Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Martyrologe du vendredi 24 janvier 2020 - St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.

Martyrologe
Le 24 janvier
1.        Mémoire de saint François de Sales, évêque de Genève et docteur de l’Église. Vrai pasteur d’âmes, il amena à la communion catholique un grand nombre de frères qui en étaient séparés, il enseigna aux chrétiens par ses écrits la dévotion et l’amour de Dieu et, avec sainte Jeanne de Chantal, il fonda l’Ordre de la Visitation. Alors qu’il demeurait à Lyon dans l’humilité, il rendit son âme à Dieu le 28 décembre 1622 et fut mis au tombeau en ce jour à Annecy en 1623.
2.        À Foligno en Ombrie, saint Félicien, qui est tenu pour le premier évêque de cette région.
3.         Au pays de Troyes, saint Sabinien, martyr.
4.         À Antioche de Syrie, l’an 250, la passion de saint Babylas, évêque. Durant la persécution de Dèce, il glorifia Dieu à plusieurs reprises par ses souffrances et ses tourments, puis termina sa noble vie dans les fers, avec lesquels il voulut que son corps fût enseveli. Avec lui, dit-on, souffrirent aussi trois enfants, savoir : Urbain, Prilidien et Épolone, qu’il avait formés dans la foi du Christ.
5.         À Cingoli dans le Picenum, au Ve siècle, saint Exupérance, évêque.
6*.         À Binaco dans le Piémont, en 1515, la bienheureuse Paule Gambara Costa, veuve. Membre du Tiers-Ordre de Saint François, elle supporta avec patience un mari violent, le conduisit à la conversion et exerça toujours de manière remarquable la charité envers les pauvres.
7*.         À Londres, en 1679, les bienheureux Guillaume Ireland, prêtre jésuite, et Jean Grove, son domestique. Accusés faussement du crime de trahison sous le roi Charles II, ils subirent le martyre pour le Christ à Tyburn.
8*.         À Sainville dans le pays chartrain, en 1744, la bienheureuse Marie Poussepin, vierge. Pour venir en aide aux pasteurs d’âmes, pour la formation des jeunes filles et les secours à porter aux pauvres et aux malades, elle fonda la Congrégation des Sœurs dominicaines de la Présentation de la Sainte Vierge.
9*.         À Pratulin dans la région de Siedlce en Pologne, l’an 1874, les bienheureux martyrs Vincent Lewoniuk et douze compagnons, qui ne se laissèrent ébranler ni par les menaces ni par les séductions, ne voulurent pas se séparer de l’Église catholique et enfin, après avoir refusé de livrer les clés de l’église paroissiale, furent tués ou blessés à mort, sans défense.
10*.         À Rome, en 1948, le bienheureux Timothée Giaccardo, prêtre. Membre de la Pieuse Société de Saint-Paul, il forma un grand nombre de disciples pour l’annonce de l’Évangile dans le monde en utilisant les moyens opportuns de communication sociale.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Invitatoire du vendredi 24 janvier 2020 - St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
S. Francisci de Sales, episcopi et Ecclesiae doctoris St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.
Memoria Mémoire
Ad Invitatorium
Ad Invitatorium
A la liturgie lue :
Ante Officium quod a solo persolvitur, dici potest sequens oratio:Avant l'office récité seul, on peut dire la prière suivante :
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum tuum; munda cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus; intelléctum illúmina, afféctum inflámma, ut digne, atténte ac devóte hoc Offícium recitáre váleam, et exaudíri mérear ante conspéctum divínæ maiestátis tuæ. Per Christum Dóminum nostrum. Amen.Ouvre mes lèvres, Seigneur, afin qu’elles bénissent Ton saint Nom, purifie aussi mon cœur de toute pensée vaine, mauvaise, étrangère. Éclaire mon intelligence, enflamme mon amour, afin que je puisse réciter cet office avec respect, attention et dévotion, et mériter d’être exaucé en présence de Ta divine majesté. Par le Christ notre Seigneur. Amen.
V/. Dómine, lábia mea apéries. R/. Et os meum annuntiábit laudem tuam.V/. Seigneur, ouvre mes lèvres. R/. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Psalmus 94 (95)Psaume 94 (95)
Invitatio ad laudem DeiInvitation à la louange de Dieu
Adhortamini vosmetipsos per singulos dies, donec illud «hodie» vocatur (Hebr 3, 13).Exhortez-vous mutuellement chaque jour, tant que vaut cet « aujourd'hui ».
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Veníte, exsultémus Dómino; iubilémus Deo salutári nostro. Præoccupémus fáciem eius in confessióne et in psalmis iubilémus ei.Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut. Accourons devant Sa face dans l'action de grâce, dans des psaumes, jubilons pour Lui.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Quóniam Deus magnus Dóminus et rex magnus super omnes deos. Quia in manu eius sunt profúnda terræ, et altitúdines móntium ipsíus sunt. Quóniam ipsíus est mare, et ipse fecit illud, et siccam manus eius formavérunt. Parce que le Seigneur est le grand Dieu ; le grand Roi au-dessus de tous les dieux. Car dans Sa main sont les profondeurs de la terre, et que les hauteurs des montagnes sont à Lui. Parce qu'à Lui est la mer, et que c'est Lui-même qui l'a faite, et que Ses mains ont formé le continent.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Veníte, adorémus et procidámus et génua flectámus ante Dóminum, qui fecit nos, quia ipse est Deus noster, et nos pópulus páscuæ eius et oves manus eius. Venez, adorons, prosternons - nous devant Dieu, et fléchissons les genoux devant le Seigneur qui nous a faits, parce que Lui-même est notre Dieu, et que nous sommes Son peuple et les brebis de Sa main.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Utinam hódie vocem eius audiátis: «Nolíte obduráre corda vestra, sicut in Meríba secúndum diem Massa in desérto, ubi tentavérunt me patres vestri: probavérunt me, etsi vidérunt ópera mea. Si seulement aujourd'hui, vous entendiez Sa voix, n'endurcissez pas vos coeurs, comme à Mériba, comme au jour de Massa dans le désert, où Me tentèrent vos pères ; ils M'éprouvèrent, alors qu'ils avaient vu Mes oeuvres.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Quadragínta annis tæduit me generatiónis illíus, et dixi: Pópulus errántium corde sunt isti. Et ipsi non cognovérunt vias meas; ídeo iurávi in ira mea: Non introíbunt in réquiem meam». Pendant quarante ans, J'ai été le dégoût de cette génération et J'ai dit : ils sont un peuple errant de coeur ; et eux, ils n'ont point connu Mes voies : c'est pourquoi Je leur ai juré dans Ma colère, ils n'entreront pas dans Mon repos.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.

Si le psaume 94 est récité pendant la litugie de ce jour, à une des heures suivantes, on peut prendre un autre psaume comme invitatoire, au choix :
vel:ou :
Psalmus 99 (100)Psaume 99 (100)
Gaudium in templum ingredientiumJoie de l’entrée dans le temple
Redemptos iubet Dominus victoriæ carmen canere (S. Athanasius). Le Seigneur invite les rachetés à entonner un chant de victoire (S. Athanase).
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Iubiláte Dómino, omnis terra, * servíte Dómino in lætítia; introíte in conspéctu eius * in exsultatióne. Acclamez Dieu, toute la terre; servez le Seigneur avec joie. Entrez en Sa présence * avec allégresse.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Scitóte quóniam Dóminus ipse est Deus;  ipse fecit nos, et ipsíus sumus, * pópulus eius et oves páscuæ eius. Sachez que c'est le Seigneur qui est Dieu; c'est Lui qui nous a faits, et non pas nous-mêmes. Nous sommes Son peuple, et les brebis de Son pâturage.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Introíte portas eius in confessióne,  átria eius in hymnis, * confitémini illi, benedícite nómini eius. Franchissez ses portes avec des louanges, ses parvis en chantant des hymnes; célébrez-le, bénissez son nom.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Quóniam suávis est Dóminus;  in ætérnum misericórdia eius, * et usque in generatiónem et generatiónem véritas eius. car le Seigneur est suave; sa miséricorde est éternelle, * et sa vérité demeure de génération en génération.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
vel:ou :
Psalmus 66 (67)Psaume 66 (67)
Omnes gentes Domino confiteanturToutes les nations rendront gloire au Seigneur
Notum sit vobis quoniam gentibus missum est hoc salutare Dei (Act 28, 28).Sachez que le salut de Dieu a été envoyé aux gentils (Act 28, 28).
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Deus misereátur nostri et benedícat nobis; * illúminet vultum suum super nos, ut cognoscátur in terra via tua, * in ómnibus géntibus salutáre tuum. Que Dieu nous soit favorable et qu'Il nous bénisse; qu'Il illumine sur nous Son visage, afin que l'on connaisse sur la terre Ta voie, et parmi toutes les nations Ton salut.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Læténtur et exsúltent gentes,  quóniam iúdicas pópulos in æquitáte * et gentes in terra dírigis. Que les peuples Te louent, ô Dieu ; que les peuples Te louent tous. Que les nations se réjouissent, qu'elles soient dans l'allégresse ; car Tu juges les peuples avec droiture, et Tu conduis les nations sur la terre.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Terra dedit fructum suum; * benedícat nos Deus, Deus noster, benedícat nos Deus, * et métuant eum omnes fines terræ. Que les peuples Te louent, ô Dieu, que les peuples Te louent tous. La terre a donné son fruit ; que nous bénisse Dieu, notre Dieu, que Dieu nous bénisse, et que toutes les extrémités de la terre Le révèrent.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
vel:ou :
Psalmus 23 (24)Psaume 23 (24)
Domini in templum adventusAvènement de Dieu dans le Temple
Christo apertæ sunt portæ cæli propter carnalem eius assumptionem (S. Irenæus).Les portes du ciel se sont ouvertes au Christ parce qu’il a pris la nature humaine. (S. Irénée)
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Dómini est terra et plenitúdo eius, * orbis terrárum et qui hábitant in eo. Quia ipse super mária fundávit eum * et super flúmina firmávit eum. Au Seigneur est la terre et tout ce qu'elle renferme, le monde et tous ceux qui l'habitent. Car c'est Lui qui l'a fondé sur les mers, et qui l'a établi sur les fleuves.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Quis ascéndet in montem Dómini, * aut quis stabit in loco sancto eius? Innocens mánibus et mundo corde,  qui non levávit ad vana ánimam suam, * nec iurávit in dolum. Hic accípiet benedictiónem a Dómino * et iustificatiónem a Deo salutári suo. Hæc est generátio quæréntium eum, * quæréntium fáciem Dei Iacob. Qui montera sur la montagne du Seigneur, ou qui se tiendra dans son lieu saint ? Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur, qui n'a pas livré son âme à la vanité, ni fait à son prochain un serment trompeur. Celui-là recevra la bénédiction du Seigneur, et la miséricorde de Dieu, son Sauveur. Telle est la race de ceux qui le cherchent, de ceux qui cherchent la face du Dieu de Jacob.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus fortis et potens, Dóminus potens in prœlio. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Qui est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur fort et puissant, le Seigneur puissant dans les combats.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus virtútum ipse est rex glóriæ. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Quel est ce roi de gloire ? Le Seigneur des armées est Lui-même ce roi de gloire.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Christum, pastórum príncipem, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, prince des pasteurs, venez adorons.
Psalmus cum sua antiphona, pro opportunitate, omitti potest quando Invitatorium Laudibus matutinis præponendum est. Le psaume [invitatoire] avec son antienne, si c'est opportun, peut être omis lorsque l'invitatoire précède immédiatement les Laudes du matin.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vigiles (OSB) du vendredi 24 janvier 2020 - St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
S. Francisci de Sales, episcopi et Ecclesiae doctoris St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.
Memoria Mémoire
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Génesis Du livre de la Genèse
Lectio I Lecture I
Sarai uxor Abram non genúerat ei líberos; sed habens ancíllam Ægýptiam nómine Agar, dixit maríto suo: " Ecce conclúsit me Dóminus, ne párerem; ingrédere ad ancíllam meam, si forte saltem ex illa suscípiam fílios. " Cumque ille acquiésceret deprecánti, tulit Agar Ægýptiam ancíllam suam post annos decem quam habitáre cœperant in terra Chánaan, et dedit eam viro suo uxórem. Qui ingréssus est ad eam. At illa concepísse se videns despéxit dóminam suam. La femme d'Abram, Saraï, ne lui avait pas donné d'enfant. Mais elle avait une servante égyptienne, nommée Agar, et Saraï dit à Abram: " Vois, je te prie: le Seigneur n'a pas permis que j'enfante. Va donc vers ma servante. Peut-être obtiendrai-je par elle des enfants. " Et Abram écouta la voix de Saraï. Ainsi, au bout de dix ans qu'Abram résidait au pays de Canaan, sa femme Saraï prit Agar l'Égyptienne, sa servante, et la donna pour femme à son mari, Abram. Celui-ci alla vers Agar, qui devint enceinte. Lorsqu'elle se vit enceinte, sa maîtresse ne compta plus à ses yeux.
R/. Locútus est Dóminus ad Abraham, dicens: Egrédere de terra et de cognatióne tua, et veni in terram quam monstrávero tibi; * Et fáciam te créscere in gentem magnam. V/. Benedícens benedícam tibi et multiplicábo te. * Et fáciam. R/. Le Seigneur adressa la parole à Abraham: Sors de ton pays, laisse ta parenté, va dans le pays que je te montrerai; * Je ferai naître de toi une grande nation. V/. Je te comblerai de bénédictions et je multiplierai ta descendance. * Je ferai naître.
Lectio II Lecture II
Dixítque Sárai ad Abram: " Iníque agis contra me; ego dedi ancíllam meam in sinum tuum, quæ videns quod concéperit, despéctui me habet. Iúdicet Dóminus inter me et te. " Cui respóndens Abram: " Ecce, ait, ancílla tua in manu tua est; útere ea, ut libet. " Affligénte ígitur eam Sárai, aufúgit ab ea. Cumque invenísset illam ángelus Dómini iuxta fontem aquæ in desérto, ad fontem in via Sur, dixit: " Agar, ancílla Sárai, unde venis et quo vadis? " Quæ respóndit: " A fácie Sárai dóminæ meæ ego fúgio. " Dixítque ei ángelus Dómini: " Revértere ad dóminam tuam et humiliáre sub mánibus ipsíus. " Et dixit ei ángelus Dómini: " Multíplicans multiplicábo semen tuum, et non numerábitur præ multitúdine. " Et dixit ei ángelus Dómini: " Ecce, concepísti et páries fílium vocabísque nomen eius Ismael, eo quod audíerit Dóminus afflictiónem tuam. Hic erit homo ónagro símilis; manus eius contra omnes, et manus ómnium contra eum; et e regióne universórum fratrum suórum figet tabernácula. " Alors Saraï dit à Abram: " Tu es responsable de l'injure qui m'est faite! J'ai mis ma servante entre tes bras et, depuis qu'elle s'est vue enceinte, je ne compte plus à ses yeux. Que le Seigneur juge entre moi et toi! " Abram dit à Saraï: " Eh bien, ta servante est entre tes mains, fais-lui comme il te semblera bon. " Saraï la maltraita tellement que l'autre s'enfuit de devant elle. L'Ange du Seigneur la rencontra près d'une certaine source au désert, la source qui est sur le chemin de Shur. Il dit: " Agar, servante de Saraï, d'où viens-tu et où vas-tu? " Elle répondit: " Je fuis devant ma maîtresse Saraï. " L'Ange du Seigneur lui dit: " Retourne chez ta maîtresse et sois-lui soumise. " L'Ange du Seigneur lui dit: " Je multiplierai beaucoup ta descendance, tellement qu'on ne pourra pas la compter. " L'Ange du Seigneur lui dit: " Tu es enceinte et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom d'Ismaël, car le Seigneur a entendu ta détresse. Celui-là sera un onagre d'homme, sa main contre tous, la main de tous contre lui, il s'établira à la face de tous ses frères. "
R/. Movens ígitur Abram tabernáculum suum, venit et habitávit iuxta convállem Mambre, * Ædificavítque ibi altáre Dómino. V/. Dixit autem Dóminus ad eum: Leva in circúitu óculos tuos et vide: omnem terram, quam cónspicis, tibi dabo et sémini tuo in sempitérnum. * Ædificavítque. R/. Abram déplaça son campement et alla s'installer près de la vallée de Mambré; * Et là, il dressa un autel au Seigneur. V/. Le Seigneur lui dit: Lève les yeux tout alentour et regarde: tout le pays que tu vois, je te le donnerai, à toi et à ta postérité, pour toujours. * Et là.
Lectio III Lecture III
Vocávit autem nomen Dómini, qui loquebátur ad eam: " Tu Deus, qui vidísti me. " Dixit enim: " Profécto hic vidi posterióra vidéntis me. " Proptérea appellátur púteus ille Lahairói; ipse est inter Cades et Barad. Peperítque Agar Abræ fílium; qui vocávit nomen fílii sui, quem pepérerat Agar, Ismael. Octogínta et sex annórum erat Abram, quando péperit ei Agar Ismaélem. Au Seigneur qui lui avait parlé, Agar donna ce nom: " Tu es El-Roï ", car, dit-elle, " Ai-je encore vu ici après celui qui me voit? " C'est pourquoi on a appelé ce puits le puits de Lahaï-Roï; il se trouve entre Cadès et Bérèd. Agar enfanta un fils à Abram, et Abram donna au fils qu'enfanta Agar le nom d'Ismaël. Abram avait quatre-vingt-six ans quand Agar le fit père d'Ismaël.
R/. Crédidit Abraham Deo, et reputátum est ei ad iustítiam; * Et ídeo amícus Dei appellátus est. V/. Fuit autem iustus coram Dómino, et ambulávit in viis eius; * Et ídeo. V/. Glória Patri. * Et ídeo. R/. Abraham eut foi en Dieu, et de ce fait Dieu estima qu'il était juste; * C'est pourquoi il reçut le nom d'ami de Dieu. V/. Abraham fut un homme juste aux yeux du Seigneur, il marcha selon ses voies; * C'est pourquoi. V/. Gloire au Père. * C'est pourquoi.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Tractátu sancti Hilárii epíscopi De Trinitáte (Lib. 4, 23-24: CCL 62, 125-127) Traité de saint Hilaire sur la Trinité
Lectio I Lecture I
Post multas Dei allocutiónes ad Abraham, cum advérsus Agar Sara commoverétur, concéptui ancíllæ dómina stérilis ínvidens, cumque discessísset a conspéctu eius, ita de ea Scriptúra lóquitur: Et dixit ángelus Dómini ad Agar: " Redi ad dóminam tuam, et humília te sub mánibus eius. " Et dixit ei ángelus Dómini: " Multíplicans multiplicábo semen tuum, et non dinumerábitur a multitúdine. " Et rursum: Et vocávit nomen Dómini qui loquebátur secum: Tu Deus qui aspexísti me. Angelus Dei lóquitur. Duplex autem in ángelo Dei significátio est: ipse qui est, et ille cuius est. Et lóquitur non res secúndum nomen offícii sui; ait enim: Multíplicans multiplicábo semen tuum, et non dinumerábitur a multitúdine. Ministérium ángeli potéstas multiplicandárum géntium excédit. Dieu avait déjà parlé plusieurs fois à Abraham lorsque Sara s'irrita contre Agar: la maîtresse stérile était jalouse de constater la fécondité de sa servante, si bien qu'Agar dut s'éloigner. L'Écriture nous rapporte alors ceci: L'ange du Seigneur dit à Agar: " Retourne vers ta maîtresse et humilie-toi sous sa main. " Et l'ange du Seigneur ajouta: " Je multiplierai extrêmement ta postérité; on ne pourra la compter, tant elle sera nombreuse. " Et plus loin: Agar donna au Seigneur qui lui avait parlé ce nom: Tu es le Dieu qui m'a vue. C'est l'ange du Seigneur qui parle. Ce mot ange du Seigneur peut recevoir une double acception: celui qui est envoyé, ou celui dont il vient. Or ce dont parle l'ange est hors de proportion avec ce dont est capable un messager céleste, si l'on donnait ce sens au mot ange du Seigneur; car il promet: Je multiplierai extrêmement ta postérité; on ne pourra la compter, tant elle sera nombreuse. Le pouvoir de multiplier les nations dépasse la fonction des anges.
R/. Factus est sermo Dómini ad Abraham, dicens: Noli timére, Abraham, * Ego protéctor tuus sum, et merces tua magna nimis. V/. Ego enim sum Dóminus Deus tuus, qui edúxi te de Ur Chaldæórum. * Ego protéctor tuus. R/. Le Seigneur adressa la parole à Abraham en ces termes: Ne crains pas, Abraham, * Je suis moi-même, pour toi, un bouclier, un surabondant et merveilleux salaire! V/. C'est moi le Seigneur ton Dieu, qui t'ai fait sortir d'Our en Chaldée. * Je suis.
Lectio II Lecture II
Sed quid tandem de eo qui Dei ángelus quæ soli Deo própria sunt loquebátur, Scriptúra testáta est? Et vocávit nomen Dómini qui loquebátur secum: Tu Deus qui aspexísti me. Primum ángelus Dei; secúndum Dóminus , dehinc tértio Deus. Qui ángelus Dei dictus est, idem Dóminus et Deus est. Est autem secúndum Prophétam Fílius Dei magni consílii ángelus. Ut personárum distínctio absolúta esset, ángelus Dei est nuncupátus; qui enim est Deus ex Deo, ipse est et ángelus Dei. Ut vero honor débitus redderétur, et Dóminus et Deus est prædicátus. Mais que dit l'Écriture de celui qui, appelé ange de Dieu, tient un langage qui est propre à Dieu seul? Agar donna au Seigneur qui lui avait parlé ce nom: Tu es le Dieu qui m'a vue. On le nomme d'abord ange de Dieu, ensuite Seigneur. Et voilà qu'en troisième lieu, elle l'appelle Dieu. La même personne qui est appelée ange de Dieu prend aussi le nom de Seigneur et de Dieu. Or, le Fils de Dieu est, selon le Prophète, l'ange du grand conseil. Pour nous permettre de distinguer clairement les personnes, il est appelé ange de Dieu. Car celui qui est Dieu de Dieu est aussi ange de Dieu. Mais, pour qu'il reçoive l'honneur qui lui est dû en toute vérité, il est proclamé également Seigneur et Dieu.
R/. Vocávit ángelus Dómini Abraham de cælo, dicens: Benedícam tibi * Et multiplicábo te sicut stellas cæli. V/. Et benedicéntur in te omnes tribus terræ, quia obœdísti voci meæ. * Et multiplicábo. R/. L'Ange du Seigneur appela Abraham du haut du ciel et dit: Je te comblerai de bénédictions, * Je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du firmament. V/. Puisque tu m'as obéi, toutes les nations de la terre s'adresseront l'une à l'autre la bénédiction par ton nom. * Je rendrai.
Lectio III Lecture III
Et hic quidem primum ángelus, deínde idem póstea et Dóminus et Deus: ad Abraham vero tantum Deus. Tuto enim, iam personárum discretióne præmíssa, ne solitárii error subésset, absolútum et verum eius nomen edícitur. Scriptum namque est: Et dixit Deus ad Abraham: " Ecce Sara uxor tua páriet fílium tibi ". Numquid ambígitur quin qui ángelus Dei dictus est, idem rursum dicátur et Deus? Angelus Dómini ad Agar locútus est; idem ad Abraham Deus lóquitur, ex eódem ad utrúmque fit sermo. Ici donc, le messager est appelé tout d'abord ange et ensuite Seigneur et Dieu. Mais Abraham lui donne uniquement le nom de Dieu. En effet, maintenant la distinction des personnes est chose acquise; on ne risque plus de commettre l'erreur de croire en un Dieu solitaire; aussi le nom parfait et vrai de Dieu peut-il alors être divulgué. Ainsi est-il écrit: Dieu dit à Abraham: " Voici que Sara, ta femme, t'enfantera un fils. " Pouvons-nous douter que celui qui avait été appelé ange de Dieu soit à présent celui qui porte le nom de Dieu? L'ange du Seigneur s'adresse à Agar; Dieu tient à Abraham le même langage. De part et d'autre, c'est le même Dieu qui prend la parole.
R/. Dum staret Abraham ad ílicem Mambre, vidit tres púeros: * Tres vidit et unum adorávit. V/. Dómine, si invéni grátiam in óculis tuis, transíte et requiéscite in loco isto. * Tres vidit. V/. Glória Patri. * Tres vidit. R/. Comme Abraham se tenait près du chêne de Mambré, il vit trois jeunes gens: * Il en vit trois et se prosterna devant l'Unique. V/. Seigneur, si j'ai pu trouver grâce à tes yeux, reposez-vous ici, en passant. * Il en vit trois. V/. Gloire au Père. * Il en vit trois.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Evangile commenté du vendredi 24 janvier 2020 - St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
S. Francisci de Sales, episcopi et Ecclesiae doctoris St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.
Memoria Mémoire
Evangelium Evangile
Léctio sancti Evangélii secundum loánnem (15,9-17)
In illo tempore: Dixit Iesus discipulis suis: Sicut diléxit me Pater, et ego diléxi vos; manéte in dilectióne mea. Si praecépta mea servavéritis, manébitis in dilectióne mea, sicut ego Patris mei praecépta servávi et máneo in eíus dilectióne. Haec locútus sum vobis, ut gáudium meum in vobis sit, et gáudium vestrum impleátur. Hoc est praecéptum meum, ut diligátis ínvicem, sicut diléxi vos; maiórem hac dilectiónem nemo habet, ut ánimam suam quis ponat pro amícis suis. Vos amíci mei estis, si fecéritis, quae ego praecípio vobis. Iam non dico vos servos, quia servus nescit quid facit dóminus eíus; vos autem dixi amícos, quia ómnia, quae audívi a Patre meo, nota feci vobis. Non vos me elegístis, sed ego elégi vos et pósui vos, ut vos eátis et fructum afferátis, et fructus vester máneat, ut quodcúmque petiéritis Patrem in nómine meo, det vobis. Haec mando vobis, ut diligátis ínvicem. En ce temps là : Jésus dit à Ses disciples : Comme le Père M'a aimé, Je vous ai aussi aimés. Demeurez dans Mon amour. Si vous gardez Mes commandements, vous demeurerez dans Mon amour, comme J'ai Moi-même gardé les commandements de Mon Père, et que Je demeure dans Son amour. Je vous ai dit ces choses, afin que Ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. Ceci est Mon commandement: que vous vous aimiez les uns les autres, comme Je vous ai aimés. Personne ne peut avoir un plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes Mes amis, si vous faites ce que Je vous commande. Je ne vous appellerai plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître; mais Je vous ai appelés amis, parce que tout ce que J'ai appris de Mon Père, Je vous l'ai fait connaître. Ce n'est pas vous qui M'avez choisi, mais c'est Moi qui vous ai choisis, et Je vous ai établis afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure; afin que tout ce que vous demanderez au Père en Mon nom, Il vous le donne. Ce que Je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres.
Verbum Domini. R/. Laus tibi, Christe.Parole du Seigneur. R/. Louange à Toi, ô Christ.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.
C'est donc une charte d'unité universelle qui nous est octroyée par le Seigneur. Nous avons vu la révolution accomplie dans nos relations avec le Père, avec le Fils : quelles seront désormais, et à raison de ce même changement profond, nos relations avec le prochain? Un instant auparavant le Seigneur nous a parlé de ses volontés et de ses préceptes ; mais cette multiplicité et cette variété, il semble maintenant les ramener à un seul précepte, le sien : la charité. Mon commandement, c'est que vous vous aimiez les uns les autres. Vous aimerez : c'est mieux que la froide justice ; c'est plus clair que les prohibitions. Les dix commandements ne sont que les morcellements ou les épanouissements de la charité. Tout est simplifié et facilité : un seul précepte à accomplir, et qui ruine en nous les formes diverses de l’égoïsme. Dès lors, se réalise dans toute son étendue la seule volonté de Dieu ; c'est vraiment le règne de Dieu sur la terre.
Et dans l'accomplissement de ce précepte, il nous est enjoint d'aller jusqu'à la perfection : nous nous aimerons comme le Seigneur nous a aimés. Cela est possible, parce que nous sommes dans le Seigneur. C'est avec son cœur, sa pensée, son intention, c'est avec sa gravité, sa longanimité que nous aimerons. Et, comme lui, nous aimerons « jusqu'à la fin » : l'indice de la perfection dans la charité sera de donner notre vie pour ceux vers qui elle s'incline, amis ou ennemis. « Personne, dit Jésus, ne peut porter l'amour plus loin que de donner sa vie pour ceux qu'il aime. » Le Seigneur ne fait pas allusion seulement à l'héroïsme du sacrifice qu'il accomplira dans quelques heures, ni au dévouement du martyre, ni à l'exercice d'une dilection allant jusqu'à la mort : mais il envisage aussi l'appartenance constante et douce à la loi de la charité. Car c'est vraiment donner sa vie que de la consacrer toute au prochain..
Vous êtes mes amis, vous demeurez enveloppés de ma tendresse, si vous accomplissez ce que je vous commande, si vous aimez vos frères. C'est le Nouveau Testament qui commence. Dorénavant, on ne vous appellera plus serviteurs ou esclaves (Gai., iv, 7 ; Rom., VIII, 15). Le serviteur fait partie de la famille, selon la conception antique, mais il n'est pas initié à ses secrets. Il ne prend aucune part aux délibérations, il n'est pas de l'intimité ; il travaille à l'exécution d'une pensée qu'il ne connaît pas. Le secret de la vie de Dieu, la Trinité, l'universalité du plan divin, les choses de l'éternité, tout cela n'a pas été manifesté au serviteur, au Juif. Mais les enfants, les aimés, les aimants, sont renseignés, eux. Vers eux s'incline le cœur du Père, et le Fils ne leur a laissé ignorer rien de ce qu'il a mission de dire. « Je vous ai appelés des amis, parce que tout ce que j'ai entendu de mon Père, je vous l'ai fait connaître. »
Habituellement, I’homme choisit son maître et se range à la discipline et à la doctrine de celui qu'il préfère. Il en va autrement ici. C'est l'amour de Dieu qui est premier. Comme tel, c'est lui encore qui assure la fermeté de son choix. Ce n'est pas vous, poursuit le Seigneur, qui m'avez choisi : c'est moi qui vous ai élus comme amis, comme disciples, comme apôtres ; moi qui vous ai établis et envoyés pour que vous alliez de vertu en vertu, pour que vous produisiez du fruit, un fruit qui demeure éternellement. « Ainsi, tout ce que vous solliciterez de mon Père, en mon nom, il vous l'accordera. » Peut-être faut-il voir dans le verset 16 une garantie de cette charité fraternelle dont il a été parlé depuis le verset 12 : les disciples sont, en groupe, les amis du Seigneur ; ils ont été, ensemble, choisis par lui ; ils aimeront, en chacun, l'élection de Dieu ; leur vertu croîtra dans leur charité ; et l'efficacité d'une prière adressée à Dieu, d'un seul cœur et d'une seule âme, en unité avec le Fils de Dieu, sera souveraine. Aussi le Seigneur revient-il, sous forme de conclusion, au précepte de la charité fraternelle : ce que je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Laudes du vendredi 24 janvier 2020 - St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
S. Francisci de Sales, episcopi et Ecclesiae doctoris St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.
Memoria Mémoire
Ad Laudes matutinas
Aux Laudes du matin
V/. Deus, in adiutórium meum inténde. V/. Dieu, viens à mon aide.

