert leur bouche sur moi, * comme un lion ravisseur et rugissant.
Sicut aqua effúsus sum, * et dissolúta sunt ómnia ossa mea. Je me suis répandu comme l'eau, * et tous mes os se sont disloqués.
Factum est cor meum tamquam cera * liquéscens in médio ventris mei. Mon cœur est devenu comme de la cire fondue * au milieu de mes entrailles.
Áruit tamquam testa palátum meum, et lingua mea adhǽsit fáucibus meis, * et in púlverem mortis deduxísti me. Ma force s'est desséchée comme un tesson, et ma langue s'est attachée à mon palais; * et Tu m'as conduit à la poussière du tombeau.
Quóniam circumdedérunt me canes multi, * concílium malignántium obsédit me. Car des chiens nombreux m'ont environné; * une bande de scélérats m'a assiégé.
Fodérunt manus meas et pedes meos, * et dinumerávi ómnia ossa mea. Ils ont percé mes mains et mes pieds,* ils ont compté tous mes os.
Ipsi vero consideravérunt et inspexérunt me; divisérunt sibi vestiménta mea * et super vestem meam misérunt sortem. Ils m'ont considéré et contemplé.* Ils se sont partagé mes vêtements, et ils ont jeté le sort sur ma tunique.
Tu autem, Dómine, ne elongáveris; * fortitúdo mea, ad adiuvándum me festína. Mais Toi, Seigneur, n'éloigne pas de moi Ton secours; * prends soin de ma défense.
Érue a frámea ánimam meam * et de manu canis únicam meam. Délivre, ô Dieu, mon âme du glaive, * et ma vie du pouvoir du chien.
Salva me ex ore leónis * et a córnibus unicórnium humilitátem meam. Sauve-moi de la gueule du lion, * et sauve ma faiblesse des cornes des buffles.
Narrábo nomen tuum frátribus meis, * in médio ecclésiae laudábo te. J'annoncerai Ton Nom à mes frères; * je Te louerai au milieu de l'assemblée.
Qui timétis Dóminum, laudáte eum; * univérsum semen Iácob, glorificáte eum. Toi qui crains le Seigneur, loue-Le; * toute la race de Jacob, glorifie-Le.
Métuat eum omne semen Israel, * quóniam non sprevit neque despéxit afflictiónem páuperis Que toute la race d'Israël Le craigne, * parce qu'Il n'a pas méprisé ni dédaigné la supplication du pauvre,
nec avértit fáciem suam ab eo * et, cum clamáret ad eum, exaudívit. et qu'Il n'a point détourné de moi Son visage; * mais qu'Il m'a exaucé lorsque je criais vers Lui.
Apud te laus mea in ecclésia magna; * vota mea reddam in conspéctu timéntium eum. Je T'adresserai ma louange dans une grande assemblée; * j'acquitterai mes vœux en présence de ceux qui Le craignent.
Edent páuperes et saturabúntur; et laudábunt Dóminum, qui requírunt eum: * “Vívant corda eórum in sǽculum sǽculi!” Les pauvres mangeront et seront rassasiés, et ceux qui cherchent le Seigneur Le loueront; * leurs cœurs vivront dans les siècles des siècles.
Reminiscéntur et converténtur ad Dóminum univérsi fines terrae, * et adorábunt in conspéctu eíus univérsae famíliae géntium. Toutes les extrémités de la terre se souviendront du Seigneur et se convertiront à Lui;* et toutes les familles des nations L'adoreront en Sa présence;
Quóniam Dómini est regnum, * et ipse dominábitur géntium. car le règne appartient au Seigneur, * et Il dominera sur les nations.
Ipsum solum adorábunt omnes, qui dórmiunt in terra; * in conspéctu eíus prócident omnes, qui descéndunt in púlverem. Tous les riches de la terre ont mangé et adoré; * tous ceux qui descendent dans la terre se prosterneront devant Lui.
Ánima autem mea illi vivet, * et semen meum sérviet ipsi. Et mon âme vivra pour Lui, * et ma race Le servira.
Narrábitur de Dómino generatióni ventúrae; et annuntiábunt iustítiam eíus pópulo, * qui nascétur: “Haec fecit Dóminus!” La postérité qui doit venir sera annoncée au Seigneur, * et les cieux annonceront Sa justice au peuple qui doit naître, et que le Seigneur a fait.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Dómine, * in virtúte tua lætábitur rex.Ant. Seigneur, le roi se réjouit de Ta force.
Ant. 2 Dóminus regit me * et nihil mihi déerit.Ant. 2 Le Seigneur me dirige ; je ne manquerai de rien.
Psalmus 22 (23) Psaume 22 (23)
Pastor bonus Le bon pasteur
Agnus pascet illos et deducet eos ad vitae fontes aquarum (Ap 7, 17). L'Agneau sera leur Pasteur pour les conduire vers les eaux de la source de vie. Ap 7, 17
Dóminus pascit me, et nihil mihi déerit: * in páscuis viréntibus me collocávit, Le Seigneur est mon pasteur; je ne manquerai de rien : Il me fait reposer dans de verts pâturages,
super aquas quiétis edúxit me, * ánimam meam refécit. Il me mène prés des eaux rafraîchissantes, Il restaure mon âme.
Dedúxit me super sémitas iustítiæ * propter nomen suum. Il me conduit dans les droits sentiers, à cause de Son nom.
Nam et si ambulávero in valle umbræ mortis, non timébo mala, * quóniam tu mecum es. Même quand je marche dans une vallée d'ombre mortelle, je ne crains aucun mal, car Tu es avec moi.
Virga tua et báculus tuus, * ipsa me consoláta sunt. Ta houlette et Ton bâton m'ont consolé.
Parásti in conspéctu meo mensam * advérsus eos, qui tríbulant me; Tu dresses devant moi une table en face de mes ennemis qui me persécutent ;
impinguásti in óleo caput meum, * et calix meus redúndat. Tu répands l'huile sur ma tête; ma coupe est débordante.
Etenim benígnitas et misericórdia subsequéntur me * ómnibus diébus vitæ meæ, Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront, tous les jours de ma vie,
et inhabitábo in domo Dómini * in longitúdinem diérum. et j'habiterai dans la maison du Seigneur, pour de longs jours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 23 (24) Psaume 23 (24)
Domini in templum adventus Avènement de Dieu dans le Temple
Christo apertæ sunt portæ cæli propter carnalem eius assumptionem (S. Irenæus). Les portes du ciel se sont ouvertes au Christ parce qu'Il a pris la nature humaine. (S. Irénée)
Dómini est terra et plenitúdo eius,* orbis terrárum et qui hábitant in eo. Au Seigneur est la terre et tout ce qu'elle renferme, le monde et tous ceux qui l'habitent.
Quia ipse super mária fundávit eum* et super flúmina firmávit eum. Car c'est Lui qui l'a fondé sur les mers, et qui l'a établi sur les fleuves.
Quis ascéndet in montem Dómini,* aut quis stabit in loco sancto eius? Qui montera sur la montagne du Seigneur, ou qui se tiendra dans son lieu saint?
Innocens mánibus et mundo corde, † qui non levávit ad vana ánimam suam,* nec iurávit in dolum. Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur, qui n'a pas livré son âme à la vanité, ni fait à son prochain un serment trompeur.
Hic accípiet benedictiónem a Dómino* et iustificatiónem a Deo salutári suo. Celui-là recevra la bénédiction du Seigneur, et la miséricorde de Dieu, son Sauveur.
Hæc est generátio quæréntium eum,* quæréntium fáciem Dei Iacob. Telle est la race de ceux qui le cherchent, de ceux qui cherchent la face du Dieu de Jacob.
Attóllite, portæ, cápita vestra, † et elevámini, portæ æternáles,* et introíbit rex glóriæ. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera.
Quis est iste rex glóriæ?* Dóminus fortis et potens, Dóminus potens in proelio. Qui est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur fort et puissant, le Seigneur puissant dans les combats.
Attóllite, portæ, cápita vestra, et elevámini, portæ æternáles,* et introíbit rex glóriæ. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera.
Quis est iste rex glóriæ?* Dóminus virtútum ipse est rex glóriæ. Quel est ce roi de gloire ? Le Seigneur des armées est Lui-même ce roi de gloire.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Dóminus regit me * et nihil mihi déerit.Ant. Le Seigneur me dirige ; je ne manquerai de rien.
Ant. 3 Oculi mei * semper ad Dóminum.Ant. 3 Mes yeux sont toujours dirigés vers le Seigneur.
Psalmus 24 (25) Psaume 24 (25)
Imploratio veniæ et salutis Imploration pour la venue et le salut
Spes non confundit (Rom 5, 5). L'espérance ne confond pas (Rom 5, 5).
Ad te, Dómine, levávi ánimam meam, * Deus meus, in te confído: non erubéscam. Vers Toi, le Seigneur, j'élève mon âme, mon Dieu. En Toi je me confie : que je n'aie pas de confusion !
Neque exsúltent super me inimíci mei, * étenim univérsi, qui sústinent te, non confundéntur. Que mes ennemis ne se réjouissent pas à mon sujet ! Non, aucun de ceux qui espèrent en Toi ne sera confondu ;
Confundántur infidéliter agéntes * propter vanitátem. ceux là seront confondus qui sont infidèles sans cause.
Vias tuas, Dómine, demónstra mihi * et sémitas tuas édoce me. Seigneur, fais-moi connaître Tes voies, enseigne-moi Tes sentiers.
Dírige me in veritáte tua et doce me, quia tu es Deus salútis meæ, * et te sustínui tota die. Conduis-moi dans Ta vérité, et instruis-moi, car Tu es le Dieu de mon salut; tout le jour en Toi j'espère.
Reminíscere miseratiónum tuárum, Dómine, * et misericordiárum tuárum, quóniam a sæculo sunt. Souviens-Toi de Ta miséricorde, le Seigneur, et de Ta bonté car elles sont éternelles.
Peccáta iuventútis meæ et delícta mea ne memíneris; secúndum misericórdiam tuam meménto mei tu, * propter bonitátem tuam, Dómine. Ne te souviens pas des péchés de ma jeunesse ni de mes transgressions; souviens-Toi de moi selon Ta miséricorde, à cause de Ta bonté, ô Seigneur,
Dulcis et rectus Dóminus, * propter hoc peccatóres viam docébit; le Seigneur est bon et droit; c'est pourquoi il indique aux pécheurs la voie.
díriget mansuétos in iudício, * docébit mites vias suas. Il fait marcher les humbles dans la justice, il enseigne aux humbles Sa voie.
Univérsæ viæ Dómini misericórdia et véritas * custodiéntibus testaméntum eius et testimónia eius. Tous les sentiers du Seigneur sont miséricorde et fidélité, pour ceux qui gardent Son alliance et ses commandements.
Propter nomen tuum, Dómine, propitiáberis peccáto meo: * multum est enim. A cause de Ton nom, le Seigneur, Tu pardonneras mon iniquité, car elle est grande.
Quis est homo, qui timet Dóminum? * Docébit eum viam, quam éligat. Quel est l'homme qui craint le Seigneur? Le Seigneur lui montre la voie qu'il doit choisir.
Anima eius in bonis demorábitur, * et semen eius hereditábit terram. Son âme repose dans le bonheur, et sa postérité possédera le pays.
Familiáriter aget Dóminus cum timéntibus eum, * ut testaméntum suum maniféstet illis. La familiarité du Seigneur est pour ceux qui Le craignent; ll leur fait connaître les bénédictions de Son alliance.
Oculi mei semper ad Dóminum, * quóniam ipse evéllet de láqueo pedes meos. J'ai les yeux constamment tournés vers le Seigneur, car c'est Lui qui tirera mes pieds du lacet.
Réspice in me et miserére mei, * quia únicus et pauper sum ego. Regarde-moi et aie pitié de moi, car je suis délaissé et malheureux.
Diláta angústias cordis mei * et de necessitátibus meis érue me. Les angoisses de mon coeur se sont accrues : tire-moi de ma détresse !
Vide humilitátem meam et labórem meum * et dimítte univérsa delícta mea. Vois ma misère et ma peine, et pardonne tous mes péchés.
Réspice inimícos meos, quóniam multiplicáti sunt, * et ódio crudéli odérunt me. Vois combien sont nombreux mes ennemis, et quelle haine violente ils ont contre moi.
Custódi ánimam meam et érue me; * non erubéscam, quóniam sperávi in te. Garde mon âme et sauve-moi ! Que je ne sois pas confus, car j'ai mis en Toi ma confiance !
Innocéntia et æquitas custódiant me, * quia sustínui te. Que l'innocence et la droiture me protègent, car j'espère en Toi.
Líbera, Deus, Israel * ex ómnibus tribulatiónibus suis. O Dieu, délivre Israël de toutes ses angoisses !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 25 (26) Psaume 25 (26)
Innocentis fiducia et oratio Confiance de l'innocent et prière
Elegit nos Deus in Christo, ut essemus sancti et immaculati (Eph 1, 4). Dieu nous a choisis dans le Christ pour que nous soyons saints et immaculés (Eph 1, 4).
Iúdica me, Dómine, † quóniam ego in innocéntia mea ingréssus sum * et in Dómino sperans non infirmábor. Rends-moi justice, Seigneur, car j'ai marché dans mon innocence, je me confie dans le Seigneur, je ne chancellerai pas.
Proba me, Dómine, et tenta me; * ure renes meos et cor meum. Eprouve-moi, Seigneur, sonde-moi, fais passer au creuset mes reins et mon coeur.
Quóniam misericórdia tua ante óculos meos est, * et ambulávi in veritáte tua. Car Ta miséricorde est devant mes yeux, et je marche dans Ta vérité.
Non sedi cum viris vanitátis * et cum occúlte agéntibus non introíbo. Je ne me suis pas assis avec les hommes de mensonge, je ne vais pas avec les hommes dissimulés.
Odívi ecclésiam malignántium * et cum ímpiis non sedébo. Je hais l'assemblée de ceux qui font le mal, je ne siège pas avec les méchants.
Lavábo in innocéntia manus meas * et circúmdabo altáre tuum, Dómine, Je lave mes mains dans l'innocence et j'entoure Ton autel, Seigneur,
ut audítas fáciam voces laudis * et enárrem univérsa mirabília tua. pour faire entendre une voix de louange et raconter toutes Tes merveilles.
Dómine, diléxi habitáculum domus tuæ * et locum habitatiónis glóriæ tuæ. Seigneur, j'aime le séjour de Ta maison, le lieu où ta gloire réside.
Ne cólligas cum ímpiis ánimam meam * et cum viris sánguinum vitam meam, N'enlève pas mon âme avec celle des pécheurs et ma vie avec celle des hommes de sang,
in quorum mánibus iniquitátes sunt, * déxtera eórum repléta est munéribus. qui ont le crime dans les mains, et dont la droite est pleine de présents.
Ego autem in innocéntia mea ingréssus sum, * rédime me et miserére mei. Pour moi, je marche en mon innocence, délivre-moi et aie pitié de moi.
Pes meus stetit in dirécto, * in ecclésiis benedícam Dómino. Mon pied se tient sur un sol uni, je bénirai le Seigneur dans les assemblées.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Oculi mei * semper ad Dóminum.Ant. Mes yeux sont toujours dirigés vers le Seigneur.
℣. Verbum Christi hábitet in vobis abundánter.
℟. Quóniam appropínquat redémptio vestra.
℣. Que la parole du Christ habite abondamment en vous.
℟. Parce que votre rédemption approche.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
Deus Pater omnípotens sit nobis propítius et clemens. ℟. Amen. Que Dieu le Père tout-puissant soit pour nous propice et clément. ℟. Amen.
Lectio biblica cum ℟.
In primo nocturno, anno I Premier nocturne, année I
De libro primo Regum Du premier livre des Rois
Lectio I Lecture I
Stetit Sálomon ante altáre Dómini in conspéctu omnis ecclésiæ Israel et expándit manus suas in cælum et ait: "Dómine, Deus Israel, non est símilis tui Deus in cælo désuper et super terra deórsum, qui custódis pactum et misericórdiam servis tuis qui ámbulant coram te in toto corde suo; qui custodísti servo tuo David patri meo, quæ locútus es ei: ore locútus es et mánibus perfecísti, ut et hæc dies probat. Nunc ígitur, Dómine, Deus Israel, consérva fámulo tuo David patri meo, quæ locútus es ei dicens: "Non auferétur de te vir coram me, qui sédeat super thronum Israel, ita tamen, si custodíerint fílii tui viam suam, ut ámbulent coram me, sicut tu ambulásti in conspéctu meo"." Salomon se tint devant l'autel du Seigneur, en présence de toute l'assemblée d'Israël; il étendit les mains vers le ciel et dit: " Seigneur, Dieu d'Israël! il n'y a aucun Dieu pareil à toi là-haut dans les cieux ni ici-bas sur la terre, toi qui es fidèle à l'alliance et gardes la bienveillance à l'égard de tes serviteurs, quand ils marchent de tout leur cœur devant toi. Tu as tenu à ton serviteur David, mon père, la promesse que tu lui avais faite, et ce que tu avais dit de ta bouche, tu l'as accompli aujourd'hui de ta main. Et maintenant, Seigneur, Dieu d'Israël, tiens à ton serviteur David, mon père, la promesse que tu lui as faite, quand tu as dit: "Tu ne seras jamais dépourvu d'un descendant qui soit devant moi, assis sur le trône d'Israël, à condition que tes fils veillent à leur conduite et marchent devant moi comme tu as marché toi-même devant moi." "
℟. Dómine, si convérsus fúerit pópulus tuus, oravérit ad sanctuárium tuum, tu exáudies in cælo, Dómine, * Et líbera eos de mánibus inimicórum eorum. ℣. Qui regis Israel, inténde, qui dedúcis velut ovem Ioseph. * Et líbera. ℟. Seigneur, si ton peuple se tourne vers toi et vient prier dans ton sanctuaire, exauce-le du haut du ciel, Seigneur, * Et délivre-le des mains de ses adversaires! ℣. Berger d'Israël, écoute, toi qui conduis Joseph, ton troupeau. * Et délivre-le.
Lectio II Lecture II
"Et nunc, Dómine, Deus Israel, firméntur verba tua quæ locútus es servo tuo David patri meo. Ergóne putándum est quod vere Deus hábitet super terram? Si enim cælum et cæli cælórum te cápere non possunt, quanto magis domus hæc, quam ædificávi! Sed réspice ad oratiónem servi tui et ad preces eius, Dómine Deus meus; audi clamórem et oratiónem quam servus tuus orat coram te hódie, ut sint óculi tui apérti super domum hanc nocte ac die, super locum de quo dixísti: "Erit nomen meum ibi", ut exáudias oratiónem qua orat servus tuus in loco isto, ut exáudias deprecatiónem servi tui et pópuli tui Israel, quodcúmque oráverint in loco isto, et exáudies in loco habitáculi tui in cælo et, cum exaudíeris, propítius eris." "Maintenant donc, Dieu d'Israël, que se vérifie la parole que tu as dite à ton serviteur David, mon père! Mais Dieu habiterait-il vraiment avec les hommes sur la terre? Voici que les cieux et les cieux des cieux ne le peuvent contenir, moins encore cette maison que j'ai construite! Sois attentif à la prière et à la supplication de ton serviteur, Seigneur, mon Dieu, écoute l'appel et la prière que ton serviteur fait aujourd'hui devant toi! Que tes yeux soient ouverts jour et nuit sur cette maison, sur ce lieu dont tu as dit: "Mon Nom sera là", écoute la prière que ton serviteur fera en ce lieu. Écoute la supplication de ton serviteur et de ton peuple Israël lorsqu'ils prieront en ce lieu. Toi, écoute du lieu où tu résides, au ciel, écoute et pardonne. "
℟. Audi, Dómine, hymnum et oratiónem quam servus tuus orat coram te hódie, ut sint óculi tui apérti et aures tuæ inténtæ * Super domum istam die ac nocte. ℣. Réspice, Dómine, de sanctuário tuo, et de excélso cælórum habitáculo, * Super. ℟. Écoute, Seigneur, l'hymne et la prière que ton serviteur fait monter devant toi aujourd'hui! Que tes oreilles soient attentives, que tes yeux soient ouverts * Sur cette Maison, jour et nuit. ℣. Du haut de ton sanctuaire, Seigneur, du lieu où tu habites, au ciel, pose ton regard * Sur cette Maison.
Lectio III Lecture III
Factum est autem cum complésset Sálomon orans Dóminum omnem oratiónem et deprecatiónem hanc, surréxit de conspéctu altáris Dómini; utrúmque enim genu in terram fíxerat et manus expánderat in cælum. Stetit ergo et benedíxit omni ecclésiæ Israel voce magna dicens: "Benedíctus Dóminus, qui dedit réquiem pópulo suo Israel iuxta ómnia quæ locútus est; non cécidit ne unus quidem sermo ex ómnibus bonis quæ locútus est per Móysen servum suum." Quand Salomon eut achevé d'adresser au Seigneur toute cette prière et cette supplication, il se releva de l'endroit où il était agenouillé, les mains étendues vers le ciel, devant l'autel du Seigneur, et se tint debout. Il bénit à haute voix toute l'assemblée d'Israël: " Béni soit le Seigneur, dit-il, qui a accordé le repos à son peuple Israël, selon toutes ses promesses; de toutes les bonnes paroles qu'il a dites par le ministère de son serviteur Moïse, aucune n'a failli. "
℟. Exaudísti, Dómine, oratiónem servi tui, ut ædificárem templum nómini tuo. * Bénedic et sanctífica domum istam in sempitérnum, Deus Israel. ℣. Dómine, qui custódis pactum et misericórdiam servis tuis qui ámbulant coram te in toto corde suo, * Bénedic. ℟. Tu as écouté, Seigneur, la prière de ton serviteur, et j'ai construit un temple à ton Nom. * Bénis et sanctifie cette Maison pour toujours, Dieu D'Israël! ℣. Seigneur, toi qui maintiens ton alliance et ta miséricorde envers tes serviteurs qui marchent sous ton regard de tout leur cœur, * Bénis.
Lectio IV Lecture IV
"Sit Dóminus Deus noster nobíscum, sicut fuit cum pátribus nostris, non derelínquens nos neque proíciens, sed inclínet corda nostra ad se, ut ambulémus in univérsis viis eius et custodiámus mandáta eius et decréta et iudícia, quæcúmque mandávit pátribus nostris. Et sint sermónes mei isti, quibus deprecátus sum coram Dómino, appropinquántes Dómino Deo nostro die ac nocte, ut fáciat iudícium servo suo et pópulo suo Israel per síngulos dies, ut sciant omnes pópuli terræ quia Dóminus ipse est Deus et non est ultra absque eo. Sit quoque cor vestrum perféctum cum Dómino Deo nostro, ut ambulétis in decrétis eius et custodiátis mandáta eius sicut et hódie." "Que le Seigneur notre Dieu soit avec nous, comme il fut avec nos pères, qu'il ne nous abandonne pas et ne nous rejette pas! Qu'il incline nos cœurs vers lui, pour que nous suivions toutes ses voies et gardions les commandements, les lois et les ordonnances qu'il a donnés à nos pères. Puissent ces paroles que j'ai dites en suppliant devant le Seigneur rester présentes jour et nuit au Seigneur notre Dieu, pour qu'il rende justice à son serviteur et justice à son peuple Israël, selon les besoins de chaque jour; tous les peuples de la terre sauront alors que le Seigneur seul est Dieu, qu'il n'y en a point d'autre, et votre cœur sera tout entier au Seigneur, notre Dieu, observant ses lois et gardant ses commandements comme maintenant. "
℟. Doctrínam sapiéntiæ dedi in corde tuo, dicit Dóminus, * Et exaudívi te ut prótegam civitátem istam et sit pax in diébus tuis. ℣. Elegísti, Dómine, príncipem et iúdicem pópulo tuo in civitáte tua. * Et exaudívi. ℣. Glória Patri. * Et exaudívi. ℟. J'ai mis dans ton cœur la connaissance de la sagesse, dit le Seigneur, * Je t'ai exaucé en protégeant cette ville, en maintenant la paix durant ta vie. ℣. Tu as choisi, Seigneur, un prince et un juge pour ton peuple, dans la ville qui t'appartient. * Je t'ai exaucé. ℣. Gloire au Père. * Je t'ai exaucé.
IN II NOCTURNO AU IIe NOCTURNE
Ant. 1 Dóminus * defénsor vitæ meæ.Ant. 1 Le Seigner est le défenseur de ma vie.
Psalmus 26 (27) Psaume 26 (27)
In periculis fiducia Confiance dans le danger
Ecce tabernaculum Dei cum hominibus (Ap 21, 3). Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes (Ap 21, 3).
Dóminus illuminátio mea et salus mea, * quem timébo? Le Seigneur est ma lumière et mon salut : qui craindrais-je?
Dóminus protéctor vitæ meæ, * a quo trepidábo? Le Seigneur est le rempart de ma vie : de qui aurais-je peur?
Dum apprópiant super me nocéntes, * ut edant carnes meas; Quand des méchants se sont avancés contre moi, pour dévorer ma chair;
qui tríbulant me et inimíci mei, * ipsi infirmáti sunt et cecidérunt. quand mes adversaires et mes ennemis se sont avancés, ce sont eux qui ont chancelé et qui sont tombés.
Si consístant advérsum me castra, * non timébit cor meum; Qu'une armée vienne camper contre moi, mon coeur ne craindra point;
si exsúrgat advérsum me proelium, * in hoc ego sperábo. que contre moi s'engage le combat, alors même j'aurai confiance.
Unum pétii a Dómino, hoc requíram: * ut inhábitem in domo Dómini ómnibus diébus vitæ meæ, Je demande au Seigneur une chose, je la désire ardemment : je voudrais habiter dans la maison du Seigneur, tous les jours de ma vie,
ut vídeam voluptátem Dómini * et vísitem templum eius. pour jouir des amabilités du Seigneur, pour contempler son sanctuaire.
Quóniam occultábit me in tentório suo, * in die malórum. Car il m'abritera dans sa demeure au jour de l'adversité,
Abscóndet me in abscóndito tabernáculi sui, * in petra exaltábit me. il me cachera dans le secret de sa tente, il m'établira sur un rocher.
Et nunc exaltátur caput meum * super inimícos meos in circúitu meo. ma tête s'élèvera au-dessus des ennemis qui sont autour de moi.
Immolábo in tabernáculo eius hóstias vociferatiónis, * cantábo et psalmum dicam Dómino. J'offrirai dans son tabernacle des sacrifices d'actions de grâces, je chanterai et je dirai des hymnes au Seigneur.
Exáudi, Dómine, vocem meam, qua clamávi, * miserére mei et exáudi me. Seigneur, écoute ma voix, je t'invoque; aie pitié de moi et exauce-moi !
De te dixit cor meum: «Exquírite fáciem meam!». * Fáciem tuam, Dómine, exquíram. Mon coeur dit de ta part : Cherchez ma face ! "
Ne avértas fáciem tuam a me, * ne declínes in ira a servo tuo. Ne me cache pas ta face, ne repousse pas avec colère ton serviteur;
Adiútor meus es tu, ne me reícias * neque derelínquas me, Deus salútis meæ. Tu es mon secours, ne me délaisse pas, et ne m'abandonne pas, Dieu de mon salut !
Quóniam pater meus et mater mea dereliquérunt me, * Dóminus autem assúmpsit me. Car mon père et ma mère m'ont abandonné, mais le Seigneur me recueillera.
Osténde mihi, Dómine, viam tuam * et dírige me in sémitam rectam propter inimícos meos. Seigneur, enseigne-moi ta voie ; dirige-moi dans un sentier uni, à cause de ceux qui m'épient.
Ne tradíderis me in ánimam tribulántium me; quóniam insurrexérunt in me testes iníqui * et qui violéntiam spirant. Ne me livre pas à la fureur de mes adversaires, car contre moi s'élèvent des témoins de mensonge, et des gens qui ne respirent que violence.
Credo vidére bona Dómini * in terra vivéntium. Ah ! si je ne croyais pas voir la bonté du Seigneur, dans la terre des vivants.
Exspécta Dóminum, viríliter age, * et confortétur cor tuum, et sústine Dóminum. Espère dans le Seigneur, aie courage et que ton coeur soit ferme, espère dans le Seigneur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 27 (28) Psaume 27 (28)
Supplicatio et gratiarum actio Supplication et action de grâce
Pater, gratias ago tibi quoniam audisti me (Io 11, 41). Père, je Te rends grâce car Tu m'as écouté (Io 11, 41).
Ad te, Dómine, clamábo; * Deus meus, ne síleas a me. C'est vers Toi, Seigneur, que je crie; mon rocher, ne reste pas sourd à ma voix.
Nequándo táceas a me, * et assimilábor descendéntibus in lacum. De peur que si Tu gardes le silence je ne ressemble à ceux qui descendent dans la fosse.
Exáudi vocem deprecatiónis meæ, dum clamo ad te, * dum extóllo manus meas ad templum sanctum tuum. Ecoute la voix de mes supplications, quand je crie vers Toi, quand j'élève mes mains vers Ton saint sanctuaire.
Ne simul trahas me cum peccatóribus * et cum operántibus iniquitátem. Ne m'emporte pas avec les méchants et les artisans d'iniquité.
Qui loquúntur pacem cum próximo suo, * mala autem in córdibus eórum. Qui parlent de paix au prochain, et qui ont la malice dans le coeur.
[Da illis secúndum ópera eórum * et secúndum nequítiam adinventiónum ipsórum. Rends-leur selon leurs oeuvres, et selon la malice de leurs actions;
Secúndum opus mánuum eórum tríbue illis, redde retributiónem eórum ipsis. rends-leur selon l'ouvrage de leurs mains, donne-leur le salaire qu'ils méritent.
Quóniam non intellexérunt ópera Dómini et opus mánuum eíus, * déstruet illos et non aedificábit eos. ] Car ils ne prennent pas garde aux oeuvres du Seigneur, à l'ouvrage de Ses mains : Il les détruira et ne les bâtira pas.
Benedíctus Dóminus, † quóniam exaudívit vocem deprecatiónis meæ; * Dóminus adiútor meus et protéctor meus, Béni soit le Seigneur, car Il a entendu la voix de mes supplications ; le Seigneur est ma force et mon bouclier,
in ipso sperávit cor meum, et adiútus sum, † et exsultávit cor meum, * et in cántico meo confitébor ei. en Lui s'est confié mon coeur et j'ai été secouru ; aussi mon coeur est dans l'allégresse, et je Le louerai par mes cantiques.
Dóminus fortitúdo plebi suæ * et refúgium salvatiónum christi sui est. Le Seigneur est la force de Son peuple, Il est une forteresse de salut pour Son messie.
Salvum fac pópulum tuum et bénedic hereditáti tuæ * et pasce eos et extólle illos usque in ætérnum. Sauve Ton peuple et bénis Ton héritage, sois leur pasteur et porte-les à jamais.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Dóminus * defénsor vitæ meæ.Ant. Le Seigner est le défenseur de ma vie.
Ant. 2 Adoráte Dóminum * in aula sancta eius.Ant. 2 Adorez le Seigneur dans Son sanctuaire.
Psalmus 28 (29) Psaume 28 (29)
Verbi Domini præconium Supplication de la Parole de Dieu
Ecce vox de cælis dicens: «Hic est Filius meus dilectus» (Mt 3, 17). Voici qu'une voix venue du ciel dit : « Celui-ci est Mon Fils bien aimé » (Mt 3, 17).
Afférte Dómino, fílii Dei, * afférte Dómino glóriam et poténtiam, Apportez au Seigneur, fils de Dieu, donnez au Seigneur gloire et puissance !
afférte Dómino glóriam nóminis eius, * adoráte Dóminum in splendóre sancto. Apportez au Seigneur la gloire de Son nom ! Adorez Le Seigneur dans Sa sainte splendeur.
Vox Dómini super aquas; † Deus maiestátis intónuit, * Dóminus super aquas multas. La voix du Seigneur gronde au-dessus des eaux, le Dieu de la gloire tonne,  le Seigneur est sur les eaux abondantes.
Vox Dómini in virtúte, * vox Dómini in magnificéntia. La voix du Seigneur est puissante,  la voix du Seigneur est majestueuse.
Vox Dómini confringéntis cedros; * et confrínget Dóminus cedros Líbani. La voix du Seigneur brise les cèdres,  le Seigneur brise les cèdres du Liban ;
Et saltáre fáciet, tamquam vítulum, Líbanum, * et Sárion, quemádmodum fílium unicórnium. Il les fait bondir comme un jeune taureau, le Liban et le Sirion comme le petit du buffle.
Vox Dómini intercidéntis flammam ignis, † vox Dómini concutiéntis desértum, * et concútiet Dóminus desértum Cades. La voix du Seigneur fait jaillir des flammes de feu, la voix du Seigneur ébranle le désert, le Seigneur ébranle le désert de Cadès.
Vox Dómini properántis partum cervárum, † et denudábit condénsa; * et in templo eius omnes dicent glóriam. La voix du Seigneur fait enfanter les biches, elle dépouille les forêts de leur feuillage, et dans son temple tout dit : « Gloire ! »
Dóminus super dilúvium hábitat, * et sedébit Dóminus rex in ætérnum. le Seigneur, au déluge, est assis sur Son trône, le Seigneur siège sur Son trône, roi pour l'éternité.
Dóminus virtútem pópulo suo dabit, * Dóminus benedícet pópulo suo in pace. le Seigneur donnera la force à Son peuple ; le Seigneur bénira Son peuple en lui donnant la paix.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 29 (30) Psaume 29 (30)
Gratiarum actio pro liberatione a morte Action de grâce pour la délivrance de la mort.
Christus post resurrectionem gloriosam Patri gratias agit (Cassiodorus). Le Christ, après la résurrection, rendit gloire au Père (Cassiodorus).
Exaltábo te, Dómine, quóniam extraxísti me, * nec delectásti inimícos meos super me. Je T'exalte, Seigneur, car Tu m'as relevé, Tu n'as pas réjoui mes ennemis à mon sujet.
Dómine Deus meus, clamávi ad te, * et sanásti me. Seigneur, mon Dieu, j'ai crié vers Toi et Tu m'as guéri.
Dómine, eduxísti ab inférno ánimam meam, * vivificásti me, ut non descénderem in lacum. Seigneur, Tu as fait remonter mon âme du schéol, Tu m'as rendu la vie, loin de ceux qui descendent dans la fosse.
Psállite Dómino, sancti eius, * et confitémini memóriæ sanctitátis eius, Chantez le Seigneur, vous Ses fidèles, célébrez Son saint souvenir !
quóniam ad moméntum indignátio eius * et per vitam volúntas eius. Car Sa colère dure un instant, mais Sa grâce toute la vie ;
Ad vésperum demorátur fletus, * ad matutínum lætítia. le soir viennent les pleurs, et le matin l'allégresse.
Ego autem dixi in securitáte mea: * «Non movébor in ætérnum». Je disais dans ma sécurité : " Je ne serai jamais ébranlé ! "
Dómine, in voluntáte tua * præstitísti decóri meo virtútem; Seigneur, par Ta grâce Tu avais affermi ma montagne;
avertísti fáciem tuam a me, * et factus sum conturbátus. Tu as caché Ta face, et j'ai été troublé.
Ad te, Dómine, clamábam * et ad Deum meum deprecábar. Seigneur, j'ai crié vers Toi, j'ai imploré le Seigneur
Quæ utílitas in sánguine meo, * dum descéndo in corruptiónem? Que gagnes-Tu à verser mon sang; à me faire descendre dans la fosse ?
Numquid confitébitur tibi pulvis * aut annuntiábit veritátem tuam? La poussière chantera-t-elle Tes louanges, annoncera-t-elle Ta vérité ?
Audívit Dóminus et misértus est mei, * Dóminus factus est adiútor meus. Ecoute, Seigneur, sois-moi propice; Seigneur, viens à mon secours !
Convertísti planctum meum in choros mihi, * conscidísti saccum meum et accinxísti me lætítia, Et Tu as changé mes lamentations en allégresse, Tu as délié mon sac et Tu m'as ceint de joie,
ut cantet tibi glória mea et non táceat. * Dómine Deus meus, in ætérnum confitébor tibi. afin que mon âme Te chante et ne se taise pas. Seigneur, mon Dieu, à jamais je Te louerai.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Adoráte Dóminum * in aula sancta eius.Ant. Adorez le Seigneur dans Son sanctuaire.
Ant. 3 In tua iustítia, * líbera me, Dómine.Ant. 3 Dans Ta justice, libère-moi, Seigneur.
Psalmus 30 Psaume 30
Afflicti supplicatio cum fiducia Supplication confiante de l'affligé.
Pater, in manus tuas commendo spiritum meum (Lc 23,46) Père, entre Tes mains Je remets Mon esprit (Lc 23,46)
In te, Dómine, sperávi, non confúndar in aetérnum; * in iustítia tua líbera me. J'ai espéré en Toi, Seigneur; que je ne sois jamais confondu; dans Ta justice délivre-moi.
Inclína ad me aurem tuam, * accélera, ut éruas me. Incline vers moi Ton oreille; hâte-Toi de me délivrer. Sois-moi un Dieu protecteur et une maison de refuge, * afin que Tu me sauves.
Esto mihi in rupem praesídii et in domum munítam, * ut salvum me fácias. Car Tu es ma force et mon refuge, et à cause de Ton Nom, Tu me conduiras et me nourriras.
Quóniam fortitúdo mea et refúgium meum es tu * et propter nomen tuum dedúces me et pasces me. Tu me tireras de ce piège qu'ils ont caché contre moi, car Tu es mon protecteur.
Edúces me de láqueo, quem abscondérunt mihi, * quóniam tu es fortitúdo mea. Je remets mon âme entre Tes mains; Tu m'as racheté, Seigneur, Dieu de vérité.
In manus tuas comméndo spíritum meum; * redemísti me, Dómine, Deus veritátis. Tu haïs ceux qui s'attachent sans aucun fruit à des choses vaines.
Odísti observántes vanitátes supervácuas, * ego autem in Dómino sperávi. Pour moi, j'ai mis mon espérance dans le Seigneur. Je tressaillirai de joie et d'allégresse dans Ta miséricorde.
Exsultábo et laetábor in misericórdia tua, * quóniam respexísti humilitátem meam; Car Tu as regardé mon état humilié; Tu as sauvé mon âme des angoisses.
agnovísti necessitátes ánimae meae nec conclusísti me in mánibus inimíci; * statuísti in loco spatióso pedes meos. Et Tu ne m'as pas livré aux mains de l'ennemi; Tu as mis mes pieds au large.
Miserére mei, Dómine, quóniam tríbulor; conturbátus est in maeróre óculus meus, * ánima mea et venter meus. Aie pitié de moi, Seigneur, car je suis très affligé; mon oeil, mon âme et mes entrailles sont troublés par la colère.
Quóniam defécit in dolóre vita mea, * et anni mei in gemítibus; Car ma vie se consume dans la douleur, et mes années dans les gémissements.
infirmáta est in paupertáte virtus mea, * et ossa mea contabuérunt. Ma force s'est affaiblie par la pauvreté, et mes os sont ébranlés.
Apud omnes inimícos meos factus sum oppróbrium et vicínis meis valde et timor notis meis: * qui vidébant me foras, fugiébant a me. Plus que tous mes ennemis, je suis devenu un objet d'opprobre, surtout à mes voisins, et l'effroi de ceux qui me connaissent.
Oblivióni a corde datus sum tamquam mórtuus; * factus sum tamquam vas pérditum. Ceux qui me voyaient dehors fuyaient loin de moi. J'ai été oublié des coeurs, comme un mort.
Quóniam audívi vituperatiónem multórum: * horror in circúitu; J'ai été comme un vase brisé; car j'ai entendu les propos injurieux de ceux qui demeurent alentour.
in eo dum convenírent simul advérsum me, * auférre ánimam meam consiliáti sunt. Quand ils se réunissaient ensemble contre moi, ils ont tenu conseil pour m'ôter la vie.
Ego autem in te sperávi, Dómine; dixi: “Deus meus es tu, * in mánibus tuis sortes meae.” Mais j'ai espéré en Toi, Seigneur. J'ai dit: Tu es mon Dieu;
Éripe me de manu inimicórum meórum * et a persequéntibus me; mes destinées sont entre Tes mains. Arrache-moi de la main de mes ennemis et de mes persécuteurs.
illústra fáciem tuam super servum tuum, * salvum me fac in misericórdia tua. Fais luire Ton visage sur Ton serviteur; sauve-moi par Ta miséricorde.
Dómine, non confúndar, quóniam invocávi te; * erubéscant ímpii et obmutéscant in inférno. Seigneur, que je ne sois pas confondu, car je T'ai invoqué. Que les impies rougissent, et qu'ils soient conduits dans l'enfer;
Muta fiant lábia dolósa, quae loquúntur advérsus iústum protérva * in supérbia et in abusióne. que les lèvres trompeuses deviennent muettes, elles qui profèrent l'iniquité contre le juste, * avec orgueil et insolence.
Quam magna multitúdo dulcédinis tuae, Dómine, * quam abscondísti timéntibus te. Qu'elle est grande, Seigneur, l'abondance de Ta douceur, que Tu as mise en réserve pour ceux qui Te craignent!
Perfecísti eis, qui sperant in te, * in conspéctu filiórum hóminum. Tu l'exerces envers ceux qui espèrent en Toi, à la vue des enfants des hommes.
Abscóndes eos in abscóndito faciéi tuae * a conturbatióne hóminum; Tu les cacheras dans le secret de Ta face, à l'abri du tumulte des hommes.
próteges eos in tabernáculo * a contradictióne linguárum. Tu les protégeras dans Ton tabernacle contre les langues qui les attaquent.
Benedíctus Dóminus, * quóniam mirificávit misericórdiam suam mihi in civitáte muníta. Béni soit le Seigneur, car Il a signalé envers moi Sa miséricorde dans une ville fortifiée.
Ego autem dixi in trepidatióne mea: * “Praecísus sum a conspéctu oculórum tuórum.” Pour moi j'ai dit dans le transport de mon esprit: J'ai été rejeté de devant Tes yeux.
Verúmtamen exaudísti vocem oratiónis meae, * dum clamárem ad te. C'est pour cela que Tu as exaucé la voix de ma prière, lorsque je criais vers Toi.
Dilígite Dóminum, omnes sancti eíus: fidéles consérvat Dóminus * et retríbuit abundánter faciéntibus supérbiam. Aimez le Seigneur, vous tous Ses saints; car le Seigneur recherchera la vérité, et Il châtiera largement ceux qui se livrent à l'orgueil.
Viríliter ágite, et confortétur cor vestrum, * omnes, qui sperátis in Dómino. Agissez avec courage, et que votre coeur s'affermisse, vous tous qui espérez au Seigneur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 31 (32) Psaume 31 (32)
Beatus, cui remissa est iniquitas Heureux celui dont l'iniquité est remise
David dicit beatitudinem hominis, cui Deus reputat iustitiam sine operibus (Rom 4, 6). David proclame heureux l'homme à qui Dieu impute la justice indépendamment des oeuvres (Rom 4, 6).
Beátus, cui remíssa est iníquitas * et obtéctum est peccátum. Heureux celui dont la transgression a été remise, dont le péché est pardonné !
Beátus vir, cui non imputávit Dóminus delíctum, * nec est in spíritu eius dolus. Heureux l'homme à qui le Seigneur n'impute pas l'iniquité, et dans l'esprit duquel il n'y a point de fraude !
Quóniam tácui, inveteravérunt ossa mea, * dum rugírem tota die. Tant que je me suis tu, mes os se consumaient dans mon gémissement, chaque jour.
Quóniam die ac nocte graváta est super me manus tua, * immutátus est vigor meus in ardóribus æstátis. Car jour et nuit Ta main s'appesantissait sur moi ; la sève de ma vie se desséchait aux ardeurs de l'été.
Peccátum meum cógnitum tibi feci * et delíctum meum non abscóndi. Je T'ai fait connaître mon péché je n'ai point caché mon iniquité ;
Dixi: «Confitébor advérsum me iniquitátem meam Dómino». * Et tu remisísti impietátem peccáti mei. j'ai dit " Je veux confesser au Seigneur mes transgressions " et Toi, Tu as remis l'iniquité de mon péché.
Propter hoc orábit ad te omnis sanctus * in témpore opportúno. Que tout homme pieux Te prie donc au temps favorable !
Et in dilúvio aquárum multárum * ad eum non approximábunt. quand les grandes eaux déborderont, elles ne l'atteindront point.
Tu es refúgium meum, a tribulatióne conservábis me; * exsultatiónibus salútis circúmdabis me. Tu es mon asile, Tu me préserveras de la détresse; Tu m'entoureras de chants de délivrance.
Intelléctum tibi dabo et ínstruam te in via, qua gradiéris; * firmábo super te óculos meos. "Je t'instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre ; je serai ton conseiller, mon oeil sera sur toi. "
Nolíte fíeri sicut equus et mulus, * quibus non est intelléctus; Ne soyez pas comme le cheval ou le mulet sans intelligence ;
in camo et freno si accédis ad constringéndum, * non appróximant ad te. il faut les gouverner avec le mors et le frein, autrement, ils n'obéissent pas.
Multi dolóres ímpii, * sperántem autem in Dómino misericórdia circúmdabit. De nombreuses douleurs sont la part du méchant. Mais celui qui se confie dans le Seigneur est environné de Sa grâce.
Lætámini in Dómino et exsultáte, iusti, * et gloriámini, omnes recti corde Justes, réjouissez-vous dans le Seigneur et soyez dans l'allégresse ! Poussez des cris de joie, vous tous qui avez le coeur droit !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. In tua iustítia, * líbera me, Dómine.Ant. Dans Ta justice, libère-moi, Seigneur.
℣. Vestri beáti óculi quia vident.
℟. Et osténde fáciem tuam, et salvi érimus.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
Christus perpétuæ det nobis gáudia vitæ. ℟. Amen.
 Vel:  Ou :
In secundo nocturno, anno I Deuxième nocturne, année I
Ex Enarratiónibus sancti Augustíni epíscopi in psalmos (En. in ps. 126, 2: CCL 40, 1857-1858) Commentaire de saint Augustin sur le psaume 126
Lectio I Lecture I
Quia Sálomon ædificáverat templum Dómino, in typo quidem et in figúra futúræ Ecclésiæ et córporis Dómini; unde dicit in evangélio: Sólvite templum hoc, et in tríduo excitábo illud; quia ergo ipse ædificáverat illud templum, ædificávit sibi templum verus Sálomon Dóminus noster Iesus Christus, verus pacíficus. Nomen enim Salomónis interpretátur pacíficus; est autem ille verus pacíficus de quo dicit Apóstolus: Ipse est enim pax nostra, qui fecit útraque unum. Salomon avait bâti un temple au Seigneur, image et préfiguration de la future Église et du corps du Seigneur. C'est pourquoi celui-ci dit dans l'Évangile: Détruisez ce temple, et en trois jours je le relèverai. C'est donc parce que le premier Salomon avait bâti ce temple-là, que le véritable Salomon s'est bâti un temple. Je parle de notre Seigneur Jésus-Christ, le vrai pacifique. Car le nom de Salomon se traduit par pacifique, et le véritable pacifique est celui dont l'Apôtre dit: Il est lui-même notre paix, lui qui de deux peuples en a fait un seul.
℟. Glória et honóre coronásti eum, Dómine, et constituísti eum super ópera mánuum tuárum; * Omnia subiecísti sub pédibus eius. ℣. Quóniam prævenísti eum in benedictiónibus dulcédinis, posuísti in cápite eius corónam de lápide pretióso. * Omnia. ℟. Seigneur, tu l'as couronné de gloire et d'honneur, tu l'établis sur l'œuvre de tes mains; * Tu mets toute chose à ses pieds. ℣. Tu l'as prévenu de la douceur de tes bénédictions, tu poses sur sa tête une couronne sertie de pierres précieuses. * Tu mets.
Lectio II Lecture II
Ipse est verus pacíficus, qui duos paríetes e divérso veniéntes in se copulávit, quibus factus est lapis anguláris, veniénti pópulo ex circumcisióne credéntium, et veniénti pópulo ex præpútio géntium et ipsórum credéntium; fecit unam Ecclésiam de dúobus pópulis, factus est illis lapis anguláris, et ídeo vere pacíficus. Il est le véritable pacifique, lui qui a réuni en lui deux murs venant de côtés opposés, pour lesquels il est devenu pierre d'angle: pour le peuple des croyants venant de la circoncision, et pour le peuple des païens venant de la non-circoncision , lui aussi formé de croyants. De ces deux peuples il a fait une seule Église, il est devenu pour eux pierre d'angle, et c'est pourquoi il est vraiment pacifique.
℟. Inquisívi sapiéntem símilem tibi, non invéni. Ut vídeo, Spíritum Dei habes in te, ídeo magnus es in domo Dómini, et de ore tuo bona áudiet cunctus pópulus * Qui tibi commíssus est. ℣. Beátum dixérunt pópulum cui hæc sunt, beátus pópulus * Qui. ℟. J'ai cherché un sage tel que toi, je n'en ai pas trouvé. Je le vois, tu as en toi l'Esprit de Dieu, c'est pourquoi tu es grand dans la maison de Dieu; et, de ta bouche, il recueillera des paroles merveilleuses, le peuple nombreux * Qui t'a été confié. ℣. On le dira bienheureux le peuple ainsi comblé, le peuple * Qui.
Lectio III Lecture III
Quia ergo ille verus Sálomon; Sálomon autem ille fílius David de mulíere Bethsábee, rex Israel, figúram gestábat huius pacífici, quando templum ædificávit; ídeo ne illum putes Salomónem qui ædificávit domum Deo, álium Salomónem tibi osténdens Scriptúra sic cœpit in psalmo: Nisi Dóminus ædificáverit domum, in vanum laboravérunt ædificántes eam. Dóminus ergo ædíficat domum, Dóminus Iesus Christus ædíficat domum suam. C'est lui l'authentique Salomon. Or Salomon, fils de David et de Bethsabée, roi d'Israël, préfigurait ce vrai pacifique lorsqu'il bâtissait le temple , aussi ne t'imagine pas que c'est Salomon qui a bâti pour Dieu une maison, et que l'Écriture te désigne un autre Salomon quand elle commence ainsi un psaume: Si le Seigneur ne bâtit la maison, c'est en vain qu'ils travaillent, ceux qui la bâtissent. C'est donc le Seigneur qui bâtit la maison, c'est le Seigneur Jésus qui bâtit sa maison.
℟. Multitúdinem diérum et annos vitæ appónet tibi Dóminus, misericórdia et véritas non te déserant, * Quia Dóminus erit in látere tuo et custódiet te. ℣. Erit Dóminus adiútor tuus contra omnes inimícos tuos. * Quia Dóminus. ℟. Que le Seigneur t'accorde de longs jours, des années sans fin; que son amour et sa vérité jamais ne t'abandonnent: * Le Seigneur est près de toi, il te gardera. ℣. Le Seigneur est mon bouclier face à tous mes ennemis. * Le Seigneur.
Lectio IV Lecture IV
Labórant multi in ædificándo; sed si non ille ædíficet, in vanum laboravérunt ædificántes eam. Qui sunt qui labórant ædificántes? Omnes qui in Ecclésia prædicant verbum Dei, minístri sacramentórum Dei. Omnes cúrrimus, omnes laborámus, omnes ædificámus modo; et ante nos cucurrérunt, laboravérunt, ædificavérunt; sed nisi Dóminus ædificáverit domum, in vanum laboravérunt ædificántes eam. Ipse ædíficat, ipse monet, ipse terret, ipse intelléctum áperit, ipse ad fidem ápplicat sensum vestrum; et tamen laborámus et nos tamquam operárii. Beaucoup travaillent à bâtir la maison; mais si ce n'est pas lui qui bâtit, c'est en vain qu'ils travaillent, ceux qui la bâtissent. Quels sont ces bâtisseurs qui travaillent? Tous ceux qui prêchent dans l'Église la parole de Dieu, les ministres des sacrements de Dieu. Tous nous nous démenons, tous nous travaillons, tous nous bâtissons maintenant; et avant nous d'autres se sont démenés, ont travaillé, ont bâti. Mais si le Seigneur ne bâtit la maison, c'est en vain qu'ils travaillent, ceux qui la bâtissent. C'est lui qui bâtit, lui qui avertit, lui qui effraie, lui qui ouvre l'intelligence, lui qui conduit jusqu'à la foi votre connaissance; pourtant, nous travaillons et nous sommes comme des ouvriers.
℟. Ædificátum est templum, et glória Dómini replévit átrium eius; et lætátus est rex, et dixit: * Benedíctus Dóminus Deus Israel in ómnibus quæ locútus est ad David patrem meum. ℣. Et inclinávit Sálomon génua sua in terra, et dixit: * Benedíctus. ℣. Glória Patri. * Benedíctus. ℟. Lorsque la construction du Temple fut achevée, la gloire du Seigneur vint remplir ses parvis; le roi fut comblé de bonheur et dit: * Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, pour toutes les promesses qu'il a faites à David, mon père! ℣. Puis, Salomon s'agenouilla sur le sol et dit: * Béni. ℣. Gloire au Père. * Béni.
IN III NOCTURNO AU IIIe NOCTURNE
Ant. Allelúia, allelúia, allélúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
CANTICUM I
Is 33, 2-10
Oratio fiduciæ in miseria
In Christo sunt omnes thesauri sapientiæ et scientiæ absconditi (Col 2,3)
Dómine, miserére nostri, te enim exspectávimus; esto bráchium nostrum in mane * et salus nostra in témpore tribulatiónis.
A voce fragóris fugérunt pópuli, * ab exaltatióne tua dispérsae sunt gentes.
Et congregabúntur spólia, sicut collígitur bruchus; * sicut discúrrunt locústæ, ad ea discúrritur.
Sublímis est Dóminus, quóniam hábitat in excélso; * implet Sion iudício et iustítia.
Et erit fírmitas in tempóribus tuis; divítiæ salútis sapiéntia et sciéntia: * timor Dómini ipse est thesáurus eíus.
Ecce præcónes clamábunt foris, * ángeli pacis amáre flebunt.
Dissipátæ sunt viæ, cessávit tránsiens per sémitam; írritum fecit pactum, * reiécit testes, non reputávit hómines.
Luget et elanguéscit terra, * confúsus est Líbanus et obsórduit,
et factus est Saron sicut desértum, * et exaruérunt Basan et Carmélus.
"Nunc consúrgam, dicit Dóminus, * nunc exaltábor, nunc sublevábor."
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
CANTICUM II
Is 33,13-16
Deus iudicabit in iustitia
Vobis est repromissio et filiis vestris et omnibus qui longe sunt (Act 2,39)
Audíte, qui longe estis, quae fécerim, * et cognoscíte, vicíni, fortitúdinem meam.
Contérriti sunt in Sion peccatóres, * possédit tremor ímpios.
Quis póterit habitáre de vobis cum igne devoránte? * Quis habitábit ex vobis cum ardóribus sempitérnis?
Qui ámbulat in iustítiis * et lóquitur aequitátes,
qui réicit lucra ex rapínis * et éxcutit manus suas, ne múnera accípiat,
qui obtúrat aures suas, ne áudiat sánguinem, * et claudit óculos suos, ne vídeat malum:
iste in excélsis habitábit, * muniménta saxórum refúgium eíus;
panis ei datus est, * aquae eíus fidéles sunt.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
CANTICUM III
Eccli 36,14-19
Oratio pro populo Dei
Hæc est vita, ut cognoscant te, solum Deum et quem misisti, Iesum Christum (Io 17,3)
Miserére plebi tuæ, super quam invocátum est nomen tuum, * et Israel, quem coaequásti primogénito tuo.
Miserére civitáti sanctificatiónis tuae, * Ierusálem, loco requiéi tuæ.
Reple Sion maiestáte tua * et glória tua templum tuum.
Da testimónium his, qui ab inítio creatúræ tuæ sunt, * et súscita prædicatiónes, quas locúti sunt in nómine tuo.
Da mercédem sustinéntibus te, * ut prophétæ tui fidéles inveniántur.
Et exáudi oratiónes servórum tuórum,  secúndum beneplácitum super pópulo tuo, * et dírige nos in viam iustítiæ,
et sciant omnes, qui hábitant terram, * quia tu es Deus sæculórum.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allélúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
℣. Dírige me, Dómine, in veritáte tua et doce me.
℟. Quia tu es Deus, salútis meæ.
℣. Dirige-moi, Seigneur, dans Ta vérité et enseigne-moi.
℟. Car Tu es le Dieu de mon salut.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
Ignem sui amóris accéndat Deus in córdibus nostris. ℟. Amen. Que le Seigneur allume en nos coeurs le feu de Son amour. ℟. Amen.
In tertio nocturno, anno C Troisième nocturne, année C
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc
Factum est, cum esset Iesus in loco quodam orans, ut cessávit, dixit unus ex discípulis eius ad eum: "Dómine, doce nos oráre." Et réliqua. Un jour, quelque part, Jésus était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda: " Seigneur, apprends-nous à prier. " Et la suite.
Ex Sermónibus sancti Augustíni epíscopi (Sermo 105, 2-3: PL 38, 619) Sermon de saint Augustin
Lectio I Lecture I
Fortássis et nobis aliquándo venit amícus de via, et non invénimus quod ei apponerémus; et necessitátem passi sumus, et accépimus et nobis et illi. Fíeri enim non potest, nisi ut áliquis passus fúerit amícum áliquid interrogántem, quod respondére non possit; et tunc se invénit non habére, quando coáctus est dare. Venit tibi amícus de via, id est de vita huius sæculi, in qua omnes velut peregríni tránseunt, nec ullus quasi posséssor manet; sed omni hómini dícitur: Reféctus es, transi; age iter, da ventúro locum. Peut-être un ami voyageur est-il venu nous trouver à l'improviste, nous aussi; nous n'avons rien trouvé à lui donner, nous avons souffert de ce manque, et puis nous avons reçu ce qu'il fallait à tous les deux. Est-il possible que l'un de nous n'ait jamais fait cette expérience? Un ami est là qui demande, et on n'a rien à lui répondre; c'est alors que, contraints de donner, nous voyons que nous n'avons pas! Oui, un ami t'arrive de son voyage, c'est-à-dire de cette vie du monde où tous les hommes passent comme des migrants, où nul ne peut s'installer en maître. Car il s'applique à tous, le mot de l'Ecclésiastique: Va-t-en, tu as eu ta part. Passe ton chemin, fais place à un autre.
℟. Aspice in me, Dómine, et miserére mei, quóniam únicus et pauper sum. De necessitátibus meis éripe me; * Et dimítte univérsa delícta mea. ℣. Secúndum misericórdiam tuam meménto mei tu, propter bonitátem tuam, Dómine; * Et dimítte. ℟. Regarde-moi, Seigneur, et prends pitié de moi, de moi qui suis seul et misérable. Tire-moi de la détresse, * Enlève tous mes péchés. ℣. Dans ta miséricorde, souviens-toi de moi, en raison de ta bonté, Seigneur; * Enlève.
Lectio II Lecture II
Aut forte de via mala, hoc est de vita mala, fatigátus néscio quis amícus tuus, non invéniens veritátem, qua audíta et percépta beátus fiat, sed lassátus in omni cupiditáte et egestáte sæculi, venit ad te, tamquam ad christiánum, et dicit: "Redde mihi ratiónem, fac me christiánum." Et intérrogat quod forte tu per simplicitátem fídei nesciébas; et non est unde refícias esuriéntem, et te admónitus ínvenis indigéntem; et cum vis docére, cógeris díscere; et dum erubéscis eum qui interrogávit, quod quærébat non in te invéniens, compélleris quærere ut mereáris inveníre. Oui, cet ami peut-être, je ne sais qui, t'arrive fatigué de son mauvais voyage, de sa mauvaise vie. Il n'a pas rencontré cette vérité qui, apprise et reçue, le rendrait heureux; mais, accablé de toutes ses famines et de la misère du temps, il se tourne vers toi, chrétien, et il te dit: " Rends compte et fais-moi chrétien! " Et il te pose des questions que ta foi trop simple ignorait. Alors, toi, tu n'as rien pour apaiser sa faim. Te voilà averti: tu découvres ta misère. Toi qui voudrais enseigner, te voilà forcé d'apprendre! Ta honte devant cet ami qui demande et qui ne trouve pas en toi ce qu'il cherche, te contraint de chercher pour trouver toi-même.
℟. Vias tuas, Dómine, demónstra mihi et sémitas tuas édoce me. Dírige me in veritáte tua, * Quia tu es Deus salvátor meus, et te sustínui tota die. ℣. Delícta iuventútis meæ et ignorántias meas ne memíneris, Dómine; * Quia. ℟. Seigneur, fais-moi connaître ton chemin, enseigne-moi tes voies. Dirige-moi selon ta vérité, * Car tu es le Dieu qui me sauve, c'est toi que j'espère tout le jour. ℣. Oublie, Seigneur, mon ignorance et les péchés de ma jeunesse; * Car.
Lectio III Lecture III
Et ubi quæras? Ubi, nisi in domínicis libris? Fortássis quod ille interrogávit, in libro pósitum est, sed obscúrum est. Forte dixit hoc Apóstolus in epístula sua. Sic dixit, ut légere possis, intellégere non possis: transíre non permítteris. Urget enim interrogátor; ipsum Paulum, aut Petrum, aut áliquem prophétam interrogáre non síneris. Et où vas-tu chercher? Dans les livres de Dieu? Bien sûr. Peut-être ce que ton ami demande est-il dans le livre. Mais c'est obscur. Peut-être saint Paul a-t-il répondu dans une lettre? S'il l'a fait, tu peux lire. Mais tu ne peux pas comprendre. Ni passer outre, car la question de l'autre te presse. Et puis Paul, et puis Pierre, et puis tel ou tel prophète, comment les interroger en personne?
℟. Audiam, Dómine, vocem laudis tuæ, * Ut enárrem univérsa mirabília tua. ℣. Dómine, diléxi decórem domus tuæ, et locum habitatiónis glóriæ tuæ; * Ut enárrem. ℟. Que j'entende, Seigneur, proclamer ta louange, * Et je raconterai chacune de tes merveilles. ℣. J'aime, Seigneur, la beauté de ta maison, le lieu où demeure ta gloire; * Et je raconterai.
Lectio IV Lecture IV
Iam enim requiéscit família ista cum dómino suo, et sæculi huius ignorántia válida est, hoc est nox média, et urget amícus esúriens. Tibi forte sufficiébat simplex fides, illi non súfficit. Numquid deseréndus est? Numquid de domo proiciéndus est? Ergo ad ipsum Dóminum, ad ipsum cum quo família requiéscit, pulsa orándo, pete, insta. Non quómodo amícus ille in similitúdine pósitus, tædio victus surget et dabit. Dare vult: tu pulsans nondum accepísti; pulsa, dare vult. Et quod dare vult, differt, ut ámplius desíderes dilátum, ne viléscat cito datum. Toute la famille à présent se repose avec son chef. L'ignorance de ce temps est profonde, c'est le milieu de la nuit: ton ami a faim, et il insiste! A toi, peut-être une foi toute simple suffisait, mais ce n'est pas assez pour lui. Vas-tu le laisser seul, le renvoyer de ta maison? Alors, tourne-toi vers le Seigneur, vers celui avec qui sa famille repose. Frappe: prie, demande, insiste. Il n'est pas comme cet ami dans la parabole: s'il se lève, s'il cède, ce n'est pas que tu l'ennuies. Il veut donner, lui. Tu frappes, et tu n'as pas reçu? Frappe donc encore, il veut donner. Et s'il tarde à donner ce qu'il veut donner, c'est pour augmenter ton désir, pour ne pas l'avilir trop vite.
℟. Adiútor meus esto, Deus, * Ne derelínquas me. ℣. Neque despícias me, Deus salutáris meus. * Ne. ℣. Glória Patri. * Ne. ℟. Mon Dieu, sois mon secours, * Ne m'abandonne pas! ℣. Ne me délaisse pas, Dieu, mon salut! * Ne. ℣. Gloire au Père. * Ne.
Hymnus Hymne
Te Deum laudamus : te Dominum confitemur. Nous Te louons, ô Dieu ! Nous Te bénissons, Seigneur.
Te aeternum Patrem, omnis terra veneratur. Toute la terre T'adore, ô Père éternel !
Tibi omnes angeli, tibi caeli et universae potestates : Tous les Anges, les Cieux et toutes les Puissances.
tibi cherubim et seraphim, incessabili voce proclamant: "Sanctus, Sanctus, Sanctus Dominus Deus Sabaoth. Les Chérubins et les Séraphins s'écrient sans cesse devant Toi : Saint, Saint, Saint est le Seigneur, le Dieu des armées.
Pleni sunt caeli et terra maiestatis gloriae tuae." Les cieux et la terre sont pleins de la majesté de Ta gloire.
Te gloriosus Apostolorum chorus, te prophetarum laudabilis numerus, te martyrum candidatus laudat exercitus. L'illustre chœur des Apôtres, La vénérable multitude des Prophètes, L'éclatante armée des Martyrs célèbrent Tes louanges.
Te per orbem terrarum sancta confitetur Ecclesia, Patrem immensae maiestatis; L'Église sainte publie Tes grandeurs dans toute l'étendue de l'univers, Ô Père dont la majesté est infinie !
venerandum tuum verum et unicum Filium ; Elle adore également Ton Fils unique et véritable ;
Sanctum quoque Paraclitum Spiritum. Et le Saint-Esprit consolateur.
Tu rex gloriae, Christe. Ô Christ ! Tu es le Roi de gloire.
Tu Patris sempiternus es Filius. Tu, ad liberandum suscepturus hominem, Tu es le Fils éternel du Père. Pour sauver les hommes et revêtir notre nature,
non horruisti Virginis uterum. Tu n'as pas dédaigné le sein d'une Vierge.
Tu, devicto mortis aculeo, Tu as brisé l'aiguillon de la mort,
aperuisti credentibus regna caelorum. Tu as ouvert aux fidèles le royaume des cieux.
Tu ad dexteram Dei sedes, in gloria Patris. Tu es assis à la droite de Dieu dans la gloire du Père.
Iudex crederis esse venturus. Nous croyons que Tu viendras juger le monde.
Te ergo quaesumus, tuis famulis subveni, quos pretioso sanguine redemisti. Nous Te supplions donc de secourir Tes serviteurs, rachetés de Ton Sang précieux.
Aeterna fac cum sanctis tuis in gloria numerari. Mets-nous au nombre de Tes Saints, pour jouir avec eux de la gloire éternelle.
¶ Salvum fac pópulum tuum, Dómine,  et bénedic hereditáti tuæ. ¶Sauve Ton peuple, Seigneur, et verse Tes bénédictions sur Ton héritage.
Et rege eos, et extolle illos usque in aeternum. Conduis Tes enfants et élève-les jusque dans l'éternité bienheureuse.
Per singulos dies benedicimus te ; et laudamus nomen tuum in saeculum, et in saeculum saeculi. Chaque jour nous Te bénissons ; Nous louons Ton nom à jamais, et nous le louerons dans les siècles des siècles.
Dignare, Domine, die isto sine peccato nos custodire. Daigne, Seigneur, en ce jour, nous préserver du péché.
Miserere nostri, Domine, miserere nostri. Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous.
Fiat misericordia tua, Domine, super nos, quemadmodum speravimus in te. Que Ta miséricorde, Seigneur, se répande sur nous, selon l'espérance que nous avons mise en Toi.
In te, Domine, speravi: non confundar in aeternum. C'est en Toi, Seigneur, que j'ai espéré, je ne serai pas confondu à jamais.
¶ Hæc ultima pars hymni ad libitum omitti potest. ¶ On peut omettre, au choix, la dernière partie de l'hymne.
Deinde abbas cantat evangelium de dominica currente, in cuius fine omnes respondent :
℟. Amen
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam (11,1-13)
Et factum est cum esset in loco quodam orans, ut cessávit, dixit unus ex discípulis eíus ad eum: “Dómine, doce nos oráre, sicut et Ioánnes dócuit discípulos suos.” Et ait illis: “Cum orátis, dícite: Pater, sanctificétur nomen tuum, advéniat regnum tuum; panem nostrum cotidiánum da nobis cotídie, et dimítte nobis peccáta nostra, si quidem et ipsi dimíttimus omni debénti nobis, et ne nos indúcas in tentatiónem.” Et ait ad illos: “Quis vestrum habébit amícum et ibit ad illum média nocte et dicet illi: ‘Ámice, cómmoda mihi tres panes, quóniam amícus meus venit de via ad me, et non hábeo, quod ponam ante illum’; et ille de intus respóndens dicat: ‘Noli mihi moléstus esse; iam óstium clausum est, et púeri mei mecum sunt in cubíli; non possum súrgere et dare tibi.’ Dico vobis: Et si non dabit illi surgens, eo quod amícus eíus sit, propter improbitátem tamen eíus surget et dabit illi, quotquot habet necessários. Et ego vobis dico: Pétite, et dábitur vobis; quǽrite, et inveniétis; pulsáte, et aperiétur vobis. Omnis enim qui petit, áccipit; et, qui quaerit, invénit; et pulsánti aperiétur. Quem autem ex vobis patrem fílius petíerit piscem, numquid pro pisce serpéntem dabit illi? Aut si petíerit ovum, numquid pórriget illi scorpiónem? Si ergo vos, cum sitis mali, nostis dona bona dare fíliis vestris, quanto magis Pater de caelo dabit Spíritum Sanctum peténtibus se.” Il arriva, comme Il priait dans un certain lieu, que, lorsqu’Il eut achevé, un de ses disciples lui dit : Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean l’a appris à ses disciples. Et il leur dit : Lorsque vous priez, dites : Père, que Ton nom soit sanctifié ; que Ton règne arrive ; donne-nous aujourd’hui notre pain de chaque jour. Et remetd-nous nos péchés, puisque nous remettons, nous aussi, à quiconque nous doit ; et ne nous induis pas en tentation. Il leur dit encore : Si l’un de vous a un ami, et qu’il aille le trouver au milieu de la nuit, pour lui dire : Mon ami, prête-moi trois pains, car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui offrir, et si, de l’intérieur, l’autre répond : Ne m’importune pas ; la porte est déjà fermée, et mes enfants et moi nous sommes au lit ; je ne puis me lever pour t’en donner ; 8 si cependant le premier continue de frapper, je vous le dis, quand même il ne se lèverait pas pour lui en donner parce qu’il est son ami, il se lèvera du moins à cause de son importunité, et il lui en donnera autant qu’il lui en faut. Et moi, je vous dis : Demandez, et on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez à la porte, et on vous ouvrira. Car quiconque demande, reçoit ; et qui cherche, trouve ; et à celui qui frappe à la porte, on ouvrira. Si l’un de vous demande du pain à son père, celui-ci lui donnera-t-il une pierre ? Ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu du poisson ? Ou, s’il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion ? Si donc vous, qui êtes méchants (mauvais), vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans le ciel donnera-t-il l’Esprit bon à ceux qui le lui demandent !
Hymnus Hymne
Te decet laus, * te decet hymnus. Tibi glória Deo Patri et Fílio, cum Sancto Spíritu, in sǽcula sæculórum. Amen. A Toi notre louange, à Toi notre chant, A Toi la gloire, Dieu, Père et Fils avec l'Esprit Saint, pour les siècles des siècles. Amen.
Oratio diei cum conclusione longiori. Oraison du jour avec la conclusion longue.
Protéctor in te sperántium, Deus, sine quo nihil est válidum, nihil sanctum, multíplica super nos misericórdiam tuam, ut, te rectóre, te duce, sic bonis transeúntibus nunc utámur, ut iam possímus inhærére mansúris. Per Dóminum. Protecteur de ceux qui espèrent en Toi, ô Dieu, sans qui rien n'est solide, rien n'est saint, répands sur nous avec abondance Ta miséricorde, afin que sous Ta conduite et Ta direction, nous usions actuellement des biens passagers de manière à pouvoir dès ici-bas rester attachés à ceux qui demeurent.
℣. Benedicámus Dómino. ℟. Deo grátias.
℣. Divínum auxilium máneat semper nobíscum.
℟. Et cum frátribus nostris abséntibus. Amen.
℣. Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Que le secours divin demeure toujours avec nous.
℟. Et avec nos frères absents. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Evangile commenté du dimanche 28 juillet 2019

