Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Martyrologe du mercredi 4 décembre 2019

Martyrologe
Le 4 décembre
1. Mémoire de saint Jean Damascène, prêtre et docteur de l’Église, célèbre par sa sainteté et sa doctrine. Pour le culte des saintes images, il combattit avec vigueur par sa parole et ses écrits contre l’empereur Léon l’Isaurien et, devenu moine et prêtre dans la laure de Saint-Sabas près de Jérusalem, il composa des hymnes sacrées et y mourut, vers 749.
2. Commémoraison de sainte Barbe, martyre à Nicomédie.
3. À Alexandrie, en 247 ou 248, saint Héraclas, évêque. Disciple d’Origène, son associé, puis son successeur à l’école théologique de la ville, il acquit une grande célébrité et fut appelé à gouverner cette Église.
4. À Sébastopol dans le Pont, au IVe siècle, saint Mélèce, évêque. Déjà éminent par le témoignage de sa science, il fut de loin encore plus illustre par sa force d’âme et sa pureté de vie.
5. À Bologne en Émilie, l’an 431 ou 432, saint Félix, évêque, qui avait été diacre de l’Église de Milan sous saint Ambroise.
6*. A Lyon en Gaulle, saint Apri, prêtre
7*. Dans le Berry, vers 655, saint Sigiramne ou Cyran, qui fut moine, pèlerin et abbé du monastère de Longorit, qui prit ensuite son nom (Saint-Cyran).
8*. Au Mans, au VIe siècle, sainte Adrehilde (Ada ou Adnette), abbesse du monastère de Sainte-Marie.
9*. Au monastère d’Ellwangen en Bavière, l’an 794, saint Sola, prêtre et ermite.
10. À Polybote en Phrygie, au début du VIIIe siècle, saint Jean, évêque, surnommé le Thaumaturge, qui travailla beaucoup, contre l’empereur Léon l’Arménien, pour le culte des saintes images. 1
11. Au monastère de Siegburg en Rhénanie, l’an 1075, le trépas de saint Annon, évêque de Cologne. Homme d’un caractère énergique, il reçut les plus grands honneurs sous le règne de l’empereur Henri IV, aussi bien dans l’Église que dans les affaires publiques et il prit soin de faire construire un grand nombre d’églises et de monastères pour accroître la foi et la piété.
12. À Salisbury en Angleterre, l’an 1099, saint Osmond, évêque. De Normandie, il passa en Angleterre avec Guillaume le Conquérant et, promu bientôt à l’épiscopat, il termina l’église cathédrale de Sarum, en fit la dédicace et s’employa de manière irréprochable à l’administration de son diocèse et au culte divin.
13. À Parme en Émilie, l’an 1133, saint Bernard, évêque, qui chercha toujours, comme moine, la perfection de la vie ; comme cardinal, le bien de l’Église ; comme évêque enfin, le salut des âmes.
14*. À Sienne en Toscane, l’an 1289, le bienheureux Pierre. Marchand de peignes, devenu veuf, il entra dans le Tiers-Ordre de Saint-François, et se fit remarquer par sa charité, en particulier pour les indigents et les malades, par son humilité et par son silence.
15*. À Edo au Japon, en 1623, les bienheureux martyrs François Galvez, prêtre franciscain, Jérôme des Anges, prêtre jésuite, et Simon Yempo, ancien moine bouddhiste devenu religieux jésuite, tous trois livrés au bûcher en haine de la foi.
16*. À Cologne en Rhénanie, l’an 1845, le bienheureux Adolphe Kolping, prêtre. Avec le souci ardent des ouvriers et de la justice sociale, il fonda une association de jeunes travailleurs et la diffusa en beaucoup d’endroits.
17. À Vérone en Vénétie, l’an 1954, saint Jean Calabria, prêtre, fondateur des deux Congrégations des Pauvres serviteurs, et des Pauvres servantes de la divine Providence.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Invitatoire du mercredi 4 décembre 2019

Hebdomada I Adventus Ière semaine de l'Avent
Feria III Mardi
Ad Invitatorium
Ad Invitatorium
A la liturgie lue :
Ante Officium quod a solo persolvitur, dici potest sequens oratio:Avant l'office récité seul, on peut dire la prière suivante :
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum tuum; munda cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus; intelléctum illúmina, afféctum inflámma, ut digne, atténte ac devóte hoc Offícium recitáre váleam, et exaudíri mérear ante conspéctum divínæ maiestátis tuæ. Per Christum Dóminum nostrum. Amen.Ouvre mes lèvres, Seigneur, afin qu’elles bénissent Ton saint Nom, purifie aussi mon cœur de toute pensée vaine, mauvaise, étrangère. Éclaire mon intelligence, enflamme mon amour, afin que je puisse réciter cet office avec respect, attention et dévotion, et mériter d’être exaucé en présence de Ta divine majesté. Par le Christ notre Seigneur. Amen.
℣. Dómine, lábia mea apéries. ℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.℣. Seigneur, ouvre mes lèvres. ℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Psalmus 94 (95)Psaume 94 (95)
Invitatio ad laudem DeiInvitation à la louange de Dieu
Adhortamini vosmetipsos per singulos dies, donec illud «hodie» vocatur (Hebr 3, 13).Exhortez-vous mutuellement chaque jour, tant que vaut cet « aujourd'hui ».
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Veníte, exsultémus Dómino; iubilémus Deo salutári nostro. Præoccupémus fáciem eius in confessióne et in psalmis iubilémus ei.Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut. Accourons devant Sa face dans l'action de grâce, dans des psaumes, jubilons pour Lui.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Quóniam Deus magnus Dóminus et rex magnus super omnes deos. Quia in manu eius sunt profúnda terræ, et altitúdines móntium ipsíus sunt. Quóniam ipsíus est mare, et ipse fecit illud, et siccam manus eius formavérunt. Parce que le Seigneur est le grand Dieu ; le grand Roi au-dessus de tous les dieux. Car dans Sa main sont les profondeurs de la terre, et que les hauteurs des montagnes sont à Lui. Parce qu'à Lui est la mer, et que c'est Lui-même qui l'a faite, et que Ses mains ont formé le continent.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Veníte, adorémus et procidámus et génua flectámus ante Dóminum, qui fecit nos, quia ipse est Deus noster, et nos pópulus páscuæ eius et oves manus eius. Venez, adorons, prosternons - nous devant Dieu, et fléchissons les genoux devant le Seigneur qui nous a faits, parce que Lui-même est notre Dieu, et que nous sommes Son peuple et les brebis de Sa main.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Utinam hódie vocem eius audiátis: «Nolíte obduráre corda vestra, sicut in Meríba secúndum diem Massa in desérto, ubi tentavérunt me patres vestri: probavérunt me, etsi vidérunt ópera mea. Si seulement aujourd'hui, vous entendiez Sa voix, n'endurcissez pas vos coeurs, comme à Mériba, comme au jour de Massa dans le désert, où Me tentèrent vos pères ; ils M'éprouvèrent, alors qu'ils avaient vu Mes oeuvres.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Quadragínta annis tæduit me generatiónis illíus, et dixi: Pópulus errántium corde sunt isti. Et ipsi non cognovérunt vias meas; ídeo iurávi in ira mea: Non introíbunt in réquiem meam». Pendant quarante ans, J'ai été le dégoût de cette génération et J'ai dit : ils sont un peuple errant de coeur ; et eux, ils n'ont point connu Mes voies : c'est pourquoi Je leur ai juré dans Ma colère, ils n'entreront pas dans Mon repos.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.

Si le psaume 94 est récité pendant la liturgie de ce jour, à une des heures suivantes, on peut prendre un autre psaume comme invitatoire, au choix :
vel:ou :
Psalmus 99 (100)Psaume 99 (100)
Gaudium in templum ingredientiumJoie de l’entrée dans le temple
Redemptos iubet Dominus victoriæ carmen canere (S. Athanasius). Le Seigneur invite les rachetés à entonner un chant de victoire (S. Athanase).
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Iubiláte Dómino, omnis terra, * servíte Dómino in lætítia; introíte in conspéctu eius * in exsultatióne. Acclamez Dieu, toute la terre; servez le Seigneur avec joie. Entrez en Sa présence * avec allégresse.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Scitóte quóniam Dóminus ipse est Deus;  ipse fecit nos, et ipsíus sumus, * pópulus eius et oves páscuæ eius. Sachez que c'est le Seigneur qui est Dieu; c'est Lui qui nous a faits, et non pas nous-mêmes. Nous sommes Son peuple, et les brebis de Son pâturage.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Introíte portas eius in confessióne,  átria eius in hymnis, * confitémini illi, benedícite nómini eius. Franchissez Ses portes avec des louanges, Ses parvis en chantant des hymnes; célébrez-le, bénissez Son nom.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Quóniam suávis est Dóminus;  in ætérnum misericórdia eius, * et usque in generatiónem et generatiónem véritas eius. car le Seigneur est suave; Sa miséricorde est éternelle, * et Sa vérité demeure de génération en génération.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
vel:ou :
Psalmus 66 (67)Psaume 66 (67)
Omnes gentes Domino confiteanturToutes les nations rendront gloire au Seigneur
Notum sit vobis quoniam gentibus missum est hoc salutare Dei (Act 28, 28).Sachez que le salut de Dieu a été envoyé aux gentils (Act 28, 28).
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Deus misereátur nostri et benedícat nobis; * illúminet vultum suum super nos, ut cognoscátur in terra via tua, * in ómnibus géntibus salutáre tuum. Que Dieu nous soit favorable et qu'Il nous bénisse; qu'Il illumine sur nous Son visage, afin que l'on connaisse sur la terre Ta voie, et parmi toutes les nations Ton salut.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Læténtur et exsúltent gentes,  quóniam iúdicas pópulos in æquitáte * et gentes in terra dírigis. Que les peuples Te louent, ô Dieu ; que les peuples Te louent tous. Que les nations se réjouissent, qu'elles soient dans l'allégresse ; car Tu juges les peuples avec droiture, et Tu conduis les nations sur la terre.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Terra dedit fructum suum; * benedícat nos Deus, Deus noster, benedícat nos Deus, * et métuant eum omnes fines terræ. Que les peuples Te louent, ô Dieu, que les peuples Te louent tous. La terre a donné son fruit ; que nous bénisse Dieu, notre Dieu, que Dieu nous bénisse, et que toutes les extrémités de la terre Le révèrent.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
vel:ou :
Psalmus 23 (24)Psaume 23 (24)
Domini in templum adventusAvènement de Dieu dans le Temple
Christo apertæ sunt portæ cæli propter carnalem eius assumptionem (S. Irenæus).Les portes du ciel se sont ouvertes au Christ parce qu’il a pris la nature humaine. (S. Irénée)
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Dómini est terra et plenitúdo eius, * orbis terrárum et qui hábitant in eo. Quia ipse super mária fundávit eum * et super flúmina firmávit eum. Au Seigneur est la terre et tout ce qu'elle renferme, le monde et tous ceux qui l'habitent. Car c'est Lui qui l'a fondé sur les mers, et qui l'a établi sur les fleuves.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Quis ascéndet in montem Dómini, * aut quis stabit in loco sancto eius? Innocens mánibus et mundo corde,  qui non levávit ad vana ánimam suam, * nec iurávit in dolum. Hic accípiet benedictiónem a Dómino * et iustificatiónem a Deo salutári suo. Hæc est generátio quæréntium eum, * quæréntium fáciem Dei Iacob. Qui montera sur la montagne du Seigneur, ou qui se tiendra dans Son lieu saint ? Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur, qui n'a pas livré son âme à la vanité, ni fait à son prochain un serment trompeur. Celui-là recevra la bénédiction du Seigneur, et la miséricorde de Dieu, son Sauveur. Telle est la race de ceux qui Le cherchent, de ceux qui cherchent la face du Dieu de Jacob.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus fortis et potens, Dóminus potens in prœlio. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Qui est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur fort et puissant, le Seigneur puissant dans les combats.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus virtútum ipse est rex glóriæ. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Quel est ce roi de gloire ? Le Seigneur des armées est Lui-même ce roi de gloire.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Regem ventúrum Dóminum, veníte, adorémus.Ant. Le Roi qui doit venir, le Seigneur, venez, adorons.
Psalmus cum sua antiphona, pro opportunitate, omitti potest quando Invitatorium Laudibus matutinis præponendum est. Le psaume [invitatoire] avec son antienne, si c'est opportun, peut être omis lorsque l'invitatoire précède immédiatement les Laudes du matin.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vigiles (OSB) du mercredi 4 décembre 2019


Avertissement : l'affichage de cet office est encore incomplet. Il manque des traductions et seul le psautier est renseigné. Le propre du temps et des saints n'est pas encore entièrement disponible. Aidez-nous pour les traductions, merci.
Hebdomada I Adventus Ière semaine de l'Avent
Feria IV Mercredi
Ad Vigilas
Ad Vigilias
Ter dicitur: On dit trois fois :
℣. Dómine, lábia mea apéries.
℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres.
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Sequens psalmus dicitur quotidie et anteponitur psalmo 94, si Vigiliæ incipiunt ab invitatorio. Le psaume suivant se dit chaque jour avant le psaume 94 si les Vigiles commencent par l'invitatoire.
Psalmus 3 Psaume 3
Dominus protector meus Le Seigneur est mon protecteur
Dormivit et somnum cepit et resurrexit, quoniam Dominus suscepit eum (S. Irenæus). Il S'est couché et Il S'est endormi, et Il est ressuscité car le Seigneur L'a soutenu.
Dómine, quid multiplicáti sunt, qui tríbulant me? * Multi insúrgunt advérsum me, Seigneur, pourquoi ceux qui me persécutent se sont-ils multipliés? Une multitude s'élève contre moi.
multi dicunt ánimæ meæ: * «Non est salus ipsi in Deo». Beaucoup disent à mon âme: Il n'y a pas de salut pour elle dans son Dieu.
Tu autem, Dómine, protéctor meus es, * glória mea et exáltans caput meum. Mais Toi, Seigneur, Tu es mon protecteur et ma gloire, et Tu me relèves la tête.
Voce mea ad Dóminum clamávi, * et exaudívit me de monte sancto suo. De ma voix j'ai crié vers le Seigneur, et Il m'a exaucé du haut de Sa montagne sainte.
Ego obdormívi et soporátus sum, * exsurréxi, quia Dóminus suscépit me. Je me suis endormi, et j'ai été assoupi; et je me suis levé, parce que le Seigneur a été mon soutien.
Non timébo mília pópuli circumdántis me. * Exsúrge, Dómine, salvum me fac, Deus meus; Je ne craindrai point les milliers d'hommes du peuple qui m'environnent. Lève-Toi, Seigneur; sauve-moi, mon Dieu.
quóniam tu percussísti in maxíllam omnes adversántes mihi, * dentes peccatórum contrivísti. Car Tu as frappé tous ceux qui s'opposaient à moi sans raison; Tu as brisé les dents des pécheurs.
Dómini est salus, * et super pópulum tuum benedíctio tua. Le salut vient du Seigneur; et c'est Toi qui bénis Ton peuple.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Hymnus Hymne
Rerum creátor óptime
rectórque noster, réspice;
nos a quiéte nóxia
mersos sopóre líbera.

Te, sancte Christe, póscimus;
ignósce tu crimínibus,
ad confiténdum súrgimus
morásque noctis rúmpimus.

Mentes manúsque tóllimus,
Prophéta sicut nóctibus
nobis geréndum præcipit
Paulúsque gestis cénsuit.

Vides malum quod géssimus;
occúlta nostra pándimus,
preces geméntes fúndimus;
dimítte quod peccávimus.

Sit, Christe, rex piíssime,
tibi Patríque glória
cum Spíritu Paráclito,
in sempitérna sæcula. Amen.
Très bon créateur de ce monde,
notre maître, regarde-nous :
libère nous de la torpeur,
du sommeil qui nous engourdit.

Au Christ, c'est Toi que nous prions,
daigne nous pardonner nos fautes ;
rompant la longueur de la nuit,
nous voici prêt à Te louer.

Nous élevons nos mains, nos cœurs,
comme le prophète a prescrit
de le faire au cours de la nuit,
et suivant l'exemple de Paul.

Tu vois quel mal nous avons fait,
nous dévoilons le plus caché ;
en gémissant, nous te prions
de nous remettre nos péchés.