R/. Dómine, ad adiuvándum me festína.

R/. Seigneur, vite à mon secours.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus
Hymne
Doctor ætérnus cóleris piúsque,
Nous honorons en Toi, ô Christ, le docteur éternel
Christe, qui leges áperis salútis,
plein de bonté qui révèles les lois du salut,
verba qui vitæ mérito putáris
et nous croyons que Toi seul, Tu détiens
solus habére.
les paroles de la vie.
  
Teque clamámus, bone Pastor orbis,
Nous proclamons, bon Pasteur de l'univers,
cælitus semper solidásse Sponsæ
que Tu as confirmé pour toujours dans les cieux
verba, constánter quibus illa mundo
les paroles de Ton épouse, faisant d'elle
lumen adésset.
la lumière secourable du monde.
  
Ipse quin præbes fámulos corúscos,
C'est Toi qui nous donnes d'illustres serviteurs,
áureas stellas velut emicántes,
brillants comme de belles étoiles,
certa qui nobis réserent beátæ
pour qu'ils nous dévoilent les dogmes très sûrs de
dógmata vitæ.
la vie bienheureuse.
  
Unde te laudes récinant, Magíster,
Que nos louanges Te chantent donc, Maître,
Spíritus fundis bona qui stupénda
qui répands les dons admirables de Ton Esprit
ore doctórum, tua quo poténter
par la bouche des docteurs, pour mieux
lux patet alma.
faire briller Ta lumière.
  
Quique nunc iustus celebrátur, instet
Que le juste que nous célébrons aujourd'hui
ut tuam plebem per amoena lucis
intercède pour que Tu donnes à Ton peuple
des gradi, donec tibi dicat hymnos
de monter dans Ta belle clarté jusqu'à ce qu'il chante Tes louanges
lúmine pleno. Amen.
dans la pleine lumière.
Ant. 1 Cor contrítum et humiliátum, Deus, non despícies.Ant. 1 Ne méprise pas, Dieu un coeur contrit et humilié.
Psalmus 50 (51)
Psaume 50 (51)
Miserere mei, Deus
Pitié pour moi, mon Dieu
Renovari spiritu mentis vestræ et induere novum hominem (Eph 4, 23-24).
Vous renouveler dans votre esprit et revêtir l’homme nouveau (Eph 4, 23-24).
Miserére mei, Deus, * secúndum misericórdiam tuam;Aie pitié de moi, Seigneur, * selon Ta grande miséricorde.
et secúndum multitúdinem miseratiónum tuárum * dele iniquitátem meam.Et selon la multitude de Tes bontés, * efface mon iniquité.
Amplius lava me ab iniquitáte mea * et a peccáto meo munda me.Lave-moi encore plus de mon iniquité, * et purifie-moi de mon péché.
Quóniam iniquitátem meam ego cognósco, * et peccátum meum contra me est semper.Parce que moi aussi, je connais mon iniquité, * et mon péché est toujours devant moi.
Tibi, tibi soli peccávi * et malum coram te feci,J'ai péché contre Toi seul, * et j'ai fait le mal devant Toi,
ut iustus inveniáris in senténtia tua * et æquus in iudício tuo.afin que Tu sois reconnu juste dans Tes paroles, * et que Tu sois victorieux, quand on Te juge.
Ecce enim in iniquitáte generátus sum, * et in peccáto concépit me mater mea.Car, voici, j'ai été conçu dans l'iniquité, * et ma mère m'a conçu dans le péché.
Ecce enim veritátem in corde dilexísti * et in occúlto sapiéntiam manifestásti mihi.Car, voici, Tu as aimé la vérité; * Tu m'as manifesté les choses obscures et cachées de Ta sagesse.
Aspérges me hyssópo, et mundábor; * lavábis me, et super nivem dealbábor.Tu m'aspergeras avec de l'hysope et je serai purifié; * Tu me laveras, et je deviendrai plus blanc que la neige.
Audíre me fácies gáudium et lætítiam, * et exsultábunt ossa, quæ contrivísti.Tu me feras entendre [une parole de] joie et [d']allégresse, * et mes os humiliés exulteront.
Avérte fáciem tuam a peccátis meis * et omnes iniquitátes meas dele.Détourne Ta face de mes péchés; * et efface toutes mes iniquités.
Cor mundum crea in me, Deus, * et spíritum firmum ínnova in viscéribus meis.Crée un cœur pur en moi, ô Dieu ! * et renouvelle un esprit droit dans mes entrailles.
Ne proícias me a fácie tua * et spíritum sanctum tuum ne áuferas a me.Ne me rejette pas de devant Ta Face, * et ne retire pas Ton Esprit Saint de moi.
Redde mihi lætítiam salutáris tui * et spíritu promptíssimo confírma me.Rends-moi la joie de Ton Salut,* et par Ton Esprit souverain fortifie-moi.
Docébo iníquos vias tuas, * et ímpii ad te converténtur.J'enseignerai aux [hommes] iniques Tes voies, * et les impies se convertiront à Toi.
Líbera me de sanguínibus, Deus, Deus salútis meæ, * et exsultábit língua mea iustítiam tuam.Délivre-moi du sang [versé], ô Dieu, Dieu de mon salut * et ma langue célébrera avec joie Ta justice.
Dómine, lábia mea apéries, * et os meum annuntiábit laudem tuam.Seigneur, Tu ouvriras mes lèvres, * et ma bouche annoncera Ta louange.
Non enim sacrifício delectáris, * holocáustum, si ófferam, non placébit.Parce que si Tu avais voulu un sacrifice, je Te l'aurais offert certainement; * [mais] des holocaustes ne Te seront point agréables.
Sacrifícium Deo spíritus contribulátus, * cor contrítum et humiliátum, Deus, non despícies.Le sacrifice que Dieu désire est un esprit brisé de douleur * Tu ne dédaigneras pas, ô Dieu, un cœur contrit et humilié.
Benígne fac, Dómine, in bona voluntáte tua Sion, * ut ædificéntur muri Ierúsalem.Dans Ta bonne volonté, Seigneur, traite bénignement Sion; * afin que les murs de Jérusalem soient bâtis.
Tunc acceptábis sacrifícium iustítiæ, oblatiónes et holocáusta; * tunc impónent super altáre tuum vítulos.Alors Tu agréeras un sacrifice de justice, des oblations et des holocaustes; * alors on mettra sur Ton autel de jeunes taureaux.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Cor contrítum et humiliátum, Deus, non despícies.Ant. Ne méprise pas, Dieu un coeur contrit et humilié.
Ant. 2 Cum irátus fúeris, Dómine, misericórdiæ recordáberis.Ant. 2 Quand Tu seras en colère, Seigneur, souviens-Toi de Ta miséricorde.
Canticum (Hab 3, 2-4.13a 15-19) AT43
Cantique (Hab 3, 2-4.13a 15-19) AT43
Deus apparet ad iudicandum
Dieu apparaît au jugement
Levate capita vestra, quoniam appropinquat redemptio vestra (Lc 21, 28).
Levez vos têtes, car votre rédemption approche (Lc 21, 28).
Dómine, audívi auditiónem tuam, * et tímui, Dómine, opus tuum.Seigneur, j'ai entendu parler de Toi; devant Ton oeuvre, Seigneur, j'ai craint!
In médio annórum vivífica illud, * in médio annórum notum fácies.Dans le cours des années, fais-la revivre, dans le cours des années, fais-la connaître!
Cum irátus fúeris, * misericórdiæ recordáberis.Quand Tu frémis de colère, souviens-Toi d'avoir pitié.
Deus a Theman véniet, * et Sanctus de monte Pharan.Dieu vient de Téman, et le saint, du Mont de Paran.
Operit cælos glóriæ eius, * et laudis eius plena est terra.Sa majesté couvre les cieux, Sa gloire emplit la terre.
Splendor eius ut lux erit, † rádii ex mánibus eius: * ibi abscóndita est fortitúdo eius.Son éclat est pareil à la lumière; deux rayons sortent de Ses mains: là se tient cachée Sa puissance.
Egréssus es in salútem pópuli tui, * in salútem cum christo tuo.Tu es sorti pour sauver Ton peuple, pour sauver Ton messie.
Viam fecísti in mari equis tuis, * in luto aquárum multárum.Tu as foulé, de Tes chevaux, la mer et le remous des eaux profondes.
Audívi, et conturbátus est venter meus, * ad vocem contremuérunt lábia mea.J'ai entendu et mes entrailles ont frémi; à cette voix, mes lèvres tremblent,
Ingréditur putrédo in óssibus meis, * et subter me vacíllant gressus mei.la carie pénètre mes os. Et moi je frémis d'être là,
Conquiéscam in die tribulatiónis, * ut ascéndat super pópulum, qui invádit nos.d'attendre en silence le jour d'angoisse qui se lèvera sur le peuple dressé contre nous.
Ficus enim non florébit, * et non erit fructus in víneis;Le figuier n'a pas fleuri; pas de récolte dans les vignes.
mentiétur opus olívæ, * et arva non áfferent cibum;Le fruit de l'olivier a déçu; dans les champs, plus de nourriture.
abscíssum est de ovíli pecus, * et non est arméntum in præsépibus.L'enclos s'est vidé de ses brebis, et l'étable, de son bétail.
Ego autem in Dómino gaudébo * et exsultábo in Deo salvatóre meo.Et moi, je bondis de joie dans le Seigneur, j'exulte en Dieu, mon Sauveur!
Dóminus Deus fortitúdo mea, et ponet pedes meos quasi cervórum * et super excélsa mea dedúcet me.Le Seigneur mon Dieu est ma force; Il me donne l'agilité du chamois, Il me fait marcher dans les hauteurs.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Cum irátus fúeris, Dómine, misericórdiæ recordáberis.Ant. Quand Tu seras en colère, Seigneur, souviens-Toi de Ta miséricorde.
Ant. 3 Lauda, Ierúsalem, Dóminum.Ant. 3 Jérusalem, loue le Seigneur.
Psalmus 147 (147B)
Psaume 147 (147B)
Instauratio Ierusalem
Instauration de Jerusalem
Veni, ostendam tibi sponsam uxorem Agni (Ap 21, 9).
Viens, je te montrerai, l'épouse, la femme de l'Agneau (Ap 21, 9).
Lauda, Ierúsalem, Dóminum; * † colláuda Deum tuum, Sion.Jérusalem, célèbre le Seigneur; Sion, loue ton Dieu.
Quóniam confortávit seras portárum tuárum, * benedíxit fíliis tuis in te.Car Il affermit les verrous de tes portes, Il bénit tes fils au milieu de toi;
Qui ponit fines tuos pacem * et ádipe fruménti sátiat te.Il assure la paix à tes frontières, Il te rassasie de la fleur du froment.
Qui emíttit elóquium suum terræ, * velóciter currit verbum eius.Il envoie Ses ordres à la terre; Sa parole court avec vitesse.
Qui dat nivem sicut lanam, * pruínam sicut cínerem spargit.Il fait tomber la neige comme de la laine, Il répand le givre comme de la cendre.
Mittit crystállum suam sicut buccéllas; * ante fáciem frígoris eius quis sustinébit?Il jette Ses glaçons par morceaux: qui peut tenir devant Ses frimas?
Emíttet verbum suum et liquefáciet ea, * flabit spíritus eius, et fluent aquæ.Il envoie Sa parole, et Il les fond; Il fait souffler son vent, et les eaux coulent.
Qui annúntiat verbum suum Iacob, * iustítias et iudícia sua Israel.C'est Lui qui a révélé Sa parole à Jacob, Ses lois et Ses ordonnances à Israël.
Non fecit táliter omni natióni, * et iudícia sua non manifestávit eis.Il n'a pas fait de même pour toutes les autres nations; elles ne connaissent pas Ses ordonnances.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Lauda, Ierúsalem, Dóminum.Ant. Jérusalem, loue le Seigneur.
Ant. Qui docti fúerint, fulgébunt quasi splendor firmaménti, et qui ad iustítiam erúdiunt multos, quasi stellæ in perpétuas æternitátes.Ant. Ceux qui furent doctes, brillent comme la splendeur du firmament, et ceux qui enseignèrent la justice à la multitude, sont comme des étoiles dans l'éternité perpétuelle.
Canticum Evangelicum Lc 1, 68-79
Cantique évangélique (Lc 1,68-79)
De Messia eiusque præcursore
Du Messie et de son précurseur
 Benedíctus Dóminus, Deus Israel, * quia visitávit et fecit redemptiónem plebi suæ Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, de ce qu'Il a visité et racheté Son peuple,
 et eréxit cornu salútis nobis * in domo David púeri sui, et nous a suscité un puissant Sauveur dans la maison de David, Son serviteur,
sicut locútus est per os sanctórum, * qui a sǽculo sunt, prophetárum eius, ainsi qu'Il a dit par la bouche de Ses saints prophètes des temps anciens,
salútem ex inimícis nostris * et de manu ómnium, qui odérunt nos; qu'Il nous délivrerait de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent,
 ad faciéndam misericórdiam cum pátribus nostris * et memorári testaménti sui sancti, pour exercer Sa miséricorde envers nos pères, et Se souvenir de Son alliance sainte,
 iusiurándum, quod iurávit ad Abraham patrem nostrum, * datúrum se nobis, selon le serment qu'Il a juré à Abraham, notre père, de nous accorder cette grâce,
 ut sine timóre, de manu inimicórum liberáti, * serviámus illi qu'étant délivrés de la main de nos ennemis, nous Le servions sans crainte,
 in sanctitáte et iustítia coram ipso * ómnibus diébus nostris. marchant devant Lui dans la sainteté et la justice, tous les jours de notre vie.
 Et tu, puer, prophéta Altíssimi vocáberis: * præíbis enim ante fáciem Dómini paráre vias eius, Et toi, petit enfant, tu seras appelé le prophète du Très-Haut: car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer Ses voies,
ad dandam sciéntiam salútis plebi eius * in remissiónem peccatórum eórum, afin de donner à Son peuple la connaissance du salut, pour la rémission de leurs péchés,
per víscera misericórdiæ Dei nostri, * in quibus visitábit nos óriens ex alto, par les entrailles de la miséricorde de notre Dieu, grâce auxquelles le soleil levant nous a visités d'en haut,
illumináre his, qui in ténebris et in umbra mortis sedent, * ad dirigéndos pedes nostros in viam pacis. pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et à l'ombre de la mort, pour diriger nos pas dans la voie de la paix.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Qui docti fúerint, fulgébunt quasi splendor firmaménti, et qui ad iustítiam erúdiunt multos, quasi stellæ in perpétuas æternitátes.Ant. Ceux qui furent doctes, brillent comme la splendeur du firmament, et ceux qui enseignèrent la justice à la multitude, sont comme des étoiles dans l'éternité perpétuelle.
Preces
Prières litaniques.
 