Hebdomada XVII per annum XVIIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XVII per annum XVIIème dimanche dans l'année
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam (11,1-13)
Et factum est cum esset in loco quodam orans, ut cessávit, dixit unus ex discípulis eíus ad eum: “Dómine, doce nos oráre, sicut et Ioánnes dócuit discípulos suos.” Et ait illis: “Cum orátis, dícite: Pater, sanctificétur nomen tuum, advéniat regnum tuum; panem nostrum cotidiánum da nobis cotídie, et dimítte nobis peccáta nostra, si quidem et ipsi dimíttimus omni debénti nobis, et ne nos indúcas in tentatiónem.” Et ait ad illos: “Quis vestrum habébit amícum et ibit ad illum média nocte et dicet illi: ‘Ámice, cómmoda mihi tres panes, quóniam amícus meus venit de via ad me, et non hábeo, quod ponam ante illum’; et ille de intus respóndens dicat: ‘Noli mihi moléstus esse; iam óstium clausum est, et púeri mei mecum sunt in cubíli; non possum súrgere et dare tibi.’ Dico vobis: Et si non dabit illi surgens, eo quod amícus eíus sit, propter improbitátem tamen eíus surget et dabit illi, quotquot habet necessários. Et ego vobis dico: Pétite, et dábitur vobis; quǽrite, et inveniétis; pulsáte, et aperiétur vobis. Omnis enim qui petit, áccipit; et, qui quaerit, invénit; et pulsánti aperiétur. Quem autem ex vobis patrem fílius petíerit piscem, numquid pro pisce serpéntem dabit illi? Aut si petíerit ovum, numquid pórriget illi scorpiónem? Si ergo vos, cum sitis mali, nostis dona bona dare fíliis vestris, quanto magis Pater de caelo dabit Spíritum Sanctum peténtibus se.” Il arriva, comme Il priait dans un certain lieu, que, lorsqu’Il eut achevé, un de ses disciples lui dit : Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean l’a appris à ses disciples. Et il leur dit : Lorsque vous priez, dites : Père, que Ton nom soit sanctifié ; que Ton règne arrive ; donne-nous aujourd’hui notre pain de chaque jour. Et remetd-nous nos péchés, puisque nous remettons, nous aussi, à quiconque nous doit ; et ne nous induis pas en tentation. Il leur dit encore : Si l’un de vous a un ami, et qu’il aille le trouver au milieu de la nuit, pour lui dire : Mon ami, prête-moi trois pains, car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui offrir, et si, de l’intérieur, l’autre répond : Ne m’importune pas ; la porte est déjà fermée, et mes enfants et moi nous sommes au lit ; je ne puis me lever pour t’en donner ; 8 si cependant le premier continue de frapper, je vous le dis, quand même il ne se lèverait pas pour lui en donner parce qu’il est son ami, il se lèvera du moins à cause de son importunité, et il lui en donnera autant qu’il lui en faut. Et moi, je vous dis : Demandez, et on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez à la porte, et on vous ouvrira. Car quiconque demande, reçoit ; et qui cherche, trouve ; et à celui qui frappe à la porte, on ouvrira. Si l’un de vous demande du pain à son père, celui-ci lui donnera-t-il une pierre ? Ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu du poisson ? Ou, s’il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion ? Si donc vous, qui êtes méchants (mauvais), vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans le ciel donnera-t-il l’Esprit bon à ceux qui le lui demandent !
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.
Commentaire par Dom Paul Delatte (1848-1937), osb, abbé de saint Pierre de Solesmes