O Christ, ô roi plein de bonté,
gloire à Toi et gloire à Ton Père,
avec l'Esprit consolateur,
à travers les siècles sans fin.
IN I NOCTURNO AU Ier NOCTURNE
Ant. 1 Da nobis Dómine, * auxílium de tribulatióne.Ant. 1 Donne-nous, Seigneur, le secours dans la tribulation.
Psalmus 59 (60) Psaume 59 (60)
Post calamitatem oratio Prière après une calamité
In mundo pressuram habetis, sed confidite, ego vici mundum (Io 16, 33). Vous aurez des épreuves dans le monde, mais prenez confiance, J'ai vaincu le monde (Io 16, 33).
Deus, reppulísti nos, destruxísti nos. * Irátus es. Convértere ad nos! O Dieu, Tu nous a rejetés, Tu nous a dispersés : Tu étais irrité. Rends-nous Ta faveur !
Concussísti terram, confregísti eam; * sana contritiónes eius, quia commóta est. Tu as ébranlé le pays, Tu l'as déchiré : répare ses brèches, car il chancelle.
Ostendísti pópulo tuo dura, * potásti nos vino vertíginis. Tu as fait voir à Ton peuple de rudes épreuves, Tu nous a fait boire un vin de vertige.
Dedísti metuéntibus te signum, * ut fúgiant a fácie arcus. Mais Tu as donné à ceux qui Te craignent une bannière, afin qu'elle s'élève à cause de Ta vérité.
Ut liberéntur dilécti tui, * salvos fac déxtera tua et exáudi nos. Afin que Tes bien-aimés soient délivrés, sauve par Ta droite, et exauce-nous.
Deus locútus est in sancto suo: † «Lætábor et partíbor Síchimam * et convállem Succoth metíbor. Dieu a parlé dans sa sainteté : « Je tressaillirai de joie. J'aurai Sichem en partage, et je mesurerai la vallée de Succoth.
Meus est Gálaad et meus est Manásses * et Ephraim fortitúdo cápitis mei. Galaad est à moi, à moi Manassé, et Ephraim est l'armure de ma tête.
Iuda sceptrum meum, * Moab olla lavácri mei. Et Juda mon sceptre, Moab est le bassin où je me lave.
Super Idumæam exténdam calceaméntum meum, * super Philistæam vociferábor». Sur Edom je jette ma sandale; terre des Philistins, pousse des acclamations en mon honneur ».
Quis addúcet me in civitátem munítam? * Quis dedúcet me usque in Idumæam? Qui me mènera à la ville forte? Qui me conduira à Edom?
Nonne tu, Deus, qui reppulísti nos, * et non egrediéris, Deus, in virtútibus nostris? N'est-ce pas Toi, ô Dieu, qui nous avais rejetés, ô Dieu, qui ne sortais plus avec nos armées ?
Da nobis auxílium de tribulatióne, * quia vana salus hóminis. Prête-nous Ton secours contre l'oppresseur ! Le secours de l'homme n'est que vanité.
In Deo faciémus virtútem, * et ipse conculcábit tribulántes nos. Avec Dieu nous accomplirons des exploits ; Il écrasera nos ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 60 (61) Psaume 60 (61)
Exsulis oratio Prière de l'exilé
Oratio iusti æterna sperantis (S. Hilarius). Prière du juste attendant l'éternité (S. Hilaire).
Exáudi, Deus, deprecatiónem meam, * inténde oratióni meæ. O Dieu, entends mes cris, sois attentif à ma prière.
A fínibus terræ ad te clamávi, † dum anxiarétur cor meum. * In petram inaccéssam mihi deduc me! De l'extrémité de la terre je crie vers Toi, dans l'angoisse de mon coeur ; conduis-moi sur le rocher que je ne puis atteindre.
Quia factus es spes mea, * turris fortitúdinis a fácie inimíci. Car Tu es pour moi un refuge, une tour puissante contre l'ennemi.
Inhabitábo in tabernáculo tuo in sæcula, * prótegar in velaménto alárum tuárum, Je voudrais demeurer à jamais dans Ta tente, me réfugier à l'abri de Tes ailes !
quóniam tu, Deus meus, exaudísti vota mea, * dedísti hereditátem timéntium nomen tuum. Car Toi, ô Dieu, Tu exauces mes voeux, Tu m'as donné l'héritage de ceux qui révèrent Ton nom.
Dies super dies regis adícies, * annos eius usque in diem generatiónis et generatiónis. Ajoute des jours aux jours du roi, que ses années se prolongent d'âge en âge !
Sédeat in ætérnum in conspéctu Dei; * misericórdia et véritas servent eum. Qu'il demeure sur le trône éternellement devant Dieu ; ordonne à Ta bonté et à Ta vérité de le garder !
Sic psalmum dicam nómini tuo in sæculum sæculi, * ut reddam vota mea de die in diem. Alors je célébrerai Ton nom à jamais, et j'accomplirai mes voeux chaque jour.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Da nobis Dómine, * auxílium de tribulatióne.Ant. Donne-nous, Seigneur, le secours dans la tribulation.
Ant. 2 Benedícite, gentes, * Deum nostrum.Ant. 2 Bénissez, nations, notre Dieu.
Psalmus 61 (62) Psaume 61 (62)
Pax in Deo Paix en Dieu
Deus spei repleat vos omni pace in credendo (Rom 15, 13). Que le Dieu de l'espérance vous donne en plénitude, dans votre acte de foi, la joie et la paix. (Rom 15, 13).
In Deo tantum quiésce, ánima mea, * ab ipso enim salutáre meum. Oui, à Dieu mon âme en paix s'abandonne, de Lui vient mon secours.
Verúmtamen ipse refúgium meum et salutáre meum, * præsídium meum, non movébor ámplius. Oui, Il est mon refuge et mon salut ; Il est ma forteresse : je ne serai pas tout à fait ébranlé.
Quoúsque irrúitis in hóminem, ? contúnditis univérsi vos * tamquam paríetem inclinátum et macériam depúlsam? Jusques à quand vous jetterez-vous sur un homme, pour l'abattre tous ensemble, comme une clôture qui penche, comme une muraille qui s'écroule?
Verúmtamen de excélso suo cogitavérunt depéllere; delectabántur mendácio. * Ore suo benedicébant et corde suo maledicébant. Oui, ils complotent pour le précipiter de sa hauteur ; ils se plaisent au mensonge ; ils bénissent de leur bouche, et ils maudissent dans leur coeur.
In Deo tantum quiésce, ánima mea, * quóniam ab ipso patiéntia mea. Oui, ô mon âme, à Dieu abandonne-toi en paix; car de Lui vient mon endurance.
Verúmtamen ipse Deus meus et salutáre meum, * præsídium meum, non movébor. Oui, Il est mon Dieu et mon salut ; Il est ma forteresse : je ne chancellerai point.
In Deo salutáre meum et glória mea; * Deus fortitúdinis meæ, et refúgium meum in Deo est. Sur Dieu reposent mon salut et ma gloire; le rocher de ma force, mon refuge, est en Dieu .
Speráte in eo, omnis congregátio pópuli, ? effúndite coram illo corda vestra; * Deus refúgium nobis. En tout temps, ô peuple, confie-toi en Lui ; épanchez devant Lui vos coeurs : Dieu est notre refuge.
Verúmtamen vánitas fílii Adam, * mendácium fílii hóminum. Oui, les mortels sont vanité, les fils de l'homme sont mensonge ;
In statéram si conscéndant, * super fumum leves sunt omnes. dans la balance ils monteraient, tous ensemble plus légers qu'un souffle.
Nolíte speráre in violéntia ? et in rapína nolíte décipi; * divítiæ si áffluant, nolíte cor appónere. N'espérez pas dans la violence, et ne vous confiez pas dans la rapine ; Si vos richesses s'accroissent, n'y attachez pas votre coeur.
Semel locútus est Deus, * duo hæc audívi: Dieu a dit une parole, ou deux, que j'ai entendues :
quia potéstas Deo est, ? et tibi, Dómine, misericórdia; * quia tu reddes unicuíque iuxta ópera sua. La puissance est à Dieu ; à Toi aussi, Seigneur, la miséricorde. Car Tu rends à chacun selon ses oeuvres.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 65
Hymnus ad sacrificium gratiarum actionis
De resurrectione Domini et conversione gentium (Hesychius)
Iubiláte Deo, omnis terra,  psalmum dícite glóriae nóminis eíus, * glorificáte laudem eíus.
Dícite Deo: “Quam terribília sunt ópera tua. * Prae multitúdine virtútis tuae blandiéntur tibi inimíci tui.
Omnis terra adóret te et psallat tibi, * psalmum dicat nómini tuo.”
Veníte et vidéte ópera Dei, * terríbilis in adinventiónibus super fílios hóminum. Convértit mare in áridam, et in flúmine pertransíbunt pede; * ibi laetábimur in ipso.
Qui dominátur in virtúte sua in aetérnum, óculi eíus super gentes respíciunt; * rebélles non exalténtur in semetípsis. Benedícite, gentes, Deum nostrum * et audítam fácite vocem laudis eíus;
qui pósuit ánimam nostram ad vitam * et non dedit in commotiónem pedes nostros.
Quóniam probásti nos, Deus; * igne nos examinásti, sicut examinátur argéntum. Induxísti nos in láqueum, * posuísti tribulatiónes in dorso nostro.
Imposuísti hómines super cápita nostra, transívimus per ignem et aquam, * et eduxísti nos in refrigérium.
Introíbo in domum tuam in holocáustis; * reddam tibi vota mea,
quae protulérunt lábia mea, * et locútum est os meum in tribulatióne mea.
Holocáusta medulláta ófferam tibi cum incénso aríetum, * ófferam tibi boves cum hircis.
Veníte, audíte, et narrábo, omnes, qui timétis Deum, * quanta fecit ánimae meae.
Ad ipsum ore meo clamávi * et exaltávi in lingua mea.
Iniquitátem si aspéxi in corde meo, * non exáudiet Dóminus.
Proptérea exaudívit Deus, * atténdit voci deprecatiónis meae.
Benedíctus Deus, qui non amóvit oratiónem meam * et misericórdiam suam a me.
Ascendísti in altum, captívam duxísti captivitátem; accepísti in donum hómines, * ut étiam rebélles hábitent apud Dóminum Deum.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Benedícite, gentes, * Deum nostrum.Ant. Bénissez, nations, notre Dieu.
Ant. 3 In ecclésiis * benedícite Dómino.Ant. 3 Dans les assemblées, bénissez le Seigneur.
Psalmus 67
Triumphalis ingressus Domini
Ascendens in altum captivam duxit captivatem, dedit dona hominibus (Eph 4,10).
I
Exsúrgit Deus, et dissipántur inimíci eíus; et fúgiunt, qui odérunt eum, a fácie eíus. * Sicut dissipátur fumus, tu díssipas; sicut fluit cera a fácie ignis, * sic péreunt peccatóres a fácie Dei.
Et iústi laeténtur et exsúltent in conspéctu Dei * et delecténtur in laetítia.
Cantáte Deo, psalmum dícite nómini eíus; iter fácite ei, qui fertur super nubes: * Dóminus nomen illi.
Iubiláte in conspéctu eíus;  pater orphanórum et iúdex viduárum, * Deus in habitáculo sancto suo.
Deus, qui inhabitáre facit desolátos in domo, qui edúcit vinctos in prosperitátem; * verúmtamen rebélles habitábunt in árida terra.
Deus, cum egrederéris in conspéctu pópuli tui, * cum pertransíres in desérto, terra mota est,
étiam caeli distillavérunt a fácie Dei Sínai, * a fácie Dei Israel.
Plúviam voluntáriam effundébas, Deus; * hereditátem tuam infirmátam, tu refecísti eam.
Animália tua habitábant in ea, * parásti in bonitáte tua páuperi, Deus.
Dóminus dat verbum; * vírgines annuntiántes bona sunt agmen ingens:
“Reges exercítuum fúgiunt, fúgiunt, * et spécies domus dívidit spólia.
Et vos dormítis inter médias caulas: * alae colúmbae nitent argénto, et pennae eíus pallóre auri.
Dum dispérgit Omnípotens reges super eam, * nive dealbátur Selmon.”
Mons Dei mons Basan, mons cacúminum mons Basan. *
Ut quid invidétis, montes cacúminum, monti, in quo beneplácitum est Deo inhabitáre? * Étenim Dóminus habitábit in finem.
Currus Dei decem mília mílium: * Dóminus venit de Sínai in sancta.
Ascendísti in altum, captívam duxísti captivitátem; accepísti in donum hómines, * ut étiam rebélles hábitent apud Dóminum Deum.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
II
Benedíctus Dóminus die cotídie; * portábit nos Deus salutárium nostrórum.
Deus noster, Deus ad salvándum; * et Dómini, Dómini éxitus mortis.
Verúmtamen Deus confrínget cápita inimicórum suórum, * vérticem capillátum perambulántium in delíctis suis.
Dixit Dóminus: “Ex Basan redúcam, * redúcam de profúndo maris,
ut intingátur pes tuus in sánguine, * lingua canum tuórum ex inimícis portiónem invéniat.”
Vidérunt ingréssus tuos, Deus, * ingréssus Dei mei, regis mei in sancta.
Praecédunt cantóres, postrémi véniunt psalléntes, * in médio iuvénculae tympanístriae.
“In ecclésiis benedícite Deo, * Dómino, vos de fóntibus Israel.”
Ibi Beniámin adulescéntulus ducens eos, príncipes Iúdae cum turma sua, * príncipes Zábulon, príncipes Nephtháli.
Manda, Deus, virtúti tuae; * confírma hoc, Deus, quod operátus es in nobis.
A templo tuo in Ierusálem * tibi áfferent reges múnera.
Íncrepa feram arúndinis, congregatiónem taurórum in vítulis populórum: * prostérnant se cum láminis argénti.
Díssipa gentes, quae bella volunt. Vénient optimátes ex Aegýpto, * Aethiópia praevéniet manus suas Deo.
Regna terrae, cantáte Deo, psállite Dómino, psállite Deo, qui fertur super caelum caeli ad oriéntem; * ecce dabit vocem suam, vocem virtútis.
Tribúite virtútem Deo. Super Israel magnificéntia eíus, * et virtus eíus in núbibus.
Mirábilis, Deus, de sanctuário tuo! Deus Israel ipse tríbuet virtútem et fortitúdinem plebi suae. * Benedíctus Deus!
Ascendísti in altum, captívam duxísti captivitátem; accepísti in donum hómines, * ut étiam rebélles hábitent apud Dóminum Deum.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. In ecclésiis * benedícite Dómino.Ant. Dans les assemblées, bénissez le Seigneur.
℣. Omnes mirabántur in verbis grátiæ.
℟. Quæ procedébant de ore ipsius.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
A vinculis peccatórum nostrórum absólvat nos omnipotens et miséricors Dóminus. ℟. Amen. Que le Seigneur tout-puissant et miséricordieux dissolve les liens de nos péchés.
Lectio brevis (Sap 1, 1-2) Lecture brève (Sap 1, 1-2)
Dilígite iustítiam, qui iudicátis terram, sentíte de Dómino in bonitáte et in simplicitáte cordis quærite illum, quóniam invenítur ab his, qui non tentant illum, se autem maniféstat eis, qui fidem habent in illum. Aimez la justice, vous qui jugez la terre. Ayez du Seigneur des sentiments dignes de Lui, et cherchez-Le dans la simplicité du coeur; car ceux qui ne Le tentent pas Le trouvent, et Il Se manifeste à ceux qui ont confiance en Lui.
℟. In te, Dómine, sperávi: * Non confúndar in ætérnum. ℣. In iustítia tua libera et éripe me. ℣. Glória Patri, et Filio, et Spíritui Sancto. ℟. En Toi, Seigneur, j'ai espéré : * je ne serai jamais confondu. ℣. Dans Ta justice libère-moi et délivre-moi. ℣. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit.
 Vel:  Ou :
Lectio biblica cum ℟.
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
Proiecísti, Dómine, pópulum tuum, domum Iacob, quia repléti sunt haríolis orientálibus et áugures habuérunt ut Philísthim et manus aliénis pórrigunt. Repléta est terra eius argénto et auro, et non est finis thesaurórum eius; et repléta est terra eius equis, et innumerábiles quadrígæ eius; et repléta est terra eius idólis: opus mánuum suárum adoravérunt quod fecérunt dígiti eórum. Et incurvávit se homo, et humiliátus est vir: ne dimíttas eis. Oui, tu as rejeté ton peuple, la maison de Jacob, car il regorge depuis longtemps de magiciens, comme les Philistins, il surabonde d'enfants d'étrangers. Le pays s'est rempli d'argent et d'or, ses trésors sont sans limites; le pays s'est rempli de chevaux, ses chars sont sans nombre; le pays s'est rempli de faux dieux, eux se prosternent devant l'œuvre de leurs mains, devant ce qu'ont fabriqué leurs doigts. Le mortel s'est humilié, l'homme s'est abaissé: ne les relève pas!
℟. Ecce dies véniunt, dicit Dóminus, et suscitábo David germen iustum: et regnábit rex, et sápiens erit, et fáciet iudícium et iustítiam in terra. * Et hoc est nomen quod vocábunt eum: Dóminus iustus noster. ℣. In diébus illis salvábitur Iuda et Israel habitábit confidénter. * Et hoc. ℟. Voici venir des jours, oracle du Seigneur, où je ferai lever pour David un germe juste: il régnera en vrai roi, il agira avec sagesse, il exercera le droit et l'équité dans le pays. * Voici le nom qu'on lui donnera: Le-Seigneur-est-notre-justice. ℣. En ces jours-là Juda sera sauvé, Israël habitera en sécurité. * Voici.
Lectio II Lecture II
Ingrédere in petram, abscóndere in púlvere a fácie timóris Dómini et a glória maiestátis eius. Oculi sublímes hóminis humiliabúntur, et incurvábitur altitúdo virórum; exaltábitur autem Dóminus solus in die illa. Quia dies Dómini exercítuum super omnem supérbum et excélsum et super omnem arrogántem, et humiliábitur; et super omnes cedros Líbani sublímes et eréctas et super omnes quercus Basan et super omnes montes excélsos et super omnes colles elevátos et super omnem turrim excélsam et super omnem murum munítum et super omnes naves Tharsis et super ómnia navígia pulchra. Et incurvábitur sublímitas hóminum et humiliábitur altitúdo virórum; et elevábitur Dóminus solus in die illa, et idóla pénitus conteréntur. Là dans le rocher, terre-toi dans la poussière devant la Terreur du Seigneur, devant l'éclat de sa majesté, quand il se lèvera pour faire trembler la terre. L'orgueil humain baissera les yeux, l'arrogance des hommes sera humiliée, le Seigneur sera exalté, lui seul, en ce jour-là. Oui, ce sera un jour du Seigneur des armées sur tout ce qui est orgueilleux et hautain, sur tout ce qui est élevé, pour qu'il soit abaissé; sur tous les cèdres du Liban, hautains et élevés, et sur tous les chênes de Bashân; sur toutes les montagnes hautaines et sur toutes les collines élevées; sur toute tour altière et sur tout rempart escarpé; sur tous les vaisseaux de Tarsis et sur tout ce qui paraît précieux. L'orgueil humain sera humilié, l'arrogance de l'homme sera abaissée, et le Seigneur sera exalté, lui seul, en ce jour-là. Les faux dieux, en masse, disparaîtront.
℟. Aliéni non transíbunt per Ierúsalem ámplius: * Nam in illa die stillábunt montes dulcédinem et colles fluent lac et mel, dicit Dóminus. ℣. Ego véniam, dicit Dóminus, et sanábo contritiónem pópuli mei. * Nam in. ℟. Jérusalem: les étrangers n'y passeront plus, * En ce jour-là, les montagnes ruisselleront de vin doux, les collines laisseront couler le lait et le miel: ℣. Me voici, déclare le Seigneur, je viens guérir la meurtrissure de mon peuple! * En ce jour-là.
Lectio III Lecture III
Et introíbunt in spelúncas petrárum et in vorágines terræ a fácie formídinis Dómini et a glória maiestátis eius, cum surréxerit percútere terram. In die illa proíciet homo idóla sua argéntea et simulácra sua áurea, quæ fécerat sibi, ut adoráret, ad talpas et vespertiliónes. Et ingrediétur scissúras petrárum et cavérnas saxórum a fácie formídinis Dómini et a glória maiestátis eius, cum surréxerit percútere terram. Quiéscite ergo ab hómine, cuius spíritus in náribus eius. Pour eux, ils iront dans les cavernes des rochers et dans les fissures du sol, devant la Terreur du Seigneur, devant l'éclat de sa majesté, quand il se lèvera pour faire trembler la terre. En ce jour-là, l'homme jettera aux taupes et aux chauves-souris ses faux dieux d'argent et ses faux dieux d'or, ceux qu'on lui a fabriqués pour qu'il les adore, il s'en ira dans les crevasses des rochers et dans les fentes des falaises, devant la Terreur du Seigneur, devant l'éclat de sa majesté, quand il se lèvera pour faire trembler la terre. Tenez-vous à l'écart de l'homme, qui n'a qu'un souffle dans les narines!
℟. Audíte verbum Dómini, Gentes, et annuntiáte illud in fínibus terræ; * Et in ínsulis quæ procul sunt, dícite: Salvátor noster advéniet. ℣. Annuntiáte et audítum fácite; loquímini et clamáte, * Et ínsulis. ℣. Glória Patri. * Et ínsulis. ℟. Nations, écoutez la parole du Seigneur, transmettez le message aux limites du monde, annoncez dans les îles lointaines: * Voici notre Sauveur qui vient! ℣. Parlez, faites entendre, criez et proclamez: * Voici. ℣. Gloire au Père. * Voici.
IN II NOCTURNO AU IIe NOCTURNE
Ant. 1 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 1 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 68
Zelus domus tuae comedit me
Dederunt ei vinum bibere cum felle mixtum (Mt 27,34).
I
Salvum me fac, Deus, * quóniam venérunt aquae usque ad guttur meum.
Infíxus sum in limo profúndi, et non est substántia; * veni in profúnda aquárum, et fluctus demérsit me.
Laborávi clamans, raucae factae sunt fauces meae; * defecérunt óculi mei, dum spero in Deum meum.
Multiplicáti sunt super capíllos cápitis mei, * qui odérunt me gratis.
Confortáti sunt, qui persecúti sunt me inimíci mei mendáces; * quae non rápui, tunc exsolvébam.
Deus, tu scis insipiéntiam meam, * et delícta mea a te non sunt abscóndita.
Non erubéscant in me, qui exspéctant te, * Dómine, Dómine virtútum.
Non confundántur super me, * qui quaerunt te, Deus Israel.
Quóniam propter te sustínui oppróbrium, * opéruit confúsio fáciem meam;
extráneus factus sum frátribus meis * et peregrínus fíliis matris meae.
Quóniam zelus domus tuae comédit me, * et oppróbria exprobrántium tibi cecidérunt super me.
Et flevi in ieiúnio ánimam meam, * et factum est in oppróbrium mihi.
Et pósui vestiméntum meum cilícium, * et factus sum illis in parábolam.
Advérsum me loquebántur, qui sedébant in porta, * et in me canébant, qui bibébant vinum.
Ego vero oratiónem meam ad te, Dómine, * in témpore benepláciti, Deus.
In multitúdine misericórdiae tuae exáudi me, * in veritáte salútis tuae.
Éripe me de luto, ut non infígar, erípiar ab iis, qui odérunt me, * et de profúndis aquárum.
Non me demérgat fluctus aquárum, neque absórbeat me profúndum, * neque úrgeat super me púteus os suum.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
II
Exáudi me, Dómine, quóniam benígna est misericórdia tua; * secúndum multitúdinem miseratiónum tuárum réspice in me.
Et ne avértas fáciem tuam a púero tuo; * quóniam tríbulor, velóciter exáudi me. Accéde ad ánimam meam, víndica eam, * propter inimícos meos rédime me.
Tu scis oppróbrium meum * et confusiónem meam et reveréntiam meam.
In conspéctu tuo sunt omnes, qui tríbulant me; * oppróbrium contrívit cor meum, et elángui.
Et sustínui, qui simul contristarétur, et non fuit, * et qui consolarétur, et non invéni.
Et dedérunt in escam meam fel * et in siti mea potavérunt me acéto.
Fiat mensa eórum coram ipsis in láqueum * et in retributiónes et in scándalum. Obscuréntur óculi eórum, ne vídeant, * et lumbos eórum semper infírma.
Effúnde super eos iram tuam, * et furor irae tuae comprehéndat eos.
Fiat commorátio eórum desérta, * et in tabernáculis eórum non sit qui inhábitet. Quóniam, quem tu percussísti, persecúti sunt, * et super dolórem eíus, quem vulnerásti, addidérunt.
Appóne iniquitátem super iniquitátem eórum, * et non véniant ad iustítiam tuam. Deleántur de libro vivéntium * et cum iústis non scribántur.
Ego autem sum pauper et dolens; * salus tua, Deus, súscipit me.
Laudábo nomen Dei cum cántico * et magnificábo eum in laude.
Et placébit Dómino super taurum, * super vítulum córnua producéntem et úngulas. Vídeant húmiles et laeténtur; * quǽrite Deum, et vivet cor vestrum,
quóniam exaudívit páuperes Dóminus * et vinctos suos non despéxit.
Laudent illum caeli et terra, * mária et ómnia reptília in eis.
Quóniam Deus salvam fáciet Sion et aedificábit civitátes Iúdae; * et inhabitábunt ibi et possidébunt eam.
Et semen servórum eíus hereditábunt eam; * et, qui díligunt nomen eíus, habitábunt in ea.
Non me demérgat fluctus aquárum, neque absórbeat me profúndum, * neque úrgeat super me púteus os suum.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 69 (70) Psaume 69 (70)
Deus, in adiutorium meum intende Dieu, viens à mon aide
Domine, salva nos, perimus (Mt 8, 25). Seigneur, sauve-nous, nous périssons (Mt 8, 25).
Deus, in adiutórium meum inténde; * Dómine, ad adiuvándum me festína. Dieu, viens à mon aide, Seigneur, vite à mon secours.
Confundántur et revereántur, * qui quærunt ánimam meam. Qu'ils soient honteux et confus, ceux qui cherchent mon âme.
Avertántur retrórsum et erubéscant, * qui volunt mihi mala. Qu'ils reculent et rougissent ceux qui désirent ma perte.
Convertántur propter confusiónem suam, * qui dicunt mihi: «Euge, euge». Qu'ils retournent en arrière à cause de leur honte, ceux qui disent : « Ah, Ah».
Exsúltent et læténtur in te omnes, qui quærunt te, * et dicant semper: «Magnificétur Deus» qui díligunt salutáre tuum. Qu'ils soient dans l'allégresse et se réjouissent en Toi tous ceux qui Te cherchent. Qu'ils disent sans cesse : « Dieu soit magnifié », ceux qui aiment Ton salut.
Ego vero egénus et pauper sum; * Deus, ad me festína. Moi, je suis indigent et pauvre ; ô Dieu, hâte-Toi vers moi.
Adiútor meus et liberátor meus es tu; * Dómine, ne moréris. Tu es mon aide et mon libérateur; Seigneur, ne tarde pas.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 70 (71) Psaume 70 (71)
Domine, spes mea a iuventute mea Seigneur, mon espoir lors de ma jeunesse
Spe gaudentes, in tribulatione patientes (Rom 12,12). Joyeux dans l'espérance, patients dans l'épreuve (Rom 12,12).
In te, Dómine, sperávi, * non confúndar in ætérnum. En Toi, Seigneur, j'ai placé mon espérance; que jamais je ne sois confondu !
In iustítia tua líbera me et éripe me; * inclína ad me aurem tuam et salva me. Dans Ta justice délivre-moi et sauve-moi ! Incline vers moi Ton oreille et secours-moi !
Esto mihi in rupem præsídii et in domum munítam, * ut salvum me fácias, Sois pour moi un rocher inaccessible, où je puisse toujours me retirer.
quóniam fortitúdo mea * et refúgium meum es tu. Tu as commandé de me sauver, car Tu es mon rocher et ma forteresse.
Deus meus, éripe me de manu peccatóris * et de manu contra legem agéntis et iníqui. Mon Dieu, délivre-moi de la main du méchant, de la main de l'homme inique et cruel.
Quóniam tu es exspectátio mea, Dómine; * Dómine, spes mea a iuventúte mea. Car Tu es mon espérance Seigneur le Seigneur, l'objet de ma confiance depuis ma jeunesse.
Super te inníxus sum ex útero, † de ventre matris meæ tu es suscéptor meus; * in te laus mea semper. C'est sur Toi que je m'appuie depuis ma naissance, Toi qui m'as fait sortir du sein maternel : Tu es ma louange à jamais !
Tamquam prodígium factus sum multis, * et tu adiútor fortis. Je suis pour la foule comme un prodige, mais Toi, Tu es mon puissant refuge.
Repleátur os meum laude tua, * tota die magnitúdine tua. Que ma bouche soit pleine de Ta louange, que chaque jour elle exalte Ta magnificence !
Ne proícias me in témpore senectútis; * cum defécerit virtus mea, ne derelínquas me. Ne me rejette pas aux jours de ma vieillesse ; au déclin de mes forces ne m'abandonne pas.
Quia dixérunt inimíci mei mihi, † et, qui observábant ánimam meam, * consílium fecérunt in unum Car mes ennemis conspirent contre moi, et ceux qui épient mon âme se concertent entre eux,
dicéntes: «Deus derelíquit eum! † Persequímini et comprehéndite eum, * quia non est qui erípiat». disant : " Dieu l'a abandonné ! Poursuivez-le; saisissez-le ; il n'y a personne pour le défendre ! "
Deus, ne elongéris a me; * Deus meus, in auxílium meum festína. O Dieu, ne T'éloigne pas de moi ; mon Dieu, hâte-Toi de me secourir !
Confundántur et defíciant adversántes ánimæ meæ; * operiántur confusióne et pudóre, qui quærunt mala mihi. Qu'ils soient confus qu'ils périssent, ceux qui en veulent à ma vie ! Qu'ils soient couverts de honte et d'opprobre, ceux qui cherchent ma perte
Ego autem semper sperábo * et adíciam super omnem laudem tuam. Pour moi, j'espérerai toujours ; toutes Tes louanges, j'en ajouterai de nouvelles.
Os meum annuntiábit iustítiam tuam, † tota die salutáre tuum: * quæ dinumeráre nescívi. Ma bouche publiera Ta justice, tout le jour Tes faveurs ; car je n'en connais pas le nombre.
Véniam ad poténtias Dómini; * Dómine, memorábor iustítiæ tuæ solíus. Je dirai Tes œuvres puissantes, Seigneur le Seigneur; je rappellerai Ta justice, la Tienne seule.
Deus, docuísti me a iuventúte mea; * et usque nunc annuntiábo mirabília tua. O Dieu, Tu m'as instruit dés ma jeunesse, et jusqu'à ce jour je proclame Tes merveilles.
Et usque in senéctam et sénium, * Deus, ne derelínquas me, Jusqu'au jour de la vieillesse et des cheveux blancs, O Dieu, ne m'abandonne pas,
donec annúntiem bráchium tuum * generatióni omni, quæ ventúra est. afin que je fasse connaître Ta force à la génération présente, Ta puissance à la génération future.
Poténtia tua et iustítia tua, Deus, † usque in altíssima, qui fecísti magnália: * Deus, quis símilis tibi? Ta justice, ô Dieu, atteint jusqu'au ciel, Toi qui accomplis de grandes choses, - ô Dieu, qui est semblable à Toi?
Quantas ostendísti mihi tribulatiónes multas et malas; † íterum vivificásti me * et de abyssis terræ íterum reduxísti me. Toi qui nous a causé des épreuves nombreuses et terribles. Mais tu nous rendras la vie, et des abîmes de la terre tu nous feras remonter.
Multiplicábis magnitúdinem meam * et convérsus consoláberis me. Tu relèveras ma grandeur, et de nouveau Tu me consoleras.
Nam et ego confitébor tibi, † in psaltério veritátem tuam, Deus meus; * psallam tibi in cíthara, Sanctus Israel. Et je Te louerai au son du luth, Je chanterai Ta fidélité, ô mon Dieu, je te chanterai des psaumes sur la cithare, Saint d'Israël.
Exsultábunt lábia mea, cum cantávero tibi, * et ánima mea, quam redemísti; L'allégresse sera sur mes lèvres, quand je te chanterai, et dans mon âme, que Tu as délivrée.
sed et língua mea tota die meditábitur iustítiam tuam, * cum confúsi et revériti fúerint, qui quærunt mala mihi. Et ma langue chaque jour publiera Ta justice, car ils seront confus et ils rougiront, ceux qui cherchent ma perte.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 71 (72) Psaume 71 (72)
Regia Messiæ potestaste Le pouvoir royal du Messie
Apertis thesauris suis, obtulerunt ei munera, aurum et tus et myrrham (Mt 2, 11). Ouvrant leurs coffrets, les mages lui offrirent en présent de l'’or, de l’'encens et de la myrrhe
Deus, iudícium tuum regi da * et iustítiam tuam fílio regis; O Dieu, donne Tes jugements au roi, et Ta justice au fils du roi ;
iúdicet pópulum tuum in iustítia * et páuperes tuos in iudício. qu'Il dirige Ton peuple avec justice, et Tes malheureux avec équité.
Afferant montes pacem pópulo, * et colles iustítiam. Que les montagnes produisent la paix au peuple, ainsi que les collines, par la justice.
Iudicábit páuperes pópuli † et salvos fáciet fílios ínopis * et humiliábit calumniatórem. Qu'Il fasse droit aux malheureux de son peuple, qu'Il assiste les enfants du pauvre, et qu'Il humilie le calomniateur.
Et permanébit cum sole et ante lunam, * in generatióne et generatiónem. Qu'on Te révère, tant que subsistera le soleil, tant que brillera la lune, d'âge en âge.
Descéndet sicut plúvia in gramen * et sicut imber írrigans terram. Qu'Il descende comme la pluie sur le gazon, comme les ondées qui arrosent la terre.
Florébit in diébus eius iustítia et abundántia pacis, * donec auferátur luna. Qu'en Ses jours le juste fleurisse, avec l'abondance de la paix, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de lune.
Et dominábitur a mari usque ad mare * et a Flúmine usque ad términos orbis terrárum. Il dominera d'une mer à l'autre, du Fleuve aux extrémités de la terre.
Coram illo prócident íncolæ desérti, * et inimíci eius terram lingent. Devant Lui se prosterneront les habitants du désert, et Ses ennemis mordront la poussière.
Reges Tharsis et ínsulæ múnera ófferent, * reges Arabum et Saba dona addúcent. Les rois de Tharsis et les îles lui offriront des présents, les rois d'Arabie et de Saba apporteront des dons.
Et adorábunt eum omnes reges, * omnes gentes sérvient ei. Et tous les rois se prosterneront devant Lui, toutes les nations Le serviront.
Quia liberábit ínopem clamántem * et páuperem, cui non erat adiútor. Car Il délivrera le pauvre qui crie vers Lui, et le malheureux dépourvu de tout secours.
Parcet páuperi et ínopi * et ánimas páuperum salvas fáciet. II aura pitié du misérable et de l'indigent, et il sauvera la vie du pauvre.
Ex oppressióne et violéntia rédimet ánimas eórum, * et pretiósus erit sanguis eórum coram illo. Il les affranchira de l'oppression et de la violence, et leur sang aura du prix à ses yeux.
Et vivet, et dábitur ei de auro Arábiæ, † et orábunt pro ipso semper; * tota die benedícent ei. Et Il vivra, et on Lui donnera de l'or d'Arabie; on L'adorera sans cesse, tout le jour on Le bénira.
Et erit ubértas fruménti in terra, * in summis móntium fluctuábit; Que les blés abondent dans le pays, jusqu'au sommet des montagnes !
sicut Líbanus fructus eius * et florébit de civitáte sicut fenum terræ. Que leurs épis s'agitent comme les arbres du Liban, que les hommes fleurissent dans la ville comme l'herbe des champs.
Sit nomen eius benedíctum in sæcula, * ante solem permanébit nomen eius. Que Son nom soit béni dans les siècles, tant que brillera le soleil, que Son nom se propage.
Et benedicéntur in ipso omnes tribus terræ, * omnes gentes magnificábunt eum. Qu'on cherche en Lui la bénédiction ! Que toutes les nations Le proclament heureux !
Benedíctus Dóminus Deus, Deus Israel, * qui facit mirabília solus. Béni soit le Seigneur Dieu, le Dieu d'Israël, qui seul fait des prodiges.
Et benedíctum nomen maiestátis eius in ætérnum; * et replébitur maiestáte eius omnis terra. Fiat, fiat. Béni soit à jamais Son nom de majesté. Que toute la terre soit remplie de Sa majesté. Amen, Amen.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 72
Cur iustus vexetur
Beatus est, qui non fuerit scandalizatus in me (Mt II,6).
Quam bonus rectis est Deus, * Deus his, qui mundo sunt corde!
Mei autem paene moti sunt pedes, * pæne effúsi sunt gressus mei,
quia zelávi super gloriántes, * pacem peccatórum videns.
Quia non sunt eis impediménta, * sanus et pinguis est venter eórum.
In labóre mortálium non sunt * et cum homínibus non flagellántur.
Ídeo quasi torques est eis supérbia, * et tamquam induméntum opéruit eos violéntia.
Prodit quasi ex ádipe iníquitas eórum, * erúmpunt cogitatiónes cordis.
Subsannavérunt et locúti sunt nequítiam, * iniquitátem ab excélso locúti sunt.
Posuérunt in cælo os suum, * et lingua eórum transívit in terra.
Ídeo in alto sedent, * et aquae plenæ non pervénient ad eos.
Et dixérunt: “Quómodo scit Deus, * et si est sciéntia in Excélso?”
Ecce ipsi peccatóres et abundántes in sǽculo * multiplicavérunt divítias.
Et dixi: “Ergo sine causa mundávi cor meum * et lavi in innocéntia manus meas;
et fui flagellátus tota die, * et castigátio mea in matutínis.”
Si dixíssem: “Lóquar ut illi”, * ecce generatiónem filiórum tuórum prodidíssem.
Et cogitábam, ut cognóscerem hoc; * labor erat in óculis meis,
donec intrávi in sanctuárium Dei * et intelléxi novíssima eórum.
Verúmtamen in lúbrico posuísti eos, * deiecísti eos in ruínas.
Quómodo facti sunt in desolatiónem! * Súbito defecérunt, periérunt prae horróre.
Velut sómnium evigilántis, Dómine, * surgens imáginem ipsórum contémnes.
Quia exacerbátum est cor meum, * et renes mei compúncti sunt;
et ego insípiens factus sum et nescívi: * ut iuméntum factus sum apud te.
Ego autem semper tecum; * tenuísti manum déxteram meam.
In consílio tuo dedúces me * et póstea cum glória suscípies me.
Quis enim mihi est in cælo? * Et tecum nihil vólui super terram.
Defécit caro mea et cor meum; * Deus cordis mei, et pars mea Deus in ætérnum.
Quia ecce, qui elóngant se a te, períbunt; * perdidísti omnes, qui fornicántur abs te.
Mihi autem adhærére Deo bonum est, * pónere in Dómino Deo spem meam,
ut annúntiem omnes operatiónes tuas * in portis fíliæ Sion.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
℣. Sustínuit ánima mea in verbo eius.
℟. Sperávit ánima mea in Dómino.
℣. Mon âme s'en tient à Sa parole.
℟. Mon âme a espéré dans le Seigneur.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
Lectio brevis (1 Petr 4, 10-11) Lecture brève (1 Petr 4, 10-11)
Unusquísque, sicut accépit donatiónem, in altérutrum illam administrántes sicut boni dispensatóres multifórmis grátiæ Dei. Si quis lóquitur, quasi sermónes Dei; si quis minístrat, tamquam ex virtúte, quam largítur Deus, ut in ómnibus glorificétur Deus per Iesum Christum. Ce que chacun de vous a reçu comme don de la grâce, mettez-le au service des autres, comme de bons gérants de la grâce de Dieu sous toutes ses formes: si quelqu'un a le don de parler, qu'il dise la parole de Dieu; s'il a le don du service, qu'il s'en acquitte avec la force que Dieu communique. Ainsi, en toute chose, Dieu recevra sa gloire par Jésus Christ.
 Vel:  Ou :
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Expositióne sancti Ambrósii epíscopi in psalmum trigésimum nonum(Nn. 6. 7-9: CSEL 64, 216. 217-218) Commentaire de saint Ambroise sur le psaume 39
Lectio I Lecture I
Exspectávit remédium salútis Adam de paradíso eiéctus, ut longo liberarétur exsílio. Exspectávit eum in Noe iusto, qui ad semen futurórum est reservátus, ut ex eo iustítiæ sémina in homínibus pullulárent. Le remède sauveur, Adam chassé du paradis regarda de loin s'il le voyait venir pour le délivrer d'un long exil. Il le vit de loin en Noé le juste, qui fut réservé pour être la semence de l'humanité future, afin que, nées de lui, des semailles de justice se multiplient chez les hommes.
℟. Montes Israel, ramos vestros expándite et floréte et fructus fácite: * Prope est ut véniat dies Dómini. ℣. Roráte, cæli, désuper, et nubes pluant iustum: aperiátur terra et gérminet Salvatórem. * Prope est. ℟. Montagnes d'Israël, étendez vos rameaux, donnez vos fleurs, portez vos fruits: * Il est proche, le Jour du Seigneur! ℣. Cieux, répandez votre rosée, que les nuées fassent pleuvoir le Juste! Que la terre s'entrouvre, et fasse germer le Sauveur! * Il est proche.
Lectio II Lecture II
Exspectátus est in Móyse, cum scidísset et pertransísset undas maris et impossíbile víribus humánis pedéstris viæ aperíret in flúctibus iter, sequerétur petra, vómeret aquas, ut sitiéntium patrum in médio desérti víscera intérna satiáret. Exspectátus est et in Aaron príncipe sacerdótum, qui inter vivos ac mórtuos médius stetit et serpéntem státuit luem mortis, ne a cadavéribus defunctórum ad vivéntium transísset intéritum. C'est le Christ qu'en Moïse on regardait de loin, parce qu'il avait divisé et traversé les eaux de la mer, avait ouvert dans les flots le chemin d'un passage à pied sec, infranchissable pour les forces humaines, et parce que la pierre suivait et répandait les eaux pour désaltérer les entrailles de nos pères assoiffés au milieu du désert. C'est encore lui qu'en Aaron, prince des prêtres, on regardait de loin, parce qu'entre les vivants et les morts il se tint debout au milieu d'eux; parce qu'il érigea le serpent auteur de la mort, pour qu'à partir des cadavres des morts il ne devînt pas la ruine des vivants.
℟. Læténtur cæli, et exsúltet terra, iubiláte, montes, laudem: quia Dóminus noster véniet, * Et páuperum suórum miserébitur. ℣. Ecce dominátor Dóminus cum virtúte véniet. * Et páuperum. ℟. Joie au ciel! exulte la terre! montagnes, faites jaillir la louange, à la face du Seigneur, car il vient, * Ému de pitié envers ses pauvres. ℣. Le Seigneur des Seigneurs s'avance avec puissance, * Ému.
Lectio III Lecture III
Exspectátus est in Iesu Nave et certe venit, qui et potestátem suam et nomen accépit, ut et pópulum in terram repromissiónis indúceret et vere Iesus nómine vocarétur. Siccávit fluénta, convértit undas in suum fontem, solem státuit, donec consummáret in virtúte victóriam. Sed adhuc figúra erat illa, non véritas. Dénique verus dux milítiæ cæléstis effúlsit, et adorávit eum Iesus Nave, quamvis nondum in córpore verus astíterat, sed adhuc vénerat in figúra. C'est lui qu'on attendait en Josué, et certes il vint alors. Car Josué reçut et son pouvoir et son nom, pour faire entrer le peuple dans la terre promise et être appelé en toute vérité du nom de Jésus. Il dessécha le fleuve, fit retourner les eaux vers leur source, arrêta le soleil jusqu'à ce que la victoire fût consommée dans la puissance. Mais il n'y avait encore là qu'une figure et non la vérité. Au fond, ce fut le vrai chef de la milice céleste qui resplendit et Josué l'adora, bien que le vrai Jésus ne fût pas encore là dans son corps. Une fois de plus, il était venu en figure.
℟. Salvatórem exspectámus Dóminum Iesum Christum, * Qui reformábit corpus humilitátis nostræ configurátum córpori claritátis suæ. ℣. Præoccupémus fáciem eius in confessióne, et in psalmis iubilémus ei. * Qui reformábit. ℣. Glória Patri. * Qui reformábit. ℟. Nous attendons pour Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, * Il va transfigurer notre corps de misère pour le rendre semblable à son corps de gloire. ℣. Allons jusqu'à lui en rendant grâces, par nos hymnes de fête acclamons-le. * Il va. ℣. Gloire au Père. * Il va.
Hymnus Hymne
Te decet laus, * te decet hymnus. Tibi glória Deo Patri et Fílio, cum Sancto Spíritu, in sǽcula sæculórum. Amen. A Toi notre louange, à Toi notre chant, A Toi la gloire, Dieu, Père et Fils avec l'Esprit Saint, pour les siècles des siècles. Amen.
Oratio diei cum conclusione longiori. Oraison du jour avec la conclusion longue.
Propitiáre, Dómine Deus, supplicatiónibus nostris, et tribulántibus, quæsumus, tuæ concéde pietátis auxílium, ut, de Fílii tui veniéntis præséntia consoláti, nullis iam polluámur contágiis vetustátis. Per Dóminum. Sois favorable à nos supplications, Seigneur notre Dieu, et dans l'épreuve, accorde-nous l'aide de Ta bonté, afin que, consolés par la présence de Ton Fils qui vient, nous ne soyons plus souillés par les atteintes des péchés d'autrefois.
℣. Benedicámus Dómino. ℟. Deo grátias.
℣. Divínum auxilium máneat semper nobíscum.
℟. Et cum frátribus nostris abséntibus. Amen.
℣. Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Que le secours divin demeure toujours avec nous.
℟. Et avec nos frères absents. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Evangile commenté du mercredi 4 décembre 2019