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum;qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra.que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie;Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra,et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris;comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem;et garde-nous de consentir à la tentation ;
sed líbera nos a malo.mais libère nous du malin.
Collecta
Collecte
Deus, qui ad animárum salútem beátum Francíscum epíscopum ómnibus ómnia factum esse voluísti, concéde propítius, ut, eius exémplo, tuæ mansuetúdinem caritátis in fratrum servítio semper ostendámus. Per Dóminum nostrum Iesum Christum, Fílium tuum, qui tecum vivit et regnat in unitáte Spíritus Sancti, Deus, per ómnia sæcula sæculórum. Pour le salut des âmes, Seigneur, Tu as voulu que l'évêque saint François de Sales devienne le serviteur de tous en toutes choses ; fais que, soutenus par son exemple, nous donnions une preuve de Ta douce charité en nous dévouant pour nos frères. Par notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint Esprit, Dieu, dans tous les siècles des siècles.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.

R/. Et cum spíritu tuo.
R/. Et avec votre esprit.

Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus.
Que vous bénisse Dieu tout puissant, le Père, le Fils et le Saint Esprit.
R/. Amen. R/. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
V/. Ite in pace. V/. Allez en paix.
R/. Deo grátias. R/. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. R/. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. R/. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de tierce du vendredi 24 janvier 2020 - St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
S. Francisci de Sales, episcopi et Ecclesiae doctoris St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.
Memoria Mémoire
Ad Tertiam
Ad Tertiam
V/. Deus, in adiutórium meum inténde. V/. Dieu, viens à mon aide.

R/. Dómine, ad adiuvándum me festína.

R/. Seigneur, vite à mon secours.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus
Hymne
Certum tenéntes órdinem,
A la troisième heure du jour,
pio poscámus péctore
en respectant l'ordre fixé,
hora diéi tértia
invoquons de tout notre coeur
trinae virtútis glóriam,
la gloire de la Trinité.
  
Ut simus habitáculum
Puissions nous être la demeure
illi Sancto Spirítui,
de cet Esprit de Sainteté
qui quondam in apóstolis
qui Se répandit autrefois,
hac hora distribútus est.
en cette heure, aux apôtres.
  
Hoc gradiénte órdine,
C'est en suivant aussi cet ordre,
ornávit cuncta spléndide
que le Créateur du Royaume
regni caeléstis cónditor
a tout couronné de beauté
ad nostra aetérna práemia.
pour notre bonheur éternel.
  
Deo Patri sit glória
A Dieu le Père soit la gloire,
eiúsque soli Fílio
et gloire à Son Unique Fils,
cum Spíritu Paráclito,
avec l'Esprit consolateur,
in sempitérna saécula. Amen.
à travers l'infini des siècles.
Ant. 1 Fiat misericórdia tua ut consolétur me, secúndum elóquium tuum.Ant. 1 Que Ta miséricorde me console, selon Ta parole.
Psalmus 118 (119), 73-80
Psaume 118 (119), 73-80
X (Iod)
X (Iod)
Manus tuæ fecérunt me et plasmavérunt me; * da mihi intelléctum, et discam præcépta tua.Ce sont Tes mains qui m'ont fait et qui m'ont façonné: donne-moi l'intelligence pour apprendre Tes commandements.
Qui timent te, vidébunt me et lætabúntur, * quia in verba tua supersperávi.Ceux qui Te craignent, en me voyant, se réjouiront, car j'ai confiance en Ta parole.
Cognóvi, Dómine, quia æquitas iudícia tua, * et in veritáte humiliásti me.Je sais, Seigneur, que Tes jugements sont justes; c'est dans Ta fidélité que Tu m'as humilié.
Fiat misericórdia tua, ut consolétur me, * secúndum elóquium tuum servo tuo.Que Ta bonté soit ma consolation, selon Ta parole donnée à Ton serviteur.
Véniant mihi miseratiónes tuæ, et vivam, * quia lex tua delectátio mea est.Que Ta compassion vienne sur moi, et que je vive, car Ta loi fait mes délices.
Confundántur supérbi, quóniam dolóse incurvavérunt me, * ego autem exercébor in mandátis tuis.Qu'ils soient confondus les orgueilleux qui me maltraitent injustement, moi, je médite Tes ordonnances.
Convertántur mihi timéntes te * et qui novérunt testimónia tua.Qu'ils se tournent vers moi ceux qui Te craignent, et ceux qui connaissent Tes enseignements.
Fiat cor meum immaculátum in iustificatiónibus tuis, * ut non confúndar.Que mon cœur soit tout entier à Tes lois, afin que je ne sois pas confondu.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Fiat misericórdia tua ut consolétur me, secúndum elóquium tuum.Ant. Que Ta miséricorde me console, selon Ta parole.
Ant. 2 Ab insurgéntibus in me prótege me, Deus meus.Ant. 2 Des orgueuilleux, protège moi, Seigneur mon Dieu.
Psalmus 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Psaume 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Adversus insurgentes oratio
Prière contre les adversaires orgueilleux
Hæ voces Salvatoris pietatem erga Patrem suum omnes edoceant (Eusebius Cæsariensis).
Voici les paroles du Seigneur, qui enseigne à tous la piété envers son Père (Eusèbe de Césarée).
Eripe me de inimícis meis, Deus meus, * et ab insurgéntibus in me prótege me.Délivre-moi de mes ennemis, ô mon Dieu, protège-moi contre mes adversaires.
Eripe me de operántibus iniquitátem * et de viris sánguinum salva me.Délivre-moi de ceux qui commettent l'iniquité, et sauve-moi des hommes de sang.
Quia ecce insidiáti sunt ánimæ meæ, * irruérunt in me fortes.Car voici qu'ils sont aux aguets pour m'ôter la vie; des hommes violents complotent contre moi.
Neque delíctum, neque peccátum in me est, Dómine; * sine iniquitáte mea currunt et præparántur.Sans que je sois coupable, sans que j'aie péché, Seigneur malgré mon innocence ils accourent et s'embusquent.
Exsúrge in occúrsum meum et vide; † fortitúdo mea, tibi atténdam; * quia, Deus, præsídium meum es.Éveille-Toi, viens au-devant de moi et regarde ; ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
[et tu, Dómine, Deus virtútum, Deus Israel, * evígila ad visitándas omnes gentes;[Toi, Seigneur, Dieu des armées, Dieu d'Israël, lève-Toi pour châtier toutes les nations,
non misereáris ómnibus, * qui infidéliter operántur.sois sans pitié pour ces traîtres et ces malfaiteurs !
 Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes * et circuíbunt civitátem.Ils reviennent le soir, ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ecce eructábunt ore suo, et gládius in lábiis eórum: * “Quis enim audit?”Voici que leur bouche vomit l'injure, il y a des glaives sur leurs lèvres : " Qui est-ce qui entend ? " disent-ils.
Et tu, Dómine, deridébis eos, * subsannábis omnes gentes.Et toi, Seigneur, Tu te ris d'eux, Tu te moques de toutes les nations !
Fortitúdo mea, tibi atténdam, * quia, Deus, praesídium meum es.Ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
Deus meus, misericórdia eíus praevéniet me. * Deus fáciet, ut despíciam inimícos meos.Le Dieu qui m'est propice viendra au-devant de moi ; Dieu me fera contempler mes ennemis.
[Ne óccidas eos, * ne quando obliviscátur pópulus meus;[Ne les tue pas, de peur que mon peuple n'oublie;
dispérge illos in virtúte tua et prostérne eos, * protéctor meus, Dómine.fais-les errer par ta puissance et renverse-les, ô Seigneur, notre bouclier.
Peccátum oris eórum, sermo labiórum ipsórum, * et comprehendántur in supérbia sua.Leur bouche pèche à chaque parole de leurs lèvres ; qu'ils soient pris dans leur propre orgueil,
Propter exsecratiónem et mendácium, * quod loquúntur,à cause des malédictions et des mensonges qu'ils profèrent!
consúme eos in furóre, consúme, et non erunt; * et scient quia Deus dominábitur Iácob et fínium terrae.Détruis-les dans ta fureur, détruis-les, et qu'ils ne soient plus; qu'ils sachent que Dieu règne sur Jacob, jusqu'aux extrémités de la terre !
Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes et circuíbunt civitátem.Ils reviennent le soir ; ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ipsi errábunt ad manducándum; si vero non fúerint saturáti, murmurábunt. ]Ils errent çà et là, cherchant leur proie, et ils grognent s'ils ne sont pas rassasiés.]
Deus meus, misericórdia eius prævéniet me. * Deus fáciet ut despíciam inimícos meos.Mon Dieu, sa miséricorde me précède. Dieu fera que je contemplerai l'humiliation de mes ennemis.
Ego autem cantábo fortitúdinem tuam * et exsultábo mane misericórdiam tuam,Et moi, je chanterai Ta force, et le matin je célébrerai Ta bonté,
quia factus es præsídium meum * et refúgium meum in die tribulatiónis meæ.car Tu es ma forteresse, un refuge au jour de ma tribulation.
Fortitúdo mea, tibi psallam, † quia, Deus, præsídium meum es: * Deus meus misericórdia mea.O ma force, je chanterai en Ton honneur, car Dieu est ma forteresse, mon Dieu, ma miséricorde.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Ab insurgéntibus in me prótege me, Deus meus.Ant. Des orgueuilleux, protège moi, Seigneur mon Dieu.
Ant. 3 Beátus homo, qui corrípitur a Deo: ipse vúlnerat et medétur.Ant. 3 Heureux l'homme que Dieu châtie : Car Il fait la blessure, et Il la bande.
Psalmus 59 (60)
Psaume 59 (60)
Post calamitatem oratio
Prière après une calamité
In mundo pressuram habetis, sed confidite, ego vici mundum (Io 16, 33).
Vous aurez des épreuves dans le monde, mais prenez confiance, J'ai vaincu le monde (Io 16, 33).
Deus, reppulísti nos, destruxísti nos. * Irátus es. Convértere ad nos!O Dieu, Tu nous a rejetés, Tu nous a dispersés : Tu étais irrité. Rends-nous Ta faveur !
Concussísti terram, confregísti eam; * sana contritiónes eius, quia commóta est.Tu as ébranlé le pays, Tu l'as déchiré : répare ses brèches, car il chancelle.
Ostendísti pópulo tuo dura, * potásti nos vino vertíginis.Tu as fait voir à Ton peuple de rudes épreuves, Tu nous a fait boire un vin de vertige.
Dedísti metuéntibus te signum, * ut fúgiant a fácie arcus.Mais Tu as donné à ceux qui Te craignent une bannière, afin qu'elle s'élève à cause de Ta vérité.
Ut liberéntur dilécti tui, * salvos fac déxtera tua et exáudi nos.Afin que Tes bien-aimés soient délivrés, sauve par Ta droite, et exauce-nous.
Deus locútus est in sancto suo: † «Lætábor et partíbor Síchimam * et convállem Succoth metíbor.Dieu a parlé dans sa sainteté : « Je tressaillirai de joie. J'aurai Sichem en partage, et je mesurerai la vallée de Succoth.
Meus est Gálaad et meus est Manásses * et Ephraim fortitúdo cápitis mei.Galaad est à moi, à moi Manassé, et Ephraim est l'armure de ma tête.
Iuda sceptrum meum, * Moab olla lavácri mei.Et Juda mon sceptre, Moab est le bassin où je me lave.
Super Idumæam exténdam calceaméntum meum, * super Philistæam vociferábor».Sur Edom je jette ma sandale; terre des Philistins, pousse des acclamations en mon honneur ».
Quis addúcet me in civitátem munítam? * Quis dedúcet me usque in Idumæam?Qui me mènera à la ville forte? Qui me conduira à Edom?
Nonne tu, Deus, qui reppulísti nos, * et non egrediéris, Deus, in virtútibus nostris?N'est-ce pas Toi, ô Dieu, qui nous avais rejetés, ô Dieu, qui ne sortais plus avec nos armées ?
Da nobis auxílium de tribulatióne, * quia vana salus hóminis.Prête-nous Ton secours contre l'oppresseur ! Le secours de l'homme n'est que vanité.
In Deo faciémus virtútem, * et ipse conculcábit tribulántes nos.Avec Dieu nous accomplirons des exploits ; Il écrasera nos ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Beátus homo, qui corrípitur a Deo: ipse vúlnerat et medétur.Ant. Heureux l'homme que Dieu châtie : Car Il fait la blessure, et Il la bande.
Lectio brevis (Deut 1 , 31b)
Lecture brève (Phil 2, 2b-4)
Portávit te Dóminus Deus tuus, ut solet homo gestáre párvulum fílium suum, in omni via, per quam ambulástis.Le Seigneur t'a porté comme un homme porte son fils, tout au long de la route que tu as parcourue.
V/. Súscipe me, Dómine, secúndum elóquium tuum, et vivam. V/. Accueille-moi, Seigneur, selon Ta parole, et je vivrai.
R/. Et non confúndas me ab exspectatióne mea. R/. Et que je ne sois pas déçu dans mon attente.
Orémus. Prions.
Dómine Iesu Christe, qui hora tértia ad crucis poenam ductus es pro mundi salúte, te súpplices exorámus, ut et de prætéritis malis semper apud te véniam impetrémus, et de futúris iúgiter habeámus custódiam. Qui vivis et regnas in sæcula sæculórum.Nous Te supplions instamment, Seigneur Jésus, à l'heure où Tu fus conduit à la croix pour le salut du monde: pardonne-nous les fautes commises et protège-nous pour l'avenir. Toi qui vis et règnes pour les siècles des siècles.
Benedicámus Dómino.
R/. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. R/. Rendons grâces à Dieu.

Ad Tertiam - psalmodia complementaria

A Tierce - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Fiat misericórdia tua ut consolétur me, secúndum elóquium tuum.Ant. 1 Que Ta miséricorde me console, selon Ta parole.
Psalmus 119 (120)
Psaume 119 (120)
Desiderium pacis
Désir de paix
In tribulatione patientes, orationi instantes (Rom 12, 12).
Soyez patients dans l'affliction, assidus à la prière, (Rom 12, 12).
Ad Dóminum, cum tribulárer, clamávi, * et exaudívit me.Vers le Seigneur, dans ma détresse, j'ai crié, et Il m'a exaucé:
Dómine, líbera ánimam meam a lábiis mendácii, * a língua dolósa.« Seigneur, délivre mon âme de la lèvre de mensonge, de la langue astucieuse! »
Quid detur tibi aut quid apponátur tibi, * língua dolósa?Que te sera-t-il donné, quel sera ton profit, langue perfide?
Sagíttæ poténtis acútæ * cum carbónibus iuniperórum.Les flèches aiguës du Tout-puissant, avec les charbons ardents du genêt.
Heu mihi, quia peregrinátus sum in Mosoch, * habitávi ad tabernácula Cedar!Malheureux que je suis de séjourner dans Mések, d'habiter sous les tentes de Cédar !
Multum íncola fuit ánima mea * cum his, qui odérunt pacem.Trop longtemps j'ai demeuré avec ceux qui haïssent la paix.
Ego eram pacíficus; * cum loquébar, illi impugnábant me.Je suis un homme de paix et, quand je leur parle, ils sont pour la guerre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Ab insurgéntibus in me prótege me, Deus meus.Ant. 2 Des orgueuilleux, protège moi, Seigneur mon Dieu.
Psalmus 120 (121)
Psaume 120 (121)
Custos populi
Garde du peuple
Non esurient amplius, neque sitient amplius, neque cadet super illos sol neque ullus æstus (Ap 7, 16).
Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, la brûlure du soleil ne les accablera plus. (Ap 7, 16).
Levábo óculos meos in montes: * unde véniet auxílium mihi?Je lève les yeux vers les montagnes : d'où me viendra le secours?
Auxílium meum a Dómino, * qui fecit cælum et terram.Mon secours viendra du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Non dabit in commotiónem pedem tuum, * neque dormitábit, qui custódit te.Il ne permettra pas que ton pied trébuche; celui qui te garde ne sommeillera pas.
Ecce non dormitábit neque dórmiet, * qui custódit Israel.Non, il ne sommeille ni ne dort, celui qui garde Israël.
Dóminus custódit te, † Dóminus umbráculum tuum, * ad manum déxteram tuam.Le Seigneur est ton gardien, le Seigneur est ton abri, toujours à ta droite.
Per diem sol non percútiet te, * neque luna per noctem.Pendant le jour le soleil ne te frappera point, ni la lune pendant la nuit.
Dóminus custódiet te ab omni malo; * custódiet ánimam tuam Dóminus.Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ton âme.
Dóminus custódiet intróitum tuum et éxitum tuum * ex hoc nunc et usque in sæculumLe Seigneur gardera ton départ et ton arrivée, maintenant et à jamais.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Ab insurgéntibus in me prótege me, Deus meus.Ant. 3 Des orgueuilleux, protège moi, Seigneur mon Dieu.
Psalmus 121 (122)
Psaume 121 (122)
Civitas sancta Ierusalem
La cité sainte de Jérusalem
Accessistis ad Sion montem et civitatem Dei viventis, Ierusalem cælestem (Hebr 12, 22).
Vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant qui est la Jérusalem céleste (Hebr 12, 22).
Lætátus sum in eo quod dixérunt mihi: * «In domum Dómini íbimus» .J'ai été dans la joie quand on m'a dit: « Allons à la maison du Seigneur »
Stantes iam sunt pedes nostri * in portis tuis, Ierúsalem.Enfin nos pieds s'arrêtent à tes portes, Jérusalem.
Ierúsalem, quæ ædificáta est ut cívitas, * sibi compácta in idípsum.Jérusalem, tu es bâtie comme une ville où tout se tient ensemble.
Illuc enim ascendérunt tribus, tribus Dómini, * testimónium Israel, ad confiténdum nómini Dómini.Là montent les tribus, les tribus du Seigneur, selon la loi d'Israël, pour louer le nom du Seigneur.
Quia illic sedérunt sedes ad iudícium, *sedes domus David.Là sont établis des sièges pour le jugement, les sièges de la maison de David.
Rogáte, quæ ad pacem sunt Ierúsalem: * «Secúri sint diligéntes te!Faites des voeux pour Jérusalem: « Qu'ils soient en sûreté ceux qui t'aiment !
Fiat pax in muris tuis, * et secúritas in túrribus tuis! ».Que la paix règne dans tes murs, la prospérité dans tes palais ! »
Propter fratres meos et próximos meos * loquar: «Pax in te! ».A cause de mes frères et de mes amis, je dis : «Paix sur toi ! ».
Propter domum Dómini Dei nostri * exquíram bona tibi.A cause de la maison du Seigneur, notre Dieu, je désire pour toi le bonheur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Messe du vendredi 24 janvier 2020 - St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
S. Francisci de Sales, episcopi et Ecclesiae doctoris St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.
Memoria Mémoire