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Laudes du dimanche 28 juillet 2019

Hebdomada XVII per annum XVIIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XVII per annum XVIIème dimanche dans l'année
Ad Laudes matutinas
Aux Laudes du matin
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Ætérne rerum cónditor, Éternel Créateur du monde
noctem diémque qui regis, qui régis la nuit et le jour
et témporum das témpora et qui rythmes le cours du temps
ut álleves fastídium, afin d'en alléger le poids,
Præco diéi iam sonat, Déjà, pour le jour, le coq chante,
noctis profúndæ pérvigil, Veilleur au profond de la nuit,
noctúrna lux viántibus Lueur nocturne aux voyageurs
a nocte noctem ségregans. Séparant la nuit de la nuit.
Hoc excitátus lúcifer Alors, surgit l'astre de l'aube
solvit polum calígine; Qui chasse les ombres du ciel,
hoc omnis errónum chorus Alors, les troupes de rôdeurs
vias nocéndi déserit. Délaissent les sentiers du mal
Hoc nauta vires cólligit Alors, le marin reprend force,
pontíque mitéscunt freta; Le calme revient sur la mer ;
hoc, ipse Petra Ecclésiæ, A son chant, Pierre, le Rocher,
canénte, culpam díluit. Lave sa faute dans les pleurs.
Iesu, labántes réspice Regarde, ô Jésus, ceux qui tombent ;
et nos vidéndo córrige; En nous voyant relève-nous :
si réspicis, lapsus cadunt A Ton regard, l'erreur s'enfuit,
fletúque culpa sólvitur. Les pleurs effacent le péché.
Tu, lux, refúlge sénsibus Brille pour nos yeux, ô lumière,
mentísque somnum díscute; Éveille les cœurs endormis ;
te nostra vox primum sonet Que nos premiers chants soient pour Toi :
et vota solvámus tibi. Pour Toi, nos vœux soient accomplis !
Sit, Christe, rex piíssime, O Christ, ô Roi plein d'indulgence,
tibi Patríque glória Gloire à Ton Père et gloire à Toi,
cum Spíritu Paráclito, Avec l'Esprit Consolateur,
in sempitérna sæcula. Amen. A travers les siècles sans fin !
Ant. 1 Ad te de luce vígilo, Deus, ut vídeam virtútem tuam, allelúia.Ant. 1 Je Te cherche dès l'aurore, mon Dieu, pour voir Ta puissance, alléluia.
Psalmus 62 (63) Psaume 62 (63)
Anima Dominum sitiens Mon âme a soif du Seigneur
Ad Deum vigilat, qui opera noctis reicit. Il veille pour Dieu, celui qui s'écarte des œuvres ténébreuses.
Deus, Deus meus es tu, * ad te de luce vígilo. O Dieu, Tu es mon Dieu, je Te cherche dès l'aurore.
Sitívit in te ánima mea, * te desiderávit caro mea. Mon âme a soif de Toi, ma chair languit après Toi.
In terra desérta et árida et inaquósa, sic in sancto appárui tibi, * ut vidérem virtútem tuam et glóriam tuam. Dans une terre aride, desséchée et sans eau, c'est ainsi que je Te contemplais dans le sanctuaire, pour voir Ta puissance et Ta gloire.
Quóniam mélior est misericórdia tua super vitas, * lábia mea laudábunt te. Car Ta grâce est meilleure que la vie : que mes lèvres Te louent.
Sic benedícam te in vita mea * et in nómine tuo levábo manus meas. Ainsi Te bénirai-je toute ma vie, en Ton nom j'élèverai mes mains.
Sicut ádipe et pinguédine repleátur ánima mea, * et lábiis exsultatiónis laudábit os meum. Mon âme est rassasiée, comme de moelle et de graisse; et, la joie sur les lèvres, ma bouche Te loue.
Cum memor ero tui super stratum meum, * in matutínis meditábor de te, Quand je pense à Toi sur ma couche, je médite sur Toi pendant les veilles de la nuit,
quia fuísti adiútor meus, * et in velaménto alárum tuárum exsultábo. car Tu es mon secours, et j'exulte à l'ombre de Tes ailes.
Adhæsit ánima mea post te, * me suscépit déxtera tua. Mon âme est attachée à Toi, Ta droite me soutient.
[Ipsi vero in ruínam quaesiérunt ánimam meam, * introíbunt in inferióra terrae, [Mais eux, cherchent à m'ôter la vie : ils iront dans les profondeurs de la terre.
tradéntur in potestátem gládii, * partes vúlpium erunt. On les livrera au glaive, ils seront la proie des chacals.
Rex vero laetábitur in Deo; † gloriabúntur omnes, qui iúrant in eo, * quia obstrúctum est os loquéntium iníqua.] Et le roi se réjouira en Dieu; quiconque jure par lui se glorifiera, car la bouche des menteurs sera fermée.]
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Ad te de luce vígilo, Deus, ut vídeam virtútem tuam, allelúia.Ant. Je Te cherche dès l'aurore, mon Dieu, pour voir Ta puissance, alléluia.
Ant. 2 Tres ex uno ore clamábant in camíno ignis et psallébant: Benedíctus Deus, allelúia.Ant. 2 Tous les trois disaient d'une seule voix dans les flammes et chantaient : Dieu soit béni, alléluia.
Canticum Dan 3, 57-88. 56 AT 41 Cantique Dan 3, 57-88. 56 AT 41
Omnis creatura laudet Dominum Que toute créature loue le Seigneur
Laudem dicite Deo nostro, omnes servi eius (Ap 19, 5). Que soit chantée la louange du Seigneur, par tous ceux qui Le servent (Ap 19, 5).
Benedícite, ómnia ópera Dómini, Dómino, * laudáte et superexaltáte eum in sæcula. Toutes les œuvres du Seigneur, bénissez le Seigneur, à Lui, louange et grande exaltation dans les siècles !
Benedícite, cæli, Dómino, * benedícite, ángeli Dómini, Dómino. Bénissez le Seigneur, vous, les cieux, vous, les anges du Seigneur, bénissez le Seigneur.
Benedícite, aquæ omnes, quæ super cælos sunt, Dómino, * benedícat omnis virtus Dómino. Toutes les eaux qui êtes au-dessus des cieux, bénissez le Seigneur; que toute puissance bénisse le Seigneur.
Benedícite, sol et luna, Dómino, * benedícite, stellæ cæli, Dómino. Bénissez le Seigneur, soleil et lune, et vous, les astres du ciel bénissez le Seigneur,
Benedícite, omnis imber et ros, Dómino, * benedícite, omnes venti, Dómino. Bénissez le Seigneur, pluies et rosées, et tous les vents, bénissez le Seigneur.
Benedícite, ignis et æstus, Dómino, * benedícite, frigus et æstus, Dómino. Bénissez le Seigneur, feu et chaleur, bénissez le Seigneur, fraîcheur et froid,
Benedícite, rores et pruína, Dómino, * benedícite, gelu et frigus, Dómino. Bénissez le Seigneur, givre et rosée, bénissez le Seigneur, gel et froid
Benedícite, glácies et nives, Dómino, * benedícite, noctes et dies, Dómino. Bénissez le Seigneur, glace et neige, bénissez le Seigneur, nuits et jours,
Benedícite, lux et ténebræ, Dómino, * benedícite, fúlgura et nubes, Dómino. Bénissez le Seigneur, lumière et ténèbres, bénissez le Seigneur, éclairs et nuées
Benedícat terra Dóminum, * laudet et superexáltet eum in sæcula. Que la terre bénisse le Seigneur, à Lui, louange et grande exaltation dans les siècles !
Benedícite, montes et colles, Dómino, * benedícite, univérsa germinántia in terra, Dómino. Bénissez le Seigneur montagnes et collines, plantes de la terre, bénissez le Seigneur,
Benedícite, mária et flúmina, Dómino, * benedícite, fontes, Dómino. Bénissez le Seigneur mers et fleuves, sources et fontaines bénissez le Seigneur
Benedícite, cete et ómnia quæ movéntur in aquis, Dómino, * benedícite, omnes vólucres cæli, Dómino. Bénissez le Seigneur, baleines et bêtes de la mer, et vous tous, les oiseaux dans le ciel, bénissez le Seigneur,
Benedícite, omnes béstiæ et pécora, Dómino, * benedícite, fílii hóminum, Dómino. Bénissez le Seigneur, fauves et troupeaux, enfants des hommes bénissez le Seigneur.
Bénedic, Israel, Dómino, * laudáte et superexaltáte eum in sæcula. Qu'Israël bénisse le Seigneur. A Lui, louange et grande exaltation dans les siècles !
Benedícite, sacerdótes Dómini, Dómino, * benedícite, servi Dómini, Dómino. Bénissez le Seigneur, vous, les prêtres, et ceux qui servent le Seigneur, bénissez le Seigneur!
Benedícite, spíritus et ánimæ iustórum, Dómino, * benedícite, sancti et húmiles corde, Dómino. Bénissez le Seigneur, esprits et âmes des justes, bénissez le Seigneur saints et humbles de cœur,
Benedícite, Ananía, Azaría, Mísael, Dómino, * laudáte et superexaltáte eum in sæcula. Bénissez le Seigneur Ananias, Azarias et Misaël, A Lui, louange et grande exaltation dans les siècles !
Benedicámus Patrem et Fílium cum Sancto Spíritu; * laudémus et superexaltémus eum in sæcula. Bénissons le Père, et, le Fils avec l'Esprit Saint. A Lui, louange et grande exaltation dans les siècles !
Benedíctus es in firmaménto cæli * et laudábilis et gloriósus in sæcula. Béni sois-Tu, au firmament du ciel : louanges et gloire dans les siècles !
Ant. Tres ex uno ore clamábant in camíno ignis et psallébant: Benedíctus Deus, allelúia.Ant. Tous les trois disaient d'une seule voix dans les flammes et chantaient : Dieu soit béni, alléluia.
Ant. 3 Fílii Sion exsúltent in rege suo, allelúia.Ant. 3 Les fils de Sion exultent en leur roi, alléluia.
Psalmus 149 Psaume 149
Exsultatio sanctorum L'exultation des saints
Filii Ecclesiae, filii novi populi exsultent in rege suo: in Christo (Hesychius). Les fils de l'Eglise, les fils du nouveau peuple exultent en leur roi : dans le Christ (Hesychius).
Cantáte Dómino cánticum novum; * laus eius in ecclésia sanctórum. Chantez au Seigneur un cantique nouveau ; qu'Il soit loué dans l'assemblée des saints.
Lætétur Israel in eo, qui fecit eum, * et fílii Sion exsúltent in rege suo. Qu'Israël se réjouisse en Celui qui l'a créé ; que les Fils de Sion soient transportés pour leur Roi.
Laudent nomen eius in choro, * in tympano et cíthara psallant ei, Qu'ils célèbrent Son Nom de concert ; qu'ils le chantent sur les tambourins et les cithares.
quia beneplácitum est Dómino in pópulo suo, * et honorábit mansuétos in salúte. Car le Seigneur se complaît en Son peuple ; Il a sauvé et glorifié les paisibles.
Iúbilent sancti in glória, * læténtur in cubílibus suis. Les saints tressaillent dans la gloire, ils se réjouissent dans leur repos.
Exaltatiónes Dei in gútture eórum * et gládii ancípites in mánibus eórum, La louange de Dieu est sur leurs lèvres, des glaives à deux tranchants sont dans leurs mains.
ad faciéndam vindíctam in natiónibus, * castigatiónes in pópulis, Pour tirer vengeance des nations, pour châtier les peuples.
ad alligándos reges eórum in compédibus * et nóbiles eórum in mánicis férreis, Pour charger de chaînes les pieds de leurs rois, pour mettre aux grands les menottes.
ad faciéndum in eis iudícium conscríptum: * glória hæc est ómnibus sanctis eius. Pour accomplir sur eux la sentence écrite. C'est la gloire qu'Il réserve à tous Ses saints.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Fílii Sion exsúltent in rege suo, allelúia.Ant. Les fils de Sion exultent en leur roi, alléluia.
Lectio brevis (Ap 7, 10b. 12) Lecture brève (Ap 7, 10b. 12)
Salus Deo nostro, qui sedet super thronum, et Agno. Benedíctio et glória et sapiéntia et gratiárum áctio et honor et virtus et fortitúdo Deo nostro in sæcula sæculórum. Amen. Le salut vient de notre Dieu qui est assis sur le trône, et de l'Agneau ! La louange, la gloire, la sagesse, l'action de gràces, l'honneur, la puissance et la force soient à notre Dieu, pour les siècles des siècles ! Amen.
 Responsorium breve Répons bref 
℟. Christe, Fili Dei vivi, * Miserére nobis. Christe.
℣. Qui sedes ad déxteram Patris. * Miserére nobis. Glória Patri. Christe.
℟. O Christ, Fils du Dieu vivant, * aie pitié de nous. O Christ.
℣. Toi qui sièges à la droite du Père, * aie pitié de nous. Gloire au Père. O Christ.
Ant. Pétite, et dábitur vobis; quærite, et inveniétis; pulsáte, et aperiétur vobis.Ant. Demandez et l'on vous donnera; cherchez et vous trouverez; frappez et l'on vous ouvrira.
Canticum Evangelicum Lc 1, 68-79 Cantique évangélique (Lc 1,68-79)
De Messia eiusque præcursore Du Messie et de son précurseur
Benedíctus Dóminus, Deus Israel, * quia visitávit et fecit redemptiónem plebi suæ Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, de ce qu'Il a visité et racheté Son peuple,
et eréxit cornu salútis nobis * in domo David púeri sui, et nous a suscité un puissant Sauveur dans la maison de David, Son serviteur,
sicut locútus est per os sanctórum, * qui a sǽculo sunt, prophetárum eius, ainsi qu'Il a dit par la bouche de Ses saints prophètes des temps anciens,
salútem ex inimícis nostris * et de manu ómnium, qui odérunt nos; qu'Il nous délivrerait de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent,
ad faciéndam misericórdiam cum pátribus nostris * et memorári testaménti sui sancti, pour exercer Sa miséricorde envers nos pères, et Se souvenir de Son alliance sainte,
iusiurándum, quod iurávit ad Abraham patrem nostrum, * datúrum se nobis, selon le serment qu'Il a juré à Abraham, notre père, de nous accorder cette grâce,
ut sine timóre, de manu inimicórum liberáti, * serviámus illi qu'étant délivrés de la main de nos ennemis, nous Le servions sans crainte,
in sanctitáte et iustítia coram ipso * ómnibus diébus nostris. marchant devant Lui dans la sainteté et la justice, tous les jours de notre vie.
Et tu, puer, prophéta Altíssimi vocáberis: * præíbis enim ante fáciem Dómini paráre vias eius, Et toi, petit enfant, tu seras appelé le prophète du Très-Haut: car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer Ses voies,
ad dandam sciéntiam salútis plebi eius * in remissiónem peccatórum eórum, afin de donner à Son peuple la connaissance du salut, pour la rémission de leurs péchés,
per víscera misericórdiæ Dei nostri, * in quibus visitábit nos óriens ex alto, par les entrailles de la miséricorde de notre Dieu, grâce auxquelles le soleil levant nous a visités d'en haut,
illumináre his, qui in ténebris et in umbra mortis sedent, * ad dirigéndos pedes nostros in viam pacis. pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et à l'ombre de la mort, pour diriger nos pas dans la voie de la paix.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Pétite, et dábitur vobis; quærite, et inveniétis; pulsáte, et aperiétur vobis.Ant. Demandez et l'on vous donnera; cherchez et vous trouverez; frappez et l'on vous ouvrira.
PrecesPrières litaniques
Christum Dóminum, diem et solem nostrum, qui illúminat omnem hóminem, et qui nescit occásum, laudémus clamántes: Louons le Christ, notre jour et notre soleil, qui illumine tout homme et qui ne connait pas de déclin, en proclamant:
O Dómine, vita et salus nostra! O Seigneur, notre vie et notre salut!
Primítias huius diéi, síderum Creátor, a tua pietáte gratánter suscípimus. Nous recevons avec joie les prémices de ce jour de Ta bonté, Créateur des astres.
Resurrectiónem tuam commemorámus. nous faisons mémoire de Ta Résurrection
Spíritus tuus bonus hódie nos tuum fácere dóceat beneplácitum, Que Ton Esprit nous enseigne aujourd'hui à faire ce qui Te plait,
et tua Sapiéntia dedúcat nos semper. et que Ta Sagesse nous conduise toujours
Magno cum gáudio coetui dominicáli da nobis interésse, Donne nous de nous tenir avec une grande joie par l'assemblée dominicale
in circúitu mensæ verbi et córporis tui. autour de la table de la parole et de Ton corps.
Grátias agunt tibi ánimæ nostræ, Nos âmes Te rendent grâce
pro innúmeris benefíciis tuis. pour Tes innombrables bienfaits.
Pater nosterNotre père
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum; qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra. que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra, et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem; et ne nous abandonne pas dans l'épreuve ;
sed líbera nos a malo. mais libère nous du malin.
Protéctor in te sperántium, Deus, sine quo nihil est válidum, nihil sanctum, multíplica super nos misericórdiam tuam, ut, te rectóre, te duce, sic bonis transeúntibus nunc utámur, ut iam possímus inhærére mansúris. Per Dóminum. Protecteur de ceux qui espèrent en Toi, ô Dieu, sans qui rien n'est solide, rien n'est saint, répands sur nous avec abondance Ta miséricorde, afin que sous Ta conduite et Ta direction, nous usions actuellement des biens passagers de manière à pouvoir dès ici-bas rester attachés à ceux qui demeurent.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo. ℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus. Que le Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen. ℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
℣. Ite in pace. ℣. Allez en paix.
℟. Deo grátias. ℟. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de tierce du dimanche 28 juillet 2019

Hebdomada XVII per annum XVIIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XVII per annum XVIIème dimanche dans l'année
Ad Tertiam
Ad Tertiam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Nunc, Sancte, nobis, Spíritus, Esprit très Saint, daigne en cette heure,
unum Patri cum Fílio, uni au Père, uni au Fils,
dignáre promptus íngeri descendre Toi-même sur nous
nostro refúsus péctori. et Te répandre dans nos âmes.
 
Os, lingua, mens, sensus, vigor Que notre coeur et notre bouche,
confessionem pérsonent, que tout en nous dise la foi !
flamméscat igne cáritas, Embrase-nous de charité ;
accéndat ardor próximos. que ce feu brûle aussi nos proches !
 
Per te sciámus da Patrem, Fais-nous connaître Dieu le Père,
noscámus atque Fílium, fais-nous apprendre aussi le Fils
te utriúsque Spíritum et croire en tout temps que Tu es
credámus omni témpore. Amen. l'unique Esprit de l'Un et l'Autre. Amen.
Ant. 1 Bonum est confúgere ad Dóminum; in sæculum misericórdia eius, allelúia.Ant. 1 Il est bon de se confier dans le Seigneur ; dans les siècles, Sa miséricorde, alléluia.
Psalmus 117 (118) Psaume 117 (118)
Vox iubilationis et salutis Vox iubilationis et salutis
Hic est lapis, qui reprobatus est a vobis ædificatoribus, qui factus est in caput anguli (Act 4, 11). Voici la pierre rejetée par vous de l'édifice, qui est devenue la pierre d'angle (Act 4, 11).
I I
Confitémini Dómino, quóniam bonus, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Louez le Seigneur parce qu'Il est bon, parce qu'éternelle est Sa miséricorde.
Dicat nunc Israel, quóniam bonus, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Voici l'heure pour Israël de dire qu'Il est bon et qu'éternelle est Sa miséricorde.
Dicat nunc domus Aaron, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Voici l'heure pour la maison d'Aaron de dire qu'Il est bon et qu'éternel est Son amour.
Dicant nunc, qui timent Dóminum, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Voici l'heure pour tous ceux qui craignent le Seigneur de dire qu'Il est bon et qu'éternelle est Sa miséricorde.
De tribulatióne invocávi Dóminum, * et exaudívit me edúcens in latitúdinem Dóminus. Dans ma détresse, j'ai invoqué le Seigneur, et le Seigneur m'a exaucé sans mesure.
Dóminus mecum, * non timébo, quid fáciat mihi homo. Le Seigneur est avec moi, je ne craindrai pas ce que l'homme pourrait me faire.
Dóminus mecum adiútor meus, * et ego despíciam inimícos meos. Le Seigneur est mon soutien, je regarde de haut mes ennemis.
Bonum est confúgere ad Dóminum * quam confídere in hómine. Mieux vaut mettre sa confiance dans le Seigneur que la placer en l'homme.
Bonum est confúgere ad Dóminum * quam confídere in princípibus. Mieux vaut se réfugier dans le Seigneur que d'accorder sa confiance aux princes.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Bonum est confúgere ad Dóminum; in sæculum misericórdia eius, allelúia.Ant. Il est bon de se confier dans le Seigneur ; dans les siècles, Sa miséricorde, alléluia.
Ant. 2 Fortitúdo mea et laus mea Dóminus, et factus est mihi in salútem (T.P. allélúia).Ant. 2 Ma force et mon chant, c'est le Seigneur, Il S'est fait pour moi le salut (T.P. alléluia).
II II
Omnes gentes circuiérunt me, * et in nómine Dómini excídi eos. Toutes les nations m'entouraient : au nom du Seigneur, je les ai détruites.
Circumdántes circumdedérunt me, * et in nómine Dómini excídi eos. Elles m'entouraient elles me cernaient : au nom du Seigneur, je les ai détruites.
Circumdedérunt me sicut apes † et exarsérunt sicut ignis in spinis, * et in nómine Dómini excídi eos. Elles m'entouraient comme une nuée d'abeilles ; elles ont crépité comme un feu d'épines ; au nom du Seigneur, je les ai détruites.
Impelléntes impulérunt me, ut cáderem, * et Dóminus adiúvit me. On me poussait de toutes part pour me faire tomber ; le Seigneur m'a recueilli.
Fortitúdo mea et laus mea Dóminus * et factus est mihi in salútem. Le Seigneur est ma force et mon chant, Il S'est fait pour moi le salut.
Vox iubilatiónis et salútis * in tabernáculis iustórum: Cris d'allégresse et de salut sous la tente des justes.
«Déxtera Dómini fecit virtútem! † Déxtera Dómini exaltávit me; * déxtera Dómini fecit virtútem!». La droite du Seigneur a déployé Sa puissance ; la droite du Seigneur m'a exalté ; la droite du Seigneur a déployé Sa puissance.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Fortitúdo mea et laus mea Dóminus, et factus est mihi in salútem (T.P. allélúia).Ant. Ma force et mon chant, c'est le Seigneur, Il S'est fait pour moi le salut (T.P. alléluia).
Ant. 3 Confitébor tibi, Dómine, quóniam exaudísti me, allelúia.Ant. 3 Je Te loue, Seigneur, car Tu m'as exaucé, alléluia.
III III
Aperíte mihi portas iustítiæ; * ingréssus in eas confitébor Dómino. Ouvrez-moi les portes de la justice : j'y entrerai pour louer le Seigneur.
Hæc porta Dómini; * iusti intrábunt in eam. Voici la porte du Seigneur : les justes seuls y ont accès.
Confitébor tibi, quóniam exaudísti me * et factus es mihi in salútem. Je Te loue de m'avoir exaucé, de T'être fait mon sauveur.
Lápidem, quem reprobavérunt ædificántes, * hic factus est in caput ánguli; La pierre mise au rebut par les maçons est devenue la pierre d'angle.
a Dómino factum est istud * et est mirábile in óculis nostris. C'est le Seigneur qui a fait ce prodige, et nos yeux Le contemplent avec admiration.
Hæc est dies, quam fecit Dóminus: * exsultémus et lætémur in ea. Voici le jour que le Seigneur a fait. Passons-le dans l'allégresse et dans la joie.
O Dómine, salvum me fac; * o Dómine, da prosperitátem! O Seigneur, sauve-moi ! O Seigneur, donne-moi la prospérité ! Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur !
Benedíctus, qui venit in nómine Dómini. * Benedícimus vobis de domo Dómini. De la maison du Seigneur nous vous bénissons. Le Seigneur est Dieu, et Sa lumière a brillé pour nous.
Deus Dóminus et illúxit nobis. * Instrúite sollemnitátem in ramis condénsis usque ad córnua altáris. Faites de ce jour une solennité : ornez les cornes de l'autel.
Deus meus es tu, et confitébor tibi, * Deus meus, et exaltábo te. Tu es mon Dieu, je Te louerai ; Tu es mon Dieu, je T'exalterai.
Confitémini Dómino, quóniam bonus, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Je Te louerai de m'avoir exaucé et de T'être fait mon sauveur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Confitébor tibi, Dómine, quóniam exaudísti me, allelúia.Ant. Je Te loue, Seigneur, car Tu m'as exaucé, alléluia.
Lectio brevis (1 Io 4, 16) Lecture brève (1 Io 4, 16)
Nos, qui credídimus, cognóvimus caritátem, quam habet Deus in nobis. Deus cáritas est, et qui manet in caritáte, in Deo manet, et Deus in eo manet. Nous avons connu l'amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est amour; et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.
℣. Inclína cor meum, Deus, in testimónia tua. ℟. In via tua vivífica me. ℣. Incline mon coeur, Seigneur, vers Tes commandements. ℟. Dans Ta voie, vivifie-moi.
Protéctor in te sperántium, Deus, sine quo nihil est válidum, nihil sanctum, multíplica super nos misericórdiam tuam, ut, te rectóre, te duce, sic bonis transeúntibus nunc utámur, ut iam possímus inhærére mansúris. Per Dóminum. Protecteur de ceux qui espèrent en Toi, ô Dieu, sans qui rien n'est solide, rien n'est saint, répands sur nous avec abondance Ta miséricorde, afin que sous Ta conduite et Ta direction, nous usions actuellement des biens passagers de manière à pouvoir dès ici-bas rester attachés à ceux qui demeurent.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Tertiam - psalmodia complementaria

A Tierce - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Bonum est confúgere ad Dóminum; in sæculum misericórdia eius, allelúia.Ant. 1 Il est bon de se confier dans le Seigneur ; dans les siècles, Sa miséricorde, alléluia.
Psalmus 119 (120) Psaume 119 (120)
Desiderium pacis Désir de paix
In tribulatione patientes, orationi instantes (Rom 12, 12). Soyez patients dans l'affliction, assidus à la prière, (Rom 12, 12).
Ad Dóminum, cum tribulárer, clamávi, * et exaudívit me. Vers le Seigneur, dans ma détresse, j'ai crié, et Il m'a exaucé:
Dómine, líbera ánimam meam a lábiis mendácii, * a língua dolósa. « Seigneur, délivre mon âme de la lèvre de mensonge, de la langue astucieuse! »
Quid detur tibi aut quid apponátur tibi, * língua dolósa? Que te sera-t-il donné, quel sera ton profit, langue perfide?
Sagíttæ poténtis acútæ * cum carbónibus iuniperórum. Les flèches aiguës du Tout-puissant, avec les charbons ardents du genêt.
Heu mihi, quia peregrinátus sum in Mosoch, * habitávi ad tabernácula Cedar! Malheureux que je suis de séjourner dans Mések, d'habiter sous les tentes de Cédar !
Multum íncola fuit ánima mea * cum his, qui odérunt pacem. Trop longtemps j'ai demeuré avec ceux qui haïssent la paix.
Ego eram pacíficus; * cum loquébar, illi impugnábant me. Je suis un homme de paix et, quand je leur parle, ils sont pour la guerre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Fortitúdo mea et laus mea Dóminus, et factus est mihi in salútem (T.P. allélúia).Ant. 2 Ma force et mon chant, c'est le Seigneur, Il S'est fait pour moi le salut (T.P. alléluia).
Psalmus 120 (121) Psaume 120 (121)
Custos populi Garde du peuple
Non esurient amplius, neque sitient amplius, neque cadet super illos sol neque ullus æstus (Ap 7, 16). Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, la brûlure du soleil ne les accablera plus. (Ap 7, 16).
Levábo óculos meos in montes: * unde véniet auxílium mihi? Je lève les yeux vers les montagnes : d'où me viendra le secours?
Auxílium meum a Dómino, * qui fecit cælum et terram. Mon secours viendra du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Non dabit in commotiónem pedem tuum, * neque dormitábit, qui custódit te. Il ne permettra pas que ton pied trébuche; celui qui te garde ne sommeillera pas.
Ecce non dormitábit neque dórmiet, * qui custódit Israel. Non, il ne sommeille ni ne dort, celui qui garde Israël.
Dóminus custódit te, † Dóminus umbráculum tuum, * ad manum déxteram tuam. Le Seigneur est ton gardien, le Seigneur est ton abri, toujours à ta droite.
Per diem sol non percútiet te, * neque luna per noctem. Pendant le jour le soleil ne te frappera point, ni la lune pendant la nuit.
Dóminus custódiet te ab omni malo; * custódiet ánimam tuam Dóminus. Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ton âme.
Dóminus custódiet intróitum tuum et éxitum tuum * ex hoc nunc et usque in sæculum Le Seigneur gardera ton départ et ton arrivée, maintenant et à jamais.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Fortitúdo mea et laus mea Dóminus, et factus est mihi in salútem (T.P. allélúia).Ant. 3 Ma force et mon chant, c'est le Seigneur, Il S'est fait pour moi le salut (T.P. alléluia).
Psalmus 121 (122) Psaume 121 (122)
Civitas sancta Ierusalem La cité sainte de Jérusalem
Accessistis ad Sion montem et civitatem Dei viventis, Ierusalem cælestem (Hebr 12, 22). Vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant qui est la Jérusalem céleste (Hebr 12, 22).
Lætátus sum in eo quod dixérunt mihi: * «In domum Dómini íbimus» . J'ai été dans la joie quand on m'a dit: « Allons à la maison du Seigneur »
Stantes iam sunt pedes nostri * in portis tuis, Ierúsalem. Maintenant nos pieds se tiennent à tes portes, Jérusalem.
Ierúsalem, quæ ædificáta est ut cívitas, * sibi compácta in idípsum. Jérusalem, tu es bâtie comme une ville où tout se tient ensemble.
Illuc enim ascendérunt tribus, tribus Dómini, * testimónium Israel, ad confiténdum nómini Dómini. Là montent les tribus, les tribus du Seigneur, selon la loi d'Israël, pour louer le nom du Seigneur.
Quia illic sedérunt sedes ad iudícium, *sedes domus David. Là sont établis des sièges pour le jugement, les sièges de la maison de David.
Rogáte, quæ ad pacem sunt Ierúsalem: * «Secúri sint diligéntes te! Faites des voeux pour Jérusalem: « Qu'ils soient en sûreté ceux qui t'aiment !
Fiat pax in muris tuis, * et secúritas in túrribus tuis! ». Que la paix règne dans tes murs, la prospérité dans tes palais ! »
Propter fratres meos et próximos meos * loquar: «Pax in te! ». A cause de mes frères et de mes amis, je dis : «Paix sur toi ! ».
Propter domum Dómini Dei nostri * exquíram bona tibi. A cause de la maison du Seigneur, notre Dieu, je désire pour toi le bonheur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Messe du dimanche 28 juillet 2019

Hebdomada XVII per annum XVIIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XVII per annum XVIIème dimanche dans l'année
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introït
Ps. 67, 6-7 et 36 Ps. 67,6-7 et 36
DEUS in loco sancto suo: Deus qui inhabitáre facit unánimes in domo: ipse dabit virtútem, et fortitúdinem plebi suae. Ps. ibid., 2 Exsúrgat Deus, et dissipéntur inimíci eius: et fúgiant, qui odérunt eum, a fácie eius. ℣. Glória Patri. Dieu est dans Son lieu saint. C'est le Dieu qui fait habiter dans une même maison ceux qui ont un même esprit; c'est Lui qui donne la puissance et la force à Son peuple. Ps. ibid. 2 Que Dieu Se lève, et que Ses ennemis soient dissipés: et que ceux qui Le haïssent fuient devant Sa face.
Collecta Collecte
Protéctor in te sperántium, Deus, sine quo nihil est válidum, nihil sanctum, multíplica super nos misericórdiam tuam, ut, te rectóre, te duce, sic bonis transeúntibus nunc utámur, ut iam possímus inhærére mansúris. Per Dóminum. Protecteur de ceux qui espèrent en Toi, ô Dieu, sans qui rien n'est solide, rien n'est saint, répands sur nous avec abondance Ta miséricorde, afin que sous Ta conduite et Ta direction, nous usions actuellement des biens passagers de manière à pouvoir dès ici-bas rester attachés à ceux qui demeurent.
Lectio I Ière lecture
Léctio libri Génesis (18,20-32)
In diebus illis: Dixit Dóminus: “Clámor contra Sodómam et Gomórram multiplicátus est, et peccátum eórum aggravátum est nimis. Descéndam et vidébo utrum clamórem, qui venit ad me, ópere compléverint an non; sciam.” Converterúntque se inde viri et abiérunt Sodómam; Ábraham vero adhuc stabat coram Dómino. Et appropínquans ait: “Númquid vere perdes iústum cum ímpio? Si forte fúerint quinquagínta iústi in civitáte, vere perdes et non parces loco illi propter quinquagínta iústos, si fúerint in eo? Absit a te, ut rem hanc fácias et óccidas iústum cum ímpio, fiátque iústus sicut ímpius; absit a te. Nonne iúdex univérsae terrae fáciet iudícium?” Dixítque Dóminus: “Si invénero Sodómae quinquagínta iústos in médio civitátis, dimíttam omni loco propter eos.” Respondénsque Ábraham ait: “Ecce coepi loqui ad Dóminum meum, cum sim pulvis et cinis. Quid, si forte minus quinquagínta iústis quinque fúerint? Delébis propter quinque univérsam urbem?” Et ait: “Non delébo, si invénero ibi quadragínta quinque.” Rursúmque locútus est ad eum: “Si forte invénti fúerint ibi quadragínta?” Ait: “Non percútiam propter quadragínta.” “Ne, quaeso, inquit, indignétur Dóminus meus, si loquar. Si forte ibi invénti fúerint trigínta?” Respóndit: “Non fáciam, si invénero ibi trigínta.” “Ecce, ait, coepi loqui ad Dóminum meum. Si forte invénti fúerint ibi vigínti?” Dixit: “Non interfíciam propter vigínti.” “Óbsecro, inquit, ne irascátur Dóminus meus, si loquar adhuc semel. Si forte invénti fúerint ibi decem?” Dixit: “Non delébo propter decem.” En ces jours là : le Seigneur dit : "Le cri (La clameur) contre Sodome et Gomorrhe s’augmente de plus en plus, et leur péché est monté jusqu’à son comble (s’est aggravé outre mesure). Je descendrai donc, et je verrai si leurs œuvres répondent à ce cri (la clameur) qui est venu jusqu’à moi, pour savoir si cela est ainsi, ou si cela n’est pas (que je le sache). Alors deux de ces hommes (Et ils) partirent de là, et s’en allèrent à Sodome : mais Abraham demeura encore devant le Seigneur. Et s’approchant, il Lui dit : Perdras-Tule juste avec l’impie ? S’il y a cinquante justes dans cette ville, périront-ils avec tous les autres ? Et ne pardonnerez-vous pas plutôt à la ville à cause de cinquante justes, s’il s’y en trouvait autant ?  Non, sans doute, vous êtes bien éloigné d’agir de la sorte, de perdre le juste avec l’impie, et de confondre les bons avec les méchants. Cette conduite ne vous convient en aucune sorte ; et jugeant, comme vous faites, toute la terre, vous ne pourrez exercer un tel jugement. Le Seigneur lui répondit : Si je trouve dans (l’enceinte de) Sodome cinquante justes, je pardonnerai à cause d’eux à toute la ville. Abraham dit ensuite : Puisque j’ai commencé, je parlerai encore à mon Seigneur, quoique je ne sois que poussière et que cendre. S’il s’en fallait cinq qu’il y eût cinquante justes, perdrais-Tu toute la ville, parce qu’il n’y en aurait que quarante-cinq ? Le Seigneur lui dit : Je ne perdrai point la ville, s’il s’y trouve quarante-cinq justes. Abraham lui dit encore : Mais s’il y avait quarante justes, que ferez-vous ? Je ne détruirai point la ville, si j’y trouve quarante justes. Je Te prie, Seigneur, dit Abraham, de ne pas trouver mauvais si je parle encore. Si Tu trouves dans cette ville trente justes, que feras-Tu ? Si j’y en trouve trente, dit le Seigneur, je ne la perdrai point. Puisque j’ai commencé, reprit Abraham, je parlerai encore à mon Seigneur : Et si Tu en trouves vingt ? Dieu lui dit : Je ne la perdrai point non plus s’il y en a vingt. Seigneur, ajouta Abraham, ne Te fâche pas, je Te supplie, si je parle encore une fois. Et si Tu trouves dix justes dans cette ville ? Je ne la perdrai point, dit-il, s’il y a dix justes.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias. Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Graduale Graduel
Ps. 27, 7 et 1 Ps. 27,7 et 1
℟. In Deo sperávit cor meum, et adiútus sum: et reflóruit caro mea, et ex voluntáte mea confitébor illi. ℣. Ad te, Dómine, clamávi: Deus meus, ne síleas, ne discédas a me. ℟. Mon coeur a espéré en Dieu, et j'ai été secouru. Aussi Le louerai-je de tout mon coeur. ℣. Je crierai vers Toi, Seigneur; mon Dieu, ne garde pas le silence à mon égard.
Lectio II IIème lecture
Léctio Epistolae beáti Pauli apóstoli ad Colossénses (2,12-14)
Fratres: Christo consepúlti estis in baptísmo, in quo et conresuscitáti estis per fidem operatiónis Dei, qui suscitávit illum a mórtuis; et vos, cum mórtui essétis in delíctis et praepútio carnis vestrae, convivificávit cum illo, donans nobis ómnia delícta, delens, quod advérsum nos erat, chirográphum decrétis, quod erat contrárium nobis, et ipsum tulit de médio áffigens illud cruci. Frères : vous avez été ensevelis avec le Christ par le baptême, dans lequel vous êtes aussi ressuscités par la foi en la puissance de Dieu, qui L’a ressuscité des morts. Et lorsque vous étiez morts par vos offenses (péchés) et par l’incirconcision de votre chair, Il vous a fait revivre avec Lui, vous pardonnant tous vos péchés. Il a effacé l’acte (la cédule) qui s’élevait contre nous par Ses décrets, qui nous était contraire, et Il l’a mis de côté (abolie), en le (la) clouant sur la croix.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias. Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Allelúia Alléluia
Ps. 80, 2-3 Ps. 80,2-3
℟. Allelúia. ℣. Exsultáte Deo adiutóri nostro, iubiláte Deo Iacob: súmite psalmum iucúndum cum cíthara. ℟. Alléluia. ℣. Tressaillez d'allégresse en Dieu notre protecteur; * chantez avec transport en l'honneur du Dieu de Jacob. Entonnez le psaume de joie avec la cithare.
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam (11,1-13)
Et factum est cum esset in loco quodam orans, ut cessávit, dixit unus ex discípulis eíus ad eum: “Dómine, doce nos oráre, sicut et Ioánnes dócuit discípulos suos.” Et ait illis: “Cum orátis, dícite: Pater, sanctificétur nomen tuum, advéniat regnum tuum; panem nostrum cotidiánum da nobis cotídie, et dimítte nobis peccáta nostra, si quidem et ipsi dimíttimus omni debénti nobis, et ne nos indúcas in tentatiónem.” Et ait ad illos: “Quis vestrum habébit amícum et ibit ad illum média nocte et dicet illi: ‘Ámice, cómmoda mihi tres panes, quóniam amícus meus venit de via ad me, et non hábeo, quod ponam ante illum’; et ille de intus respóndens dicat: ‘Noli mihi moléstus esse; iam óstium clausum est, et púeri mei mecum sunt in cubíli; non possum súrgere et dare tibi.’ Dico vobis: Et si non dabit illi surgens, eo quod amícus eíus sit, propter improbitátem tamen eíus surget et dabit illi, quotquot habet necessários. Et ego vobis dico: Pétite, et dábitur vobis; quǽrite, et inveniétis; pulsáte, et aperiétur vobis. Omnis enim qui petit, áccipit; et, qui quaerit, invénit; et pulsánti aperiétur. Quem autem ex vobis patrem fílius petíerit piscem, numquid pro pisce serpéntem dabit illi? Aut si petíerit ovum, numquid pórriget illi scorpiónem? Si ergo vos, cum sitis mali, nostis dona bona dare fíliis vestris, quanto magis Pater de caelo dabit Spíritum Sanctum peténtibus se.” Il arriva, comme Il priait dans un certain lieu, que, lorsqu’Il eut achevé, un de ses disciples lui dit : Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean l’a appris à ses disciples. Et il leur dit : Lorsque vous priez, dites : Père, que Ton nom soit sanctifié ; que Ton règne arrive ; donne-nous aujourd’hui notre pain de chaque jour. Et remetd-nous nos péchés, puisque nous remettons, nous aussi, à quiconque nous doit ; et ne nous induis pas en tentation. Il leur dit encore : Si l’un de vous a un ami, et qu’il aille le trouver au milieu de la nuit, pour lui dire : Mon ami, prête-moi trois pains, car un de mes amis est arrivé de voyage chez moi, et je n’ai rien à lui offrir, et si, de l’intérieur, l’autre répond : Ne m’importune pas ; la porte est déjà fermée, et mes enfants et moi nous sommes au lit ; je ne puis me lever pour t’en donner ; 8 si cependant le premier continue de frapper, je vous le dis, quand même il ne se lèverait pas pour lui en donner parce qu’il est son ami, il se lèvera du moins à cause de son importunité, et il lui en donnera autant qu’il lui en faut. Et moi, je vous dis : Demandez, et on vous donnera ; cherchez, et vous trouverez ; frappez à la porte, et on vous ouvrira. Car quiconque demande, reçoit ; et qui cherche, trouve ; et à celui qui frappe à la porte, on ouvrira. Si l’un de vous demande du pain à son père, celui-ci lui donnera-t-il une pierre ? Ou, s’il demande un poisson, lui donnera-t-il un serpent au lieu du poisson ? Ou, s’il demande un œuf, lui donnera-t-il un scorpion ? Si donc vous, qui êtes méchants (mauvais), vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans le ciel donnera-t-il l’Esprit bon à ceux qui le lui demandent !
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium
Offertoire
Ps. 29, 2-3
Exaltábo te, Dómine, quóniam suscepísti me, nec delectásti inimícos meos super me: Dómine, clamávi ad te, et sanásti me. Je T'exalterai, Seigneur, parce que Tu m'as relevé, et que Tu n'as pas réjoui mes ennemis à mon sujet. Seigneur j'ai crié vers Toi, et Tu m'as guéri.
Super oblataPrière sur les oblats
Stans postea in medio altaris, versus ad populum, extendens et iungens manus, dicit: Après cela, debout au centre de l'autel, tourné vers le peuple, en étendant puis joignant les mains, il dit :
Oráte, fratres, ut meum ac vestrum sacrifícium acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem. Priez, mes frères, pour que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, puisse être agréé par Dieu le Père tout-puissant.
Populus surgit et respondet: Le peuple se lève et répond :
Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram totiúsque Ecclésiæ suæ sanctæ. Que le Seigneur reçoive de vos mains le sacrifice, à la louange et à la gloire de Son nom, et aussi pour notre bien et celui de toute Sa sainte Église.
Súscipe, quæsumus, Dómine, múnera, quæ tibi de tua largitáte deférimus, ut hæc sacrosáncta mystéria, grátiæ tuæ operánte virtúte, et præséntis vitæ nos conversatióne sanctíficent, et ad gáudia sempitérna perdúcant. Per Christum.
Communio Communion
Matth. 13, 45-46
Símile est regnum caelórum hómini negotiatóri, quaerénti bonas margarítas: invénta autem una pretiósa margaríta, dedit ómnia sua, et comparávit eam. (T. P. Allelúia.) Le Royaume des Cieux est comparable à un marchand qui recherche des perles fines. Quand il trouve une perle de grand prix, il vend tout ce qu’il possède, et il l’achète.
Post communionem Post communion
Súmpsimus, Dómine, divínum sacraméntum, passiónis Fílii tui memoriále perpétuum; tríbue, quǽsumus, ut ad nostram salútem hoc munus profíciat, quod ineffábili nobis caritáte ipse donávit. Qui vivit.
Modifications aux messes lues :
Ant. ad introitum Ant. à l'introït
Cf. Ps 67, 6-7.36
Deus in loco sancto suo; Deus qui inhabitáre facit unánimes in domo, ipse dabit virtútem et fortitúdinem plebi suæ. Dieu est dans Son lieu saint. C'est le Dieu qui fait habiter dans une même maison ceux qui ont un même esprit; c'est Lui qui donne la puissance et la force à Son peuple.
Ant. ad communionem
Ps 102, 2
Bénedic, ánima mea, Dómino, et noli oblivísci omnes retributiónes eius.
Vel:
Mt 5, 7-8
Beáti misericórdes, quóniam ipsi misericórdiam consequéntur. Beáti mundo corde, quóniam ipsi Deum vidébunt.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de sexte du dimanche 28 juillet 2019

Hebdomada XVII per annum XVIIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XVII per annum XVIIème dimanche dans l'année
Ad Sextam
Ad Sextam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Rector potens, verax Deus, Maître puissant, Dieu Vérité,
qui témperas rerum vices, Tu règles la marche du temps,
splendóre mane ínstruis Tu formes l'aube en sa clarté,
et ígnibus merídiem. au midi Tu donnes ses flammes.
Exstíngue flammas lítium, Éteins le feu des dissensions,
aufer calórem nóxium, calme la fièvre du péché,
confer salútem córporum apporte à nos corps la santé
verámque pacem córdium. à nos cœurs, la paix véritable.
Praesta, Pater piíssime, Exauce-nous, Père très bon,
Patríque compar Unice, et Toi, le Fils égal au Père,
cum Spíritu Paráclito avec l'Esprit consolateur,
regnans per omne sæculum. Amen. régnant pour les siècles des siècles.
Ant. 1 Bonum est confúgere ad Dóminum; in sæculum misericórdia eius, allelúia.Ant. 1 Il est bon de se confier dans le Seigneur ; dans les siècles, Sa miséricorde, alléluia.
Psalmus 117 (118) Psaume 117 (118)
Vox iubilationis et salutis Vox iubilationis et salutis
Hic est lapis, qui reprobatus est a vobis ædificatoribus, qui factus est in caput anguli (Act 4, 11). Voici la pierre rejetée par vous de l'édifice, qui est devenue la pierre d'angle (Act 4, 11).
I I
Confitémini Dómino, quóniam bonus, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Louez le Seigneur parce qu'Il est bon, parce qu'éternelle est Sa miséricorde.
Dicat nunc Israel, quóniam bonus, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Voici l'heure pour Israël de dire qu'Il est bon et qu'éternelle est Sa miséricorde.
Dicat nunc domus Aaron, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Voici l'heure pour la maison d'Aaron de dire qu'Il est bon et qu'éternel est Son amour.
Dicant nunc, qui timent Dóminum, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Voici l'heure pour tous ceux qui craignent le Seigneur de dire qu'Il est bon et qu'éternelle est Sa miséricorde.
De tribulatióne invocávi Dóminum, * et exaudívit me edúcens in latitúdinem Dóminus. Dans ma détresse, j'ai invoqué le Seigneur, et le Seigneur m'a exaucé sans mesure.
Dóminus mecum, * non timébo, quid fáciat mihi homo. Le Seigneur est avec moi, je ne craindrai pas ce que l'homme pourrait me faire.
Dóminus mecum adiútor meus, * et ego despíciam inimícos meos. Le Seigneur est mon soutien, je regarde de haut mes ennemis.
Bonum est confúgere ad Dóminum * quam confídere in hómine. Mieux vaut mettre sa confiance dans le Seigneur que la placer en l'homme.
Bonum est confúgere ad Dóminum * quam confídere in princípibus. Mieux vaut se réfugier dans le Seigneur que d'accorder sa confiance aux princes.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Bonum est confúgere ad Dóminum; in sæculum misericórdia eius, allelúia.Ant. Il est bon de se confier dans le Seigneur ; dans les siècles, Sa miséricorde, alléluia.
Ant. 2 Fortitúdo mea et laus mea Dóminus, et factus est mihi in salútem (T.P. allélúia).Ant. 2 Ma force et mon chant, c'est le Seigneur, Il S'est fait pour moi le salut (T.P. alléluia).
II II
Omnes gentes circuiérunt me, * et in nómine Dómini excídi eos. Toutes les nations m'entouraient : au nom du Seigneur, je les ai détruites.
Circumdántes circumdedérunt me, * et in nómine Dómini excídi eos. Elles m'entouraient elles me cernaient : au nom du Seigneur, je les ai détruites.
Circumdedérunt me sicut apes † et exarsérunt sicut ignis in spinis, * et in nómine Dómini excídi eos. Elles m'entouraient comme une nuée d'abeilles ; elles ont crépité comme un feu d'épines ; au nom du Seigneur, je les ai détruites.
Impelléntes impulérunt me, ut cáderem, * et Dóminus adiúvit me. On me poussait de toutes part pour me faire tomber ; le Seigneur m'a recueilli.
Fortitúdo mea et laus mea Dóminus * et factus est mihi in salútem. Le Seigneur est ma force et mon chant, Il S'est fait pour moi le salut.
Vox iubilatiónis et salútis * in tabernáculis iustórum: Cris d'allégresse et de salut sous la tente des justes.
«Déxtera Dómini fecit virtútem! † Déxtera Dómini exaltávit me; * déxtera Dómini fecit virtútem!». La droite du Seigneur a déployé Sa puissance ; la droite du Seigneur m'a exalté ; la droite du Seigneur a déployé Sa puissance.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Fortitúdo mea et laus mea Dóminus, et factus est mihi in salútem (T.P. allélúia).Ant. Ma force et mon chant, c'est le Seigneur, Il S'est fait pour moi le salut (T.P. alléluia).
Ant. 3 Confitébor tibi, Dómine, quóniam exaudísti me, allelúia.Ant. 3 Je Te loue, Seigneur, car Tu m'as exaucé, alléluia.
III III
Aperíte mihi portas iustítiæ; * ingréssus in eas confitébor Dómino. Ouvrez-moi les portes de la justice : j'y entrerai pour louer le Seigneur.
Hæc porta Dómini; * iusti intrábunt in eam. Voici la porte du Seigneur : les justes seuls y ont accès.
Confitébor tibi, quóniam exaudísti me * et factus es mihi in salútem. Je Te loue de m'avoir exaucé, de T'être fait mon sauveur.
Lápidem, quem reprobavérunt ædificántes, * hic factus est in caput ánguli; La pierre mise au rebut par les maçons est devenue la pierre d'angle.
a Dómino factum est istud * et est mirábile in óculis nostris. C'est le Seigneur qui a fait ce prodige, et nos yeux Le contemplent avec admiration.
Hæc est dies, quam fecit Dóminus: * exsultémus et lætémur in ea. Voici le jour que le Seigneur a fait. Passons-le dans l'allégresse et dans la joie.
O Dómine, salvum me fac; * o Dómine, da prosperitátem! O Seigneur, sauve-moi ! O Seigneur, donne-moi la prospérité ! Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur !
Benedíctus, qui venit in nómine Dómini. * Benedícimus vobis de domo Dómini. De la maison du Seigneur nous vous bénissons. Le Seigneur est Dieu, et Sa lumière a brillé pour nous.
Deus Dóminus et illúxit nobis. * Instrúite sollemnitátem in ramis condénsis usque ad córnua altáris. Faites de ce jour une solennité : ornez les cornes de l'autel.
Deus meus es tu, et confitébor tibi, * Deus meus, et exaltábo te. Tu es mon Dieu, je Te louerai ; Tu es mon Dieu, je T'exalterai.
Confitémini Dómino, quóniam bonus, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Je Te louerai de m'avoir exaucé et de T'être fait mon sauveur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Confitébor tibi, Dómine, quóniam exaudísti me, allelúia.Ant. Je Te loue, Seigneur, car Tu m'as exaucé, alléluia.
Lectio brevis (Gal 6, 7-8) Lecture brève (Gal 6, 7-8)
Quæ semináverit homo, hæc et metet; quóniam, qui séminat in carne sua, de carne metet corruptiónem, qui autem séminat in spíritu, de spíritu metet vitam ætérnam. Ce qu'on aura semé, on le moissonnera. Celui qui sème dans sa chair moissonnera, de la chair, la corruption; celui qui sème dans l'esprit moissonnera, de l'esprit, la vie éternelle.
℣. In ætérnum, Dómine, verbum tuum. ℟. In generatiónem et generatiónem véritas tua. ℣. Dans l'éternité, Seigneur Ta parole [demeure]. ℟. Et de génération en génération, Ta vérité.
Protéctor in te sperántium, Deus, sine quo nihil est válidum, nihil sanctum, multíplica super nos misericórdiam tuam, ut, te rectóre, te duce, sic bonis transeúntibus nunc utámur, ut iam possímus inhærére mansúris. Per Dóminum. Protecteur de ceux qui espèrent en Toi, ô Dieu, sans qui rien n'est solide, rien n'est saint, répands sur nous avec abondance Ta miséricorde, afin que sous Ta conduite et Ta direction, nous usions actuellement des biens passagers de manière à pouvoir dès ici-bas rester attachés à ceux qui demeurent.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Sextam - psalmodia complementaria

A Sexte - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Bonum est confúgere ad Dóminum; in sæculum misericórdia eius, allelúia.Ant. 1 Il est bon de se confier dans le Seigneur ; dans les siècles, Sa miséricorde, alléluia.
Psalmus 122 (123) Psaume 122 (123)
Dominus fiducia populi Le Seigneur, confiance du peuple
Duo cæci... clamaverunt: «Domine, miserere nostri, Fili David» (Mt 20, 30). Deux aveugles crièrent « Seigneur, aie pitié de nous, Fils de David » (Mt 20, 30).
Ad te levávi óculos meos, * qui hábitas in cælis. J'élève mes yeux vers Toi, ô toi qui siège dans les cieux!
Ecce sicut óculi servórum ad manus dominórum suórum, * sicut óculi ancíllæ ad manus dóminæ suæ, Comme l'oeil du serviteur est fixé sur la main de son maître, et l'oeil de la servante sur la main de sa maîtresse,
ita óculi nostri ad Dóminum Deum nostrum, * donec misereátur nostri. ainsi nos yeux sont fixés sur le Seigneur, notre Dieu, jusqu'à ce qu'Il ait pitié de nous.
Miserére nostri, Dómine, miserére nostri, * quia multum repléti sumus despectióne; Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous, car nous n'avons été que trop rassasiés d'opprobres.
quia multum repléta est ánima nostra * derisióne abundántium et despectióne superbórum. Notre âme n'a été que trop rassasiée de la moquerie des superbes, du mépris des orgueilleux.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Fortitúdo mea et laus mea Dóminus, et factus est mihi in salútem (T.P. allélúia).Ant. 2 Ma force et mon chant, c'est le Seigneur, Il S'est fait pour moi le salut (T.P. alléluia).
Psalmus 123 (124) Psaume 123 (124)
Adiutorium nostrum in nomine Domini Notre secours est dans le nom du Seigneur
Dixit Dominus Paulo: «Noli timere ... quia ego sum tecum» (Act 18, 9-10). Le Seigneur dit à Paul : « ne crains pas ... Je suis avec toi» (Act 18, 9-10).
Nisi quia Dóminus erat in nobis, dicat nunc Israel, † nisi quia Dóminus erat in nobis, * cum exsúrgerent hómines in nos: Si le Seigneur n'eût été pour nous, qu'Israël le proclame, si le Seigneur n'eût été pour nous, quand les hommes se sont élevés contre nous.
forte vivos deglutíssent nos, * cum irascerétur furor eórum in nos. Ils nous auraient dévorés tout vivants, quand leur colère s'est allumée contre nous.
Fórsitan aqua absorbuísset nos, † torrens pertransísset ánimam nostram * fórsitan pertransíssent ánimam nostram aquæ intumescéntes. Les eaux nous auraient engloutis, le torrent eût passé sur notre âme; sur notre âme auraient passé les eaux impétueuses.
Benedíctus Dóminus; * qui non dedit nos in direptiónem déntibus eórum. Béni soit le Seigneur, qui ne nous a pas livrés à leurs dents.
Anima nostra sicut passer erépta est * de láqueo venántium: Notre âme, comme le passereau, s'est échappée du filet de l'oiseleur :
láqueus contrítus est, * et nos erépti sumus. le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Adiutórium nostrum in nómine Dómini, * qui fecit cælum et terram. Notre secours est dans le nom du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Confitébor tibi, Dómine, quóniam exaudísti me, allelúia.Ant. 3 Je Te loue, Seigneur, car Tu m'as exaucé, alléluia.
Psalmus 124 (125) Psaume 124 (125)
Dominus custos populi sui Le Seigneur prend soin de son peuple
Pax super Israel Dei (Gal 6, 16). La paix de Dieu sur Israël (Gal 6, 16).
Qui confídunt in Dómino sicut mons Sion: * non commovébitur, in ætérnum manet. Ceux qui se confient dans le Seigneur sont comme la montagne de Sion: elle ne chancelle point, elle est établie pour toujours.
Ierúsalem, montes in circúitu eius, † et Dóminus in circúitu pópuli sui * ex hoc nunc et usque in sæculum. Jérusalem a autour d'elle une ceinture de montagnes: ainsi le Seigneur entoure Son peuple, dès maintenant et à jamais.
Quia non requiéscet virga iniquitátis super sortem iustórum, * ut non exténdant iusti ad iniquitátem manus suas. Le sceptre des méchants ne restera pas sur l'héritage des justes, afin que les justes ne portent pas aussi leurs mains vers l'iniquité.
Bénefac, Dómine, bonis * et rectis corde. Seigneur, répands Tes bontés sur les bons, et sur ceux qui ont le coeur droit.
Declinántes autem per vias pravas † addúcet Dóminus cum operántibus iniquitátem. * Pax super Israel! Mais sur ceux qui se détournent en des voies tortueuses, que le Seigneur les abandonne avec ceux qui font le mal. Paix sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de none du dimanche 28 juillet 2019

Hebdomada XVII per annum XVIIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XVII per annum XVIIème dimanche dans l'année
Ad Nonam
Ad Nonam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Rerum, Deus, tenax vigor, Dieu fort, soutien de l'univers,
immótus in te pérmanens, qui est en Toi sans changement,
lucis diúrnae témpora Tu fixes dans leur succession
succéssibus detérminans, les temps que le soleil mesure.
Largíre clarum véspere, Donne-nous un soir lumineux
quo vita numquam décidat, où la vie ne décline pas,
sed praémium mortis sacrae où, pour le fruit de la Sainte Mort,
perénnis instet glória. resplendira toujours la gloire.
Praesta, Pater piíssime, Exauce-nous, Père très bon,
Patríque compar Unice, et Toi, le Fils égal au Père,
cum Spíritu Paráclito avec l'Esprit consolateur,
regnans per omne sæculum. Amen. régnant pour les siècles des siècles.
Ant. 1 Bonum est confúgere ad Dóminum; in sæculum misericórdia eius, allelúia.Ant. 1 Il est bon de se confier dans le Seigneur ; dans les siècles, Sa miséricorde, alléluia.
Psalmus 117 (118) Psaume 117 (118)
Vox iubilationis et salutis Vox iubilationis et salutis
Hic est lapis, qui reprobatus est a vobis ædificatoribus, qui factus est in caput anguli (Act 4, 11). Voici la pierre rejetée par vous de l'édifice, qui est devenue la pierre d'angle (Act 4, 11).
I I
Confitémini Dómino, quóniam bonus, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Louez le Seigneur parce qu'Il est bon, parce qu'éternelle est Sa miséricorde.
Dicat nunc Israel, quóniam bonus, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Voici l'heure pour Israël de dire qu'Il est bon et qu'éternelle est Sa miséricorde.
Dicat nunc domus Aaron, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Voici l'heure pour la maison d'Aaron de dire qu'Il est bon et qu'éternel est Son amour.
Dicant nunc, qui timent Dóminum, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Voici l'heure pour tous ceux qui craignent le Seigneur de dire qu'Il est bon et qu'éternelle est Sa miséricorde.
De tribulatióne invocávi Dóminum, * et exaudívit me edúcens in latitúdinem Dóminus. Dans ma détresse, j'ai invoqué le Seigneur, et le Seigneur m'a exaucé sans mesure.
Dóminus mecum, * non timébo, quid fáciat mihi homo. Le Seigneur est avec moi, je ne craindrai pas ce que l'homme pourrait me faire.
Dóminus mecum adiútor meus, * et ego despíciam inimícos meos. Le Seigneur est mon soutien, je regarde de haut mes ennemis.
Bonum est confúgere ad Dóminum * quam confídere in hómine. Mieux vaut mettre sa confiance dans le Seigneur que la placer en l'homme.
Bonum est confúgere ad Dóminum * quam confídere in princípibus. Mieux vaut se réfugier dans le Seigneur que d'accorder sa confiance aux princes.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Bonum est confúgere ad Dóminum; in sæculum misericórdia eius, allelúia.Ant. Il est bon de se confier dans le Seigneur ; dans les siècles, Sa miséricorde, alléluia.
Ant. 2 Fortitúdo mea et laus mea Dóminus, et factus est mihi in salútem (T.P. allélúia).Ant. 2 Ma force et mon chant, c'est le Seigneur, Il S'est fait pour moi le salut (T.P. alléluia).
II II
Omnes gentes circuiérunt me, * et in nómine Dómini excídi eos. Toutes les nations m'entouraient : au nom du Seigneur, je les ai détruites.
Circumdántes circumdedérunt me, * et in nómine Dómini excídi eos. Elles m'entouraient elles me cernaient : au nom du Seigneur, je les ai détruites.
Circumdedérunt me sicut apes † et exarsérunt sicut ignis in spinis, * et in nómine Dómini excídi eos. Elles m'entouraient comme une nuée d'abeilles ; elles ont crépité comme un feu d'épines ; au nom du Seigneur, je les ai détruites.
Impelléntes impulérunt me, ut cáderem, * et Dóminus adiúvit me. On me poussait de toutes part pour me faire tomber ; le Seigneur m'a recueilli.
Fortitúdo mea et laus mea Dóminus * et factus est mihi in salútem. Le Seigneur est ma force et mon chant, Il S'est fait pour moi le salut.
Vox iubilatiónis et salútis * in tabernáculis iustórum: Cris d'allégresse et de salut sous la tente des justes.
«Déxtera Dómini fecit virtútem! † Déxtera Dómini exaltávit me; * déxtera Dómini fecit virtútem!». La droite du Seigneur a déployé Sa puissance ; la droite du Seigneur m'a exalté ; la droite du Seigneur a déployé Sa puissance.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Fortitúdo mea et laus mea Dóminus, et factus est mihi in salútem (T.P. allélúia).Ant. Ma force et mon chant, c'est le Seigneur, Il S'est fait pour moi le salut (T.P. alléluia).
Ant. 3 Confitébor tibi, Dómine, quóniam exaudísti me, allelúia.Ant. 3 Je Te loue, Seigneur, car Tu m'as exaucé, alléluia.
III III
Aperíte mihi portas iustítiæ; * ingréssus in eas confitébor Dómino. Ouvrez-moi les portes de la justice : j'y entrerai pour louer le Seigneur.
Hæc porta Dómini; * iusti intrábunt in eam. Voici la porte du Seigneur : les justes seuls y ont accès.
Confitébor tibi, quóniam exaudísti me * et factus es mihi in salútem. Je Te loue de m'avoir exaucé, de T'être fait mon sauveur.
Lápidem, quem reprobavérunt ædificántes, * hic factus est in caput ánguli; La pierre mise au rebut par les maçons est devenue la pierre d'angle.
a Dómino factum est istud * et est mirábile in óculis nostris. C'est le Seigneur qui a fait ce prodige, et nos yeux Le contemplent avec admiration.
Hæc est dies, quam fecit Dóminus: * exsultémus et lætémur in ea. Voici le jour que le Seigneur a fait. Passons-le dans l'allégresse et dans la joie.
O Dómine, salvum me fac; * o Dómine, da prosperitátem! O Seigneur, sauve-moi ! O Seigneur, donne-moi la prospérité ! Béni soit Celui qui vient au nom du Seigneur !
Benedíctus, qui venit in nómine Dómini. * Benedícimus vobis de domo Dómini. De la maison du Seigneur nous vous bénissons. Le Seigneur est Dieu, et Sa lumière a brillé pour nous.
Deus Dóminus et illúxit nobis. * Instrúite sollemnitátem in ramis condénsis usque ad córnua altáris. Faites de ce jour une solennité : ornez les cornes de l'autel.
Deus meus es tu, et confitébor tibi, * Deus meus, et exaltábo te. Tu es mon Dieu, je Te louerai ; Tu es mon Dieu, je T'exalterai.
Confitémini Dómino, quóniam bonus, * quóniam in sæculum misericórdia eius. Je Te louerai de m'avoir exaucé et de T'être fait mon sauveur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Confitébor tibi, Dómine, quóniam exaudísti me, allelúia.Ant. Je Te loue, Seigneur, car Tu m'as exaucé, alléluia.
Lectio brevis (Cf. Gal 6, 9-10) Lecture brève (Cf. Gal 6, 9-10)
Bonum faciámus infatigábiles, témpore enim suo metémus non deficiéntes. Ergo dum tempus habémus, operémur bonum ad omnes, máxime autem ad domésticos fídei. Ne nous lassons point de faire le bien; car nous moissonnerons en son temps, si nous ne nous relâchons pas. Ainsi donc, pendant que nous en avons le temps, faisons le bien envers tous, et surtout envers les frères dans la foi.
℣. Clamávi in toto corde meo, exáudi me, Dómine. ℟. Iustificatiónes tuas servábo. ℣. J'ai crié de tout mon cœur, exauce-moi, Seigneur. ℟. Je garderai Tes préceptes.
Protéctor in te sperántium, Deus, sine quo nihil est válidum, nihil sanctum, multíplica super nos misericórdiam tuam, ut, te rectóre, te duce, sic bonis transeúntibus nunc utámur, ut iam possímus inhærére mansúris. Per Dóminum. Protecteur de ceux qui espèrent en Toi, ô Dieu, sans qui rien n'est solide, rien n'est saint, répands sur nous avec abondance Ta miséricorde, afin que sous Ta conduite et Ta direction, nous usions actuellement des biens passagers de manière à pouvoir dès ici-bas rester attachés à ceux qui demeurent.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Nonam - psalmodia complementaria