Hebdomada I Adventus Ière semaine de l'Avent
Feria IV Mercredi
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam (10,21-24)
In illo témpore: Exsultavit Iesus Spíritu Sancto et dixit: “Confíteor tibi, Pater, Dómine caeli et terrae, quod abscondísti haec a sapiéntibus et prudéntibus et revelásti ea párvulis; étiam, Pater, quia sic plácuit ante te. Ómnia mihi trádita sunt a Patre meo; et nemo scit qui sit Fílius, nisi Pater, et qui sit Pater, nisi Fílius et cui volúerit Fílius reveláre.” Et convérsus ad discípulos seórsum dixit: “Beáti óculi, qui vident, quae vidétis. Dico enim vobis: Multi prophétae et reges voluérunt vidére, quae vos vidétis, et non vidérunt, et audíre, quae audítis, et non audiérunt.” En ce temps là, Jésus tressaillit de joie dans l'Esprit-Saint, et dit: Je Te rends gloire, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que Tu as caché ces choses aux sages et aux prudents, et de ce que Tu les as révélées aux petits. Oui, Père, car il Vous a plu ainsi. Toutes choses M'ont été données par mon Père; et nul ne sait qui est le Fils, si ce n'est le Pére; ni qui est le Pére, si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils aura voulu le révéler. Et Se tournant vers Ses disciples, Il dit: Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez. Car Je vous le dis, beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez, et ne l'ont pas vu; et entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.
Nous assistons d'abord à la prière de Notre-Seigneur JésusChrist : il nous est doux de recueillir l'oraison du Fils de Dieu. Elle nous est comme un prélude du chapitre xvii de saint Jean. Le Seigneur, croyons-nous, songe à la diffusion de l'évangile par le monde ; il songe à la réunion finale de toute la famille humaine au sein de Dieu. Dans les semailles, il contemple la moisson entière. Sous une motion de l'Esprit-Saint, remarque saint Luc, il tressaille à la vue de l'épanouissement, dans l'éternité, de l'humble prédication d'aujourd'hui, et ce spectacle le console de l'ingratitude de Jérusalem et de la Galilée. Il s'adresse à son Père, il l'appelle de ce nom béni, et reconnaît sa souveraineté, l'absolue libéralité de ses dons : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je vous bénis d'avoir révélé aux petits ce que vous avez dérobé à la pensée des sages et des habiles ». De nouveau, nous voici en face de la Béatitude des pauvres et des petits : Beati pauperes spiritu. Le Seigneur, qui connaît bien son Père, découvre une sorte d'affinité avec le caractère de son Père dans la disposition providentielle qui a caché ces choses aux prudents de ce monde et les a révélées aux humbles.
« Ces choses », ce sont les mystères de l'ordre surnaturel, les bénédictions du Royaume des cieux ; ce sont les promesses et les félicités apportées par l'évangile et la prédication apostolique : toutes les joies du temps, toutes celles de l'éternité. Mais en quel sens le Seigneur les a-t-il cachées aux sages et aux prudents ? On pourrait dire qu'il les a cachées à l'orgueil, à la hauteur méprisante des docteurs juifs, à la sagesse pratique et à la prudence mondaine de la Galilée : ce sens s'accorde bien avec l'ensemble. On peut dire aussi que le Seigneur, sans écarter de lui les sages, les hommes avisés et éclairés, — car enfin l'intelligence n'est pas, de soi, un obstacle pour trouver Dieu ! — a néanmoins considéré l'intelligence humaine comme incompétente, comme n'étant pas une indispensable condition de succès. C'est la marque de l'évangile : pauperes evangelizantur ; la pensée et les biens de Dieu sont à la portée de tout esprit, si humble soit-il. Les enfants y ont accès, sans que le génie en soit exclu. Seulement, ce sont des qualités de cœur qu'il y faut apporter ; la loyauté, la candeur, la droiture intérieure, et non pas la curiosité ou la prétention.
On peut se demander pourquoi, chez Dieu, cette prédilection réelle pour les petits et les simples ; pourquoi les œuvres de Dieu, l'Incarnation, la prédication apostolique ont été présentées au monde sous les livrées de l'humilité (Is., ; I Cor., i). La recherche est légitime ; d'autant que la loi est universelle : car ce parti pris de Dieu est visible dans tout le christianisme : le Royaume des cieux n'appartient qu'aux humbles. Eia, Pater : Oui, Père, il vous a plu ainsi. Tel a été votre vouloir. C'est en vertu d'une disposition formelle et d'une conduite résolue que les petits et les chétifs selon le monde sont les privilégiés dans la vie surnaturelle. S'il se rencontre des hommes intelligents, ils devront incliner leur sagesse devant l'évangile pour obtenir celle de Dieu.
Tout ce fragment des synoptiques est en harmonie singulière avec l'évangile de saint Jean. La relation de Père et de Fils est accusée avec précision, non pas seulement par l'énoncé des relations divines, mais par l’affirmation d'une glorieuse communauté de richesses : « Toutes choses m'ont été données par mon Père ; et personne ne connaît le Fils, si ce n'est le Père ; personne non plus ne connaît le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils a bien voulu le révéler. » D'autres textes évangéliques exposent la même doctrine : Data est mihi omnis potestas in caelo et in terra (Mt., xxviii, 18). Pater diligit Filium, et omnia dédit in manu ejus (Jo., m, 35). Sciens quia omnia dédit ei Pater in manus (Jo., XIII, 3). Sicut dedisti ei potestatem omnis carnis, ut omne quod dedisti ei det eis vitam aeternam (Jo., xvii, 2), nemo venit ad Patrem nisi per me. (Jo., xiv, 6). « Toutes choses m'ont été données » : le bien incréé de la divinité, le bien créé de l'union hypostatique ; toute vérité, toute grâce, tout pouvoir de communiquer la vérité, la grâce, le bonheur. Rien ne manque au Seigneur. Parce qu'il est Fils, il a reçu tout : c'est la condition personnelle du Fils ; mais parce qu'il est Fils, il possède tout : c'est la condition essentielle du Fils.
Et cette plénitude constituée chez le Fils par le Père est telle que le mystère de la naissance, de la personne, de l'office du Fils de Dieu n'est connu que par le Père, à l'exclusion de tout être créé. Il va de soi que des propositions négatives telles que celle-ci doivent être entendues sainement. On voit bien que la pensée du Seigneur est d'exclure le créé de la connaissance plénière du Fils de Dieu ; le créé, disons-nous, non l'incréé : le nisi Pater n'exclut pas l'Esprit de Dieu. Si l'on prenait la proposition matériellement, le Fils ne se connaîtrait pas lui-même, et n'aurait conscience ni d'être Fils, ni d'être le Messie ! Il faut raisonner de même au sujet de la seconde partie de l'assertion évangélique. Au fond, c'est l'affirmation du caractère absolument transcendant et gracieux de l'ordre surnaturel. L'ordre naturel nous conduit à Dieu cause de Dieu même : l'ordre surnaturel, sans démentir le premier, nous conduit jusqu'à la vie de Dieu ad intra, jusqu'au Dieu Trinité. Et ce, non pas seulement afin qu'il nous soit possible de diriger nos œuvres vers lui : car l'ordre naturel le demandait aussi ; mais afin de nous faire connaître, dans le temps, le lieu même de notre éternité ; afin que l'Incarnation et la Pentecôte nous fussent intelligibles ; afin que nous comprissions bien à quel titre nous sommes en Dieu : Videte qualem caritatem dédit nobis Pater, ut filii Dei nominemur et simus (I Jo., m, 1).
Nul ne connaît le Père dans sa tendresse souveraine et dans son dessein sur le monde, si ce n'est le Fils. Ici encore, entendons correctement l'Écriture : le Père, en effet, se connaît, et le Saint-Esprit connaît le Père ; il n'y a pas, d'ailleurs, trois intelligences, ni même trois intellections en Dieu. Nisi Filius : oui ; mais le Fils n'a pas consenti à garder pour soi la connaissance qu'il possède du Père. Il nous a dit que la vie éternelle consiste dans cette connaissance : Haec est vita aeterna, ut cognoscant te, solum Deum verum, et quem misisti, Jesum Christum (Jo., xvii, 3). Et cette connaissance est celle de la vision, mais elle est aussi celle de la foi. Connaître Dieu, c'est savoir qu'il est Père, qu'il a un Fils, que ce Fils est Notre-Seigneur Jésus-Christ, que nous sommes par notre foi et notre baptême en ce Fils, et en lui à Dieu. C'est toute la joie du cœur de l'homme. — Heureux ceux à qui le Père a donné et commenté le mystère du Christ ! Heureux ceux à qui le Christ a révélé les secrets du Père ! Le Seigneur, selon saint Luc, proclame lui-même cette Béatitude. S'adressant à ses disciples en particulier, c'est-à-dire à eux spécialement ou dans l'intimité de cette conversation céleste, il leur dit : « Bienheureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! Car je vous le déclare, beaucoup de prophètes et de rois auraient voulu contempler ce que vous avez maintenant sous les yeux, et ils ne l'ont pas vu ; entendre ce que vous entendez, et ils ne l'ont point entendu ». (Cf. I Petr., I, 10-13). Le même texte se lit dans le premier évangile, au chapitre xiii (16-17).
Saint Matthieu termine par le Venite ad me omnes, qui se relie admirablement à ce qui précède. Le motif de chercher le Seigneur ne vient-il pas, en effet, de nous être indiqué : ... et qui voluerii Filius revelare? Est-ce que nous ne désirons pas connaître le Père, par et dans son Fils ? Est-ce que la prière de saint Philippe n'est pas notre prière à tous ? Le Fils de Dieu n'est descendu en ce monde que pour la provoquer. Nous sommes très loin des réserves et des précautions de l'Ancien Testament, où Dieu semblait créer autour de sa majesté redoutable un glacis infranchissable. Par son ordre, Moïse disait au peuple : « Gardez-vous de gravir la montagne ou d'en toucher même la lisière : quiconque approchera sera mis à mort » (Ex., xix, 12). Ce serait mal concevoir l'économie chrétienne que d'en éliminer le respect, mais la terreur désormais a disparu. « Venez à moi, tous... » Tous sont invités, tous peuvent approcher. Ne sont exclues que les âmes qui s'exilent elles-mêmes. Pourtant, il y a des privilégiés dans cette vocation : ceux qui travaillent, ceux qui portent un fardeau. Sans doute, le labeur physique et la souffrance corporelle trouveront un soulagement auprès du Seigneur : mais toute la doctrine de ce passage nous laisse entendre que c'est d’un autre travail et d'une autre peine qu'il est surtout question. Il s'agit de l'effort légitime que l'homme doit dépenser pour gagner sa vie morale ; il s'agit du fardeau inerte et mort qu'il porte sur lui comme péché, comme tendances au mal, comme tristesse, comme appréhension au sujet de Dieu et de l'avenir. Encore faut-il que ce travail existe, que cette peine soit ressentie, que l'homme prenne conscience de ce qui lui manque, et que, dans l'ordre moral comme dans l'ordre matériel, la mise en branle de son activité lui vienne de sa pauvreté même et de tout ce qu'il sent lui faire défaut. « Venez à moi, vous tous qui peinez et qui êtes chargés, et je vous soulagerai. »
La parole du Seigneur, en même temps qu'elle témoigne d'une compassion infinie, enveloppe une part d'ironie à l'adresse de ces Juifs orgueilleux et opulents, qui non seulement n'avaient besoin de rien, mais se montraient toujours disposés à augmenter, par leurs exigences, le fardeau des faibles. La Loi était pesante : ils l'alourdissaient encore. Ils accroissaient donc, autant qu'il était en eux, le nombre de ceux qui souffraient, et que le Seigneur appelle enfin à lui, sachant la Synagogue incapable de les soulager et de les relever. C'est moi, dit le Seigneur, qui reposerai vos âmes. C'est moi seul qui leur donnerai le délassement infini, la liberté, l'affranchissement de toute crainte. Secouez le joug ancien, l'intolérable, selon saint Pierre (Act., xv, 10). Prenez mon joug à moi. Un joug, c'est une doctrine ; un joug, c'est l'engagement à un travail commun. Est-ce qu'il vous déplairait de travailler pour moi ? Car j'ai porté le joug le premier. Je me suis même efforcé d'en attirer sur moi tout le poids. Si vous y consentez, dorénavant vous serez à moi, vous serez miens. On ne fera plus de différence entre vous et moi. Mon Père lui-même ne distinguera plus. Vous aurez mon signe sur le front : vous serez mes disciples. Au lieu de vous mettre à l'école de la Synagogue, qui a les yeux voilés, du monde, qui ne sait rien, et du premier docteur venu, vous apprendrez de moi, qui suis « la lumière éclairant tout homme ici-bas », ce que seul je puis vous apprendre.
Discite a me doit être compris, en effet, d'une façon absolue : « Soyez mes disciples, accueillez mes enseignements. » Sans doute, il est d'usage que les prédicateurs, à la suite de saint Augustin, regardent le quia mitis sum et humilis corde comme la matière de renseignement du Seigneur : Discite a me, non mundum judicare, non cuncta visibilia et invisibilia creare, non in ipso mundo miracula facere, et mortuos suscitare, sed : quoniam mitis sum et humilis corde (S. Aug., Sernio ad populum lxix). La pensée est belle, mais ne traduit pas exactement le texte évangélique. Je suis, dit Jésus, le maître qu'il faut aux petits, aux humbles, à tous ceux qui souffrent. Tandis que la Synagogue est rude, exigeante, âpre et hautaine, je suis, moi, doux et humble de cœur, condescendant, affectueux. Près de moi vous trouverez enfin le repos de vos âmes ; car mon joug est doux et mon fardeau léger. Mon joug fait la liberté de ceux qui le portent ; mon fardeau, loin d'alourdir la marche, fait courir avec empressement : saint Augustin le compare aux ailes de l'oiseau : Viam mandatorum tuorum cucurri, cum dilatasti cor meum.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Laudes du mercredi 4 décembre 2019