 Introït  Introït
Ps. 131, 9-10.
Sacerdótes tui, Dómine, índuant iustítiam, et sancti tui exsúltent : propter David servum tuum, non avértas fáciem Christi tui. (T.P. Allelúia, allelúia.) Ps. Ibid, 1. Meménto, Dómine, David : et omnis mansuetúdinis eius. V/.Glória Patri. Que Tes prêtres, Seigneur, revêtent la justice et que Tes saints tressaillent de joie. En considération de David Ton serviteur, ne repousse pas la face de Ton Christ. (T.P. Alléluia, alléluia.) V/. Souviens-Toi, Seigneur, de David et de toute sa mansuétude. V/. Gloire au Père.
OrémusPrions
Collecta
Collecte
Deus, qui ad animárum salútem beátum Francíscum epíscopum ómnibus ómnia factum esse voluísti, concéde propítius, ut, eius exémplo, tuæ mansuetúdinem caritátis in fratrum servítio semper ostendámus. Per Dóminum nostrum Iesum Christum, Fílium tuum, qui tecum vivit et regnat in unitáte Spíritus Sancti, Deus, per ómnia sæcula sæculórum. Pour le salut des âmes, Seigneur, Tu as voulu que l'évêque saint François de Sales devienne le serviteur de tous en toutes choses ; fais que, soutenus par son exemple, nous donnions une preuve de Ta douce charité en nous dévouant pour nos frères. Par notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint Esprit, Dieu, dans tous les siècles des siècles.
Lectio I Ière lecture
Léctio Epístolae beáti Pauli apóstoli ad Ephésios (3,8-12)
Fratres: Mihi ómnium sanctórum mínimo data est grátia haec: géntibus evangelizáre investigábiles divítias Christi et illumináre omnes, quae sit dispensátio mystérii abscónditi a sǽculis in Deo, qui ómnia creávit, ut innotéscat nunc principátibus et potestátibus in caeléstibus per ecclésiam multifórmis sapiéntia Dei, secúndum propósitum saeculórum, quod fecit in Christo Iésu Dómino nostro, in quo habémus fidúciam et accéssum in confidéntia per fidem eíus. A moi, le plus petit de tous les saints, a été accordée cette grâce d'annoncer parmi les Gentils les richesses incommensurables du Christ, et de mettre en lumière devant tous quelle est l'économie du mystère caché dès l'origine des siècles en Dieu, qui a créé toutes choses; afin que les principautés et les puissances, dans les Cieux, connaissent par l'Eglise la sagesse infiniment variée de Dieu, selon le dessein éternel qu'Il a formé en Jésus-Christ Notre-Seigneur, en qui nous avons la liberté de nous approcher de Dieu avec confiance, par la foi en Lui.
Verbum Domini. R/. Deo gratias.Parole du Seigneur. R/. Rendons grâces à Dieu.
Graduale Graduel
Ps. 36, 30-31
R/. Os iusti meditábitur sapiéntiam, et lingua eius loquétur iudícium. V/. Lex Dei eius in corde ipsíus: et non supplantabúntur gressus eius. R/. La bouche du juste méditera la sagesse, et sa langue proférera l'équité. V/. La loi de son Dieu est dans son cœur, et on ne le renversera point.
Allelúia Alléluia
R/. Allelúia. R/. Alléluia.
V/. Meménto Dómine David, et omnis mansuetúdinis eius. V/. V/. Souviens-Toi, Seigneur, de David et de toute sa mansuétude.
Evangelium Evangile
Léctio sancti Evangélii secundum loánnem (15,9-17)
In illo tempore: Dixit Iesus discipulis suis: Sicut diléxit me Pater, et ego diléxi vos; manéte in dilectióne mea. Si praecépta mea servavéritis, manébitis in dilectióne mea, sicut ego Patris mei praecépta servávi et máneo in eíus dilectióne. Haec locútus sum vobis, ut gáudium meum in vobis sit, et gáudium vestrum impleátur. Hoc est praecéptum meum, ut diligátis ínvicem, sicut diléxi vos; maiórem hac dilectiónem nemo habet, ut ánimam suam quis ponat pro amícis suis. Vos amíci mei estis, si fecéritis, quae ego praecípio vobis. Iam non dico vos servos, quia servus nescit quid facit dóminus eíus; vos autem dixi amícos, quia ómnia, quae audívi a Patre meo, nota feci vobis. Non vos me elegístis, sed ego elégi vos et pósui vos, ut vos eátis et fructum afferátis, et fructus vester máneat, ut quodcúmque petiéritis Patrem in nómine meo, det vobis. Haec mando vobis, ut diligátis ínvicem. En ce temps là : Jésus dit à Ses disciples : Comme le Père M'a aimé, Je vous ai aussi aimés. Demeurez dans Mon amour. Si vous gardez Mes commandements, vous demeurerez dans Mon amour, comme J'ai Moi-même gardé les commandements de Mon Père, et que Je demeure dans Son amour. Je vous ai dit ces choses, afin que Ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. Ceci est Mon commandement: que vous vous aimiez les uns les autres, comme Je vous ai aimés. Personne ne peut avoir un plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis. Vous êtes Mes amis, si vous faites ce que Je vous commande. Je ne vous appellerai plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître; mais Je vous ai appelés amis, parce que tout ce que J'ai appris de Mon Père, Je vous l'ai fait connaître. Ce n'est pas vous qui M'avez choisi, mais c'est Moi qui vous ai choisis, et Je vous ai établis afin que vous alliez, et que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure; afin que tout ce que vous demanderez au Père en Mon nom, Il vous le donne. Ce que Je vous commande, c'est de vous aimer les uns les autres.
Verbum Domini. R/. Laus tibi, Christe.Parole du Seigneur. R/. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium Offertoire
Ps. 91, 13
Iustus ut palma florébit: sicut cedrus, quae in Líbano est, multiplicábitur. Le juste fleurira comme le palmier, et il se multipliera comme le cèdre du Liban.
Communio Communion
Luc. 12, 42
Fidélis servus et prudens, quem constítuit dóminus super famíliam suam: ut det illis in témpore trítici mensúram. Serviteur fidèle, prudent, que le maître établira sur sa domesticité pour donner, au temps (voulu), la ration de froment.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de sexte du vendredi 24 janvier 2020 - St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
S. Francisci de Sales, episcopi et Ecclesiae doctoris St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.
Memoria Mémoire
Ad Sextam
Ad Sextam
V/. Deus, in adiutórium meum inténde. V/. Dieu, viens à mon aide.

R/. Dómine, ad adiuvándum me festína.

R/. Seigneur, vite à mon secours.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus
Hymne
Dicámus laudes Dómino
Chantons au Seigneur nos louanges
fervénte prompti spíritu;
dans l'ardeur d'une âme empressée,
hora volúta séxies
voici venue la sixième heure
nos ad orándum próvocat.
qui nous invite à la prière.
  
In hac enim fidélibus
Car la gloire du vrai salut,
verae salútis glória
du sacrifice de l'Agneau,
beáti Agni hóstia
advient en cette heure aux croyants
crucis virtúte rédditur.
par la puissance de la croix.
  
Cuius luce claríssima
A l'éclat dont elle rayonne,
tenébricat merídies,
le plein midi n'est que ténèbres;
sumámus toto péctore
accueillons d'un coeur sans réserve
tanti splendóris grátiam.
la grâce de cette splendeur.
  
Deo Patri sit glória
A Dieu le Père soit la gloire,
eiúsque soli Fílio
et gloire à Son Unique Fils,
cum Spíritu Paráclito,
avec l'Esprit consolateur,
in sempitérna saécula. Amen.
à travers l'infini des siècles.
Ant. 1 Fiat misericórdia tua ut consolétur me, secúndum elóquium tuum.Ant. 1 Que Ta miséricorde me console, selon Ta parole.
Psalmus 118 (119), 73-80
Psaume 118 (119), 73-80
X (Iod)
X (Iod)
Manus tuæ fecérunt me et plasmavérunt me; * da mihi intelléctum, et discam præcépta tua.Ce sont Tes mains qui m'ont fait et qui m'ont façonné: donne-moi l'intelligence pour apprendre Tes commandements.
Qui timent te, vidébunt me et lætabúntur, * quia in verba tua supersperávi.Ceux qui Te craignent, en me voyant, se réjouiront, car j'ai confiance en Ta parole.
Cognóvi, Dómine, quia æquitas iudícia tua, * et in veritáte humiliásti me.Je sais, Seigneur, que Tes jugements sont justes; c'est dans Ta fidélité que Tu m'as humilié.
Fiat misericórdia tua, ut consolétur me, * secúndum elóquium tuum servo tuo.Que Ta bonté soit ma consolation, selon Ta parole donnée à Ton serviteur.
Véniant mihi miseratiónes tuæ, et vivam, * quia lex tua delectátio mea est.Que Ta compassion vienne sur moi, et que je vive, car Ta loi fait mes délices.
Confundántur supérbi, quóniam dolóse incurvavérunt me, * ego autem exercébor in mandátis tuis.Qu'ils soient confondus les orgueilleux qui me maltraitent injustement, moi, je médite Tes ordonnances.
Convertántur mihi timéntes te * et qui novérunt testimónia tua.Qu'ils se tournent vers moi ceux qui Te craignent, et ceux qui connaissent Tes enseignements.
Fiat cor meum immaculátum in iustificatiónibus tuis, * ut non confúndar.Que mon cœur soit tout entier à Tes lois, afin que je ne sois pas confondu.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Fiat misericórdia tua ut consolétur me, secúndum elóquium tuum.Ant. Que Ta miséricorde me console, selon Ta parole.
Ant. 2 Ab insurgéntibus in me prótege me, Deus meus.Ant. 2 Des orgueuilleux, protège moi, Seigneur mon Dieu.
Psalmus 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Psaume 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Adversus insurgentes oratio
Prière contre les adversaires orgueilleux
Hæ voces Salvatoris pietatem erga Patrem suum omnes edoceant (Eusebius Cæsariensis).
Voici les paroles du Seigneur, qui enseigne à tous la piété envers son Père (Eusèbe de Césarée).
Eripe me de inimícis meis, Deus meus, * et ab insurgéntibus in me prótege me.Délivre-moi de mes ennemis, ô mon Dieu, protège-moi contre mes adversaires.
Eripe me de operántibus iniquitátem * et de viris sánguinum salva me.Délivre-moi de ceux qui commettent l'iniquité, et sauve-moi des hommes de sang.
Quia ecce insidiáti sunt ánimæ meæ, * irruérunt in me fortes.Car voici qu'ils sont aux aguets pour m'ôter la vie; des hommes violents complotent contre moi.
Neque delíctum, neque peccátum in me est, Dómine; * sine iniquitáte mea currunt et præparántur.Sans que je sois coupable, sans que j'aie péché, Seigneur malgré mon innocence ils accourent et s'embusquent.
Exsúrge in occúrsum meum et vide; † fortitúdo mea, tibi atténdam; * quia, Deus, præsídium meum es.Éveille-Toi, viens au-devant de moi et regarde ; ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
[et tu, Dómine, Deus virtútum, Deus Israel, * evígila ad visitándas omnes gentes;[Toi, Seigneur, Dieu des armées, Dieu d'Israël, lève-Toi pour châtier toutes les nations,
non misereáris ómnibus, * qui infidéliter operántur.sois sans pitié pour ces traîtres et ces malfaiteurs !
 Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes * et circuíbunt civitátem.Ils reviennent le soir, ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ecce eructábunt ore suo, et gládius in lábiis eórum: * “Quis enim audit?”Voici que leur bouche vomit l'injure, il y a des glaives sur leurs lèvres : " Qui est-ce qui entend ? " disent-ils.
Et tu, Dómine, deridébis eos, * subsannábis omnes gentes.Et toi, Seigneur, Tu te ris d'eux, Tu te moques de toutes les nations !
Fortitúdo mea, tibi atténdam, * quia, Deus, praesídium meum es.Ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
Deus meus, misericórdia eíus praevéniet me. * Deus fáciet, ut despíciam inimícos meos.Le Dieu qui m'est propice viendra au-devant de moi ; Dieu me fera contempler mes ennemis.
[Ne óccidas eos, * ne quando obliviscátur pópulus meus;[Ne les tue pas, de peur que mon peuple n'oublie;
dispérge illos in virtúte tua et prostérne eos, * protéctor meus, Dómine.fais-les errer par ta puissance et renverse-les, ô Seigneur, notre bouclier.
Peccátum oris eórum, sermo labiórum ipsórum, * et comprehendántur in supérbia sua.Leur bouche pèche à chaque parole de leurs lèvres ; qu'ils soient pris dans leur propre orgueil,
Propter exsecratiónem et mendácium, * quod loquúntur,à cause des malédictions et des mensonges qu'ils profèrent!
consúme eos in furóre, consúme, et non erunt; * et scient quia Deus dominábitur Iácob et fínium terrae.Détruis-les dans ta fureur, détruis-les, et qu'ils ne soient plus; qu'ils sachent que Dieu règne sur Jacob, jusqu'aux extrémités de la terre !
Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes et circuíbunt civitátem.Ils reviennent le soir ; ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ipsi errábunt ad manducándum; si vero non fúerint saturáti, murmurábunt. ]Ils errent çà et là, cherchant leur proie, et ils grognent s'ils ne sont pas rassasiés.]
Deus meus, misericórdia eius prævéniet me. * Deus fáciet ut despíciam inimícos meos.Mon Dieu, sa miséricorde me précède. Dieu fera que je contemplerai l'humiliation de mes ennemis.
Ego autem cantábo fortitúdinem tuam * et exsultábo mane misericórdiam tuam,Et moi, je chanterai Ta force, et le matin je célébrerai Ta bonté,
quia factus es præsídium meum * et refúgium meum in die tribulatiónis meæ.car Tu es ma forteresse, un refuge au jour de ma tribulation.
Fortitúdo mea, tibi psallam, † quia, Deus, præsídium meum es: * Deus meus misericórdia mea.O ma force, je chanterai en Ton honneur, car Dieu est ma forteresse, mon Dieu, ma miséricorde.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Ab insurgéntibus in me prótege me, Deus meus.Ant. Des orgueuilleux, protège moi, Seigneur mon Dieu.
Ant. 3 Beátus homo, qui corrípitur a Deo: ipse vúlnerat et medétur.Ant. 3 Heureux l'homme que Dieu châtie : Car Il fait la blessure, et Il la bande.
Psalmus 59 (60)
Psaume 59 (60)
Post calamitatem oratio
Prière après une calamité
In mundo pressuram habetis, sed confidite, ego vici mundum (Io 16, 33).
Vous aurez des épreuves dans le monde, mais prenez confiance, J'ai vaincu le monde (Io 16, 33).
Deus, reppulísti nos, destruxísti nos. * Irátus es. Convértere ad nos!O Dieu, Tu nous a rejetés, Tu nous a dispersés : Tu étais irrité. Rends-nous Ta faveur !
Concussísti terram, confregísti eam; * sana contritiónes eius, quia commóta est.Tu as ébranlé le pays, Tu l'as déchiré : répare ses brèches, car il chancelle.
Ostendísti pópulo tuo dura, * potásti nos vino vertíginis.Tu as fait voir à Ton peuple de rudes épreuves, Tu nous a fait boire un vin de vertige.
Dedísti metuéntibus te signum, * ut fúgiant a fácie arcus.Mais Tu as donné à ceux qui Te craignent une bannière, afin qu'elle s'élève à cause de Ta vérité.
Ut liberéntur dilécti tui, * salvos fac déxtera tua et exáudi nos.Afin que Tes bien-aimés soient délivrés, sauve par Ta droite, et exauce-nous.
Deus locútus est in sancto suo: † «Lætábor et partíbor Síchimam * et convállem Succoth metíbor.Dieu a parlé dans sa sainteté : « Je tressaillirai de joie. J'aurai Sichem en partage, et je mesurerai la vallée de Succoth.
Meus est Gálaad et meus est Manásses * et Ephraim fortitúdo cápitis mei.Galaad est à moi, à moi Manassé, et Ephraim est l'armure de ma tête.
Iuda sceptrum meum, * Moab olla lavácri mei.Et Juda mon sceptre, Moab est le bassin où je me lave.
Super Idumæam exténdam calceaméntum meum, * super Philistæam vociferábor».Sur Edom je jette ma sandale; terre des Philistins, pousse des acclamations en mon honneur ».
Quis addúcet me in civitátem munítam? * Quis dedúcet me usque in Idumæam?Qui me mènera à la ville forte? Qui me conduira à Edom?
Nonne tu, Deus, qui reppulísti nos, * et non egrediéris, Deus, in virtútibus nostris?N'est-ce pas Toi, ô Dieu, qui nous avais rejetés, ô Dieu, qui ne sortais plus avec nos armées ?
Da nobis auxílium de tribulatióne, * quia vana salus hóminis.Prête-nous Ton secours contre l'oppresseur ! Le secours de l'homme n'est que vanité.
In Deo faciémus virtútem, * et ipse conculcábit tribulántes nos.Avec Dieu nous accomplirons des exploits ; Il écrasera nos ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Beátus homo, qui corrípitur a Deo: ipse vúlnerat et medétur.Ant. Heureux l'homme que Dieu châtie : Car Il fait la blessure, et Il la bande.
Lectio brevis (Bar 4, 28-29)
Lecture brève (Bar 4, 28-29)
Sicut fuit mens vestra, ut errarétis a Deo, convérsi decupláte stúdium quæréndi eum; qui enim indúxit in vos mala, indúcet in vos ætérnam iucunditátem cum salúte vestra.Votre pensée vous a égarés loin de Dieu; une fois convertis, mettez dix fois plus d'ardeur à le chercher. Car celui qui a fait venir sur vous ces calamités fera venir sur vous la joie éternelle, en assurant votre salut.
V/. Apud Dóminum misericórdia. V/. Auprès du Seigneur est la miséricorde.
R/. Et copiósa apud eum redémptio. R/. Et auprès de Lui, abondante est la rédemption.
Orémus. Prions.
Dómine Iesu Christe, qui pæniténtem latrónem de patíbulo crucis in regnum tuum transíre fecísti, peccáta nostra confiténtes te cum fidúcia deprecámur, ut post mortem nos fácias paradísi portas introíre gaudéntes. Qui vivis et regnas in sæcula sæculórum.Seigneur Jésus Christ, Toi qui as fait passer de la croix dans Ton Royaume le malfaiteur qui reconnaissait ses fautes, nous Te supplions avec confiance en confessant nos péchés: fais-nous passer, après notre mort, les portes du paradis dans la joie. Toi qui vis et règnes pour les siècles des siècles.
Benedicámus Dómino.
R/. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. R/. Rendons grâces à Dieu.

Ad Sextam - psalmodia complementaria

A Sexte - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Fiat misericórdia tua ut consolétur me, secúndum elóquium tuum.Ant. 1 Que Ta miséricorde me console, selon Ta parole.
Psalmus 122 (123)
Psaume 122 (123)
Dominus fiducia populi
Le Seigneur, confiance du peuple
Duo cæci... clamaverunt: «Domine, miserere nostri, Fili David» (Mt 20, 30).
Deux aveugles… crièrent « Seigneur, aie pitié de nous, Fils de David » (Mt 20, 30).
Ad te levávi óculos meos, * qui hábitas in cælis.J'élève mes yeux vers Toi, ô toi qui siège dans les cieux!
Ecce sicut óculi servórum ad manus dominórum suórum, * sicut óculi ancíllæ ad manus dóminæ suæ,Comme l'oeil du serviteur est fixé sur la main de son maître, et l'oeil de la servante sur la main de sa maîtresse,
ita óculi nostri ad Dóminum Deum nostrum, * donec misereátur nostri.ainsi nos yeux sont fixés sur le Seigneur, notre Dieu, jusqu'à ce qu'Il ait pitié de nous.
Miserére nostri, Dómine, miserére nostri, * quia multum repléti sumus despectióne;Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous, car nous n'avons été que trop rassasiés d'opprobres.
quia multum repléta est ánima nostra * derisióne abundántium et despectióne superbórum.Notre âme n'a été que trop rassasiée de la moquerie des superbes, du mépris des orgueilleux.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Ab insurgéntibus in me prótege me, Deus meus.Ant. 2 Des orgueuilleux, protège moi, Seigneur mon Dieu.
Psalmus 123 (124)
Psaume 123 (124)
Adiutorium nostrum in nomine Domini
Notre secours est dans le nom du Seigneur
Dixit Dominus Paulo: «Noli timere ... quia ego sum tecum» (Act 18, 9-10).
Le Seigneur dit à Paul : «ne crains pas ... Je suis avec toi» (Act 18, 9-10).
Nisi quia Dóminus erat in nobis, dicat nunc Israel, † nisi quia Dóminus erat in nobis, * cum exsúrgerent hómines in nos:Si le Seigneur n'eût été pour nous, qu'Israël le proclame, si le Seigneur n'eût été pour nous, quand les hommes se sont élevés contre nous.
forte vivos deglutíssent nos, * cum irascerétur furor eórum in nos.Ils nous auraient dévorés tout vivants, quand leur colère s'est allumée contre nous.
Fórsitan aqua absorbuísset nos, † torrens pertransísset ánimam nostram * fórsitan pertransíssent ánimam nostram aquæ intumescéntes.Les eaux nous auraient engloutis, le torrent eût passé sur notre âme; sur notre âme auraient passé les eaux impétueuses.
Benedíctus Dóminus; * qui non dedit nos in direptiónem déntibus eórum.Béni soit le Seigneur, qui ne nous a pas livrés à leurs dents.
Anima nostra sicut passer erépta est * de láqueo venántium:Notre âme, comme le passereau, s'est échappée du filet de l'oiseleur :
láqueus contrítus est, * et nos erépti sumus.le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Adiutórium nostrum in nómine Dómini, * qui fecit cælum et terram.Notre secours est dans le nom du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Beátus homo, qui corrípitur a Deo: ipse vúlnerat et medétur.Ant. 3 Heureux l'homme que Dieu châtie : Car Il fait la blessure, et Il la bande.
Psalmus 124 (125)
Psaume 124 (125)
Dominus custos populi sui
Le Seigneur prend soin de son peuple
Pax super Israel Dei (Gal 6, 16).
La paix de Dieu sur Israël (Gal 6, 16).
Qui confídunt in Dómino sicut mons Sion: * non commovébitur, in ætérnum manet.Ceux qui se confient dans le Seigneur sont comme la montagne de Sion: elle ne chancelle point, elle est établie pour toujours.
Ierúsalem, montes in circúitu eius, † et Dóminus in circúitu pópuli sui * ex hoc nunc et usque in sæculum.Jérusalem a autour d'elle une ceinture de montagnes: ainsi le Seigneur entoure Son peuple, dès maintenant et à jamais.
Quia non requiéscet virga iniquitátis super sortem iustórum, * ut non exténdant iusti ad iniquitátem manus suas.Le sceptre des méchants ne restera pas sur l'héritage des justes, afin que les justes ne portent pas aussi leurs mains vers l'iniquité.
Bénefac, Dómine, bonis * et rectis corde.Seigneur, répands Tes bontés sur les bons, et sur ceux qui ont le coeur droit.
Declinántes autem per vias pravas † addúcet Dóminus cum operántibus iniquitátem. * Pax super Israel!Mais sur ceux qui se détournent en des voies tortueuses, que le Seigneur les abandonne avec ceux qui font le mal. Paix sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de none du vendredi 24 janvier 2020 - St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
S. Francisci de Sales, episcopi et Ecclesiae doctoris St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.
Memoria Mémoire
Ad Nonam
Ad Nonam
V/. Deus, in adiutórium meum inténde. V/. Dieu, viens à mon aide.