A None - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Bonum est confúgere ad Dóminum; in sæculum misericórdia eius, allelúia.Ant. 1 Il est bon de se confier dans le Seigneur ; dans les siècles, Sa miséricorde, alléluia.
Psalmus 125 (126) Psaume 125 (126)
Gaudium et spes in Deo Joie et espoir dans le Seigneur
Sicuti socii passionum estis, sic eritis et consolationis (2 Cor 1, 7). Comme vous avez part aux souffrances, vous avez aussi part à la consolation (2 Cor 1, 7).
In converténdo Dóminus captivitátem Sion, * facti sumus quasi somniántes. Quand le Seigneur ramena les captifs de Sion, nous étions presque en rêve.
Tunc replétum est gáudio os nostrum, * et língua nostra exsultatióne. Alors notre bouche fut remplie de chants de joie, et notre langue de cris d'allégresse.
Tunc dicébant inter gentes: * «Magnificávit Dóminus fácere cum eis». Alors on disait parmi les nations: « Le Seigneur a fait de grandes choses pour eux. »
Magnificávit Dóminus fácere nobíscum; * facti sumus lætántes. Le Seigneur a fait pour nous de grandes choses; nous en avons été remplis de joie.
Convérte, Dómine, captivitátem nostram, * sicut torréntes in austro. Ramène, Seigneur, nos captifs, comme un torrent dans le pays du midi.
Qui séminant in lácrimis, * in exsultatióne metent. Ceux qui sèment dans les larmes * moissonneront dans l'allégresse.
Eúntes ibant et flebant * semen spargéndum portántes; Ils allaient et venaient en pleurant, tandis qu'ils jetaient leurs semences :
veniéntes autem vénient in exsultatióne * portántes manípulos suos. ils reviendront avec allégresse, chargés de leurs gerbes.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Fortitúdo mea et laus mea Dóminus, et factus est mihi in salútem (T.P. allélúia).Ant. 2 Ma force et mon chant, c'est le Seigneur, Il S'est fait pour moi le salut (T.P. alléluia).
Psalmus 126 (127) Psaume 126 (127)
Vanus labor sine Domino Sans le Seigneur, le travail est vain
Dei ædificatio estis (1 Cor 3, 9). En Dieu, vous êtes édifiés (1 Cor 3, 9).
Nisi Dóminus ædificáverit domum, * in vanum labórant, qui ædíficant eam. Si le Seigneur ne bâtit pas la maison, en vain travaillent ceux qui la bâtissent.
Nisi Dóminus custodíerit civitátem, * frustra vígilat, qui custódit eam. Si le Seigneur ne garde pas la cité, en vain la sentinelle veille à ses portes.
Vanum est vobis ante lucem súrgere † et sero quiéscere, qui manducátis panem labóris, * quia dabit diléctis suis somnum. C'est en vain que vous vous levez avant le jour, et que vous retardez votre repos, mangeant le pain de la douleur : il en donne autant à son bien-aimé pendant son sommeil.
Ecce heréditas Dómini fílii, * merces fructus ventris. Voici, c'est un héritage du Seigneur, que les enfants, une récompense, que les fruits d'un sein fécond.
Sicut sagíttæ in manu poténtis, * ita fílii iuventútis. Comme les flèches dans la main d'un guerrier, ainsi sont les fils de la jeunesse.
Beátus vir, qui implévit pháretram suam ex ipsis: * non confudétur, cum loquétur inimícis suis in porta. Heureux l'homme qui en a rempli son carquois. Ils ne rougiront pas quand ils répondront aux ennemis, à la porte de la ville.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Confitébor tibi, Dómine, quóniam exaudísti me, allelúia.Ant. 3 Je Te loue, Seigneur, car Tu m'as exaucé, alléluia.
Psalmus 127 (128) Psaume 127 (128)
Pax domestica in Domino Paix domestique dans le Seigneur
«Benedicat te Dominus ex Sion», id est: ex Ecclesia sua (Arnobius). «Que le Seigneur te bénisse de Sion », c'est à dire : de Son Eglise (Arnobius).
Beátus omnis, qui timet Dóminum, * qui ámbulat in viis eius. Heureux l'homme qui craint le Seigneur, qui marche dans Ses voies.
Labóres mánuum tuárum manducábis, * beátus es, et bene tibi erit. Tu te nourris alors du travail de tes mains; tu es heureux et comblé de biens.
Uxor tua sicut vitis fructífera * in latéribus domus tuæ; Ton épouse est comme une vigne féconde, dans l'intérieur de ta maison ;
fílii tui sicut novéllæ olivárum * in circúitu mensæ tuæ. tes fils, comme de jeunes plants d'olivier, autour de ta table.
Ecce sic benedicétur homo, * qui timet Dóminum. Voilà comment sera béni l'homme qui craint le Seigneur.
Benedícat tibi Dóminus ex Sion, * et vídeas bona Ierúsalem ómnibus diébus vitæ tuæ; Que le Seigneur te bénisse de Sion, puisses-tu voir Jérusalem florissante tous les jours de ta vie ;
et vídeas fílios filiórum tuórum. * Pax super Israel! Puisses-tu voir les enfants de tes enfants. Que la paix soit sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vêpres du dimanche 28 juillet 2019

Hebdomada XVII per annum XVIIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XVII per annum XVIIème dimanche dans l'année
Ad II Vesperas
Aux IIes Vêpres
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Lucis creátor óptime, Merveilleux créateur de la lumière,
lucem diérum próferens, Tu nous donnes la lumière du jour ;
primórdiis lucis novæ par les premiers rayons d'une lumière toute neuve,
mundi parans oríginem; Tu préparas l'origine du monde ;
 
Qui mane iunctum vésperi Tu prescris d'appeler jour
diem vocári prǽcipis: ce qui unis le matin au soir;
tætrum chaos illábitur; à l'heure du retour du chaos ténébreux,
audi preces cum flétibus. écoute nos prières mêlées de larmes.
 
Ne mens graváta crímine Que notre âme chargée de ses fautes
vitæ sit exsul múnere, ne soit pas privée du don de la vie,
dum nil perénne cógitat pour n'avoir pensé à rien d'éternel
seséque culpis ílligat. et s'être elle même enchaînée au péché.
 
Cælórum pulset íntimum, Qu'elle frappe au plus haut du ciel
vitále tollat prǽmium; et obtienne la vie en récompense.
vitémus omne nóxium, Évitons tout ce qui est coupable,
purgémus omne péssimum. purifions-nous de tout ce qui est mauvais.
 
Præsta, Pater piíssime, Exauce-nous, Père très bon,
Patríque compar Unice, et Toi aussi, Unique égal au Père,
cum Spíritu Paráclito avec l'Esprit consolateur,
regnans per omne sǽculum. Amen. qui règne pour tous les siècles. Amen.
Ant. 1 Virgam poténtiæ suæ emíttet Dóminus ex Sion, et regnábit in ætérnum, allelúia.Ant. 1 Le Seigneur fera sortir de Sion le sceptre de Sa puissance et Il règnera dans l'éternité, alléluia.
Psalmus 109 (110) Psaume 109 (110)
Messias rex et sacerdos Le messie, roi et prêtre
Oportet illum regnare, donec ponat omnes inimicos sub pedibus eius (1 Cor 15, 25). Il faut qu'Il règne, après avoir mis tous Ses ennemis sous Ses pieds (1 Cor 15, 25).
Dixit Dóminus Dómino meo: * «Sede a dextris meis, Le Seigneur a dit à mon Seigneur : « Assieds-Toi à Ma droite,
donec ponam inimícos tuos * scabéllum pedum tuórum». en attendant que Je fasse de Tes ennemis l'escabeau de Tes pieds ».
Virgam poténtiæ tuæ emíttet Dóminus ex Sion: * domináre in médio inimicórum tuórum. Le Seigneur fera sortir de Sion le sceptre de Ta puissance : domine au milieu de Tes ennemis.
Tecum principátus in die virtútis tuæ, ? in splendóribus sanctis, * ex útero ante lucíferum génui te. Avec Toi est le principe au jour de Ta puissance, dans les splendeurs des saints : c'est de Mon sein qu'avant que l'aurore [existât] je T'ai engendré.
Iurávit Dóminus et non pænitébit eum: * «Tu es sacérdos in ætérnum secúndum órdinem Melchísedech». Le Seigneur a juré et Il ne S'en repentira point : Tu es prêtre pour l'éternité, selon l'ordre de Melchisédech.
Dóminus a dextris tuis, * conquassábit in die iræ suæ reges. Le Seigneur est à Ta droite : Il a brisé des rois au jour de Sa colère.
[Iudicábit in natiónibus: cumulántur cadávera, * conquassábit cápita in terra spatiósa.] [Il exercera Ses jugements parmi les nations, en accumulant les cadavres, Il écrasera sur la terre les têtes d'un grand nombre.]
De torrénte in via bibet, * proptérea exaltábit caput. Il boira au torrent en chemin : c'est pourquoi Il lèvera la tête.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Virgam poténtiæ suæ emíttet Dóminus ex Sion, et regnábit in ætérnum, allelúia.Ant. Le Seigneur fera sortir de Sion le sceptre de Sa puissance et Il règnera dans l'éternité, alléluia.
Ant. 2 A fácie Dómini mota est terra, allelúia.Ant. 2 Devant la face du Seigneur, la terre tremble, alléluia.
Psalmus 113 A (114) Psaume 113 A (114)
Israel ex Ægypto liberatur Israël est libéré d'Egypte
Cognoscite etiam vos exiisse ab Ægypto, qui huic sæculo renuntiastis (S. Augustinus). Sachez que vous êtes aussi sortis d'Egypte, vous qui avez renoncé à ce monde (S. Augustin).
In éxitu Israel de Ægýpto, * domus Iacob de pópulo bárbaro, Quand Israël sortit d'Egypte, et la maison de Jacob du milieu d'un peuple barbare,
factus est Iuda sanctuárium eius, * Israel potéstas eius. La Judée devint son sanctuaire, Israël son domaine.
Mare vidit et fugit, * Iordánis convérsus est retrórsum; La mer le vit et s'enfuit, le Jourdain remonta vers sa source.
montes saltavérunt ut aríetes, * et colles sicut agni óvium. Les montagnes bondirent comme des béliers, les collines comme des agneaux.
Quid est tibi, mare, quod fugísti? * Et tu, Iordánis, quia convérsus es retrórsum? Qu'avais-tu, mer à t'enfuir ? Et toi, Jourdain, à remonter vers ta source ?
Montes, quod saltástis sicut aríetes, * et colles, sicut agni óvium? Et vous, montagnes, à bondir comme des béliers ? Et vous collines, comme des agneaux ?
A fácie Dómini contremísce, terra, * a fácie Dei Iacob, La terre a tremblé à l'aspect du Seigneur, à l'aspect du Dieu de Jacob.
qui convértit petram in stagna aquárum * et sílicem in fontes aquárum. Qui change le rocher en étang et fait du roc une source.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. A fácie Dómini mota est terra, allelúia.Ant. Devant la face du Seigneur, la terre tremble, alléluia.
Ant. 3 Regnávit Dóminus Deus noster omnípotens, allelúia.Ant. 3 Il règne le Seigneur notre Dieu tout puissant, alléluia.
Canticum (Cf. Ap 19,1-2. 5-7) NT 12 Cantique (Cf. Ap 19,1-2. 5-7) NT 12
De nuptiis Agni Les noces de l'Agneau
Allelúia. Alléluia.
Salus et glória et virtus Deo nostro, * (℟. Allelúia.) Le salut, la gloire et la force à notre Dieu (℟. Alléluia.)
quia vera et iusta iudícia eius. Car Son jugement est vrai et juste.
℟. Allelúia. ℟. Alléluia.
Allelúia. Alléluia.
Laudem dícite Deo nostro, omnes servi eius * Chantez la louange à notre Dieu, tous ceux qui Le servent
(℟. Allelúia.) (℟. Alléluia.)
et qui timétis eum, pusílli et magni! Et tous ceux qui Le craignent, petits et grands!
℟. Allelúia. ℟. Alléluia.
Alléluia. Alléluia.
Quóniam regnávit Dóminus, Deus noster omnípotens. * Car Il règne le Seigneur notre Dieu tout puissant.
(℟. Allelúia.) (℟. Alléluia.)
Gaudeámus et exsultémus et demus glóriam ei. Réjouissons-nous et exultons et rendons-lui la gloire.
℟. Allelúia. ℟. Alléluia.
Allelúia. Alléluia.
Quia venérunt núptiæ Agni, * Car elles sont venues, les noces de l'Agneau,
(℟. Allelúia.) (℟. Alléluia.)
et uxor eius præparávit se. Et Son épouse s'est préparée pour Lui.
℟. Allelúia. ℟. Allelúia.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Regnávit Dóminus Deus noster omnípotens, allelúia.Ant. Il règne le Seigneur notre Dieu tout puissant, alléluia.
Lectio brevis (2 Cor 1, 3-4) Lecture brève (2 Cor 1, 3-4)
Benedíctus Deus et Pater Dómini nostri Iesu Christi, Pater misericordiárum et Deus totíus consolatiónis, qui consolátur nos in omni tribulatióne nostra, ut possímus et ipsi consolári eos, qui in omni pressúra sunt, per exhortatiónem, qua exhortámur et ipsi a Deo. Béni soit Dieu, qui est aussi le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toutes nos tribulations, afin que nous puissions, nous aussi, par l'encouragement que nous recevons nous-mêmes de Dieu, consoler ceux qui sont pressés par toutes sortes de maux.
 Responsorium breve Répons bref 
℟. Benedíctus es, Dómine,  * In firmaménto cæli. Benedíctus. ℣. Et laudábilis et gloriósus in sæcula.  * In firmaménto cæli. Glória Patri. Benedíctus. ℟. Tu es béni, Seigneur, * au firmament du ciel. Tu es béni. ℣. Louange et grande exaltation dans les siècles. Au firmament du ciel. Gloire au Père. Tu es béni.
Ant. Si vos, cum sitis mali, nostis bona data dare fíliis vestris, quanto magis Pater vester de cælo dabit bona peténtibus se!Ant. Si donc vous, tous méchants que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les cieux donnera-t-Il ce qui est bon à ceux qui Lui demandent.
Canticum Evangelicum (Lc 1, 46-55) Cantique évangélique (Lc 1,46-55)
Exultatio animæ in Domino Exultation de l'âme dans le Seigneur
Magníficat * ánima mea Dóminum, Mon âme glorifie le Seigneur,
et exsultávit spíritus meus * in Deo salvatóre meo, et mon esprit a tressailli d'allégresse en Dieu mon Sauveur,
quia respéxit humilitátem ancíllæ suæ.* Ecce enim ex hoc beátam me dicent omnes generationes, parce qu'Il a pris en considération l'humilité de Sa servante. Car voici que, désormais, toutes les générations me diront bienheureuse,
quia fecit mihi magna, qui potens est, * et sanctum nomen eius, parce que Celui qui est puissant a fait en moi de grandes choses, et Son nom est saint;
et misericórdia eius in progénies et progénies* timéntibus eum. et Sa miséricorde se répand d'âge en âge sur ceux qui Le craignent.
Fecit poténtiam in bráchio suo, * dispérsit supérbos mente cordis sui; Il a déployé la force de Son bras, Il a dispersé ceux qui s'enorgueillissaient dans les pensées de leur cœur.
depósuit poténtes de sede * et exaltávit húmiles; Il a renversé les puissants de leur trône, et Il a élevé les humbles.
esuriéntes implévit bonis * et dívites dimísit inánes. Il a rempli de biens les affamés, et Il a renvoyé les riches les mains vides.
Suscépit Israel púerum suum,* recordátus misericórdiæ, Il a relevé Israël, Son serviteur, Se souvenant de Sa miséricorde:
sicut locútus est ad patres nostros,* Abraham et sémini eius in sæcula. selon ce qu'Il avait dit à nos pères, à Abraham et à sa race pour toujours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Si vos, cum sitis mali, nostis bona data dare fíliis vestris, quanto magis Pater vester de cælo dabit bona peténtibus se!Ant. Si donc vous, tous méchants que vous êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est dans les cieux donnera-t-Il ce qui est bon à ceux qui Lui demandent.
PrecesPrières litaniques
Christum Dóminum, diem et solem nostrum, qui illúminat omnem hóminem, et qui nescit occásum, laudémus clamántes: Louons le Christ, notre jour et notre soleil, qui illumine tout homme et qui ne connait pas de déclin, en proclamant:
O Dómine, vita et salus nostra! O Seigneur, notre vie et notre salut!
Primítias huius diéi, síderum Creátor, a tua pietáte gratánter suscípimus. Nous recevons avec joie les prémices de ce jour de Ta bonté, Créateur des astres.
Resurrectiónem tuam commemorámus. nous faisons mémoire de Ta Résurrection
Spíritus tuus bonus hódie nos tuum fácere dóceat beneplácitum, Que Ton Esprit nous enseigne aujourd'hui à faire ce qui Te plait,
et tua Sapiéntia dedúcat nos semper. et que Ta Sagesse nous conduise toujours
Magno cum gáudio coetui dominicáli da nobis interésse, Donne nous de nous tenir avec une grande joie par l'assemblée dominicale
in circúitu mensæ verbi et córporis tui. autour de la table de la parole et de Ton corps.
Grátias agunt tibi ánimæ nostræ, Nos âmes Te rendent grâce
pro innúmeris benefíciis tuis. pour Tes innombrables bienfaits.
Pater nosterNotre père
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum; qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra. que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra, et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem; et ne nous abandonne pas dans l'épreuve ;
sed líbera nos a malo. mais libère nous du malin.
Protéctor in te sperántium, Deus, sine quo nihil est válidum, nihil sanctum, multíplica super nos misericórdiam tuam, ut, te rectóre, te duce, sic bonis transeúntibus nunc utámur, ut iam possímus inhærére mansúris. Per Dóminum. Protecteur de ceux qui espèrent en Toi, ô Dieu, sans qui rien n'est solide, rien n'est saint, répands sur nous avec abondance Ta miséricorde, afin que sous Ta conduite et Ta direction, nous usions actuellement des biens passagers de manière à pouvoir dès ici-bas rester attachés à ceux qui demeurent.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo. ℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus. Que le Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen. ℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
℣. Ite in pace. ℣. Allez en paix.
℟. Deo grátias. ℟. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Complies du dimanche 28 juillet 2019

Hebdomada XVII per annum XVIIème semaine dans l'année
Dominica Dimanche
Dominica XVII per annum XVIIème dimanche dans l'année
Ad Completorium
Aux Complies
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Conscientia discussio, quam sequi potest actus poenitentialis ut in Missa. Examen de conscience, qui peut être suivi d'un acte de pénitence comme à la Messe.
Confíteor Deo omnipoténti et vobis, fratres, quia peccávi nimis cogitatióne, verbo, ópere et omissióne: Je confesse à Dieu tout puissant, et à vous, frères, que j'ai vraiment péché, en pensée, en parole, par action et par omission:
et, percutientes sibi pectus, dicunt: Et on se frappe la poitrine, en disant :
mea culpa, mea culpa, mea máxima culpa. c'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute.
Deinde prosequuntur: Ensuite on poursuit:
Ideo precor beátam Maríam semper Vírginem, omnes Angelos et Sanctos, et vos, fratres, oráre pro me ad Dóminum Deum nostrum. C'est pourquoi je supplie la bienheureuse Marie toujours Vierge, tous les Anges et les Saints, et vous, frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.
℣. Misereátur nostri omnípotens Deus et, dimissís peccátis nostris, perdúcat nos ad vitam aetérnam. ℟. Amen. ℣. Que le Dieu tout puissant aie pitié de nous, et nous ayant remis nos péchés, qu'Il nous conduise à la vie éternelle. ℟. Amen.
Hymnus Hymne
Te lucis ante términum, Avant que le jour ne s'éteigne,
rerum creátor, póscimus, nous Te prions, Créateur de toute chose,
ut sólita cleméntia dans Ta bonté de toujours,
sis præsul ad custódiam. veille sur nous, garde-nous.
Te corda nostra sómnient, Que nos cœurs rêvent de Toi,
te per sopórem séntiant, qu'ils songent à Toi pendant le sommeil,
tuámque semper glóriam qu'ils chantent encore Ta gloire
vicína luce cóncinant. à l'approche de la lumière.
Vitam salúbrem tríbue, Accorde-nous une vie saine,
nostrum calórem réfice réchauffe-nous intérieurement,
tætram noctis calíginem que Ta clarté illumine
tua collústret cláritas. les tristes ténèbres de la nuit.
Præsta, Pater omnípotens, Exauce-nous, Père tout-puissant,
per Iesum Christum Dóminum, par Jésus-Christ le Seigneur,
qui tecum in perpétuum qui avec Toi et le Saint-Esprit
regnat cum Sancto Spíritu. Amen. règne éternellement. Amen.
Ant. 1 Alis suis obumbrábit tibi; non timébis a timóre noctúrno.Ant. 1 Ses ailes te couvriront d'ombre ; tu ne craindras pas la frayeur nocturne.
Psalmus 90 (91) Psaume 90 (91)
In protectione Altissimi Sous la protection du Très Haut
Ecce dedi vobis potestatem calcandi supra serpentes et scorpiones (Lc 10, 19). Voici que Je vous donne le pouvoir de piétiner serpents et scorpions (Lc 10, 19).
Qui hábitat in protectióne Altíssimi, * sub umbra Omnipoténtis commorábitur. Celui qui habite sous la protection du Très-Haut demeurera à l'ombre du Tout-puissant.
Dicet Dómino: «Refúgium meum et fortitúdo mea, * Deus meus, sperábo in eum». Il dira au Seigneur: mon refuge et ma force. Il est mon Dieu; j'espérerai en Lui.
Quóniam ipse liberábit te de láqueo venántium * et a verbo malígno. Car c'est Lui qui t'a délivré du filet du chasseur, et de la parole maligne.
Alis suis obumbrábit tibi, et sub pennas eius confúgies; * scutum et loríca véritas eius. Il te mettra à l'ombre sous Ses épaules, et sous Ses ailes tu te réfugieras ; Sa vérité sera te protègera comme un bouclier.
Non timébis a timóre noctúrno, a sagítta volánte in die, a peste perambulánte in ténebris, * ab extermínio vastánte in merídie. Tu ne craindras pas la peur nocturne, ni la flèche qui vole pendant le jour, ni la peste qui s'avance dans les ténèbres, ni l'extermination qui dévaste au milieu du jour.
Cadent a látere tuo mille et decem mília a dextris tuis; * ad te autem non appropinquábit. Mille tomberont à ton côté, et dix mille à ta droite; mais elle n'approchera pas de toi.
Verúmtamen óculis tuis considerábis, * et retributiónem peccatórum vidébis. Vraiment tu contempleras de tes yeux, et tu verras la rétribution des pécheurs.
Quóniam tu es, Dómine, refúgium meum. * Altíssimum posuísti habitáculum tuum. Parce que Tu es, Seigneur, mon espérance. Tu as mis le Très-Haut dans ta demeure.
Non accédet ad te malum, * et flagéllum non appropinquábit tabernáculo tuo, Le mal ne viendra pas jusqu'à toi, et les fléaux ne s'approcheront pas de ta tente.
quóniam ángelis suis mandábit de te, * ut custódiant te in ómnibus viis tuis. Car Il a commandé pour toi à Ses Anges de te garder dans toutes tes voies.
In mánibus portábunt te, * ne forte offéndas ad lápidem pedem tuum. Ils te porteront dans leurs mains, ton pied ne pourra pas heurter la pierre.
Super áspidem et basilíscum ambulábis * et conculcábis leónem et dracónem. Tu marcheras sur l'aspic et sur le basilic, et tu fouleras aux pieds le lion et le dragon.
Quóniam mihi adhæsit, liberábo eum; * suscípiam eum, quóniam cognóvit nomen meum. Parce qu'il a adhéré en Moi, Je le délivrerai; Je l'accueilleria, parce qu'il a connu Mon Nom.
Clamábit ad me, et ego exáudiam eum; cum ipso sum in tribulatióne, * erípiam eum et glorificábo eum. Il criera vers Moi, et Je l'exaucerai; Je suis avec lui dans la tribulation; Je le libérerai et le glorifierai.
Longitúdine diérum replébo eum * et osténdam illi salutáre meum. Je le comblerai à longueur de jours, et Je lui ferai voir Mon salut.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Alis suis obumbrábit tibi; non timébis a timóre noctúrno.Ant. Ses ailes te couvriront d'ombre ; tu ne craindras pas la frayeur nocturne.
Lectio brevis (Ap 22, 4-5) Lecture brève (Ap 22, 4-5)
Vidébunt fáciem Dómini, et nomen eius in fróntibus eórum. Et nox ultra non erit, et non egent lúmine lucérnæ neque lúmine solis, quóniam Dóminus Deus illuminábit super illos, et regnábunt in sæcula sæculórum. Ils verront Sa face, et Son nom sera sur leurs fronts. Il n'y aura plus de nuit, et ils n'auront besoin ni de la lumière de la lampe, ni de la lumière du soleil, parce que le Seigneur Dieu les illuminera; et ils régneront aux siècles des siècles.
℟. In manus tuas, Dómine, * Comméndo spíritum meum. In manus. ℣. Redemísti nos, Dómine Deus veritátis. * Comméndo spíritum meum. Glória Patri. In manus. ℟. En Tes mains, Seigneur, * je remets mon esprit. En Tes mains. ℣. Tu nous as rachetés, Seigneur Dieu de vérité * Je remets mon esprit. Gloire au Père. En Tes mains.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. Allelúia.)Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. Alléluia.)
Canticum evangelicum Lc 2, 29-32 Cantique évangélique Lc 2,29-32
Christus lumen gentium et gloria Israël Le Christ est la lumière des nations et la gloire d'Israël
Nunc dimíttis servum tuum, Dómine, * secúndum verbum tuum in pace, Maintenant, Tu peux renvoyer Ton serviteur, Seigneur, selon Ta parole, en paix.
quia vidérunt óculi mei * salutáre tuum, Car mes yeux ont vu Ton salut,
quod parásti * ante fáciem ómnium populórum, Que Tu as préparé devant la face des peuples,
lumen ad revelatiónem géntium * et glóriam plebis tuæ Israël. lumière qui se révèle aux nations, et gloire de Ton peuple Israël.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. Allelúia.)Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. Alléluia.)
Orémus. Prions.
Vox nostra te, Dómine, humíliter deprecétur, † ut, domínicæ resurrectiónis hac die mystério celebráto, * in pace tua secúri a malis ómnibus quiescámus, et in tua resurgámus laude gaudéntes . Per Christum Dóminum nostrum.Notre voix Te supplie humblement, Seigneur, afin qu'ayant aujourd'hui célébré le mystère de la résurrection du Seigneur nous reposions dans Ta paix à l'abri de tout mal, et que nous nous relevions joyeux pour Te louer.Per Christum Dóminum nostrum.
Deinde dicitur, etiam a solo, benedictio: Ensuite on dit, même seul, la bénédiction :
Noctem quiétam et finem perféctum concédat nobis Dóminus omnípotens. ℟. Amen. Que le Seigneur tout puissant nous accorde une nuit paisible et une fin parfaite. ℟. Amen.
Antiphona finale ad Beatam Mariam Virginem Antienne finale à la Bienheureuse Vierge Marie
Salve, Regína, mater misericórdiæ; Salut, ô Reine, mère de la miséricorde,
vita, dulcédo et spes nostra, salve. vie, douceur et notre espérance, salut !
Ad te clamámus, éxsules fílii Evæ. Enfants d'Ève exilés, nous crions vers vous.
Ad te suspirámus, geméntes et flentes Vers vous, nous soupirons parmi les cris et les pleurs
in hac lacrimárum valle. de cette vallée de larmes.
Eia ergo, advocáta nostra, O vous notre avocate,
illos tuos misericórdes óculos ad nos convérte. tournez vers nous votre regard plein de miséricorde.
Et Iesum, benedíctum fructum ventris tui, Et Jésus, le fruit béni de vos entrailles,
nobis post hoc exsílium osténde. Montrez-Le nous à l'issue de cet exil.
O clemens, o pia, o dulcis Virgo María. O clémente, ô bonne, ô douce vierge Marie.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait du Compendium du catéchisme de l'Eglise catholique :
Qu’implique la Parole du Seigneur : « Adore le Seigneur ton Dieu, à lui seul tu rendras un culte » (Mt 4,10)?
2095-21052135-2136
Elle implique d’adorer Dieu comme le Seigneur de tout ce qui existe; de lui rendre le culte qui lui est dû de façon individuelle et communautaire; de le prier par la louange, l’action de grâces et la supplication; de lui offrir des sacrifices, avant tout le sacrifice spirituel de notre vie, uni au sacrifice parfait du Christ; de garder les promesses et les vœux faits à Dieu.
De quelle manière la personne met-elle en œuvre son droit de rendre à Dieu un culte en vérité et en liberté?
2104-21092137
Tout homme a le droit et le devoir moral de chercher la vérité, surtout en ce qui concerne Dieu et son Église, et quand il l’a connue, de l’embrasser et de lui être fidèle, en rendant à Dieu un culte authentique. En même temps, la dignité de la personne humaine requiert qu’en matière religieuse nul ne soit forcé d’agir contre sa conscience, ni, dans les limites de l’ordre public, empêché d’agir selon sa conscience, en privé comme en public, seul ou associé à d’autres.
Qu’est-ce que Dieu interdit quand il commande : « Tu n’auras pas d’autres dieux devant Moi » (Ex 20,2)?
2110-21282138-2140
Ce commandement proscrit : le polythéisme et l’idolâtrie, qui divinise une créature, le
pouvoir, l’argent, même le démon;la superstition, qui est une déviance du culte dû au vrai Dieu et qui s’exprime encore sous diverses formes de divinisation, de magie, de sorcellerie et de spiritisme;l’irréligion qui s’exprime par l’action de tenter Dieu, en paroles ou en actes, par le sacrilège, qui profane des personnes ou des choses sacrées, surtout l’Eucharistie, par la simonie, par laquelle on entend acheter ou vendre des réalités spirituelles;l’athéisme, qui rejette l’existence de Dieu, se fondant souvent sur une fausse conception de l’autonomie humaine;l’agnosticisme, pour lequel on ne peut rien savoir de Dieu et qui comprend aussi l’indifférentisme et l’athéisme pratique.
Le commandement de Dieu : « Tu ne te feras aucune image sculptée » (Ex 20,3) interdit-il le culte des images?
2129-21322141
Dans l’Ancien Testament, ce commandement interdisait de représenter Dieu absolument transcendant. À partir de l’incarnation du Fils de Dieu, le culte chrétien des images saintes est justifié (comme l’affirme le deuxième concile de Nicée en 787), parce qu’il se fonde sur le mystère du Fils de Dieu fait homme, en qui le Dieu transcendant se rend visible. Il ne s’agit pas d’une adoration de l’image, mais d’une vénération de celui qui est représenté en elle: le Christ, la Vierge, les Anges et les Saints.

LE DEUXIÈME COMMANDEMENT :TU NE PRONONCERAS PAS LE NOM DE DIEU EN VAIN
Comment respecte-t-on la sainteté du Nom de Dieu?
2142-21492160-2162
On respecte le Saint Nom de Dieu en l’invoquant, en le bénissant, en le louant et en le glorifiant. Il faut donc éviter l’abus d’en appeler au Nom de Dieu pour justifier un délit et tout usage inconvenant de son Nom, tels le blasphème, qui par nature est un péché grave, les jurons et l’infidélité
aux promesses faites au Nom de Dieu.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait quotidien de la Règle de Notre Bienheureux Père Saint Benoît, et son commentaire par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes :
Caput 48 - DE OPERA MANUUM COTIDIANA (a) 48 - LE TRAVAIL MANUEL QUOTIDIEN (a)
Otiositas inimica est animæ, et ideo certis temporibus occupari debent fratres in labore manuum, certis iterum horis in lectione divina. Ideoque hac dispositione credimus utraque tempore ordinari : id est ut a Pascha usque kalendas octobres a mane exeuntes a prima usque hora pene quarta laborent quod necessarium fuerit; ab hora autem quarta usque hora qua sextam agent lectioni vacent; post sextam autem surgentes a mensa pausent in lecta sua cum omni silentio, aut forte qui voluerit legere sibi sic legat ut alium non inquietet; et agatur nona temperius mediante octava hora, et iterum quod faciendum est operentur usque ad vesperam. Si autem necessitas loci aut paupertas exegerit ut ad fruges recolligendas per se occupentur, non contristentur, quia tunc vere monachi sunt si labore manuum suarum vivunt, sicut et patres nostri et apostoli. Omnia tamen mensurate fiant propter pusillanimes. L’OISIVETÉ est ennemie de l’âme. Aussi les frères doivent-ils s’adonner à certains moments au travail manuel et à d’autres heures déterminées à la lecture de la parole divine. Voici donc comment nous croyons devoir disposer les temps consacrés à l’une et à l’autre occupation. De Pâques au premier octobre, les frères sortiront dès le matin pour s’employer aux travaux nécessaires de 6 heures jusque vers 10 heures ; 4de 10 heures à midi environ, ils vaqueront à la lecture. Après sexte, le repas achevé, ils reposeront sur leur lit dans un complet silence ; ou si jamais quelqu’un voulait lire, qu’il lise pour lui seul sans déranger personne. None sera un peu avancée, vers 2 heures et demie, et ils se remettront ensuite au travail jusqu’à vêpres. Si les conditions locales ou la pauvreté exigent qu’ils se chargent eux-mêmes de faire les moissons, ils n’en seront pas mécontents, car alors ils sont vraiment moines, s’ils vivent du travail de leurs mains, comme nos Pères et les apôtres. Que tout se fasse cependant avec mesure à cause des faibles.
Le chapitre XLVIII nous donne beaucoup plus que ne promet son titre. Ce n’est pas simplement de travail manuel qu’il est question, mais de tous les travaux monastiques, de tout ce qui remplit nos heures laissées libres par la prière liturgique. Nous avons ici l’emploi du temps, l’horaire d’une journée bénédictine.
Selon sa coutume N. B. Père commence par un précepte général : “L’oisiveté est ennemie de l’âme c’est pourquoi les frères doivent s’employer, à des moments déterminés, au travail manuel et, à d’autres heures figées, à l’étude des choses divines ”. Encore que saint Benoît ne fasse explicitement allusion qu’aux seuls dangers de l’oisiveté, il n’ignorait pas le bénéfice positif et la valeur intrinsèque du travail. Ses avantages sont multiples. Nous pouvons reconnaître dans le travail une diversion puissante et un remède à bien des tentations ; constater la faiblesse et la mollesse de tout ce qui ne s’exerce pas ; nous souvenir enfin que toute vire et tout bonheur impliquent l’action : la contemplation elle-même, n’étant que l’activité suprême de l’intelligence et du cœur conjugués, l’adhésion de tout l’être à celui qui Est. Le travail n’est pas simplement une loi pénale et un châtiment ; c’est une loi divine antérieure au péché ; et elle est universelle. Comment des moines y échapperaient-ils ? Ils sont même deux fois voués au travail : puisque leur vie renferme toujours une part d’austérité et de pénitence, et que cette plénitude de Dieu dans l’âme vers laquelle ils tendent n’est promise qu’à un labeur persévérant. Doux labeur ! disait avec regret saint Augustin, en songeant aux tracas sans nombre qui assiégeaient son ministère épiscopal . - N. B. Père groupe sous trois chefs les principales occupations monastiques :L’ŒUVRE de Dieu, l’étude des choses divines, le travail des mains, Opus Dei, lectio divins, opus manuum.
Il n’y a que du bien à dire du travail manuel . Depuis les origines, il figure, dans des mesures diverses, au programme de la vie religieuse. Son intention première est, semble-t-il, de réduire le corps, de secouer son inertie, de ruiner les appétits et les instincts qui trouvent en lui leur source et leur aliment. Le travail manuel est donc un procédé de mortification. Il nous permet en même temps de consacrer à Dieu nos vigueurs physiques elles-mêmes. Est-il besoin de rappeler son caractère éminemment hygiénique, surtout pour des jeunes gens, pour des moines qui consacrent do longues heures à l’office et à l’étude ? Accidentellement, il peut être aussi un moyen d’humilité, et cette forme servile du travail peut répugner à certaines natures : on ne voit cependant pas bien ce qu’a d’humiliant le fait de bêcher la terre ou de casser des pierres sur un chemin. Enfin le travail manuel devient parfois le gagne-pain régulier des moines ; et, dans chaque monastère, il est exigé tout au moins par les nécessités quotidiennes de la vie. Mais lorsqu’on a proclamé que le travail manuel est, d’une façon générale, indispensable ; lorsqu’on a souligné ses avantages et même affirmé que, dans un cas concret, il convient presque exclusivement à telle personne, il reste que les œuvres matérielles n’ont de soi aucune efficace sur la formation d’une nature intelligente, moins encore sur le développement d’une vie surnaturelle. Des deux formes du travail, l’une servile, l’autre libérale et à base d’intelligence, il nous semble facile de reconnaître la supériorité absolue de la seconde sur la première, et de déterminer la part selon laquelle l’un et l’autre travail doivent être normalement représentés chez nous.
Ce qui a fait le succès de la sainte Règle, ce qui a été le principe de sa diffusion, c’est le rapport commun de toutes les prescriptions qu’elle contient à un certain idéal de Vie qu’elle a prétendu réaliser, à une certaine œuvre première et essentielle. Et notre intelligence de la Règle, l’esprit de notre vocation, ne se trouvent que dans la perception exacte et pratique de ce rapport. La pensée maîtresse de saint Benoît est que nous devons chercher Dieu. Il n’y a réellement, devant Dieu, que deux situations légitimes : jouir de lui lorsque nous le posséderons, le chercher aussi longtemps que nous ne le possédons pas pleinement. C’est la condition même de Dieu d’être caché, d’être invisible, d’habiter une lumière inaccessible. Vere tu es Deus absconditus, Deus Israel, salvator (Is., XLV, 15). Même lorsqu’il se montre, il se cache encore : dans la création, l’Incarnation, la Rédemption, l’Eucharistie. Plus il se révèle, et plus il se cache ; il est tout à la fois le Dieu qui se donne et le Dieu incommunicable. Et notre vie, lorsqu’elle est vraiment celle du Christ, devient cachée avec lui
Mortui estis et vita vestra est abscondita cum Christo in Deo (COLOSS., III, 3). Nous nous demandons parfois comment il se fait que nos morts les plus aimés ne se révèlent jamais et semblent cesser toute relation avec nous. Si les âmes intervenaient encore dans les affaires des vivants, disait saint Augustin, ma mère Monique me parlerait chaque nuit, elle qui m’a suivi partout sur terre et sur mer, et dont j’étais l’unique amour . Nos défunts se taisent, parce qu’ils ne doivent pas déconcerter le régime de notre foi ; mais surtout parce que, appartenant à Dieu, ils adoptent les mœurs de Dieu et s’enveloppent dans son mystère. Il s’agit donc de chercher Dieu. Les renoncements de la profession et de toute la vie font notre âme libre pour cette recherche bénie. Nous nous perdons pour trouver Dieu, comme l’a dit l’Évangile, comme le chante l’admirable saint Jean de la Croix :
Pour toute la beauté créée,
Non, jamais je ne me perdrai,
Mais pour ce seul bien qui ne se peut nommer,
Que par bonheur on peut trouver.
Ce sont les sacrements, c’est la prière, c’est l’exercice constant de la foi, de l’espérance et de la charité qui nous rapprochent de Dieu et nous font pénétrer peu à peu dans sa région. Et la lectio divina prescrite par N. B. Père n’a pas d’autre dessein.
Nous devons noter avec soin ce mot de lectio divina . Ce n’est pas simplement le travail intellectuel, la culture intellectuelle ; il est donc superflu de faire honneur à saint Benoît d’une préoccupation qui ne semble guère avoir été la sienne. C’est œuvre d’intelligence, si l’on veut, mais d’intelligence s’appliquant aux mystères divins et à la doctrine divine ; c’est œuvre d’intelligence surnaturelle, c’est-à-dire de foi. C’est l’ensemble ordonné des procédés intellectuels progressifs par lesquels nous nous rendons familières les choses de Dieu et nous habituons à regarder l’invisible. Ce n’est ni de la spéculation, abstraite et froide, ni de la simple curiosité humaine, ni une lecture superficielle : c’est une recherche sérieuse, approfondie et persévérante de la Vérité même. On peut dire que de cette étude Dieu seul est l’objet, l’inspirateur et même l’agent principal : car elle se fait non seulement sous son regard, mais dans sa lumière, et dans un contact très intime avec lui. Elle est de la prière et de la tendresse. Elle s’appelle lectio, et ce n’est que le premier degré de la série ascendante : lectio, cogitatio, studium, meditatio, oratio, contemplatio ; mais saint Benoît savait bien que, pour une âme loyale et courageuse, tous les autres degrés viendraient se surajouter à celui-là. La contemplation et l’union à Dieu, c’est à quoi tend la lectio divina monastique. Au fond, les heures que N. B. Père veut que nous consacrions chaque jour à cette lecture sont des heures d’oraison.
Nous avons répondu déjà à ceux qui s’informent si les anciens moines faisaient oraison, s’ils avaient une méthode et quelle était la matière de leur oraison. En dehors de l’office divin (qui est bien, semble-t-il, une oraison !), en dehors des quelques instants de prière privée, brevis et pura, que saint Benoît accorde à ceux qui en ressentent l’attrait, tous ont reçu l’obédience de scruter longuement l’Écriture sainte, le Livre par excellence, d’étudier les saints Pères et les formules liturgiques. Enfin, c’était la journée tout entière qui devait se passer, selon la Règle, en la présence de Dieu. La méthode d’oraison était simple et facile : s’oublier et vivre dans le recueillement habituel, tremper assidûment son âme dans la beauté même des mystères, s’intéresser à tous les aspects de l’économie surnaturelle, selon l’inspiration de cet Esprit de Dieu qui seul peut nous apprendre à prier (Rom., Vlll, 26). Pendant seize siècles, les clercs, les religieux et les simples fidèles n’ont pas connu d’autre procédé pour communiquer avec Dieu que cette libre effusion de leur âme devant lui et cette lectio divina qui alimente la prière, la suppose, se confond presque avec- elle.
Rassurons-nous : l’absence de méthode systématique, de livres contenant de médiocres méditations toutes faites n’est pas synonyme de désordre ; elle ne conduit pas fatalement à la dispersion et aux distractions. Les anciens n’ignoraient point certaines industries capables de fixer la pensée et de ramener l’âme à son centre ; ils ne dédaignaient point toute discipline spirituelle ; surtout aux âmes travaillées par les multiples soucis du monde ils estimaient opportun de rappeler le conseil du Seigneur : Tu autem, cum oraveris, intra in cubiculum tuum, et clauso ostio, ora Patrem tuum in abscondito (MATTH., Vl, 6). Mais ils pensaient que les paroles de Dieu, des saints et de la liturgie, approfondies et redites sans fin, avaient une grâce souveraine pour arracher doucement l’âme au souci troublant d’elle-même, pour l’enchanter et l’introduire dans le mystère de Dieu et de son Christ. Une fois là, plus n’est besoin des jolies considérations, ni des thèses bien construites à la pointe de l’intelligence : il n’y a plus qu’à regarder et à aimer, très simplement. Ainsi, dès le début de la conversion, c’est par des actes de vie illuminative et de vie unitive que s’achève l’œuvre de notre purification et que commence de se réaliser notre transformation en Dieu : Nos vero omnes, revelata facie, gloriain Domini speculantes, in eamdem imaginem Crans formamur, a claritale in, elaritatem, tanquam a Dornini Spiritu (Il COR., Ill, 18). Ne suffit-il pas, pour que l’oraison devienne chose aisée, de reconnaître le trésor qu’a déposé en nous le baptême et de comprendre, grâce à l’Apôtre, ce que, c’est qu’être racheté en Notre Seigneur Jésus-Christ et vivre de sa vie. Quoi qu’il en soit de l’opportunité des méthodes pour telle ou telle catégorie de chrétiens, il nous est permis de conserver ce que le P. Faber appelle “ l’apanage des Bénédictins ascétiques de la vieille école Nous sommes dans l’heureuse condition de Benjamin, le fils le plus aimé : Amantissinius Domini habitabit confidenter in eo ; quasi in thalamo tota die morabitur, et inter humeros illius requiescet (DEUT., XXXIII, 12).
La plupart des prédécesseurs de saint Benoît, et jusqu’aux anachorètes perdus dans la solitude des déserts, consacraient de nuit et de jour plusieurs heures à l’état surnaturelle, surtout à l’étude des Écritures. Saint Pacôme voulait que les illettrés qui entraient chez lui apprissent à lire. Nos pères se rendaient compte qu’une sainte recherche est réclame de tous ceux à qui le Seigneur donne l’intelligence et le loisir. Le péril serait grand pour la contemplation même dès l’instant où elle : prétendait se suffire ; Dieu ne vient jamais au secours de la paresse par des illustrations extraordinaires ; ses œuvres sont ordonnés et il n’accorde, à son gré, de telles faveurs qu’à ceux qui n’ont pu apprendre autrement. Encore due saint Benoît comptât parmi ses moines plus d’un esclave et d’uni barbare et que, sauf de rares exceptions, tous demeurassent dans l’état laïque, il a réservé pour la lectio divina un temps relativement considérable. Lui-même avait brusquement interrompu ses études profanes et s’était retiré du monde scienter nescius et .sapienter indoctus ; mais il entretint plus tard un commerce assidu avec l’Écriture et les Pères, et sa Règle témoigne d’urne lecture assez étendue. L’Abbé, selon lui, doit être docte dans la loi divine (chap. LXlV). Depuis plusieurs siècles, chez les moines noirs, une part très large est faite à l’étude. Sans être abandonné de parti pris et complètement, le travail manuel a été peu à peu remplacé par celui de l’esprit. Et cette substitution se justifie assez, croyons-nous, par les modifications survenues loirs l’état intellectuel, social et économique des temps modernes et la situation des monastères. Aujourd’hui, tous les moines de chœur doivent être aptes au sacerdoce ; et l’Église a insisté naguère sur la nécessité des études, même pour les religieux voués à la vie contemplative. Elle attend d’eux une sorte d’apostolat des idées, une influence sur la pensée chrétienne des contemporains ; elle leur confie parfois, accidentellement, des œuvres de prédication et d’enseignement, - mais sans les dispenser jamais d’être moines. Et peut-être y a-t-il lieu pour nous d’insister sur ce que nous pensons n’être pas une conception personnelle, mais une donnée élémentaire du sens monastique.
Et d’abord, sous peine de laisser tarir la source de toute prière, nous devons réserver les meilleurs moments de notre journée à la lectio divina proprement dite. Mais, en dehors de cette lecture, à quelles études nous appliquerons-nous ? Tout ce qui est intéressant et utile pour I’Église l’est aussi pour nous ; il va de soi pourtant que, sauf les obédiences exceptionnelles, les sciences dites ecclésiastiques ont un titre à notre choix ; celles-là surtout qui s’accommodent le mieux aux conditions normales de notre vie, qui sont plus capables de nous unir à Dieu. Observons toutefois qu’un moine ne se spécialise jamais à son gré et suivant l’attrait de ses aptitudes ; nos études, comme tout le reste, avec plus de motif encore que le travail manuel, doivent être sans cesse dirigées, contrôlées, consacrées par la volonté de l’Abbé.
Mais, alors même que nous nous sommes régulièrement cantonné dans la théologie, dans l’histoire ecclésiastique, ou la patristique, ou la liturgie, il importe de savoir comment nous travaillons et selon quel esprit. Il y a tant de manières d’étudier un livre ! Voici, par exemple, le manuscrit d’un sermon de saint Augustin. On peut d’abord le décrire, matériellement, compter ses cahiers, reconnaître son écriture, déterminer sa date. On peut entrer plus avant et tenter une restitution historique
comparer ce texte avec celui des autres manuscrits, avec les éditions, avec les autres ouvrages de saint Augustin, avec d’autres auteurs encore ; se demander quand a été prononcé le discours, reconstituer la physionomie de l’auditoire ; recueillir de ces pages tout ce qui permet de mieux connaître l’époque, etc. Il est certain que de telles recherches ont leur intérêt, leur nécessité même, et que les hommes attentifs y glanent des constatations précieuses même pour la doctrine. Pourtant, il est incontestable aussi que cette étude textuelle est insuffisante. Qu’adviendrait-il d’un homme qui, devant son repas, s’obstinerait à analyser chimiquement les mets, à distinguer les substances nocives d’avec les nutritives ? Il mourrait d’inanition. Voici un troisième procédé, plus scientifique, plus philosophique : on passera du texte au sens. On trouvera des majeures, des mineures, des notions multiples que l’on coordonnera méthodiquement en un tout cohérent, que l’on fera entrer dans un système mental. Mais il faut bien reconnaître que ce travail, purement abstrait et académique, n’épuise pas encore la substance du livre. La vérité de Dieu vaut mieux que cela ; et ceux qui se bornent à cela feront éternellement antichambre : ils étudieront Dieu sans le connaître jamais. Comment se fait-il qu’on réussisse parfois à faire de la théologie elle-même la plus ennuyeuse, la plus stérile et la plus froide de toutes les sciences ? Parce qu’elle est conçue d’une façon tout humaine et livresque, et qu’on y voit simplement la matière d’un examen.
Le procédé définitif auquel doivent aboutir tous ceux dont nous avons parlé jusqu’ici, est l’assentiment cordial, pratique, à la vérité, l’assimilation réelle, la sympathie de l’âme tout entière. Il ne nous servirait de rien de voir clairement les théorèmes surnaturels de notre Credo, si notre volonté se défend, par une cloison, contre la vérité connue, si notre pensée, notre amour et notre activité ne fraternisent pas. La vraie connaissance est celle qui développe en nous la foi et qui accroît la charité. Et il se trouve que la charité, après avoir reçu de la foi, lui restitue à son tour : elle nous fait apercevoir mieux ce que nous aimons davantage ; car nous voyons selon ce que nous sommes. Telle est l’étude vraiment féconde, la science des moines et des saints. C’est l’emploi normal de notre intelligence et une préparation à la vision intuitive.
Le travail, disions-nous naguère, est un dérivatif puissant et une diversion à mille tentations ; cela est vrai surtout du travail intellectuel ; et pourtant ce n’est pas, un sacrement qui nous transforme infailliblement, puisque nous pourrions étudier les choses divines de manière à les ignorer toujours. Après tout, ce n’est ni à l’objet matériel de nos études, ni à leur durée qu’il faut mesurer leur efficacité : c’est à un coefficient de dispositions morales, c’est à une certaine qualité d’attention, à un certain bien-être surnaturel, à une certaine loyauté et liberté d’âme, à un sens et à un goût de plus en plus profond de Dieu, que nous apprécierons ce qu’elles valent.
Et je songe au festin d’Ésope ; il voulut servir à ses amis ce qu’il y avait de meilleur au monde : des langues ; ce qu’il y avait de pire : des langues.
L’étude me paraît être dans ce cas : elle est peut-être la meilleure des choses créées ; lorsqu’elle s’écarte de son dessein, elle est pire que tout le reste ; et c’est à l’occasion de la philosophie, de la théologie et de l’Écriture qu’on perdra sa foi et qu’on ébranlera la foi des autres ! La science n’est pas un danger par soi ; et s’il y a l’orgueil des savants, il y a aussi l’orgueil des imbéciles. Mais, enfin, il reste que la science qui n’influe pas sur notre sanctification court grand risque d’enorgueillir. Thesaurizate vobis thesauros in eaelo, ubi nuque aerugo, neque tinea demolitur, et ubi jures non effodiunt, nec furantur (MATTH., VI, 20). Dans le domaine de la science tout humaine, il y a une rouille, et une teigne, et des voleurs ; et un jour vient où, de cette encyclopédie vivante, plus rien ne restera.
L’autre science est divine par son titre, elle est éternelle par son fruit elle est incorruptible par sa composition même ; on ne peut nous la soustraire, et nous-mêmes nous ne saurions en abuser ni en tirer vanité. Elle ne profite que pour l’éternité. C’est celle-là seulement que l’Église et le monde attendent des prêtres et des moines. A Dieu ne plaise que nous ayons quitté le siècle et fait profession pour appartenir corps et âme à la science et à la critique, pour colliger avec passion des fiches bibliographiques. Autant il est souhaitable que le travail monastique soit consciencieux et méthodique et ne s’éparpille jamais sur des sujets médiocres , autant il serait redoutable de prendre comme idéal Dieu et l’étude, de viser à la production intensive, et de réaliser trop à la lettre la légende du bénédictin érudit, émule des élèves de l’École des Chartes ou des membres de l’Académie des Inscriptions. Quel chétif apostolat ! Le jour où nous ferions sur l’autel des études le sacrifice de la conventualité et de la solennité de l’office, de la régularité, de la stabilité monastiques, nous aurions perdu tout caractère et jusqu’au titre à exister : rappelons-nous de quelle façon misérable a fini la Congrégation de Saint-Maur. Notre déchéance sera proche lorsqu’il y aura un élément humain quelconque, réputation, richesse, science, que nous mettrons en balance avec Dieu et qui nous servira de prétexte pour l’appauvrir.
Nous devons donc nous tenir en garde contre un esprit naturaliste qui nous inclinerait à réduire la part de la prière, soit dans notre horaire, soit seulement dans nos affections, au bénéfice, parfaitement chimérique, de la science sacrée. Il nous faut craindre aussi l’esprit de critique, cette disposition mesquine, grincheuse, vieillotte, à tout analyser avec défiance ; l’esprit frondeur, pour qui l’autorité a toujours tort, à priori, surtout l’autorité présente, et chez qui le doute est toujours le bienvenu. Ceux qui doutent et qui nient se font une célébrité immédiate. Et la déférence que l’on a refusée à la tradition, à l’antiquité, à l’autorité, on l’accorde aussitôt et absolument, avec une étourderie infinie, à la pensée d’un auteur quelconque, d’un de ces maîtres de l’heure qui font sonner très haut les mots vagues de progrès, d’évolution, de largeur d’esprit, d’éveil dogmatique. C’est de la badauderie intellectuelle. Et il me semble que le bon sens et la dignité consistent pour nous, non seulement dans une étude de réserve, mais surtout dans un esprit de défense tranquille et de sauvegarde. L’esprit de conservation est l’instinct même de la vie, la disposition essentielle à maintenir l’être dans la possession de son être. C’est grâce à cet esprit que nous serons vraiment progressistes, car il n’y a pas de progrès d’un être vivant qui ne soit en rapport de continuité avec l’état qui l’a précédé. Nous appartenons à une société traditionnelle qui s’appelle l’Église. Dans sa Conférence avec le ministre Claude “ sur la matière de l’Église Bossuet fait remarquer “ qu’il n’y eut jamais aucun temps où il n’y ait eu sur la terre une autorité visible et parlante, à qui il faille céder. Avant Jésus-Christ nous avions la Synagogue ; au point que la Synagogue devait défaillir, Jésus-Christ parut lui-même ; quand Jésus-Christ s’est retiré, il a laissé son Église, à qui il a envoyé son Saint-Esprit. Faites revenir Jésus-Christ enseignant prêchant, faisant des miracles, je n’ai plus besoin de l’Église : mais aussi, ôtez-moi L’église il me faut Jésus-Christ en personne, parlant, prêchant décidant avec des miracles, et une autorité infaillible . Nous autres, baptisés, clercs et moines, nous ne recevons notre enseignement que de l’Église. Notre mère n’est ni la science ni la critique ; seule, l’Église, après nous avoir enfantée, et nourris, a mission de former nos âmes pour l’éternité. Dans la dogmatique, la morale, la liturgie, l’histoire, l’Écriture sainte surtout, c’est toujours l’Église qui parle et qui explique. Et tel est le caractère de l’enseignement et des études monastiques : recueillir des lèvres et du cœur de l’Église la pensée de Dieu.
Afin de conjurer le péril de l’oisiveté, la journée monastique sera consacrée, à des heures définies, tantôt au travail des mains, tantôt à l’étude des choses de Dieu ; et voici, continue N. B. Père, comment nous croyons devoir distribuer les temps de l’un et de l’autre travail. Au chapitre Vlll, lorsqu’il fut question de l’heure à laquelle commence l’office de nuit, saint Benoît a partagé l’année en deux saisons ; au chapitre XLl, et à propos de l’heure des repas, en quatre périodes ; en deux seulement, au chapitre XLll au sujet de la lecture de Complies ; ici enfin, c’est en trois périodes qu’il divise l’année. la première s’étend depuis Pâques jusqu’aux calendes d’octobre, c’est-à-dire jusqu’au 14 septembre, jour où l’on commence à compter les calendes : decimo octavo Kalendas Octobris ; c’est la même date que désignaient, au chapitre XLl, les termes ab Idibus Septembris : depuis les ides fermées de septembre . Rappelons nous ce qui a été dit au chapitre Vlll de la division de la journée chez les anciens. Elle était partagée en vingt-quatre heures, d’inégale durée selon les saisons ; les douze heures de jour étaient comptées depuis le lever jusqu’au coucher du soleil ; elles étaient plus longues en été. plus courtes en hiver.
Pendant l’été, les frères sortiront dès le matin, probablement après l’office de Prime ; et ils s’emploieront aux travaux nécessaires jusque vers la quatrième heure. Depuis la quatrième heure jusqu’à la sixième environ, ils vaqueront à : la lecture. L’office de Tierce a pu se dire aux champs (chap. L) ; celui de Sexte se récite au monastère. La sixième heure achevée et le repas ? ni, les frères se lèveront de table et pourront alors se reposer sur leur couche. C’est la sieste, toujours indispensable pour des Italiens, et qu’il convenait d’autant mieux d’accorder aux moines que, pendant toute cette période, les chaleurs étaient plus fortes, le travail plus abondant, les nuits plus courtes. N. B. Père veut que le silence de nuit reprenne alors ses droits. Et ceci est réclamé par la charité, car les conversations des uns auraient compromis le sommeil des autres. Aussi bien, nul n’est contraint de se coucher ; il est permis de reprendre sa lecture d’avant le dîner ; mais à la condition expresse que chacun lise tout bas et pour soi seul, afin de ne gêner personne. Les anciens avaient coutume, semble-t-il, de lire, sinon à haute voix, du moins en prononçant les mots ; et saint Augustin remarquait l’habitude contraire de saint Ambroise Après la sieste, les frères célèbrent l’office de None : agatur Nona ; la neuvième heure n’est pas encore commencée, on est à peu près au milieu de la huitième : temperius, mediante octava hora. Puis on retourne au travail manuel, jusqu’au soir, jusqu’à Vêpres.
Cette remarque peut trouver son application en toute saison ; elle a pourtant une opportunité spéciale pour l’été et pour le début de l’automne : c’est l’époque des moissons et des récoltes. Il est difficile de comprendre comment, d’un texte tel que celui que nous venons de lire, on a pu faire sortir certaines exagérations bien connues. Saint Benoît prévoit - il ne l’exige pas - que les conditions du lieu ou la pauvreté du monastère obligeront les moines à recueillir eux-mêmes les fruits de la, terre. Les religieux pouvaient habiter une région solitaire ; le monastère pouvait tout à la fois posséder une vaste propriété foncière et n’avoir que très peu de serviteurs : allait-on laisser périr les récoltes sur pied ? Force était bien d’employer les moines. Et saint Benoît prend occasion de cette éventualité pour rappeler que le travail manuel est non seulement bon et utile, non seulement sanctifié par l’obéissance, mais encore que les saints Apôtres et les Pères du désert n’ont pas rougi de s’y adonner. L’observation n’était pas superflue. Dans l’Orient, le travail manuel gardait un caractère moins servile, moins assujettissant qu’en Occident ; les riches eux-mêmes apprenaient souvent un métier ; on travaillait pour s’occuper, pour donner aux pauvres ; saint Paul fabriquait des toiles de Cilicie, par fierté et pour n’être à charge à aucune église. Mais l’Occident est plus positif, plus industriel ; sous un climat différent, avec des muscles vigoureux, il y a une dépense plus considérable de force physique ; volontiers on abandonnerait le travail aux esclaves. Et N. B. Père croit devoir plaider en sa faveur, comme l’avait fait longuement saint Augustin dans son livre De Opere Monachorum. Un moine ne saurait trouver les travaux manuels indignes de lui, celui-là surtout, dit le saint Docteur, qui vient de la condition servile. Vivre du travail de ses mains, comme l’ont fait nos pères et les Apôtres, c’est encore être vraiment moine ; c’est se livrer à une occupation très monastique et communier à un idéal primitif . Mais N. B. Père ne dit aucunement que les moines ne sont plus moines ou le sont d’une manière diminuée lorsqu’ils ne vivent pas du travail de leurs mains. L’équivoque sur la pensée de saint Benoît n’est plus possible, si l’on consent à remarquer qu’il ne parle ici des récoltes que comme d’une exception et comme de labeurs extraordinaires. Même alors, ajoute-t-il, la discrétion demeure une loi. Tout se fera avec mesure, à cause des faibles ; l’Abbé veillera à n’écraser jamais la communauté sous un travail exagéré.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Prières usuelles