Hebdomada I Adventus Ière semaine de l'Avent
Feria IV Mercredi
Ad Laudes matutinas
Aux Laudes du matin
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Vox clara ecce íntonat, Une voix éclatante retentit,
obscúra quæque íncrepat: qui menace toute obscurité;
procul fugéntur sómnia; qu'au loin s'enfuient les songes,
ab æthre Christus prómicat. du ciel le Christ s'avance.
Mens iam resúrgat tórpida Qu'à l'instant l'esprit engourdi
quæ sorde exstat sáucia s'éveille des impuretés qui le souillent ;
sidus refúlget iam novum, déjà un astre nouveau resplendit,
ut tollat omne nóxium. pour enlever tout méfait.
E sursum Agnus míttitur D'en-haut, l'Agneau est envoyé
laxáre gratis débitum; pour remettre gratuitement notre dette ;
omnes pro indulgéntia tous devant tant d'indulgence,
vocem demus cum lácrimis, mêlons nos larmes à nos chants.
Secúndo ut cum fúlserit Lorsqu'Il brillera de nouveau
mundúmque horror cínxerit, et que le monde sera saisi de terreur,
non pro reátu púniat, qu'Il ne nous punisse pas pour nos péchés,
sed nos pius tunc prótegat. mais nous protège avec tendresse.
Summo Parénti glória Gloire au Père souverain,
Natóque sit victória, victoire au Fils né de Lui,
et Flámini laus débita digne louange au Souffle divin,
per sæculórum sæcula. Amen. dans les siècles des siècles.
Ant. 1 Innocens mánibus et mundo corde ascéndet in montem Dómini.Ant. 1 L'innocent aux mains et au cœur purs gravira la montagne du Seigneur.
Psalmus 35 (36) Psaume 35 (36)
Malitia peccatoris, Domini bonitas Malice du méchant et bonté de Dieu
Qui sequitur me, non ambulabit in tenebris, sed habebit lucem vitæ (Io 8, 12). Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie. (Jn 8, 12)
Susúrrat iníquitas ad ímpium in médio cordis eius; * non est timor Dei ante óculos eius. L'iniquité parle au méchant dans le fond de son coeur ; la crainte de Dieu n'est pas devant ses yeux.
Quóniam blandítur ipsi in conspéctu eius, * ut non invéniat iniquitátem suam et óderit. Car il se flatte lui-même, sous le regard divin, doutant que Dieu découvre jamais Son iniquité et le déteste.
Verba oris eius iníquitas et dolus * désiit intellégere, ut bene ágeret. Les paroles de sa bouche sont iniquité et tromperie; il a cessé d'avoir l'intelligence, d'agir bien.
Iniquitátem meditátus est in cubíli suo, ástitit omni viæ non bonæ, * malítiam autem non odívit. Il médite l'iniquité sur sa couche; il se tient sur une voie qui n'est pas bonne; il n'a pas de haine pour le mal.
Dómine, in cælo misericórdia tua * et véritas tua usque ad nubes; Seigneur, Ta miséricorde atteint le ciel, Ta vérité les nues.
iustítia tua sicut montes Dei, iudícia tua abyssus multa: * hómines et iuménta salvábis, Dómine. Ta justice est comme les montagnes de Dieu, Tes jugements sont comme le vaste abîme. Tu gardes les hommes et les bêtes, Seigneur.
Quam pretiósa misericórdia tua, Deus! * Fílii autem hóminum in tégmine alárum tuárum sperábunt; Combien est précieuse Ta bonté, ô Dieu ! A l'ombre de Tes ailes les fils de l'homme cherchent un refuge.
inebriabúntur ab ubertáte domus tuæ, * et torrénte voluptátis tuæ potábis eos. Ils s'enivrent de la graisse de ta maison et Tu les abreuves au torrent de Tes voluptés.
Quóniam apud te est fons vitæ, * et in lúmine tuo vidébimus lumen. Car auprès de Toi est la source de la vie, et dans Ta lumière nous voyons la lumière.
Præténde misericórdiam tuam sciéntibus te * et iustítiam tuam his, qui recto sunt corde. Que Ta miséricorde demeure pour ceux qui Te connaissent, et Ta justice pour ceux qui ont le cœur droit.
Non véniat mihi pes supérbiæ, * et manus peccatóris non móveat me. Que le pied de l'orgueilleux ne m'atteigne pas, et que la main des méchants ne me fasse pas fuir !
Ibi cecidérunt, qui operántur iniquitátem, * expúlsi sunt, nec potuérunt stare. Les voilà tombés, ceux qui commettent l'iniquité, ils sont renversés, et ils ne peuvent se relever.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Innocens mánibus et mundo corde ascéndet in montem Dómini.Ant. L'innocent aux mains et au cœur purs gravira la montagne du Seigneur.
Ant. 2 Exaltáte Regem sæculórum in opéribus vestris.Ant. 2 Exaltez le Roi des siècles par vos œuvres.
Canticum (Iudt 16,1-2.13-15) AT7 Cant. de Judith (Jdt 16). AT 7
Dominus, creator mundi, populum suum protegit Au Dieu créateur, protecteur de son peuple
Cantant novum canticum (Ap 5, 9). Ils chantent un cantique nouveau
Incípite Deo meo in tympanis, * cantáte Dómino meo in cymbalis, Chantez pour mon Dieu sur les tambourins. Jouez pour le Seigneur sur les cymbales!
modulámini illi psalmum novum, * exaltáte et invocáte nomen ipsíus. Joignez pour Lui l'hymne à la louange. Exaltez-Le! Invoquez Son nom!
Tu es Deus cónterens bella, qui ponis castra in médio pópuli tui, * ut erípias me de manu persequéntium me. Tu es un Dieu briseur de guerres; qui place une forteresse au milieu de Ton peuple et me protèges de la main de ceux qui me persécutent
Cantábo Deo meo hymnum novum: Dómine, magnus es tu et clarus, * mirábilis in virtúte et insuperábilis. Je chanterai pour mon Dieu un chant nouveau. Seigneur, Tu es glorieux, Tu es grand, admirable de force, invincible.
Tibi sérviat omnis creatúra tua, * quóniam dixísti, et facta sunt, Que Ta création, tout entière, Te serve! Tu dis, et elle existe.
misísti spíritum tuum, et ædificáta sunt, * et non est, qui resístat voci tuæ. Tu envoies Ton souffle: elle est créée. Nul ne résiste à Ta voix.
Montes enim a fundaméntis agitabúntur cum aquis, * petræ autem a fácie tua tamquam cera liquéscent. Si les bases des montagnes croulent dans les eaux, si les rochers, devant ta face, fondent comme cire
Illis autem qui timent te * propítius adhuc eris. Tu feras grâce à ceux qui Te craignent.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Exaltáte Regem sæculórum in opéribus vestris.Ant. Exaltez le Roi des siècles par vos œuvres.
Ant. 3 Rectos decet collaudátio.Ant. 3 Aux hommes droits sied la louange.
Psalmus 46 (47) Psaume 46 (47)
Dominus universorum rex Le Seigneur est roi de l'univers
Sedet ad dexteram Patris, et regni eius non erit finis. Il est assis à la droite du père, et Son règne n'aura pas de fin.
Omnes gentes, pláudite mánibus, * iubiláte Deo in voce exsultatiónis, Vous tous, peuples, battez des mains, célébrez Dieu par des cris d'allégresse,
quóniam Dóminus Altíssimus, terríbilis, * rex magnus super omnem terram. car le Seigneur est très haut, redoutable, grand roi sur toute la terre.
Subiécit pópulos nobis * et gentes sub pédibus nostris. Il nous assujettit les peuples, Il met les nations sous nos pieds.
Elégit nobis hereditátem nostram, * glóriam Iacob, quem diléxit. II nous choisit notre héritage, la gloire de Jacob, Son bien-aimé.
Ascéndit Deus in iúbilo, * et Dóminus in voce tubæ. Dieu monte dans la joie ; Le Seigneur, au son de la trompette.
Psállite Deo, psállite; * psállite regi nostro, psállite. Chantez à Dieu, chantez ; chantez à notre Roi, chantez.
Quóniam rex omnis terræ Deus, * psállite sapiénter. Car Dieu est roi de toute la terre, chantez un cantique de louange.
Regnávit Deus super gentes, * Deus sedet super sedem sanctam suam. Dieu règne sur les nations, Il siège sur Son trône saint.
Príncipes populórum congregáti sunt * cum pópulo Dei Abraham, Les princes des peuples se réunissent pour former un peuple du Dieu d'Abraham,
quóniam Dei sunt scuta terræ: * veheménter elevátus est. car à Dieu sont les boucliers de la terre : Il est souverainement élevé.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Rectos decet collaudátio.Ant. Aux hommes droits sied la louange.
Lectio brevis (Gen 49, 10) Lecture brève (Gen 49, 10)
Non auferétur sceptrum de Iuda et báculus ducis de pédibus eius, donec véniat ille, cuius est, et cui erit obeœdiéntia géntium. Le sceptre ne s'éloignera point de Juda, ni le bâton de commandement d'entre ses pieds, jusqu'à ce que vienne Schiloh; c'est à lui que les peuples obéiront.
 Responsorium breve Répons bref 
℟. Super te, Ierúsalem,* Oriétur Dóminus. Super te.
℣. Et glória eius in te vidébitur.* Oriétur Dóminus. Glória Patri. Super te.
℟. Sur toi, Jérusalem,* Se lève le Seigneur. Sur toi. ℣. Et Sa gloire se manifeste en toi.* Se lève le Seigneur. Gloire au Père. Sur toi.
Ant. Egrediétur virga de radíce Iesse, et replébitur omnis terra glória Domini: et vidébit omnis caro salutáre Dei.Ant. Un rameau sortira du tronc de Jessé, et toute la terre sera remplie de la gloire du Seigneur : et toute chair verra le salut de Dieu.
Canticum Evangelicum Lc 1, 68-79 Cantique évangélique (Lc 1,68-79)
De Messia eiusque præcursore Du Messie et de son précurseur
Benedíctus Dóminus, Deus Israel, * quia visitávit et fecit redemptiónem plebi suæ Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, de ce qu'Il a visité et racheté Son peuple,
et eréxit cornu salútis nobis * in domo David púeri sui, et nous a suscité un puissant Sauveur dans la maison de David, Son serviteur,
sicut locútus est per os sanctórum, * qui a sǽculo sunt, prophetárum eius, ainsi qu'Il a dit par la bouche de Ses saints prophètes des temps anciens,
salútem ex inimícis nostris * et de manu ómnium, qui odérunt nos; qu'Il nous délivrerait de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent,
ad faciéndam misericórdiam cum pátribus nostris * et memorári testaménti sui sancti, pour exercer Sa miséricorde envers nos pères, et Se souvenir de Son alliance sainte,
iusiurándum, quod iurávit ad Abraham patrem nostrum, * datúrum se nobis, selon le serment qu'Il a juré à Abraham, notre père, de nous accorder cette grâce,
ut sine timóre, de manu inimicórum liberáti, * serviámus illi qu'étant délivrés de la main de nos ennemis, nous Le servions sans crainte,
in sanctitáte et iustítia coram ipso * ómnibus diébus nostris. marchant devant Lui dans la sainteté et la justice, tous les jours de notre vie.
Et tu, puer, prophéta Altíssimi vocáberis: * præíbis enim ante fáciem Dómini paráre vias eius, Et toi, petit enfant, tu seras appelé le prophète du Très-Haut: car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer Ses voies,
ad dandam sciéntiam salútis plebi eius * in remissiónem peccatórum eórum, afin de donner à Son peuple la connaissance du salut, pour la rémission de leurs péchés,
per víscera misericórdiæ Dei nostri, * in quibus visitábit nos óriens ex alto, par les entrailles de la miséricorde de notre Dieu, grâce auxquelles le soleil levant nous a visités d'en haut,
illumináre his, qui in ténebris et in umbra mortis sedent, * ad dirigéndos pedes nostros in viam pacis. pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et à l'ombre de la mort, pour diriger nos pas dans la voie de la paix.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Egrediétur virga de radíce Iesse, et replébitur omnis terra glória Domini: et vidébit omnis caro salutáre Dei.Ant. Un rameau sortira du tronc de Jessé, et toute la terre sera remplie de la gloire du Seigneur : et toute chair verra le salut de Dieu.
PrecesPrières litaniques
Grátias agámus Christo eúmque semper laudémus, quia non dedignátur fratres vocáre quos sanctíficat. Ideo ei supplicémus: Rendons grâces au Christ, et proclamons toujours Sa louange, Lui qui n'a pas dédaigné d'appeler frères ceux qu'Il sanctifie, et supplions-Le :
Sanctífica fratres tuos, Dómine. Seigneur, sanctifie Tes frères.
Fac ut huius diéi inítia in honórem resurrectiónis tuæ puris tibi córdibus consecrémus, Fais qu'en ce début de journée, nous nous consacrions d'un cœur pur en l'honneur de Ta résurrection,
 et diem totum tibi gratum sanctificatiónis opéribus faciámus.  et que tout le jour Te soit agréable par les œuvres de sanctification que nous ferons.
Qui diem, amóris tui signum, ad salútem et lætítiam nobis renovásti, Toi qui as renouvelé ce jour, signe de Ton amour, pour notre salut et notre joie,
 rénova nos cotídie ad glóriam tuam.  renouvelle-nous quotidiennement pour Ta gloire.
Doce nos hódie te in ómnibus præséntem agnóscere, Apprends-nous aujourd'hui à reconnaître Ta présence en tout,
 teque in mæréntibus præsértim et paupéribus inveníre.  et à Te trouver dans ceux qui méritent la consolation et les pauvres.
Da nos hódie cum ómnibus pacem habére, Donne-nous aujourd'hui d'être en paix avec tous,
némini vero malum réddere pro malo. et de ne rendre à personne le mal pour le mal.
Pater nosterNotre père
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum; qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra. que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra, et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem; et ne nous abandonne pas dans l'épreuve ;
sed líbera nos a malo. mais libère nous du malin.
Propitiáre, Dómine Deus, supplicatiónibus nostris, et tribulántibus, quæsumus, tuæ concéde pietátis auxílium, ut, de Fílii tui veniéntis præséntia consoláti, nullis iam polluámur contágiis vetustátis. Per Dóminum. Sois favorable à nos supplications, Seigneur notre Dieu, et dans l'épreuve, accorde-nous l'aide de Ta bonté, afin que, consolés par la présence de Ton Fils qui vient, nous ne soyons plus souillés par les atteintes des péchés d'autrefois.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo. ℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus. Que le Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen. ℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
℣. Ite in pace. ℣. Allez en paix.
℟. Deo grátias. ℟. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de tierce du mercredi 4 décembre 2019

Hebdomada I Adventus Ière semaine de l'Avent
Feria IV Mercredi
Ad Tertiam
Ad Tertiam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Nunc, Sancte, nobis, Spíritus, Esprit très Saint, daigne en cette heure,
unum Patri cum Fílio, uni au Père, uni au Fils,
dignáre promptus íngeri descendre Toi-même sur nous
nostro refúsus péctori. et Te répandre dans nos âmes.
 
Os, lingua, mens, sensus, vigor Que notre coeur et notre bouche,
confessionem pérsonent, que tout en nous dise la foi !
flamméscat igne cáritas, Embrase-nous de charité ;
accéndat ardor próximos. que ce feu brûle aussi nos proches !
 
Per te sciámus da Patrem, Fais-nous connaître Dieu le Père,
noscámus atque Fílium, fais-nous apprendre aussi le Fils
te utriúsque Spíritum et croire en tout temps que Tu es
credámus omni témpore. Amen. l'unique Esprit de l'Un et l'Autre. Amen.
Ant. 1 Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. 1 Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Psalmus 118 (119), 9-16 Psaume 118 (119), 9-16
II (Beth) II (Beth)
In quo mundabit adulescentior viam suam? In custodiendo sermones tuos. Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier? En se gardant selon Ta parole.
In toto corde meo exquisivi te; ne errare me facias a praeceptis tuis. Je Te cherche de tout mon cœur: ne me laisse pas errer loin de Tes commandements.
In corde meo abscondi eloquia tua, ut non peccem tibi. Je garde Ta parole cachée dans mon cœur, afin de ne pas pécher contre Toi.
Benedictus es, Domine; doce me iustificationes tuas. Béni sois-Tu, Seigneur! Enseigne-moi Tes lois.
In labiis meis numeravi omnia iudicia oris tui. De mes lèvres j'énumère tous les préceptes de Ta bouche.
In via testimoniorum tuorum delectatus sum sicut in omnibus divitiis. J'ai de la joie à suivre Tes enseignements, comme si je possédais tous les trésors.
In mandatis tuis exercebor et considerabo vias tuas. Je veux méditer Tes ordonnances, avoir les yeux sur Tes sentiers.
In iustificationibus tuis delectabor, non obliviscar sermonem tuum. Je fais mes délices de Tes lois, je n'oublierai pas Ta parole.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Ant. 2 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 2 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 16 (17) 1-6 Psaume 16 (17) 1-6
Ab impiis salva me, Domine Des impies, sauve-moi, Seigneur.
In diebus carnis suae. .. preces offerens et exauditus (Hebr 5, 7). Lui qui, aux jours de Sa chair, avait présenté Ses prières, a été exaucé (Hebr 5, 7).
I I
Exaudi, Domine, iustitiam meam, intende deprecationem meam. Auribus percipe orationem meam, non in labiis dolosis. Seigneur, entends la justice, écoute mon cri ; prête l'oreille à ma prière, qui n'est pas proférée par des lèvres trompeuses.
De vultu tuo iudicium meum prodeat; oculi tui videant aequitates. Que mon jugement sorte de Ta face, que tes yeux regardent l'équité !
Proba cor meum et visita nocte; igne me examina, et non invenies in me iniquitatem. Tu as éprouvé mon cœur, Tu l'as visité la nuit, Tu m'as mis dans le creuset : Tu ne trouves rien. Avec ma pensée ma bouche n'est pas en désaccord.
Non transgreditur os meum ad opera hominum, propter verba labiorum tuorum custodivi me a viis violenti. Quant aux actions de l'homme, fidèle à la parole de Tes lèvres; j'ai pris garde aux voies des violents.
Retine gressus meos in semitis tuis, ut non moveantur vestigia mea. Mes pas se sont attachés à Tes sentiers, et mes pieds n'ont pas chancelé.
Ego ad te clamavi, quoniam exaudis me, Deus; inclina aurem tuam mihi et exaudi verba mea. Je T'invoque, car Tu m'exauces, ô Dieu ; incline vers moi Ton oreille, écoute ma prière.
Mirífica misericórdias tuas, * qui salvos facis ab insurgéntibus  sperántes in déxtera tua. Fais éclater Tes miséricordes, Toi qui sauves les insurgés et ceux qui espèrent à Ta droite.
Custódi me ut pupíllam óculi,  sub umbra alárum tuárum prótege me * a fácie impiórum, qui me afflixérunt. Garde-moi comme la prunelle de l'oeil ; à l'ombre de Tes ailes mets-moi à couvert des impies qui me persécutent.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Ant. 3 María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. 3 Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
II II
Inimíci mei in furóre circumdedérunt me,  ádipem suum conclusérunt; * os eórum locútum est supérbiam. Des ennemis mortels m'entourent. Ils ferment leurs entrailles à la pitié, ils ont à la bouche des paroles hautaines.
Incedéntes nunc circumdedérunt me, * óculos suos statuérunt prostérnere in terram. Ils sont sur nos pas, ils nous entourent, ils nous épient pour nous renverser par terre.
Aspéctus eórum quasi leónis paráti ad prædam * et sicut cátuli leónis recubántis in ábditis. Ils ressemblent au lion avide de dévorer, au lionceau campé dans son fourré.
Exsúrge, Dómine, præveni eum, supplánta eum; * éripe ánimam meam ab ímpio frámea tua, Lève-Toi, le Seigneur, marche à sa rencontre, terrasse-le; délivre mon âme du méchant par Ton glaive,
a mórtuis manu tua, Dómine, * a mórtuis, quorum defécit pórtio vitæ. des hommes par Ta main, de ces hommes du siècle dont la part est dans la vie présente,
De recónditis tuis adímpleas ventrem eórum, * saturéntur fílii  et dimíttant relíquias párvulis suis. dont Tu remplis le ventre de Tes trésors, qui sont rassasiés de fils, et laissent leur superflu à leurs petits-fils.
Ego autem in iustítia vidébo fáciem tuam, * satiábor, cum evigilávero, conspéctu tuo. Pour moi, dans mon innocence je contemplerai Ta face ; à mon réveil, je me rassasierai de Ton image.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
Lectio brevis (Ier 23, 5) Lecture brève (Ier 23, 5)
Ecce dies véniunt, dicit Dóminus, et suscitábo David germen iustum; et regnábit rex et sápiens erit et fáciet iudícium et iustítiam in terra. Les jours viennent, dit le Seigneur, où je susciterai à David un germe juste; Il régnera en roi, Il sera sage et fera droit et justice dans le pays.
℣. Timébunt gentes nomen tuum, Dómine.
℟. Et omnes reges terræ glóriam tuam.
℣. Les nations craindront Ton nom Seigneur.
℟. Et tous les rois Ta gloire.
Propitiáre, Dómine Deus, supplicatiónibus nostris, et tribulántibus, quæsumus, tuæ concéde pietátis auxílium, ut, de Fílii tui veniéntis præséntia consoláti, nullis iam polluámur contágiis vetustátis. Per Dóminum. Sois favorable à nos supplications, Seigneur notre Dieu, et dans l'épreuve, accorde-nous l'aide de Ta bonté, afin que, consolés par la présence de Ton Fils qui vient, nous ne soyons plus souillés par les atteintes des péchés d'autrefois.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Tertiam - psalmodia complementaria

A Tierce - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. 1 Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Psalmus 119 (120) Psaume 119 (120)
Desiderium pacis Désir de paix
In tribulatione patientes, orationi instantes (Rom 12, 12). Soyez patients dans l'affliction, assidus à la prière, (Rom 12, 12).
Ad Dóminum, cum tribulárer, clamávi, * et exaudívit me. Vers le Seigneur, dans ma détresse, j'ai crié, et Il m'a exaucé:
Dómine, líbera ánimam meam a lábiis mendácii, * a língua dolósa. « Seigneur, délivre mon âme de la lèvre de mensonge, de la langue astucieuse! »
Quid detur tibi aut quid apponátur tibi, * língua dolósa? Que te sera-t-il donné, quel sera ton profit, langue perfide?
Sagíttæ poténtis acútæ * cum carbónibus iuniperórum. Les flèches aiguës du Tout-puissant, avec les charbons ardents du genêt.
Heu mihi, quia peregrinátus sum in Mosoch, * habitávi ad tabernácula Cedar! Malheureux que je suis de séjourner dans Mések, d'habiter sous les tentes de Cédar !
Multum íncola fuit ánima mea * cum his, qui odérunt pacem. Trop longtemps j'ai demeuré avec ceux qui haïssent la paix.
Ego eram pacíficus; * cum loquébar, illi impugnábant me. Je suis un homme de paix et, quand je leur parle, ils sont pour la guerre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 2 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 120 (121) Psaume 120 (121)
Custos populi Garde du peuple
Non esurient amplius, neque sitient amplius, neque cadet super illos sol neque ullus æstus (Ap 7, 16). Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, la brûlure du soleil ne les accablera plus. (Ap 7, 16).
Levábo óculos meos in montes: * unde véniet auxílium mihi? Je lève les yeux vers les montagnes : d'où me viendra le secours?
Auxílium meum a Dómino, * qui fecit cælum et terram. Mon secours viendra du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Non dabit in commotiónem pedem tuum, * neque dormitábit, qui custódit te. Il ne permettra pas que ton pied trébuche; celui qui te garde ne sommeillera pas.
Ecce non dormitábit neque dórmiet, * qui custódit Israel. Non, il ne sommeille ni ne dort, celui qui garde Israël.
Dóminus custódit te, † Dóminus umbráculum tuum, * ad manum déxteram tuam. Le Seigneur est ton gardien, le Seigneur est ton abri, toujours à ta droite.
Per diem sol non percútiet te, * neque luna per noctem. Pendant le jour le soleil ne te frappera point, ni la lune pendant la nuit.
Dóminus custódiet te ab omni malo; * custódiet ánimam tuam Dóminus. Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ton âme.
Dóminus custódiet intróitum tuum et éxitum tuum * ex hoc nunc et usque in sæculum Le Seigneur gardera ton départ et ton arrivée, maintenant et à jamais.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 3 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 121 (122) Psaume 121 (122)
Civitas sancta Ierusalem La cité sainte de Jérusalem
Accessistis ad Sion montem et civitatem Dei viventis, Ierusalem cælestem (Hebr 12, 22). Vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant qui est la Jérusalem céleste (Hebr 12, 22).
Lætátus sum in eo quod dixérunt mihi: * «In domum Dómini íbimus» . J'ai été dans la joie quand on m'a dit: « Allons à la maison du Seigneur »
Stantes iam sunt pedes nostri * in portis tuis, Ierúsalem. Maintenant nos pieds se tiennent à tes portes, Jérusalem.
Ierúsalem, quæ ædificáta est ut cívitas, * sibi compácta in idípsum. Jérusalem, tu es bâtie comme une ville où tout se tient ensemble.
Illuc enim ascendérunt tribus, tribus Dómini, * testimónium Israel, ad confiténdum nómini Dómini. Là montent les tribus, les tribus du Seigneur, selon la loi d'Israël, pour louer le nom du Seigneur.
Quia illic sedérunt sedes ad iudícium, *sedes domus David. Là sont établis des sièges pour le jugement, les sièges de la maison de David.
Rogáte, quæ ad pacem sunt Ierúsalem: * «Secúri sint diligéntes te! Faites des voeux pour Jérusalem: « Qu'ils soient en sûreté ceux qui t'aiment !
Fiat pax in muris tuis, * et secúritas in túrribus tuis! ». Que la paix règne dans tes murs, la prospérité dans tes palais ! »
Propter fratres meos et próximos meos * loquar: «Pax in te! ». A cause de mes frères et de mes amis, je dis : «Paix sur toi ! ».
Propter domum Dómini Dei nostri * exquíram bona tibi. A cause de la maison du Seigneur, notre Dieu, je désire pour toi le bonheur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Messe du mercredi 4 décembre 2019

Hebdomada I Adventus Ière semaine de l'Avent
Feria IV Mercredi
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introït
Ps. 24, 1-3 Ps. 24, 1-3
AD te levávi ánimam meam: Deus meus, in te confído, non erubéscam: neque irrídeant me inimíci mei: étenim univérsi, qui te exspéctant, non confundéntur. Ps. ibid., 4 Vias tuas, Dómine, demónstra mihi: et sémitas tuas édoce me. Vers Toi, ô mon Dieu, j'ai élevé mon âme. En Toi j'ai mis ma confiance, et je sais que je n'aurai point à en rougir. En vain les ennemis de mon salut riront de ma patience : quiconque T'attend ne sera point confondu. Ps. Seigneur, viens me montrer la voie qui conduit à Toi; viens m'apprendre Tes divins sentiers.
Collecta Collecte
Propitiáre, Dómine Deus, supplicatiónibus nostris, et tribulántibus, quæsumus, tuæ concéde pietátis auxílium, ut, de Fílii tui veniéntis præséntia consoláti, nullis iam polluámur contágiis vetustátis. Per Dóminum. Sois favorable à nos supplications, Seigneur notre Dieu, et dans l'épreuve, accorde-nous l'aide de Ta bonté, afin que, consolés par la présence de Ton Fils qui vient, nous ne soyons plus souillés par les atteintes des péchés d'autrefois.
Lectio I Ière lecture
Léctio libri lsaiæ prophétæ (11,1-10)
In die illa: Egrediétur virga de stirpe Iésse, et flos de radíce eíus ascéndet; et requiéscet super eum spíritus Dómini: spíritus sapiéntiæ et intelléctus, spíritus consílii et fortitúdinis, spíritus sciéntiæ et timóris Dómini; et delíciæ eíus in timóre Dómini. Non secúndum visiónem oculórum iudicábit neque secúndum audítum áurium decérnet; sed iudicábit in iustítia páuperes et decérnet in æquitáte pro mansuétis terræ; et percútiet terram virga oris sui et spíritu labiórum suórum interfíciet ímpium. Et erit iustítia cíngulum lumbórum eíus, et fides cinctórium renum eíus. Habitábit lupus cum agno, et pardus cum hædo accubábit; vítulus et leo simul saginabúntur, et puer párvulus minábit eos. Vítula et ursus pascéntur, simul accubábunt cátuli eórum; et leo sicut bos cómedet páleas. Et ludet infans ab úbere super forámine áspidis; et in cavérnam réguli, qui ablactátus fúerit, manum suam mittet. Non nocébunt et non occídent in univérso monte sancto meo, quia plena erit terra sciéntia Dómini, sicut aquæ mare opériunt. In die illa radix Iésse stat in signum populórum; ipsam gentes requírent, et erit sedes eíus gloriósa. En ce jour là : il sortira un rejeton de la tige de Jessé, et une fleur naîtra de sa racine. Et l'Esprit du Seigneur se reposera sur Lui; l'esprit de sagesse et d'intelligence, l'esprit de conseil et de force, l'esprit de science et de piété; et Il sera rempli de l'esprit de la crainte du Seigneur. Il ne jugera point sur le rapport des yeux, et Il ne condamnera point par un oui-dire; mais Il jugera les pauvres avec justice, et Il Se déclarera le juste vengeur des humbles de la terre; Il frappera la terre avec la verge de Sa bouche, et Il tuera l'impie par le souffle de Ses lèvres. La justice sera la ceinture de Ses reins, et la fidélité le baudrier dont Il sera ceint. Le loup habitera avec l'agneau, et le léopard se couchera auprès du chevreau; le veau, le lion et la brebis demeureront ensemble, et un petit enfant les conduira. Le veau et l'ours iront dans les mêmes pâturages, leurs petits se reposeront ensemble, et le lion mangera la paille comme le boeuf. L'enfant encore à la mamelle se jouera sur le trou de l'aspic, et celui qui aura été sevré mettra sa main dans la caverne du basilic. Ils ne nuiront point, et ils ne tueront point sur toute Ma montagne sainte, parce que la terre est remplie de la connaissance du Seigneur, comme la mer des eaux qui la couvrent. En ce jour, le rejeton de Jessé sera comme un étendard pour les peuples; les nations Lui offriront leurs prières, et Son sépulcre sera glorieux.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias. Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Graduale Graduel
Ps. 24, 3 et 4 Ps. 24, 3 et 4
℟. Univérsi, qui te exspéctant, non confundéntur, Dómine. ℣. Vias tuas, Dómine, notas fac mihi: et sémitas tuas édoce me. ℟. Seigneur, tous ceux qui T'attendent ne seront point confondus. ℣. Montre-moi la voie qui conduit à Toi, apprends-moi Tes sentiers.
Allelúia Alléluia
Ps. 84, 8 Ps. 84, 8
℟. Allelúia. ℣. Osténde nobis, Dómine, misericórdiam tuam: et salutáre tuum da nobis. ℟. Alléluia. ℣. Fais paraître sur nous, Seigneur, Ta miséricorde, et donne-nous le Sauveur que Tu nous prépares.
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Lucam (10,21-24)
In illo témpore: Exsultavit Iesus Spíritu Sancto et dixit: “Confíteor tibi, Pater, Dómine caeli et terrae, quod abscondísti haec a sapiéntibus et prudéntibus et revelásti ea párvulis; étiam, Pater, quia sic plácuit ante te. Ómnia mihi trádita sunt a Patre meo; et nemo scit qui sit Fílius, nisi Pater, et qui sit Pater, nisi Fílius et cui volúerit Fílius reveláre.” Et convérsus ad discípulos seórsum dixit: “Beáti óculi, qui vident, quae vidétis. Dico enim vobis: Multi prophétae et reges voluérunt vidére, quae vos vidétis, et non vidérunt, et audíre, quae audítis, et non audiérunt.” En ce temps là, Jésus tressaillit de joie dans l'Esprit-Saint, et dit: Je Te rends gloire, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que Tu as caché ces choses aux sages et aux prudents, et de ce que Tu les as révélées aux petits. Oui, Père, car il Vous a plu ainsi. Toutes choses M'ont été données par mon Père; et nul ne sait qui est le Fils, si ce n'est le Pére; ni qui est le Pére, si ce n'est le Fils, et celui à qui le Fils aura voulu le révéler. Et Se tournant vers Ses disciples, Il dit: Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez. Car Je vous le dis, beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir ce que vous voyez, et ne l'ont pas vu; et entendre ce que vous entendez, et ne l'ont pas entendu.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium
Offertoire
Ps. 24, 1-3
Ad te, Dómine, levávi ánimam meam: Deus meus, in te confído, non erubéscam: neque irrídeant me inimíci mei: étenim univérsi, qui te exspéctant, non confundéntur. Vers Toi, Seigneur, j’ai élevé mon âme ; mon Dieu, je mets ma confiance en Toi, que je n’aie pas à rougir. Et que mes ennemis ne se moquent point de moi, car tous ceux qui espèrent en Toi, ne seront pas confondus.
℣. Dóminus vobíscum.
℟. Et cum spíritu tuo.
℣. Sursum corda.
℟. Habémus ad Dóminum.
℣. Grátias agámus Dómino Deo nostro.
℟. Dignum et iustum est.
℣. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et avec votre esprit.
℣. Haut les coeurs.
℟. Ils sont vers le Seigneur.
℣. Rendons-grâces au Seigneur notre Dieu.
℟. C'est digne et juste.
PRÆFATIO I DE ADVENTU Ière PREFACE DE L'AVENT
De duobus adventibus Christi Des deux avènements du Christ
Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere: Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus: per Christum Dóminum nostrum.
Qui, primo advéntu in humilitáte carnis assúmptæ, dispositiónis antíquæ munus implévit, nobísque salútis perpétuæ trámitem reserávit: ut, cum secúndo vénerit in suae glória maiestátis, manifésto demum múnere capiámus, quod vigilántes nunc audémus exspectáre promíssum.
Et ídeo cum Angelis et Archángelis, cum Thronis et Dominatiónibus, cumque omni milítia caeléstis exércitus, hymnum glóriæ tuæ cánimus, sine fine dicéntes:
Vraiment, il est digne et juste, équitable et salutaire, pour nous, toujours et partout de Te rendre grâces : Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout puissant : par le Christ notre Seigneur.
Lui qui lors de Son premier Avènement a pris chair dans l'humilité, S'est acquitté du devoir qui Lui incombait par Ta disposition ancienne, et nous a ouvert le chemin du salut éternel ; c'est pourquoi lors de Sa seconde venue dans la gloire, de Sa majesté, nous recevrons de façon manifeste Son don, que nous osons désormais espérer et pour laquelle nous veillons.
C’est pourquoi, avec les Anges et les Archanges, avec les Trônes et les Dominations, ainsi qu'avec toute l'armée de la milice céleste, nous Te chantons une hymne de gloire, en disant sans fin :
Sanctus, Sanctus, Sanctus Dóminus Deus Sábaoth... Saint, Saint, Saint, le Seigneur Dieu des Armées...
Communio Communion
Ps. 84, 13 Ps. 84, 13
Dóminus dabit benignitátem: et terra nostra dabit fructum suum. Le Seigneur répandra sur nous Son bienfait, et notre terre produira son fruit.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de sexte du mercredi 4 décembre 2019