R/. Dómine, ad adiuvándum me festína.

R/. Seigneur, vite à mon secours.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus
Hymne
Ternis horárum términis
Déjà la grâce du Seigneur
volútis dante Dómino,
trois fois nous a donné trois heures ;
trinum perfécte et únicum
avec amour nous chantons Dieu,
ipsum devóti psállimus.
Trinité, parfaite unité
  
Sacrum Dei mystérium
Gardons-en des coeurs purifiés
puro tenéntes péctore,
le mystère sacré de Dieu
Petri magístri régula
et puisque le magistère de Pierre
signo salútis pródita,
fut confirmé par un miracle,
  
Et nos psallámus spíritu,
Chantons nous aussi dans l'Esprit
haeréntes sic apóstolis,
en nous attachant aux apôtres
ut plantas adhuc débiles
pour que, par la force du Christ,
Christi virtúte dírigant.
ils rendent plus fermes nos pas.
  
Deo Patri sit glória
A Dieu le Père soit la gloire,
eiúsque soli Fílio
et gloire à Son Unique Fils,
cum Spíritu Paráclito,
avec l'Esprit Consolateur,
in sempitérna saécula. Amen.
à travers l'infini des siècles.
Ant. 1 Fiat misericórdia tua ut consolétur me, secúndum elóquium tuum.Ant. 1 Que Ta miséricorde me console, selon Ta parole.
Psalmus 118 (119), 73-80
Psaume 118 (119), 73-80
X (Iod)
X (Iod)
Manus tuæ fecérunt me et plasmavérunt me; * da mihi intelléctum, et discam præcépta tua.Ce sont Tes mains qui m'ont fait et qui m'ont façonné: donne-moi l'intelligence pour apprendre Tes commandements.
Qui timent te, vidébunt me et lætabúntur, * quia in verba tua supersperávi.Ceux qui Te craignent, en me voyant, se réjouiront, car j'ai confiance en Ta parole.
Cognóvi, Dómine, quia æquitas iudícia tua, * et in veritáte humiliásti me.Je sais, Seigneur, que Tes jugements sont justes; c'est dans Ta fidélité que Tu m'as humilié.
Fiat misericórdia tua, ut consolétur me, * secúndum elóquium tuum servo tuo.Que Ta bonté soit ma consolation, selon Ta parole donnée à Ton serviteur.
Véniant mihi miseratiónes tuæ, et vivam, * quia lex tua delectátio mea est.Que Ta compassion vienne sur moi, et que je vive, car Ta loi fait mes délices.
Confundántur supérbi, quóniam dolóse incurvavérunt me, * ego autem exercébor in mandátis tuis.Qu'ils soient confondus les orgueilleux qui me maltraitent injustement, moi, je médite Tes ordonnances.
Convertántur mihi timéntes te * et qui novérunt testimónia tua.Qu'ils se tournent vers moi ceux qui Te craignent, et ceux qui connaissent Tes enseignements.
Fiat cor meum immaculátum in iustificatiónibus tuis, * ut non confúndar.Que mon cœur soit tout entier à Tes lois, afin que je ne sois pas confondu.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Fiat misericórdia tua ut consolétur me, secúndum elóquium tuum.Ant. Que Ta miséricorde me console, selon Ta parole.
Ant. 2 Ab insurgéntibus in me prótege me, Deus meus.Ant. 2 Des orgueuilleux, protège moi, Seigneur mon Dieu.
Psalmus 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Psaume 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Adversus insurgentes oratio
Prière contre les adversaires orgueilleux
Hæ voces Salvatoris pietatem erga Patrem suum omnes edoceant (Eusebius Cæsariensis).
Voici les paroles du Seigneur, qui enseigne à tous la piété envers son Père (Eusèbe de Césarée).
Eripe me de inimícis meis, Deus meus, * et ab insurgéntibus in me prótege me.Délivre-moi de mes ennemis, ô mon Dieu, protège-moi contre mes adversaires.
Eripe me de operántibus iniquitátem * et de viris sánguinum salva me.Délivre-moi de ceux qui commettent l'iniquité, et sauve-moi des hommes de sang.
Quia ecce insidiáti sunt ánimæ meæ, * irruérunt in me fortes.Car voici qu'ils sont aux aguets pour m'ôter la vie; des hommes violents complotent contre moi.
Neque delíctum, neque peccátum in me est, Dómine; * sine iniquitáte mea currunt et præparántur.Sans que je sois coupable, sans que j'aie péché, Seigneur malgré mon innocence ils accourent et s'embusquent.
Exsúrge in occúrsum meum et vide; † fortitúdo mea, tibi atténdam; * quia, Deus, præsídium meum es.Éveille-Toi, viens au-devant de moi et regarde ; ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
[et tu, Dómine, Deus virtútum, Deus Israel, * evígila ad visitándas omnes gentes;[Toi, Seigneur, Dieu des armées, Dieu d'Israël, lève-Toi pour châtier toutes les nations,
non misereáris ómnibus, * qui infidéliter operántur.sois sans pitié pour ces traîtres et ces malfaiteurs !
 Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes * et circuíbunt civitátem.Ils reviennent le soir, ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ecce eructábunt ore suo, et gládius in lábiis eórum: * “Quis enim audit?”Voici que leur bouche vomit l'injure, il y a des glaives sur leurs lèvres : " Qui est-ce qui entend ? " disent-ils.
Et tu, Dómine, deridébis eos, * subsannábis omnes gentes.Et toi, Seigneur, Tu te ris d'eux, Tu te moques de toutes les nations !
Fortitúdo mea, tibi atténdam, * quia, Deus, praesídium meum es.Ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
Deus meus, misericórdia eíus praevéniet me. * Deus fáciet, ut despíciam inimícos meos.Le Dieu qui m'est propice viendra au-devant de moi ; Dieu me fera contempler mes ennemis.
[Ne óccidas eos, * ne quando obliviscátur pópulus meus;[Ne les tue pas, de peur que mon peuple n'oublie;
dispérge illos in virtúte tua et prostérne eos, * protéctor meus, Dómine.fais-les errer par ta puissance et renverse-les, ô Seigneur, notre bouclier.
Peccátum oris eórum, sermo labiórum ipsórum, * et comprehendántur in supérbia sua.Leur bouche pèche à chaque parole de leurs lèvres ; qu'ils soient pris dans leur propre orgueil,
Propter exsecratiónem et mendácium, * quod loquúntur,à cause des malédictions et des mensonges qu'ils profèrent!
consúme eos in furóre, consúme, et non erunt; * et scient quia Deus dominábitur Iácob et fínium terrae.Détruis-les dans ta fureur, détruis-les, et qu'ils ne soient plus; qu'ils sachent que Dieu règne sur Jacob, jusqu'aux extrémités de la terre !
Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes et circuíbunt civitátem.Ils reviennent le soir ; ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ipsi errábunt ad manducándum; si vero non fúerint saturáti, murmurábunt. ]Ils errent çà et là, cherchant leur proie, et ils grognent s'ils ne sont pas rassasiés.]
Deus meus, misericórdia eius prævéniet me. * Deus fáciet ut despíciam inimícos meos.Mon Dieu, sa miséricorde me précède. Dieu fera que je contemplerai l'humiliation de mes ennemis.
Ego autem cantábo fortitúdinem tuam * et exsultábo mane misericórdiam tuam,Et moi, je chanterai Ta force, et le matin je célébrerai Ta bonté,
quia factus es præsídium meum * et refúgium meum in die tribulatiónis meæ.car Tu es ma forteresse, un refuge au jour de ma tribulation.
Fortitúdo mea, tibi psallam, † quia, Deus, præsídium meum es: * Deus meus misericórdia mea.O ma force, je chanterai en Ton honneur, car Dieu est ma forteresse, mon Dieu, ma miséricorde.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Ab insurgéntibus in me prótege me, Deus meus.Ant. Des orgueuilleux, protège moi, Seigneur mon Dieu.
Ant. 3 Beátus homo, qui corrípitur a Deo: ipse vúlnerat et medétur.Ant. 3 Heureux l'homme que Dieu châtie : Car Il fait la blessure, et Il la bande.
Psalmus 59 (60)
Psaume 59 (60)
Post calamitatem oratio
Prière après une calamité
In mundo pressuram habetis, sed confidite, ego vici mundum (Io 16, 33).
Vous aurez des épreuves dans le monde, mais prenez confiance, J'ai vaincu le monde (Io 16, 33).
Deus, reppulísti nos, destruxísti nos. * Irátus es. Convértere ad nos!O Dieu, Tu nous a rejetés, Tu nous a dispersés : Tu étais irrité. Rends-nous Ta faveur !
Concussísti terram, confregísti eam; * sana contritiónes eius, quia commóta est.Tu as ébranlé le pays, Tu l'as déchiré : répare ses brèches, car il chancelle.
Ostendísti pópulo tuo dura, * potásti nos vino vertíginis.Tu as fait voir à Ton peuple de rudes épreuves, Tu nous a fait boire un vin de vertige.
Dedísti metuéntibus te signum, * ut fúgiant a fácie arcus.Mais Tu as donné à ceux qui Te craignent une bannière, afin qu'elle s'élève à cause de Ta vérité.
Ut liberéntur dilécti tui, * salvos fac déxtera tua et exáudi nos.Afin que Tes bien-aimés soient délivrés, sauve par Ta droite, et exauce-nous.
Deus locútus est in sancto suo: † «Lætábor et partíbor Síchimam * et convállem Succoth metíbor.Dieu a parlé dans sa sainteté : « Je tressaillirai de joie. J'aurai Sichem en partage, et je mesurerai la vallée de Succoth.
Meus est Gálaad et meus est Manásses * et Ephraim fortitúdo cápitis mei.Galaad est à moi, à moi Manassé, et Ephraim est l'armure de ma tête.
Iuda sceptrum meum, * Moab olla lavácri mei.Et Juda mon sceptre, Moab est le bassin où je me lave.
Super Idumæam exténdam calceaméntum meum, * super Philistæam vociferábor».Sur Edom je jette ma sandale; terre des Philistins, pousse des acclamations en mon honneur ».
Quis addúcet me in civitátem munítam? * Quis dedúcet me usque in Idumæam?Qui me mènera à la ville forte? Qui me conduira à Edom?
Nonne tu, Deus, qui reppulísti nos, * et non egrediéris, Deus, in virtútibus nostris?N'est-ce pas Toi, ô Dieu, qui nous avais rejetés, ô Dieu, qui ne sortais plus avec nos armées ?
Da nobis auxílium de tribulatióne, * quia vana salus hóminis.Prête-nous Ton secours contre l'oppresseur ! Le secours de l'homme n'est que vanité.
In Deo faciémus virtútem, * et ipse conculcábit tribulántes nos.Avec Dieu nous accomplirons des exploits ; Il écrasera nos ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Beátus homo, qui corrípitur a Deo: ipse vúlnerat et medétur.Ant. Heureux l'homme que Dieu châtie : Car Il fait la blessure, et Il la bande.
Lectio brevis (Sap 1, 13-15)
Lecture brève (Col 3, 12-13)
Deus mortem non fecit, nec lætátur in perditióne vivórum; creávit enim, ut essent ómnia, et sanábiles sunt generatiónes orbis terrárum, et non est in illis medicaméntum extermínii, nec inferórum regnum in terra: iustítia enim est immortális.Dieu n'a pas fait la mort, il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants. Il a créé toutes choses pour qu'elles subsistent; ce qui naît dans le monde est bienfaisant, et l'on n'y trouve pas le poison qui fait mourir. La puissance de la mort ne règne pas sur la terre, car la justice est immortelle.
Orémus. Prions.
Dómine Iesu Christe, qui pæniténtem latrónem de patíbulo crucis in regnum tuum transíre fecísti, peccáta nostra confiténtes te cum fidúcia deprecámur, ut post mortem nos fácias paradísi portas introíre gaudéntes. Qui vivis et regnas in sæcula sæculórum.Seigneur Jésus Christ, Toi qui as fait passer de la croix dans Ton Royaume le malfaiteur qui reconnaissait ses fautes, nous Te supplions avec confiance en confessant nos péchés: fais-nous passer, après notre mort, les portes du paradis dans la joie. Toi qui vis et règnes pour les siècles des siècles.
Benedicámus Dómino.
R/. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. R/. Rendons grâces à Dieu.

Ad Nonam - psalmodia complementaria

A None - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Fiat misericórdia tua ut consolétur me, secúndum elóquium tuum.Ant. 1 Que Ta miséricorde me console, selon Ta parole.
Psalmus 125 (126)
Psaume 125 (126)
Gaudium et spes in Deo
Joie et espoir dans le Seigneur
Sicuti socii passionum estis, sic eritis et consolationis (2 Cor 1, 7).
Comme vous avez part aux souffrances, vous avez aussi part à la consolation (2 Cor 1, 7).
In converténdo Dóminus captivitátem Sion, * facti sumus quasi somniántes.Quand le Seigneur ramena les captifs de Sion, nous étions presque en rêve.
Tunc replétum est gáudio os nostrum, * et língua nostra exsultatióne.Alors notre bouche fut remplie de chants de joie, et notre langue de cris d'allégresse.
Tunc dicébant inter gentes: * «Magnificávit Dóminus fácere cum eis».Alors on disait parmi les nations: « Le Seigneur a fait de grandes choses pour eux. »
Magnificávit Dóminus fácere nobíscum; * facti sumus lætántes.Le Seigneur a fait pour nous de grandes choses; nous en avons été remplis de joie.
Convérte, Dómine, captivitátem nostram, * sicut torréntes in austro.Ramène, Seigneur, nos captifs, comme un torrent dans le pays du midi.
Qui séminant in lácrimis, * in exsultatióne metent.Ceux qui sèment dans les larmes * moissonneront dans l'allégresse.
Eúntes ibant et flebant * semen spargéndum portántes;Ils allaient et venaient en pleurant, tandis qu'ils jetaient leurs semences :
veniéntes autem vénient in exsultatióne * portántes manípulos suos.ils reviendront avec allégresse, chargés de leurs gerbes.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Ab insurgéntibus in me prótege me, Deus meus.Ant. 2 Des orgueuilleux, protège moi, Seigneur mon Dieu.
Psalmus 126 (127)
Psaume 126 (127)
Vanus labor sine Domino
Sans le Seigneur, le travail est vain
Dei ædificatio estis (1 Cor 3, 9).
En Dieu, vous êtes édifiés (1 Cor 3, 9).
Nisi Dóminus ædificáverit domum, * in vanum labórant, qui ædíficant eam.Si le Seigneur ne bâtit pas la maison, en vain travaillent ceux qui la bâtissent.
Nisi Dóminus custodíerit civitátem, * frustra vígilat, qui custódit eam.Si le Seigneur ne garde pas la cité, en vain la sentinelle veille à ses portes.
Vanum est vobis ante lucem súrgere † et sero quiéscere, qui manducátis panem labóris, * quia dabit diléctis suis somnum.C'est en vain que vous vous levez avant le jour, et que vous retardez votre repos, mangeant le pain de la douleur : il en donne autant à son bien-aimé pendant son sommeil.
Ecce heréditas Dómini fílii, * merces fructus ventris.Voici, c'est un héritage du Seigneur, que les enfants, une récompense, que les fruits d'un sein fécond.
Sicut sagíttæ in manu poténtis, * ita fílii iuventútis.Comme les flèches dans la main d'un guerrier, ainsi sont les fils de la jeunesse.
Beátus vir, qui implévit pháretram suam ex ipsis: * non confudétur, cum loquétur inimícis suis in porta.Heureux l'homme qui en a rempli son carquois. Ils ne rougiront pas quand ils répondront aux ennemis, à la porte de la ville.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Beátus homo, qui corrípitur a Deo: ipse vúlnerat et medétur.Ant. 3 Heureux l'homme que Dieu châtie : Car Il fait la blessure, et Il la bande.
Psalmus 127 (128)
Psaume 127 (128)
Pax domestica in Domino
Paix domestique dans le Seigneur
«Benedicat te Dominus ex Sion», id est: ex Ecclesia sua (Arnobius).
«Que le Seigneur te bénisse de Sion », c'est à dire : de Son Eglise (Arnobius).
Beátus omnis, qui timet Dóminum, * qui ámbulat in viis eius.Heureux l'homme qui craint le Seigneur, qui marche dans ses voies.
Labóres mánuum tuárum manducábis, * beátus es, et bene tibi erit.Tu te nourris alors du travail de tes mains; tu es heureux et comblé de biens.
Uxor tua sicut vitis fructífera * in latéribus domus tuæ;Ton épouse est comme une vigne féconde, dans l'intérieur de ta maison ;
fílii tui sicut novéllæ olivárum * in circúitu mensæ tuæ.tes fils, comme de jeunes plants d'olivier, autour de ta table.
Ecce sic benedicétur homo, * qui timet Dóminum.Voilà comment sera béni l'homme qui craint le Seigneur.
Benedícat tibi Dóminus ex Sion, * et vídeas bona Ierúsalem ómnibus diébus vitæ tuæ;Que le Seigneur te bénisse de Sion, puisses-tu voir Jérusalem florissante tous les jours de ta vie ;
et vídeas fílios filiórum tuórum. * Pax super Israel!Puisses-tu voir les enfants de tes enfants. Que la paix soit sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vêpres du vendredi 24 janvier 2020 - St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
S. FRANCISCI DE SALES, EPISCOPI ET ECCLESIÆ DOCTORIS S. FRANCOIS DE SALES, EVEQUE ET DOCTEUR DE L'EGLISE
Memoria Mémoire
Ad Vesperas
Aux Vêpres
V/. Deus, in adiutórium meum inténde. V/. Dieu, viens à mon aide.

R/. Dómine, ad adiuvándum me festína.

R/. Seigneur, vite à mon secours.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Hymnus
Hymne
Ætérne sol, qui lúmine
Soleil éternel, qui remplis
creáta comples ómnia,
de clarté toutes les créatures,
supréma lux et méntium,
lumière suprême des âmes,
te corda nostra cóncinunt.
c'est Toi que chantent nos coeurs.
  
Tuo fovénte Spíritu,
Embrasés par Ton Esprit,
hic viva luminária
de vivants luminaires ont resplendi ici-bas,
fulsére, per quæ sæculis
et ouvert aux siècles à venir
patent salútis sémitæ.
les chemins du salut.
  
Quod verba missa cælitus,
Ce qu'enseignent les paroles venues du ciel
natíva mens quod éxhibet,
et la lumière de la raison naturelle,
per hos minístros grátiæ
par ces ministres de la grâce, a brillé
novo nitóre cláruit.
d'un éclat nouveau.
  
Horum corónæ párticeps,
Il a part à leur couronne
doctrína honéstus lúcida,
et tient sa gloire de sa claire doctrine,
hic vir beátus splénduit
ce bienheureux dont nous chantons
quem prædicámus láudibus.
les louanges.
  
Ipso favénte, quæsumus,
Par son aide, Dieu, nous T'en prions,
nobis, Deus, percúrrere
donne-nous de suivre
da veritátis trámitem,
la voie de la vérité
possímus ut te cónsequi.
afin de parvenir jusqu'a Toi.
  