Signum crucis Signe de croix
IN nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen.
Symbolum Apostolorum Symbole des Apôtres
CREDO in Deum Patrem omnipotentem, Creatorem caeli et terrae. Et in Iesum Christum, Filium eius unicum, Dominum nostrum, qui conceptus est de Spiritu Sancto, natus ex Maria Virgine, passus sub Pontio Pilato, crucifixus, mortuus, et sepultus, descendit ad inferos, tertia die resurrexit a mortuis, ascendit ad caelos, sedet ad dexteram Dei Patris omnipotentis, inde venturus est iudicare vivos et mortuos. Credo in Spiritum Sanctum, sanctam Ecclesiam catholicam, sanctorum communionem, remissionem peccatorum, carnis resurrectionem, vitam aeternam. Amen. Je crois en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus-Christ Son fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, est ressuscité le troisième jour, est monté aux cieux, est assis à la droite du Père tout-puissant, d'où Il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en L'Esprit Saint, à la Sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.
Salve Regina Salut, ô Reine
Salve Regína, Mater misericórdiæ, vita dulcédo, et spes nostra, salve. Ad te clamámus éxsules fílii Evæ; ad te suspirámus, geméntes et flentes in hac lacrimárum valle. Salut, Reine, mère de miséricorde, vie, douceur, et notre espérance, salut. Vers vous, nous crions,, enfants d'Eve exilés. Vers vous, nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
Eia ergo, advocáta nostra, illos tuos misericórdes óculos ad nos convérte: Et Iesum, benedíctum fructum ventris tui, nobis post hoc exsílium osténde. O clemens, o pia, o dulcis Virgo María. Et donc, notre avocate, tournez vos yeux miséricordieux vers les vôtres. Et Jésus, le fruit béni de vos entrailles, montre-le nous après notre exil.
O clemens, O pia, O dulcis Virgo Maria. O clémente, ô bonne, ô douce Vierge Marie.
℣. Ora pro nobis, sancta Dei Genetrix.
℟. Ut digni efficiamur promissiónibus Christi.
℣. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu.
℣. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
Omnipotens sempiterne Deus, qui gloriosae Virginis Matris Mariae corpus et animam, ut dignum Filii tui habitaculum effici mereretur, Spiritu Sancto cooperante, praeparasti: da, ut cuius commemoratione laetamur; eius pia intercessione, ab instantibus malis, et a morte perpetua liberemur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
Dieu éternel et tout puissant qui avec la coopération du Saint Esprit a préparé le corps et l'Esprit de la glorieuse Vierge-Mère Marie à devenir une demeure digne de Ton Fils; puissions-nous, par son intercession aimante, être délivrés des maux actuels et de la mort éternelle, nous qui nous réjouissons de sa commémoration. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
Le "Salve Regina" est la prière privilégiée du temps "dans l'année" après la Pentecôte. Elle se chante (ou se récite) surtout après la fin du temps pascal jusqu'au premier dimanche de l'Avent (exclus).
ANGELUS ANGELUS
℣. Ángelus * Dómini nuntiávit Maríæ. ℣. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie,
℟. Et concépit de Spíritu Sancto. ℟. Et elle conçut du Saint-Esprit.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Ecce ancílla Dómini. ℣. Me voici, servante du Seigneur,
℟. Fiat mihi secúndum verbum tuum. ℟. Qu’il me soit fait selon votre parole.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Et Verbum caro factum est. ** ℣. Et le Verbe S’est fait chair
℟. Et habitávit in nobis. ℟. Et Il a habité parmi nous.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Ora pro nobis, sancta Dei génetrix. ℣. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
℟. Ut digni efficiámur promissiónibus Christi. ℟. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Orémus.
Grátiam tuam, quæsumus, Dómine, méntibus nostris infúnde; ut qui, Ángelo nuntiánte, Christi Fílii tui incarnatiónem cognóvimus, *
per passiónem eius et crucem, ad resurrectiónis glóriam perducámur.
Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Prions.
Répands, Seigneur, Ta grâce en nos âmes. Par le message de l’ange, nous avons connu l’incarnation de Ton Fils bien-aimé. Conduis-nous, par Sa passion et par Sa croix, jusqu’à la gloire de la résurrection. Par le Christ, notre Seigneur. ℟. Amen.
* L'angélus se sonne par trois séries de trois tintements suivis d'une "pleine-volée". Les tintements correspondent au début du versicule, du répons et de l'Ave.
** On a coutume d'incliner légèrement la tête à ce versicule en signe de révérence pour le mystère de l'Incarnation.
On récite habituellement la prière de l'Angelus trois fois par jour, à 7 heures, midi et 19 heures. Dans certains endroits, cette prière ce récite donc après l'office de laudes, celui de sexte et après complies.
Au temps pascal, cette prière est remplacée par le Regina caeli.
Angele Dei Angele Dei (prière à l'Ange gardien)
ANGELE DEI, qui custos es mei, Me tibi commissum pietate superna; (Hodie, Hac nocte) illumina, custodi, rege, et guberna. Amen. ANGE DE DIEU, qui êtes mon gardien, puisque le ciel m'a confié à vous dans sa bonté, (aujourd'hui, cette nuit) éclairez-moi,gardez-moi, dirigez-moi et gouvernez-moi. Amen.
Benedictio Ante Mensam Bénédiction avant le repas
℣. Benedicite. (℟. Benedicite.)
BENEDIC, Domine, nos et haec tua dona * quae de tua largitate sumus sumpturi. Per Christum Dominum nostrum. ℟. Amen.
℣. Bénissez. (℟. Bénissez.)
BENIS nous, Seigneur, et les dons qui viennent de Toi, par lesquels, de Ta largesse, nous sommes rassasiés. Par le Christ notre Seigneur. ℟. Amen.
Ante prandium: Avant le déjeuner :
Mensae caelestis participes * faciat nos, Rex aeternae gloriae. ℟. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse participer à la table céleste. ℟. Amen.
Ante cenam: Avant le dîner :
Ad cenam vitae aeternae * perducat nos, Rex aeternae gloriae. ℟. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse parvenir au festin de la vie éternelle. ℟. Amen.
Benedictio Post Mensam Bénédiction d'après le repas
AGIMUS tibi gratias, omnipotens Deus, pro universis beneficiis tuis, * qui vivis et regnas in saecula saeculorum. ℟. Amen. Nous Te rendons-grâces, Dieu tout puissant, pour tous Tes bienfaits, Toi qui vis et règnes dans les siècles des siècles. ℟. Amen.
℣. Deus det nobis suam pacem. ℣. Que Dieu nous donne Sa paix.
℟. Et vitam aeternam. ℟. Amen. ℟. Et la vie éternelle. Amen.
 Rosarium  Rosaire
Initium Commencement
Signum crucis Signe de croix
Romae: A Rome :
℣. Domine, labia mea aperies,
℟. Et os meum annuntiabit laudem tuam.
℣. Deus in adiutorium meum intende,
℟. Domine ad adiuvandum me festina.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres,
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
℣. Dieu, viens à mon aide,
℟. Seigneur, vite à mon secours.
Ad Crucem: Sur la croix :
Symbolum Apostolorum Symbole des apôtres
Ad grana maiora: Sur les gros grains :
Oratio Dominica (Pater noster) Prière du Seigneur (Notre Père)
Ad grana minora: Sur les petits grains :
Ave Maria Je vous salue Marie
Ad finem decadum: A la fin de chaque dizaine :
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Le Vendredi saint on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
℟. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem.
℣. Mortem autem crucis.
℟. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort.
℣. Et la mort de la croix.
Le Samedi saint, on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
℟. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis.
℣. Propter quod et Deus exaltavit illum: et dedit illi nomen, quod est super omne nomen.
℟. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
℣. C'est pourquoi Dieu L'a exalté : et Il Lui a donné le Nom qui est au dessus de tout Nom.
Oratio Fatima Prière de Fatima
O MI IESU, dimitte nobis debita nostra, libera nos ab igne inferni, conduc in caelum omnes animas, praesertim illas quae maxime indigent misericordia tua. O mon Jésus, pardonne-nous nos péchés, préserve-nous du feu de l'enfer, et conduis au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de Ta sainte miséricorde.
Meditationes Rosarii Méditations du Rosaire
In feria secunda et sabbato Le lundi et le samedi
I. Mysteria Gaudiosa I. Mystères joyeux
1. Quem, Virgo, concepisti. [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Quem visitando Elisabeth portasti. [Lc 1,39-45]
3. Quem, Virgo, genuisti. [Lc 2,6-12]
4. Quem in templo praesentasti. [Lc 2,25-32]
5. Quem in templo invenisti. [Lc 2,41-50]
1. Annonciation [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Visitation [Lc 1,39-45]
3. Nativité [Lc 2,6-12]
4. Présentation au Temple [Lc 2,25-32]
5. Recouvrement au Temple [Lc 2,41-50]
In feria quinta Le jeudi
II. Mysteria Luminosa II. Mystères lumineux
1. Qui apud Iordanem baptizatus est. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Qui ipsum revelavit apud Canense matrimonium. [In 2,1-11]
3. Qui Regnum Dei annuntiavit. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. Qui transfiguratus est. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. Qui Eucharistiam instituit.[In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
1. Le Baptême au Jourdain. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Les Noces de Cana. [In 2,1-11]
3. L'annonce du Royaume. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. La Transfiguration. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. L'institution de l'Eucharistie. [In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
In feria tertia et feria sexta Le mardi et le vendredi
III. Mysteria dolorosa III. Mystères douloureux
1. Qui pro nobis sanguinem sudavit. [Lc 22,39-46]
2. Qui pro nobis flagellatus est. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Qui pro nobis spinis coronatus est. [In 19,1-8]
4. Qui pro nobis crucem baiulavit. [In 19,16-22]
5. Qui pro nobis crucifixus est. [In 19,25-30]
1. L'Agonie au jardin des oliviers. [Lc 22,39-46]
2. Le Flagellation. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Le Couronnement d'épines. [In 19,1-8]
4. Le Portement de Croix. [In 19,16-22]
5. La Crucifixion. [In 19,25-30]
In feria quarta et Dominica Le mercredi et le dimanche
IV. Mysteria gloriosa IV. Mystères glorieux
1. Qui resurrexit a mortuis. [Mc 16,1-7]
2. Qui in caelum ascendit. [Lc 24,46-53]
3. Qui Spiritum Sanctum misit. [Acta 2,1-7]
4. Qui te assumpsit. [Ps 16,10]
5. Qui te in caelis coronavit. [Apoc 12,1]
1. La Résurrection. [Mc 16,1-7]
2. L'Ascension. [Lc 24,46-53]
3. L'Effusion de l'Esprit Saint à la Pentecôte. [Acta 2,1-7]
4. L'Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie. [Ps 16,10]
5. Le Couronnement aux cieux de la Bienheureuse Vierge Marie. [Apoc 12,1]
Orationes ad Finem Rosarii Dicendae Prières dites à la fin de la récitation du Rosaire
Salve Regina Salve Regina
℣. Ora pro nobis, Sancta Dei Genetrix.
℟. Ut digni efficiamur promissionibus Christi.
℣. Priez pour nous, Sainte Mère de Dieu.
℟. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
DEUS, cuius Unigenitus per vitam, mortem et resurrectionem suam nobis salutis aeternae praemia comparavit, concede, quaesumus: ut haec mysteria sacratissimo beatae Mariae Virginis Rosario recolentes, et imitemur quod continent, et quod promittunt assequamur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
O DIEU, qui, par la vie, la mort et la résurrection de Ton Fils unique, nous a obtenu les récompenses du salut éternel, accorde-nous, nous T'en supplions, qu'en méditant sur les mystères du très saint Rosaire de la Bienheureuse Vierge-Marie, nous imitions ce qu'ils contiennent et obtenions ce qu'ils promettent. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
 Gloria Patri Gloire au Père (Doxologie) 
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
ACTUS CONTRITIONIS ACTE DE CONTRITION
DEUS meus, ex toto corde paenitet me omnium meorum peccatorum, eaque detestor, quia peccando, non solum poenas a Te iuste statutas promeritus sum, sed praesertim quia offendi Te, summum bonum, ac dignum qui super omnia diligaris. Ideo firmiter propono, adiuvante gratia Tua, de cetero me non peccaturum peccandique occasiones proximas fugiturum. Amen. Mon Dieu, de tout mon coeur je fais pénitence pour tous mes péchés. Je les déteste non seulement à cause de Tes justes punitions auxquelles je suis promis, mais surtout parce que je T'ai offensé, Toi qui es infiniment bon et qui es digne de tout mon amour. Je prends donc la ferme résolution, avec l'aide de Ta grâce, de ne plus pécher et de fuir les occasions proches de pécher. Amen.
Oratio ante colligationem in interrete Prière avant de se connecter à l'internet.
OMNIPOTENS aeterne Deus, qui nos secundum imaginem Tuam plasmasti, et omnia bona, vera, pulchra, praesertim in divina persona Unigeniti Filii Tui Domini nostri Iesu Christi, quaerere iussisti, praesta quaesumus ut, per intercessionem Sancti Isidori, Episcopi et Doctoris, in peregrinationibus per interrete factis et manus oculosque ad quae Tibi sunt placita intendamus et omnes quos convenimus cum caritate ac patientia accipiamus. Per Christum Dominum nostrum. ℟. Amen. Dieu Éternel et Tout Puissant qui nous a créés à Ton image et nous ordonne de rechercher ce qui est bon, vrai et beau, spécialement dans la personne divine de Ton Fils unique notre Seigneur Jésus Christ, nous T’implorons par l’intercession de Saint Isidore Évêque et Docteur de nous aider pendant nos voyages à travers l’Internet à diriger nos mains et nos yeux vers ce qui T’est agréable, et à accueillir avec charité et patience tous ceux que nous rencontrerons. Par le Christ notre Seigneur. ℟. Amen.
Oratio S. Thomae Aquinatis ante studium Prière de S. Thomas d'Aquin avant l'étude
Creátor ineffábilis, qui de thesáuris sapiéntiæ tuæ tres Angelórum hiearchías designásti et eas super cœlum empýreum miro órdine collocásti, atque univérsi partes elegantíssime distribuísti: Tu, inquam, qui verus fons lúminis et sapiéntiæ díceris ac superéminens princípium, infúndere dignéris super intelléctus mei ténebras tuæ rádium claritátis, dúplices, in quibus natus sum, a me rémovens ténebras, peccátum scílicet et ignorántiam. Tu, qui linguas infántium facis disértas, linguam meam erúdias atque in lábiis meis grátiam tuæ benedictiónis infúndas. Da mihi intelligéndi acúmen, retinéndi capacitátem, addiscéndi modum et facilitátem, interpretándi subtilitátem, loquéndi grátiam copiósam. Ingréssum ínstruas, progréssum dírigas, egréssum cómpleas. Tu, qui es verus Deus et Homo, qui vivis et regnas in sǽcula sæculórum. Amen. Créateur ineffable, qui, des trésors de Ta sagesse, a formé les trois hiérachies des anges, les a placées au-dessus des cieux dans un ordre merveilleux, et a façonné et distribué de façon exquise toutes les parties de l'univers ; Toi qui es la vraie source de la lumière et de la sagesse et leur principe suréminent, daigne répandre Ta clarté sur l’obscurité de mon intelligence ; chasse de moi les ténèbres du péché et de l’ignorance. Donne-moi : la pénétration pour comprendre, la mémoire pour retenir, la méthode et la facilité pour apprendre, la lucidité pour interpréter, une grâce abondante pour m’exprimer. Aide le commencement de mon travail, diriges-en le progrès, couronnes-en la fin. Toi, qui es vrai Dieu et vrai homme, et qui vis et règnes dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Ordo liturgique du dimanche 28 juillet 2019 au mardi 27 août 2019

dimanche 28 juillet 2019
Dominica - Hebdomada XVII per annum

Dominica XVII per annum.

Bse Alphonsa Muttathupadam
Chrétienne Syro-Malabar, religieuse en Inde, morte en 1946 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 29 juillet 2019
Feria II - Hebdomada XVII per annum

S. Marthae, Memoria.

Ste Marthe
Sœur de Lazare, elle servit le Christ. Selon une légende, elle aurait combattu la Tarasque et serait morte à Tarascon - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 30 juillet 2019
Feria III - Hebdomada XVII per annum

FERIE ou S. Petri Chrysologi, episcopi et Ecclesiae doctoris, memoria ad libitum.
St Pierre Chrysologue, évêque et docteur de l'Église
Il reçut le surnom de "Parole d'or". Évêque de Ravenne, grand prédicateur, mort en 451, il est docteur de l’Église - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 31 juillet 2019
Feria IV - Hebdomada XVII per annum

S. Ignatii de Loyola, presbyteri, Memoria.

St Ignace de Loyola, prêtre
Prêtre, fondateur de la Compagnie de Jésus. À sa mort, en 1556, son ordre comptait plus d'un millier de jésuites - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 1 août 2019
Feria V - Hebdomada XVII per annum

S. Alfonsi Mariae de Liguori, episcopi et Ecclesiae doctoris, Memoria.

St Alphonse-Marie de Liguori, évêque et docteur de l'Église
Évêque, fondateur des prêtres appelés rédemptoristes, guide spirituel, moraliste, docteur de l’Église (†1787) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 2 août 2019
Feria VI - Hebdomada XVII per annum

FERIE ou S. Petri Iuliani Eymard, presbyteri, memoria ad libitum.
St Eusèbe de Verceil, évêque
Évêque, il lutta contre l'arianisme. Exilé, il mourut martyr des suites des mauvais traitements subis (†371) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 3 août 2019
Sabbato - Hebdomada XVII per annum

FERIE
Ste Lydie
Disciple de St Paul, 1ère Européenne chrétienne - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 4 août 2019
Dominica - Hebdomada XVIII per annum

Dominica XVIII per annum.

St Jean-Marie Vianney, prêtre
Curé d’Ars, saint prédicateur et confesseur (†1859) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 5 août 2019
Feria II - Hebdomada XVIII per annum

FERIE ou In Dedicatione basilicae S. Mariae, memoria ad libitum.
Dédicace de la Basilique Sainte-Marie.
Cette basilique romaine est la première église dédiée à Marie en Occident, sa construction remonte à 360 environs - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 6 août 2019
Feria III - Hebdomada XVIII per annum

IN TRANSFIGURATIONE DOMINI, Festum.

Transfiguration du Seigneur
Sur le mont Thabor, le Christ apparut en gloire à trois apôtres - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 7 août 2019
Feria IV - Hebdomada XVIII per annum

FERIE ou S. Caietani, presbyteri, memoria ad libitum.
St Sixte II, pape, et ses compagnons, martyrs
St Sixte II, pape et ses compagnons, martyrs lors d'une célébration dans le cimetiière de Callliste en 258 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 8 août 2019
Feria V - Hebdomada XVIII per annum

S. Dominici, presbyteri, Memoria.

St Dominique, prêtre
Prêtre, fondateur de l'Ordre des frères prêcheurs ou Dominicains, pour lutter contre l'hérésie albigeoise (†1221) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 9 août 2019
Feria VI - Hebdomada XVIII per annum

S. Teresiae Benedictae a Cruce, virginis et martyris, patronae Europae, Festum.

Ste Thérèse-Bénédicte de la Croix, vierge et martyre.
Édith Stein. Juive convertie puis carmélite, elle mourut martyre au camp d'Auschwitz en 1942 - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 10 août 2019
Sabbato - Hebdomada XVIII per annum

S. Laurentii, diaconi et martyris, Festum.

St Laurent, diacre et martyr
Diacre du pape Sixte II, martyr à Rome en 258 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 11 août 2019
Dominica - Hebdomada XIX per annum

Dominica XIX per annum.

Ste Claire, vierge
Disciple de St François, elle choisit comme lui la pauvreté. Fondatrice de l'Ordre dit des Clarisses (†1253) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 12 août 2019
Feria II - Hebdomada XIX per annum

FERIE ou S. Ioannae Franciscae de Chantal, religiosae, memoria ad libitum.
Ste Jeanne-Françoise de Chantal, religieuse
Veuve, disciple de St François de Sales, première supérieure des Visitandines (†1641) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 13 août 2019
Feria III - Hebdomada XIX per annum

FERIE ou Ss. Pontiani, papae, et Hippolyti, presbyteri, martyrum, memoria ad libitum.
Sts Pontien, pape, et Hippolyte, prêtre, martyrs
Opposés, la persécution les réunit. Le pape et le théologien moururent martyrs en Sardaigne en 235 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 14 août 2019
Feria IV - Hebdomada XIX per annum

S. Maximiliani Mariae Kolbe, presbyteri et martyris, Memoria.

St Maximilien-Marie Kolbe, prêtre et martyr
Prêtre franciscain, "homme de l'Immaculée Conception ", il donna sa vie à Auschwitz en 1941 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 15 août 2019
Feria V - Hebdomada XIX per annum

IN ASSUMPTIONE B. Mariae V., patronae principalis Galliae, Sollemnitas.

ASSOMPTION DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE
Marie entra corps et âme dans le paradis - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 16 août 2019
Feria VI - Hebdomada XIX per annum

FERIE ou S. Stephani Hungariae, memoria ad libitum.
St Étienne de Hongrie
Roi de Hongrie, couronné à Noël de l'an 1000, aidé par son épouse Gisèle, il évangélisa son peuple (†1038) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 17 août 2019
Sabbato - Hebdomada XIX per annum

FERIE
Ste Jeanne Delanoue
Religieuse, fondatrice d'un Ordre au service de ceux qui souffrent (†1736) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 18 août 2019
Dominica - Hebdomada XX per annum

Dominica XX per annum.

Ste Hélène
Mère de Constantin (†328) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 19 août 2019
Feria II - Hebdomada XX per annum

FERIE ou S. Ioannis Eudes, presbyteri, memoria ad libitum.
St Jean Eudes, prêtre
Prêtre de l'Oratoire, fondateur de la congrégation dite des pères eudistes, promoteur du culte du Sacré-Cœur (†1680) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 20 août 2019
Feria III - Hebdomada XX per annum

S. Bernardi, abbatis et Ecclesiae doctoris, Memoria.

St Bernard, abbé et docteur de l'Église
Abbé cistercien de Clairvaux, donna à son Ordre une nouvelle impulsion. Docteur de l'Église, dit marial (†1153) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 21 août 2019
Feria IV - Hebdomada XX per annum

S. Pii X, papae, Memoria.

St Pie X, pape
Pape, doux et pieux, il dut condamner les erreurs dites modernes. Il invita les chrétiens à communier plus souvent (†1914) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 22 août 2019
Feria V - Hebdomada XX per annum

B. Mariae Virginis Reginae, Memoria.

Bienheureuse Vierge Marie, reine.
Mémoire instituée par le pape Pie XII en 1954, elle rappelle que Marie participe à un titre tout spécial à la royauté du Christ. - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 23 août 2019
Feria VI - Hebdomada XX per annum

FERIE ou S. Rosae de Lima, virginis, memoria ad libitum.
Ste Rose de Lima
Tertiaire dominicaine, offrit sa vie pour la conversion des Indiens (†1617) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 24 août 2019
Sabbato - Hebdomada XX per annum

S. Bartholomaei, apostoli, Festum.

St Barthélemy, apôtre
Apôtre, souvent confondu avec Nathanaël, serait mort martyr, écorché vif - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 25 août 2019
Dominica - Hebdomada XXI per annum

Dominica XXI per annum.

St Louis
Roi de France, il vécut l'idéal franciscain, est mort en Croisade devant Tunis (†1270) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 26 août 2019
Feria II - Hebdomada XXI per annum

FERIE ou S. Cesarii Arelatensis, episcopi., memoria ad libitum.
St Césaire d'Arles, évêque
Evêque, père de l'Eglise, il défendit ses fidèles face aux babares (+ 1543) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 27 août 2019
Feria III - Hebdomada XXI per annum

S. Monicae, Memoria.

Ste Monique
Mère de St Augustin, par ses prières et sa patience a converti sa famille (†387) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word