Hebdomada I Adventus Ière semaine de l'Avent
Feria IV Mercredi
Ad Sextam
Ad Sextam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Rector potens, verax Deus, Maître puissant, Dieu Vérité,
qui témperas rerum vices, Tu règles la marche du temps,
splendóre mane ínstruis Tu formes l'aube en sa clarté,
et ígnibus merídiem. au midi Tu donnes ses flammes.
Exstíngue flammas lítium, Éteins le feu des dissensions,
aufer calórem nóxium, calme la fièvre du péché,
confer salútem córporum apporte à nos corps la santé
verámque pacem córdium. à nos cœurs, la paix véritable.
Praesta, Pater piíssime, Exauce-nous, Père très bon,
Patríque compar Unice, et Toi, le Fils égal au Père,
cum Spíritu Paráclito avec l'Esprit consolateur,
regnans per omne sæculum. Amen. régnant pour les siècles des siècles.
Ant. 1 Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. 1 Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Psalmus 118 (119), 9-16 Psaume 118 (119), 9-16
II (Beth) II (Beth)
In quo mundabit adulescentior viam suam? In custodiendo sermones tuos. Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier? En se gardant selon Ta parole.
In toto corde meo exquisivi te; ne errare me facias a praeceptis tuis. Je Te cherche de tout mon cœur: ne me laisse pas errer loin de Tes commandements.
In corde meo abscondi eloquia tua, ut non peccem tibi. Je garde Ta parole cachée dans mon cœur, afin de ne pas pécher contre Toi.
Benedictus es, Domine; doce me iustificationes tuas. Béni sois-Tu, Seigneur! Enseigne-moi Tes lois.
In labiis meis numeravi omnia iudicia oris tui. De mes lèvres j'énumère tous les préceptes de Ta bouche.
In via testimoniorum tuorum delectatus sum sicut in omnibus divitiis. J'ai de la joie à suivre Tes enseignements, comme si je possédais tous les trésors.
In mandatis tuis exercebor et considerabo vias tuas. Je veux méditer Tes ordonnances, avoir les yeux sur Tes sentiers.
In iustificationibus tuis delectabor, non obliviscar sermonem tuum. Je fais mes délices de Tes lois, je n'oublierai pas Ta parole.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Ant. 2 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 2 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 16 (17) 1-6 Psaume 16 (17) 1-6
Ab impiis salva me, Domine Des impies, sauve-moi, Seigneur.
In diebus carnis suae. .. preces offerens et exauditus (Hebr 5, 7). Lui qui, aux jours de Sa chair, avait présenté Ses prières, a été exaucé (Hebr 5, 7).
I I
Exaudi, Domine, iustitiam meam, intende deprecationem meam. Auribus percipe orationem meam, non in labiis dolosis. Seigneur, entends la justice, écoute mon cri ; prête l'oreille à ma prière, qui n'est pas proférée par des lèvres trompeuses.
De vultu tuo iudicium meum prodeat; oculi tui videant aequitates. Que mon jugement sorte de Ta face, que tes yeux regardent l'équité !
Proba cor meum et visita nocte; igne me examina, et non invenies in me iniquitatem. Tu as éprouvé mon cœur, Tu l'as visité la nuit, Tu m'as mis dans le creuset : Tu ne trouves rien. Avec ma pensée ma bouche n'est pas en désaccord.
Non transgreditur os meum ad opera hominum, propter verba labiorum tuorum custodivi me a viis violenti. Quant aux actions de l'homme, fidèle à la parole de Tes lèvres; j'ai pris garde aux voies des violents.
Retine gressus meos in semitis tuis, ut non moveantur vestigia mea. Mes pas se sont attachés à Tes sentiers, et mes pieds n'ont pas chancelé.
Ego ad te clamavi, quoniam exaudis me, Deus; inclina aurem tuam mihi et exaudi verba mea. Je T'invoque, car Tu m'exauces, ô Dieu ; incline vers moi Ton oreille, écoute ma prière.
Mirífica misericórdias tuas, * qui salvos facis ab insurgéntibus  sperántes in déxtera tua. Fais éclater Tes miséricordes, Toi qui sauves les insurgés et ceux qui espèrent à Ta droite.
Custódi me ut pupíllam óculi,  sub umbra alárum tuárum prótege me * a fácie impiórum, qui me afflixérunt. Garde-moi comme la prunelle de l'oeil ; à l'ombre de Tes ailes mets-moi à couvert des impies qui me persécutent.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Ant. 3 María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. 3 Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
II II
Inimíci mei in furóre circumdedérunt me,  ádipem suum conclusérunt; * os eórum locútum est supérbiam. Des ennemis mortels m'entourent. Ils ferment leurs entrailles à la pitié, ils ont à la bouche des paroles hautaines.
Incedéntes nunc circumdedérunt me, * óculos suos statuérunt prostérnere in terram. Ils sont sur nos pas, ils nous entourent, ils nous épient pour nous renverser par terre.
Aspéctus eórum quasi leónis paráti ad prædam * et sicut cátuli leónis recubántis in ábditis. Ils ressemblent au lion avide de dévorer, au lionceau campé dans son fourré.
Exsúrge, Dómine, præveni eum, supplánta eum; * éripe ánimam meam ab ímpio frámea tua, Lève-Toi, le Seigneur, marche à sa rencontre, terrasse-le; délivre mon âme du méchant par Ton glaive,
a mórtuis manu tua, Dómine, * a mórtuis, quorum defécit pórtio vitæ. des hommes par Ta main, de ces hommes du siècle dont la part est dans la vie présente,
De recónditis tuis adímpleas ventrem eórum, * saturéntur fílii  et dimíttant relíquias párvulis suis. dont Tu remplis le ventre de Tes trésors, qui sont rassasiés de fils, et laissent leur superflu à leurs petits-fils.
Ego autem in iustítia vidébo fáciem tuam, * satiábor, cum evigilávero, conspéctu tuo. Pour moi, dans mon innocence je contemplerai Ta face ; à mon réveil, je me rassasierai de Ton image.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
Lectio brevis (Ier 23, 6) Lecture brève ( Ier 23, 6)
In diébus illis salvábitur Iuda, et Isræl habitábit confidénter; et hoc est nomen quod vocábunt eum: Dóminus iustítia nostra. Dans ses jours, Juda sera sauvé, Israël habitera en assurance, et voici le nom dont on l'appellera: le Seigneur notre justice.
℣. Meménto nostri, Dómine, in beneplácito pópuli tui.
℟. Vísita nos in salutári tuo.
℣. Souviens-Toi de nous, Seigneur, dans Tes largesses pour Ton peuple.
℟. Visite-nous dans Ton Salut.
Propitiáre, Dómine Deus, supplicatiónibus nostris, et tribulántibus, quæsumus, tuæ concéde pietátis auxílium, ut, de Fílii tui veniéntis præséntia consoláti, nullis iam polluámur contágiis vetustátis. Per Dóminum. Sois favorable à nos supplications, Seigneur notre Dieu, et dans l'épreuve, accorde-nous l'aide de Ta bonté, afin que, consolés par la présence de Ton Fils qui vient, nous ne soyons plus souillés par les atteintes des péchés d'autrefois.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Sextam - psalmodia complementaria

A Sexte - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. 1 Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Psalmus 122 (123) Psaume 122 (123)
Dominus fiducia populi Le Seigneur, confiance du peuple
Duo cæci... clamaverunt: «Domine, miserere nostri, Fili David» (Mt 20, 30). Deux aveugles crièrent « Seigneur, aie pitié de nous, Fils de David » (Mt 20, 30).
Ad te levávi óculos meos, * qui hábitas in cælis. J'élève mes yeux vers Toi, ô toi qui siège dans les cieux!
Ecce sicut óculi servórum ad manus dominórum suórum, * sicut óculi ancíllæ ad manus dóminæ suæ, Comme l'oeil du serviteur est fixé sur la main de son maître, et l'oeil de la servante sur la main de sa maîtresse,
ita óculi nostri ad Dóminum Deum nostrum, * donec misereátur nostri. ainsi nos yeux sont fixés sur le Seigneur, notre Dieu, jusqu'à ce qu'Il ait pitié de nous.
Miserére nostri, Dómine, miserére nostri, * quia multum repléti sumus despectióne; Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous, car nous n'avons été que trop rassasiés d'opprobres.
quia multum repléta est ánima nostra * derisióne abundántium et despectióne superbórum. Notre âme n'a été que trop rassasiée de la moquerie des superbes, du mépris des orgueilleux.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 2 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 123 (124) Psaume 123 (124)
Adiutorium nostrum in nomine Domini Notre secours est dans le nom du Seigneur
Dixit Dominus Paulo: «Noli timere ... quia ego sum tecum» (Act 18, 9-10). Le Seigneur dit à Paul : « ne crains pas ... Je suis avec toi» (Act 18, 9-10).
Nisi quia Dóminus erat in nobis, dicat nunc Israel, † nisi quia Dóminus erat in nobis, * cum exsúrgerent hómines in nos: Si le Seigneur n'eût été pour nous, qu'Israël le proclame, si le Seigneur n'eût été pour nous, quand les hommes se sont élevés contre nous.
forte vivos deglutíssent nos, * cum irascerétur furor eórum in nos. Ils nous auraient dévorés tout vivants, quand leur colère s'est allumée contre nous.
Fórsitan aqua absorbuísset nos, † torrens pertransísset ánimam nostram * fórsitan pertransíssent ánimam nostram aquæ intumescéntes. Les eaux nous auraient engloutis, le torrent eût passé sur notre âme; sur notre âme auraient passé les eaux impétueuses.
Benedíctus Dóminus; * qui non dedit nos in direptiónem déntibus eórum. Béni soit le Seigneur, qui ne nous a pas livrés à leurs dents.
Anima nostra sicut passer erépta est * de láqueo venántium: Notre âme, comme le passereau, s'est échappée du filet de l'oiseleur :
láqueus contrítus est, * et nos erépti sumus. le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Adiutórium nostrum in nómine Dómini, * qui fecit cælum et terram. Notre secours est dans le nom du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. 3 Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
Psalmus 124 (125) Psaume 124 (125)
Dominus custos populi sui Le Seigneur prend soin de son peuple
Pax super Israel Dei (Gal 6, 16). La paix de Dieu sur Israël (Gal 6, 16).
Qui confídunt in Dómino sicut mons Sion: * non commovébitur, in ætérnum manet. Ceux qui se confient dans le Seigneur sont comme la montagne de Sion: elle ne chancelle point, elle est établie pour toujours.
Ierúsalem, montes in circúitu eius, † et Dóminus in circúitu pópuli sui * ex hoc nunc et usque in sæculum. Jérusalem a autour d'elle une ceinture de montagnes: ainsi le Seigneur entoure Son peuple, dès maintenant et à jamais.
Quia non requiéscet virga iniquitátis super sortem iustórum, * ut non exténdant iusti ad iniquitátem manus suas. Le sceptre des méchants ne restera pas sur l'héritage des justes, afin que les justes ne portent pas aussi leurs mains vers l'iniquité.
Bénefac, Dómine, bonis * et rectis corde. Seigneur, répands Tes bontés sur les bons, et sur ceux qui ont le coeur droit.
Declinántes autem per vias pravas † addúcet Dóminus cum operántibus iniquitátem. * Pax super Israel! Mais sur ceux qui se détournent en des voies tortueuses, que le Seigneur les abandonne avec ceux qui font le mal. Paix sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de none du mercredi 4 décembre 2019

Hebdomada I Adventus Ière semaine de l'Avent
Feria IV Mercredi
Ad Nonam
Ad Nonam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Rerum, Deus, tenax vigor, Dieu fort, soutien de l'univers,
immótus in te pérmanens, qui est en Toi sans changement,
lucis diúrnae témpora Tu fixes dans leur succession
succéssibus detérminans, les temps que le soleil mesure.
Largíre clarum véspere, Donne-nous un soir lumineux
quo vita numquam décidat, où la vie ne décline pas,
sed praémium mortis sacrae où, pour le fruit de la Sainte Mort,
perénnis instet glória. resplendira toujours la gloire.
Praesta, Pater piíssime, Exauce-nous, Père très bon,
Patríque compar Unice, et Toi, le Fils égal au Père,
cum Spíritu Paráclito avec l'Esprit consolateur,
regnans per omne sæculum. Amen. régnant pour les siècles des siècles.
Ant. 1 Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. 1 Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Psalmus 118 (119), 9-16 Psaume 118 (119), 9-16
II (Beth) II (Beth)
In quo mundabit adulescentior viam suam? In custodiendo sermones tuos. Comment le jeune homme rendra-t-il pur son sentier? En se gardant selon Ta parole.
In toto corde meo exquisivi te; ne errare me facias a praeceptis tuis. Je Te cherche de tout mon cœur: ne me laisse pas errer loin de Tes commandements.
In corde meo abscondi eloquia tua, ut non peccem tibi. Je garde Ta parole cachée dans mon cœur, afin de ne pas pécher contre Toi.
Benedictus es, Domine; doce me iustificationes tuas. Béni sois-Tu, Seigneur! Enseigne-moi Tes lois.
In labiis meis numeravi omnia iudicia oris tui. De mes lèvres j'énumère tous les préceptes de Ta bouche.
In via testimoniorum tuorum delectatus sum sicut in omnibus divitiis. J'ai de la joie à suivre Tes enseignements, comme si je possédais tous les trésors.
In mandatis tuis exercebor et considerabo vias tuas. Je veux méditer Tes ordonnances, avoir les yeux sur Tes sentiers.
In iustificationibus tuis delectabor, non obliviscar sermonem tuum. Je fais mes délices de Tes lois, je n'oublierai pas Ta parole.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Ant. 2 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 2 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 16 (17) 1-6 Psaume 16 (17) 1-6
Ab impiis salva me, Domine Des impies, sauve-moi, Seigneur.
In diebus carnis suae. .. preces offerens et exauditus (Hebr 5, 7). Lui qui, aux jours de Sa chair, avait présenté Ses prières, a été exaucé (Hebr 5, 7).
I I
Exaudi, Domine, iustitiam meam, intende deprecationem meam. Auribus percipe orationem meam, non in labiis dolosis. Seigneur, entends la justice, écoute mon cri ; prête l'oreille à ma prière, qui n'est pas proférée par des lèvres trompeuses.
De vultu tuo iudicium meum prodeat; oculi tui videant aequitates. Que mon jugement sorte de Ta face, que tes yeux regardent l'équité !
Proba cor meum et visita nocte; igne me examina, et non invenies in me iniquitatem. Tu as éprouvé mon cœur, Tu l'as visité la nuit, Tu m'as mis dans le creuset : Tu ne trouves rien. Avec ma pensée ma bouche n'est pas en désaccord.
Non transgreditur os meum ad opera hominum, propter verba labiorum tuorum custodivi me a viis violenti. Quant aux actions de l'homme, fidèle à la parole de Tes lèvres; j'ai pris garde aux voies des violents.
Retine gressus meos in semitis tuis, ut non moveantur vestigia mea. Mes pas se sont attachés à Tes sentiers, et mes pieds n'ont pas chancelé.
Ego ad te clamavi, quoniam exaudis me, Deus; inclina aurem tuam mihi et exaudi verba mea. Je T'invoque, car Tu m'exauces, ô Dieu ; incline vers moi Ton oreille, écoute ma prière.
Mirífica misericórdias tuas, * qui salvos facis ab insurgéntibus  sperántes in déxtera tua. Fais éclater Tes miséricordes, Toi qui sauves les insurgés et ceux qui espèrent à Ta droite.
Custódi me ut pupíllam óculi,  sub umbra alárum tuárum prótege me * a fácie impiórum, qui me afflixérunt. Garde-moi comme la prunelle de l'oeil ; à l'ombre de Tes ailes mets-moi à couvert des impies qui me persécutent.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Ant. 3 María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. 3 Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
II II
Inimíci mei in furóre circumdedérunt me,  ádipem suum conclusérunt; * os eórum locútum est supérbiam. Des ennemis mortels m'entourent. Ils ferment leurs entrailles à la pitié, ils ont à la bouche des paroles hautaines.
Incedéntes nunc circumdedérunt me, * óculos suos statuérunt prostérnere in terram. Ils sont sur nos pas, ils nous entourent, ils nous épient pour nous renverser par terre.
Aspéctus eórum quasi leónis paráti ad prædam * et sicut cátuli leónis recubántis in ábditis. Ils ressemblent au lion avide de dévorer, au lionceau campé dans son fourré.
Exsúrge, Dómine, præveni eum, supplánta eum; * éripe ánimam meam ab ímpio frámea tua, Lève-Toi, le Seigneur, marche à sa rencontre, terrasse-le; délivre mon âme du méchant par Ton glaive,
a mórtuis manu tua, Dómine, * a mórtuis, quorum defécit pórtio vitæ. des hommes par Ta main, de ces hommes du siècle dont la part est dans la vie présente,
De recónditis tuis adímpleas ventrem eórum, * saturéntur fílii  et dimíttant relíquias párvulis suis. dont Tu remplis le ventre de Tes trésors, qui sont rassasiés de fils, et laissent leur superflu à leurs petits-fils.
Ego autem in iustítia vidébo fáciem tuam, * satiábor, cum evigilávero, conspéctu tuo. Pour moi, dans mon innocence je contemplerai Ta face ; à mon réveil, je me rassasierai de Ton image.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
Lectio brevis (Cf.Ez 34, 15-16) Lecture brève (Cf.Ez 34, 15-16)
Ego pascam oves meas et ego eas accubáre fáciam dicit Dóminus Deus. Quod períerat requíram, et quod confráctum fúerat alligábo, et quod infírmum erat consolidábo. Et pascam illas in iudício. Moi je paîtrai mes brebis, Moi, Je les ferai reposer, oracle du Seigneur.  Je chercherai celle qui était perdue, Je ramènerai celle qui était égarée, et Je fortifierai celle qui est malade; Je les paîtrai avec justice.
℣. Veni, Dómine, et noli tardáre.
℟. Reláxa facínora plebi tuæ.
℣. Viens Seigneur, ne tarde pas.
℟. Efface les délits de Ton peuple.
Propitiáre, Dómine Deus, supplicatiónibus nostris, et tribulántibus, quæsumus, tuæ concéde pietátis auxílium, ut, de Fílii tui veniéntis præséntia consoláti, nullis iam polluámur contágiis vetustátis. Per Dóminum. Sois favorable à nos supplications, Seigneur notre Dieu, et dans l'épreuve, accorde-nous l'aide de Ta bonté, afin que, consolés par la présence de Ton Fils qui vient, nous ne soyons plus souillés par les atteintes des péchés d'autrefois.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Nonam - psalmodia complementaria

A None - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Prophétæ prædicavérunt nasci Salvatórem de Vírgine María.Ant. 1 Les prophètes ont prédi la naissance du Sauveur de la Vierge Marie.
Psalmus 125 (126) Psaume 125 (126)
Gaudium et spes in Deo Joie et espoir dans le Seigneur
Sicuti socii passionum estis, sic eritis et consolationis (2 Cor 1, 7). Comme vous avez part aux souffrances, vous avez aussi part à la consolation (2 Cor 1, 7).
In converténdo Dóminus captivitátem Sion, * facti sumus quasi somniántes. Quand le Seigneur ramena les captifs de Sion, nous étions presque en rêve.
Tunc replétum est gáudio os nostrum, * et língua nostra exsultatióne. Alors notre bouche fut remplie de chants de joie, et notre langue de cris d'allégresse.
Tunc dicébant inter gentes: * «Magnificávit Dóminus fácere cum eis». Alors on disait parmi les nations: « Le Seigneur a fait de grandes choses pour eux. »
Magnificávit Dóminus fácere nobíscum; * facti sumus lætántes. Le Seigneur a fait pour nous de grandes choses; nous en avons été remplis de joie.
Convérte, Dómine, captivitátem nostram, * sicut torréntes in austro. Ramène, Seigneur, nos captifs, comme un torrent dans le pays du midi.
Qui séminant in lácrimis, * in exsultatióne metent. Ceux qui sèment dans les larmes * moissonneront dans l'allégresse.
Eúntes ibant et flebant * semen spargéndum portántes; Ils allaient et venaient en pleurant, tandis qu'ils jetaient leurs semences :
veniéntes autem vénient in exsultatióne * portántes manípulos suos. ils reviendront avec allégresse, chargés de leurs gerbes.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Gábriel ángelus locútus est Maríæ, dicens: Ave, grátia plena; Dóminus tecum; benedícta tu inter mulíeres.Ant. 2 L'ange Gabriel s'adressa à Marie en disant : Salut, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous ; vous êtes bénie entre les femmes.
Psalmus 126 (127) Psaume 126 (127)
Vanus labor sine Domino Sans le Seigneur, le travail est vain
Dei ædificatio estis (1 Cor 3, 9). En Dieu, vous êtes édifiés (1 Cor 3, 9).
Nisi Dóminus ædificáverit domum, * in vanum labórant, qui ædíficant eam. Si le Seigneur ne bâtit pas la maison, en vain travaillent ceux qui la bâtissent.
Nisi Dóminus custodíerit civitátem, * frustra vígilat, qui custódit eam. Si le Seigneur ne garde pas la cité, en vain la sentinelle veille à ses portes.
Vanum est vobis ante lucem súrgere † et sero quiéscere, qui manducátis panem labóris, * quia dabit diléctis suis somnum. C'est en vain que vous vous levez avant le jour, et que vous retardez votre repos, mangeant le pain de la douleur : il en donne autant à son bien-aimé pendant son sommeil.
Ecce heréditas Dómini fílii, * merces fructus ventris. Voici, c'est un héritage du Seigneur, que les enfants, une récompense, que les fruits d'un sein fécond.
Sicut sagíttæ in manu poténtis, * ita fílii iuventútis. Comme les flèches dans la main d'un guerrier, ainsi sont les fils de la jeunesse.
Beátus vir, qui implévit pháretram suam ex ipsis: * non confudétur, cum loquétur inimícis suis in porta. Heureux l'homme qui en a rempli son carquois. Ils ne rougiront pas quand ils répondront aux ennemis, à la porte de la ville.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 María dixit: Qualis est ista salutátio? quia conturbáta est ánima mea, et quia paritúra sum Regem, qui claustrum virginitátis meæ non violábit.Ant. 3 Marie dit : quelle est cette salutation ? Mon âme est troublée, et parce que je suis enceinte du Roi, qui n'a pas brisé le sceau de ma virginité.
Psalmus 127 (128) Psaume 127 (128)
Pax domestica in Domino Paix domestique dans le Seigneur
«Benedicat te Dominus ex Sion», id est: ex Ecclesia sua (Arnobius). «Que le Seigneur te bénisse de Sion », c'est à dire : de Son Eglise (Arnobius).
Beátus omnis, qui timet Dóminum, * qui ámbulat in viis eius. Heureux l'homme qui craint le Seigneur, qui marche dans Ses voies.
Labóres mánuum tuárum manducábis, * beátus es, et bene tibi erit. Tu te nourris alors du travail de tes mains; tu es heureux et comblé de biens.
Uxor tua sicut vitis fructífera * in latéribus domus tuæ; Ton épouse est comme une vigne féconde, dans l'intérieur de ta maison ;
fílii tui sicut novéllæ olivárum * in circúitu mensæ tuæ. tes fils, comme de jeunes plants d'olivier, autour de ta table.
Ecce sic benedicétur homo, * qui timet Dóminum. Voilà comment sera béni l'homme qui craint le Seigneur.
Benedícat tibi Dóminus ex Sion, * et vídeas bona Ierúsalem ómnibus diébus vitæ tuæ; Que le Seigneur te bénisse de Sion, puisses-tu voir Jérusalem florissante tous les jours de ta vie ;
et vídeas fílios filiórum tuórum. * Pax super Israel! Puisses-tu voir les enfants de tes enfants. Que la paix soit sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vêpres du mercredi 4 décembre 2019