Præsta, Pater piíssime,
Exauce-nous, Père très bon,
Patríque compar Unice,
et Toi aussi, Unique égal au Père,
cum Spíritu Paráclito
avec l'Esprit Consolateur
regnans per omne sæculum. Amen.
qui règne pour tous les siècles.
Ant. 1 Dómine, líbera ánimam meam de morte, pedes meos a lapsu.Ant. 1 Seigneur, libère mon âme de la mort et mes pieds du faux-pas.
Psalmus 114 (116A)
Psaume 114 (116A)
Gratiarum actio
Action de grâce
Per multas tribulationes oportet nos intrare in regnum Dei (Act 14, 22).
C'est par beaucoup de tribulations qu'il nous faut entrer dans le Royaume de Dieu (Act 14, 22).
Diléxi, quóniam exáudit Dóminus * vocem deprecatiónis meæ.Je L'aime, car le Seigneur entend ma voix, mes supplications.
Quia inclinávit aurem suam mihi, * cum in diébus meis invocábam.Car Il a incliné vers moi Son oreille; et toute ma vie, je L'invoquerai.
Circumdedérunt me funes mortis, * et angústiæ inférni invenérunt me.Les liens de la mort m'entouraient, et les angoisses du schéol m'avaient saisi; j'étais en proie à la détresse et à l'affliction.
Tribulatiónem et dolórem invéni † et nomen Dómini invocábam: * «O Dómine, líbera ánimam meam».Et j'ai invoqué le Nom du Seigneur: « ô Seigneur, sauve mon âme! »
Miséricors Dóminus et iustus, * et Deus noster miserétur.Le Seigneur est miséricordieux et juste, notre Dieu est compatissant.
Custódiens párvulos Dóminus; * humiliátus sum, et salvum me fáciet.Le Seigneur garde les faibles; j'étais malheureux, et Il m'a sauvé.
Convértere, ánima mea, in réquiem tuam, * quia Dóminus benefécit tibi;Mon âme, retourne à ton repos; car le Seigneur te comble de biens,
quia erípuit ánimam meam de morte, † óculos meos a lácrimis, * pedes meos a lapsu.oui, Tu as sauvé mon âme de la mort, mon œil des larmes, mes pieds de la chute.
Ambulábo coram Dómino * in regióne vivórum.Je marcherai encore devant le Seigneur, dans la terre des vivants.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Dómine, líbera ánimam meam de morte, pedes meos a lapsu.Ant. Seigneur, libère mon âme de la mort et mes pieds du faux-pas.
Ant. 2 Auxílium meum a Dómino, qui fecit cælum et terram.Ant. 2 Mon secours vient du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Psalmus 120 (121)
Psaume 120 (121)
Custos populi
Garde du peuple
Non esurient amplius, neque sitient amplius, neque cadet super illos sol neque ullus æstus (Ap 7, 16).
Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, la brûlure du soleil ne les accablera plus. (Ap 7, 16).
Levábo óculos meos in montes: * unde véniet auxílium mihi?Je lève les yeux vers les montagnes : d'où me viendra le secours?
Auxílium meum a Dómino, * qui fecit cælum et terram.Mon secours viendra du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Non dabit in commotiónem pedem tuum, * neque dormitábit, qui custódit te.Il ne permettra pas que ton pied trébuche; celui qui te garde ne sommeillera pas.
Ecce non dormitábit neque dórmiet, * qui custódit Israel.Non, il ne sommeille ni ne dort, celui qui garde Israël.
Dóminus custódit te, † Dóminus umbráculum tuum, * ad manum déxteram tuam.Le Seigneur est ton gardien, le Seigneur est ton abri, toujours à ta droite.
Per diem sol non percútiet te, * neque luna per noctem.Pendant le jour le soleil ne te frappera point, ni la lune pendant la nuit.
Dóminus custódiet te ab omni malo; * custódiet ánimam tuam Dóminus.Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ton âme.
Dóminus custódiet intróitum tuum et éxitum tuum * ex hoc nunc et usque in sæculumLe Seigneur gardera ton départ et ton arrivée, maintenant et à jamais.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Auxílium meum a Dómino, qui fecit cælum et terram.Ant. Mon secours vient du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Ant. 3 Iustæ et veræ sunt viæ tuæ, Rex sæculórum.Ant. 3 Tes voies sont justes et vraies, Roi des siècles.
Canticum (Ap 15, 3-4) NT 11
Cantique (Ap 15, 3-4) NT 11
Hymnus adorationis
Hymne d'adoration
Magna et mirabília ópera tua, * Dómine Deus omnípotens;Grandes, merveilleuses, Tes oeuvres, Seigneur, Dieu de l'univers ;
iustæ et veræ viæ tuæ, * Rex géntium!Ils sont justes, ils sont vrais, Tes chemins, Roi des nations.
Quis non timébit, Dómine, * et glorificábit nomen tuum?Qui ne Te craindrait, Seigneur, à Ton nom, qui ne rendrait gloire?
Quia solus Sanctus,  † quóniam omnes gentes vénient et adorábunt in conspéctu tuo, * quóniam iudícia tua manifestáta sunt.Oui, Toi seul es saint, oui, toutes les nations viendront et se prosterneront devant Toi; oui, ils sont manifestés, Tes jugements.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Iustæ et veræ sunt viæ tuæ, Rex sæculórum.Ant. Tes voies sont justes et vraies, Roi des siècles.
Ant.  O doctor óptime, Ecclésiæ sanctæ lumen, beáte Francisce, divínæ legis amátor, deprecáre pro nobis Fílium Dei.Ant.  O grand docteur, Lumière de la Sainte Eglise, bienheureux François, amateur de la loi divine, suppliez pour nous le Fils de Dieu.
Canticum Evangelicum (Lc 1, 46-55)
Cantique évangélique (Lc 1,46-55)
Exultatio animæ in Domino
Exultation de l'âme dans le Seigneur
Magníficat ✠ * ánima mea Dóminum,Mon âme glorifie le Seigneur,
et exsultávit spíritus meus * in Deo salvatóre meo,et mon esprit a tressailli d'allégresse en Dieu mon Sauveur,
quia respéxit humilitátem ancíllæ suæ.* Ecce enim ex hoc beátam me dicent omnes generationes,parce qu'Il a jeté les yeux sur la bassesse de Sa servante. Car voici que, désormais, toutes les générations me diront bienheureuse,
quia fecit mihi magna, qui potens est, * et sanctum nomen eius,parce que Celui qui est puissant a fait en moi de grandes choses, et Son nom est saint;
et misericórdia eius in progénies et progénies* timéntibus eum.et Sa miséricorde se répand d'âge en âge sur ceux qui Le craignent.
Fecit poténtiam in bráchio suo, * dispérsit supérbos mente cordis sui;Il a déployé la force de Son bras, Il a dispersé ceux qui s'enorgueillissaient dans les pensées de leur cœur.
depósuit poténtes de sede * et exaltávit húmiles;Il a renversé les puissants de leur trône, et Il a élevé les humbles.
esuriéntes implévit bonis * et dívites dimísit inánes.Il a rempli de biens les affamés, et Il a renvoyé les riches les mains vides.
Suscépit Israel púerum suum,* recordátus misericórdiæ,Il a relevé Israël, Son serviteur, Se souvenant de Sa miséricorde:
sicut locútus est ad patres nostros,* Abraham et sémini eius in sæcula.selon ce qu'Il avait dit à nos pères, à Abraham et à sa race pour toujours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant.  O doctor óptime, Ecclésiæ sanctæ lumen, beáte Francisce, divínæ legis amátor, deprecáre pro nobis Fílium Dei.Ant.  O grand docteur, Lumière de la Sainte Eglise, bienheureux François, amateur de la loi divine, suppliez pour nous le Fils de Dieu.
Preces
Prières litaniques.
 
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum;qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra.que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie;Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra,et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris;comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem;et garde-nous de consentir à la tentation ;
sed líbera nos a malo.mais libère nous du malin.
Collecta
Collecte
Deus, qui ad animárum salútem beátum Francíscum epíscopum ómnibus ómnia factum esse voluísti, concéde propítius, ut, eius exémplo, tuæ mansuetúdinem caritátis in fratrum servítio semper ostendámus. Per Dóminum nostrum Iesum Christum, Fílium tuum, qui tecum vivit et regnat in unitáte Spíritus Sancti, Deus, per ómnia sæcula sæculórum. Pour le salut des âmes, Seigneur, Tu as voulu que l'évêque saint François de Sales devienne le serviteur de tous en toutes choses ; fais que, soutenus par son exemple, nous donnions une preuve de Ta douce charité en nous dévouant pour nos frères. Par notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint Esprit, Dieu, dans tous les siècles des siècles.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.

R/. Et cum spíritu tuo.
R/. Et avec votre esprit.

Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus.
Que vous bénisse Dieu tout puissant, le Père, le Fils et le Saint Esprit.
R/. Amen. R/. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
V/. Ite in pace. V/. Allez en paix.
R/. Deo grátias. R/. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. R/. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. R/. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Complies du vendredi 24 janvier 2020 - St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
S. FRANCISCI DE SALES, EPISCOPI ET ECCLESIÆ DOCTORIS S. FRANCOIS DE SALES, EVEQUE ET DOCTEUR DE L'EGLISE
Memoria Mémoire
Ad Completorium
Aux Complies
V/. Deus, in adiutórium meum inténde. V/. Dieu, viens à mon aide.

R/. Dómine, ad adiuvándum me festína.

R/. Seigneur, vite à mon secours.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.

Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Allelúia. Allelúia.
Conscientia discussio, quam sequi potest actus poenitentialis ut in Missa. Examen de conscience, qui peut être suivi d'un acte de pénitence comme à la Messe.

Confíteor Deo omnipoténti et vobis, fratres, quia peccávi nimis cogitatióne, verbo, ópere et omissióne:

Je confesse à Dieu tout puissant, et à vous, frères, que j'ai vraiment péché, en pensée, en parole, par action et par omission:
et, percutientes sibi pectus, dicunt: Et on se frappe la poitrine, en disant :

mea culpa, mea culpa, mea máxima culpa.

c'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute.
Deinde prosequuntur: Ensuite on poursuit:

Ideo precor beátam Maríam semper Vírginem, omnes Angelos et Sanctos, et vos, fratres, oráre pro me ad Dóminum Deum nostrum.

C'est pourquoi je supplie la bienheureuse Marie toujours Vierge, tous les Anges et les Saints, et vous, frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.

V/. Misereátur nostri omnípotens Deus et, dimissís peccátis nostris, perdúcat nos ad vitam aetérnam. R/. Amen.

V/. Que le Dieu tout puissant aie pitié de nous, et nous ayant remis nos péchés, qu'Il nous conduise à la vie éternelle. R/. Amen.


Hymnus
Hymne
Christe, qui, splendor et dies
O Christ, la splendeur et le jour,
noctis tenébras détegis,
qui chasses l'ombre de la nuit,
lucísque lumen créderis,
nous croyons que Tu es lumière,
lumen beátis prædicans,
promettant lumière aux élus.
  
Precámur, sancte Dómine,
Seigneur très saint, nous T'en prions,
hac nocte nos custódias;
en cette nuit protège-nous ;
sit nobis in te réquies,
fais que nous reposions en Toi,
quiétas horas tríbue.
donne-nous des heures de paix.
  
Somno si dantur óculi,
Nos yeux se livrent au sommeil ;
cor semper ad te vígilet;
que nos cœurs veillent pour T'attendre;
tuáque dextra prótegas
protège de Ton bras puissant
fidéles, qui te díligunt.
ceux qui Te gardent leur amour.
  
Defénsor noster, áspice,
Regarde-nous ô Défenseur,
insidiántes réprime,
repousse au loin ceux qui nous guettent,
gubérna tuos fámulos,
daigne guider Tes serviteurs
quos sánguine mercátus es.
que Tu rachetas par Ton sang.
  
Sit Christe, rex piíssime
O Christ, ô Roi plein de bonté,
tibi Patríque glória
gloire à Toi et gloire à Ton Père,
cum Spíritu Paráclito,
avec l'Esprit Consolateur,
in sempitérna sæcula. Amen.
à travers les siècles sans fin. Amen.
Ant. 1 In die clamávi et nocte coram te, Dómine.Ant. 1 Le jour et la nuit, j'ai crié vers Toi, Seigneur.
Psalmus 87 (88)
Psaume 87 (88)
Hominis graviter ægrotantis oratio
Prière de l'’homme gravement malade
Hæc est hora vestra et potestas tenebrarum (Lc 22, 53).
C’est maintenant votre heure, et le pouvoir des ténèbres (Lc 22, 53).
Dómine, Deus salútis meæ, * in die clamávi et nocte coram te.Seigneur, Dieu de mon salut, quand je crie la nuit devant Toi,
Intret in conspéctu tuo orátio mea; * inclína aurem tuam ad precem meam.que ma prière arrive en Ta présence, prête l'oreille à mes supplications !
Quia repléta est malis ánima mea, * et vita mea inférno appropinquávit.Car mon âme est rassasiée de maux; et ma vie touche au schéol.
Æstimátus sum cum descendéntibus in lacum, * factus sum sicut homo sine adiutório.On me compte parmi ceux qui descendent dans la fosse, je suis comme un homme à bout de forces.
Inter mórtuos liber, * sicut vulneráti dormiéntes in sepúlcris;Je suis comme délaissé parmi les morts, pareil aux cadavres étendus dans le sépulcre,
quorum non es memor ámplius, * et ipsi de manu tua abscíssi sunt.dont Tu n'as plus le souvenir, et qui sont soustraits à ta main.
Posuísti me in lacu inferióri, * in tenebrósis et in umbra mortis.Tu m'as jeté au fond de la fosse, dans les ténèbres, dans les abîmes.
Super me gravátus est furor tuus, * et omnes fluctus tuos induxísti super me.Sur moi s'appesantit Ta fureur, Tu m'accables de tous tes flots.
Longe fecísti notos meos a me, * posuísti me abominatiónem eis;Tu as éloigné de moi mes amis, Tu m'as rendu pour eux un objet d'horreur;
conclúsus sum et non egrédiar. * Oculi mei languérunt præ afflictióne.je suis emprisonné sans pouvoir sortir; mes yeux se consument dans la souffrance.
Clamávi ad te, Dómine, tota die, * expándi ad te manus meas.je T'invoque tout le jour, Seigneur, j'étends les mains vers Toi.
Numquid mórtuis fácies mirabília, * aut surgent umbræ et confitebúntur tibi?Feras-Tu un miracle pour les morts; ou bien les ombres se lèveront-elles pour Te louer ?
Numquid narrábit áliquis in sepúlcro  misericórdiam tuam * et veritátem tuam in loco perditiónis?Publie-t-on Ta bonté dans le sépulcre, Ta fidélité dans l'abîme?
Numquid cognoscéntur in ténebris mirabília tua * et iustítia tua in terra obliviónis?Tes prodiges sont-ils connus dans la région des ténèbres et Ta justice dans la terre de l'oubli ?
Et ego ad te, Dómine, clamávi, * et mane orátio mea prævéniet te.Et moi, Seigneur, je crie vers Toi, ma prière va au-devant de Toi dès le matin.
Ut quid, Dómine, repéllis ánimam meam, * abscóndis fáciem tuam a me?Pourquoi, Seigneur, repousses-Tu mon âme, me caches-Tu Ta face ?
Pauper sum ego et móriens a iuventúte mea; * portávi pavóres tuos et conturbátus sum.Je suis malheureux et moribond depuis ma jeunesse; sous le poids de Tes terreurs, je ne sais que devenir.
Super me transiérunt iræ tuæ, * et terróres tui excidérunt me.Tes fureurs passent sur moi, Tes épouvantes m'accablent.
Circuiérunt me sicut aqua tota die, * circumdedérunt me simul.Comme des eaux débordées elles m'environnent tout le jour; elles m'assiègent toutes ensemble.
Elongásti a me amícum et próximum, * et noti mei sunt ténebræ.Tu as éloigné de moi mes amis et mes proches ; mes compagnons, ce sont les ténèbres de la tombe.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. In die clamávi et nocte coram te, Dómine.Ant. Le jour et la nuit, j'ai crié vers Toi, Seigneur.
Lectio brevis (Cf. Ier. 14, 9)
Lecture brève (Cf. Ier. 14, 9)
Tu autem in médio nostri es, Dómine, et nomen tuum invocátum est super nos; ne derelínquas nos, Dómine Deus noster.Tu es au milieu de nous, Seigneur, et Ton nom est invoqué sur nous, ne nous abandonne pas, Seigneur notre Dieu.
Responsorium Breve
Répons bref
R/. In manus tuas, Dómine, * Comméndo spíritum meum. In manus. V/. Redemísti nos, Dómine Deus veritátis. * Comméndo spíritum meum. Glória Patri. In manus.R/. En Tes mains, Seigneur, * je remets mon esprit. Entre Tes mains. V/. Tu nous as rachetés, Seigneur Dieu de vérité * Je remets mon esprit. Gloire au Père. Entre Tes mains.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. allelúia).Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. alléluia).
Canticum evangelicum Lc 2, 29-32
Cantique évangélique Lc 2,29-32
Christus lumen gentium et gloria Israël
Le Christ est la lumières des nations et la gloire d'Israël
Nunc dimíttis servum tuum, Dómine,* secúndum verbum tuum in pace, Maintenant, Tu peux renvoyer Ton serviteur, Seigneur, selon Ta parole, en paix.
quia vidérunt óculi mei* salutáre tuum, Car mes yeux ont vu Ton salut,
quod parásti* ante fáciem ómnium populórum, Que Tu as préparé devant la face des peuples,
lumen ad revelatiónem géntium * et glóriam plebis tuæ Israël. lumière qui se révèle aux nations, et gloire de Ton peuple Israël.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. allelúia).Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. alléluia).
Orémus. Prions.
Concéde nos, omnipotens Deus, † ita sepulto Unigenito tuo fideliter inhaerére, * ut cum ipso in novitate vitae resurgere mereamur. Qui vivit.Accorde-nous, Dieu tout puissant, de nous unir fidèlement à Ton Fils unique au tombeau, que nous puissions avec Lui nous relever dans la vie nouvelle. Lui qui vit et règne pour les siècles des siècles.
Deinde dicitur, etiam a solo, benedictio: Ensuite on dit, même seul, la bénédiction :

Noctem quiétam et finem perféctum concédat nobis Dóminus omnípotens. R/. Amen.

Que Dieu tout puissant nous concède une nuit calme et une fin chrétienne. R/. Amen.
Antiphona finale ad Beatam Mariam Virginem Antienne finale à la Bienheureuse Vierge Marie
Alma Redemptóris Mater, quæ pérvia cæli porta manes, et stella maris, succúrre cadénti, Tendre mère du Rédempteur,
qui demeurez la porte ouverte du Ciel,
et l’étoile de la mer, portez secours au peuple qui succombe

súrgere qui curat, pópulo; tu, quæ genuísti, natúra miránte, tuum sanctum Genitórem,
et cherche à se relever :
Vous qui avez engendré, à la surprise de la nature,
votre saint Créateur,

Virgo prius ac postérius, Gabriélis ab ore sumens illud Ave, peccatórum miserére.
[étant] vierge avant et après [l’enfantement], et, de la bouche de Gabriel,
recevant cette salutation,
ayez pitié des pécheurs.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait du Compendium du catéchisme de l'Eglise catholique :
Jésus a-t-il contredit la foi d’Israël au Dieu unique et sauveur?
-
Jésus n’a jamais contredit la foi au Dieu unique, pas même quand il accomplissait l’œuvre divine par excellence qui achevait les promesses messianiques et qui le révélait égal à Dieu : le pardon des péchés. La demande de Jésus de croire en lui et de se convertir permet de saisir la tragique incompréhension du Sanhédrin, qui a jugé qu’il méritait la mort pour cause de blasphème.
Qui est responsable de la mort de Jésus?
-
La passion et la mort de Jésus ne peuvent être imputées indistinctement ni à tous les Juifs alors vivants, ni aux Juifs venus ensuite dans le temps et dans l’espace. Tout pécheur individuel, c’est-à-dire tout homme, est réellement la cause et l’instrument des souffrances du Rédempteur. Sont plus gravement coupables ceux qui, surtout s’ils sont chrétiens, retombent souvent dans le péché et se complaisent dans les vices.
Pourquoi la mort du Christ fait-elle partie du dessein de Dieu?
-
Pour réconcilier en lui tous les hommes, voués à la mort à cause du péché, Dieu a pris l’initiative pleine d’amour d’envoyer son Fils afin qu’il se soumette à la mort pour les pécheurs. Annoncée dans l’Ancien Testament, en particulier comme sacrifice du Serviteur souffrant, la mort du Christ est arrivée « selon les Écritures ».
Comment le Christ s’est-il offert lui-même au Père?
-
Toute la vie du Christ est offerte librement au Père pour accomplir son dessein de salut. Il a donné sa vie « en rançon pour la multitude » (Mc , ). Par là, il réconcilie toute l’humanité avec Dieu. Sa souffrance et sa mort manifestent que sa propre humanité a été l’instrument libre et parfait de l’Amour divin qui veut le salut de tous les hommes.
Comment s’exprime l’offrande de Jésus lors la dernière Cène?
-
Au cours de la dernière Cène avec ses Apôtres, la veille de sa passion, Jésus anticipe, c’est-à-dire signifie et réalise par avance, l’offrande
volontaire de lui-même : « Ceci est mon corps livré pour vous » (Lc ,), « Ceci est mon sang répandu… » (Mt ,). Ainsi, il a institué en même temps l’Eucharistie comme « mémorial » (cf. Co ,) de son sacrifice et ses Apôtres comme prêtres de la nouvelle Alliance.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait quotidien de la Règle de Notre Bienheureux Père Saint Benoît, et son commentaire par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes :
Caput 6: De taciturnitate 6 - LA GARDE DU SILENCE Faciamus quod ait Propheta: Dixi: custodiam vias meas, ut non delinquam in lingua mea. Posui ori meo custodiam, obmutui et humiliatus sum et silui a bonis. Hic ostendit Propheta, si a bonis eloquiis interdum propter taciturnitatem debet tacere, quanto magis a malis verbis propter poenam peccati debet cessari. Ergo quamvis de bonis et sanctis et ædificationum eloquiis perfectis discipulis propter taciturnitatis gravitatem rara loquendi concedatur licentia, quia scriptum est:In multiloquio non effugies peccatum, et alibi: Mors et vita in manibus linguæ. Nam loqui et docere magistrum condecet, tacere et audire discipulum convenit. Et ideo, si qua requirenda sunt a priore, cum omni humilitate et subiectione reverentiæ requirantur. Scurrilitates vero vel verba otiosa et risum moventia æterna clusura in omnibus locis damnamus et ad talia eloquia aperire os non permittimus. FAISONS ce que dit le Prophète : « Te me surveillerai pour ne pas pécher par ma langue ; j’ai mis une garde à ma bouche, je me suis tu, je me suis humilié et je me suis abstenu des janv. mai sept. janv. mai sept. paroles bonnes. » Le Prophète montre ici que, si l’on doit parfois retenir des paroles bonnes par souci du silence, combien plus doit-on renoncer aux paroles mauvaises à cause de la punition du péché. Donc, même s’il s’agit de propos bons, saints et édifiants, en raison de l’importance du silence, on accordera rarement aux disciples parfaits la permission de parler, car il est écrit : « Dans le flot de paroles tu n’éviteras pas le péché. » Et ailleurs : « La mort et la vie sont au pouvoir de la langue. » Il revient en effet au maître de parler et d’enseigner ; se taire et écouter convient au disciple. C’est pourquoi, s’il y a des choses à demander au supérieur, qu’on le fasse en toute humilité et soumission respectueuse. Quant aux facéties, aux paroles frivoles ou qui provoquent le rire, nous les condamnons et bannissons à tout jamais et en tous lieux, et pour de tels propos nous ne permettons pas au disciple d’ouvrir la bouche.
DE L’ESPRIT DE SILENCE
Notre activité se traduit par des œuvres et par des paroles : l’obéissance détermine les première, la loi du silence réglera les secondes. On ne saurait nier que N. B. Père attache au silence une importance considérable : il lui consacre tout un chapitre, qu’il range parmi ceux qui décrivent les dispositions fondamentales du tempérament monastique ; il y revient aux chapitres VIl, XXXVlll, XLll, XLVIll, LIl, et il y fait allusion ailleurs encore.
Ne nous méprenons pas sur le vrai sens du mot taciturnitas qu’emploie saint Benoît. Il sonne mal à nos oreilles. Un taciturne, pour nous, est un concentré, presque un sournois ; or, N. B. Père n’a jamais songé à donner aux siens une physionomie pareille. Le terme latin ne signifie ni taciturnité, ni même simplement silence, mais bien la disposition à se taire, l’habitude, l’amour du silence, l’esprit de silence.
Faut-il voir dans ce chapitre l’institution d’un silence perpétuel ? Sainte Hildegarde qualifie le mutisme d’un mot sévère, que nous rappelions au chapitre Ier : Inhumanum est hominem in taciturnitate semper esse et non loqui . La parole nous a été donnée comme procédé normal de relation avec nos semblables ; et, lorsque des hommes sont groupés en communauté, il semble à priori assez naturel qu’ils en fassent usage, au moins pour les échanges indispensables à la vie du corps et à celle de l’âme. Nul d’ailleurs n’a osé condamner la langue à un éternel silence : partout il est licite de parler à ses supérieurs et de louer Dieu avec ses lèvres. Cette réserve faite, à raison des maux innombrables qui naissent de la langue, on a cru parfois expédient d’interdire aux frères toutes relations verbales. Le geste est résolu. Il est l’application littérale et matérielle de la recommandation évangélique : .Quod si oculus tuus dexter scandalizat te, erue eum, et projice abs te... ; et si dextra manus tua seandalizat te, abscide eam, et projice abs te (MATTH., V, 29-30). Pour réprimer la tentation, le procédé est évidemment souverain ; et il suffirait de l’appliquer universellement pour supprimer tout à la fois et le péché et le pécheur. Ne plus parler afin de ne jamais excéder dans le langage est donc un procédé. Sans rechercher s’il est décidément le plus parfait de tous, nous pouvons du moins nous demander s’il possède l’efficacité attendue. Hélas ! non. D’abord parce due la nature, exaspérée et tendue, s’ingénie souvent pour échapper à une loi aussi rigoureuse ; et surtout parce que le régime des signes et la mimique qui ont dû remplacer le langage, présentent les mêmes dangers de dissipation, avec des périls nouveaux. Les jalousies et les mésintelligences ne sont pas conjurées davantage ; elles peuvent même prendre un caractère plus redoutable que chez les gens qui parlent, qui se connaissent mieux, qui échangent des explications. Il est avéré enfin que le vrai silence de l’âme peut s’obtenir d’une autre manière.
Mais quelle est, sur ce point, la pensée de N. B. Père ? Il suffit de lire, sans parti pris, non seulement le présent chapitre, mais encore de nombreux textes que chacun relèvera facilement. La Règle prévoit des conversations bonnes ou utiles ; elle gradue le silence selon, les temps et selon les lieux ; elle le réclame tantôt avec plus d’insistance et tantôt avec moins de sévérité ; elle demande qu’on s’abstienne en tout temps des “ scurilités ” qu’on fasse-en Carême les conversations et plus rares, et moins joviales. Et l’intention du chapitre Vl est moins de légiférer au sujet du silence que de rappeler doctrinalement de quel recueillement, doit être enveloppée toute vie monastique sérieuse : Omni tempore sidentio debent studere monachi (chap. XLll).
Quelques mots maintenant sur la tradition. Historiquement, le silence absolu ou quasi absolu a toujours été une exception, même en Orient et aux temps de la ferveur première . Il est incontestable aussi que les anciens moines parlaient beaucoup moins que nous ne le faisons et que les entretiens profanes étaient sévèrement bannis de chez eux. Mais enfin on parlait. La Règle de saint Basile, par exemple, permet de rompre le silence pour de bons motifs, avec mesure, et aux heures opportunes . Nous voyons bien, par les Vies des Pères et par Cassien, que les colloques spirituels entre religieux étaient. fréquents ; la Règle de saint Pacôme les prescrit pour chaque matin . Saint Benoît n’ayant rien déterminé relativement aux conversations régulières des moines, il appartenait à l’initiative des supérieurs et aux Coutumes d’y suppléer. A Cluny, au temps d’Udalric , il y avait chaque jour (sauf les dimanches, et certains jours de fête et de pénitence) deux moments où les frères pouvaient parler dans le cloître : après le chapitre et après None en été, après le chapitre et après Sexte en hiver. La conversation du matin ne dépassait guère une demi-heure, et celle du soir durait parfois moins d’un quart d’heure ; encore Pierre le Vénérable supprima t il cette dernière. On profitait de ces moments de loisir pour renouveler sa provision de plumes, de papier, de ivres, pour laver sa coupe du réfectoire, aiguiser son couteau, etc. En certains monastères, tous devaient prendre part au colloque, qui commençait par le mot Benedicite. A Cîteaux même, où l’on s’appliqua dès l’origine à un silence rigoureux, les frères pouvaient s’entretenir de choses édifiantes, sinon tous les jours, au moins de temps en temps  ; et plusieurs textes de saint Bernard , qui visent d’ailleurs directement les abus de la langue, permettent de supposer que l’on parlait quelque fois légitimement et que ces conférences avaient le caractère d’une récréation véritable.
Nos récréations, pourvu qu’elles demeurent conformes à l’esprit du chapitre Vl, ne sont donc point innovation ni relâchement. S’y dérober serait commettre une faute contre la règle, perdre une excellente occasion de mérite et se priver d’un repos devenu indispensable, depuis que les travaux de l’intelligence ont pris une place considérable dans l’horaire monastique. Il est des délassements compatibles avec la gravité de l’état religieux et conciliables avec l’union habituelle au Seigneur. Même pour des moines, l’eutrapélie peut devenir vertu morale .

Faciamus quod ait Propheta : Dixi, custodiam vias meas, ut non delinquam in lingua mea ; posui ori meo custodiam ; obmutui et humiliatus sum et silui a bonis. Hic ostendit Propheta, si bonis eloquiis interdum propter taciturnitatem debet taceri, quanto magis a malis verbis propter poenam peccati debet cessari ?

Faisons ce que dit le Prophète : “ Je me surveillerai pour ne pas pécher par ma langue ; j’ai mis une garde à ma bouche, je me suis tu, je me suis humilié et je me suis abstenu des paroles bonnes. ” Le Prophète montre ici que, si l’on doit parfois retenir des paroles bonnes par souci du silence, combien plus doit-on renoncer aux paroles mauvaises à cause de la punition du péché.


Saint Benoît commence par poser le principe dont le chapitre entier ne sera que le développement. Il l’emprunte, selon la coutume des Pères, à la sainte Écriture. Au sens littéral, ces paroles du psaume XXXVlll décrivent l’attitude réservée du juste opprimé, mais saint Benoît leur donne une portée générale ; il y voit la ligne de conduite que tracent à tous les moines la prudence’ la sagesse, l’humilité. Parce qu’il y a péril de pécher par la langue et de retarder notre croissance surnaturelle, nous serons attentifs à tout ce qui sort de nos lèvres, nous exercerons sur elles une police sévère ; nous saurons demeurer silencieux ; nous consentirons humblement à nous taire, même lorsqu’il s’agira de choses bonnes.
La pensée du Prophète est claire. Alors qu’il recommande de s’abstenir parfois, interdum, des bons discours eux-mêmes par esprit de recueillement, combien plus entend-il que nous supprimions d’abord toute parole mauvaise ! Car il s’agit ici de fautes réelles, et la crainte du châtiment devrait, du moins, nous fermer la bouche. Certaines conversations ne sont pas plus permises dans le monde que dans le cloître ; il en est d’autres qui seraient peu séantes chez des religieux. L’esprit du siècle, fait d’orgueil, de légèreté, de méconnaissance du surnaturel, se glisse aisément dans la mentalité d’un moine bavard. C’est surtout la charité qui d’ordinaire est lésée ; et il est effrayant de constater le peu qui reste de certaines causeries habituelles lorsqu’on a fait le départ de ce qui appartient à la médisance.

Ergo quamvis de bonis et sanctis ad aedificationem eloquiis perfectis discipulis, propter taciturnitatis gra vitatem, rara loquenti concedatur licentia, quia scriptum est : In multi loquio non effugies peccatum. Et alibi : Mors et vita in manibus linguae. Nam loqui et docere magis trum condecet ; tacere et audire discipulo convenit

Donc, même s’il s’agit de propos bons, saints et édifiants, en raison de l’importance du silence, on accordera rarement aux disciples parfaits la permission de parler, car il est écrit Dans le flot de paroles tu n’éviteras pas le péché. ” Et ailleurs : “ La mort et la vie sont au pouvoir de la langue. ” Il revient en effet au maître. de parler et d’enseigner ; se taire et écouter convient au disciple.


Puisque nous devons éviter les fautes de la langue et leur châtiment, la, réserve s’impose, même lorsqu’il s’agit des conversations bonnes, saintes et édifiantes, car elles ne vont pas non plus sans danger. Comme les anciens moines, saint Benoît admet donc en principe les entretiens spirituels, mais à la condition qu’ils ne seront pas trop multipliés et que, sous prétexte de s’entraîner mutuellement vers le bien on n’échappera pas à la loi du silence. Celle-ci demeure grave, même pour des disciples plus avancés, même pour les parfaits, ou ceux qui se croient tels. Et N. B. Père écarte ainsi d’un mot l’objection d’après laquelle ces entretiens ne seraient périlleux que pour des novices. C’est une remarque générale, et faite par l’Esprit de Dieu, que là où il y a flots de paroles, il est malaisé d’éviter le péché (PROV., X, 19). Et ailleurs, il est écrit que “ la mort et la vie sont au pouvoir de la langue” (PROV., XVlll, 21).
Rien de meilleur que la langue et rien de pire, disait aussi le fabuliste. il faut lire dans saint Jacques le passage classique sur les maux qui naissent de la langue. Les conversations bonnes ne sont telles qu’à la condition d’être autorisées, d’être brèves, d’être rares.
Et saint Benoît laisse entrevoir discrètement un des côtés dangereux des entretiens mystiques. Les uns parlent, les autres écoutent ; ce sont peut être toujours les mêmes qui parlent : ils sont spirituels ils ont beaucoup lu, l’oraison n’a plus de secrets pour eux, une sainte ardeur les anime. Ou bien chacun fait l’entendu, chacun s’improvise docteur et directeur. Or, tout cela est trop souvent orgueil et illusion ; on fatigue les auditeurs ; il n’y a profit pour personne. Au monastère, tous sont disciples et enseignés ; la science divine se communique hiérarchiquement : Parler et enseigner revient au maître ; se taire et écouter convient au disciple . L’ostracisme est-il donc prononcé, pour le temps des récréations, contre toute conversation spirituelle ? A Dieu ne plaise que nous rougissions de prononcer son nom béni. Mais il convient que de tells sujets soient amenés, abordés avec calme, avec mesure et sans la préoccupation d’édifier la galerie. Ceux qui ont l’âme tournée habituellement vers Dieu ne croient pas nécessaire de se faire connaître par d’éloquentes professions de foi ; leur paix et leur joie rayonnent d’elles-mêmes. Il n’est pas défendu de parler études en récréation ni d’aborder un sujet sérieux, mais à la condition d’éviter le ton doctoral, l’âpre dogmatisme, les discussions interminables, les apartés un peu schismatiques. Il faut renoncer à tenir le dé depuis le commencement jusqu’à la fin, très continuellement, très haut, pour des histoires qui ne sont pas toujours bien intéressantes et que l’on a plusieurs fois entendues.
En dehors des récréations, le religieux doit être avare de paroles. Encore que les Constitutions lui accordent cinq minutes pour l’échange des renseignements utiles, il ne se croit point obligé à faire naître et à multiplier les occasions ; et il se munit d’une permission lorsque l’entretien doit se prolonger. Il est capable de rencontrer ses frères sans leur adresser la parole, sans leur glisser à l’oreille une facétie, sans se dissiper à propos de mille riens. On reconnaît un homme sage à la sobriété de son langage, dira bientôt N. B. Père ; et l’Imitation, qui a d’excellentes pages sur le silence, nous avertit que ceux-là seulement savent parler qui aiment à se taire : Nemo secure loquitur nisi qui libenter tacet.

Et ideo, si quoe requirenda sunt a priore, cum omni humilitate et subjectione reverentix requirantur, ne plus videatur loqui quam expedit .

C’est pourquoi, s’il y a des choses à demander au supérieur, qu’on le fasse en toute humilité et soumission respectueuse.


On pouvait objecter : Mais enfin, si les colloques spirituels avec les frères présentent quelque inconvénient et méritent d’être mesurés, du moins nous est il toujours loisible d’interroger notre Abbé et nos anciens ? Oui, en toute humilité, soumission et révérence, et sans parler plus qu’il ne convient La pensée de N. B. Père n’est certainement pas d’inviter le disciple à réduire ses relations avec ses supérieurs (prior peut être pris -ici dans un sens large) ; il ne lui recommande pas l’attitude contrainte et compassée qui porte à peser, à préparer, à compter toutes les paroles : mais il sait que les questions et les objections sont souvent posées par jactance.
La direction de conscience elle-même ne doit jamais devenir une parlote : Je vous dirai, écrivait Bossuet .à la sœur Cornuau , qu’il me paraît dans la dévotion d’à présent un défaut sensible : c’est qu’on parle trop de son oraison et de son état. Au lieu de tant demander les degrés d’oraison, il faudrait, sans tant de réflexions, faire simplement l’oraison selon que Dieu le donne, sans se tourmenté à discourir dessus, etc. “ Et saint Jean de la Croix ” Ce qui manque, si tant est qu’il manque quelque chose, ce n’est ni d’écrire ni de parler, ce qui se fait ordinairement à profusion, mais bien de se taire et d’agir. De plus, c’est distraire les âmes que de parler, tandis que le silence, joint à l’action, produit le recueillement et donne à l’esprit une force merveilleuse. Aussi, lorsqu’on a fait connaître à une âme tout ce qui est nécessaire à son avancement, elle n’a plus besoin ni de prêter l’oreille aux paroles des autres ni de parler elle-même .
Chose remarquable, même lorsque nous nous adressons à Dieu, l’Évangile nous presse de n’être point grands parleurs : Orantes autem nolite inultum loqui, sicut ethniei : putant enim quod lai multiloquio suc exaudiantur. Nolite ergo assimilari eis (MATTH., Vl, 7-8). Et, tout en réservant le cas où la grâce divine nous porte à prolonger notre prière, saint Benoît nous dira que, pour être pure, l’oraison doit être brève. Le silence est un des traits du caractère de Dieu :Non in commotione Dominus ; ses plus grandes manifestations ad extra s’opèrent sans bruit, dans le mystère : Vere tu es Deus absconditus, Deus Israel, salvator (Is., XLV, 15). Et les saints qui ont approché Dieu de plus près sont devenus de grands silencieux .

Scurrilitates vero vel verba otiosa et risum moventia, aeterna clausura in omnibus loeis damnamus et ad tale eloquium discipulum aperire os non permittimus, .

Quant aux facéties, aux paroles frivoles ou qui provoquent le rire, nous les condamnons et bannissons à tout jamais et en tous lieux, et pour de tels propos nous ne permettons pas au disciple d’ouvrir la bouche.


Voici une quatrième et dernière catégorie de conversations les bouffonneries, les paroles oiseuses , mondaines, et qui n’ont pour dessein que de provoquer le rire (voir les cinquante-quatrième et cinquante cinquième instruments des bonnes œuvres), sont bannies à tout jamais, aeterna clausura, et de partout ; les lèvres d’un moine ne s’ouvriront point pour de tels discours. N. B. Père l’interdit avec énergie et avec une sorte de solennité.
Il ne s’agit pas d’exclure la gaieté des récréations. Il est même sage d’éviter la pruderie qui s’effarouche et se scandalise de tout ; lorsque nous sommes bons, la tranquillité et l’innocence de l’enfant, sa naïveté morale se restituent en nous. Il reste néanmoins que les causeries ne doivent pas se prêter à certains sujets, à certaines réflexions un peu trop gauloises, au ton gouailleur et boulevardier. Cela n’est pas de nature à exciter un rire qui soit de bon goût ; il est des choses qu’il ne faut pas côtoyer, dont il est salubre de s’éloigner. Notre délicatesse et le souci du Seigneur nous garderont de toute imprudence.
Lorsque N. B. Père défend les entretiens frivoles in omnibus locis, il laisse entendre qu’il est des lieux où les bonnes conversations sont licites et d’autres qui sont privilégiés pour le silence ; il parlera au chapitre XLll des moments privilégiés. La tradition monastique a déterminé de bonne heure qu’un silence absolu devait régner à l’église et au réfectoire, même en dehors des exercices conventuels. On ajoutait à Cluny et ailleurs, le dortoir et la cuisine régulière, souvent aussi le chapitre, le chauffoir, la sacristie, le cloître, surtout dans sa partie qui avoisine immédiatement l’église. Afin de n’avoir pas à rompre le silence dans ces lieux privilégiés, on avait adopté à Cluny et à Cîteaux toute une langue de signes conventionnels. Saint Benoît prescrit les signes pendant les repas (chap. XXXVlll) ; et déjà chez saint Pacôme on usait en certains. cas du même procédé .
Il n’a été question jusqu’ici que du silence de la parole, le seul dont parle formellement N. B. Père. Mais il y a aussi le silence matériel, l’absence de tapage. Une religieuse de la Visitation demandait ‘à saint François de Sales ce qu’elle pourrait bien faire pour parvenir à la perfection. Le saint évêque, qui savait sans doute à qui il s’adressait, lui répondit : Ma sœur, je crois que le Seigneur vous demande de fermer les portes sans bruit Ce qui n’était qu’un conseil tout personnel et enveloppé de malice devient, dans une communauté nombreuse et dans une maison sonore, un conseil universel et toujours opportun. Le silence extérieur des choses est favorable à la prière comme à l’étude ; on ne fait pas facilement son oraison au milieu d’une canonnade... Il n’est peut-être pas superflu de surveiller sa façon de marcher, d’éternuer, de se moucher. Faut-il parler du fracas menaçant par lequel débutent les repas, des éclats de voix à l’intérieur du monastère ou pendant la récréation  ? Tout cela s’élimine grâce au bon goût, à l’éducation, et lorsque chacun prend conscience qu’il n’est pas seul au monde.
Le silence intérieur enfin. Il est la raison même et l’intention de toutes les autres formes de silence. Préparé et facilité par elles, il en est d’ailleurs pratiquement très distinct. Certaines âmes n’aiment pas le bruit extérieur et ne se répandent pas en conversations sans fin ; jamais pourtant le silence ne s’établit en elles ; derrière le mutisme des lèvres, c’est un vacarme continu de voix intérieures, dans la proportion même des passions immortifiées. Lorsque le Seigneur voulait armer le bonheur et la simplicité de la contemplation, il disait à Marthe : Martha, Martha, sollicita es et turbaris erga plurima ; n’est-ce pas le reproche qu’il a le plus souvent l’occasion de nous adresser ? Nous est-il arrivé parfois d’essayer de passer en revue, dans un examen rapide, l’infinie variété des objets et des spectacles qui viennent se placer dans le champ de notre vision intérieure ? Des souvenirs, des rancunes, des projets, des regrets, des recherches de vanité, des émotions de colère, des irritations, des scrupules : de combien de souffles et de combien de vagues est remué ce monde de notre vie secrète ! Tel frère que nous apercevons nous rappelle soudain une longue série d’expériences ; et nous nous en allons sur cette sotte piste, si loin, si longtemps, que nous ne nous retrouvons plus. Un incident de détail suffit pour provoquer tout un roman. Quelquefois, c’est une petite scène douce où nous revoyons le passé, où nous ressuscitons ses joies et ses relations. Salle des pas perdus, cinématographe, phonographe, kaléidoscope, notre âme devient tout cela. La distraction grave n’est pas celle que nous accusons d’habitude, une parenthèse rapide et épisodique dans notre vie ; c’est celle qui engage notre activité entière dans une direction étrangère à Dieu.
Et l’intention profonde du silence est de libérer l’âme, de lui rendre forces et loisir pour adhérer au Seigneur. Il affranchit l’âme, comme l’obéissance donne toute sa maîtrise à la volonté. Il a, comme le travail, la double efficacité de nous soustraire à la basse attraction de nos penchants sensibles et de nous fixer dans le bien Il nous établit peu à peu dans une région sereine, sapientum templa serena, où nous somme capables de parler à Dieu et d’entendre sa voix. Le silence soutient donc à son tour une affinité avec la foi et la charité. Et de même qu’on ne nous demande pas l’obéissance pour la servitude, on ne nous demande pas non plus le silence dans un parti pris de vexation : toutes ces limitations tutélaires sont autre chose que des retranchements. Le silence est œuvre festive ; et c’est pourquoi, selon les anciens coutumiers, on l’observait rigoureusement les jours de fête : propter festivitatis reverentiam. Or, dans l’âme chrétienne, la fête est de tous les jours.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Prières usuelles