Hebdomada I Adventus Ière semaine de l'Avent
Feria IV Mercredi
Ad Vesperas
Aux Vêpres
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus Hymne
Cónditor alme síderum, Bienfaisant Créateur des cieux,
ætérna lux credéntium, Pour toujours soleil des croyants,
Christe, redémptor ómnium, O Rédempteur du genre humain,
exáudi preces súpplicum. Christ entends nos voix suppliantes.
Qui cóndolens intéritu Compatissant devant la mort
mortis períre sæculum, Dont notre siècle périssait
salvásti mundum lánguidum, Tu sauvas le monde épuisé
donans reis remédium, Donnant aux pécheurs le remède.
Vergénte mundi véspere, Comme un époux dans le soleil
uti sponsus de thálamo, Quand le monde allait vers sa nuit,
egréssus honestíssima Tu sortis du jardin fermé
Vírginis matris cláusula. D'une Vierge, mère et bénie.
Cuius forti poténtiæ Devant Ta souveraineté
genu curvántur ómnia; Tout être fléchit le genou;
cæléstia, terréstria Tout dans le ciel et ici-bas
nutu faténtur súbdita. S'avoue soumis à Ta puissance.
Te, Sancte, fide quæsumus, Notre foi T'implore, ô très saint,
ventúre iudex sæculi, Toi qui viendras juger ce temps,
consérva nos in témpore de nous protéger aujourd'hui
hostis a telo pérfidi. Du trait de l'ennemi perfide.
Sit, Christe, rex piíssime, O Christ, ô roi plein de bonté
tibi Patríque glória Gloire à Toi et gloire à Ton Père
cum Spíritu Paráclito, Avec l'Esprit Consolateur,
in sempitérna sæcula. Amen. A travers l'infini des siècles!
Ant. 1 Tríbuit Dóminus victóriam Christo suo.Ant. 1 Le Seigneur a donné la victoire à Son Christ.
Psalmus 26 (27) Psaume 26 (27)
In periculis fiducia Confiance dans le danger
Ecce tabernaculum Dei cum hominibus (Ap 21, 3). Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes (Ap 21, 3).
I I
Dóminus illuminátio mea et salus mea, * quem timébo? Le Seigneur est ma lumière et mon salut : qui craindrais-je?
Dóminus protéctor vitæ meæ, * a quo trepidábo? Le Seigneur est le rempart de ma vie : de qui aurais-je peur?
Dum apprópiant super me nocéntes, * ut edant carnes meas; Quand des méchants se sont avancés contre moi, pour dévorer ma chair;
qui tríbulant me et inimíci mei, * ipsi infirmáti sunt et cecidérunt. quand mes adversaires et mes ennemis se sont avancés, ce sont eux qui ont chancelé et qui sont tombés.
Si consístant advérsum me castra, * non timébit cor meum; Qu'une armée vienne camper contre moi, mon coeur ne craindra point;
si exsúrgat advérsum me proelium, * in hoc ego sperábo. que contre moi s'engage le combat, alors même j'aurai confiance.
Unum pétii a Dómino, hoc requíram: * ut inhábitem in domo Dómini ómnibus diébus vitæ meæ, Je demande au Seigneur une chose, je la désire ardemment : je voudrais habiter dans la maison du Seigneur, tous les jours de ma vie,
ut vídeam voluptátem Dómini * et vísitem templum eius. pour jouir des amabilités du Seigneur, pour contempler Son sanctuaire.
Quóniam occultábit me in tentório suo, * in die malórum. Car Il m'abritera dans Sa demeure au jour de l'adversité,
Abscóndet me in abscóndito tabernáculi sui, * in petra exaltábit me. Il me cachera dans le secret de Sa tente, Il m'établira sur un rocher.
Et nunc exaltátur caput meum * super inimícos meos in circúitu meo. ma tête s'élèvera au-dessus des ennemis qui sont autour de moi.
Immolábo in tabernáculo eius hóstias vociferatiónis, * cantábo et psalmum dicam Dómino. J'offrirai dans Son tabernacle des sacrifices d'actions de grâces, je chanterai et je dirai des hymnes au Seigneur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Tríbuit Dóminus victóriam Christo suo.Ant. Le Seigneur a donné la victoire à Son Christ.
Ant. 2 Cantábimus et psallémus virtútes tuas.Ant. 2 Nous chanterons et psalmodierons Tes vertus.
Psalmus 26 (27) Psaume 26 (27)
Quidam surgentes falsum testimonium ferebant adversus Iesum (Mc 14, 57). Quelques uns se levant, portèrent contre lui un faux témoignage (Mc 14, 57).
II II
Exáudi, Dómine, vocem meam, qua clamávi, * miserére mei et exáudi me. Seigneur, écoute ma voix, je T'invoque; aie pitié de moi et exauce-moi !
De te dixit cor meum: «Exquírite fáciem meam!». * Fáciem tuam, Dómine, exquíram. Mon coeur dit de Ta part : Cherchez ma face !
Ne avértas fáciem tuam a me, * ne declínes in ira a servo tuo. Ne me cache pas Ta face, ne repousse pas avec colère Ton serviteur;
Adiútor meus es tu, ne me reícias * neque derelínquas me, Deus salútis meæ. Tu es mon secours, ne me délaisse pas, et ne m'abandonne pas, Dieu de mon salut !
Quóniam pater meus et mater mea dereliquérunt me, * Dóminus autem assúmpsit me. Car mon père et ma mère m'ont abandonné, mais le Seigneur me recueillera.
Osténde mihi, Dómine, viam tuam * et dírige me in sémitam rectam propter inimícos meos. Seigneur, enseigne-moi Ta voie ; dirige-moi dans un sentier uni, à cause de ceux qui m'épient.
Ne tradíderis me in ánimam tribulántium me; quóniam insurrexérunt in me testes iníqui * et qui violéntiam spirant. Ne me livre pas à la fureur de mes adversaires, car contre moi s'élèvent des témoins de mensonge, et des gens qui ne respirent que violence.
Credo vidére bona Dómini * in terra vivéntium. Ah ! si je ne croyais pas voir la bonté du Seigneur, dans la terre des vivants.
Exspécta Dóminum, viríliter age, * et confortétur cor tuum, et sústine Dóminum. Espère dans le Seigneur, aie courage et que ton coeur soit ferme, espère dans le Seigneur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Cantábimus et psallémus virtútes tuas.Ant. Nous chanterons et psalmodierons Tes vertus.
Ant. 3 Fecísti nos, Dómine, regnum et sacerdótes Deo nostro.Ant. 3 Le Seigneur nous a faits rois et prêtres de notre Dieu.
Canticum (Cf. Col 1, 12-20) NT6 Cantique (Cf. Col 1, 12-20) NT6
Christus primogenitus omnis creaturæ et primogenitus ex mortuis Le Christ, premier-né de toutes créatures, premier-né d'entre les morts
Grátias agámus Deo Patri, * qui idóneos nos fecit in partem sortis sanctórum in lúmine; Rendons grâce à Dieu le Père, Lui qui nous a donné d'avoir part à l'héritage des saints, dans la lumière;
qui erípuit nos de potestáte tenebrárum * et tránstulit in regnum Fílii dilectiónis suæ, nous arrachant à la puissance des ténèbres, Il nous a placés dans le Royaume de Son Fils bien-aimé,
in quo habémus redemptiónem, * remissiónem peccatórum; en Lui nous avons le rachat, le pardon des péchés;
qui est imágo Dei invisíbilis, * primogénitus omnis creatúræ, Il est l'image du Dieu invisible, le premier-né, avant toute créature.
quia in ipso cóndita sunt univérsa † in cælis et in terra, * visibília et invisibília, en Lui, tout fut créé, dans le ciel et sur la terre, les êtres visibles et invisibles,
sive throni sive dominatiónes * sive principátus sive potestátes. puissances, principautés, souverainetés, dominations, tout est créé par Lui et pour Lui.
Omnia per ipsum et in ipsum creáta sunt, † et ipse est ante ómnia, * et ómnia in ipso constant. Il est avant toute chose, et tout subsiste en Lui.
Et ipse est caput córporis Ecclésiæ; † qui est princípium, primogénitus ex mórtuis, * ut sit in ómnibus ipse primátum tenens, Il est aussi la tête du corps, la tête de l'Église: c'est Lui le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin qu'il ait en tout la primauté,
quia in ipso complácuit omnem plenitúdinem habitáre * et per eum reconciliáre ómnia in ipsum, car Dieu a jugé bon qu'habite en Lui toute plénitude et que tout, par le Christ, Lui soit enfin réconcilié,
pacíficans per sánguinem crucis eius, * sive quæ in terris sive quæ in cælis sunt. faisant la paix par le sang de Sa Croix, la paix pour tous les êtres sur la terre et dans le ciel.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Fecísti nos, Dómine, regnum et sacerdótes Deo nostro.Ant. Le Seigneur nous a faits rois et prêtres de notre Dieu.
Lectio brevis (Cf 1 Cor 1, 7b-9) Lecture brève (Cf 1 Cor 1, 7b-9)
Exspectámus revelatiónem Dómini nostri Iesu Christi, qui confirmábit vos usque ad finem sine crímine in die Dómini nostri Iesu Christi. Fidélis Deus per quem vocáti estis in communiónem Fílii eius. Nous attendons avec confiance la révélation de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui vous affermira aussi jusqu'à la fin, pour que vous soyez irréprochables, au jour de Notre- Seigneur Jésus-Christ.  Il est fidèle, le Dieu qui vous a appelés à la communion de Son Fils Jésus-Christ, Notre-Seigneur.
 Responsorium breve Répons bref 
℟. Veni ad liberándum nos,* Dómine Deus virtútum. Veni.
℣. Osténde fáciem tuam, et salvi érimus.* Dómine Deus virtútum. Glória Patri. Veni.
℟. Viens nous libérer,* Seigneur, Dieu de force. Viens.
℣. Montre-nous Ta face, et nous serons sauvés.* Seigneur, Dieu de force. Gloire au Père. Viens.
Ant. Quǽrite Dóminum, dum inveníri potest: invocáte eum, dum prope est, allelúia.Ant. Cherchez le Seigneur, lorsqu'Il peut Se trouver : invoquez Le, lorsqu'Il est proche, alléluia.
Canticum Evangelicum (Lc 1, 46-55) Cantique évangélique (Lc 1,46-55)
Exultatio animæ in Domino Exultation de l'âme dans le Seigneur
Magníficat * ánima mea Dóminum, Mon âme glorifie le Seigneur,
et exsultávit spíritus meus * in Deo salvatóre meo, et mon esprit a tressailli d'allégresse en Dieu mon Sauveur,
quia respéxit humilitátem ancíllæ suæ.* Ecce enim ex hoc beátam me dicent omnes generationes, parce qu'Il a pris en considération l'humilité de Sa servante. Car voici que, désormais, toutes les générations me diront bienheureuse,
quia fecit mihi magna, qui potens est, * et sanctum nomen eius, parce que Celui qui est puissant a fait en moi de grandes choses, et Son nom est saint;
et misericórdia eius in progénies et progénies* timéntibus eum. et Sa miséricorde se répand d'âge en âge sur ceux qui Le craignent.
Fecit poténtiam in bráchio suo, * dispérsit supérbos mente cordis sui; Il a déployé la force de Son bras, Il a dispersé ceux qui s'enorgueillissaient dans les pensées de leur cœur.
depósuit poténtes de sede * et exaltávit húmiles; Il a renversé les puissants de leur trône, et Il a élevé les humbles.
esuriéntes implévit bonis * et dívites dimísit inánes. Il a rempli de biens les affamés, et Il a renvoyé les riches les mains vides.
Suscépit Israel púerum suum,* recordátus misericórdiæ, Il a relevé Israël, Son serviteur, Se souvenant de Sa miséricorde:
sicut locútus est ad patres nostros,* Abraham et sémini eius in sæcula. selon ce qu'Il avait dit à nos pères, à Abraham et à sa race pour toujours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Quǽrite Dóminum, dum inveníri potest: invocáte eum, dum prope est, allelúia.Ant. Cherchez le Seigneur, lorsqu'Il peut Se trouver : invoquez Le, lorsqu'Il est proche, alléluia.
PrecesPrières litaniques
Grátias agámus Christo eúmque semper laudémus, quia non dedignátur fratres vocáre quos sanctíficat. Ideo ei supplicémus: Rendons grâces au Christ, et proclamons toujours Sa louange, Lui qui n'a pas dédaigné d'appeler frères ceux qu'Il sanctifie, et supplions-Le :
Sanctífica fratres tuos, Dómine. Seigneur, sanctifie Tes frères.
Fac ut huius diéi inítia in honórem resurrectiónis tuæ puris tibi córdibus consecrémus, Fais qu'en ce début de journée, nous nous consacrions d'un cœur pur en l'honneur de Ta résurrection,
 et diem totum tibi gratum sanctificatiónis opéribus faciámus.  et que tout le jour Te soit agréable par les œuvres de sanctification que nous ferons.
Qui diem, amóris tui signum, ad salútem et lætítiam nobis renovásti, Toi qui as renouvelé ce jour, signe de Ton amour, pour notre salut et notre joie,
 rénova nos cotídie ad glóriam tuam.  renouvelle-nous quotidiennement pour Ta gloire.
Doce nos hódie te in ómnibus præséntem agnóscere, Apprends-nous aujourd'hui à reconnaître Ta présence en tout,
 teque in mæréntibus præsértim et paupéribus inveníre.  et à Te trouver dans ceux qui méritent la consolation et les pauvres.
Da nos hódie cum ómnibus pacem habére, Donne-nous aujourd'hui d'être en paix avec tous,
némini vero malum réddere pro malo. et de ne rendre à personne le mal pour le mal.
Pater nosterNotre père
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum; qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra. que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra, et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem; et ne nous abandonne pas dans l'épreuve ;
sed líbera nos a malo. mais libère nous du malin.
Propitiáre, Dómine Deus, supplicatiónibus nostris, et tribulántibus, quæsumus, tuæ concéde pietátis auxílium, ut, de Fílii tui veniéntis præséntia consoláti, nullis iam polluámur contágiis vetustátis. Per Dóminum. Sois favorable à nos supplications, Seigneur notre Dieu, et dans l'épreuve, accorde-nous l'aide de Ta bonté, afin que, consolés par la présence de Ton Fils qui vient, nous ne soyons plus souillés par les atteintes des péchés d'autrefois.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo. ℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus. Que le Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen. ℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
℣. Ite in pace. ℣. Allez en paix.
℟. Deo grátias. ℟. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Complies du mercredi 4 décembre 2019

Hebdomada I Adventus Ière semaine de l'Avent
Feria IV Mercredi
Ad Completorium
Aux Complies
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Conscientia discussio, quam sequi potest actus poenitentialis ut in Missa. Examen de conscience, qui peut être suivi d'un acte de pénitence comme à la Messe.
Confíteor Deo omnipoténti et vobis, fratres, quia peccávi nimis cogitatióne, verbo, ópere et omissióne: Je confesse à Dieu tout puissant, et à vous, frères, que j'ai vraiment péché, en pensée, en parole, par action et par omission:
et, percutientes sibi pectus, dicunt: Et on se frappe la poitrine, en disant :
mea culpa, mea culpa, mea máxima culpa. c'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute.
Deinde prosequuntur: Ensuite on poursuit:
Ideo precor beátam Maríam semper Vírginem, omnes Angelos et Sanctos, et vos, fratres, oráre pro me ad Dóminum Deum nostrum. C'est pourquoi je supplie la bienheureuse Marie toujours Vierge, tous les Anges et les Saints, et vous, frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.
℣. Misereátur nostri omnípotens Deus et, dimissís peccátis nostris, perdúcat nos ad vitam aetérnam. ℟. Amen. ℣. Que le Dieu tout puissant aie pitié de nous, et nous ayant remis nos péchés, qu'Il nous conduise à la vie éternelle. ℟. Amen.
Hymnus Hymne
Te lucis ante términum, Avant que le jour ne s'éteigne,
rerum creátor, póscimus, nous Te prions, Créateur de toute chose,
ut sólita cleméntia dans Ta bonté de toujours,
sis præsul ad custódiam. veille sur nous, garde-nous.
Te corda nostra sómnient, Que nos cœurs rêvent de Toi,
te per sopórem séntiant, qu'ils songent à Toi pendant le sommeil,
tuámque semper glóriam qu'ils chantent encore Ta gloire
vicína luce cóncinant. à l'approche de la lumière.
Vitam salúbrem tríbue, Accorde-nous une vie saine,
nostrum calórem réfice réchauffe-nous intérieurement,
tætram noctis calíginem que Ta clarté illumine
tua collústret cláritas. les tristes ténèbres de la nuit.
Præsta, Pater omnípotens, Exauce-nous, Père tout-puissant,
per Iesum Christum Dóminum, par Jésus-Christ le Seigneur,
qui tecum in perpétuum qui avec Toi et le Saint-Esprit
regnat cum Sancto Spíritu. Amen. règne éternellement. Amen.
Ant. 1 Esto mihi in Deum protectórem et in domum refúgii.Ant. 1 Sois-moi un Dieu protecteur et une maison de refuge afin que Tu me sauves.
Psalmus 30 Psaume 30
Afflicti supplicatio cum fiducia Supplication confiante de l'affligé.
Pater, in manus tuas commendo spiritum meum (Lc 23,46) Père, entre Tes mains Je remets Mon esprit (Lc 23,46)
In te, Dómine, sperávi, non confúndar in aetérnum; * in iustítia tua líbera me. J'ai espéré en Toi, Seigneur; que je ne sois jamais confondu; dans Ta justice délivre-moi.
Inclína ad me aurem tuam, * accélera, ut éruas me. Incline vers moi Ton oreille; hâte-Toi de me délivrer. Sois-moi un Dieu protecteur et une maison de refuge, * afin que Tu me sauves.
Esto mihi in rupem praesídii et in domum munítam, * ut salvum me fácias. Car Tu es ma force et mon refuge, et à cause de Ton Nom, Tu me conduiras et me nourriras.
Quóniam fortitúdo mea et refúgium meum es tu * et propter nomen tuum dedúces me et pasces me. Tu me tireras de ce piège qu'ils ont caché contre moi, car Tu es mon protecteur.
Edúces me de láqueo, quem abscondérunt mihi, * quóniam tu es fortitúdo mea. Je remets mon âme entre Tes mains; Tu m'as racheté, Seigneur, Dieu de vérité.
In manus tuas comméndo spíritum meum; * redemísti me, Dómine, Deus veritátis. Tu haïs ceux qui s'attachent sans aucun fruit à des choses vaines.
Odísti observántes vanitátes supervácuas, * ego autem in Dómino sperávi. Pour moi, j'ai mis mon espérance dans le Seigneur. Je tressaillirai de joie et d'allégresse dans Ta miséricorde.
Exsultábo et laetábor in misericórdia tua, * quóniam respexísti humilitátem meam; Car Tu as regardé mon état humilié; Tu as sauvé mon âme des angoisses.
agnovísti necessitátes ánimae meae nec conclusísti me in mánibus inimíci; * statuísti in loco spatióso pedes meos. Et Tu ne m'as pas livré aux mains de l'ennemi; Tu as mis mes pieds au large.
Miserére mei, Dómine, quóniam tríbulor; conturbátus est in maeróre óculus meus, * ánima mea et venter meus. Aie pitié de moi, Seigneur, car je suis très affligé; mon oeil, mon âme et mes entrailles sont troublés par la colère.
Quóniam defécit in dolóre vita mea, * et anni mei in gemítibus; Car ma vie se consume dans la douleur, et mes années dans les gémissements.
infirmáta est in paupertáte virtus mea, * et ossa mea contabuérunt. Ma force s'est affaiblie par la pauvreté, et mes os sont ébranlés.
Apud omnes inimícos meos factus sum oppróbrium et vicínis meis valde et timor notis meis: * qui vidébant me foras, fugiébant a me. Plus que tous mes ennemis, je suis devenu un objet d'opprobre, surtout à mes voisins, et l'effroi de ceux qui me connaissent.
Oblivióni a corde datus sum tamquam mórtuus; * factus sum tamquam vas pérditum. Ceux qui me voyaient dehors fuyaient loin de moi. J'ai été oublié des coeurs, comme un mort.
Quóniam audívi vituperatiónem multórum: * horror in circúitu; J'ai été comme un vase brisé; car j'ai entendu les propos injurieux de ceux qui demeurent alentour.
in eo dum convenírent simul advérsum me, * auférre ánimam meam consiliáti sunt. Quand ils se réunissaient ensemble contre moi, ils ont tenu conseil pour m'ôter la vie.
Ego autem in te sperávi, Dómine; dixi: “Deus meus es tu, * in mánibus tuis sortes meae.” Mais j'ai espéré en Toi, Seigneur. J'ai dit: Tu es mon Dieu;
Éripe me de manu inimicórum meórum * et a persequéntibus me; mes destinées sont entre Tes mains. Arrache-moi de la main de mes ennemis et de mes persécuteurs.
illústra fáciem tuam super servum tuum, * salvum me fac in misericórdia tua. Fais luire Ton visage sur Ton serviteur; sauve-moi par Ta miséricorde.
Dómine, non confúndar, quóniam invocávi te; * erubéscant ímpii et obmutéscant in inférno. Seigneur, que je ne sois pas confondu, car je T'ai invoqué. Que les impies rougissent, et qu'ils soient conduits dans l'enfer;
Muta fiant lábia dolósa, quae loquúntur advérsus iústum protérva * in supérbia et in abusióne. que les lèvres trompeuses deviennent muettes, elles qui profèrent l'iniquité contre le juste, * avec orgueil et insolence.
Quam magna multitúdo dulcédinis tuae, Dómine, * quam abscondísti timéntibus te. Qu'elle est grande, Seigneur, l'abondance de Ta douceur, que Tu as mise en réserve pour ceux qui Te craignent!
Perfecísti eis, qui sperant in te, * in conspéctu filiórum hóminum. Tu l'exerces envers ceux qui espèrent en Toi, à la vue des enfants des hommes.
Abscóndes eos in abscóndito faciéi tuae * a conturbatióne hóminum; Tu les cacheras dans le secret de Ta face, à l'abri du tumulte des hommes.
próteges eos in tabernáculo * a contradictióne linguárum. Tu les protégeras dans Ton tabernacle contre les langues qui les attaquent.
Benedíctus Dóminus, * quóniam mirificávit misericórdiam suam mihi in civitáte muníta. Béni soit le Seigneur, car Il a signalé envers moi Sa miséricorde dans une ville fortifiée.
Ego autem dixi in trepidatióne mea: * “Praecísus sum a conspéctu oculórum tuórum.” Pour moi j'ai dit dans le transport de mon esprit: J'ai été rejeté de devant Tes yeux.
Verúmtamen exaudísti vocem oratiónis meae, * dum clamárem ad te. C'est pour cela que Tu as exaucé la voix de ma prière, lorsque je criais vers Toi.
Dilígite Dóminum, omnes sancti eíus: fidéles consérvat Dóminus * et retríbuit abundánter faciéntibus supérbiam. Aimez le Seigneur, vous tous Ses saints; car le Seigneur recherchera la vérité, et Il châtiera largement ceux qui se livrent à l'orgueil.
Viríliter ágite, et confortétur cor vestrum, * omnes, qui sperátis in Dómino. Agissez avec courage, et que votre coeur s'affermisse, vous tous qui espérez au Seigneur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Esto mihi in Deum protectórem et in domum refúgii.Ant. Sois-moi un Dieu protecteur et une maison de refuge afin que Tu me sauves.
Ant. 2 De profúndis clamávi ad te, Dómine.Ant. 2 Des profondeurs, j'ai crié vers Toi, Seigneur.
Psalmus 129 (130) Psaume 129 (130)
De profundis clamavi Du fond des abîmes, je crie
Ipse salvum faciet populum suum a peccatis eorum (Mt 1, 21). Voici qu'Il libérera Son peuple de ses péchés (Mt 1,21)
De profúndis clamávi ad te, Dómine; * Dómine, exáudi vocem meam. Du fond des abîmes je crie vers Toi, Seigneur; . Seigneur, exauce ma voix.
Fiant aures tuæ intendéntes * in vocem deprecatiónis meæ. Que Tes oreilles soient attentives à la voix de ma supplication.
Si iniquitátes observáveris, Dómine, * Dómine, quis sustinébit? Si Tu examines nos iniquités, Seigneur, Seigneur, qui subsistera devant Toi ?
Quia apud te propitiátio est, * ut timeámus te. Mais auprès de Toi est la miséricorde, et à cause de Ta loi j'ai espéré en Toi.
Sustínui te, Dómine, * sustínuit ánima mea in verbo eius; Mon âme s'est soutenue par Sa parole;
sperávit ánima mea in Dómino * magis quam custódes auróram. Mon âme a espéré au Seigneur. Depuis la veille du matin
Magis quam custódes auróram * speret Israel in Dómino, jusqu'à la nuit, qu'Israël espère au Seigneur;
quia apud Dóminum misericórdia, * et copiósa apud eum redémptio. car auprès du Seigneur est la miséricorde, et on trouve en Lui une rédemption abondante.
Et ipse rédimet Israel * ex ómnibus iniquitátibus eíus. Il rachètera Lui-même Israël de toutes ses iniquités.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. De profúndis clamávi ad te, Dómine.Ant. Des profondeurs, j'ai crié vers Toi, Seigneur.
Lectio brevis (Eph 4, 26-27) Lecture brève (Eph 4, 26-27)
Nolíte peccáre; sol non óccidat super iracúndiam vestram, et nolíte locum dare Diábolo. Ne péchez point ; que le soleil ne se couche point sur votre colère, et ne donnez pas accès au Diable.
℟. In manus tuas, Dómine, * Comméndo spíritum meum. In manus. ℣. Redemísti nos, Dómine Deus veritátis. * Comméndo spíritum meum. Glória Patri. In manus. ℟. En Tes mains, Seigneur, * je remets mon esprit. En Tes mains. ℣. Tu nous as rachetés, Seigneur Dieu de vérité * Je remets mon esprit. Gloire au Père. En Tes mains.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. Allelúia.)Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. Alléluia.)
Canticum evangelicum Lc 2, 29-32 Cantique évangélique Lc 2,29-32
Christus lumen gentium et gloria Israël Le Christ est la lumière des nations et la gloire d'Israël
Nunc dimíttis servum tuum, Dómine, * secúndum verbum tuum in pace, Maintenant, Tu peux renvoyer Ton serviteur, Seigneur, selon Ta parole, en paix.
quia vidérunt óculi mei * salutáre tuum, Car mes yeux ont vu Ton salut,
quod parásti * ante fáciem ómnium populórum, Que Tu as préparé devant la face des peuples,
lumen ad revelatiónem géntium * et glóriam plebis tuæ Israël. lumière qui se révèle aux nations, et gloire de Ton peuple Israël.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. Allelúia.)Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. Alléluia.)
Orémus. Prions.
Dómine Iesu Christe, qui iugum suave te sequentibus onusque leve pérhibes mitis et humilis † dignare huius diei vota et opera nostra suscipere et quietem tribuere * qua tuo nos facias servitio promptiores. Qui vivis et regnas in sæcula sæculórum.Seigneur Jésus-Christ, dont le joug est suave et le fardeau doux pour ceux qui, doux et humbes, Te suivent, daigne en ce jour accueillir nos oeuvres et voeux et accorde-nous le repos qui nous rendra prompts à Te servir.Qui vivis et regnas in sæcula sæculórum.
Deinde dicitur, etiam a solo, benedictio: Ensuite on dit, même seul, la bénédiction :
Noctem quiétam et finem perféctum concédat nobis Dóminus omnípotens. ℟. Amen. Que le Seigneur tout puissant nous accorde une nuit paisible et une fin parfaite. ℟. Amen.
Antiphona finale ad Beatam Mariam Virginem Antienne finale à la Bienheureuse Vierge Marie
Alma Redemptóris Mater, quæ pérvia cæli porta manes, et stella maris, succúrre cadénti, Tendre mère du Rédempteur,
qui demeurez la porte ouverte du Ciel,
et l’étoile de la mer, portez secours au peuple qui succombe
súrgere qui curat, pópulo; tu, quæ genuísti, natúra miránte, tuum sanctum Genitórem, et cherche à se relever :
Vous qui avez engendré, à la surprise de la nature,
votre saint Créateur,
Virgo prius ac postérius, Gabriélis ab ore sumens illud Ave, peccatórum miserére. [étant] vierge avant et après [l’enfantement], et, de la bouche de Gabriel,
recevant cette salutation,
ayez pitié des pécheurs.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait du Compendium du catéchisme de l'Eglise catholique :
De quels moyens dispose-t-on pour aider à vivre la chasteté?
2340-2347
Les moyens à disposition sont nombreux : la grâce de Dieu, le secours des sacrements, la prière, la connaissance de soi, la pratique d’une ascèse adaptée aux diverses situations, l’exercice des vertus morales, en particulier de la vertu de tempérance, qui vise à faire en sorte que les passions soient guidées par la raison.
De quelle manière tous les baptisés sont-ils appelés à vivre la chasteté?
2348-23502394
Tous les baptisés, suivant le Christ modèle de chasteté, sont appelés à mener une vie chaste, selon leur état de vie : les uns, en vivant dans la virginité ou dans le célibat consacré, manière éminente de se consacrer plus facilement à Dieu d’un cœur sans partage; les autres, s’ils sont mariés, en pratiquant la chasteté conjugale; s’ils ne sont pas mariés, en vivant la chasteté dans la continence.
Quels sont les principaux péchés contre la chasteté?
2351-23592396
Sont des péchés gravement contraires à la chasteté, chacun selon la nature de son objet : l’adultère, la masturbation, la fornication, la
pornographie, la prostitution, le viol, les actes homosexuels. Ces péchés sont l’expression du vice de la luxure. Commis sur des mineurs, de tels actes sont un attentat encore plus grave contre leur intégrité physique et morale.
Pourquoi le sixième commandement, bien qu’il dise « Tu ne commettras pas d’adultère », interdit-il tous les péchés contre la chasteté?
2336
Bien que dans le texte biblique du Décalogue on lise « Tu ne commettras pas d’adultère » (Ex, 20,14), la Tradition de l’Église suit
intégralement les enseignements moraux de l’Ancien et du Nouveau Testament, et considère le sixième commandement comme englobant tous les péchés contre la chasteté.
Quel est le devoir des autorités civiles en ce qui concerne la chasteté?
2354
Parce qu’elles sont tenues de promouvoir le respect de la dignité de la personne, les autorités civiles doivent contribuer à créer un climat favorable à la chasteté, même en empêchant, par des lois appropriées, la diffusion de certaines des graves offenses à la chasteté précédemment évoquées, surtout en vue de protéger les mineurs et les personnes les plus fragiles.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait quotidien de la Règle de Notre Bienheureux Père Saint Benoît, et son commentaire par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes :
Caput 53 - DE HOSPITIBUS SUSCIPIENDIS (a) 53 - LA RÉCEPTION DES HÔTES (a)
Omnes supervenientes hospites tamquam Christus suscipiantur, quia ipse dicturus est : Hospis fui et suscepistis me; et omnibus congruus honor exhibeatur, maxime domesticis fidei et peregrinis. Ut ergo nuntiatus fuerit hospis, occurratur ei a priore vel a fratribus cum omni officio caritatis, et primitus orent pariter, et sic sibi socientur in pace. Quod pacis osculum non prius offeratur nisi oratione præmissa, propter illusiones diabolicas. In ipsa autem salutatione omnis exhibeatur humilitas omnibus venientibus sive discedentibus hospitibus : inclinato capite vel prostrato omni corpore in terra, Christus in eis adoretur qui et suscipitur. Suscepti autem hospites ducantur ad orationem et postea sedeat cum eis prior aut cui iusserit ipse. Legatur coram hospite lex divina ut ædificetur, et post hæc omnis ei exhibeatur humanitas. Ieiunium a priore frangatur propter hospitem, nisi forte præcipuus sit dies ieiunii qui non possit violari; fratres autem consuetudines ieiuniorum prosequantur. Aquam in manibus abbas hospitibus det; pedes hospitibus omnibus tam abbas quam cuncta congregatio lavet; quibus lotis, hunc versum dicant : Suscepimus, Deus, misericordiam tuam in medio templi tui. Pauperum et peregrinorum maxime susceptioni cura sollicite exhibeatur, quia in ipsis magis Christus suscipitur; nam divitum terror ipse sibi exigit honorem. TOUS LES HÔTES qui se présentent seront reçus comme le Christ, car lui-même dira : « J’ai été votre hôte, et vous m’avez reçu » ; et à tous on rendra les égards qui s’imposent, surtout aux proches dans la foi et aux pèlerins. Lors donc qu’un hôte aura été annoncé, le supérieur et les frères iront au devant de lui avec tout le dévouement de la charité. Ils commenceront par prier ensemble et ensuite ils se donneront le baiser de paix. Ce baiser de paix ne s’échangera qu’après une prière préalable, à cause des ruses du diable. Dans la salutation elle-même, on témoignera la plus grande humilité à tous les hôtes qui arrivent ou qui s’en vont : la tête inclinée ou le corps prosterné à terre, on adorera en eux le Christ lui-même qu’on reçoit. Une fois accueillis, les hôtes seront conduits à la prière, puis le supérieur, ou celui qu’il en aura chargé, s’assiéra avec eux. On lira devant l’hôte la loi divine pour son édification, et après cela on lui offrira tout ce dont il a besoin. Le jeûne sera rompu par le supérieur à cause de l’hôte, sauf si c’est un jour de jeûne important qu’on ne peut enfreindre ; les frères, eux, garderont les jeûnes accoutumés. L’abbé versera l’eau sur les mains des hôtes, et, avec la communauté entière, il lavera les pieds à tous les hôtes. Après les avoir lavés, on dira le verset : « Nous avons reçu, ô Dieu, ta miséricorde au milieu de ton temple. » C’est surtout en accueillant les pauvres et les pèlerins qu’on montrera un soin particulier, parce qu’en eux on reçoit davantage le Christ ; pour les riches, en effet, la crainte qu’ils inspirent porte d’elle-même à les honorer.
Nous pouvons ramener à quatre chefs les déterminations régulières que contient ce long chapitre. Saint Benoît présente d’abord les bénéficiaires de l’hospitalité monastique. Il décrit ensuite le cérémonial usité pour la réception d’un hôte. Puis il prévoit certains détails de l’organisation claustrale qui intéressent l’hospitalité. Et il veille, en terminant, à ce que le recueillement du monastère ne soit jamais déconcerté par la présence des hôtes.
Saint Benoît commence par une parole de large accueillante et par l’indication du motif premier de l’hospitalité. C’est uni motif de foi et de charité : les hôtes seront reçus comme le Seigneur lui-même, afin qu’il puisse nous dire au jour dit jugement : “ J’ai été un hôte et vous m’avez reçu ” (MATTH., XXV, 35) . Ce n’est donc pas seulement un acte de philanthropie ou de courtoisie mondaine, ni le souci de la popularité ou de l’influence ; c’est la conviction que nous recevons le Christ dans la personne des hôtes ; c’est le motif d’honorer le Seigneur partout où il se cache ; c’est la certitude qu’il nous dira merci dans l’éternité. Et s’il est une chose remarquable dans le passage évangélique auquel N. B. Père a emprunté le texte qu’il allègue, c’est que la matière du jugement porté par le Seigneur ne concerne que la charité, et la charité se traduisant par les soins accordés aux hôtes et aux souffrants.
Avant même de devenir surnaturelle, l’hospitalité est œuvre profondément humaine . L’Oriental surtout y est fidèle, depuis la plus lointaine antiquité ; l’Arabe retrouve une conscience délicate lorsqu’il s’agit des hôtes introduits sous sa tente. Dans l’Ancien Testament, les Patriarches sont de grands hospitaliers. Et l’Église a recueilli avec un soin infini la loi du Seigneur sur l’hospitalité. L’apôtre saint Paul la rappelle souvent : Hospitalitatem nolite oblivisci : per hanc enim latuerunt quidam, angelis hospitio receptis (HEBR., XIII, 2). L’évêque doit être hospitalis (I Tim., III, 2) de même la veuve chrétienne (ibid., V, 10). Les plus anciens monuments de la littérature chrétienne régissent. l’hospitalité et déterminent les mesures de prudence dont elle devait s’entourer dans un monde païen . Les saints Pères la célèbrent et la pratiquent : qui ne connaît, par exemple, l’histoire de saint Grégoire et de son treizième pauvre ? Quant à l’ordre monastique, il se fait une gloire de garder, et presque lui seul, les traditions de l’hospitalité. Avant comme après N. B. Père, nous la trouvons ses doute exercée dans toutes les familles religieuses, mais le saint Patriarche en a tracé le code complet. Pour mieux comprendre son à-propos, rappelons-nous qu’au sixième siècle les hôtelleries étaient rares ; souvent même les chemins n’existaient pas ; et on peut lire dans les Dialogues de saint Grégoire les mésaventures auxquelles était exposé un voyageur surpris par la nuit Les monastères étaient précisément construits dans la solitude : il fallait bien s’y réfugier.
On recevra tous arrivant, dit la Règle. En principe, personne ne doit être exclu, puisque le motif de l’hospitalité, que rappellera tout aussitôt saint Benoît, vaut pour tous, puisqu’il y a du Seigneur dans toutes les âmes, puisque toutes sont aimées de lui. Néanmoins, et encore que la Règle ne le marque point explicitement, il est des réserves qui s’imposent. D’abord, tout ce que dit N. B. Père de la réception des hôtes dans le monastère exclut de sa pensée l’idée d’hospitalier les femmes. Pourtant il y eut des monastères, Cluny par exemple, qui installèrent hors du cloître des hospices où l’on recevait les femmes et les enfants en bas âge . Il fallait écarter aussi les malfaiteurs de profession et les gens notoirement dangereux. De même, les ennemis de l’Église et les hérétiques dénoncés ne pouvaient partager le pain des moines ; et n’est-ce pas à des catholiques seuls que s’applique tout le cérémonial de l’hospitalité ? En dépit de toutes les précautions, on peut introduire chez soi par surprise des personnages peu délicats. Aussi la Règle du Maître prescrit-elle que deux frères couchent dans le logis des hôtes et ferment bien la porte, afin que nul ne s’échappe nuitamment et n’emporte la literie ou d’autres objets ! Il est permis d’être même un peu plus regardant, aujourd’hui. Nous devons, pour accueillir les hôte. inconnus, songer non seulement à la charité individuelle, mais encore à la sécurité conventuelle. Et maintenant que les auberges et les hôtels ne manquent pas, il n’y a nulle cruauté à fermer sa porte aux gels douteux.
Remarquons-le, d’ailleurs : il est des institutions charitables qui ont l’hospitalité pour but exclusif ou partiel ; elles portent le nom que leur vaut leur office : on les appelle des établissements hospitaliers. Il en est. d’autres qui sont hospitalières, non plus par définition, mais par extension. Et c’est notre cas : l’hospitalité ne fait point partie essentielle de la vie bénédictine, mais seulement partie intégrante ; partie intégrante, susceptible par conséquent d’être étendue ou réduite d’après les besoins et les temps, d’être adaptée aux circonstances, proportionnée aux ressources, calculée selon les règles de la prudence, subordonnée enfin aux lois les plus hautes de la vie monastique.
Omnes supervenientes. Les hôtes peuvent arriver à toute heure et même sans être annoncés, ce qui’ au temps de saint Benoît, eût été souvent difficile : incertis horis supervenientes hospites. Depuis cette aimable création de Louis XI qui s’appelle la poste, il est plus naturel et plus sûr, afin de ne provoquer aucun étonnement et aucun désordre, d’avertir par un mot.. Pourtant il ne faudrait pas se montrer trop intransigeant sur ce point, et l’hospitalité monastique doit être prête à tout, même aux surprises.
Et omnibus... Ce n’est pas un homme que le moine reçoit dans la personne de l’étranger qui se .présente, disait saint Éphrem , mais Dieu lui-même : aussi ne faut-il faire aucune acception de personnes. Mais encore que la bienveillance et la disposition intérieure soient les mêmes pour tous, néanmoins l’expression extérieure de notre respect et de nos attentions doit être calculée selon la qualité des hôtes, et saint Benoît prescrit qu’on rende à tous l’honneur qui convient, congruus honor. Ce n’est que prudence et charité. Serait-ce traiter convenablement un particulier et le mettre à l’aise que de lui rendre les mêmes honneurs qu’à un prince ? Un laie s’attend-il à être accueilli comme un évêque ? Pauperi, sufficil panis grossus, olus et faba, dit Bernard du Cassin ; divito imero vero sufficit porcus, vel caro bovina, aut altilia delicata.
Il y a trois catégories d’hôtes pour lesquels N. B. Père réclame des soins spéciaux. D’abord les domestici fidei. Peut-être s’agit-il de nos frères dans la. foi, de ceux qui sont de la même maison, de la même famille surnaturelle, conformément aux paroles de l’Apôtre : “ Vous n’êtes plus des hôtes désormais ni des étrangers, mais vous êtes les citoyens du temple saint, et vous êtes de la famille de Dieu : cives sanctorum et domestici Dei ” (EPH., Il, 19). Operemur bonum ad omnes, maxime autem ad domesticos fidei (GAL., Vl, 10). On fera un accueil plus chaleureux j un chrétien qu’à un juif ou à un infidèle. Les domestici fideine seraient-ils pas plutôt les moines étrangers ou les clercs ? C’est pour ceux-là précisément que saint Pacôme recommandait d’avoir plus d’égards .
Peregrini. Les pèlerins appartiennent à Dieu à un titre tout particulier. Ils cherchent. Dieu : il faut les aider à le rencontrer ; là où ils s’arrêtent, il faut leur faire une petite patrie. Un peu plus loin, N. B. Père prescrira encore cette sollicitude extrême envers les pèlerins, et il demandera qu’on l’étende aux pauvres : Quia, in ipsis magis Christus suscipitur namdivitum terror ipse sibi exigit honorem. Il est superflu, dit finement saint Benoît, de réclamer pour les riches et les puissants des marque ; de respect et des égards qu’ils obtiendront sans peine. L’éclat imposant de leur personne et de leur équipage, l’honneur qu’ils procurent à ceux qu’ils visitent, l’espoir peut-être d’en obtenir quelque faveur tous ces sentiments nous aident à les bien accueillir. Mais avec les pauvres gens, il est difficile d’aller jusqu’à l’obséquiosité. Pourtant ils sont plus reconnaissants, parce qu’ils sont moins accoutumés aux attention. Et c’est en eux surtout qu’on reçoit le Christ ; ils sont les membres privilégiés de Notre Seigneur Jésus-Christ, de celui qui a vécu sur la terre comme un pèlerin, comme un pauvre, comme l’étranger toujours en quête d’un gîte : Vulpes foveas habent, et volucres caeli nidos ;.Filius autem hominis non habet ubi caput reclinet (MATTH., Vlll, 20). Notons que saint Benoît ne parle jamais d’étrangers, mais d’hôtes : c’est la formule chrétienne.
Pour décrire le cérémonial de la réception d’un hôte, saint Benoît prend celui-ci à la porte du monastère et l’accompagne tout le., cours de sa visite. - Les moines d’Orient avaient parfois l’habitude de se porter tous à la rencontre des hôtes . Matis il y a lieu pour les cénobites d’être un peu moins empressés que les solitaires de Nitrie et de Scété. Saint Pacôme et saint Basile veillent à ce que toute arrivée d’hôtes n’évoque point la communauté entière : et saint Benoît, bien lu, ne prescrit pas le contraire. A l’arrivée d’un hôte, la communauté pouvait être occupée à l’office divin, ou dispersée çà et là, s’employant aux travaux divers. De plus, on conçoit l’embarras qu’aurait pu causer à certains visiteurs une levée en masse de tout le convent. Surtout quel désordre dans le monastère que cette nécessité pour tous de se rendre à la porte pour chaque arrivant, et à toute heure ! Nous devons donc admettre que le cérémonial indiqué ici - et les coutumes monastiques l’ont interprété dans le même sens - était appliqué avec plus ou moins de solennité selon les circons¬tances de temps, de lieu et de personne. Sans doute, il arrivait souvent que le portier et l’hôtelier intervenaient seuls. D’autres fois, la réception était conventuelle, et on avertissait probablement les frères par un signal déterminé. Malgré son laconisme, la Règle distingue les cas où c’est le supérieur (prior) qui reçoit, et les cas où cet office revient “ aux frères ”, c’est-à-dire non-pas nécessairement à la communauté entière, mais aux frères chargés des hôtes, ou bien aux doyens, ou bien à ceux qui se trouvent libres.
Avant toute chose, on priera ensemble, et dans l’oratoire, comme le spécifiera bientôt saint Benoît. Les premiers chrétiens n’accueillaient personne qu’à coup sûr. Le fidèle d’un diocèse n’était admis à la communion d’une autre église que moyennant des lettres de recommandation (litterae commendatitiae, litterae formatae) . Le “ Symbole ” eut primitivement cette fonction de discerner les catholiques de ceux qui ne l’étaient pas : c’était le mot de passe. A l’époque arienne, les catholiques se distinguaient des hérétiques par une cédule qui portait les initiales . grecques du Père du Fils et du Saint-Esprit : Il. T. A. Il. La même pensée a pu incliner saint Benoît à faire de la prière commune le prélude de toute réception : dès lors que l’hôte y consent, c’est donc qu’il est en paix avec l’Église. On n’entre ainsi en communion avec un visiteur qu’après s’être assuré qu’il est lui-même en communion avec Dieu.
Mais N. B. Père, insistant pour que cette prière se fasse tout d’abord,,, suggère un autre motif : propter illusiones diabolicas. Les Pères d’Orient, dont s’inspire immédiatement la Règle, sont plus explicites. Il arrivait parfois que le diable prenait forme humaine pour s’introduire dans les monastères et molester les religieux : la prière préalable était le moyen le plus efficace pour neutraliser toute influence diabolique. Il était de règle, dit Rufin, que la prière précédât toujours la salutation . D’ailleurs se prémunir contre un contact avec les hérétiques ou avec d’autres pervers, c’est encore déjouer les “illusions diaboliques ” ; il est trop certain que des êtres corrompus et viciés portent avec eux, en même temps que leurs habitudes et leurs souillures, une atmosphère malsaine.
Après la prière, le baiser de paix. C’est le rite antique de salut entre chrétiens : Salutate invicem in osculo sancto, disait l’Apôtre. Rufin mentionne encore le baiser fraternel des moines et de leurs hôtes.
In ipsa autem salutatione omnis exhibeatur humilitas. Omnibus venientibus sive discedentibus hospi tibus, inclinato capite, vel prostrato omni corpore in terra, Christus in eis adoretur, qui et suscipitur Dans la salutation elle-même, on témoignera la plus grande humilité à tous les hôtes qui arrivent ou qui s’en vont : la tête inclinée ou le corps prosterné à terre, on adorera en eux le. Christ lui-même qu’on reçoit.


Nous pourrions voir dans cette phrase une sorte de parenthèse, déterminant la physionomie générale de l’accueil fait aux hôtes et comme l’accent des salutations qu’on leur adresse. Déjà N. B. Père a prescrit d’aller vers eux en tout empressement, “ avec tous les bons offices qu’inspire la charité ” ; il nous dit maintenant de les saluer“ en toute humilité ” ; bientôt nous serons invités à les traiter “ en toute humanité ”. Ce n’est point de politesse mondaine qu’il est question : il s’agit de courtoisie et d’humilité surnaturelles. Nous savons que l’humilité monastique se manifeste dans la soumission à Dieu et à toute créature pour l’amour de Dieu : et puisque c’est uniquement le Christ que nous reconnaissons dans les hôtes, nous ne rougirons pas de le vénérer profondément en eux. Devant tous ceux qui arrivent ou qui partent, on fera l’inclination ou la prostration, probablement selon la dignité de l’hôte . Nous avons dû abandonner l’usage de la prostration.
Suscepti auteur hospites ducantur ad orationem et postea sedeat cum eis prior, sut cui jusserit ipse gatur coram bospite lex divina, ut aedificetur, et post haec omnis ei exhibeatur humanitas
Une fois accueillis, les hôtes seront conduits à la prière, puis le supérieur,. Le ou celui qu’il en aura chargé, s’assiéra avec eux. On lira devant l’hôte la loi divine pour son édification, et après cela on lui offrira tout ce dont il a besoin.


La parenthèse fermée, saint Benoît reprend la description du cérémonial de l’hospitalité. L’hôte accueilli dans le monastère sera donc conduit tout d’abord à l’oratoire, comme il a été dit précédemment, puis salué et embrassé. Les frères, qui peut-être s’étaient réunis pour le recevoir, retournent à leur travail ; et pour demeurer auprès de lui, pour l’accompagner, il restera l’Abbé ou celui que l’Abbé aura désigné.
L’intention de saint Benoît est qu’on lise immédiatement aux hôtes, selon la coutume des anciens Pères, “ la loi divine ” c’est-à-dire un passage de la sainte Écriture ou des écrivains catholiques, quelque chose de ce qui est pour le moine lui-même matière de lecture spirituelle, lectionis
divinae : on traite vraiment l’hôte comme quelqu’un de la famille. Cette lecture l’édifie et le prépare à bénéficier de son séjour dans la maison de Dieu. On a conservé au Mont Cassin un recueil de petites exhortations à l’usage des hôtes : elles sont extraites de saint Grégoire. Tandis que l’âme
reçoit la nourriture spirituelle, le repas matériel s’apprête à la cuisine. Mais les mœurs ont changé. Peut-être les voyageurs se sont-ils plaints qu’on les fît attendre trop longtemps le dîner et le repos... Toujours est-il que la coutume s’est introduite de ne leur lire la loi divine qu’au réfectoire. Après la lecture, poursuit N. B. Père, qu’on traite l’hôte avec toute “ l’humanité ” possible, qu’on lui procure tous les soulagements dont il a besoin. Saint Benoît prend ici le mot humanitas dans le sens de soins et secours affectueux, comme l’ont fait Rufin et Cassien , à qui cette expression est empruntée. Et la Règle indique toute une série d’attentions délicates, elle décrit la petite fête qu’on fera pour l’hôte .

Jejunium a priore frangatur propter hospitem ; nisi forte praeci puus sit ille dies jejunii qui non possit violari. Fratres auteur consuetudines jejuniorum prosequantur
Le jeûne sera rompu par le supérieur à cause de l’hôte, sauf si c’est un jour de jeûne important qu’on ne peut enfreindre ; les frères, eux. garderont. les jeûnes accoutumés.


La plupart des hôtes étaient chrétiens : ils savaient ce que c’est qu’un jeûne ecclésiastique ; ni eux ni l’Abbé ne pouvaient s’en dispenser. Mais le supérieur pouvait enfreindre le jeûne régulier, moins sévère- La charité vaut mieux que le jeûne. Et peut-être l’hôte aurait-il mis un peu de timidité à user de la table monastique, si son commensal n’avait consenti à prendre que peu de chose . Au reste, saint Benoît note que l’exception du jeûne régulier ne concerne que les hôtes et le supérieur, et encore, selon le chapitre LVl ceux des religieux qui l’assisteront à cette table ou qui l’y remplaceront. Les autres frères demeureront fidèles aux coutumes qui régissent le jeûne, de telle sorte qu’à l’occasion des hôtes le relâchement ne s’introduise jamais dans le monastère. Du reste, nous verrons bientôt comment l’organisation intérieure du service de l’hospitalité permettait de concilier la charité et l’observance.
Dans la formule omnis humanitas, certains commentateurs, par exemple Bernard du Cassin et Jean de Torquemada, ont cru reconnaître la permission de servir de la viande aux hôtes. Mais la pratique contraire était presque partout en vigueur, et les Cisterciens s’y tiennent habituellement. On ne vient pas dans un monastère pour y trouver bonne chère ; un repas somptueux scandaliserait plutôt. les hôtes . Néanmoins, sans blesser les lois de la pauvreté et de la frugalité monastiques, nous ne devons pas leur imposer la sévérité de notre menu.

Aquam in manibus abbas hospitibus omnibus tam abbas quam cuncta congregatio det ; pedes hospitibus lavet ; quibus lotis, hunc versum dicant : Suscepimus, Deus, misericordiam tuam in medio. templi tui Pauperum autem et peregrinorum maxime susceptio omni cura sollicite exhibeatur, quia in ipsis magis Christus suscipitur . Nam divitum terror ipse sibi exigit honorem
L’abbé versera l’eau sur les mains des hôtes, et, avec la communauté entière, il lavera les pieds à tous les hôtes. Après les avoir lavés, on dira le verset : “ Nous avons reçu, ô Dieu, ta miséricorde au milieu de ton temple. ” C’est surtout en accueillant les pauvres et les pèlerins qu’on montrera un soin particulier, parce qu’en eux on reçoit davantage le Christ ; pour les riches,. en effet, la crainte qu’ils inspirent porte d’elle-même à les honorer.


L’Abbé versera l’eau sur les mains des hôtes et leur lavera les pieds. Parce que l’Abbé tient la place du Christ dans le monastère, c’est à lui qu’est réservée une fonction qui rappelle la condescendance du Seigneur envers ses Apôtres, à la dernière Cène, et qui est expressive de l’humilité et de la charité chrétiennes. Verser l’eau sur les mains de ceux qui vont se mettre à table était, chez les anciens, le geste d’un serviteur ou d’un disciple ; il devint, pour saint Martin , le geste d’un moine qui veut honorer ses hôtes ; et saint Benoît en fit une règle. Cette pratique s’observe aujourd’hui encore, à la porte du réfectoire, lorsqu’un hôte y est introduit pour la première fois. Quant au lavement des pieds, tel qu’il figurait assez communément au programme de l’hospitalité antique, il ne convient plus à nos mœurs occidentales, et il est supprimé depuis longtemps : il s’agit d’honorer les hôtes, non de les gêner.
Comprenons bien dans quel sens la Règle veut que la communauté entière procède avec l’Abbé au lavement des pieds de tous les hôtes. Selon la remarque de D. Mège, les hôtes seraient fort à plaindre “ s’ils devaient souffrir d’être lavés et relavés autant de fois qu’il y a de religieux ! ” Le texte signifie probablement que tous les religieux devront remplir à tour de rôle, cet office charitable ; c’est ainsi que les choses se sont passées autrefois dans beaucoup de monastères . On n lavait pas les pieds de tous les hôtes, mais de quelques-uns seulement ; et cette faveur était réservée de préférence aux pauvres, comme y invitaient les mots qui, dans là Règle, suivent immédiatement le cérémonial de l’ablution. Il n’est pas impossible non plus que la vraie pensée de N. B. Père soit que toute la communauté assiste habituellement à ce qu’on a appelé depuis le Mandatum et qu’elle y prenne part, comme nous le faisons le Jeudi saint ou la veille de la vêture d’un novice. Cette interprétation peut se réclamer elle aussi, d’anciens usages. Il y avait chaque jour pour le Mandatum un moment déterminé : car on ne lavait pas ainsi, conventuellement, les pieds de chaque hôte dès l’instant de son arrivée, ce qui eût singulièrement troublé le bon ordre et déconcerté l’horaire. Dans les monastères du moyen âge on réunissait les hôtes, ordinairement au chapitre, avant ou après le repas’ ou bien le soir après Complies. Saint Benoît prescrit qu’après le Mandatum on récite une petite prière empruntée au psaume XLVll, Afin de témoigner à Dieu de la gratitude pour la visite qu’il faisait au monastère dans la personne des hôtes.
Ainsi accueillis dans la famille, les hôtes se conformaient le plus possible à son régime et prenaient part à sa prière comme à ses travaux mais de tout cela saint Benoît ne dit rien. Chez les moine de Nitrie, on laissait les hôtes se reposer pendant une semaine ; puis on occupait les uns à la cuisine ou à la boulangerie, ou au jardin, les autres à la lecture et à l’étude. Jusqu’à midi, ils gardaient le silence dans l’hôtellerie, mais ils pouvaient parler ensuite . L’Abbé Isaïe invite les hôtes à rendre tous les services dont ils sont capables . La Règle du Maître veut que l’hôte qui prolonge son séjour au delà de quarante-huit heures soit contraint de travailler.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Prières usuelles

Signum crucis Signe de croix
IN nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen.
Symbolum Apostolorum Symbole des Apôtres
CREDO in Deum Patrem omnipotentem, Creatorem caeli et terrae. Et in Iesum Christum, Filium eius unicum, Dominum nostrum, qui conceptus est de Spiritu Sancto, natus ex Maria Virgine, passus sub Pontio Pilato, crucifixus, mortuus, et sepultus, descendit ad inferos, tertia die resurrexit a mortuis, ascendit ad caelos, sedet ad dexteram Dei Patris omnipotentis, inde venturus est iudicare vivos et mortuos. Credo in Spiritum Sanctum, sanctam Ecclesiam catholicam, sanctorum communionem, remissionem peccatorum, carnis resurrectionem, vitam aeternam. Amen. Je crois en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus-Christ Son fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, est ressuscité le troisième jour, est monté aux cieux, est assis à la droite du Père tout-puissant, d'où Il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en L'Esprit Saint, à la Sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.
Salve Regina Salut, ô Reine
Salve Regína, Mater misericórdiæ, vita dulcédo, et spes nostra, salve. Ad te clamámus éxsules fílii Evæ; ad te suspirámus, geméntes et flentes in hac lacrimárum valle. Salut, Reine, mère de miséricorde, vie, douceur, et notre espérance, salut. Vers vous, nous crions,, enfants d'Eve exilés. Vers vous, nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
Eia ergo, advocáta nostra, illos tuos misericórdes óculos ad nos convérte: Et Iesum, benedíctum fructum ventris tui, nobis post hoc exsílium osténde. O clemens, o pia, o dulcis Virgo María. Et donc, notre avocate, tournez vos yeux miséricordieux vers les vôtres. Et Jésus, le fruit béni de vos entrailles, montre-le nous après notre exil.
O clemens, O pia, O dulcis Virgo Maria. O clémente, ô bonne, ô douce Vierge Marie.
℣. Ora pro nobis, sancta Dei Genetrix.
℟. Ut digni efficiamur promissiónibus Christi.
℣. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu.
℣. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
Omnipotens sempiterne Deus, qui gloriosae Virginis Matris Mariae corpus et animam, ut dignum Filii tui habitaculum effici mereretur, Spiritu Sancto cooperante, praeparasti: da, ut cuius commemoratione laetamur; eius pia intercessione, ab instantibus malis, et a morte perpetua liberemur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
Dieu éternel et tout puissant qui avec la coopération du Saint Esprit a préparé le corps et l'Esprit de la glorieuse Vierge-Mère Marie à devenir une demeure digne de Ton Fils; puissions-nous, par son intercession aimante, être délivrés des maux actuels et de la mort éternelle, nous qui nous réjouissons de sa commémoration. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
Le "Salve Regina" est la prière privilégiée du temps "dans l'année" après la Pentecôte. Elle se chante (ou se récite) surtout après la fin du temps pascal jusqu'au premier dimanche de l'Avent (exclus).
ANGELUS ANGELUS
℣. Ángelus * Dómini nuntiávit Maríæ. ℣. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie,
℟. Et concépit de Spíritu Sancto. ℟. Et elle conçut du Saint-Esprit.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Ecce ancílla Dómini. ℣. Me voici, servante du Seigneur,
℟. Fiat mihi secúndum verbum tuum. ℟. Qu’il me soit fait selon votre parole.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Et Verbum caro factum est. ** ℣. Et le Verbe S’est fait chair
℟. Et habitávit in nobis. ℟. Et Il a habité parmi nous.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Ora pro nobis, sancta Dei génetrix. ℣. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
℟. Ut digni efficiámur promissiónibus Christi. ℟. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Orémus.
Grátiam tuam, quæsumus, Dómine, méntibus nostris infúnde; ut qui, Ángelo nuntiánte, Christi Fílii tui incarnatiónem cognóvimus, *
per passiónem eius et crucem, ad resurrectiónis glóriam perducámur.
Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Prions.
Répands, Seigneur, Ta grâce en nos âmes. Par le message de l’ange, nous avons connu l’incarnation de Ton Fils bien-aimé. Conduis-nous, par Sa passion et par Sa croix, jusqu’à la gloire de la résurrection. Par le Christ, notre Seigneur. ℟. Amen.
* L'angélus se sonne par trois séries de trois tintements suivis d'une "pleine-volée". Les tintements correspondent au début du versicule, du répons et de l'Ave.
** On a coutume d'incliner légèrement la tête à ce versicule en signe de révérence pour le mystère de l'Incarnation.
On récite habituellement la prière de l'Angelus trois fois par jour, à 7 heures, midi et 19 heures. Dans certains endroits, cette prière ce récite donc après l'office de laudes, celui de sexte et après complies.
Au temps pascal, cette prière est remplacée par le Regina caeli.
Angele Dei Angele Dei (prière à l'Ange gardien)
ANGELE DEI, qui custos es mei, Me tibi commissum pietate superna; (Hodie, Hac nocte) illumina, custodi, rege, et guberna. Amen. ANGE DE DIEU, qui êtes mon gardien, puisque le ciel m'a confié à vous dans sa bonté, (aujourd'hui, cette nuit) éclairez-moi,gardez-moi, dirigez-moi et gouvernez-moi. Amen.
Benedictio Ante Mensam Bénédiction avant le repas
℣. Benedicite. (℟. Benedicite.)
BENEDIC, Domine, nos et haec tua dona * quae de tua largitate sumus sumpturi. Per Christum Dominum nostrum. ℟. Amen.
℣. Bénissez. (℟. Bénissez.)
BENIS nous, Seigneur, et les dons qui viennent de Toi, par lesquels, de Ta largesse, nous sommes rassasiés. Par le Christ notre Seigneur. ℟. Amen.
Ante prandium: Avant le déjeuner :
Mensae caelestis participes * faciat nos, Rex aeternae gloriae. ℟. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse participer à la table céleste. ℟. Amen.
Ante cenam: Avant le dîner :
Ad cenam vitae aeternae * perducat nos, Rex aeternae gloriae. ℟. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse parvenir au festin de la vie éternelle. ℟. Amen.
Benedictio Post Mensam Bénédiction d'après le repas
AGIMUS tibi gratias, omnipotens Deus, pro universis beneficiis tuis, * qui vivis et regnas in saecula saeculorum. ℟. Amen. Nous Te rendons-grâces, Dieu tout puissant, pour tous Tes bienfaits, Toi qui vis et règnes dans les siècles des siècles. ℟. Amen.
℣. Deus det nobis suam pacem. ℣. Que Dieu nous donne Sa paix.
℟. Et vitam aeternam. ℟. Amen. ℟. Et la vie éternelle. Amen.
 Rosarium  Rosaire
Initium Commencement
Signum crucis Signe de croix
Romae: A Rome :
℣. Domine, labia mea aperies,
℟. Et os meum annuntiabit laudem tuam.
℣. Deus in adiutorium meum intende,
℟. Domine ad adiuvandum me festina.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres,
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
℣. Dieu, viens à mon aide,
℟. Seigneur, vite à mon secours.
Ad Crucem: Sur la croix :
Symbolum Apostolorum Symbole des apôtres
Ad grana maiora: Sur les gros grains :
Oratio Dominica (Pater noster) Prière du Seigneur (Notre Père)
Ad grana minora: Sur les petits grains :
Ave Maria Je vous salue Marie
Ad finem decadum: A la fin de chaque dizaine :
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Le Vendredi saint on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
℟. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem.
℣. Mortem autem crucis.
℟. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort.
℣. Et la mort de la croix.
Le Samedi saint, on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
℟. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis.
℣. Propter quod et Deus exaltavit illum: et dedit illi nomen, quod est super omne nomen.
℟. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
℣. C'est pourquoi Dieu L'a exalté : et Il Lui a donné le Nom qui est au dessus de tout Nom.
Oratio Fatima Prière de Fatima
O MI IESU, dimitte nobis debita nostra, libera nos ab igne inferni, conduc in caelum omnes animas, praesertim illas quae maxime indigent misericordia tua. O mon Jésus, pardonne-nous nos péchés, préserve-nous du feu de l'enfer, et conduis au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de Ta sainte miséricorde.
Meditationes Rosarii Méditations du Rosaire
In feria secunda et sabbato Le lundi et le samedi
I. Mysteria Gaudiosa I. Mystères joyeux
1. Quem, Virgo, concepisti. [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Quem visitando Elisabeth portasti. [Lc 1,39-45]
3. Quem, Virgo, genuisti. [Lc 2,6-12]
4. Quem in templo praesentasti. [Lc 2,25-32]
5. Quem in templo invenisti. [Lc 2,41-50]
1. Annonciation [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Visitation [Lc 1,39-45]
3. Nativité [Lc 2,6-12]
4. Présentation au Temple [Lc 2,25-32]
5. Recouvrement au Temple [Lc 2,41-50]
In feria quinta Le jeudi
II. Mysteria Luminosa II. Mystères lumineux
1. Qui apud Iordanem baptizatus est. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Qui ipsum revelavit apud Canense matrimonium. [In 2,1-11]
3. Qui Regnum Dei annuntiavit. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. Qui transfiguratus est. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. Qui Eucharistiam instituit.[In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
1. Le Baptême au Jourdain. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Les Noces de Cana. [In 2,1-11]
3. L'annonce du Royaume. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. La Transfiguration. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. L'institution de l'Eucharistie. [In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
In feria tertia et feria sexta Le mardi et le vendredi
III. Mysteria dolorosa III. Mystères douloureux
1. Qui pro nobis sanguinem sudavit. [Lc 22,39-46]
2. Qui pro nobis flagellatus est. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Qui pro nobis spinis coronatus est. [In 19,1-8]
4. Qui pro nobis crucem baiulavit. [In 19,16-22]
5. Qui pro nobis crucifixus est. [In 19,25-30]
1. L'Agonie au jardin des oliviers. [Lc 22,39-46]
2. Le Flagellation. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Le Couronnement d'épines. [In 19,1-8]
4. Le Portement de Croix. [In 19,16-22]
5. La Crucifixion. [In 19,25-30]
In feria quarta et Dominica Le mercredi et le dimanche
IV. Mysteria gloriosa IV. Mystères glorieux
1. Qui resurrexit a mortuis. [Mc 16,1-7]
2. Qui in caelum ascendit. [Lc 24,46-53]
3. Qui Spiritum Sanctum misit. [Acta 2,1-7]
4. Qui te assumpsit. [Ps 16,10]
5. Qui te in caelis coronavit. [Apoc 12,1]
1. La Résurrection. [Mc 16,1-7]
2. L'Ascension. [Lc 24,46-53]
3. L'Effusion de l'Esprit Saint à la Pentecôte. [Acta 2,1-7]
4. L'Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie. [Ps 16,10]
5. Le Couronnement aux cieux de la Bienheureuse Vierge Marie. [Apoc 12,1]
Orationes ad Finem Rosarii Dicendae Prières dites à la fin de la récitation du Rosaire
Salve Regina Salve Regina
℣. Ora pro nobis, Sancta Dei Genetrix.
℟. Ut digni efficiamur promissionibus Christi.
℣. Priez pour nous, Sainte Mère de Dieu.
℟. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
DEUS, cuius Unigenitus per vitam, mortem et resurrectionem suam nobis salutis aeternae praemia comparavit, concede, quaesumus: ut haec mysteria sacratissimo beatae Mariae Virginis Rosario recolentes, et imitemur quod continent, et quod promittunt assequamur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
O DIEU, qui, par la vie, la mort et la résurrection de Ton Fils unique, nous a obtenu les récompenses du salut éternel, accorde-nous, nous T'en supplions, qu'en méditant sur les mystères du très saint Rosaire de la Bienheureuse Vierge-Marie, nous imitions ce qu'ils contiennent et obtenions ce qu'ils promettent. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
 Gloria Patri Gloire au Père (Doxologie) 
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
ACTUS CONTRITIONIS ACTE DE CONTRITION
DEUS meus, ex toto corde paenitet me omnium meorum peccatorum, eaque detestor, quia peccando, non solum poenas a Te iuste statutas promeritus sum, sed praesertim quia offendi Te, summum bonum, ac dignum qui super omnia diligaris. Ideo firmiter propono, adiuvante gratia Tua, de cetero me non peccaturum peccandique occasiones proximas fugiturum. Amen. Mon Dieu, de tout mon coeur je fais pénitence pour tous mes péchés. Je les déteste non seulement à cause de Tes justes punitions auxquelles je suis promis, mais surtout parce que je T'ai offensé, Toi qui es infiniment bon et qui es digne de tout mon amour. Je prends donc la ferme résolution, avec l'aide de Ta grâce, de ne plus pécher et de fuir les occasions proches de pécher. Amen.
Oratio ante colligationem in interrete Prière avant de se connecter à l'internet.
OMNIPOTENS aeterne Deus, qui nos secundum imaginem Tuam plasmasti, et omnia bona, vera, pulchra, praesertim in divina persona Unigeniti Filii Tui Domini nostri Iesu Christi, quaerere iussisti, praesta quaesumus ut, per intercessionem Sancti Isidori, Episcopi et Doctoris, in peregrinationibus per interrete factis et manus oculosque ad quae Tibi sunt placita intendamus et omnes quos convenimus cum caritate ac patientia accipiamus. Per Christum Dominum nostrum. ℟. Amen. Dieu Éternel et Tout Puissant qui nous a créés à Ton image et nous ordonne de rechercher ce qui est bon, vrai et beau, spécialement dans la personne divine de Ton Fils unique notre Seigneur Jésus Christ, nous T’implorons par l’intercession de Saint Isidore Évêque et Docteur de nous aider pendant nos voyages à travers l’Internet à diriger nos mains et nos yeux vers ce qui T’est agréable, et à accueillir avec charité et patience tous ceux que nous rencontrerons. Par le Christ notre Seigneur. ℟. Amen.
Oratio S. Thomae Aquinatis ante studium Prière de S. Thomas d'Aquin avant l'étude
Creátor ineffábilis, qui de thesáuris sapiéntiæ tuæ tres Angelórum hiearchías designásti et eas super cœlum empýreum miro órdine collocásti, atque univérsi partes elegantíssime distribuísti: Tu, inquam, qui verus fons lúminis et sapiéntiæ díceris ac superéminens princípium, infúndere dignéris super intelléctus mei ténebras tuæ rádium claritátis, dúplices, in quibus natus sum, a me rémovens ténebras, peccátum scílicet et ignorántiam. Tu, qui linguas infántium facis disértas, linguam meam erúdias atque in lábiis meis grátiam tuæ benedictiónis infúndas. Da mihi intelligéndi acúmen, retinéndi capacitátem, addiscéndi modum et facilitátem, interpretándi subtilitátem, loquéndi grátiam copiósam. Ingréssum ínstruas, progréssum dírigas, egréssum cómpleas. Tu, qui es verus Deus et Homo, qui vivis et regnas in sǽcula sæculórum. Amen. Créateur ineffable, qui, des trésors de Ta sagesse, a formé les trois hiérachies des anges, les a placées au-dessus des cieux dans un ordre merveilleux, et a façonné et distribué de façon exquise toutes les parties de l'univers ; Toi qui es la vraie source de la lumière et de la sagesse et leur principe suréminent, daigne répandre Ta clarté sur l’obscurité de mon intelligence ; chasse de moi les ténèbres du péché et de l’ignorance. Donne-moi : la pénétration pour comprendre, la mémoire pour retenir, la méthode et la facilité pour apprendre, la lucidité pour interpréter, une grâce abondante pour m’exprimer. Aide le commencement de mon travail, diriges-en le progrès, couronnes-en la fin. Toi, qui es vrai Dieu et vrai homme, et qui vis et règnes dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Ordo liturgique du mercredi 4 décembre 2019 au vendredi 3 janvier 2020

mercredi 4 décembre 2019
Feria IV - Hebdomada I Adventus

FERIE ou S. Ioannis Damasceni, presbyteri et Ecclesiae doctoris, memoria ad libitum.
St Jean Damascène, prêtre et docteur de l'Église
Originaire de Damas, moine de St-Sabas en Terre Sainte, théologien, il défendit le culte des images († vers 750) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 5 décembre 2019
Feria V - Hebdomada I Adventus

FERIE
Bx Nicolas Stensen,
Savant, "père de l'anatomie", converti au catholicisme, il devint évêque et prédicateur dans toute l'Europe (†1686) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 6 décembre 2019
Feria VI - Hebdomada I Adventus

FERIE ou S. Nicolai, episcopi, memoria ad libitum.
St Nicolas, évêque
Évêque de Myre en Turquie, ami des pauvres et des petits († vers 340) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 7 décembre 2019
Sabbato - Hebdomada I Adventus

S. Ambrosii, episcopi et Ecclesiae doctoris, Memoria.

St Ambroise, évêque et docteur de l'Église
Évêque de Milan, docteur de l’Église (†397) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 8 décembre 2019
Dominica - Hebdomada II Adventus

Dominica II Adventus.

CONCEPTION IMMACULÉE DE LA BIENHEUREUSE VIERGE MARIE
- Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 9 décembre 2019
Feria II - Hebdomada II Adventus

IN CONCEPTIONE IMMACULATA BEATAE MARIAE VIRGINIS, Sollemnitas.

St Jean Diego Cuahtlatoatzin
Indien mexicain, la Vierge lui apparut à Guadalupe et laissa son image sur son manteau (†1548) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 10 décembre 2019
Feria III - Hebdomada II Adventus

FERIE
St Jean Roberts
Et ses compagnons, martyrs à Tyburn en Angleterre par fidélité au pape (†1610) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 11 décembre 2019
Feria IV - Hebdomada II Adventus

FERIE ou S. Damasi I, papae, memoria ad libitum.
St Damase 1er, pape
Pape, il défendit la foi en la Sainte Trinité, chargea St Jérôme de la traduction de la Bible et développa la liturgie (†384) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 12 décembre 2019
Feria V - Hebdomada II Adventus

FERIE ou B. Mariae Virg. De Guadalupe, memoria ad libitum.
Notre Dame de Guadaloupe
Apparition au Mexique en 1531 à Juan Diego, image imprimée sur son vêtement - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 13 décembre 2019
Feria VI - Hebdomada II Adventus

S. Luciae, virginis et martyris, Memoria.

Ste Lucie, vierge et martyre
Vierge et martyre à Syracuse. Vénérée spécialement dans les pays nordiques (†304) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 14 décembre 2019
Sabbato - Hebdomada II Adventus

S. Ioannis a Cruce, presbyteri et Ecclesiae doctoris, Memoria.

St Jean de la Croix, prêtre et docteur de l'Église
Carme, maître spirituel, auteur de Vive Flamme d'Amour, docteur de l'Église (†1591) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 15 décembre 2019
Dominica - Hebdomada III Adventus

Dominica III Adventus.

Ste Marie Crucifiée de Rose
Fondatrice des servantes de la charité. Elle soigna les malades du choléra lors d'une épidémie en Lombardie (†1855) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 16 décembre 2019
Feria II - Hebdomada III Adventus

FERIE
Bx Honoré de Biala
- Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 17 décembre 2019
Feria III - Hebdomada III Adventus

.

St Joseph Manyamet y Vivès
Prêtre à Barcelone, fondateur de deux instituts enseignants. Il fut à l'origine de l'église de la Sainte-Famille (†1901) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 18 décembre 2019
Feria IV - Hebdomada III Adventus

.

St Gatien, évêque
Fondateur de l'église de Tours et son premier évêque (†IIIème siècle) - Martyrologe du jour
Quatre temps de l'Avent
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 19 décembre 2019
Feria V - Hebdomada III Adventus

.

Bx Urbain V, pape
Un des sept papes d'Avignon, il ramena le siège de la papauté à Rome (†1370) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 20 décembre 2019
Feria VI - Hebdomada III Adventus

.

Bx Vincent Romano
Prêtre à Naples, il aida la population à reconstruire la ville en partie détruite par une irruption du Vésuve (†1831) - Martyrologe du jour
Quatre temps de l'Avent Abstinence
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 21 décembre 2019
Sabbato - Hebdomada III Adventus

.

St Pierre Canisius, prêtre et docteur de l'Église
Prêtre et docteur de l’Église (†1597) - Martyrologe du jour
Quatre temps de l'Avent
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 22 décembre 2019
Dominica - Hebdomada IV Adventus

Dominica IV Adventus.

Ste Françoise-Xavière Cabrini
Missionnaire du Sacré-Cœur aux USA, "Mère des émigrants", son activité fut intense en Amérique et en Europe (†1917) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 23 décembre 2019
Feria II - Hebdomada IV Adventus

.

St Jean de Kenty, prêtre
Prêtre, théologien, il combattit les erreurs de Jean Hus. Professeur à Cracovie, il fut proche des pauvres (†1473) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 24 décembre 2019
Feria III -

.

St Bartolomé-Marie Dalmonte
Prêtre à Bologne, prédicateur, guide spirituel des prêtres et des séminaristes (†1778) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 25 décembre 2019
Feria IV - Infra octavam Nativitatis

IN NATIVITATE DOMINI, Sollemnitas.

NATIVITÉ DU SEIGNEUR
- Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 26 décembre 2019
Feria V - Infra octavam Nativitatis

S. Stephani, protomartyris, Festum.

St Étienne, protomartyr
Diacre et 1er martyr de l'Église († vers 35) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 27 décembre 2019
Feria VI - Infra octavam Nativitatis

S. Ioannis, apostoli et evangelistae, Festum.

St Jean, apôtre et évangéliste
Disciple bien-aimé, apôtre et évangéliste († vers 100) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 28 décembre 2019
Sabbato - Infra octavam Nativitatis

Ss. Innocentium, martyrum, Festum.

Les Saints Innocents, martyrs
Martyrs quelques temps après la naissance de Jésus - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 29 décembre 2019
Dominica - Infra octavam Nativitatis

SANCTAE FAMILIAE IESU, MARIAE ET IOSEPH, Festum.

St Thomas Becket, évêque et martyr
Chancelier du roi Henri II, archevêque de Cantorbéry, il défendit l'indépendance de l'Église. Il fut tué dans sa cathédrale en 1170 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 30 décembre 2019
Feria II - Infra octavam Nativitatis

.

Bx Jean-Marie Boccardo, Pretre
Fondateur d'une congrégation de religieuses soignantes et enseignantes, - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 31 décembre 2019
Feria III - Infra octavam Nativitatis

.

St Sylvestre 1er, pape
Pape sous Constantin, il fut le constructeur des premières basiliques romaines (†335) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 1 janvier 2020
Feria IV - Infra octavam Nativitatis

In octava Nativitatis SOLLEMNITAS SANCTAE DEI GENITRICIS MARIAE, Sollemnitas.

Octave de la Nativité SOLENNITE DE LA SAINTE MERE DE DIEU, MARIE
- Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 2 janvier 2020
Feria V - Hebdomada II post Nativitatem

Ss. Basilii et Gregorii Nazianzeni, episcoporum et Ecclesiae doctorum, Memoria.

Sts. Basile et Grégoire de Naziance, évêques et docteurs de l'Église
Évêques et docteurs de l’Église (†379) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 3 janvier 2020
Feria VI - Hebdomada II post Nativitatem

FERIE ou S. Genofevae, virginis, memoria ad libitum.
Très Saint Nom de Jésus
- Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word