Signum crucisSigne de croix
IN nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen.Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen.
Symbolum ApostolorumSymbole des Apôtres
CREDO in Deum Patrem omnipotentem, Creatorem caeli et terrae. Et in Iesum Christum, Filium eius unicum, Dominum nostrum, qui conceptus est de Spiritu Sancto, natus ex Maria Virgine, passus sub Pontio Pilato, crucifixus, mortuus, et sepultus, descendit ad inferos, tertia die resurrexit a mortuis, ascendit ad caelos, sedet ad dexteram Dei Patris omnipotentis, inde venturus est iudicare vivos et mortuos. Credo in Spiritum Sanctum, sanctam Ecclesiam catholicam, sanctorum communionem, remissionem peccatorum, carnis resurrectionem, vitam aeternam. Amen.Je crois en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus-Christ Son fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, est ressuscité le troisième jour, est monté aux cieux, est assis à la droite du Père tout-puissant, d'où Il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en L'Esprit Saint, à la Sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.
Salve Regína, Mater misericórdiæ, vita dulcédo, et spes nostra, salve. Ad te clamámus éxsules fílii Evæ; ad te suspirámus, geméntes et flentes in hac lacrimárum valle. Salut, Reine, mère de miséricorde, vie, douceur, et notre espérance, salut. Vers vous, nous crions,, enfants d'Eve exilés. Vers vous, nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
Eia ergo, advocáta nostra, illos tuos misericórdes óculos ad nos convérte: Et Iesum, benedíctum fructum ventris tui, nobis post hoc exsílium osténde. O clemens, o pia, o dulcis Virgo María.Et donc, notre avocate, tournez vos yeux miséricordieux vers les vôtres. Et Jésus, le fruit béni de vos entrailles, montre-le nous après notre exil.
O clemens, O pia, O dulcis Virgo Maria.O clémente, ô bonne, ô douce Vierge Marie.
V/. Ora pro nobis, sancta Dei Genetrix.
R/. Ut digni efficiamur promissiónibus Christi.
V/. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu.
V/. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
Omnipotens sempiterne Deus, qui gloriosae Virginis Matris Mariae corpus et animam, ut dignum Filii tui habitaculum effici mereretur, Spiritu Sancto cooperante, praeparasti: da, ut cuius commemoratione laetamur; eius pia intercessione, ab instantibus malis, et a morte perpetua liberemur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
Dieu éternel et tout puissant qui avec la coopération du Saint Esprit a préparé le corps et l'Esprit de la glorieuse Vierge-Mère Marie à devenir une demeure digne de Ton Fils; puissions-nous, par son intercession aimante, être délivrés des maux actuels et de la mort éternelle, nous qui nous réjouissons de sa commémoration. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
Le "Salve Regina" est la prière privilégiée du temps "dans l'année" après la Pentecôte. Elle se chante (ou se récite) surtout après la fin du temps pascal jusqu'au premier dimanche de l'Avent (exclus).
ANGELUSANGELUS
V/. Ángelus * Dómini nuntiávit Maríæ.V/. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie,

R/. Et concépit de Spíritu Sancto.
R/. Et elle conçut du Saint-Esprit.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus.Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
V/. Ecce ancílla Dómini.
V/. Me voici, servante du Seigneur,
R/. Fiat mihi secúndum verbum tuum.
R/. Qu’il me soit fait selon votre parole.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus.
Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
V/. Et Verbum caro factum est. **V/. Et le Verbe S’est fait chair
R/. Et habitávit in nobis.R/. Et Il a habité parmi nous.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus.
Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous.
Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
V/. Ora pro nobis, sancta Dei génetrix.
V/. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
R/. Ut digni efficiámur promissiónibus Christi.
R/. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Orémus.
Grátiam tuam, quæsumus,
Dómine, méntibus nostris infúnde; 
 ut qui, Ángelo nuntiánte,
 Christi Fílii tui incarnatiónem cognóvimus, *
per passiónem eius et crucem,
 ad resurrectiónis glóriam perducámur.
Per Christum Dóminum nostrum.
R/. Amen.
Prions.
Répands, Seigneur, Ta grâce en nos âmes. Par le message de l’ange, nous avons connu l’incarnation de Ton Fils bien-aimé. Conduis-nous, par Sa passion et par Sa croix, jusqu’à la gloire de la résurrection. Par le Christ, notre Seigneur. R/. Amen.
* L'angélus se sonne par trois séries de trois tintements suivis d'une "pleine-volée". Les tintements correspondent au début du versicule, du répons et de l'Ave.
** On a coutume d'incliner légèrement la tête à ce versicule en signe de révérence pour le mystère de l'Incarnation.
On récite habituellement la prière de l'Angelus trois fois par jour, à 7 heures, midi et 19 heures. Dans certains endroits, cette prière ce récite donc après l'office de laudes, celui de sexte et après complies.
Au temps pascal, cette prière est remplacée par le Regina caeli.
Angele DeiAngele Dei (prière à l'Ange gardien)
ANGELE DEI, qui custos es mei, Me tibi commissum pietate superna; (Hodie, Hac nocte) illumina, custodi, rege, et guberna. Amen.ANGE DE DIEU, qui êtes mon gardien, puisque le ciel m'a confié à vous dans sa bonté, (aujourd'hui, cette nuit) éclairez-moi,gardez-moi, dirigez-moi et gouvernez-moi. Amen.
Benedictio Ante MensamBénédiction avant le repas
V/. Benedicite. (R/. Benedicite.)
BENEDIC, Domine, nos et haec tua dona * quae de tua largitate sumus sumpturi. Per Christum Dominum nostrum. R/. Amen.
V/. Bénissez. (R/. Bénissez.)
BENIS nous, Seigneur, et les dons qui viennent de Toi, par lesquels, de Ta largesse, nous sommes rassasiés. Par le Christ notre Seigneur. R/. Amen.
Ante prandium:Avant le déjeuner :
Mensae caelestis participes * faciat nos, Rex aeternae gloriae. R/. Amen.Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse participer à la table céleste. R/. Amen.
Ante cenam:Avant le dîner :
Ad cenam vitae aeternae * perducat nos, Rex aeternae gloriae. R/. Amen.Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse parvenir au festin de la vie éternelle. R/. Amen.
Benedictio Post MensamBénédiction d'après le repas
AGIMUS tibi gratias, omnipotens Deus, pro universis beneficiis tuis, * qui vivis et regnas in saecula saeculorum. R/. Amen.Nous Te rendons-grâces, Dieu tout puissant, pour tous Tes bienfaits, Toi qui vis et règnes dans les siècles des siècles. R/. Amen.
V/. Deus det nobis suam pacem.V/. Que Dieu nous donne Sa paix.
R/. Et vitam aeternam. R/. Amen.R/. Et la vie éternelle. Amen.
 Rosarium Rosaire
InitiumCommencement
Signum crucisSigne de croix
Romae:A Rome :
V/. Domine, labia mea aperies,
R/. Et os meum annuntiabit laudem tuam.
V/. Deus in adiutorium meum intende,
R/. Domine ad adiuvandum me festina.
V/. Seigneur, ouvre mes lèvres,
R/. Et ma bouche annoncera Ta louange.
V/. Dieu, viens à mon aide,
R/. Seigneur, vite à mon secours.
Ad Crucem:Sur la croix :
Symbolum ApostolorumSymbole des apôtres
Ad grana maiora:Sur les gros grains :
Oratio Dominica (Pater noster)Prière du Seigneur (Notre Père)
Ad grana minora:Sur les petits grains :
Ave MariaJe vous salue Marie
Ad finem decadum:A la fin de chaque dizaine :
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Le Vendredi saint on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
R/. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem.
V/. Mortem autem crucis.
R/. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort.
V/. Et la mort de la croix.
Le Samedi saint, on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
R/. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis.
V/. Propter quod et Deus exaltavit illum: et dedit illi nomen, quod est super omne nomen.
R/. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
V/. C'est pourquoi Dieu L'a exalté : et Il Lui a donné le Nom qui est au dessus de tout Nom.
Oratio FatimaPrière de Fatima
O MI IESU, dimitte nobis debita nostra, libera nos ab igne inferni, conduc in caelum omnes animas, praesertim illas quae maxime indigent misericordia tua.O mon Jésus, pardonne-nous nos péchés, préserve-nous du feu de l'enfer, et conduis au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de Ta sainte miséricorde.
Meditationes RosariiMéditations du Rosaire
In feria secunda et sabbatoLe lundi et le samedi
I. Mysteria GaudiosaI. Mystères joyeux
1. Quem, Virgo, concepisti. [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Quem visitando Elisabeth portasti. [Lc 1,39-45]
3. Quem, Virgo, genuisti. [Lc 2,6-12]
4. Quem in templo praesentasti. [Lc 2,25-32]
5. Quem in templo invenisti. [Lc 2,41-50]
1. Annonciation [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Visitation [Lc 1,39-45]
3. Nativité [Lc 2,6-12]
4. Présentation au Temple [Lc 2,25-32]
5. Recouvrement au Temple [Lc 2,41-50]
In feria quintaLe jeudi
II. Mysteria LuminosaII. Mystères lumineux
1. Qui apud Iordanem baptizatus est. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Qui ipsum revelavit apud Canense matrimonium. [In 2,1-11]
3. Qui Regnum Dei annuntiavit. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. Qui transfiguratus est. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. Qui Eucharistiam instituit.[In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
1. Le Baptême au Jourdain. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Les Noces de Cana. [In 2,1-11]
3. L'annonce du Royaume. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. La Transfiguration. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. L'institution de l'Eucharistie. [In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
In feria tertia et feria sextaLe mardi et le vendredi
III. Mysteria dolorosaIII. Mystères douloureux
1. Qui pro nobis sanguinem sudavit. [Lc 22,39-46]
2. Qui pro nobis flagellatus est. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Qui pro nobis spinis coronatus est. [In 19,1-8]
4. Qui pro nobis crucem baiulavit. [In 19,16-22]
5. Qui pro nobis crucifixus est. [In 19,25-30]
1. L'Agonie au jardin des oliviers. [Lc 22,39-46]
2. Le Flagellation. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Le Couronnement d'épines. [In 19,1-8]
4. Le Portement de Croix. [In 19,16-22]
5. La Crucifixion. [In 19,25-30]
In feria quarta et DominicaLe mercredi et le dimanche
IV. Mysteria gloriosaIV. Mystères glorieux
1. Qui resurrexit a mortuis. [Mc 16,1-7]
2. Qui in caelum ascendit. [Lc 24,46-53]
3. Qui Spiritum Sanctum misit. [Acta 2,1-7]
4. Qui te assumpsit. [Ps 16,10]
5. Qui te in caelis coronavit. [Apoc 12,1]
1. La Résurrection. [Mc 16,1-7]
2. L'Ascension. [Lc 24,46-53]
3. L'Effusion de l'Esprit Saint à la Pentecôte. [Acta 2,1-7]
4. L'Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie. [Ps 16,10]
5. Le Couronnement aux cieux de la Bienheureuse Vierge Marie. [Apoc 12,1]
Orationes ad Finem Rosarii DicendaePrières dites à la fin de la récitation du Rosaire
Salve ReginaSalve Regina
V/. Ora pro nobis, Sancta Dei Genetrix.
R/. Ut digni efficiamur promissionibus Christi.
V/. Priez pour nous, Sainte Mère de Dieu.
R/. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
DEUS, cuius Unigenitus per vitam, mortem et resurrectionem suam nobis salutis aeternae praemia comparavit, concede, quaesumus: ut haec mysteria sacratissimo beatae Mariae Virginis Rosario recolentes, et imitemur quod continent, et quod promittunt assequamur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
O DIEU, qui, par la vie, la mort et la résurrection de Ton Fils unique, nous a obtenu les récompenses du salut éternel, accorde-nous, nous T'en supplions, qu'en méditant sur les mystères du très saint Rosaire de la Bienheureuse Vierge-Marie, nous imitions ce qu'ils contiennent et obtenions ce qu'ils promettent. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
ACTUS CONTRITIONISACTE DE CONTRITION
DEUS meus, ex toto corde paenitet me omnium meorum peccatorum, eaque detestor, quia peccando, non solum poenas a Te iuste statutas promeritus sum, sed praesertim quia offendi Te, summum bonum, ac dignum qui super omnia diligaris. Ideo firmiter propono, adiuvante gratia Tua, de cetero me non peccaturum peccandique occasiones proximas fugiturum. Amen.Mon Dieu, de tout mon coeur je fais pénitence pour tous mes péchés. Je les déteste non seulement à cause de Tes justes punitions auxquelles je suis promis, mais surtout parce que je T'ai offensé, Toi qui es infiniment bon et qui es digne de tout mon amour. Je prends donc la ferme résolution, avec l'aide de Ta grâce, de ne plus pécher et de fuir les occasions proches de pécher. Amen.
Oratio ante colligationem in interretePrière avant de se connecter à l'internet.
OMNIPOTENS aeterne Deus, qui nos secundum imaginem Tuam plasmasti, et omnia bona, vera, pulchra, praesertim in divina persona Unigeniti Filii Tui Domini nostri Iesu Christi, quaerere iussisti, praesta quaesumus ut, per intercessionem Sancti Isidori, Episcopi et Doctoris, in peregrinationibus per interrete factis et manus oculosque ad quae Tibi sunt placita intendamus et omnes quos convenimus cum caritate ac patientia accipiamus. Per Christum Dominum nostrum. R/. Amen.Dieu Éternel et Tout Puissant qui nous a créés à Ton image et nous ordonne de rechercher ce qui est bon, vrai et beau, spécialement dans la personne divine de Ton Fils unique notre Seigneur Jésus Christ, nous T’implorons par l’intercession de Saint Isidore Évêque et Docteur de nous aider pendant nos voyages à travers l’Internet à diriger nos mains et nos yeux vers ce qui T’est agréable, et à accueillir avec charité et patience tous ceux que nous rencontrerons. Par le Christ notre Seigneur. R/. Amen.
Oratio S. Thomae Aquinatis ante studiumPrière de S. Thomas d'Aquin avant l'étude
Creátor ineffábilis, qui de thesáuris sapiéntiæ tuæ tres Angelórum hiearchías designásti et eas super cœlum empýreum miro órdine collocásti, atque univérsi partes elegantíssime distribuísti: Tu, inquam, qui verus fons lúminis et sapiéntiæ díceris ac superéminens princípium, infúndere dignéris super intelléctus mei ténebras tuæ rádium claritátis, dúplices, in quibus natus sum, a me rémovens ténebras, peccátum scílicet et ignorántiam. Tu, qui linguas infántium facis disértas, linguam meam erúdias atque in lábiis meis grátiam tuæ benedictiónis infúndas. Da mihi intelligéndi acúmen, retinéndi capacitátem, addiscéndi modum et facilitátem, interpretándi subtilitátem, loquéndi grátiam copiósam. Ingréssum ínstruas, progréssum dírigas, egréssum cómpleas. Tu, qui es verus Deus et Homo, qui vivis et regnas in sǽcula sæculórum. Amen.Créateur ineffable, qui, des trésors de Ta sagesse, a formé les trois hiérachies des anges, les a placées au-dessus des cieux dans un ordre merveilleux, et a façonné et distribué de façon exquise toutes les parties de l'univers ; Toi qui es la vraie source de la lumière et de la sagesse et leur principe suréminent, daigne répandre Ta clarté sur l’obscurité de mon intelligence ; chasse de moi les ténèbres du péché et de l’ignorance. Donne-moi : la pénétration pour comprendre, la mémoire pour retenir, la méthode et la facilité pour apprendre, la lucidité pour interpréter, une grâce abondante pour m’exprimer. Aide le commencement de mon travail, diriges-en le progrès, couronnes-en la fin. Toi, qui es vrai Dieu et vrai homme, et qui vis et règnes dans les siècles des siècles. Amen.
Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Ordo liturgique du vendredi 24 janvier 2020 au dimanche 23 février 2020

vendredi 24 janvier 2020
Feria VI - Hebdomada II per annum

S. Francisci de Sales, episcopi et Ecclesiae doctoris, Memoria.

St François de Sales, évêque et docteur de l'Église.
Évêque de Genève et docteur de l'Église, il proposa à tous la voie à la sainteté (†1623) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 25 janvier 2020
Sabbato - Hebdomada II per annum

In conversione S. Pauli, apostoli, Festum.

Conversion de Saint Paul, apôtre.
Anniversaire d'un événement décisif pour le développement de l'Église - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 26 janvier 2020
Dominica - Hebdomada III per annum

Dominica III per annum.

Sts Timothée et Tite, évêques.
Évêques et compagnons de St Paul - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 27 janvier 2020
Feria II - Hebdomada III per annum

FERIE ou S. Angelae Merici, virginis, memoria ad libitum.
Ste Angèle Merici, vierge.
Religieuse, fondatrice de l'institut des Ursulines, premier ordre féminin enseignant (†1540) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 28 janvier 2020
Feria III - Hebdomada III per annum

S. Thomae de Aquino, presbyteri et Ecclesiae doctoris, Memoria.

St Thomas d'Aquin, prêtre et docteur de l'Église
Dominicain, auteur de la Somme théologique, docteur de l'Église dit angélique (†1274) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 29 janvier 2020
Feria IV - Hebdomada III per annum

FERIE
St Gildas le sage
Moine, apôtre de la Grande-Bretagne (†570) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 30 janvier 2020
Feria V - Hebdomada III per annum

FERIE
Bx Columba Marmion
Bénédictin à Maredsous, guide spirituel (†1923) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 31 janvier 2020
Feria VI - Hebdomada III per annum

S. Ioannis Bosco, presbyteri, Memoria.

St Jean Bosco, prêtre.
Fondateur de la famille salésienne (†1888) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 1 février 2020
Sabbato - Hebdomada III per annum

FERIE

- Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 2 février 2020
Dominica - Hebdomada IV per annum

IN PRAESENTATIONE DOMINI, Festum.

Présentation du Seigneur
La Chandeleur est la fête du Christ"lumière pour éclairer les nations " attestée à Jérusalem en 386, adoptée à Rome au 7e siècle. Cette fête est commune avec les Églises orientales, qui l'appellent fête de la rencontre ou Entrée de notre Seigneur au Temple - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 3 février 2020
Feria II - Hebdomada IV per annum

FERIE ou S. Ansgarii, episcopi, memoria ad libitum.
St Blaise de Sébaste, évêque et martyr
Médecin, évêque arménien au IVe siècle († vers 316) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 4 février 2020
Feria III - Hebdomada IV per annum

FERIE
Ste Jeanne de France
Fille de Louis XI, fondatrice de l'Ordre de l'Annonciade (†1505) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 5 février 2020
Feria IV - Hebdomada IV per annum

S. Agathae, virginis et martyris, Memoria.

Ste Agathe, vierge et martyre
Sicile (IIIe siècle) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 6 février 2020
Feria V - Hebdomada IV per annum

Ss. Pauli Miki et sociorum, martyrum, Memoria.

St Paul Miki, prêtre, et ses compagnons, martyrs
Martyrs à Nagasaki au Japon (†1597) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 7 février 2020
Feria VI - Hebdomada IV per annum

FERIE
Bx Pie IX, pape
Pape du XIXe siècle, il combattit les erreurs dites modernes et promulgua le dogme de l'Immaculée Conception (†1878) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 8 février 2020
Sabbato - Hebdomada IV per annum

FERIE ou S. Iosephinae Bakhita, virginis, memoria ad libitum.
St Jérôme Émilien
Prêtre, éducateur, fondateur des "Pères somasques " (†1537) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 9 février 2020
Dominica - Hebdomada V per annum

Dominica V per annum.

St Michel Fébres Cordero
Frère des Écoles Chrétiennes, mort en Équateur en 1910 - Martyrologe du jour
Septuagésime
Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 10 février 2020
Feria II - Hebdomada V per annum

S. Scholasticae, virginis, Memoria.

Ste Scholastique, vierge
Vierge, sœur de St Benoît, première moniale bénédictine (†543) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 11 février 2020
Feria III - Hebdomada V per annum

FERIE ou B. Mariae Virginis de Lourdes, memoria ad libitum.
Bienheureuse Marie, vierge de Lourdes
Anniversaire de la 1ère apparition de la Vierge à la grotte de Massiabelle en 1858 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 12 février 2020
Feria IV - Hebdomada V per annum

FERIE
Bx Georges Haydock et ses compagnons, martyr
Martyrs à Tyburn, près de Londres, par fidélité au pape (†1587) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 13 février 2020
Feria V - Hebdomada V per annum

FERIE
Bse Béatrice d'Ornacieux
Fondatrice de la chartreuse d'Eymeu dans la Drôme (†1260) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 14 février 2020
Feria VI - Hebdomada V per annum

Ss. Cyrilli, monachi, et Methodii, episcopi, patronorum Europae, Festum.

Sts Cyrille, moine et Méthode, évêque
Apôtres des Slaves au IXe siècle, créateurs de l'alphabet cyrillique - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 15 février 2020
Sabbato - Hebdomada V per annum

FERIE
St Claude la Colombière
Jésuite, confesseur et aide de Ste Marguerite-Marie (†1682) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 16 février 2020
Dominica - Hebdomada VI per annum

Dominica VI per annum.

Bx Joseph Allamano, prêtre
Prêtre, il fonda deux instituts missionnaires de Marie Consolatrice (†1926) - Martyrologe du jour
Sexagésime
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 17 février 2020
Feria II - Hebdomada VI per annum

FERIE ou Ss. septem Fundatorum Ordinis Servorum B. M. V., memoria ad libitum.
Les Sept Saints Fondateurs de l'ordre des Servites de la Bienheureuse Vierge Marie.
Sept jeunes marchands de Florence se consacrèrent à Dieu au XIIIème siècle et méditèrent les sept douleurs de la Vierge - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 18 février 2020
Feria III - Hebdomada VI per annum

FERIE
Ste Bernadette Soubirous, vierge
Elle a vu la Ste Vierge dix-huit fois à quatorze ans, religieuse à Nevers, morte après une longue maladie en 1879 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 19 février 2020
Feria IV - Hebdomada VI per annum

FERIE
St Jean-Pierre Néel, prêtre
Prêtre originaire du diocèse de Lyon, missionnaire en Chine, martyr en 1862 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 20 février 2020
Feria V - Hebdomada VI per annum

FERIE
Bse Jacinthe Marto
La plus jeune des trois bergers de Fatima. Elle pria, fit des sacrifices pour la conversion des pécheurs et pour le pape (†1920) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 21 février 2020
Feria VI - Hebdomada VI per annum

FERIE ou S. Petri Damiani, episcopi et Ecclesiae doctoris, memoria ad libitum.
St Pierre Damien, évêque et docteur de l'Église
Evêque d'Ostie, oeuvra à la réforme du clergé, docteur de l'Eglise (+1072) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 22 février 2020
Sabbato - Hebdomada VI per annum

Cathedrae S. Petri, apostoli, Festum.

Chaire de St Pierre, apôtre
Primauté de St-Pierre et de son successeur le pape pour l'unité - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 23 février 2020
Dominica - Hebdomada VII per annum

Dominica VII per annum.

St Polycarpe, évêque et martyr
Évêque de Smyrne, disciple de St Jean, athlète de la foi, mort martyr en 155 - Martyrologe du jour
Quinquagésime
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière