Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Martyrologe du vendredi 10 avril 2020 - Vendredi Saint

Martyrologe
Vendredi Saint et Samedi Saint
La lecture du Martyrologe est supprimée (est omise)
Le 10 avril
1. À Carthage, vers 250, les saints martyrs Térence, Africain, Maxime, Pompée, Alexandre, Théodore et quarante compagnons, qui seraient tombés pour la foi chrétienne sous l’empereur Dèce.
2. À Alexandrie, saint Apollonius, prêtre et martyr.
3*. À Auxerre, en 658, saint Pallade, évêque. Abbé du monastère de Saint-Germain, il fut choisi pour succéder à l’évêque saint Didier, participa à de nombreux conciles régionaux et s’employa à restaurer la discipline ecclésiastique dans son Église.
4*. À Gavello en Vénétie, l’an 883, saint Bède le jeune, moine. Après quinze années passées à la cour de Louis le Débonnaire et de Charles le Chauve, il choisit de se mettre au service du Seigneur dans le monastère de ce lieu, le restant de sa vie.
5. À Gand dans les Flandres, en 1012, saint Macaire, pèlerin, qui fut accueilli avec bonté parmi les moines de Saint-Bavin et l’année suivante fut emporté par la peste.
6*. À Chartres, en 1029, saint Fulbert, évêque. Il nourrit de sa doctrine un grand nombre, entreprit par sa munificence et son zèle le grand œuvre de la cathédrale et magnifia par ses chants la Vierge Marie.
7*. À Tunis, en 1460, le bienheureux Antoine Neyrot, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs et martyr. Enlevé par des pirates et conduit de force en Afrique, il eut la faiblesse d’apostasier et de se marier, mais, avec le secours de la grâce divine, un jeudi saint, il reprit en public son habit religieux et, frappé d’une grêle de pierres, il expia sa faute.
8*. À Plaisance en Émilie, l’an 1479, le bienheureux Marc Fantuzzi de Bologne, prêtre de l’Ordre des Mineurs, célèbre pour sa piété, sa prudence et sa prédication.
9. À Valladolid en Espagne, l’an 1625, saint Michel des Saints, prêtre de l’Ordre de la Sainte Trinité, qui se donna tout entier aux exercices de charité et à la prédication de la parole de Dieu.
10. À Vérone en Vénétie, l’an 1855, sainte Madeleine de Canossa, vierge, qui renonça spontanément aux richesses de son patrimoine pour suivre le Christ et fonda deux Instituts, des Filles et des Fils de la Charité, pour promouvoir l’éducation chrétienne des enfants.
11*. Au camp de concentration de Dachau en Bavière, l’an 1942, le bienheureux Boniface Zukowski, prêtre franciscain conventuel et martyr, victime, en raison de son sacerdoce, du régime nazi et des sévices de la déportation.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Invitatoire du vendredi 10 avril 2020 - Vendredi Saint

Sacrum Triduum Paschale Triduum pascal sacré
Feria III Mardi
Feria VI hebdomadae sanctae Vendredi Saint
Ad Invitatorium
Ad Invitatorium
A la liturgie lue :
Ante Officium quod a solo persolvitur, dici potest sequens oratio:Avant l'office récité seul, on peut dire la prière suivante :
Aperi, Dómine, os meum ad benedicéndum nomen sanctum tuum; munda cor meum ab ómnibus vanis, pervérsis et aliénis cogitatiónibus; intelléctum illúmina, afféctum inflámma, ut digne, atténte ac devóte hoc Offícium recitáre váleam, et exaudíri mérear ante conspéctum divínæ maiestátis tuæ. Per Christum Dóminum nostrum. Amen.Ouvre mes lèvres, Seigneur, afin qu’elles bénissent Ton saint Nom, purifie aussi mon cœur de toute pensée vaine, mauvaise, étrangère. Éclaire mon intelligence, enflamme mon amour, afin que je puisse réciter cet office avec respect, attention et dévotion, et mériter d’être exaucé en présence de Ta divine majesté. Par le Christ notre Seigneur. Amen.
℣. Dómine, lábia mea apéries. ℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.℣. Seigneur, ouvre mes lèvres. ℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Psalmus 94 (95)Psaume 94 (95)
Invitatio ad laudem DeiInvitation à la louange de Dieu
Adhortamini vosmetipsos per singulos dies, donec illud «hodie» vocatur (Hebr 3, 13).Exhortez-vous mutuellement chaque jour, tant que vaut cet « aujourd'hui ».
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Veníte, exsultémus Dómino; iubilémus Deo salutári nostro. Præoccupémus fáciem eius in confessióne et in psalmis iubilémus ei.Venez, exultons pour le Seigneur, jubilons pour Dieu, notre salut. Accourons devant Sa face dans l'action de grâce, dans des psaumes, jubilons pour Lui.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Quóniam Deus magnus Dóminus et rex magnus super omnes deos. Quia in manu eius sunt profúnda terræ, et altitúdines móntium ipsíus sunt. Quóniam ipsíus est mare, et ipse fecit illud, et siccam manus eius formavérunt. Parce que le Seigneur est le grand Dieu ; le grand Roi au-dessus de tous les dieux. Car dans Sa main sont les profondeurs de la terre, et que les hauteurs des montagnes sont à Lui. Parce qu'à Lui est la mer, et que c'est Lui-même qui l'a faite, et que Ses mains ont formé le continent.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Veníte, adorémus et procidámus et génua flectámus ante Dóminum, qui fecit nos, quia ipse est Deus noster, et nos pópulus páscuæ eius et oves manus eius. Venez, adorons, prosternons - nous devant Dieu, et fléchissons les genoux devant le Seigneur qui nous a faits, parce que Lui-même est notre Dieu, et que nous sommes Son peuple et les brebis de Sa main.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Utinam hódie vocem eius audiátis: «Nolíte obduráre corda vestra, sicut in Meríba secúndum diem Massa in desérto, ubi tentavérunt me patres vestri: probavérunt me, etsi vidérunt ópera mea. Si seulement aujourd'hui, vous entendiez Sa voix, n'endurcissez pas vos coeurs, comme à Mériba, comme au jour de Massa dans le désert, où Me tentèrent vos pères ; ils M'éprouvèrent, alors qu'ils avaient vu Mes oeuvres.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Quadragínta annis tæduit me generatiónis illíus, et dixi: Pópulus errántium corde sunt isti. Et ipsi non cognovérunt vias meas; ídeo iurávi in ira mea: Non introíbunt in réquiem meam». Pendant quarante ans, J'ai été le dégoût de cette génération et J'ai dit : ils sont un peuple errant de coeur ; et eux, ils n'ont point connu Mes voies : c'est pourquoi Je leur ai juré dans Ma colère, ils n'entreront pas dans Mon repos.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.

Si le psaume 94 est récité pendant la liturgie de ce jour, à une des heures suivantes, on peut prendre un autre psaume comme invitatoire, au choix :
vel:ou :
Psalmus 99 (100)Psaume 99 (100)
Gaudium in templum ingredientiumJoie de l’entrée dans le temple
Redemptos iubet Dominus victoriæ carmen canere (S. Athanasius). Le Seigneur invite les rachetés à entonner un chant de victoire (S. Athanase).
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Iubiláte Dómino, omnis terra, * servíte Dómino in lætítia; introíte in conspéctu eius * in exsultatióne. Acclamez Dieu, toute la terre; servez le Seigneur avec joie. Entrez en Sa présence * avec allégresse.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Scitóte quóniam Dóminus ipse est Deus;  ipse fecit nos, et ipsíus sumus, * pópulus eius et oves páscuæ eius. Sachez que c'est le Seigneur qui est Dieu; c'est Lui qui nous a faits, et non pas nous-mêmes. Nous sommes Son peuple, et les brebis de Son pâturage.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Introíte portas eius in confessióne,  átria eius in hymnis, * confitémini illi, benedícite nómini eius. Franchissez Ses portes avec des louanges, Ses parvis en chantant des hymnes; célébrez-le, bénissez Son nom.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Quóniam suávis est Dóminus;  in ætérnum misericórdia eius, * et usque in generatiónem et generatiónem véritas eius. car le Seigneur est suave; Sa miséricorde est éternelle, * et Sa vérité demeure de génération en génération.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
vel:ou :
Psalmus 66 (67)Psaume 66 (67)
Omnes gentes Domino confiteanturToutes les nations rendront gloire au Seigneur
Notum sit vobis quoniam gentibus missum est hoc salutare Dei (Act 28, 28).Sachez que le salut de Dieu a été envoyé aux gentils (Act 28, 28).
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Deus misereátur nostri et benedícat nobis; * illúminet vultum suum super nos, ut cognoscátur in terra via tua, * in ómnibus géntibus salutáre tuum. Que Dieu nous soit favorable et qu'Il nous bénisse; qu'Il illumine sur nous Son visage, afin que l'on connaisse sur la terre Ta voie, et parmi toutes les nations Ton salut.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Læténtur et exsúltent gentes,  quóniam iúdicas pópulos in æquitáte * et gentes in terra dírigis. Que les peuples Te louent, ô Dieu ; que les peuples Te louent tous. Que les nations se réjouissent, qu'elles soient dans l'allégresse ; car Tu juges les peuples avec droiture, et Tu conduis les nations sur la terre.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Confiteántur tibi pópuli, Deus; * confiteántur tibi pópuli omnes. Terra dedit fructum suum; * benedícat nos Deus, Deus noster, benedícat nos Deus, * et métuant eum omnes fines terræ. Que les peuples Te louent, ô Dieu, que les peuples Te louent tous. La terre a donné son fruit ; que nous bénisse Dieu, notre Dieu, que Dieu nous bénisse, et que toutes les extrémités de la terre Le révèrent.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
vel:ou :
Psalmus 23 (24)Psaume 23 (24)
Domini in templum adventusAvènement de Dieu dans le Temple
Christo apertæ sunt portæ cæli propter carnalem eius assumptionem (S. Irenæus).Les portes du ciel se sont ouvertes au Christ parce qu’il a pris la nature humaine. (S. Irénée)
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Dómini est terra et plenitúdo eius, * orbis terrárum et qui hábitant in eo. Quia ipse super mária fundávit eum * et super flúmina firmávit eum. Au Seigneur est la terre et tout ce qu'elle renferme, le monde et tous ceux qui l'habitent. Car c'est Lui qui l'a fondé sur les mers, et qui l'a établi sur les fleuves.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Quis ascéndet in montem Dómini, * aut quis stabit in loco sancto eius? Innocens mánibus et mundo corde,  qui non levávit ad vana ánimam suam, * nec iurávit in dolum. Hic accípiet benedictiónem a Dómino * et iustificatiónem a Deo salutári suo. Hæc est generátio quæréntium eum, * quæréntium fáciem Dei Iacob. Qui montera sur la montagne du Seigneur, ou qui se tiendra dans Son lieu saint ? Celui qui a les mains innocentes et le coeur pur, qui n'a pas livré son âme à la vanité, ni fait à son prochain un serment trompeur. Celui-là recevra la bénédiction du Seigneur, et la miséricorde de Dieu, son Sauveur. Telle est la race de ceux qui Le cherchent, de ceux qui cherchent la face du Dieu de Jacob.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus fortis et potens, Dóminus potens in prœlio. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Qui est ce roi de gloire ? C'est le Seigneur fort et puissant, le Seigneur puissant dans les combats.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Attóllite, portæ, cápita vestra,  et elevámini, portæ æternáles, * et introíbit rex glóriæ. Quis est iste rex glóriæ? * Dóminus virtútum ipse est rex glóriæ. Levez vos portes, ô princes, et élevez-vous, portes éternelles, et le roi de gloire entrera. Quel est ce roi de gloire ? Le Seigneur des armées est Lui-même ce roi de gloire.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sæcula sæculórum. Amen.Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Christum, Dei Fílium, qui suo nos redémit sánguine, veníte, adorémus.Ant. Le Christ, Fils de Dieu, qui nous a rachetés par Son sang, venez, adorons.
Psalmus cum sua antiphona, pro opportunitate, omitti potest quando Invitatorium Laudibus matutinis præponendum est. Le psaume [invitatoire] avec son antienne, si c'est opportun, peut être omis lorsque l'invitatoire précède immédiatement les Laudes du matin.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vigiles (OSB) du vendredi 10 avril 2020 - Vendredi Saint

Sacrum Triduum Paschale Triduum pascal sacré
Feria VI Vendredi
Feria VI hebdomadae sanctae Vendredi Saint
Ad Vigilas
Ad Vigilias
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
Ut in anno I, vel: Comme à l'année I, ou bien:
De libro Zacharíæ prophétæ Du livre de Zacharie,
Lectio I Lecture I
Hæc dicit Dóminus Deus meus: " Pasce pécora occisiónis. Quæ qui emunt, óccidunt et non dolent; et qui vendunt ea, dicunt: "Benedíctus Dóminus! Dives factus sum". Et pastóres eórum non miseréntur eórum. Et ego non miserébor ultra super habitántes terram, dicit Dóminus; ecce ego tradam hómines, unumquémque in manu próximi sui et in manu regis sui; et concídent terram, et non éruam de manu eórum. " Et ego pavi pecus occisiónis pro mercatóribus gregis. Et assumpsi mihi duas virgas: unam vocávi Grátiam et altéram vocávi Funículum; et pavi gregem. Et succídi tres pastóres in mense uno, et tæduit eórum ánimam meam; siquidem et ánimam eórum tduit mei. Ainsi parle Le Seigneur mon Dieu: " Fais paître les brebis d'abattoir, celles que leurs acheteurs abattent sans être châtiés, dont leurs vendeurs disent: "Béni soit le Seigneur, me voilà riche", et que les pasteurs n'épargnent point. Car je n'épargnerai plus les habitants du pays - oracle du Seigneur! - Mais voici que moi, je vais livrer les hommes chacun aux mains de son prochain, aux mains de son roi. Ils écraseront le pays et je ne les délivrerai pas de leurs mains. " Alors je fis paître les brebis d'abattoir qui appartiennent aux marchands de brebis. Je pris pour moi deux bâtons, j'appelai l'un "Faveur" et l'autre "Liens" et je fis paître les brebis. Je fis disparaître les trois pasteurs en un seul mois. Mais je perdis patience avec eux, et quant à eux, ils furent avares envers moi.
℟. In monte Olivéti orávit ad Patrem: Pater, si fíeri potest, tránseat a me calix iste. * Spíritus quidem promptus est, caro autem infírma; fiat volúntas tua. ℣. Verúmtamen non sicut ego volo, sed sicut tu vis. * Spíritus. ℟. Au mont des Oliviers, Jésus pria le Père: Mon Père, s'il est possible, que cette coupe passe loin de moi! * L'esprit est ardent, mais la chair est faible; que ta volonté soit faite! ℣. Cependant, non pas comme je veux, mais comme tu veux. * L'esprit.
Lectio II Lecture II
Et dixi: " Non páscam vos. Quæ moritúra est, moriátur; et quæ succidénda est, succidátur; et réliquæ devórent unaquæque carnem próximæ suæ. " Et tuli virgam meam quæ vocabátur Grátia, et abscídi eam, ut írritum fácerem fœdus meum quod percússi cum ómnibus pópulis. Et írritum factum est in die illa; et cognovérunt mercatóres gregis qui observábant me, quia verbum Dómini est. Et dixi ad eos: " Si bonum est in óculis vestris, afférte mercédem meam et, si non, quiéscite. " Et appendérunt mercédem meam tríginta siclos argénteos. Et dixit Dóminus ad me: " Proíce illud in thesáurum, decórum prétium quo appretiátus sum ab eis. " Et tuli tríginta siclos argénteos et proiéci illos in domum Dómini in thesáurum. Et præcídi virgam meam secúndam quæ appellabátur Funículus, ut dissólverem germanitátem inter Iudam et Israel. Alors je dis: " Je ne vous ferai plus paître. Que celle qui doit mourir meure; que celle qui doit disparaître disparaisse, et que celles qui restent s'entredévorent. " Puis je pris mon bâton "Faveur" et le mis en morceaux pour rompre mon alliance, celle que j'avais conclue avec tous les peuples. Elle fut donc rompue en ce jour-là, et les marchands de brebis qui m'observaient surent que c'était là une parole du Seigneur. Je leur dis alors: " Si cela vous semble bon, donnez-moi mon salaire, sinon n'en faites rien. " Ils pesèrent mon salaire::trente sicles d'argent. Le Seigneur me dit: " Jette-le au fondeur, ce prix splendide auquel ils m'ont apprécié! " Je pris donc les trente sicles d'argent et les jetai à la Maison du Seigneur, pour le fondeur. Puis je mis en morceaux mon deuxième bâton "Liens", pour rompre la fraternité entre Juda et Israël.
℟. Tristis est ánima mea usque ad mortem: sustinéte hic, et vigiláte mecum; * Nunc vidébitis turbam quæ circumdábit me, vos fugam capiétis, et ego vadam immolári pro vobis. ℣. Vigiláte et oráte, dicit Dóminus. * Nunc vidébitis. ℟. Mon âme est triste à en mourir: demeurez ici et veillez avec moi; * Maintenant, vous allez voir une troupe m'encercler: vous, vous prendrez la fuite; et moi, pour vous, j'irai à l'immolation. ℣. Veillez et priez, dit le Seigneur. * Maintenant.
Lectio III Lecture III
Et erit: in die illa confundéntur prophétæ, unusquísque ex visióne sua, cum prophetáverit; nec operiéntur pállio saccíno, ut mentiántur, sed dicet: " Non sum prophéta; homo óperans terram ego sum, quóniam terra est possessio mea ab adulescéntia mea. " Et dicétur ei: " Quid sunt plagæ istæ in médio mánuum tuárum? " Et dicet: " His plagátus sum in domo eórum qui diligébant me. " Frámea, suscitáre super pastórem meum et super virum cohæréntem mihi, dicit Dóminus exercítuum. Pércute pastórem, et dispergéntur oves, et convértam manum meam contra párvulos. Il arrivera, en ce jour-là, que les prophètes rougiront de leur vision quand ils prophétiseront. Ils ne revêtiront plus le manteau de poil avec le dessein de mentir. Mais ils diront: " Je ne suis pas prophète, moi, je suis un homme qui travaille la terre, car la terre est mon bien depuis ma jeunesse. " Et si on lui dit: " Que sont ces blessures sur ta poitrine? " Il dira: " Celles que j'ai reçues chez mes amis. " Épée, éveille-toi contre mon pasteur et contre l'homme qui m'est proche, oracle du Seigneur de l'univers. Frappe le pasteur, que soient dispersées les brebis, et je tournerai la main contre les petits.
℟. Ecce vídimus eum non habéntem spéciem neque decórem; aspéctus eius in eo non est. Hic peccáta nostra portávit, et pro nobis dolet; ipse autem vulnerátus est propter iniquitátes nostras, * Cuius livóre sanáti sumus. ℣. Vere languóres nostros ipse ábstulit, et infirmitátes nostras ipse portávit. * Cuius livóre. ℣. Glória Patri. * Cuius livóre. ℟. Et nous l'avons contemplé! Il n'avait ni grâce, ni beauté pour attirer nos regards. Son aspect ne pouvait nous séduire. Pourtant, c'étaient nos péchés qu'il portait, nos souffrances dont il était chargé. C'est à cause de nos fautes qu'il a été transpercé: * Par ses blessures nous sommes guéris. ℣. C'étaient nos maladies qu'il portait, nos douleurs qu'il supportait. * Par ses blessures. ℣. Gloire au Père. * Par ses blessures.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Homília Melitónis Sardiáni epíscopi in Pascha (Nn. 65-71: J. of Th. St. 61, 1960, 78; cf. SC 123, 94-100) Homélie de Méliton de Sardes sur la Pâque
Lectio I Lecture I
Multa a prophétis prædícta sunt in Paschæ mystérium quod est Christus, cui glória in sæcula sæculórum, amen. Ipse venit e cælis in terram propter patiéntem hóminem; eúmdem índuit per Vírginis ventrem et pródiit ut homo; suscépit patiéntis hóminis passiónes per corpus passióni obnóxium et destrúxit carnis passiónes, spíritu autem qui mori non pótuit occídit homicídam mortem. Ipse enim addúctus est ut agnus et occísus ut ovis, véluti ab Ægýpto nos a mundi cultu redémit et servávit nos de servitúte diáboli quasi de manu pharaónis; et consignávit ánimas nostras próprio Spíritu, et membra córporis nostri suo sánguine. Bien des choses ont été annoncées par de nombreux prophètes en vue du mystère de la Pâque qui est le Christ: à lui la gloire dans les siècles. Amen. C'est lui qui est venu des cieux sur la terre en faveur de l'homme qui souffre; il a revêtu cette nature dans le sein de la Vierge et, quand il en est sorti, il était devenu homme; il a pris sur lui les souffrances de l'homme qui souffre, avec un corps capable de souffrir, et il a détruit les souffrances de la chair; par l'esprit incapable de mourir, il a tué la mort homicide. Conduit comme un agneau et immolé comme une brebis, il nous a délivrés de l'idolâtrie du monde comme de la terre d'Égypte; il nous a libérés de l'esclavage du démon comme de la puissance de Pharaon; il a marqué nos âmes de son propre Esprit, et de son sang les membres de notre corps.
℟. Tamquam ad latrónem exístis cum gládiis et fústibus comprehéndere me. Quotídie apud vos eram in templo docens, et non me tenuístis. Et ecce flagellátum dúcitis * Ad crucifigéndum. ℣. Fílius quidem hóminis vadit, sicut scriptum est de illo; væ autem illi per quem tradétur * Ad crucifigéndum. ℟. Suis-je donc un bandit que vous soyez venus m'arrêter avec des épées et des bâtons? Chaque jour j'étais parmi vous dans le temple où j'enseignais, et vous ne m'avez pas arrêté! Et maintenant, m'ayant flagellé, vous me conduisez * Pour être crucifié? ℣. Le Fils de l'homme s'en va, comme il est écrit à son sujet; mais malheureux l'homme par qui le Fils de l'homme est livré * Pour être crucifié.
Lectio II Lecture II
Hic est qui confusióne mortem índuit et diábolum in planctu constítuit, sicut Móyses pharaónem. Hic est qui iniquitátem percússit et iniustítiam, sicut Móyses Ægýptum, sterilitáte damnávit. Hic est qui nos erípuit de servitúte ad libertátem, de ténebris ad lucem, de morte ad vitam, a tyránnide in regnum perpétuum, et fecit nos sacerdótium novum et pópulum eléctum, ætérnum. Hic est Pascha salútis nostræ. Hic est qui in multis multa sustínuit; hic est qui in Abel occísus est, et in Isaac pédibus colligátus est, et in Iacob peregrinátus est, et in Ioseph venúmdatus est, et in Móyse expósitus, et in agno iugulátus, et in David persecútus, et in prophétis exhonorátus est. C'est lui qui a plongé la mort dans la honte et qui a mis le démon dans le deuil, comme Moïse a vaincu Pharaon. C'est lui qui a frappé le péché et a condamné l'injustice à la stérilité, comme Moïse a condamné l'Égypte. C'est lui qui nous a fait passer de l'esclavage à la liberté, des ténèbres à la lumière, de la mort à la vie, de la tyrannie à la royauté éternelle, lui qui a fait de nous un sacerdoce nouveau, un peuple choisi, pour toujours. C'est lui qui est la Pâque de notre salut. C'est lui qui endura bien des épreuves en un grand nombre de personnages qui le préfiguraient. C'est lui qui en Abel a été tué; en Isaac a été lié sur le bois; en Jacob a été exilé; en Joseph a été vendu; en Moïse a été exposé à la mort; dans l'agneau a été égorgé; en David a été en butte aux persécutions; dans les prophètes a été méprisé.
℟. Ténebræ factæ sunt dum crucifixíssent Iesum Iudæi; et circa horam nonam exclamávit Iesus voce magna: Deus, Deus, ut quid me dereliquísti? Et inclináto cápite emísit spíritum. * Tunc unus ex milítibus láncea latus eius perforávit, et contínuo exívit sanguis et aqua. ℣. Et velum templi scissum est a summo usque deórsum, et omnis terra trémuit. * Tunc unus. ℟. L'obscurité se fit tandis qu'on crucifiait Jésus; et vers la neuvième heure, Jésus cria d'une voix puissante: Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné? Puis, inclinant la tête, il remit l'esprit. * Alors, un des soldats avec sa lance lui perça le côté; et aussitôt, il en sortit du sang et de l'eau. ℣. Le voile du temple se déchira du haut en bas, et toute la terre trembla. * Alors.
Lectio III Lecture III
Hic est qui in vírgine incarnátus, super lignum suspénsus, in terra sepúltus est, et resúrgens a mórtuis ad cælórum excélsa conscéndit. Hic est agnus sine voce; hic est agnus occísus; hic est natus ex María pulchra agna; hic est qui de grege assúmptus et ad mactatiónem tractus et véspere immolátus et nocte sepúltus est; qui super lignum non fractus, et subter terram non solútus est; qui resurréxit a mórtuis et de inferióre sepúlcro hóminem resuscitávit. C'est lui qui s'est incarné dans une vierge, a été suspendu au bois, enseveli dans la terre, ressuscité d'entre les morts, élevé dans les hauteurs des cieux. C'est lui, l'agneau muet; c'est lui, l'agneau égorgé; c'est lui qui est né de Marie, la brebis sans tache; c'est lui qui a été pris du troupeau, traîné à la boucherie, immolé sur le soir, mis au tombeau vers la nuit. Sur le bois, ses os n'ont pas été brisés; dans la terre, il n'a pas connu la corruption; il est ressuscité d'entre les morts et il a ressuscité l'humanité gisant au fond du tombeau.
℟. Animam meam diléctam trádidi in manus iniquórum; et facta est mihi heréditas mea sicut leo in silva. Dedit contra me vocem adversárius, dicens: Congregámini et properáte ad devorándum illum. Posuérunt me in desérto solitúdinis, et luxit super me omnis terra, * Quia non est invéntus qui me agnósceret et fáceret bene. ℣. Omnes inimíci mei advérsum me cogitábant mala mihi, verbum iníquum mandavérunt advérsum me. * Quia. ℣. Glória Patri. * Quia. ℟. Ma vie, que je chérissais, je la livre aux mains des pécheurs; mon héritage est devenu pour moi comme un lion dans la forêt. Mon adversaire donne de la voix contre moi, il crie: Rassemblez-vous, hâtez-vous de venir le dévorer. Ils m'ont laissé dans un désert désolé. Toute la terre se lamente sur moi. * Il n'est personne qui me connaisse, et qui cherche à me faire du bien. ℣. Unis contre moi, mes ennemis murmurent; ils m'adressent des paroles maléfiques. * Il n'est personne. ℣. Gloire au Père. * Il n'est personne.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Evangile commenté du vendredi 10 avril 2020 - Vendredi Saint

Sacrum Triduum Paschale Triduum pascal sacré
Feria VI Vendredi
Feria VI hebdomadae sanctae Vendredi Saint
Pássio Dómini nostri Iesu Christi secúndum Ioánnem (18,1-19,42)
In illo témpore : Egréssus Iesuscum discípulis suis trans torréntem Cedron, ubi erat hortus, in quem introívit ipse et discípuli eíus. Sciébat autem et Iúdas, qui tradébat eum, locum, quia frequénter Iésus convénerat illuc cum discípulis suis. Iúdas ergo, cum accepísset cohórtem et a pontifícibus et pharisǽis minístros, venit illuc cum lantérnis et fácibus et armis. Iésus ítaque sciens ómnia, quae ventúra erant super eum, procéssit et dicit eis: " Quem quǽritis? ". Respondérunt ei: " Iésum Nazarénum ". Dicit eis: " Ego sum! ". Stabat autem et Iúdas, qui tradébat eum, cum ipsis. Ut ergo dixit eis: " Ego sum! ", abiérunt retrórsum et cecidérunt in terram. Íterum ergo eos interrogávit: " Quem quǽritis? ". Illi autem dixérunt: " Iésum Nazarénum ". Respóndit Iésus: " Dixi vobis: Ego sum! Si ergo me quǽritis, sínite hos abíre ", ut implerétur sermo, quem dixit: " Quos dedísti mihi, non pérdidi ex ipsis quemquam ". Simon ergo Petrus, habens gládium, edúxit eum et percússit pontíficis servum et abscídit eíus aurículam dextram. Erat autem nomen servo Malchus. Dixit ergo Iésus Petro: " Mitte gládium in vagínam; cálicem, quem dedit mihi Pater, non bibam illum? ". Cohors ergo et tribúnus et minístri Iudaeórum comprehendérunt Iésum et ligavérunt eum et adduxérunt ad Annam primum; erat enim socer Cáiphae, qui erat póntifex anni illíus. Erat autem Cáiphas, qui consílium déderat Iudǽis: " Éxpedit unum hóminem mori pro pópulo ". Sequebátur autem Iésum Simon Petrus et álius discípulus. Discípulus autem ille erat notus pontífici et introívit cum Iésu in átrium pontíficis; Petrus autem stabat ad óstium foris. Exívit ergo discípulus álius, qui erat notus pontífici, et dixit ostiáriae et introdúxit Petrum. Dicit ergo Petro ancílla ostiária: " Numquid et tu ex discípulis es hóminis istíus? ". Dicit ille: " Non sum! ". Stabant autem servi et minístri, qui prunas fécerant, quia frigus erat, et calefaciébant se; erat autem cum eis et Petrus stans et calefáciens se. Póntifex ergo interrogávit Iésum de discípulis suis et de doctrína eíus. Respóndit ei Iésus: " Ego palam locútus sum mundo; ego semper dócui in synagóga et in templo, quo omnes Iudǽi convéniunt, et in occúlto locútus sum nihil.  Quid me intérrogas? Intérroga eos, qui audiérunt quid locútus sum ipsis; ecce hi sciunt, quae díxerim ego ".  Haec autem cum dixísset, unus assístens ministrórum dedit álapam Iésu dicens: " Sic respóndes pontífici? ". Respóndit ei Iésus: " Si male locútus sum, testimónium pérhibe de malo; si autem bene, quid me caedis? ".  Misit ergo eum Annas ligátum ad Cáipham pontíficem. Erat autem Simon Petrus stans et calefáciens se. Dixérunt ergo ei: " Numquid et tu ex discípulis eíus es? ". Negávit ille et dixit: " Non sum! ". Dicit unus ex servis pontíficis, cognátus eíus, cuíus abscídit Petrus aurículam: " Nonne ego te vidi in horto cum illo? ".  Íterum ergo negávit Petrus; et statim gallus cantávit. Addúcunt ergo Iésum a Cáipha in praetórium. Erat autem mane. Et ipsi non introiérunt in praetórium, ut non contaminaréntur, sed manducárent Pascha. Exívit ergo Pilátus ad eos foras et dicit: " Quam accusatiónem affértis advérsus hóminem hunc? ". Respondérunt et dixérunt ei: " Si non esset hic malefáctor, non tibi tradidissémus eum ".  Dixit ergo eis Pilátus: " Accípite eum vos et secúndum legem vestram iudicáte eum! ". Dixérunt ei Iudǽi: " Nobis non licet interfícere quemquam ", ut sermo Iésu implerétur, quem dixit, signíficans qua esset morte moritúrus. Introívit ergo íterum in praetórium Pilátus et vocávit Iésum et dixit ei: " Tu es rex Iudaeórum? ". Respóndit Iésus: " A temetípso tu hoc dicis, an álii tibi dixérunt de me? ". Respóndit Pilátus: " Numquid ego Iudǽus sum? Gens tua et pontífices tradidérunt te mihi; quid fecísti? ". Respóndit Iésus: " Regnum meum non est de mundo hoc; si ex hoc mundo esset regnum meum, minístri mei decertárent, ut non tráderer Iudǽis; nunc autem meum regnum non est hinc ". Dixit ítaque ei Pilátus: " Ergo rex es tu? ". Respóndit Iésus: " Tu dicis quia rex sum. Ego in hoc natus sum et ad hoc veni in mundum, ut testimónium perhíbeam veritáti; omnis, qui est ex veritáte, audit meam vocem ". Dicit ei Pilátus: " Quid est véritas? ". Et cum hoc dixísset, íterum exívit ad Iudǽos et dicit eis: " Ego nullam invénio in eo causam. Est autem consuetúdo vobis, ut unum dimíttam vobis in Pascha; vultis ergo dimíttam vobis regem Iudaeórum? ". Clamavérunt ergo rursum dicéntes: " Non hunc sed Barábbam! ". Erat autem Barábbas latro. Tunc ergo apprehéndit Pilátus Iésum et flagellávit. Et mílites, plecténtes corónam de spinis, imposuérunt cápiti eíus et veste purpúrea circumdedérunt eum; et veniébant ad eum et dicébant: " Ave, rex Iudaeórum! ", et dabant ei álapas. Et éxiit íterum Pilátus foras et dicit eis: " Ecce addúco vobis eum foras, ut cognoscátis quia in eo invénio causam nullam ". Éxiit ergo Iésus foras, portans spíneam corónam et purpúreum vestiméntum. Et dicit eis: " Ecce homo! ". Cum ergo vidíssent eum pontífices et minístri, clamavérunt dicéntes: " Crucifíge, crucifíge! ". Dicit eis Pilátus: " Accípite eum vos et crucifígite; ego enim non invénio in eo causam ". Respondérunt ei Iudǽi: " Nos legem habémus, et secúndum legem debet mori, quia Fílium Dei se fecit ". Cum ergo audísset Pilátus hunc sermónem, magis tímuit et ingréssus est praetórium íterum et dicit ad Iésum: " Unde es tu? ". Iésus autem respónsum non dedit ei. Dicit ergo ei Pilátus: " Mihi non lóqueris? Nescis quia potestátem hábeo dimíttere te et potestátem hábeo crucifígere te? ". Respóndit Iésus: " Non habéres potestátem advérsum me ullam, nisi tibi esset datum désuper; proptérea, qui trádidit me tibi, maíus peccátum habet ". Exínde quaerébat Pilátus dimíttere eum; Iudǽi autem clamábant dicéntes: " Si hunc dimíttis, non es amícus Cǽsaris! Omnis, qui se regem facit, contradícit Cǽsari ". Pilátus ergo, cum audísset hos sermónes, addúxit foras Iésum et sedit pro tribunáli in locum, qui dícitur Lithóstrotos, Hebráice autem Gábbatha. Erat autem Parascéve Paschae, hora erat quasi sexta. Et dicit Iudǽis: " Ecce rex vester! ". Clamavérunt ergo illi: " Tolle, tolle, crucifíge eum! ". Dicit eis Pilátus: " Regem vestrum crucifígam? ". Respondérunt pontífices: " Non habémus regem, nisi Cǽsarem ". Tunc ergo trádidit eis illum, ut crucifigerétur. Suscepérunt ergo Iésum. Et baíulans sibi crucem exívit in eum, qui dícitur Calváriae locum, quod Hebráice dícitur Gólgotha, ubi eum crucifixérunt et cum eo álios duos hinc et hinc, médium autem Iésum. Scripsit autem et títulum Pilátus et pósuit super crucem; erat autem scriptum: " Iésus Nazarénus Rex Iudaeórum ". Hunc ergo títulum multi legérunt Iudaeórum, quia prope civitátem erat locus, ubi crucifíxus est Iésus; et erat scriptum Hebráice, Latíne, Graece. Dicébant ergo Piláto pontífices Iudaeórum: " Noli scríbere: Rex Iudaeórum, sed: Ipse dixit: "Rex sum Iudaeórum" ". Respóndit Pilátus: " Quod scripsi, scripsi! ". Mílites ergo cum crucifixíssent Iésum, accepérunt vestiménta eíus et fecérunt quáttuor partes, unicuíque míliti partem, et túnicam. Erat autem túnica inconsútilis, désuper contéxta per totum. Dixérunt ergo ad ínvicem: " Non scindámus eam, sed sortiámur de illa,cuíus sit ", ut Scriptúra impleátur dicens: " Partíti sunt vestiménta mea sibi et in vestem meam misérunt sortem ". Et mílites quidem haec fecérunt.  Stabant autem iúxta crucem Iésu mater eíus et soror matris eíus, María Cléopae, et María Magdaléne. Cum vidísset ergo Iésus matrem et discípulum stantem, quem diligébat, dicit matri: " Múlier, ecce fílius tuus ". Deínde dicit discípulo: " Ecce mater tua ". Et ex illa hora accépit eam discípulus in sua. Post hoc sciens Iésus quia iam ómnia consummáta sunt, ut consummarétur Scriptúra, dicit: " Sítio ". Vas pósitum erat acéto plenum; spóngiam ergo plenam acéto hyssópo circumponéntes, obtulérunt ori eíus. Cum ergo accepísset acétum, Iésus dixit: " Consummátum est! ". Et inclináto cápite trádidit spíritum.
Hic genuflectitur, et pausatur aliquantulum.
Iudǽi ergo, quóniam Parascéve erat, ut non remanérent in cruce córpora sábbato, erat enim magnus dies illíus sábbati, rogavérunt Pilátum, ut frangeréntur eórum crura, et tolleréntur. Venérunt ergo mílites et primi quidem fregérunt crura et altérius, qui crucifíxus est cum eo; ad Iésum autem cum veníssent, ut vidérunt eum iam mórtuum, non fregérunt eíus crura, sed unus mílitum láncea latus eíus apéruit, et contínuo exívit sanguis et aqua. Et qui vidit, testimónium perhíbuit, et verum est eíus testimónium, et ille scit quia vera dicit, ut et vos credátis. Facta sunt enim haec, ut Scriptúra impleátur: " Os non comminuétur eíus ", et íterum ália Scriptúra dicit: " Vidébunt in quem transfixérunt ". Post hæc autem rogávit Pilátum Ióseph ab Arimathǽa, qui erat discípulus Iésu, occúltus autem propter metum Iudaeórum, ut tólleret corpus Iésu; et permísit Pilátus. Venit ergo et tulit corpus eíus. Venit autem et Nicodémus, qui vénerat ad eum nocte primum, ferens mixtúram myrrhae et aloes quasi libras centum. Accepérunt ergo corpus Iésu et ligavérunt illud línteis cum aromátibus, sicut mos Iudǽis est sepelíre. Erat autem in loco, ubi crucifíxus est, hortus, et in horto monuméntum novum, in quo nondum quisquam pósitus erat.
Commentaire de l'Evangile par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes.
Contenu indisponible pour aujourd'hui. Mise à jour en cours. Merci de votre patience.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Laudes du vendredi 10 avril 2020 - Vendredi Saint

Sacrum Triduum Paschale Triduum pascal sacré
Feria VI Vendredi
Feria VI hebdomadae sanctae Vendredi Saint
Ad Laudes matutinas
Aux Laudes du matin
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Hymnus Hymne
En acétum, fel, arúndo, Voici vinaigre, fiel, roseau,
sputa, clavi, láncea; crachats, clous et lance!
mite corpus perforátur, Le doux corps est transpercé,
sanguis, unda prófluit; le sang et l'eau ruissellent;
terra, pontus, astra, mundus terre, mer, astres et monde ,
quo lavántur flúmine! quel fleuve vous lave!
Crux fidélis, inter omnes Croix fidèle, arbre unique
arbor una nóbilis! noble entre tous!
Nulla talem silva profert Nulle forêt n'en produit de tel
flore, fronde, gérmine. avec ces feuilles, ces fleurs et ces fruits!
Dulce lignum, dulci clavo Douceur du bois, douceur du clou,
dulce pondus sústinens! qui porte un si doux fardeau!
Flecte ramos, arbor alta, Fléchis tes branches, grand arbre,
tensa laxa víscera, relâche le corps tendu;
et rigor lentéscat ille assouplis la dureté
quem dedit natívitas, recue de la nature
ut supérni membra regis aux membres du roi des cieux
miti tendas stípite. offre un appui plus doux.
Sola digna tu fuísti Toi seul as mérité
ferre sæcli prétium, de porter la rançon du monde
atque portum præparáre et de lui préparer un hâvre
nauta mundo náufrago, après son naufrage,
quem sacer cruor perúnxit Toi qui fus oint du sang sacré
fusus Agni córpore. jailli du corps de l'Agneau.
Æqua Patri Filióque, Au Père et à Son Fils,
ínclito Paráclito, à l'illustre Consolateur,
sempitérna sit beátæ à l'heureuse Trinité,
Trinitáti glória, gloire égale et éternelle,
cuius alma nos redémit car Sa grâce bienfaisante
atque servat grátia. Amen. nous rachète et nous sauve.
Ant. 1 Próprio Fílio suo non pepércit Deus, sed pro nobis ómnibus trádidit illum.Ant. 1 Dieu n'a pas refusé Son propre Fils, mais pour nous tous Il L'a livré.
Psalmus 50 (51) Psaume 50 (51)
Miserere mei, Deus Pitié pour moi, mon Dieu
Renovari spiritu mentis vestræ et induere novum hominem (Eph 4, 23-24). Vous renouveler dans votre esprit et revêtir l'homme nouveau (Eph 4, 23-24).
Miserére mei, Deus, * secúndum misericórdiam tuam; Aie pitié de moi, Seigneur, * selon Ta grande miséricorde.
et secúndum multitúdinem miseratiónum tuárum * dele iniquitátem meam. Et selon la multitude de Tes bontés, * efface mon iniquité.
Amplius lava me ab iniquitáte mea * et a peccáto meo munda me. Lave-moi encore plus de mon iniquité, * et purifie-moi de mon péché.
Quóniam iniquitátem meam ego cognósco, * et peccátum meum contra me est semper. Parce que moi aussi, je connais mon iniquité, * et mon péché est toujours devant moi.
Tibi, tibi soli peccávi * et malum coram te feci, J'ai péché contre Toi seul, * et j'ai fait le mal devant Toi,
ut iustus inveniáris in senténtia tua * et æquus in iudício tuo. afin que Tu sois reconnu juste dans Tes paroles, * et que Tu sois victorieux, quand on Te juge.
Ecce enim in iniquitáte generátus sum, * et in peccáto concépit me mater mea. Car, voici, j'ai été conçu dans l'iniquité, * et ma mère m'a conçu dans le péché.
Ecce enim veritátem in corde dilexísti * et in occúlto sapiéntiam manifestásti mihi. Car, voici, Tu as aimé la vérité; * Tu m'as manifesté les choses obscures et cachées de Ta sagesse.
Aspérges me hyssópo, et mundábor; * lavábis me, et super nivem dealbábor. Tu m'aspergeras avec de l'hysope et je serai purifié; * Tu me laveras, et je deviendrai plus blanc que la neige.
Audíre me fácies gáudium et lætítiam, * et exsultábunt ossa, quæ contrivísti. Tu me feras entendre [une parole de] joie et [d']allégresse, * et mes os humiliés exulteront.
Avérte fáciem tuam a peccátis meis * et omnes iniquitátes meas dele. Détourne Ta face de mes péchés; * et efface toutes mes iniquités.
Cor mundum crea in me, Deus, * et spíritum firmum ínnova in viscéribus meis. Crée un cœur pur en moi, ô Dieu ! * et renouvelle un esprit droit dans mes entrailles.
Ne proícias me a fácie tua * et spíritum sanctum tuum ne áuferas a me. Ne me rejette pas de devant Ta Face, * et ne retire pas Ton Esprit Saint de moi.
Redde mihi lætítiam salutáris tui * et spíritu promptíssimo confírma me. Rends-moi la joie de Ton Salut,* et par Ton Esprit souverain fortifie-moi.
Docébo iníquos vias tuas, * et ímpii ad te converténtur. J'enseignerai aux [hommes] iniques Tes voies, * et les impies se convertiront à Toi.
Líbera me de sanguínibus, Deus, Deus salútis meæ, * et exsultábit língua mea iustítiam tuam. Délivre-moi du sang [versé], ô Dieu, Dieu de mon salut * et ma langue célébrera avec joie Ta justice.
Dómine, lábia mea apéries, * et os meum annuntiábit laudem tuam. Seigneur, Tu ouvriras mes lèvres, * et ma bouche annoncera Ta louange.
Non enim sacrifício delectáris, * holocáustum, si ófferam, non placébit. Parce que si Tu avais voulu un sacrifice, je Te l'aurais offert certainement; * [mais] des holocaustes ne Te seront point agréables.
Sacrifícium Deo spíritus contribulátus, * cor contrítum et humiliátum, Deus, non despícies. Le sacrifice que Dieu désire est un esprit brisé de douleur * Tu ne dédaigneras pas, ô Dieu, un cœur contrit et humilié.
Benígne fac, Dómine, in bona voluntáte tua Sion, * ut ædificéntur muri Ierúsalem. Dans Ta bonne volonté, Seigneur, traite bénignement Sion; * afin que les murs de Jérusalem soient bâtis.
Tunc acceptábis sacrifícium iustítiæ, oblatiónes et holocáusta; * tunc impónent super altáre tuum vítulos. Alors Tu agréeras un sacrifice de justice, des oblations et des holocaustes; * alors on mettra sur Ton autel de jeunes taureaux.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Próprio Fílio suo non pepércit Deus, sed pro nobis ómnibus trádidit illum.Ant. Dieu n'a pas refusé Son propre Fils, mais pour nous tous Il L'a livré.
Ant. 2 Iesus Christus diléxit nos, et lavit nos a peccátis nostris in sánguine suo.Ant. 2 Le Christ Jésus nous a aimés et nous a lavés de nos péchés dans Son propre sang.
Canticum (Hab 3, 2-4.13a 15-19) AT43 Cantique (Hab 3, 2-4.13a 15-19) AT43
Deus apparet ad iudicandum Dieu apparaît au jugement
Levate capita vestra, quoniam appropinquat redemptio vestra (Lc 21, 28). Levez vos têtes, car votre rédemption approche (Lc 21, 28).
Dómine, audívi auditiónem tuam, * et tímui, Dómine, opus tuum. Seigneur, j'ai entendu parler de Toi; devant Ton oeuvre, Seigneur, j'ai craint !
In médio annórum vivífica illud, * in médio annórum notum fácies. Dans le cours des années, fais-la revivre, dans le cours des années, fais-la connaître !
Cum irátus fúeris, * misericórdiæ recordáberis. Quand Tu frémis de colère, souviens-Toi d'avoir pitié.
Deus a Theman véniet, * et Sanctus de monte Pharan. Dieu vient de Téman, et le saint, du Mont de Paran.
Operit cælos glóriæ eius, * et laudis eius plena est terra. Sa majesté couvre les cieux, Sa gloire emplit la terre.
Splendor eius ut lux erit, † rádii ex mánibus eius: * ibi abscóndita est fortitúdo eius. Son éclat est pareil à la lumière; deux rayons sortent de Ses mains: là se tient cachée Sa puissance.
Egréssus es in salútem pópuli tui, * in salútem cum christo tuo. Tu es sorti pour sauver Ton peuple, pour sauver Ton messie.
Viam fecísti in mari equis tuis, * in luto aquárum multárum. Tu as foulé, de Tes chevaux, la mer et le remous des eaux profondes.
Audívi, et conturbátus est venter meus, * ad vocem contremuérunt lábia mea. J'ai entendu et mes entrailles ont frémi; à cette voix, mes lèvres tremblent,
Ingréditur putrédo in óssibus meis, * et subter me vacíllant gressus mei. la carie pénètre mes os. Et moi je frémis d'être là,
Conquiéscam in die tribulatiónis, * ut ascéndat super pópulum, qui invádit nos. d'attendre en silence le jour d'angoisse qui se lèvera sur le peuple dressé contre nous.
Ficus enim non florébit, * et non erit fructus in víneis; Le figuier n'a pas fleuri; pas de récolte dans les vignes.
mentiétur opus olívæ, * et arva non áfferent cibum; Le fruit de l'olivier a déçu; dans les champs, plus de nourriture.
abscíssum est de ovíli pecus, * et non est arméntum in præsépibus. L'enclos s'est vidé de ses brebis, et l'étable, de son bétail.
Ego autem in Dómino gaudébo * et exsultábo in Deo salvatóre meo. Et moi, je bondis de joie dans le Seigneur, j'exulte en Dieu, mon Sauveur!
Dóminus Deus fortitúdo mea, et ponet pedes meos quasi cervórum * et super excélsa mea dedúcet me. Le Seigneur mon Dieu est ma force; Il me donne l'agilité du chamois, Il me fait marcher dans les hauteurs.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Iesus Christus diléxit nos, et lavit nos a peccátis nostris in sánguine suo.Ant. Le Christ Jésus nous a aimés et nous a lavés de nos péchés dans Son propre sang.
Ant. 3 Crucem tuam adorámus, Dómine, et sanctam resurrectiónem tuam laudámus et glorificámus: ecce enim propter lignum venit gáudium in univérso mundo.Ant. 3 Nous adorons Ta croix, Seigneur, et nous louons et glorifions Ta sainte résurrection : voici le bois par lequel la joie vient dans le monde entier.
Psalmus 147 (147B) Psaume 147 (147B)
Instauratio Ierusalem Instauration de Jerusalem
Veni, ostendam tibi sponsam uxorem Agni (Ap 21, 9). Viens, je te montrerai, l'épouse, la femme de l'Agneau (Ap 21, 9).
Lauda, Ierúsalem, Dóminum; * † colláuda Deum tuum, Sion. Jérusalem, célèbre le Seigneur; Sion, loue ton Dieu.
Quóniam confortávit seras portárum tuárum, * benedíxit fíliis tuis in te. Car Il affermit les verrous de tes portes, Il bénit tes fils au milieu de toi;
Qui ponit fines tuos pacem * et ádipe fruménti sátiat te. Il assure la paix à tes frontières, Il te rassasie de la fleur du froment.
Qui emíttit elóquium suum terræ, * velóciter currit verbum eius. Il envoie Ses ordres à la terre; Sa parole court avec vitesse.
Qui dat nivem sicut lanam, * pruínam sicut cínerem spargit. Il fait tomber la neige comme de la laine, Il répand le givre comme de la cendre.
Mittit crystállum suam sicut buccéllas; * ante fáciem frígoris eius quis sustinébit? Il jette Ses glaçons par morceaux: qui peut tenir devant Ses frimas?
Emíttet verbum suum et liquefáciet ea, * flabit spíritus eius, et fluent aquæ. Il envoie Sa parole, et Il les fond; Il fait souffler son vent, et les eaux coulent.
Qui annúntiat verbum suum Iacob, * iustítias et iudícia sua Israel. C'est Lui qui a révélé Sa parole à Jacob, Ses lois et Ses ordonnances à Israël.
Non fecit táliter omni natióni, * et iudícia sua non manifestávit eis. Il n'a pas fait de même pour toutes les autres nations; elles ne connaissent pas Ses ordonnances.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Crucem tuam adorámus, Dómine, et sanctam resurrectiónem tuam laudámus et glorificámus: ecce enim propter lignum venit gáudium in univérso mundo.Ant. Nous adorons Ta croix, Seigneur, et nous louons et glorifions Ta sainte résurrection : voici le bois par lequel la joie vient dans le monde entier.
Lectio brevis (Is 52, 13-15) Lecture brève (Is 52, 13-15)
Ecce próspere aget servus meus; exaltábitur et elevábitur et sublímis erit valde. Sicut obstupuérunt super eum multi, sic defórmis erat, quasi non esset hóminis spécies eius, filiórum hóminis aspéctus eius, sic dispérget gentes multas. Super ipsum continébunt reges os suum, quia, quæ non sunt narráta eis, vidérunt et, quæ non audiérunt, contempláti sunt. Voici que Mon Serviteur prospérera ; Il grandira, Il sera exalté, souverainement élevé. De même que beaucoup ont été dans la stupeur en Le voyant, - tant Il était défiguré, Son aspect n'étant plus celui d'un homme, ni Son visage celui des enfants des hommes, - ainsi Il fera tressaillir des nations nombreuses. Devant Lui les rois fermeront la bouche; car ils verront ce qui ne leur avait pas été raconté, et ils apprendront ce qu'ils n'avaient pas entendu.
 Responsorium breve Répons bref 
 Loco responsorii dicitur:  En lieu du répons, on dit :
Ant. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem, mortem autem
crucis.
Ant. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
Ant. Posuérunt super caput eius causam ipsíus scriptam: Iesus Nazarénus, rex Iudæórum.Ant. Ils mirent au dessus de Sa tête un écriteau sur lequel était écrit : Jésus de Nazareth, roi des Juifs.
Canticum Evangelicum Lc 1, 68-79 Cantique évangélique (Lc 1,68-79)
De Messia eiusque præcursore Du Messie et de son précurseur
Benedíctus Dóminus, Deus Israel, * quia visitávit et fecit redemptiónem plebi suæ Béni soit le Seigneur, le Dieu d'Israël, de ce qu'Il a visité et racheté Son peuple,
et eréxit cornu salútis nobis * in domo David púeri sui, et nous a suscité un puissant Sauveur dans la maison de David, Son serviteur,
sicut locútus est per os sanctórum, * qui a sǽculo sunt, prophetárum eius, ainsi qu'Il a dit par la bouche de Ses saints prophètes des temps anciens,
salútem ex inimícis nostris * et de manu ómnium, qui odérunt nos; qu'Il nous délivrerait de nos ennemis et de la main de tous ceux qui nous haïssent,
ad faciéndam misericórdiam cum pátribus nostris * et memorári testaménti sui sancti, pour exercer Sa miséricorde envers nos pères, et Se souvenir de Son alliance sainte,
iusiurándum, quod iurávit ad Abraham patrem nostrum, * datúrum se nobis, selon le serment qu'Il a juré à Abraham, notre père, de nous accorder cette grâce,
ut sine timóre, de manu inimicórum liberáti, * serviámus illi qu'étant délivrés de la main de nos ennemis, nous Le servions sans crainte,
in sanctitáte et iustítia coram ipso * ómnibus diébus nostris. marchant devant Lui dans la sainteté et la justice, tous les jours de notre vie.
Et tu, puer, prophéta Altíssimi vocáberis: * præíbis enim ante fáciem Dómini paráre vias eius, Et toi, petit enfant, tu seras appelé le prophète du Très-Haut: car tu marcheras devant la face du Seigneur, pour préparer Ses voies,
ad dandam sciéntiam salútis plebi eius * in remissiónem peccatórum eórum, afin de donner à Son peuple la connaissance du salut, pour la rémission de leurs péchés,
per víscera misericórdiæ Dei nostri, * in quibus visitábit nos óriens ex alto, par les entrailles de la miséricorde de notre Dieu, grâce auxquelles le soleil levant nous a visités d'en haut,
illumináre his, qui in ténebris et in umbra mortis sedent, * ad dirigéndos pedes nostros in viam pacis. pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres et à l'ombre de la mort, pour diriger nos pas dans la voie de la paix.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Posuérunt super caput eius causam ipsíus scriptam: Iesus Nazarénus, rex Iudæórum.Ant. Ils mirent au dessus de Sa tête un écriteau sur lequel était écrit : Jésus de Nazareth, roi des Juifs.
PrecesPrières litaniques
Redemptórem nostrum, qui pro nobis passus et sepúltus est, ut resúrgeret, sincéra pietáte adorémus eúmque súpplices implorémus: Implorons notre Rédempteur, qui pour nous a souffert et a été enseveli pour ressusciter et adorpns Le avec une piété sincère :
Miserére nostri, Dómine. Seigneur, aie pitié de nous.
O Dómine et Magíster noster, pro nobis usque ad mortem factus es oboediens,
doce nos voluntáti Patris semper oboedíre.
Tu, vita nostra, qui, in ligno móriens, inférnum et mortem destruxísti,
da nos tecum cómmori, ut tecum in glória resuscitémur.
O Rex noster, qui es oppróbrium hóminum factus et tamquam vermis calcátus,
doce nos tuam humilitátem indúere salutárem.
Salus nostra, qui vitam tuam pro diléctis frátribus tradidísti,
præsta, ut eádem caritáte nos ínvicem diligámus.
Salvátor noster, qui, expánsis in cruce mánibus, traxísti ad te ómnia sae?cula,
in regno salútis tuæ univérsos cóngrega fílios Dei dispérsos.
O notre Seigneur et maître, qui pour nous T'es fait obéissant jusqu'à la mort,
- Apprends-nous à toujours à obéir à la volonté du Père.
Toi notre vie, en mourant sur la croix as détruit la mort et le royaume des morts,
- Donne-nous de mourrir avec Toi pour avec Toi ressusciter dans la gloire.
O notre Toi, qui T'es fait l'opprobre des hommes et semblable à un ver,
- Enseigne-nous Ton humilité pour que nous revêtions le salut
Notre Salut, qui a donné Ta vie pour Tes frères aimés,
- Nous T'en prions, que ce cette même charité nous nous aimions les uns les autres.
Toi notre Sauveur, qui, les main étendues sur la croix, a attiré à Toi tous les siècles,
Rassemble dans le Règne de Ton salut tous les fils de Dieu dispersés.
 
Pater nosterNotre père
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum; qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra. que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra, et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem; et garde-nous de consentir à la tentation ;
sed líbera nos a malo. mais libère nous du malin.
Réspice, quæsumus, Dómine, super hanc famíliam tuam, pro qua Dóminus noster Iesus Christus non dubitávit mánibus tradi nocéntium et crucis subíre torméntum. Qui tecum. Nous T'en prions, Seigneur, regarde avec bonté Ta famille, pour laquelle notre Seigneur Jésus-Christ n'a pas hésité à Se livrer aux mains des bourreaux, et à subir le supplice de la croix.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo. ℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus. Que le Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen. ℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
℣. Ite in pace. ℣. Allez en paix.
℟. Deo grátias. ℟. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de tierce du vendredi 10 avril 2020 - Vendredi Saint

Sacrum Triduum Paschale Triduum pascal sacré
Feria VI Vendredi
Feria VI hebdomadae sanctae Vendredi Saint
Ad Tertiam
Ad Tertiam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Hymnus Hymne
Salva, Redémptor, plasma tuum nóbile, O Rédempteur, sauve le noble ouvrage de tes mains
signátum sancto vultus tui lúmine, marqué par la sainte lumière de ta face.
ne lacerári sinas fraude dæmonum, ne laisse pas le démon ruiner par ta ruse
propter quod mortis exsolvísti prétium. ce que tu as acheté au prix de ta mort
Dole captívos esse tuos sérvulos, Tu souffres de voir tes serviteurs asservis
absólve reos, compedítos érige, pardonne aux coupables, relève les captifs
et quos cruóre redemísti próprio, et ceux que tu as rachetés de ton sang
rex bone, tecum fac gaudére pérpetim. Amen. Roi très bon, donne leur part sans fin à ta joie.
Ant. 1 Erat hora tértia, et crucifixérunt Iesum.Ant. 1 C'était la troisième heure, et ils crucifièrent Jésus.
Psalmus 118 (119), 73-80 Psaume 118 (119), 73-80
X (Iod) X (Iod)
Manus tuæ fecérunt me et plasmavérunt me; * da mihi intelléctum, et discam præcépta tua. Ce sont Tes mains qui m'ont fait et qui m'ont façonné: donne-moi l'intelligence pour apprendre Tes commandements.
Qui timent te, vidébunt me et lætabúntur, * quia in verba tua supersperávi. Ceux qui Te craignent, en me voyant, se réjouiront, car j'ai confiance en Ta parole.
Cognóvi, Dómine, quia æquitas iudícia tua, * et in veritáte humiliásti me. Je sais, Seigneur, que Tes jugements sont justes; c'est dans Ta fidélité que Tu m'as humilié.
Fiat misericórdia tua, ut consolétur me, * secúndum elóquium tuum servo tuo. Que Ta bonté soit ma consolation, selon Ta parole donnée à Ton serviteur.
Véniant mihi miseratiónes tuæ, et vivam, * quia lex tua delectátio mea est. Que Ta compassion vienne sur moi, et que je vive, car Ta loi fait mes délices.
Confundántur supérbi, quóniam dolóse incurvavérunt me, * ego autem exercébor in mandátis tuis. Qu'ils soient confondus les orgueilleux qui me maltraitent injustement, moi, je médite Tes ordonnances.
Convertántur mihi timéntes te * et qui novérunt testimónia tua. Qu'ils se tournent vers moi ceux qui Te craignent, et ceux qui connaissent Tes enseignements.
Fiat cor meum immaculátum in iustificatiónibus tuis, * ut non confúndar. Que mon cœur soit tout entier à Tes lois, afin que je ne sois pas confondu.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Erat hora tértia, et crucifixérunt Iesum.Ant. C'était la troisième heure, et ils crucifièrent Jésus.
Ant. 2 Hora sexta ténebræ factæ sunt per totam terram usque in horam nonam.Ant. 2 La sixième heure arrivée, il se fit des ténèbres sur la terre entière jusqu'à la neuvième heure.
Psalmus 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18 Psaume 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Adversus insurgentes oratio Prière contre les adversaires orgueilleux
Hæ voces Salvatoris pietatem erga Patrem suum omnes edoceant (Eusebius Cæsariensis). Voici les paroles du Seigneur, qui enseigne à tous la piété envers son Père (Eusèbe de Césarée).
Eripe me de inimícis meis, Deus meus, * et ab insurgéntibus in me prótege me. Délivre-moi de mes ennemis, ô mon Dieu, protège-moi contre mes adversaires.
Eripe me de operántibus iniquitátem * et de viris sánguinum salva me. Délivre-moi de ceux qui commettent l'iniquité, et sauve-moi des hommes de sang.
Quia ecce insidiáti sunt ánimæ meæ, * irruérunt in me fortes. Car voici qu'ils sont aux aguets pour m'ôter la vie; des hommes violents complotent contre moi.
Neque delíctum, neque peccátum in me est, Dómine; * sine iniquitáte mea currunt et præparántur. Sans que je sois coupable, sans que j'aie péché, Seigneur malgré mon innocence ils accourent et s'embusquent.
Exsúrge in occúrsum meum et vide; † fortitúdo mea, tibi atténdam; * quia, Deus, præsídium meum es. Éveille-Toi, viens au-devant de moi et regarde ; ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
[et tu, Dómine, Deus virtútum, Deus Israel, * evígila ad visitándas omnes gentes; [Toi, Seigneur, Dieu des armées, Dieu d'Israël, lève-Toi pour châtier toutes les nations,
non misereáris ómnibus, * qui infidéliter operántur. sois sans pitié pour ces traîtres et ces malfaiteurs !
 Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes * et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir, ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ecce eructábunt ore suo, et gládius in lábiis eórum: * “Quis enim audit?” Voici que leur bouche vomit l'injure, il y a des glaives sur leurs lèvres : " Qui est-ce qui entend ? " disent-ils.
Et tu, Dómine, deridébis eos, * subsannábis omnes gentes. Et toi, Seigneur, Tu te ris d'eux, Tu te moques de toutes les nations !
Fortitúdo mea, tibi atténdam, * quia, Deus, praesídium meum es. Ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
Deus meus, misericórdia eíus praevéniet me. * Deus fáciet, ut despíciam inimícos meos. Le Dieu qui m'est propice viendra au-devant de moi ; Dieu me fera contempler mes ennemis.
[Ne óccidas eos, * ne quando obliviscátur pópulus meus; [Ne les tue pas, de peur que mon peuple n'oublie;
dispérge illos in virtúte tua et prostérne eos, * protéctor meus, Dómine. fais-les errer par ta puissance et renverse-les, ô Seigneur, notre bouclier.
Peccátum oris eórum, sermo labiórum ipsórum, * et comprehendántur in supérbia sua. Leur bouche pèche à chaque parole de leurs lèvres ; qu'ils soient pris dans leur propre orgueil,
Propter exsecratiónem et mendácium, * quod loquúntur, à cause des malédictions et des mensonges qu'ils profèrent!
consúme eos in furóre, consúme, et non erunt; * et scient quia Deus dominábitur Iácob et fínium terrae. Détruis-les dans ta fureur, détruis-les, et qu'ils ne soient plus; qu'ils sachent que Dieu règne sur Jacob, jusqu'aux extrémités de la terre !
Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir ; ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ipsi errábunt ad manducándum; si vero non fúerint saturáti, murmurábunt. ] Ils errent çà et là, cherchant leur proie, et ils grognent s'ils ne sont pas rassasiés.]
Deus meus, misericórdia eius prævéniet me. * Deus fáciet ut despíciam inimícos meos. Mon Dieu, sa miséricorde me précède. Dieu fera que je contemplerai l'humiliation de mes ennemis.
Ego autem cantábo fortitúdinem tuam * et exsultábo mane misericórdiam tuam, Et moi, je chanterai Ta force, et le matin je célébrerai Ta bonté,
quia factus es præsídium meum * et refúgium meum in die tribulatiónis meæ. car Tu es ma forteresse, un refuge au jour de ma tribulation.
Fortitúdo mea, tibi psallam, † quia, Deus, præsídium meum es: * Deus meus misericórdia mea. O ma force, je chanterai en Ton honneur, car Dieu est ma forteresse, mon Dieu, ma miséricorde.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Hora sexta ténebræ factæ sunt per totam terram usque in horam nonam.Ant. La sixième heure arrivée, il se fit des ténèbres sur la terre entière jusqu'à la neuvième heure.
Ant. 3 Hora nona exclamávit Iesus voce magna, dicens: Deus meus, Deus meus, ut quid dereliquísti me?Ant. 3 A la neuvième, heure, Jésus cria d'une voix forte : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?
Psalmus 59 (60) Psaume 59 (60)
Post calamitatem oratio Prière après une calamité
In mundo pressuram habetis, sed confidite, ego vici mundum (Io 16, 33). Vous aurez des épreuves dans le monde, mais prenez confiance, J'ai vaincu le monde (Io 16, 33).
Deus, reppulísti nos, destruxísti nos. * Irátus es. Convértere ad nos! O Dieu, Tu nous a rejetés, Tu nous a dispersés : Tu étais irrité. Rends-nous Ta faveur !
Concussísti terram, confregísti eam; * sana contritiónes eius, quia commóta est. Tu as ébranlé le pays, Tu l'as déchiré : répare ses brèches, car il chancelle.
Ostendísti pópulo tuo dura, * potásti nos vino vertíginis. Tu as fait voir à Ton peuple de rudes épreuves, Tu nous a fait boire un vin de vertige.
Dedísti metuéntibus te signum, * ut fúgiant a fácie arcus. Mais Tu as donné à ceux qui Te craignent une bannière, afin qu'elle s'élève à cause de Ta vérité.
Ut liberéntur dilécti tui, * salvos fac déxtera tua et exáudi nos. Afin que Tes bien-aimés soient délivrés, sauve par Ta droite, et exauce-nous.
Deus locútus est in sancto suo: † «Lætábor et partíbor Síchimam * et convállem Succoth metíbor. Dieu a parlé dans sa sainteté : « Je tressaillirai de joie. J'aurai Sichem en partage, et je mesurerai la vallée de Succoth.
Meus est Gálaad et meus est Manásses * et Ephraim fortitúdo cápitis mei. Galaad est à moi, à moi Manassé, et Ephraim est l'armure de ma tête.
Iuda sceptrum meum, * Moab olla lavácri mei. Et Juda mon sceptre, Moab est le bassin où je me lave.
Super Idumæam exténdam calceaméntum meum, * super Philistæam vociferábor». Sur Edom je jette ma sandale; terre des Philistins, pousse des acclamations en mon honneur ».
Quis addúcet me in civitátem munítam? * Quis dedúcet me usque in Idumæam? Qui me mènera à la ville forte? Qui me conduira à Edom?
Nonne tu, Deus, qui reppulísti nos, * et non egrediéris, Deus, in virtútibus nostris? N'est-ce pas Toi, ô Dieu, qui nous avais rejetés, ô Dieu, qui ne sortais plus avec nos armées ?
Da nobis auxílium de tribulatióne, * quia vana salus hóminis. Prête-nous Ton secours contre l'oppresseur ! Le secours de l'homme n'est que vanité.
In Deo faciémus virtútem, * et ipse conculcábit tribulántes nos. Avec Dieu nous accomplirons des exploits ; Il écrasera nos ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Hora nona exclamávit Iesus voce magna, dicens: Deus meus, Deus meus, ut quid dereliquísti me?Ant. A la neuvième, heure, Jésus cria d'une voix forte : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?
Lectio brevis (Is 53, 2-3) Lecture brève (Is 53, 2-3)
Ascéndit sicut virgúltum coram eo et sicut radix de terra sitiénti. Non erat spécies ei neque decor, ut aspicerémus eum, et non erat aspéctus, ut desiderarémus eum. Despéctus erat et novíssimus virórum, vir dolórum et sciens infirmitátem, et quasi abscondebámus vultum coram eo; despéctus, unde nec reputabámus eum. Il S'est élevé devant Lui comme un frêle arbrisseau ; comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée; Il n'avait ni forme ni beauté pour attirer nos regards, ni apparence pour exciter notre amour. Il était méprisé et abandonné des hommes, homme de douleurs et familier de la souffrance, comme un objet devant lequel on se voile la face; en butte au mépris, nous n'en faisions aucun cas.
℣. Adorámus te, Christe, et benedícimus tibi.
℟. Quia per crucem tuam redemísti mundum.
℣. Nous T'adorons, ô Christ, et nous Te bénissons. ℟. Car par Ta croix, Tu as sauvé le monde.
 Orémus. Prions. 
Réspice, quæsumus, Dómine, super hanc famíliam tuam, pro qua Dóminus noster Iesus Christus non dubitávit mánibus tradi nocéntium et crucis subíre torméntum. Qui tecum. Nous T'en prions, Seigneur, regarde avec bonté Ta famille, pour laquelle notre Seigneur Jésus-Christ n'a pas hésité à Se livrer aux mains des bourreaux, et à subir le supplice de la croix.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Tertiam - psalmodia complementaria

A Tierce - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Erat hora tértia, et crucifixérunt Iesum.Ant. 1 C'était la troisième heure, et ils crucifièrent Jésus.
Psalmus 119 (120) Psaume 119 (120)
Desiderium pacis Désir de paix
In tribulatione patientes, orationi instantes (Rom 12, 12). Soyez patients dans l'affliction, assidus à la prière, (Rom 12, 12).
Ad Dóminum, cum tribulárer, clamávi, * et exaudívit me. Vers le Seigneur, dans ma détresse, j'ai crié, et Il m'a exaucé:
Dómine, líbera ánimam meam a lábiis mendácii, * a língua dolósa. « Seigneur, délivre mon âme de la lèvre de mensonge, de la langue astucieuse! »
Quid detur tibi aut quid apponátur tibi, * língua dolósa? Que te sera-t-il donné, quel sera ton profit, langue perfide?
Sagíttæ poténtis acútæ * cum carbónibus iuniperórum. Les flèches aiguës du Tout-puissant, avec les charbons ardents du genêt.
Heu mihi, quia peregrinátus sum in Mosoch, * habitávi ad tabernácula Cedar! Malheureux que je suis de séjourner dans Mések, d'habiter sous les tentes de Cédar !
Multum íncola fuit ánima mea * cum his, qui odérunt pacem. Trop longtemps j'ai demeuré avec ceux qui haïssent la paix.
Ego eram pacíficus; * cum loquébar, illi impugnábant me. Je suis un homme de paix et, quand je leur parle, ils sont pour la guerre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Hora sexta ténebræ factæ sunt per totam terram usque in horam nonam.Ant. 2 La sixième heure arrivée, il se fit des ténèbres sur la terre entière jusqu'à la neuvième heure.
Psalmus 120 (121) Psaume 120 (121)
Custos populi Garde du peuple
Non esurient amplius, neque sitient amplius, neque cadet super illos sol neque ullus æstus (Ap 7, 16). Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, la brûlure du soleil ne les accablera plus. (Ap 7, 16).
Levábo óculos meos in montes: * unde véniet auxílium mihi? Je lève les yeux vers les montagnes : d'où me viendra le secours?
Auxílium meum a Dómino, * qui fecit cælum et terram. Mon secours viendra du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Non dabit in commotiónem pedem tuum, * neque dormitábit, qui custódit te. Il ne permettra pas que ton pied trébuche; celui qui te garde ne sommeillera pas.
Ecce non dormitábit neque dórmiet, * qui custódit Israel. Non, il ne sommeille ni ne dort, celui qui garde Israël.
Dóminus custódit te, † Dóminus umbráculum tuum, * ad manum déxteram tuam. Le Seigneur est ton gardien, le Seigneur est ton abri, toujours à ta droite.
Per diem sol non percútiet te, * neque luna per noctem. Pendant le jour le soleil ne te frappera point, ni la lune pendant la nuit.
Dóminus custódiet te ab omni malo; * custódiet ánimam tuam Dóminus. Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ton âme.
Dóminus custódiet intróitum tuum et éxitum tuum * ex hoc nunc et usque in sæculum Le Seigneur gardera ton départ et ton arrivée, maintenant et à jamais.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Hora sexta ténebræ factæ sunt per totam terram usque in horam nonam.Ant. 3 La sixième heure arrivée, il se fit des ténèbres sur la terre entière jusqu'à la neuvième heure.
Psalmus 121 (122) Psaume 121 (122)
Civitas sancta Ierusalem La cité sainte de Jérusalem
Accessistis ad Sion montem et civitatem Dei viventis, Ierusalem cælestem (Hebr 12, 22). Vous vous êtes approchés de la montagne de Sion, de la cité du Dieu vivant qui est la Jérusalem céleste (Hebr 12, 22).
Lætátus sum in eo quod dixérunt mihi: * «In domum Dómini íbimus» . J'ai été dans la joie quand on m'a dit: « Allons à la maison du Seigneur »
Stantes iam sunt pedes nostri * in portis tuis, Ierúsalem. Enfin nos pieds s'arrêtent à tes portes, Jérusalem.
Ierúsalem, quæ ædificáta est ut cívitas, * sibi compácta in idípsum. Jérusalem, tu es bâtie comme une ville où tout se tient ensemble.
Illuc enim ascendérunt tribus, tribus Dómini, * testimónium Israel, ad confiténdum nómini Dómini. Là montent les tribus, les tribus du Seigneur, selon la loi d'Israël, pour louer le nom du Seigneur.
Quia illic sedérunt sedes ad iudícium, *sedes domus David. Là sont établis des sièges pour le jugement, les sièges de la maison de David.
Rogáte, quæ ad pacem sunt Ierúsalem: * «Secúri sint diligéntes te! Faites des voeux pour Jérusalem: « Qu'ils soient en sûreté ceux qui t'aiment !
Fiat pax in muris tuis, * et secúritas in túrribus tuis! ». Que la paix règne dans tes murs, la prospérité dans tes palais ! »
Propter fratres meos et próximos meos * loquar: «Pax in te! ». A cause de mes frères et de mes amis, je dis : «Paix sur toi ! ».
Propter domum Dómini Dei nostri * exquíram bona tibi. A cause de la maison du Seigneur, notre Dieu, je désire pour toi le bonheur.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Messe du vendredi 10 avril 2020 - Vendredi Saint

Sacrum Triduum Paschale Triduum pascal sacré
Feria VI Vendredi
Feria VI hebdomadae sanctae Vendredi Saint
Ad Missam
A la Messe


 FERIA VI IN PASSIONE DOMINI  VENDREDI DE LA PASSION DU SEIGNEUR
1. Hac et sequenti die, Ecclesia, ex antiquissima traditione, sacramenta, præter Pænitentiæ et Infirmorum Unctionis, penitus non celebrat.
2. Hac die sacra Communio fidelibus distribuitur unice inter celebrationem Passionis Domini; infirmis autem, qui hanc celebrationem participare nequeunt, quacumque diei hora deferri potest.
3. Altare omnino nudum sit: sine cruce, sine candelabris, sine tobaleis.
1. Aujourd'hui et le lendemain, selon une très ancienne tradition, l'Église ne célèbre aucun sacrement, à l'exception de celui de la pénitence et de l'onction des malades.
2. En ce jour, la sainte communion n'est distribuée aux fidèles que dans le cadre de la célébration de la Passion du Seigneur; les malades, qui ne peuvent pas participer à cette célébration, peuvent être communiés à tout moment de la journée.
3. L'autel doit être complètement nu: pas de croix, pas de chandeliers, pas de nappes.
Celebratio Passionis Domini
4. Horis postmeridianis huius feriæ, et quidem circa horam tertiam, nisi ex ratione pastorali tardior hora seligatur, fit celebratio Passionis Domini, constans ex tribus partibus, nempe ex liturgia verbi, adoratione Crucis et sacra Communione.
5. Sacerdos et diaconus, si adest, vestibus coloris rubri sicut ad Missam induti, sub silentio ad altare accedunt et, facta reverentia altari, in faciem procumbunt, vel, pro opportunitate, in genua se prosternunt, et in silentio aliquamdiu orant. Omnes alii in genua se prosternunt.
6. Deinde sacerdos cum ministris vadit ad sedem, ubi, versus ad populum stantem, dicit, extensis manibus, unam e sequentibus orationibus, omissa invitatione Orémus.
4. Ce jour, après midi, autour de trois heures, à moins qu'une raison pastorale oblige à choisir un autre horaire, se célèbre la Passion du Seigneur, qui est constituée de trois parties : la liturgie de la parole, l'adoration de la Croix et la sainte Communion.
5. Le prêtre et le diacre - s'il y en a - revêtent les ornements rouges comme à la Messe, et s'approchent de l'autel en silence et après avoir fait la révérence à l'autel, s'agenouillent et se prosternent, et en silence prient quelque temps. Tous les autres s'agenouillent et se prosternent.
6. Puis le prêtre se rend au siège avec ses ministres, où, debout et tourné vers le peuple il dit une des oraisons suivantes, en omettant l'invitation Prions.
Oratio Oraison
Reminíscere miseratiónum tuárum, Dómine, et fámulos tuos ætérna protectióne sanctífica, pro quibus Christus, Fílius tuus, per suum cruórem instítuit paschále mystérium. Qui vivit et regnat in sǽcula sæculórum.
℟. Amen.
Souviens-Toi, Seigneur, de Tes miséricordes, et sanctifie Tes serviteurs de Ta protection éternelle, pour qui Jésus-Christ, Ton Fils, par sa souffrance, institua le mystère pascal.
Vel: Ou :
Deus, qui peccáti véteris hereditáriam mortem, in qua posteritátis genus omne succésserat, Christi Fílii tui, Dómini nostri, passióne solvísti, da, ut confórmes eídem facti, sicut imáginem terréni hóminis natúræ necessitáte portávimus, ita imáginem cæléstis grátiæ sanctificatióne portémus. Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Dieu, qui par la passion de Ton Fils, notre Seigneur Jésus-Christ, as dissout la mort, héritage de l'antique péché qui avait atteint la postérité du genre humain, donne-nous, en nous conformant à Lui, tout comme nous avons porté l'image de l'homme terrestre par exigence de la nature, de refléter image céleste de l'action sanctifiante de Ta grâce.
Pars prima: Liturgia verbi Première partie : Liturgie de la Parole
7. Deinde, omnibus sedentibus, legitur prima lectio e libro Isaiæ prophetæ (52, 13 - 53, 12) cum suo psalmo.
8. Sequitur secunda lectio ex Epistola ad Hebræos (4, 14-16; 5, 7-9) et cantus ante Evangelium.
9. Deinde legitur historia Passionis Domini secundum Ioannem (18, 1 - 19, 42) eodem modo ac
dominica præcedenti.
7. Puis tout le monde s'assied et la lecture du prophète Isaïe (52, 13-53, 12) est proclamée, avec son psaume.
8. Cette lecture est suivie de la lettre aux Hébreux (4, 14-16; 5, 7-9) et du chant avant l'Évangile.
9. Enfin, le récit de la Passion du Seigneur selon Saint Jean (18, 1-19, 42) est lu, de la même manière que le dimanche précédent.
Lectio I Ière lecture
 Léctio libri lsaíæ prophétæ (52,13-53,12)  
Ecce próspere aget servus meus; exaltábitur et elevábitur et sublímis erit valde. Sicut obstupuérunt super eum multi, sic defórmis erat, quasi non esset hóminis spécies eíus, filiórum hóminis aspéctus eíus, sic dispérget gentes multas. Super ipsum continébunt reges os suum, quia, quae non sunt narráta eis, vidérunt et, quae non audiérunt, contempláti sunt. Quis crédidit audítui nostro, et bráchium Dómini cui revelátum est? Et ascéndit sicut virgúltum coram eo et sicut radix de terra sitiénti. Non erat spécies ei neque decor, ut aspicerémus eum, et non erat aspéctus, ut desiderarémus eum. Despéctus erat et novíssimus virórum, vir dolórum et sciens infirmitátem, et quasi abscondebámus vultum coram eo; despéctus, unde nec reputabámus eum. Vere languóres nostros ipse tulit et dolóres nostros ipse portávit; et nos putávimus eum quasi plagátum, percússum a Deo et humiliátum. Ipse autem vulnerátus est propter iniquitátes nostras, attrítus est propter scélera nostra; disciplína pacis nostrae super eum, et livóre eíus sanáti sumus. Omnes nos quasi oves errávimus, unusquísque in viam suam declinávit; et pósuit Dóminus in eo iniquitátem ómnium nostrum ". Afflíctus est et ipse subiécit se et non apéruit os suum; sicut agnus, qui ad occisiónem dúcitur, et quasi ovis, quae coram tondéntibus se obmútuit et non apéruit os suum. Angústia et iudício sublátus est. De generatióne eíus quis curábit? Quia abscíssus est de terra vivéntium; propter scelus pópuli mei percússus est ad mortem. Et posuérunt sepúlcrum eíus cum ímpiis, cum divítibus túmulum eíus, eo quod iniquitátem non fécerit, neque dolus fúerit in ore eíus. Et Dóminus vóluit contérere eum infirmitáte. Si posúerit in piáculum ánimam suam, vidébit semen longǽvum, et volúntas Dómini in manu eíus prosperábitur. Propter labórem ánimae eíus vidébit lucem, saturábitur in sciéntia sua. Iustificábit iústus servus meus multos et iniquitátes eórum ipse portábit. Ídeo dispértiam ei multos, et cum fórtibus dívidet spólia, pro eo quod trádidit in mortem ánimam suam et cum scelerátis reputátus est; et ipse peccátum multórum tulit et pro transgressóribus rogat. Voici, Mon serviteur agira avec intelligence, Il sera grand et élevé, et au comble de la gloire.De même que beaucoup ont été stupéfaits à ton sujet, ainsi Son aspect sera sans gloire parmi les hommes, et Sa forme méprisable parmi les fils des hommes. Il arrosera des nations nombreuses, devant lui les rois fermeront la bouche; car ceux auxquels Il n'avait pas été annoncé le verront, et ceux qui n'avaient pas entendu parler de Lui Le contempleront. "Qui a cru à ce que nous avons entendu? et à qui le bras du Seigneur a-t-il été révélé? Il s'élèvera devant Lui comme un arbrisseau, et comme un rejeton qui sort d'une terre desséchée, Il n'a ni beauté ni éclat; nous L'avons vu, et Il n'avais pas d'apparence, et nous L'avons méconnu. Il était méprisé, le dernier des hommes, un homme de douleurs, qui connaît la souffrance; Son visage était caché; Il était méprisé, et nous n'avons fait aucun cas de Lui. Vraiment Il a porté nos langueurs, et Il S'est chargé Lui-même de nos douleurs; et nous L'avons considéré comme un lépreux, comme un homme frappé de Dieu et humilié. Et cependant Il a été blessé pour nos iniquités, Il a été brisé pour nos crimes; le châtiment qui nous procure la paix est tombé sur Lui, et nous avons été guéris par Ses meurtrissures. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun s'était détourné sur sa propre voie, et le Seigneur a placé sur Lui l'iniquité de nous tous. Il a été offert parce que Lui-même l'a voulu, et Il n'a pas ouvert la bouche; comme une brebis qu'on mène à la boucherie, comme un agneau devant celui qui le tond, Il a gardé le silence et Il n'a pas ouvert la bouche. Il a été enlevé par l'angoisse et le jugement. Qui racontera Sa génération? car Il a été retranché de la terre des vivants. Je L'ai frappé pour les crimes de Mon peuple. Et Il donnera les impies pour prix de Sa sépulture, et les riches pour prix de Sa mort, parce qu'Il n'a pas commis d'iniquité, et que le mensonge n'a pas été dans Sa bouche. Mais le Seigneur a voulu le briser par la souffrance; s'Il livre Son âme pour le péché, Il verra une longue postérité, et la volonté du Seigneur sera dirigée heureusement par Sa main. Parce que Son âme aura souffert, Il verra et sera rassasié. Par Sa science, Mon juste serviteur justifiera beaucoup d'hommes, et Il portera sur Lui leurs iniquités. C'est pourquoi Je Lui donnerai une grande multitude pour partage, et Il distribuera les dépouilles des forts, parce qu'Il a livré Son âme à la mort, et qu'Il a été mis au nombre des scélérats, qu'Il a porté les péchés de beaucoup d'hommes et qu'Il a prié pour les pécheurs.
Tractus Trait
Ps. 101,2-5 et 14
Domine, exáudi oratiónem meam, et clamor meus ad te véniat. ℣. Ne avértas fáciem tuam a me: in quacúmque die tríbulor, inclina ad me aurem tuam. ℣. In quacúmque die invocávero te, velóciter exáudi me. ℣. Quia defecérunt sicut fumus dies mei: et ossa mea sicut in frixório confríxa sunt. ℣. Percússus sum fenum, et áruit cor meum: quia oblítus sum manducáre panem meum. ℣. Tu exsúrgens, Dómine miseréberis Sion: quia venit tempus miseréndi eius. Seigneur, écoute ma prière et que mon cri parvienne jusqu’à Toi.
℣. Ne me cache pas Ta face au jour de ma détresse ; incline vers moi Ton oreille.
℣. Au jour où je T'invoque, vite, exauce-moi.
℣. Car mes jours se consument en fumée ; mes os brûlent comme un brasier.
℣. Comme l’herbe mon cœur se dessèche, j’en oublie de manger mon pain.
℣. Dresse-Toi, Seigneur, prendq en pitié Sion ; le temps est venu de lui faire grâce.
Lectio II IIème lecture
 Léctio Epístolæ ad Hebrǽos (4,14-16.5,7-9)  
Habéntes pontíficem magnum, qui penetrávit cælos, Iésum Fílium Dei, teneámus confessiónem. Non enim habémus pontíficem, qui non possit compáti infirmitátibus nostris, tentátum autem per ómnia secúndum similitúdinem absque peccáto; adeámus ergo cum fidúcia ad thronum grátiæ, ut misericórdiam consequámur et grátiam inveniámus in auxílium opportúnum. Qui in diébus carnis suæ, preces supplicationésque ad eum, qui possit salvum illum a morte fácere, cum clamóre válido et lácrimis ófferens et exaudítus pro sua reveréntia, et quidem cum esset Fílius, dídicit ex his, quæ passus est, obo'ediéntiam; et, consummátus, factus est ómnibus obo'ediéntibus sibi auctor salútis aetérnæ. Ayant un grand pontife qui a pénétré dans les Cieux, Jésus, Fils de Dieu, demeurons fermes dans la profession de notre foi. Car nous n'avons pas un pontife qui ne puisse compatir à nos faiblesses; au contraire, Il a été tenté comme nous en toutes choses, sans commettre le péché. Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d'obtenir miséricorde, et de trouver grâce dans un secours opportun. Durant les jours de Sa chair, ayant offert des prières et des supplications, avec un grand cri et avec des larmes, à Celui qui voulait Le préserver de la mort, Il a été exaucé, à cause de Son respect. Et, quoiqu'Il fût le Fils de Dieu, Il a appris l'obéissance, par ce qu'Il a souffert; et ayant été élevé à la perfection, Il est devenu, pour tous ceux qui Lui obéissent, la cause du salut éternel.
Graduale Graduel
Phil. 2, 8-9 Phil. 2, 8-9
℟. Christus factus est pro nobis obédiens usque ad mortem, mortem autem crucis. ℣. Propter quod et Deus exaltávit illum: et dedit illi nomen, quod est super omne nomen. ℟. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix. ℣. C'est pourquoi Dieu L'a élevé, et Lui a donné le nom qui est au dessus de tout nom.
Pássio Dómini nostri Iesu Christi secúndum Ioánnem (18,1-19,42)  
In illo témpore : Egréssus Iesuscum discípulis suis trans torréntem Cedron, ubi erat hortus, in quem introívit ipse et discípuli eíus. Sciébat autem et Iúdas, qui tradébat eum, locum, quia frequénter Iésus convénerat illuc cum discípulis suis. Iúdas ergo, cum accepísset cohórtem et a pontifícibus et pharisǽis minístros, venit illuc cum lantérnis et fácibus et armis. Iésus ítaque sciens ómnia, quae ventúra erant super eum, procéssit et dicit eis: " Quem quǽritis? ". Respondérunt ei: " Iésum Nazarénum ". Dicit eis: " Ego sum! ". Stabat autem et Iúdas, qui tradébat eum, cum ipsis. Ut ergo dixit eis: " Ego sum! ", abiérunt retrórsum et cecidérunt in terram. Íterum ergo eos interrogávit: " Quem quǽritis? ". Illi autem dixérunt: " Iésum Nazarénum ". Respóndit Iésus: " Dixi vobis: Ego sum! Si ergo me quǽritis, sínite hos abíre ", ut implerétur sermo, quem dixit: " Quos dedísti mihi, non pérdidi ex ipsis quemquam ". Simon ergo Petrus, habens gládium, edúxit eum et percússit pontíficis servum et abscídit eíus aurículam dextram. Erat autem nomen servo Malchus. Dixit ergo Iésus Petro: " Mitte gládium in vagínam; cálicem, quem dedit mihi Pater, non bibam illum? ". Cohors ergo et tribúnus et minístri Iudaeórum comprehendérunt Iésum et ligavérunt eum et adduxérunt ad Annam primum; erat enim socer Cáiphae, qui erat póntifex anni illíus. Erat autem Cáiphas, qui consílium déderat Iudǽis: " Éxpedit unum hóminem mori pro pópulo ". Sequebátur autem Iésum Simon Petrus et álius discípulus. Discípulus autem ille erat notus pontífici et introívit cum Iésu in átrium pontíficis; Petrus autem stabat ad óstium foris. Exívit ergo discípulus álius, qui erat notus pontífici, et dixit ostiáriae et introdúxit Petrum. Dicit ergo Petro ancílla ostiária: " Numquid et tu ex discípulis es hóminis istíus? ". Dicit ille: " Non sum! ". Stabant autem servi et minístri, qui prunas fécerant, quia frigus erat, et calefaciébant se; erat autem cum eis et Petrus stans et calefáciens se. Póntifex ergo interrogávit Iésum de discípulis suis et de doctrína eíus. Respóndit ei Iésus: " Ego palam locútus sum mundo; ego semper dócui in synagóga et in templo, quo omnes Iudǽi convéniunt, et in occúlto locútus sum nihil.  Quid me intérrogas? Intérroga eos, qui audiérunt quid locútus sum ipsis; ecce hi sciunt, quae díxerim ego ".  Haec autem cum dixísset, unus assístens ministrórum dedit álapam Iésu dicens: " Sic respóndes pontífici? ". Respóndit ei Iésus: " Si male locútus sum, testimónium pérhibe de malo; si autem bene, quid me caedis? ".  Misit ergo eum Annas ligátum ad Cáipham pontíficem. Erat autem Simon Petrus stans et calefáciens se. Dixérunt ergo ei: " Numquid et tu ex discípulis eíus es? ". Negávit ille et dixit: " Non sum! ". Dicit unus ex servis pontíficis, cognátus eíus, cuíus abscídit Petrus aurículam: " Nonne ego te vidi in horto cum illo? ".  Íterum ergo negávit Petrus; et statim gallus cantávit. Addúcunt ergo Iésum a Cáipha in praetórium. Erat autem mane. Et ipsi non introiérunt in praetórium, ut non contaminaréntur, sed manducárent Pascha. Exívit ergo Pilátus ad eos foras et dicit: " Quam accusatiónem affértis advérsus hóminem hunc? ". Respondérunt et dixérunt ei: " Si non esset hic malefáctor, non tibi tradidissémus eum ".  Dixit ergo eis Pilátus: " Accípite eum vos et secúndum legem vestram iudicáte eum! ". Dixérunt ei Iudǽi: " Nobis non licet interfícere quemquam ", ut sermo Iésu implerétur, quem dixit, signíficans qua esset morte moritúrus. Introívit ergo íterum in praetórium Pilátus et vocávit Iésum et dixit ei: " Tu es rex Iudaeórum? ". Respóndit Iésus: " A temetípso tu hoc dicis, an álii tibi dixérunt de me? ". Respóndit Pilátus: " Numquid ego Iudǽus sum? Gens tua et pontífices tradidérunt te mihi; quid fecísti? ". Respóndit Iésus: " Regnum meum non est de mundo hoc; si ex hoc mundo esset regnum meum, minístri mei decertárent, ut non tráderer Iudǽis; nunc autem meum regnum non est hinc ". Dixit ítaque ei Pilátus: " Ergo rex es tu? ". Respóndit Iésus: " Tu dicis quia rex sum. Ego in hoc natus sum et ad hoc veni in mundum, ut testimónium perhíbeam veritáti; omnis, qui est ex veritáte, audit meam vocem ". Dicit ei Pilátus: " Quid est véritas? ". Et cum hoc dixísset, íterum exívit ad Iudǽos et dicit eis: " Ego nullam invénio in eo causam. Est autem consuetúdo vobis, ut unum dimíttam vobis in Pascha; vultis ergo dimíttam vobis regem Iudaeórum? ". Clamavérunt ergo rursum dicéntes: " Non hunc sed Barábbam! ". Erat autem Barábbas latro. Tunc ergo apprehéndit Pilátus Iésum et flagellávit. Et mílites, plecténtes corónam de spinis, imposuérunt cápiti eíus et veste purpúrea circumdedérunt eum; et veniébant ad eum et dicébant: " Ave, rex Iudaeórum! ", et dabant ei álapas. Et éxiit íterum Pilátus foras et dicit eis: " Ecce addúco vobis eum foras, ut cognoscátis quia in eo invénio causam nullam ". Éxiit ergo Iésus foras, portans spíneam corónam et purpúreum vestiméntum. Et dicit eis: " Ecce homo! ". Cum ergo vidíssent eum pontífices et minístri, clamavérunt dicéntes: " Crucifíge, crucifíge! ". Dicit eis Pilátus: " Accípite eum vos et crucifígite; ego enim non invénio in eo causam ". Respondérunt ei Iudǽi: " Nos legem habémus, et secúndum legem debet mori, quia Fílium Dei se fecit ". Cum ergo audísset Pilátus hunc sermónem, magis tímuit et ingréssus est praetórium íterum et dicit ad Iésum: " Unde es tu? ". Iésus autem respónsum non dedit ei. Dicit ergo ei Pilátus: " Mihi non lóqueris? Nescis quia potestátem hábeo dimíttere te et potestátem hábeo crucifígere te? ". Respóndit Iésus: " Non habéres potestátem advérsum me ullam, nisi tibi esset datum désuper; proptérea, qui trádidit me tibi, maíus peccátum habet ". Exínde quaerébat Pilátus dimíttere eum; Iudǽi autem clamábant dicéntes: " Si hunc dimíttis, non es amícus Cǽsaris! Omnis, qui se regem facit, contradícit Cǽsari ". Pilátus ergo, cum audísset hos sermónes, addúxit foras Iésum et sedit pro tribunáli in locum, qui dícitur Lithóstrotos, Hebráice autem Gábbatha. Erat autem Parascéve Paschae, hora erat quasi sexta. Et dicit Iudǽis: " Ecce rex vester! ". Clamavérunt ergo illi: " Tolle, tolle, crucifíge eum! ". Dicit eis Pilátus: " Regem vestrum crucifígam? ". Respondérunt pontífices: " Non habémus regem, nisi Cǽsarem ". Tunc ergo trádidit eis illum, ut crucifigerétur. Suscepérunt ergo Iésum. Et baíulans sibi crucem exívit in eum, qui dícitur Calváriae locum, quod Hebráice dícitur Gólgotha, ubi eum crucifixérunt et cum eo álios duos hinc et hinc, médium autem Iésum. Scripsit autem et títulum Pilátus et pósuit super crucem; erat autem scriptum: " Iésus Nazarénus Rex Iudaeórum ". Hunc ergo títulum multi legérunt Iudaeórum, quia prope civitátem erat locus, ubi crucifíxus est Iésus; et erat scriptum Hebráice, Latíne, Graece. Dicébant ergo Piláto pontífices Iudaeórum: " Noli scríbere: Rex Iudaeórum, sed: Ipse dixit: "Rex sum Iudaeórum" ". Respóndit Pilátus: " Quod scripsi, scripsi! ". Mílites ergo cum crucifixíssent Iésum, accepérunt vestiménta eíus et fecérunt quáttuor partes, unicuíque míliti partem, et túnicam. Erat autem túnica inconsútilis, désuper contéxta per totum. Dixérunt ergo ad ínvicem: " Non scindámus eam, sed sortiámur de illa,cuíus sit ", ut Scriptúra impleátur dicens: " Partíti sunt vestiménta mea sibi et in vestem meam misérunt sortem ". Et mílites quidem haec fecérunt.  Stabant autem iúxta crucem Iésu mater eíus et soror matris eíus, María Cléopae, et María Magdaléne. Cum vidísset ergo Iésus matrem et discípulum stantem, quem diligébat, dicit matri: " Múlier, ecce fílius tuus ". Deínde dicit discípulo: " Ecce mater tua ". Et ex illa hora accépit eam discípulus in sua. Post hoc sciens Iésus quia iam ómnia consummáta sunt, ut consummarétur Scriptúra, dicit: " Sítio ". Vas pósitum erat acéto plenum; spóngiam ergo plenam acéto hyssópo circumponéntes, obtulérunt ori eíus. Cum ergo accepísset acétum, Iésus dixit: " Consummátum est! ". Et inclináto cápite trádidit spíritum. En ce temps là : Jésus alla avec Ses disciples au delà du torrent de Cédron, où il y avait un jardin, dans lequel Il entra, Lui et Ses disciples. Judas, qui Le trahissait, connaissait aussi ce lieu, parce que Jésus y était souvent venu avec Ses disciples. Judas, ayant donc pris la cohorte, et des gardes fournis par les princes des prêtres et les pharisiens, vint là avec des lanternes, des flambeaux et des armes. Jésus, sachant tout ce qui devait Lui arriver, vint au-devant d'eux, et leur dit: Qui cherchez-vous? Ils Lui répondirent: Jésus de Nazareth. Jésus leur dit: C'est Moi. Or Judas, qui Le trahissait, se tenait là aussi avec eux. Lors donc que Jésus leur eut dit: C'est Moi, ils reculèrent et tombèrent par terre. Il leur demanda de nouveau: Qui cherchez-vous? Et ils dirent: Jésus de Nazareth. Jésus répondit: Je vous ai dit que c'est Moi; si donc c'est Moi que vous cherchez, laissez aller ceux-ci. Il dit cela, afin que s'accomplit cette parole qu'Il avait dite: De ceux que Vous M'avez donnés, Je n'en ai perdu aucun. Alors Simon-Pierre, qui avait une épée, la tira, frappa le serviteur du grand prêtre, et lui coupa l'oreille droite. Ce serviteur s'appelait Malchus. Mais Jésus dit à Pierre: Remets ton épée dans le fourreau. Ne boirai-Je pas le calice que Mon Pére M'a donné? La cohorte, et le tribun, et les satellites des Juifs prirent donc Jésus et Le lièrent. Et ils L'emmenèrent d'abord chez Anne; car il était le beau-père de Caïphe, qui ètait grand prêtre cette année-là. Caïphe était celui qui avait donné ce conseil aux Juifs: Il vaut mieux qu'un seul homme meure pour le peuple. Cependant, Simon-Pierre suivait Jésus, avec un autre disciple. Ce disciple était connu du grand prêtre, et il entra avec Jésus dans la cour du grand prêtre; mais Pierre se tenait dehors, près de la porte. L'autre disciple, qui était connu du grand prêtre, sortit donc, et parla à la portière, et fit entrer Pierre. Cette servante, qui gardait la porte, dit à Pierre: N'es-tu pas, toi aussi, des disciples de cet homme? Il dit: Je n'en suis pas. Les serviteurs et les satellites se tenaient auprès du feu, parce qu'il faisait froid, et ils se chauffaient. Pierre était aussi avec eux, et se chauffait. Cependant, le grand prêtre interrogea Jésus sur Ses disciples et sur Sa doctrine. Jésus lui répondit: J'ai parlé ouvertement au monde; J'ai toujours enseigné dans la synagogue et dans le temple, où tous les Juifs s'assemblent, et Je n'ai rien dit en secret. Pourquoi M'interroges-tu? Demande à ceux qui M'ont entendu ce que Je leur ai dit; eux, ils savent ce que J'ai dit. Lorsqu'Il eut dit cela, un des satellites, qui se trouvait là, donna un soufflet à Jésus, en disant: Est-ce ainsi que Tu réponds au grand prêtre? Jésus lui répondit: Si J'ai mal parlé, montre ce que J'ai dit de mal; mais, si J'ai bien parlé, pourquoi Me frappes-tu? Anne L'envoya lié à Caïphe, le grand prêtre. Or Simon-Pierre était là debout, et se chauffait. On lui dit donc: N'es-tu pas, toi aussi, de Ses disciples? Il le nia, en disant: Je n'en suis pas. Alors un des serviteurs du grand prêtre, parent de celui à qui Pierre avait coupé l'oreille, lui dit: Est-ce que je ne t'ai pas vu dans le jardin avec lui? Pierre le nia de nouveau; et aussitôt le coq chanta. Ils conduisirent donc Jésus de chez Caïphe au prétoire. C'était le matin, et ils n'entrèrent point eux-mêmes dans le prétoire, afin de ne pas se souiller, et de pouvoir manger la pâque. Pilate vint donc à eux dehors, et dit: Quelle accusation portez-vous contre cet homme? Ils lui répondirent: Si ce n'était pas un malfaiteur, nous ne te L'aurions pas livré. Pilate leur dit: Prenez-Le vous-mêmes, et jugez-Le selon votre loi. Mais les Juifs lui dirent: Il ne nous est pas permis de mettre personne à mort. C'était afin que s'accomplît la parole que Jésus avait dite, lorsqu'Il avait marqué de quelle mort Il devait mourir. Pilate entra donc de nouveau dans le prétoire, et appela Jésus; et il Lui dit: Es-Tu le roi des Juifs? Jésus répondit: Dis-tu cela de toi-même, ou d'autres te l'ont-ils dit de Moi? Pilate répondit: Est-ce que je suis Juif, moi? Ta nation et les princes des prêtres T'ont livré à moi; qu'as-Tu fait? Jésus répondit: Mon royaume n'est pas de ce monde. Si Mon royaume était de ce monde, Mes serviteurs auraient combattu, pour que Je ne fusse pas livré aux Juifs; mais Mon royaume n'est point d'ici. Pilate Lui dit alors: Tu es donc roi? Jésus répondit: Tu le dis, Je suis Roi. Voici pourquoi Je suis né, et pourquoi Je suis venu dans le monde: pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité, écoute Ma voix. Pilate lui dit: Qu'est-ce que la vérité? Et ayant dit cela, il sortit de nouveau, pour aller auprès des Juifs. Et il leur dit: Je ne trouve en Lui aucune cause de condamnation. Mais, c'est la coutume que je vous délivre quelqu'un à la fête de Pâque; voulez-vous donc que je vous délivre le Roi des Juifs? Alors, de nouveau, ils crièrent tous en disant: Pas Celui-ci, mais Barabbas. Or Barabbas était un brigand. "Pilate prit donc alors Jésus, et Le fit flageller. Et les soldats, ayant tressé une couronne d'épines, la mirent sur Sa tête, et Le revêtirent d'un manteau de pourpre. Puis, ils venaient auprès de Lui, et disaient: Salut, roi des Juifs; et ils Lui donnaient des soufflets. Pilate sortit donc de nouveau, et dit aux Juifs: Voici que je vous L'amène dehors, afin que vous sachiez que je ne trouve en Lui aucune cause de condamnation. Jésus sortit donc, portant la couronne d'épines et le manteau de pourpre. Et Pilate leur dit: Voici l'homme! Lorsque les princes des prêtres et les satellites Le virent, ils criaient, en disant: Crucifie, crucifie-Le! Pilate leur dit: Prenez-Le vous-mêmes, et crucifiez-Le; car moi, je ne trouve en Lui aucune cause de condamnation. Les Juifs lui répondirent: Nous avons une loi, et selon notre loi Il doit mourir, parce qu'Il S'est fait Fils de Dieu. Lorsque Pilate entendit cette parole, il craignit encore davantage. Et étant entré de nouveau dans le prétoire, il dit à Jésus: D'où es-Tu? Mais Jésus ne lui fit pas de réponse. Alors Pilate Lui dit: Tu ne me parles pas? Ne sais-Tu pas que j'ai le pouvoir de Te crucifier, et le pouvoir de Te délivrer? Jésus répondit: Tu n'aurais aucun pouvoir sur Moi, s'il ne t'avait été donné d'en haut. C'est pourquoi celui qui M'a livré à toi est coupable d'un plus grand péché. Dès lors, Pilate cherchait à Le délivrer. Mais les Juifs criaient, en disant: Si tu Le délivres, tu n'es pas l'ami de César; car quiconque se fait roi se déclare contre César. Pilate, ayant entendu ces paroles, amena Jésus dehors, et s'assit sur le tribunal, au lieu appelé Lithostrotos; en hébreu, Gabbatha. C'était le jour de la Préparation de la Pâque, et environ la sixième heure. Et il dit aux Juifs: Voici votre Roi. Mais ils criaient: Ote-Le, ôte-Le; crucifie-Le! Pilate leur dit: Crucifierai-je votre Roi? Les princes des prêtres répondirent: Nous n'avons pas d'autre roi que César. Alors il Le leur livra pour être crucifié. Ils prirent donc Jésus, et L'emmenèrent. Et, portant Sa croix, Il vint au lieu appelé Calvaire; en hébreu, Golgotha. Là ils Le crucifièrent, et deux autres avec Lui, un de chaque côté, et Jésus au milieu. Pilate rédigea aussi une inscription, qu'il plaça au-dessus de la croix. Il y était écrit: Jésus de Nazareth, Roi des Juifs. Beaucoup de Juifs lurent cette inscription, car le lieu où Jésus avait été crucifié était près de la ville. Elle était rédigée en hébreu, en grec et en latin. Mais les pontifes des Juifs disaient à Pilate: N'écris pas: Roi des Juifs; mais écris qu'Il a dit: Je suis le Roi des Juifs. Pilate répondit: Ce que j'ai écrit, je l'ai écrit. Les soldats, après avoir crucifié Jésus, prirent Ses vêtements, et en firent quatre parts; une part pour chaque soldat. Ils prirent aussi Sa tunique; c'était une tunique sans couture, d'un seul tissu depuis le haut jusqu'en bas. Et ils dirent entre eux: Ne la déchirons pas, mais tirons au sort à qui elle sera. C'était afin que s'accomplît cette parole de l'Ecriture: Ils se sont partagé Mes vêtements, et ils ont tiré Ma tunique au sort. C'est là ce que firent les soldats. Cependant, près de la croix de Jésus se tenaient Sa Mère, et la soeur de Sa Mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie-Madeleine. Ayant donc vu Sa Mère, et, auprès d'Elle, le disciple qu'Il aimait, Jésus dit à Sa Mère: Femme, voilà Votre fils. Puis Il dit au disciple: Voilà ta Mère. Et, à partir de cette heure, le disciple La prit chez lui. Après cela, Jésus, sachant que tout était accompli, afin que l'Ecriture fût accomplie, dit: J'ai soif. Il y avait là un vase plein de vinaigre. Les soldats en remplirent une éponge, et, la fixant à un rameau d'hysope, l'approchèrent de Sa bouche. Quand Jésus eut prit le vinaigre, Il dit: Tout est accompli. Et inclinant la tête, Il rendit l'esprit.
Hic genuflectitur, et pausatur aliquantulum. Ici on génuflecte, et on fait une petite pause.
Iudǽi ergo, quóniam Parascéve erat, ut non remanérent in cruce córpora sábbato, erat enim magnus dies illíus sábbati, rogavérunt Pilátum, ut frangeréntur eórum crura, et tolleréntur. Venérunt ergo mílites et primi quidem fregérunt crura et altérius, qui crucifíxus est cum eo; ad Iésum autem cum veníssent, ut vidérunt eum iam mórtuum, non fregérunt eíus crura, sed unus mílitum láncea latus eíus apéruit, et contínuo exívit sanguis et aqua. Et qui vidit, testimónium perhíbuit, et verum est eíus testimónium, et ille scit quia vera dicit, ut et vos credátis. Facta sunt enim haec, ut Scriptúra impleátur: " Os non comminuétur eíus ", et íterum ália Scriptúra dicit: " Vidébunt in quem transfixérunt ". Post hæc autem rogávit Pilátum Ióseph ab Arimathǽa, qui erat discípulus Iésu, occúltus autem propter metum Iudaeórum, ut tólleret corpus Iésu; et permísit Pilátus. Venit ergo et tulit corpus eíus. Venit autem et Nicodémus, qui vénerat ad eum nocte primum, ferens mixtúram myrrhae et aloes quasi libras centum. Accepérunt ergo corpus Iésu et ligavérunt illud línteis cum aromátibus, sicut mos Iudǽis est sepelíre. Erat autem in loco, ubi crucifíxus est, hortus, et in horto monuméntum novum, in quo nondum quisquam pósitus erat. Or comme c'était la préparation, de peur que les corps ne restassent sur la croix pendant le sabbat, car ce jour de sabbat était solennel, les Juifs demandèrent à Pilate qu'on rompît les jambes des suppliciés, et qu'on les enlevât. Les soldats vinrent donc, et rompirent les jambes au premier, puis à l'autre qui avait été crucifié avec Lui. Etant ensuite venus à Jésus, et Le voyant déjà mort, ils ne Lui rompirent pas les jambes; mais un des soldats Lui ouvrit le côté avec une lance, et aussitôt il en sortit du sang et de l'eau. Celui qui l'a vue en a rendu témoignage, et son témoignage est véridique. Et il sait qu'il est vrai, afin que, vous aussi, vous croyiez. Car ces choses ont été faites, afin que l'Ecriture fût accomplie: Vous ne briserez aucun de Ses os. Et ailleurs, l'Ecriture dit encore: Ils contempleront Celui qu'ils ont percé. Après cela, Joseph d'Arimathie, qui était disciple de Jésus, mais en secret, par crainte des Juifs, demanda à Pilate qu'il lui permît de prendre le corps de Jésus. Et Pilate le permit. Il vint donc, et prit le corps de Jésus. Nicodème, qui auparavant était venu auprès de Jésus pendant la nuit, vint aussi, apportant environ cent livres d'une composition de myrrhe et d'aloès. Ils prirent donc le corps de Jésus, et l'enveloppèrent de linceuls, avec les aromates, comme c'est la coutume d'ensevelir chez les Juifs. Or il y avait, dans le lieu où il avait été crucifié, un jardin, et dans ce jardin un sépulcre neuf, où personne encore n'avait été mis. Ce fut donc là, à cause de la préparation des Juifs, parce que le sépulcre était proche, qu'ils déposèrent Jésus.
 10. Post lectionem Passionis Domini sacerdos habet brevem homiliam, cuius in fine fideles invitari possunt ut per breve tempus orationi instent. 10. Après la lecture de la Passion du Seigneur, le prêtre donne une brève homélie, à la fin de laquelle les fidèles peuvent être invités à un bref temps de prière.
Oratio universalis Prière universelle
11. Liturgia verbi concluditur oratione universali, quæ fit hoc modo: diaconus, si adest vel, eo absente, minister laicus, stans ad ambonem, dicit invitationem, quo intentio significatur. Deinde omnes per aliquod temporis spatium in silentio orant, et postea sacerdos, stans ad sedem, vel, pro opportunitate, ad altare, manibus extensis, dicit orationem.
Fideles per totum orationum tempus vel genuflexi vel stantes manere possunt.
12. Ante orationem sacerdotis adhiberi possunt, iuxta traditionem, invitationes diaconi Flectámus genua – Leváte, cum genuflexione omnium ad precationem in silentio. Conferentiae tamen Episcoporum praevidere possunt alias invitationes ad introducendam orationem sacerdotis.
13. In gravi necessitate publica, Episcopus dioecesanus permittere vel statuere potest, ut addatur specialis intentio.
11. La liturgie de la Parole se conclut par la prière universelle, qui se fait de la façon suivante : le diacre s'il y en a un, ou bien en son absence un ministre laïc, donne l'invitation, ce que signifie le mot intention. Puis tous prient un certain temps en silence, et ensuite, le prêtre, debout au siège, ou bien si c'est opportun, à l'autel, les mains étendues, dit l'oraison.
Les fidèles, pendant toute l'oraison peuvent demeurer soit debout soit agenouillés.
12. Avant l'oraison du prêtre, on pourra mettre en oeuvre - comme le veut la tradition - les invitations faites par le diacre : Fléchissons le genou, - levez-vous, afin que tout le monde s'agenouille pour la prière silencieuse. Les conférences des Evêques peuvent proposer une autre invitation pour l'introduction de l'oraison du prêtre.
13. Dans le cas d'une grave nécessité publique, l'Evêque diocésain permet ou impose qu'on ajoute une intention spéciale.
I. Pro sancta Ecclesia I. Pour la sainte Eglise
Oratio dicitur in tono simplici vel, si adhibentur invitationes Flectámus génua Leváte, in tono sollemni. L'oraison se dit au ton simple, ou bien, si on utilise les invitations - fléchissons le genou levez-vous, au ton solennel.
Orémus, dilectíssimi nobis, pro Ecclésia sancta Dei, ut eam Deus et Dóminus noster pacificáre, adunáre et custodíre dignétur toto orbe terrárum, detque nobis, quiétam et tranquíllam vitam degéntibus, glorificáre Deum Patrem omnipoténtem. Prions, frères très chers, pour la sainte Eglise de Dieu, afin que Dieu et notre Seigneur lui donne la paix, la garde dans l'unité, la protège sur toute la terre et nous accorde à tous une vie calme et tranquille, afin de glorifier Dieu, le Père tout-puissant.
Diaconus : Le diacre :
Flectámus génua. Fléchissons le genou.
Oratio in silentio. Prière en silence.
Diaconus : Le diacre :
Leváte. Levez-vous.
Deinde sacerdos: Puis le prêtre :
Omnípotens sempitérne Deus, qui glóriam tuam ómnibus in Christo géntibus revelásti: custódi ópera misericórdiæ tuæ, ut Ecclésia tua, toto orbe diffúsa, stábili fide in confessióne tui nóminis persevéret. Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Dieu tout-puissant et éternel, Toi qui manifestes dans le Christ Ta gloire à toutes les nations : garde les oeuvres de Ta miséricorde, pour que Ton Église, répandue sur toute la terre, persévère dans la foi de la confession de Ton nom. Par Jésus-Christ notre Seigneur.
℟. Amen.
 II. Pro Papa II Pour le Pape
Orémus et pro beatíssimo Papa nostro N., ut Deus et Dóminus noster, qui elégit eum in órdine episcopátus, salvum atque incólumem custódiat Ecclésiæ suæ sanctæ, ad regéndum pópulum sanctum Dei. Prions pour notre béatissime pape N., afin que Dieu et notre Seigneur, qui l'a choisi dans l'ordre épiscopal, l'assiste et le protège pour le bien de sa sainte Église, comme régent du peuple saint de Dieu.
Diaconus : Le diacre :
Flectámus génua. Fléchissons le genou.
Oratio in silentio. Prière en silence.
Diaconus : Le diacre :
Leváte. Levez-vous.
Deinde sacerdos: Puis le prêtre :
Omnípotens sempitérne Deus, cuius iudício univérsa fundántur, réspice propítius ad preces nostras, et eléctum nobis Antístitem tua pietáte consérva, ut christiána plebs, quæ te gubernátur auctóre, sub ipso Pontífice, fídei suæ méritis augeátur. Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Dieu éternel et tout puissant, dont le jugement fonde toutes choses, regarde avec bienveillance nos supplications et conserve Ta bonté à celui que tu as choisi comme notre évêque, pour que le peuple chrétien, gouverné sous Ton autorité, sous ce même Pontife, progresse toujours dans la foi.
III. Pro omnibus ordinibus gradibusque fidelium III. POUR LES MINISTRES DE TOUS ORDRES ET POUR LES FIDÈLES
Orémus et pro Epíscopo nostro N., * pro ómnibus Epíscopis, presbýteris, diáconis Ecclésiæ, et univérsa plebe fidélium. Prions pour notre évêque N., pour tous les évêques, prêtres, diacres et pour tous les membres du peuple saint de Dieu.
* Hic fierei potest mentio de Episcopis Coadiutore vel Auxiliaribus, vel de alio Episcopo, ut in Institutione generali Missalis Romani, n. 149. * Ici on fera mention de l'Evêque Coadjuteur ou Auxiliaire, ou d'un autre Evêque, comme dans l'Institution générale du Missel Romain au N°149.
Diaconus : Le diacre :
Flectámus génua. Fléchissons le genou.
Oratio in silentio. Prière en silence.
Diaconus : Le diacre :
Leváte. Levez-vous.
Deinde sacerdos: Puis le prêtre :
Omnípotens sempitérne Deus, cuius Spíritu totum corpus Ecclésiæ sanctificátur et régitur, exáudi nos pro minístris tuis supplicántes, ut, grátiæ tuæ múnere, ab ómnibus tibi fidéliter serviátur. Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Dieu éternel et tout puissant, dont l'Esprit sanctifie et gouverne l'ensemble du corps de l'Église, exauce nos supplications pour Tes ministres, pour que, munis de Ta grâce, tous Te servent fidèlement.
IV. Pro catechumenis  IV. Pour les catéchumènes
Orémus et pro catechúmenis (nostris), ut Deus et Dóminus noster adapériat aures præcordiórum ipsórum ianuámque misericórdiæ, ut, per lavácrum regeneratiónis accépta remissióne ómnium peccatórum, et ipsi inveniántur in Christo Iesu Dómino nostro. Prions pour [nos / les] catéchumènes, afin que Dieu notre Seigneur leur ouvre les oreilles à la prédication et la porte de la miséricorde, afin que, recevant la rémission de tous les péchés par le bain de régénération, ils viennent à Jésus-Christ, notre Seigneur.
Diaconus : Le diacre :
Flectámus génua. Fléchissons le genou.
Oratio in silentio. Prière en silence.
Diaconus : Le diacre :
Leváte. Levez-vous.
Deinde sacerdos: Puis le prêtre :
Omnípotens sempitérne Deus, qui Ecclésiam tuam nova semper prole fecúndas, auge fidem et intelléctum catechúmenis (nostris), ut, renáti fonte baptísmatis, adoptiónis tuæ fíliis aggregéntur. Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Dieu éternel et tout puissant, qui féconde Ton Eglise lui donnant constamment un peuple nouveau, augmenter la foi et la sagesse de (nos) catéchumènes, de sorte que renés des fonts baptismaux, ils soient comptés parmi les fils de Ton adoption.
V. Pro unitate Christianorum V. POUR L'UNITÉ DES CHRÉTIENS
Orémus et pro univérsis frátribus in Christum credéntibus, ut Deus et Dóminus noster eos, veritátem faciéntes, in una Ecclésia sua congregáre et custodíre dignétur. Prions pour tous nos frères qui croient dans le Christ, afin que Dieu et notre Seigneur assiste et rassemble dans une seule Église ceux qui vivent selon la vérité.
Diaconus : Le diacre :
Flectámus génua. Fléchissons le genou.
Oratio in silentio. Prière en silence.
Diaconus : Le diacre :
Leváte. Levez-vous.
Deinde sacerdos: Puis le prêtre :
Omnípotens sempitérne Deus, qui dispérsa cóngregas et congregáta consérvas, ad gregem Fílii tui placátus inténde, ut, quos unum baptísma sacrávit, eos et fídei iungat intégritas et vínculum sóciet caritátis. Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Dieu éternel et tout puissant, Toi qui rassembles ceux qui sont dispersés et conserves l'unité, regarde avec bienveillance le troupeau de Ton Fils, consacré par un seul baptême, et que l'intégrité de la foi et le lien de la charité les maintienne en communion.
VI. Pro Iudæis  VI. Pour les Juifs
Orémus et pro Iudǽis, ut, ad quos prius locútus est Dóminus Deus noster, eis tríbuat in sui nóminis amóre et in sui foederis fidelitáte profícere. Prions pour les Juifs, afin que, ceux à qui le Seigneur notre Dieu a parlé en premier augmentent leur tribut pour l'amour de Son nom et approfondissent la fidélité à Son alliance.
Diaconus : Le diacre :
Flectámus génua. Fléchissons le genou.
Oratio in silentio. Prière en silence.
Diaconus : Le diacre :
Leváte. Levez-vous.
Deinde sacerdos: Puis le prêtre :
Omnípotens sempitérne Deus, qui promissiónes tuas Abrahæ eiúsque sémini contulísti, Ecclésiæ tuæ preces cleménter exáudi, ut pópulus acquisitiónis prióris ad redemptiónis mereátur plenitúdinem perveníre. Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Dieu éternel et tout puissant, Toi qui as confié Tes promesses à Abraham et à ses descendants, exauce avec clémence les prières de Ton Église, pour que le peuple que Tu tT'es acquis lors de la première alliance puisse mériter de parvenir à la plénitude de la rédemption.
VII. Pro iis qui in Christum non credunt  VII. Pour ceux qui ne croient pas au Christ
Orémus et pro iis qui in Christum non credunt, ut, luce Sancti Spíritus illustráti, viam salútis et ipsi váleant introíre. Prions pour ceux qui ne croient pas au Christ, afin que, éclairés par le Saint-Esprit, ils trouvent le chemin du salut et puissent l'emprunter.
Diaconus : Le diacre :
Flectámus génua. Fléchissons le genou.
Oratio in silentio. Prière en silence.
Diaconus : Le diacre :
Leváte. Levez-vous.
Deinde sacerdos: Puis le prêtre :
Omnípotens sempitérne Deus, fac ut qui Christum non confiténtur, coram te sincéro corde ambulántes, invéniant veritátem, nosque, mútuo proficiéntes semper amóre et ad tuæ vitæ mystérium plénius percipiéndum sollícitos, perfectióres éffice tuæ testes caritátis in mundo. Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Dieu éternel et tout puissant, fais que ceux qui ne confessent pas le Christ, en marchant en Ta présence avec un cœur sincère, trouvent la vérité et que nous, désireux de plonger dans le mystère de Ta vie, soyons devant le monde des témoins plus convaincants de Ta charité dans le monde.
VIII. Pro iis qui in Deum non credunt  VIII. Pour ceux qui ne croient pas en Dieu
Orémus et pro iis qui Deum non agnóscunt, ut, quæ recta sunt sincéro corde sectántes, ad ipsum Deum perveníre mereántur. Prions pour ceux qui ne reconnaissent pas Dieu, afin que, ceux qui mènent une vie droite et d'un coeur sincère, méritent de parvenir jusqu'au même Dieu.
Diaconus : Le diacre :
Flectámus génua. Fléchissons le genou.
Oratio in silentio. Prière en silence.
Diaconus : Le diacre :
Leváte. Levez-vous.
Deinde sacerdos: Puis le prêtre :
Omnípotens sempitérne Deus, qui cunctos hómines condidísti, ut te semper desiderándo quǽrerent et inveniéndo quiéscerent, præsta, quǽsumus, ut inter nóxia quæque obstácula omnes, tuæ signa pietátis et in te credéntium testimónium bonórum óperum percipiéntes, te solum verum Deum nostríque géneris Patrem gáudeant confitéri. Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Dieu éternel et tout puissant, Toi qui as créé tous les hommes pour que, Te désirant toujours, ils Te cherchent et quand ils Te trouvent, ils reposent en Toi, nous T'en prions, fais qu'au milieu de leurs difficultés, les signes de Ta bonté et le témoignage des bonnes œuvres ce ceux qui croient en Toi les conduise à Te reconnaître comme le seul vrai Dieu et Te confessent dans la joie comme le Père du genre humain.
IX. Pro rempublicam moderantibus   IX. Pour les modérateurs de la chose publique
Orémus et pro ómnibus rempúblicam moderántibus, ut Deus et Dóminus noster mentes et corda eórum secúndum voluntátem suam dírigat ad veram ómnium pacem et libertátem. Prions pour les tous les modérateurs de la chose publique, afin que Dieu et notre Seigneur, les dirige dans leurs pensées et leurs coeurs selon Sa volonté, vers la véritable paix et la liberté de tous.
Diaconus : Le diacre :
Flectámus génua. Fléchissons le genou.
Oratio in silentio. Prière en silence.
Diaconus : Le diacre :
Leváte. Levez-vous.
Deinde sacerdos: Puis le prêtre :
Omnípotens sempitérne Deus, in cuius manu sunt hóminum corda et iura populórum, réspice benígnus ad eos, qui nos in potestáte moderántur, ut ubíque terrárum populórum prospéritas, pacis secúritas et religiónis libértas, te largiénte, consístant. Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen. 
Dieu éternel et tout puissant, dans la main de qui est le cœur des hommes et les droits des peuples,
regarde avec bonté ceux, qui sont au pouvoir, afin que partout sur terre, la prospérité des peuples, la sécurité de la paix et la liberté de la religion, dans Ta largesse, se maintienne.
.
X. Pro tribulatis X. Pour ceux qui souffrent
Orémus, dilectíssimi nobis, Deum Patrem omnipoténtem, ut cunctis mundo purget erróribus, morbos áuferat, famem depéllat, apériat cárceres, víncula solvat, viatóribus securitátem, peregrinántibus réditum, infirmántibus sanitátem atque moriéntibus salútem indúlgeat. Prions, chers frères, Dieu le Père Tout-Puissant, afin qu'il libère le monde de toutes les erreurs, éloigne les maladies, bannisse la faim, ouvre des prisons, brise les chaînes, accorde la sécurité aux voyageurs, permette le retour des pèlerins , accorde la santé aux malades et le salut aux mourants.
Diaconus : Le diacre :
Flectámus génua. Fléchissons le genou.
Oratio in silentio. Prière en silence.
Diaconus : Le diacre :
Leváte. Levez-vous.
Deinde sacerdos: Puis le prêtre :
Omnípotens sempitérne Deus, mæstórum consolátio, laborántium fortitúdo, pervéniant ad te preces de quacúmque tribulatióne clamántium, ut omnes sibi in necessitátibus suis misericórdiam tuam gáudeant affuísse. Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Dieu éternel et tout puissant, consolation des affligés et force de ceux qui souffrent, que Te parviennent les supplications de ceux qui crient vers Toi dans leur tribulation afin que, pour que chacun ressente dans ses adversités la joie de Ta miséricorde.
 Pars secunda: Adoratio sanctæ Crucis  Deuxième partie : Adoration de la sainte Croix
14. Oratione universali expleta, fit sollemnis adoratio sanctæ Crucis. E duplici forma ostensionis, quæ præbetur, aptior seligatur, secundum exigentias pastorales. 14. La prière universelle achevée, on fait l'adoration solennelle de la sainte Croix. Parmi les deux manières proposées ci-dessous pour l'ostension de la croix, il est possible de choisir celle qui est la plus appropriée, selon les besoins pastoraux.
Ostensio sanctæ Crucis Ostension de la sainte Croix
Forma prior Première forme
15. Diaconus cum ministris vel alius minister idoneus adit sacristiam, ex qua processionaliter affert Crucem, velo violaceo obtectam, per ecclesiam ad medium presbyterii, comitantibus duobus ministris cum candelis accensis. Sacerdos, stans ante altare versus ad populum, Crucem accipit, in summitate parum detegit et elevat, incipiens Ecce lignum Crucis, eum adiuvante in cantu diacono vel, si casus fert, schola. Omnes respondent: Veníte, adorémus. Cantu expleto, omnes in genua se prosternunt et parvo momento in silentio adorant, sacerdote stante et Crucem elevatam tenente. 15. Le diacre avec les ministres, ou un autre ministre idoine, se rend à la sacristie et, de là, amène la croix par procession à travers l'église, recouverte d'un voile violet, au centre du sanctuaire, accompagnant deux ministres avec des cierges allumés . Le prêtre, debout devant l'autel, face au peuple, prend la croix, dévoile un peu sa partie supérieure et la soulève, en commençant l'invitation: Ecce lignum crucis, accompagnant le diacre dans son chant ou, si nécessaire, la schola. Tout le monde répond: Venite, adoremus, et quand le chant est fini, ils s'agenouillent et adorent en silence, pendant quelques instants, la croix que le prêtre, debout, tient élevée.
Ecce lignum Crucis, in quo salus mundi pepéndit.
℟. Vénite, adorémus.
Voici le bois de la Croix sur lequel le salut du monde a été suspendu.
℟. Venez, adorons-le.
Deinde sacerdos detegit dextrum brachium Crucis et iterum elevans Crucem incipit Ecce lignum, et fit ut supra. Denique detegit Crucem totaliter et elevans incipit tertio invitationem Ecce lignum, et fit sicut prima vice. Puis le prêtre découvre le bras droit de la croix, et encore, l'élevant, chante l'invitation: Ecce lignum et tout le reste est fait comme la première fois Enfin, il découvre entièrement la croix et, la soulevant, chante l'invitation pour la troisième fois: Ecce lignum, et tout le reste se fait comme la première fois.
Forma altera Autre forme
16. Sacerdos, vel diaconus, cum ministris, vel alius minister idoneus vadit ad portam ecclesiæ, ubi accipit Crucem non velatam, ministri vero candelas accensas, et fit processio per ecclesiam ad presbyterium. Prope ianuam, in medio ecclesiæ et ante ingressum presbyterii qui portat Crucem eam elevat, cantans Ecce lignum, cui omnes respondent: Veníte, adorémus, et post unamquamque responsionem in genua se prosternunt et parvo momento in silentio adorant, ut supra. 16. Le prêtre, ou le diacre, avec les ministres, ou un autre ministre idoine, va à la porte de l'église, où il prend la croix déjà découverte; les ministres l'accompagnent de cierges allumés et ils traversent l'église par procession en direction du sanctuaire. Près de la porte, au milieu de l'église et avant de monter au presbytère, celui qui porte la croix la soulève et chante l'invitation Ecce lignum, auquel tous répondent Venite adoremus, et après chacune des réponses il Ils s'agenouillent et l'adorent en silence pendant quelques instants, comme indiqué ci-dessus.
 Adoratio sanctæ Crucis  Adoration de la sainte Croix
17. Deinde, comitantibus duobus ministris cum candelis accensis, sacerdos, vel diaconus portat Crucem ad ingressum presbyterii vel ad alium locum aptum et ibi deponit vel ministris sustentandam tradit, candelis a dextris et sinistris Crucis depositis.
18. Ad adorationem Crucis, primus accedit solus sacerdos celebrans, casula et calceamentis, pro opportunitate, depositis. Deinde procedunt clerus, ministri laici et fideles, quasi processionaliter transeuntes, et reverentiam Cruci exhibentes per simplicem genuflexionem vel aliud signum aptum secundum usum regionis, v. gr. Crucem osculando.
19. Unica tantum Crux adorationi præbeatur. Si propter populi concursum non omnes singulatim accedere possunt, sacerdos, postquam pars cleri et fidelium adorationem peregerit, Crucem sumit, et in medio ante altare consistens, paucis verbis populum ad sanctæ Crucis adorationem invitat et postea per breve tempus Crucem altius elevatam tenet, a fidelibus in silentio adorandam.
20. Dum autem sanctæ Crucis adoratio peragitur cantantur antiphona Crucem tuam, Improperia, hymnus Crux fidélis, vel alii cantus congrui, sedentibus omnibus, qui adorationem peregerunt.
17. Puis, accompagné de deux ministres avec des cierges allumés, le prêtre, ou le diacre porte la croix à l'entrée du sanctuaire ou dans un autre endroit approprié, et là il la laisse ou la donne aux ministres pour la tenir, une fois que les cierges ont été laissés à la droite et à la gauche de la croix.
18. Pour l'adoration de la croix, le prêtre célébrant vient seul en premier, qui, s'il le juge approprié, peut enlever la chasuble et les chaussures. Ensuite, le clergé, les ministres laïcs et les fidèles s'approchent de la procession et vénèrent la croix par une simple génuflexion ou avec quelque autre signe, selon les coutumes de chaque lieu (par exemple, embrasser la Croix).
19. Pour l'adoration, une seule croix doit être présentée. Si, en raison du grand nombre de participants, il est difficile pour chacun des fidèles d'adorer la Sainte Croix individuellement, le prêtre, après qu'une partie des fidèles a adoré, prend la croix et, debout devant l'autel, invite le peuple avec un bref avertissement pour adorer la sainte croix. Puis il la soulève quelques instants et les fidèles l'adorent en silence.
20. Pendant ce temps, l'antienne Crucem tuam, les Impropères, l'hymne Crux fidelis ou d'autres chants appropriés sont chantés. Ceux qui ont déjà adoré la croix retournent chez eux et s'assoient.
 Cantus in adoratione sanctæ Crucis peragendi  Chants pendant l'adoration de la sainte Croix
Antiphona
Crucem tuam adorámus, Dómine, et sanctam resurrectiónem tuam laudámus, et glorificámus: ecce enim propter lignum venit gáudium in univérso mundo. Psalmus 66, 2 Deus misereátur nostri, et benedícat nobis : illúminet vultum suum super nos,
et misereátur nostri.
Nous adorons Ta croix, Seigneur, et nous louons et glorifions Ta sainte résurrection : voici le bois par lequel la joie vient dans le monde entier.
Ps. Que Dieu ait pitié de nous, et nous bénisse; * qu'Il fasse briller Son visage sur nous, et qu'Il ait pitié de nous.
Improperia I Impropères I
Partes quæ ad singulos choros spectant, indicantur numeris 1 (chorus primus), et 2 (chorus secundus); quæ autem ab utroque choro simul cantanda sunt, indicantur hoc modo: 1 et 2. Quidam versus
etiam a duobus cantoribus cantari possunt.
Les parties qui correspondent à chaque chœur sont indiquées par les numéros 1 (premier chœur) et 2 (deuxième chœur); Celles que les deux chœurs doivent chanter ensemble sont indiquées de cette façon: 1 et 2. Certains versets peuvent être chantés par deux chantres.
1 et 2. Pópule meus, quid feci tibi ? Aut in quo contristávi te ? Respónde mihi !
1. Quia edúxi te de terra Ǽgýpti: parásti Crucem Salvatóri tuo.
1. Hágios o Theós.
1. et 2. O mon peuple, que t’ai-je fait et en quoi t’ai-Je contristé ? Réponds-Moi.
1. Est-ce parce que Je t’ai tiré d’Égypte que tu as préparé une croix pour Ton Sauveur ?
1. Ô Dieu saint.
2. Sanctus Deus.
1. Hágios Ischyrós.
2. Sanctus Fortis.
1. Hágios Athánatos, eléison hymás.
2 Ô Dieu saint !
1 Dieu saint ! Dieu fort !
2 Dieu saint ! Dieu fort !
1 Dieu saint et immortel, aie pitié de nous.
2. Sanctus Immortális, miserére nobis.
1 et 2. Quia edúxi te per desértum quadragínta annis, et manna cibávi te, et introdúxi te in terram satis bonam: parásti Crucem Salvatóri tuo.
2 Dieu saint et immortel, aie pitié de nous.
1 et 2. Est ce parce que, durant quarante ans, J’ai été ton conducteur dans le désert, que Je t’y ai nourri de la manne et que Je t’ai introduit dans une terre excellente ; est-ce pour ces service que tu as dressé une croix pour Ton Sauveur ?
1. Hágios o Theós.
2. Sanctus Deus.
1. Hágios Ischyrós.
2. Sanctus Fortis.
1. Hágios Athánatos, eléison hymás.
2. Sanctus Immortális, miserére nobis.
1 et 2. Quid ultra débui fácere tibi, et non feci ? Ego quidem plantávi te víneam eléctam meam speciosíssimam: et tu facta es mihi nimis amára: acéto namque sitim meam potásti, et láncea perforásti latus Salvatóri tuo.
1. Hágios o Theós.
2. Sanctus Deus.
1. Ô Dieu saint.
2. Ô Dieu saint !
1. Dieu saint ! Dieu fort !
2. Dieu saint ! Dieu fort !
1. Dieu saint et immortel, aie pitié de nous.
2. Dieu saint et immortel, aie pitié de nous.
1 et 2. Qu’aurais-Je dû faire pour toi, que Je n’aie point fait ? Je t’ai planté comme la plus belle de Mes vignes et tu n’as pour Moi qu’une amertume excessive, car, dans Ma soif, tu M’as donné du vinaigre à boire et tu as percé de la lance le côté de Ton Sauveur.
1. Ô Dieu saint.
2. Ô Dieu saint !
1. Hágios Ischyrós.
2. Sanctus Fortis.
1. Hágios Athánatos, eléison hymás.
2. Sanctus Immortális, miserére nobis.
1. Dieu saint ! Dieu fort !
2. Dieu saint ! Dieu fort !
1. Dieu saint et immortel, aie pitié de nous.
2. Dieu saint et immortel, aie pitié de nous.
Improperia II Impropères II
Cantores: Chantres :
Ego propter te flagellávi Ægýptum cum primogénitis suis: et tu me flagellátum tradidísti. J’ai frappé, à cause de toi, l’Égypte avec ses premiers-nés, et tu M’as livré pour être flagellé.
1 et 2 repetunt: 1 et 2 répètent :
Pópule meus, quid feci tibi? Aut in quo contristávi te? Respónde mihi! O mon peuple, que t’ai-Je fait et en quoi t’ai-Je contristé ? Réponds-moi !
Cantores: Chantres :
Ego edúxi te de Ægýpto, demérso Pharaóne in Mare Rubrum: et tu me tradidísti princípibus sacerdótum. Pour te tirer de l’Égypte, J’ai englouti Pharaon dans la mer Rouge, et tu M’as livré aux princes des prêtres.
1 et 2 repetunt: 1 et 2 répètent :
Pópule meus, quid feci tibi? Aut in quo contristávi te? Respónde mihi! O mon peuple, que t’ai-Je fait et en quoi t’ai-Je contristé ? Réponds-moi !
Cantores: Chantres :
Ego ante te præívi in colúmna nubis: et tu me duxísti ad prætórium Piláti. Je t’ai ouvert un passage à travers les flots, et tu M’as ouvert le côté avec une lance.
1 et 2 repetunt: 1 et 2 répètent :
Pópule meus, quid feci tibi? Aut in quo contristávi te? Respónde mihi! O mon peuple, que t’ai-Je fait et en quoi t’ai-Je contristé ? Réponds-moi !
Cantores: Chantres :
Ego te pavi manna per desértum: et tu me cecidísti álapis et flagéllis. Je t’ai nourri de la manne dans le désert, et tu M’as meurtri de soufflets et de coups.
1 et 2 repetunt: 1 et 2 répètent :
Pópule meus, quid feci tibi? Aut in quo contristávi te? Respónde mihi! O mon peuple, que t’ai-Je fait et en quoi t’ai-Je contristé ? Réponds-moi !
Cantores: Chantres :
Ego te potávi aqua salútis de petra: et tu me potásti felle et acéto. Je t’ai fait boire l’eau salutaire du rocher, et tu M’as abreuvé de fiel et de vinaigre.
1 et 2 repetunt: 1 et 2 répètent :
Pópule meus, quid feci tibi? Aut in quo contristávi te? Respónde mihi! O mon peuple, que t’ai-Je fait et en quoi t’ai-Je contristé ? Réponds-moi !
Cantores: Chantres :
Ego propter te Chananæórum reges percússi: et tu percussísti arúndine caput meum. A cause de toi, J’ai exterminé les rois de Chanaan, et toi tu M’as frappé la tête avec un roseau.
1 et 2 repetunt: 1 et 2 répètent :
Pópule meus, quid feci tibi? Aut in quo contristávi te? Respónde mihi! O mon peuple, que t’ai-Je fait et en quoi t’ai-Je contristé ? Réponds-moi !
Cantores: Chantres :
Ego dedi tibi sceptrum regále: et tu dedísti cápiti meo spíneam corónam. Je t’ai donné un sceptre royal et toi tu as mis sur Ma tête une couronne d’épines.
1 et 2 repetunt: 1 et 2 répètent :
Pópule meus, quid feci tibi? Aut in quo contristávi te? Respónde mihi! O mon peuple, que t’ai-Je fait et en quoi t’ai-Je contristé ? Réponds-moi !
Cantores: Chantres :
Ego te exaltávi magna virtúte: et tu me suspendísti in patíbulo Crucis. Je t’ai élevé en déployant une grande force, et toi tu M’as attaché au gibet de la Croix.
1 et 2 repetunt: 1 et 2 répètent :
Pópule meus, quid feci tibi? Aut in quo contristávi te? Respónde mihi! O mon peuple, que t’ai-Je fait et en quoi t’ai-Je contristé ? Réponds-moi !
Hymnus
Omnes: Tous :
Crux fidélis, inter omnes arbor una nóbilis,
Nulla talem silva profert, flore, fronde, gérmine!
* Dulce lignum dulci clavo dulce pondus sústinens!
O Croix, objet de notre confiance, arbre illustre entre tous : nulle forêt n’en produit de semblable par le feuillage, les fleurs et les fruits. * O doux bois aimable, ô doux clous, quel doux fardeau vous supportez !
Cantores: Chantres :
Pange, lingua, gloriósi proelium certáminis,
Et super crucis tropǽo dic triúmphum nóbilem,
Quáliter Redémptor orbis immolátus vícerit.
Chante, chante, ma langue, les lauriers d’un glorieux combat ! Sur le trophée de la Croix chante le grand triomphe ; Raconte comment le Rédempteur du monde triomphe en S’immolant.
Omnes: Tous :
Crux fidélis, inter omnes arbor una nóbilis,
Nulla talem silva profert, flore, fronde, gérmine!
O Croix, objet de notre confiance, arbre illustre entre tous : nulle forêt n’en produit de semblable par le feuillage, les fleurs et les fruits.
Cantores: Chantres :
De paréntis protoplásti fraude factor cóndolens,
Quando pomi noxiális morte morsu córruit,
Ipse lignum tunc notávit, damna ligni ut sólveret.
Dieu compatit au malheur du premier homme sorti de Ses mains. Dès qu’il mordit à la pomme funeste, Adam se précipita dans la mort. Dieu Lui- même désigna l’arbre nouveau pour réparer les malheurs causés par le premier.
Omnes: Tous :
Dulce lignum dulci clavo dulce pondus sústinens! O doux bois aimable, ô doux clous, quel doux fardeau vous supportez !
Cantores: Chantres :
Hoc opus nostræ salútis ordo depopóscerat,
Multifórmis perditóris arte ut artem fálleret,
Et medélam ferret inde, hostis unde lǽserat.
Cette œuvre réparatrice, l’économie de notre salut la réclamait ; Dieu voulait que l’artifice du serpent fût déjoué par un autre artifice ; Il voulait porter le remède là où l’ennemi avait causé le tort.
Omnes: Tous :
Crux fidélis, inter omnes arbor una nóbilis,
Nulla talem silva profert, flore, fronde, gérmine!
O Croix, objet de notre confiance, arbre illustre entre tous : nulle forêt n’en produit de semblable par le feuillage, les fleurs et les fruits.
Cantores: Chantres :
Quando venit ergo sacri plenitúdo témporis,
Missus est ab arce Patris Natus, orbis cónditor,
Atque ventre virgináli carne factus pródiit.
Quand donc fut arrivée la plénitude des temps annoncés, du haut du trône de Son Père, le Fils, créateur du monde, fut envoyé. Dans le sein d’une Vierge, Il Se revêtit de chair et Il naquit.
Omnes: Tous :
Dulce lignum dulci clavo dulce pondus sústinens! O doux bois aimable, ô doux clous, quel doux fardeau vous supportez !
Cantores: Chantres :
Vagit infans inter arta cónditus præsépia,
Membra pannis involúta Virgo Mater álligat,
Et manus pedésque et crura stricta cingit fáscia.
Il vagit, le petit enfant, couché dans l’étroite crèche ; la Vierge, Sa mère, enveloppe de langes Ses membres emprisonnés, et des bandelettes étroites enserrent les pieds et les mains d’un Dieu.
Omnes: Tous :
Crux fidélis, inter omnes arbor una nóbilis,
Nulla talem silva profert, flore, fronde, gérmine!
O Croix, objet de notre confiance, arbre illustre entre tous : nulle forêt n’en produit de semblable par le feuillage, les fleurs et les fruits.
Cantores: Chantres :
Lustra sex qui iam perácta tempus implens córporis,
se volénte, natus ad hoc, passióni déditus,
agnus in crucis levátur immolándus stípite.
Le temps de six lustres est écoulé, la durée de Sa vie mortelle est accomplie : le Rédempteur, de Lui-même, Se livre aux tourments de Sa Passion ; Agneau divin. Il est cloué à la croix, bois très saint sur lequel Il S’immole.
Omnes: Tous :
Dulce lignum dulci clavo dulce pondus sústinens! O doux bois aimable, ô doux clous, quel doux fardeau vous supportez !
Cantores: Chantres :
En acétum, fel, arúndo, sputa, clavi, láncea;
Mite corpus perforátur, sanguis, unda prófluit;
Terra, pontus, astra, mundus quo lavántur flúmine!
On L’abreuve de fiel ; Il languit ; les épines, les clous et la lance transpercent le doux corps ! De l’eau jaillit ; avec elle, du sang. Terre, océan, astres, monde, que le fleuve vous purifie !
Omnes: Tous :
Crux fidélis, inter omnes arbor una nóbilis,
Nulla talem silva profert, flore, fronde, gérmine!
O Croix, objet de notre confiance, arbre illustre entre tous : nulle forêt n’en produit de semblable par le feuillage, les fleurs et les fruits.
Cantores: Chantres :
Flecte ramos, arbor alta, tensa laxa víscera,
Et rigor lentéscat ille, quem dedit natívitas,
Ut supérni membra Regis miti tendas stípite.
Ploie tes rameaux, arbre sublime, relâche tes fibres tendues, fléchis cette rigidité rugueuse que t’a donnée la nature. Offre un soutien plus doux aux membres sacrés du Roi du ciel.
Omnes: Tous :
Dulce lignum dulci clavo dulce pondus sústinens! O doux bois aimable, ô doux clous, quel doux fardeau vous supportez !
Cantores: Chantres :
Sola digna tu fuísti ferre sæcli prétium
Atque portum præparáre nauta mundo náufrago,
Quem sacer cruor perúnxit fusus Agni córpore.
O Croix, seul arbre digne entre tous de porter la victime du monde, seul digne dé façonner l’arche qui guide au port le monde naufragé, car tu fus empourprée du sang divin qui S’échappe du corps de l’Agneau.
Omnes: Tous :
Crux fidélis, inter omnes arbor una nóbilis,
Nulla talem silva profert, flore, fronde, gérmine!
O Croix, objet de notre confiance, arbre illustre entre tous : nulle forêt n’en produit de semblable par le feuillage, les fleurs et les fruits.
Conclusio numquam omittenda:
Omnes:
On n'omet jamais la conclusion :
Tous :
Æqua Patri Filióque, ínclito Paráclito,
Sempitérna sit beátæ Trinitáti glória;
cuius alma nos redémit atque servat grátia. Amen.
Gloire soit éternellement à la bienheureuse Trinité. Honneur égal au Père et au Fils, comme aussi au Paraclet. Que le nom du Dieu un et trois soit loué dans tout l’univers. Ainsi soit-il.
Omnes: Tous :
Dulce lignum dulci clavo dulce pondus sústinens! O doux bois aimable, ô doux clous, quel doux fardeau vous supportez !
Iuxta locorum condiciones aut populi traditiones et pro opportunitate pastorali, cantari potest Stabat Mater, secundum Graduale Romanum, vel alius cantus aptus in memoriam compassionis beatae Mariae Virginis. Selon les conditions des lieux et les traditions es peuples, et en fonction de l'opportunité pastorale, on pourra chanter le Stabat Mater, selon le Graduel Romain, ou bien un autre chant idoine en mémoire des souffrances de la bienheureuse Vierge Marie.
Sequentia Séquence
STABAT Mater dolorósa iuxta
Crucem lacrimósa,
Dum pendébat Fílius.
Elle était debout, la Mère, malgré sa douleur,
En larmes, près de la croix ,
Où son Fils était suspendu.
Cuius ánimam geméntem
Contristátam et doléntem,
Pertransívit gládius.
Son âme gémissante,
Contristée et dolente,
Un glaive la transperça.
O quam tristis et afflícta
Fuit illa benedícta
Mater Unigéniti !
Qu'elle était triste, anéantie,
La femme entre toutes bénie,
La Mère du Fils de Dieu !
Quae maerébat, et dolébat,
Pia Mater, dum vidébat
Nati poenas íncliti.
Dans le chagrin qui la poignait,
Cette tendre Mère pleurait
Son Fils mourant sous ses yeux.
Quis est homo, qui non fleret,
Matrem Christi si vidéret
In tanto supplício ?
Quel homme sans verser de pleurs
Verrait la Mère du Seigneur
Endurer si grand supplice ?
Quis non posset contristári,
Christi Matrem contemplári
Doléntem cum Fílio ?
Qui pourrait dans l'indifférence
Contempler en cette souffrance
La Mère auprès de son Fils ?
Pro peccátis suae gentis
Vidit Iesum in torméntis,
Et flagéllis súbditum.
Pour toutes les fautes humaines,
Elle vit Jésus dans la peine
Et sous les fouets meurtri.
Vidit suum dulcem natum
Moriéndo desolátum,
Dum emísit spíritum.
Elle vit l'Enfant bien-aimé
Mourant seul, abandonné,
Et soudain rendre l'esprit.
Eia Mater, fons amóris,
Me sentíre vim dolóris
Fac, ut tecum lúgeam.
Ô Mère, source de tendresse,
Faites-moi sentir grande tristesse
Pour que je pleure avec toi.
Fac, ut árdeat cor meum
In amándo Christum Deum,
Ut sibi compláceam.
Faites que mon âme soit de feu
Dans l'amour du Seigneur mon Dieu :
Que je Lui plaise avec vous.
Sancta Mater, istud agas,
Crucifíxi fige plagas
Cordi meo válide.
Mère sainte, daignez imprimer
Les plaies de Jésus crucifié
En mon cœur très fortement.
Tui nati vulneráti,
Tam dignáti pro me pati,
Poenas mecum dívide.
Pour moi, votre Fils voulut mourir,
Aussi donnez-moi de souffrir
Une part de Ses tourments.
Fac me tecum pie flere,
Crucifíxo condolére,
Donec ego víxero.
Donnez-moi de pleurer en toute vérité,
Comme vous près du Crucifié,
Tant que je vivrai !
Iuxta Crucem tecum stare,
Et me tibi sociáre
In planctu desídero.
Je désire auprès de la croix
Me tenir, debout avec vous,
Dans votre plainte et votre souffrance.
Virgo vírginum praeclára,
Mihi iam non sis amára:
Fac me tecum plángere.
Vierge des vierges, toute pure,
Ne soyez pas envers moi trop dure,
Fais que je pleure avec vous.
Fac, ut portem Christi mortem,
Passiónis fac consórtem,
Et plagas recólere.
Du Christ faites-moi porter la mort,
Revivre le douloureux sort
Et les plaies, au fond de moi.
Fac me plagis vulnerári,
Fac me Cruce inebriári,
Et cruóre Fílii.
Faites que Ses propres plaies me blessent,
Que la croix me donne l'ivresse
Du Sang versé par votre Fils.
Flammis ne urar succénsus,
Per te, Virgo, sim defénsus
In die iudícii.
Je crains les flammes éternelles;
Ô Vierge, assurez ma tutelle
À l'heure de la justice.
Christe, cum sit hinc exíre,
Da per Matrem me veníre
Ad palmam victóriae.
Ô Christ, à l'heure de partir,
Puisse Ta Mère me conduire
À la palme des vainqueurs.
Quando corpus moriétur,
Fac, ut ánimae donétur
Paradísi glória.
À l'heure où mon corps va mourir,
À mon âme, fais obtenir
La gloire du paradis.
Amen. Amen.
Extr. Quadr. Hors Carême :
Allelúia. Alléluia.
21. Adoratione expleta, Crux portatur a diacono vel ministro ad locum suum ad altare. Candelæ vero accensæ deponuntur circa vel supra altare vel prope Crucem. 21. L'adoration terminée, le Croix est portée par le diacre ou le ministre à son emplacement sur l'autel. Les chandeliers allumés sont déposés autour de l'autel ou sur celui-ci, ou bine près de la Croix.
 Pars tertia: Sacra Communio  Troisième partie : Sainte communion
22. Super altare extenditur tobalea et ponitur corporale et missale. Interim diaconus vel, eo deficiente, ipse sacerdos, velo umerali assumpto, reportat Ss.mum Sacramentum e loco repositionis, breviore via, ad altare, dum omnes in silentio stant. Duo ministri cum candelis accensis comitantur Ss.mum Sacramentum et deponunt candelabra circa vel supra altare. Cum diaconus, si adest, Ss.mum Sacramentum super altare posuerit et discooperuerit pyxidem, sacerdos accedit ad altare et genuflectit.
23. Deinde sacerdos clara voce dicit, iunctis manibus:
22. La nappe est placée sur l'autel, ainsi que le corporal et le missel. Pendant ce temps, le diacre, ou à défaut que le prêtre lui-même, avec le voile huméral, transfère le Saint-Sacrement du lieu de la réserve à l'autel, par le chemin le plus court, pendant que tout le monde reste silencieux. Deux ministres avec des cierges allumés accompagnent le Saint-Sacrement, puis laissent les cierges près de l'autel ou sur celui-ci.
Après que le diacre, le cas échéant, a placé le Saint-Sacrement sur l'autel et a découvert le ciboire, le prêtre s'approche de l'autel et fait une génuflexion.
23. Alors le prêtre, d'une voix claire et les mains jointes, dit:
Præcéptis salutáribus móniti, et divína institutióne formáti, audémus dícere: Avertis des préceptes du salut, et formés à l'enseignement divin, nous osons dire:
Sacerdos, extensis manibus, et omnes præsentes prosequuntur: Le prêtres, les mains ouvertes et tous ceux qui sont présents continuent;
Pater noster, qui es in cælis: sanctificétur nomen tuum;
advéniat regnum tuum; fiat volúntas tua, sicut in cælo, et in terra. Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; et dimítte nobis débita nostra, sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; et ne nos indúcas in tentatiónem; sed líbera nos a malo.
Notre Père, qui es aux cieux : que Ton nom soit sanctifié ;
qu'advienne Ton règne ; que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre. Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ; et remets-nous nos dettes, comme nous remettons à nos débiteurs ; et garde-nous de consentir à la tentation ; mais libère nous du malin.
Manibus extensis, sacerdos solus prosequitur: Les mains ouvertes, le prêtre continue seul :
Líbera nos, quǽsumus, Dómine, ab ómnibus malis,
da propítius pacem in diébus nostris,
ut, ope misericórdiæ tuæ adiúti,
et a peccáto simus semper líberi
et ab omni perturbatióne secúri:
exspectántes beátam spem
et advéntum Salvatóris nostri Iesu Christi.
Délivre-nous, nous T'en prions, Seigneur, de tout mal,
et accorde la paix à nos jours,
de sorte que, secourus par Ta miséricorde,
nous soyons toujours libérés du péché
et protégés de toute perturbation,
et que nous attendions la bienheureuse espérance
de la venue de notre Sauveur Jésus-Christ.
Iungit manus.
Populus orationem concludit, acclamans:
Il joint les mains.
Le peuple conclut l'oraison en acclamant :
Quia tuum est regnum, et potéstas, et glória in sǽcula. A Toi le règne la puissance et la gloire dans les siècles.
25. Sacerdos deinde, iunctis manibus, dicit secreto: 25. Le prêtre, ensuite, joint les mains et dit secrètement :
Percéptio Córporis tui, Dómine Iesu Christe,
non mihi provéniat in iudícium et condemnatiónem:
sed pro tua pietáte prosit mihi
ad tutaméntum mentis et córporis,
et ad medélam percipiéndam.
Que la communion à Ton corps, Seigneur Jésus-Christ,
ne soit pas pour moi un motif de jugement et de condamnation,
mais à cause de Ta bonté
que je profite de la défense de l'âme et du corps
et qu'elle soit pour moi un remède.
26. Deinde genuflectit, accipit particulam, eamque aliquantulum elevatam super pyxidem tenens, ad populum versus, clara voce dicit: 26. Puis il fait une génuflexion, prend une particule, la maintient un peu au-dessus du ciboire et tourné vers le peuple, dit à haute voix :
Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccáta mundi. Beáti qui ad cenam Agni vocáti sunt. Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève les péchés du monde.
Heureux ceux qui sont invités au festin de l'Agneau
Et una cum populo semel subdit: Et, avec le peuple, il ajoute une seule fois:
Dómine, non sum dignus, ut intres sub tectum meum,
sed tantum dic verbo, et sanábitur ánima mea.
Seigneur, je ne suis pas digne que Tu entres sous mon toit,
mais dis un seul mot et mon âme sera guérie.
27. Et, ad altare versus, reverenter sumit Corpus Christi, secreto dicens: Corpus Christi.
28. Deinde procedit ad distribuendam Communionem fidelibus. Durante Communione cani potest psalmus 21 vel alius cantus congruus.
29. Distributione Communionis peracta, pyxis per diaconum vel alium idoneum ministrum ad locum præparatum extra ecclesiam defertur, vel, si circumstantiæ id postulent, in tabernaculo reponitur.
27. Puis, tourné vers l'autel, il consomme avec révérence le Corps du Christ, disant en secret: Le Corps du Christ.
28. Il procède ensuite à la distribution de la communion aux fidèles. Pendant la communion, on peut chanter le psaume 21 ou un autre chant approprié.
29. Une fois la distribution de la communion terminée, le diacre ou un autre ministre idoine emmène le ciboire à un endroit spécialement préparé à l'extérieur de l'église, ou, si les circonstances l'exigent, le remet dans le tabernacle.
30. Deinde sacerdos dicit: Orémus, et servato pro opportunitate aliquo spatio sacri silentii, dicit orationem post Communionem: 30. Ensuite, le prêtre dit: Prions et en gardant, s'il le juge opportun, un temps de silence sacré, dit la prière après la Communion:
Post communionem Post communion
Omnípotens sempitérne Deus, qui nos Christi tui beáta morte et resurrectióne reparásti, consérva in nobis opus misericórdiæ tuæ, ut huius mystérii participatióne perpétua devotióne vivámus. Per Christum Dóminum nostrum. ℟. Amen. Dieu omnipotent et éternel, qui, par la mort glorieuse et la résurrection de Ton Christ nous as renouvelés, conserve en nous l'oeuvre de Ta miséricorde, afin que, par la participation à ces mystères, nous vivions dans un dévouement perpétuel.
Ad dimissionem diaconus vel, eo deficiente, ipse sacerdos dicere potest invitationem:  Au renvoi, le diacre, ou sans lui, le prêtre lui-même peut dire l'invitation :
Inclináte vos ad benedictiónem. Inclinez-vous pour la bénédiction.
Deinde sacerdos, stans versus ad populum, et super illum manus extendens, dicit hanc orationem super populum: Puis le prêtre, debout et tourné vers le peuple, et les mains étendues sur lui, dit cette oraison sur le peuple :
Super pópulum tuum, quǽsumus, Dómine, qui mortem Fílii tui in spe suæ resurrectiónis recóluit, benedíctio copiósa descéndat, indulgéntia véniat, consolátio tribuátur, fides sancta succréscat, redémptio sempitérna firmétur. Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Sur Ton peuple qui a célébré la mort de Ton Fils dans l'espoir de sa résurrection, nous T'en prions, Seigneur, fais descendre Ta bénédiction abondante ; fais parvenir Ton pardon , procure lui le réconfort, fais grandir sa sainte foi, et et que la rédemption éternelle lui soit confirmée.
32. Et omnes, facta Cruci genuflexione, discedunt sub silentio.
33. Altare post celebrationem denudatur, relicta tamen super illud Cruce cum duobus vel quattuor candelabris.
34. Hora vesperarum ab iis qui sollemni actioni liturgicæ postmeridianæ interfuerunt non celebratur.
32. Et tous, ayant fait une génuflexion devant la croix, sortent en silence.
33. Après la célébration, l'autel est dépouillé, mais laissant la croix dessus avec deux ou quatre chandeliers.
34. Ceux qui ont participé à cette fonction liturgique solennelle du soir ne célèbrent pas les Vêpres.

Modifications aux messes lues :
 Psalmus responsorius  Psaume responsorial
Ps 30,2 et 6.12-13.15-16.17 et 25 (℟. : Lc 23 , 46)
℟. Pater, in manus tuas comméndo spíritum meum. ℟. Père, entre Tes mains, je remets Mon esprit.
In te, Dómine, sperávi, non confúndar in ætérnum ; in iustítia tua líbera me. Redemísti me, Dómine, Deus veritátis. ℟.
Apud omnes inimícos meos factus sum oppróbrium, et vicínis meis valde, et timor notis meis: qui vidébant me foras, fugiébant a me. Oblivióni a corde datus sum tamquam mórtuus : factus sum tamquam vas pérditum. ℟.
Ego autem in te sperávi, Dómine ; dixi: « Deus meus es tu, in mánibus tuis sortes meæ ». Eripe me de manu inimicórum meórum et a persequéntibus me. ℟.
Illústra fáciem tuam super servum tuum, salvum me fac in misericórdia tua. Viriliter agite, et confortétur cor vestrum, omnes qui sperátis in Domino. ℟.
En Toi, Seigneur, J'ai espéré que je ne sois jamais confondu; dans Ta justice délivrez-moi. Tu m'as racheté, Seigneur, Dieu de vérité. ℟.
Devant tous mes ennemis, je suis devenu un objet d'opprobre, surtout à mes voisins, et l'effroi de ceux qui me connaissent. Ceux qui me voyaient dehors fuyaient loin de moi. J'ai été oublié des coeurs, comme un mort. J'ai été comme un vase brisé. ℟.
Mais j'ai espéré en Toi, Seigneur. J'ai dit: Tu es mon Dieu; mes destinées sont entre Tes mains. Arrache-moi de la main de mes ennemis et de mes persécuteurs. ℟.
Fais luire Ton visage sur Ton serviteur; sauve-moi par Ta miséricorde. Agissez avec courage, et que votre coeur s'affermisse, vous tous qui espérez dans le Seigneur.
Versus ante Evangelium  Verset avant l'Evangile
Phil 2,8-9
Christus factus est pro nobis oboédiens usque ad mortem, mortem autem crucis. Propter quod et Deus exaltavit illum, et dedit illi nomen, quod est super omne nomen. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix. C'est pourquoi Dieu L'a exalté, et Lui a donné le nom qui est au dessus de tout nom.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de sexte du vendredi 10 avril 2020 - Vendredi Saint

Sacrum Triduum Paschale Triduum pascal sacré
Feria VI Vendredi
Feria VI hebdomadae sanctae Vendredi Saint
Ad Sextam
Ad Sextam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Hymnus Hymne
Crux, mundi benedíctio, O croix, bénédiction du monde
spes cértaque redémptio, espérance et sûre délivrance,
olim gehénnæ báiula, jadis soutien de la géhenne
nunc clara cæli iánua, maintenant porte lumineuse du ciel.
In te levátur hóstia Sur toi se dresse la victime
ad se qui traxit ómnia, qui attire tout à elle;
quam mundi princeps ímpetit le prince de ce monde l'attaque,
suúmque nihil ínvenit. mais il n'a rien trouvé qui lui appartienne.
Patri, tibi, Paráclito Gloire à Toi, Jésus,
sit æqua, Iesu, glória, au Père, au Paraclet.
qui nos crucis victória Tu nous fais jouir à jamais
concédis usque pérfrui. Amen. de la victoire de la croix
Ant. 1 Erat hora tértia, et crucifixérunt Iesum.Ant. 1 C'était la troisième heure, et ils crucifièrent Jésus.
Psalmus 118 (119), 73-80 Psaume 118 (119), 73-80
X (Iod) X (Iod)
Manus tuæ fecérunt me et plasmavérunt me; * da mihi intelléctum, et discam præcépta tua. Ce sont Tes mains qui m'ont fait et qui m'ont façonné: donne-moi l'intelligence pour apprendre Tes commandements.
Qui timent te, vidébunt me et lætabúntur, * quia in verba tua supersperávi. Ceux qui Te craignent, en me voyant, se réjouiront, car j'ai confiance en Ta parole.
Cognóvi, Dómine, quia æquitas iudícia tua, * et in veritáte humiliásti me. Je sais, Seigneur, que Tes jugements sont justes; c'est dans Ta fidélité que Tu m'as humilié.
Fiat misericórdia tua, ut consolétur me, * secúndum elóquium tuum servo tuo. Que Ta bonté soit ma consolation, selon Ta parole donnée à Ton serviteur.
Véniant mihi miseratiónes tuæ, et vivam, * quia lex tua delectátio mea est. Que Ta compassion vienne sur moi, et que je vive, car Ta loi fait mes délices.
Confundántur supérbi, quóniam dolóse incurvavérunt me, * ego autem exercébor in mandátis tuis. Qu'ils soient confondus les orgueilleux qui me maltraitent injustement, moi, je médite Tes ordonnances.
Convertántur mihi timéntes te * et qui novérunt testimónia tua. Qu'ils se tournent vers moi ceux qui Te craignent, et ceux qui connaissent Tes enseignements.
Fiat cor meum immaculátum in iustificatiónibus tuis, * ut non confúndar. Que mon cœur soit tout entier à Tes lois, afin que je ne sois pas confondu.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Erat hora tértia, et crucifixérunt Iesum.Ant. C'était la troisième heure, et ils crucifièrent Jésus.
Ant. 2 Hora sexta ténebræ factæ sunt per totam terram usque in horam nonam.Ant. 2 La sixième heure arrivée, il se fit des ténèbres sur la terre entière jusqu'à la neuvième heure.
Psalmus 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18 Psaume 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Adversus insurgentes oratio Prière contre les adversaires orgueilleux
Hæ voces Salvatoris pietatem erga Patrem suum omnes edoceant (Eusebius Cæsariensis). Voici les paroles du Seigneur, qui enseigne à tous la piété envers son Père (Eusèbe de Césarée).
Eripe me de inimícis meis, Deus meus, * et ab insurgéntibus in me prótege me. Délivre-moi de mes ennemis, ô mon Dieu, protège-moi contre mes adversaires.
Eripe me de operántibus iniquitátem * et de viris sánguinum salva me. Délivre-moi de ceux qui commettent l'iniquité, et sauve-moi des hommes de sang.
Quia ecce insidiáti sunt ánimæ meæ, * irruérunt in me fortes. Car voici qu'ils sont aux aguets pour m'ôter la vie; des hommes violents complotent contre moi.
Neque delíctum, neque peccátum in me est, Dómine; * sine iniquitáte mea currunt et præparántur. Sans que je sois coupable, sans que j'aie péché, Seigneur malgré mon innocence ils accourent et s'embusquent.
Exsúrge in occúrsum meum et vide; † fortitúdo mea, tibi atténdam; * quia, Deus, præsídium meum es. Éveille-Toi, viens au-devant de moi et regarde ; ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
[et tu, Dómine, Deus virtútum, Deus Israel, * evígila ad visitándas omnes gentes; [Toi, Seigneur, Dieu des armées, Dieu d'Israël, lève-Toi pour châtier toutes les nations,
non misereáris ómnibus, * qui infidéliter operántur. sois sans pitié pour ces traîtres et ces malfaiteurs !
 Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes * et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir, ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ecce eructábunt ore suo, et gládius in lábiis eórum: * “Quis enim audit?” Voici que leur bouche vomit l'injure, il y a des glaives sur leurs lèvres : " Qui est-ce qui entend ? " disent-ils.
Et tu, Dómine, deridébis eos, * subsannábis omnes gentes. Et toi, Seigneur, Tu te ris d'eux, Tu te moques de toutes les nations !
Fortitúdo mea, tibi atténdam, * quia, Deus, praesídium meum es. Ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
Deus meus, misericórdia eíus praevéniet me. * Deus fáciet, ut despíciam inimícos meos. Le Dieu qui m'est propice viendra au-devant de moi ; Dieu me fera contempler mes ennemis.
[Ne óccidas eos, * ne quando obliviscátur pópulus meus; [Ne les tue pas, de peur que mon peuple n'oublie;
dispérge illos in virtúte tua et prostérne eos, * protéctor meus, Dómine. fais-les errer par ta puissance et renverse-les, ô Seigneur, notre bouclier.
Peccátum oris eórum, sermo labiórum ipsórum, * et comprehendántur in supérbia sua. Leur bouche pèche à chaque parole de leurs lèvres ; qu'ils soient pris dans leur propre orgueil,
Propter exsecratiónem et mendácium, * quod loquúntur, à cause des malédictions et des mensonges qu'ils profèrent!
consúme eos in furóre, consúme, et non erunt; * et scient quia Deus dominábitur Iácob et fínium terrae. Détruis-les dans ta fureur, détruis-les, et qu'ils ne soient plus; qu'ils sachent que Dieu règne sur Jacob, jusqu'aux extrémités de la terre !
Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir ; ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ipsi errábunt ad manducándum; si vero non fúerint saturáti, murmurábunt. ] Ils errent çà et là, cherchant leur proie, et ils grognent s'ils ne sont pas rassasiés.]
Deus meus, misericórdia eius prævéniet me. * Deus fáciet ut despíciam inimícos meos. Mon Dieu, sa miséricorde me précède. Dieu fera que je contemplerai l'humiliation de mes ennemis.
Ego autem cantábo fortitúdinem tuam * et exsultábo mane misericórdiam tuam, Et moi, je chanterai Ta force, et le matin je célébrerai Ta bonté,
quia factus es præsídium meum * et refúgium meum in die tribulatiónis meæ. car Tu es ma forteresse, un refuge au jour de ma tribulation.
Fortitúdo mea, tibi psallam, † quia, Deus, præsídium meum es: * Deus meus misericórdia mea. O ma force, je chanterai en Ton honneur, car Dieu est ma forteresse, mon Dieu, ma miséricorde.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Hora sexta ténebræ factæ sunt per totam terram usque in horam nonam.Ant. La sixième heure arrivée, il se fit des ténèbres sur la terre entière jusqu'à la neuvième heure.
Ant. 3 Hora nona exclamávit Iesus voce magna, dicens: Deus meus, Deus meus, ut quid dereliquísti me?Ant. 3 A la neuvième, heure, Jésus cria d'une voix forte : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?
Psalmus 59 (60) Psaume 59 (60)
Post calamitatem oratio Prière après une calamité
In mundo pressuram habetis, sed confidite, ego vici mundum (Io 16, 33). Vous aurez des épreuves dans le monde, mais prenez confiance, J'ai vaincu le monde (Io 16, 33).
Deus, reppulísti nos, destruxísti nos. * Irátus es. Convértere ad nos! O Dieu, Tu nous a rejetés, Tu nous a dispersés : Tu étais irrité. Rends-nous Ta faveur !
Concussísti terram, confregísti eam; * sana contritiónes eius, quia commóta est. Tu as ébranlé le pays, Tu l'as déchiré : répare ses brèches, car il chancelle.
Ostendísti pópulo tuo dura, * potásti nos vino vertíginis. Tu as fait voir à Ton peuple de rudes épreuves, Tu nous a fait boire un vin de vertige.
Dedísti metuéntibus te signum, * ut fúgiant a fácie arcus. Mais Tu as donné à ceux qui Te craignent une bannière, afin qu'elle s'élève à cause de Ta vérité.
Ut liberéntur dilécti tui, * salvos fac déxtera tua et exáudi nos. Afin que Tes bien-aimés soient délivrés, sauve par Ta droite, et exauce-nous.
Deus locútus est in sancto suo: † «Lætábor et partíbor Síchimam * et convállem Succoth metíbor. Dieu a parlé dans sa sainteté : « Je tressaillirai de joie. J'aurai Sichem en partage, et je mesurerai la vallée de Succoth.
Meus est Gálaad et meus est Manásses * et Ephraim fortitúdo cápitis mei. Galaad est à moi, à moi Manassé, et Ephraim est l'armure de ma tête.
Iuda sceptrum meum, * Moab olla lavácri mei. Et Juda mon sceptre, Moab est le bassin où je me lave.
Super Idumæam exténdam calceaméntum meum, * super Philistæam vociferábor». Sur Edom je jette ma sandale; terre des Philistins, pousse des acclamations en mon honneur ».
Quis addúcet me in civitátem munítam? * Quis dedúcet me usque in Idumæam? Qui me mènera à la ville forte? Qui me conduira à Edom?
Nonne tu, Deus, qui reppulísti nos, * et non egrediéris, Deus, in virtútibus nostris? N'est-ce pas Toi, ô Dieu, qui nous avais rejetés, ô Dieu, qui ne sortais plus avec nos armées ?
Da nobis auxílium de tribulatióne, * quia vana salus hóminis. Prête-nous Ton secours contre l'oppresseur ! Le secours de l'homme n'est que vanité.
In Deo faciémus virtútem, * et ipse conculcábit tribulántes nos. Avec Dieu nous accomplirons des exploits ; Il écrasera nos ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Hora nona exclamávit Iesus voce magna, dicens: Deus meus, Deus meus, ut quid dereliquísti me?Ant. A la neuvième, heure, Jésus cria d'une voix forte : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?
Lectio brevis (Is 53, 4-5) Lecture brève (Is 53, 4-5)
Vere languóres nostros ipse tulit et dolóres nostros ipse portávit; et nos putávimus eum quasi plagátum, percússum a Deo et humiliátum. Ipse autem vulnerátus est propter iniquitátes nostras, attrítus est propter scélera nostra; disciplína pacis nostræ super eum, et livóre eius sanáti sumus. Vraiment c'était nos maladies qu'Il portait, et nos douleurs dont Il s'était chargé; et nous, nous Le regardions comme un puni, frappé de Dieu et humilié. Mais Lui, Il a été transpercé à cause de nos péchés, broyé à cause de nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix a été sur Lui, et c'est par Ses meurtrissures que nous sommes guéris.
℣. Meménto mei, Dómine.
℟. Dum véneris in regnum tuum.
℣. Souviens-Toi de moi, Seigneur.
℟. Lorsque Tu viendras dans Ton royaume.
 Orémus. Prions. 
Réspice, quæsumus, Dómine, super hanc famíliam tuam, pro qua Dóminus noster Iesus Christus non dubitávit mánibus tradi nocéntium et crucis subíre torméntum. Qui tecum. Nous T'en prions, Seigneur, regarde avec bonté Ta famille, pour laquelle notre Seigneur Jésus-Christ n'a pas hésité à Se livrer aux mains des bourreaux, et à subir le supplice de la croix.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Sextam - psalmodia complementaria

A Sexte - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Erat hora tértia, et crucifixérunt Iesum.Ant. 1 C'était la troisième heure, et ils crucifièrent Jésus.
Psalmus 122 (123) Psaume 122 (123)
Dominus fiducia populi Le Seigneur, confiance du peuple
Duo cæci... clamaverunt: «Domine, miserere nostri, Fili David» (Mt 20, 30). Deux aveugles crièrent « Seigneur, aie pitié de nous, Fils de David » (Mt 20, 30).
Ad te levávi óculos meos, * qui hábitas in cælis. J'élève mes yeux vers Toi, ô toi qui siège dans les cieux!
Ecce sicut óculi servórum ad manus dominórum suórum, * sicut óculi ancíllæ ad manus dóminæ suæ, Comme l'oeil du serviteur est fixé sur la main de son maître, et l'oeil de la servante sur la main de sa maîtresse,
ita óculi nostri ad Dóminum Deum nostrum, * donec misereátur nostri. ainsi nos yeux sont fixés sur le Seigneur, notre Dieu, jusqu'à ce qu'Il ait pitié de nous.
Miserére nostri, Dómine, miserére nostri, * quia multum repléti sumus despectióne; Aie pitié de nous, Seigneur, aie pitié de nous, car nous n'avons été que trop rassasiés d'opprobres.
quia multum repléta est ánima nostra * derisióne abundántium et despectióne superbórum. Notre âme n'a été que trop rassasiée de la moquerie des superbes, du mépris des orgueilleux.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Hora sexta ténebræ factæ sunt per totam terram usque in horam nonam.Ant. 2 La sixième heure arrivée, il se fit des ténèbres sur la terre entière jusqu'à la neuvième heure.
Psalmus 123 (124) Psaume 123 (124)
Adiutorium nostrum in nomine Domini Notre secours est dans le nom du Seigneur
Dixit Dominus Paulo: «Noli timere ... quia ego sum tecum» (Act 18, 9-10). Le Seigneur dit à Paul : « ne crains pas ... Je suis avec toi» (Act 18, 9-10).
Nisi quia Dóminus erat in nobis, dicat nunc Israel, † nisi quia Dóminus erat in nobis, * cum exsúrgerent hómines in nos: Si le Seigneur n'eût été pour nous, qu'Israël le proclame, si le Seigneur n'eût été pour nous, quand les hommes se sont élevés contre nous.
forte vivos deglutíssent nos, * cum irascerétur furor eórum in nos. Ils nous auraient dévorés tout vivants, quand leur colère s'est allumée contre nous.
Fórsitan aqua absorbuísset nos, † torrens pertransísset ánimam nostram * fórsitan pertransíssent ánimam nostram aquæ intumescéntes. Les eaux nous auraient engloutis, le torrent eût passé sur notre âme; sur notre âme auraient passé les eaux impétueuses.
Benedíctus Dóminus; * qui non dedit nos in direptiónem déntibus eórum. Béni soit le Seigneur, qui ne nous a pas livrés à leurs dents.
Anima nostra sicut passer erépta est * de láqueo venántium: Notre âme, comme le passereau, s'est échappée du filet de l'oiseleur :
láqueus contrítus est, * et nos erépti sumus. le filet s'est rompu, et nous avons été délivrés.
Adiutórium nostrum in nómine Dómini, * qui fecit cælum et terram. Notre secours est dans le nom du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Hora nona exclamávit Iesus voce magna, dicens: Deus meus, Deus meus, ut quid dereliquísti me?Ant. 3 A la neuvième, heure, Jésus cria d'une voix forte : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?
Psalmus 124 (125) Psaume 124 (125)
Dominus custos populi sui Le Seigneur prend soin de son peuple
Pax super Israel Dei (Gal 6, 16). La paix de Dieu sur Israël (Gal 6, 16).
Qui confídunt in Dómino sicut mons Sion: * non commovébitur, in ætérnum manet. Ceux qui se confient dans le Seigneur sont comme la montagne de Sion: elle ne chancelle point, elle est établie pour toujours.
Ierúsalem, montes in circúitu eius, † et Dóminus in circúitu pópuli sui * ex hoc nunc et usque in sæculum. Jérusalem a autour d'elle une ceinture de montagnes: ainsi le Seigneur entoure Son peuple, dès maintenant et à jamais.
Quia non requiéscet virga iniquitátis super sortem iustórum, * ut non exténdant iusti ad iniquitátem manus suas. Le sceptre des méchants ne restera pas sur l'héritage des justes, afin que les justes ne portent pas aussi leurs mains vers l'iniquité.
Bénefac, Dómine, bonis * et rectis corde. Seigneur, répands Tes bontés sur les bons, et sur ceux qui ont le coeur droit.
Declinántes autem per vias pravas † addúcet Dóminus cum operántibus iniquitátem. * Pax super Israel! Mais sur ceux qui se détournent en des voies tortueuses, que le Seigneur les abandonne avec ceux qui font le mal. Paix sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Office de none du vendredi 10 avril 2020 - Vendredi Saint

Sacrum Triduum Paschale Triduum pascal sacré
Feria VI Vendredi
Feria VI hebdomadae sanctae Vendredi Saint
Ad Nonam
Ad Nonam
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Hymnus Hymne
Per crucem, Christe, quæsumus, Par Ta croix, ô Christ, nous T'en prions
ad vitæ transfer præmium conduis à la récompense de la vie
quos ligni fixus stípite ceux que Tu as daigné racheter
dignátus es redímere. quand on Te cloua sur le bois.
Tuæ legis artículus Le moindre article de Ta loi
vetus cassat chirógraphum; annule l'ancienne dette;
antíqua perit sérvitus, l'antique servitude disparaît,
vera libértas rédditur. la vraie liberté renaît.
Patri, tibi, Paráclito Gloire à Toi, Jésus,
sit æqua, Iesu, glória, au Père, au Paraclet.
qui nos crucis victória Tu nous fais jouir à jamais
concédis usque pérfrui. Amen. de la victoire de la croix
Ant. 1 Erat hora tértia, et crucifixérunt Iesum.Ant. 1 C'était la troisième heure, et ils crucifièrent Jésus.
Psalmus 118 (119), 73-80 Psaume 118 (119), 73-80
X (Iod) X (Iod)
Manus tuæ fecérunt me et plasmavérunt me; * da mihi intelléctum, et discam præcépta tua. Ce sont Tes mains qui m'ont fait et qui m'ont façonné: donne-moi l'intelligence pour apprendre Tes commandements.
Qui timent te, vidébunt me et lætabúntur, * quia in verba tua supersperávi. Ceux qui Te craignent, en me voyant, se réjouiront, car j'ai confiance en Ta parole.
Cognóvi, Dómine, quia æquitas iudícia tua, * et in veritáte humiliásti me. Je sais, Seigneur, que Tes jugements sont justes; c'est dans Ta fidélité que Tu m'as humilié.
Fiat misericórdia tua, ut consolétur me, * secúndum elóquium tuum servo tuo. Que Ta bonté soit ma consolation, selon Ta parole donnée à Ton serviteur.
Véniant mihi miseratiónes tuæ, et vivam, * quia lex tua delectátio mea est. Que Ta compassion vienne sur moi, et que je vive, car Ta loi fait mes délices.
Confundántur supérbi, quóniam dolóse incurvavérunt me, * ego autem exercébor in mandátis tuis. Qu'ils soient confondus les orgueilleux qui me maltraitent injustement, moi, je médite Tes ordonnances.
Convertántur mihi timéntes te * et qui novérunt testimónia tua. Qu'ils se tournent vers moi ceux qui Te craignent, et ceux qui connaissent Tes enseignements.
Fiat cor meum immaculátum in iustificatiónibus tuis, * ut non confúndar. Que mon cœur soit tout entier à Tes lois, afin que je ne sois pas confondu.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Erat hora tértia, et crucifixérunt Iesum.Ant. C'était la troisième heure, et ils crucifièrent Jésus.
Ant. 2 Hora sexta ténebræ factæ sunt per totam terram usque in horam nonam.Ant. 2 La sixième heure arrivée, il se fit des ténèbres sur la terre entière jusqu'à la neuvième heure.
Psalmus 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18 Psaume 58 (59), 2-5. 10-11. 17-18
Adversus insurgentes oratio Prière contre les adversaires orgueilleux
Hæ voces Salvatoris pietatem erga Patrem suum omnes edoceant (Eusebius Cæsariensis). Voici les paroles du Seigneur, qui enseigne à tous la piété envers son Père (Eusèbe de Césarée).
Eripe me de inimícis meis, Deus meus, * et ab insurgéntibus in me prótege me. Délivre-moi de mes ennemis, ô mon Dieu, protège-moi contre mes adversaires.
Eripe me de operántibus iniquitátem * et de viris sánguinum salva me. Délivre-moi de ceux qui commettent l'iniquité, et sauve-moi des hommes de sang.
Quia ecce insidiáti sunt ánimæ meæ, * irruérunt in me fortes. Car voici qu'ils sont aux aguets pour m'ôter la vie; des hommes violents complotent contre moi.
Neque delíctum, neque peccátum in me est, Dómine; * sine iniquitáte mea currunt et præparántur. Sans que je sois coupable, sans que j'aie péché, Seigneur malgré mon innocence ils accourent et s'embusquent.
Exsúrge in occúrsum meum et vide; † fortitúdo mea, tibi atténdam; * quia, Deus, præsídium meum es. Éveille-Toi, viens au-devant de moi et regarde ; ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
[et tu, Dómine, Deus virtútum, Deus Israel, * evígila ad visitándas omnes gentes; [Toi, Seigneur, Dieu des armées, Dieu d'Israël, lève-Toi pour châtier toutes les nations,
non misereáris ómnibus, * qui infidéliter operántur. sois sans pitié pour ces traîtres et ces malfaiteurs !
 Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes * et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir, ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ecce eructábunt ore suo, et gládius in lábiis eórum: * “Quis enim audit?” Voici que leur bouche vomit l'injure, il y a des glaives sur leurs lèvres : " Qui est-ce qui entend ? " disent-ils.
Et tu, Dómine, deridébis eos, * subsannábis omnes gentes. Et toi, Seigneur, Tu te ris d'eux, Tu te moques de toutes les nations !
Fortitúdo mea, tibi atténdam, * quia, Deus, praesídium meum es. Ma force, c'est vers Toi que je regarderai, car Dieu est ma forteresse.
Deus meus, misericórdia eíus praevéniet me. * Deus fáciet, ut despíciam inimícos meos. Le Dieu qui m'est propice viendra au-devant de moi ; Dieu me fera contempler mes ennemis.
[Ne óccidas eos, * ne quando obliviscátur pópulus meus; [Ne les tue pas, de peur que mon peuple n'oublie;
dispérge illos in virtúte tua et prostérne eos, * protéctor meus, Dómine. fais-les errer par ta puissance et renverse-les, ô Seigneur, notre bouclier.
Peccátum oris eórum, sermo labiórum ipsórum, * et comprehendántur in supérbia sua. Leur bouche pèche à chaque parole de leurs lèvres ; qu'ils soient pris dans leur propre orgueil,
Propter exsecratiónem et mendácium, * quod loquúntur, à cause des malédictions et des mensonges qu'ils profèrent!
consúme eos in furóre, consúme, et non erunt; * et scient quia Deus dominábitur Iácob et fínium terrae. Détruis-les dans ta fureur, détruis-les, et qu'ils ne soient plus; qu'ils sachent que Dieu règne sur Jacob, jusqu'aux extrémités de la terre !
Reverténtur ad vésperam et latrábunt ut canes et circuíbunt civitátem. Ils reviennent le soir ; ils grondent comme le chien, ils font le tour de la ville.
Ipsi errábunt ad manducándum; si vero non fúerint saturáti, murmurábunt. ] Ils errent çà et là, cherchant leur proie, et ils grognent s'ils ne sont pas rassasiés.]
Deus meus, misericórdia eius prævéniet me. * Deus fáciet ut despíciam inimícos meos. Mon Dieu, sa miséricorde me précède. Dieu fera que je contemplerai l'humiliation de mes ennemis.
Ego autem cantábo fortitúdinem tuam * et exsultábo mane misericórdiam tuam, Et moi, je chanterai Ta force, et le matin je célébrerai Ta bonté,
quia factus es præsídium meum * et refúgium meum in die tribulatiónis meæ. car Tu es ma forteresse, un refuge au jour de ma tribulation.
Fortitúdo mea, tibi psallam, † quia, Deus, præsídium meum es: * Deus meus misericórdia mea. O ma force, je chanterai en Ton honneur, car Dieu est ma forteresse, mon Dieu, ma miséricorde.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Hora sexta ténebræ factæ sunt per totam terram usque in horam nonam.Ant. La sixième heure arrivée, il se fit des ténèbres sur la terre entière jusqu'à la neuvième heure.
Ant. 3 Hora nona exclamávit Iesus voce magna, dicens: Deus meus, Deus meus, ut quid dereliquísti me?Ant. 3 A la neuvième, heure, Jésus cria d'une voix forte : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?
Psalmus 59 (60) Psaume 59 (60)
Post calamitatem oratio Prière après une calamité
In mundo pressuram habetis, sed confidite, ego vici mundum (Io 16, 33). Vous aurez des épreuves dans le monde, mais prenez confiance, J'ai vaincu le monde (Io 16, 33).
Deus, reppulísti nos, destruxísti nos. * Irátus es. Convértere ad nos! O Dieu, Tu nous a rejetés, Tu nous a dispersés : Tu étais irrité. Rends-nous Ta faveur !
Concussísti terram, confregísti eam; * sana contritiónes eius, quia commóta est. Tu as ébranlé le pays, Tu l'as déchiré : répare ses brèches, car il chancelle.
Ostendísti pópulo tuo dura, * potásti nos vino vertíginis. Tu as fait voir à Ton peuple de rudes épreuves, Tu nous a fait boire un vin de vertige.
Dedísti metuéntibus te signum, * ut fúgiant a fácie arcus. Mais Tu as donné à ceux qui Te craignent une bannière, afin qu'elle s'élève à cause de Ta vérité.
Ut liberéntur dilécti tui, * salvos fac déxtera tua et exáudi nos. Afin que Tes bien-aimés soient délivrés, sauve par Ta droite, et exauce-nous.
Deus locútus est in sancto suo: † «Lætábor et partíbor Síchimam * et convállem Succoth metíbor. Dieu a parlé dans sa sainteté : « Je tressaillirai de joie. J'aurai Sichem en partage, et je mesurerai la vallée de Succoth.
Meus est Gálaad et meus est Manásses * et Ephraim fortitúdo cápitis mei. Galaad est à moi, à moi Manassé, et Ephraim est l'armure de ma tête.
Iuda sceptrum meum, * Moab olla lavácri mei. Et Juda mon sceptre, Moab est le bassin où je me lave.
Super Idumæam exténdam calceaméntum meum, * super Philistæam vociferábor». Sur Edom je jette ma sandale; terre des Philistins, pousse des acclamations en mon honneur ».
Quis addúcet me in civitátem munítam? * Quis dedúcet me usque in Idumæam? Qui me mènera à la ville forte? Qui me conduira à Edom?
Nonne tu, Deus, qui reppulísti nos, * et non egrediéris, Deus, in virtútibus nostris? N'est-ce pas Toi, ô Dieu, qui nous avais rejetés, ô Dieu, qui ne sortais plus avec nos armées ?
Da nobis auxílium de tribulatióne, * quia vana salus hóminis. Prête-nous Ton secours contre l'oppresseur ! Le secours de l'homme n'est que vanité.
In Deo faciémus virtútem, * et ipse conculcábit tribulántes nos. Avec Dieu nous accomplirons des exploits ; Il écrasera nos ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Hora nona exclamávit Iesus voce magna, dicens: Deus meus, Deus meus, ut quid dereliquísti me?Ant. A la neuvième, heure, Jésus cria d'une voix forte : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?
Lectio brevis Is 53, 6-7 Lecture brève (Is 53, 6-7)
Omnes nos quasi oves errávimus, unusquísque in viam suam declinávit; et pósuit Dóminus in eo iniquitátem ómnium nostrum. Afflíctus est et ipse subiécit se et non apéruit os suum; sicut agnus, qui ad occisiónem dúcitur, et quasi ovis, quæ coram tondéntibus se obmútuit et non apéruit os suum. Nous étions tous errants comme des brebis, chacun de nous suivait sa propre voie ; et le Seigneur a fait retomber sur Lui l'iniquité de nous tous. On Le maltraite, et Lui se soumet et n'ouvre pas la bouche, semblable à l'agneau qu'on mène à la tuerie, et à la brebis muette devant ceux qui la tondent; Il n'ouvre point la bouche.
℣. Collocávit me in obscúris.
℟. Sicut mórtuos sæculi.
℣. Il me relègue dans les lieux ténébreux.
℟. Comme ceux qui sont morts depuis longtemps.
 Orémus. Prions. 
Réspice, quæsumus, Dómine, super hanc famíliam tuam, pro qua Dóminus noster Iesus Christus non dubitávit mánibus tradi nocéntium et crucis subíre torméntum. Qui tecum. Nous T'en prions, Seigneur, regarde avec bonté Ta famille, pour laquelle notre Seigneur Jésus-Christ n'a pas hésité à Se livrer aux mains des bourreaux, et à subir le supplice de la croix.
Benedicámus Dómino.
℟. Deo grátias.
Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.

Ad Nonam - psalmodia complementaria

A None - psalmodie complémentaire.
Post ℣. Deus, in adiutórium et hymnum, dicuntur psalmi graduales qui sequuntur cum suis antiphonis. Après le ℣. Dieu, viens à mon aide et l'hymne, on peut [choisir de] dire [ad libitum, à la place des précédents] les psaumes graduels qui suivent avec leurs antiennes.
Ant. 1 Erat hora tértia, et crucifixérunt Iesum.Ant. 1 C'était la troisième heure, et ils crucifièrent Jésus.
Psalmus 125 (126) Psaume 125 (126)
Gaudium et spes in Deo Joie et espoir dans le Seigneur
Sicuti socii passionum estis, sic eritis et consolationis (2 Cor 1, 7). Comme vous avez part aux souffrances, vous avez aussi part à la consolation (2 Cor 1, 7).
In converténdo Dóminus captivitátem Sion, * facti sumus quasi somniántes. Quand le Seigneur ramena les captifs de Sion, nous étions presque en rêve.
Tunc replétum est gáudio os nostrum, * et língua nostra exsultatióne. Alors notre bouche fut remplie de chants de joie, et notre langue de cris d'allégresse.
Tunc dicébant inter gentes: * «Magnificávit Dóminus fácere cum eis». Alors on disait parmi les nations: « Le Seigneur a fait de grandes choses pour eux. »
Magnificávit Dóminus fácere nobíscum; * facti sumus lætántes. Le Seigneur a fait pour nous de grandes choses; nous en avons été remplis de joie.
Convérte, Dómine, captivitátem nostram, * sicut torréntes in austro. Ramène, Seigneur, nos captifs, comme un torrent dans le pays du midi.
Qui séminant in lácrimis, * in exsultatióne metent. Ceux qui sèment dans les larmes * moissonneront dans l'allégresse.
Eúntes ibant et flebant * semen spargéndum portántes; Ils allaient et venaient en pleurant, tandis qu'ils jetaient leurs semences :
veniéntes autem vénient in exsultatióne * portántes manípulos suos. ils reviendront avec allégresse, chargés de leurs gerbes.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 2 Hora sexta ténebræ factæ sunt per totam terram usque in horam nonam.Ant. 2 La sixième heure arrivée, il se fit des ténèbres sur la terre entière jusqu'à la neuvième heure.
Psalmus 126 (127) Psaume 126 (127)
Vanus labor sine Domino Sans le Seigneur, le travail est vain
Dei ædificatio estis (1 Cor 3, 9). En Dieu, vous êtes édifiés (1 Cor 3, 9).
Nisi Dóminus ædificáverit domum, * in vanum labórant, qui ædíficant eam. Si le Seigneur ne bâtit pas la maison, en vain travaillent ceux qui la bâtissent.
Nisi Dóminus custodíerit civitátem, * frustra vígilat, qui custódit eam. Si le Seigneur ne garde pas la cité, en vain la sentinelle veille à ses portes.
Vanum est vobis ante lucem súrgere † et sero quiéscere, qui manducátis panem labóris, * quia dabit diléctis suis somnum. C'est en vain que vous vous levez avant le jour, et que vous retardez votre repos, mangeant le pain de la douleur : il en donne autant à son bien-aimé pendant son sommeil.
Ecce heréditas Dómini fílii, * merces fructus ventris. Voici, c'est un héritage du Seigneur, que les enfants, une récompense, que les fruits d'un sein fécond.
Sicut sagíttæ in manu poténtis, * ita fílii iuventútis. Comme les flèches dans la main d'un guerrier, ainsi sont les fils de la jeunesse.
Beátus vir, qui implévit pháretram suam ex ipsis: * non confudétur, cum loquétur inimícis suis in porta. Heureux l'homme qui en a rempli son carquois. Ils ne rougiront pas quand ils répondront aux ennemis, à la porte de la ville.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. 3 Hora nona exclamávit Iesus voce magna, dicens: Deus meus, Deus meus, ut quid dereliquísti me?Ant. 3 A la neuvième, heure, Jésus cria d'une voix forte : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné?
Psalmus 127 (128) Psaume 127 (128)
Pax domestica in Domino Paix domestique dans le Seigneur
«Benedicat te Dominus ex Sion», id est: ex Ecclesia sua (Arnobius). «Que le Seigneur te bénisse de Sion », c'est à dire : de Son Eglise (Arnobius).
Beátus omnis, qui timet Dóminum, * qui ámbulat in viis eius. Heureux l'homme qui craint le Seigneur, qui marche dans Ses voies.
Labóres mánuum tuárum manducábis, * beátus es, et bene tibi erit. Tu te nourris alors du travail de tes mains; tu es heureux et comblé de biens.
Uxor tua sicut vitis fructífera * in latéribus domus tuæ; Ton épouse est comme une vigne féconde, dans l'intérieur de ta maison ;
fílii tui sicut novéllæ olivárum * in circúitu mensæ tuæ. tes fils, comme de jeunes plants d'olivier, autour de ta table.
Ecce sic benedicétur homo, * qui timet Dóminum. Voilà comment sera béni l'homme qui craint le Seigneur.
Benedícat tibi Dóminus ex Sion, * et vídeas bona Ierúsalem ómnibus diébus vitæ tuæ; Que le Seigneur te bénisse de Sion, puisses-tu voir Jérusalem florissante tous les jours de ta vie ;
et vídeas fílios filiórum tuórum. * Pax super Israel! Puisses-tu voir les enfants de tes enfants. Que la paix soit sur Israël !
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Vêpres du vendredi 10 avril 2020 - Vendredi Saint

Sacrum Triduum Paschale Triduum pascal sacré
Feria VI Vendredi
Ad Vesperas
Aux Vêpres
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Hymnus Hymne
O memoriále mortis Dómini, O mémorial de la mort du Seigneur,
panis vivus vitam præstans hómini, pain vivant qui donnes la vie à l'homme,
præsta meæ menti de te vívere donne à mon âme de ne vivre que de Toi
et te illi semper dulce sápere. et de trouver toujours en Toi sa joie et ses délices.
Pie pelicáne, Iesu Dómine, O Pélican plein de tendresse, Seigneur Jésus,
me immúndum munda tuo sánguine, que Ton sang me purifie de mes souillures;
cuius una stilla salvum fácere ce sang, dont une seule goutte suffit
totum mundum quit ab omni scélere. pour effacer tous les péchés du monde.
Jesu, quem velatum nunc adspicio, O Jésus, que je contemple à travers un voile,
oro fiat illud, quod tam sitio : je T'en prie, réalise le désir ardent de mon âme;
ut te revelata cernens facie, fais qu'un jour, Te voyant sans voile, face à face,
visu sim beatus tuae gloriae. Amen. je sois bienheureux à la vue de Ta gloire. Amen.
Ant. 1 Atténdite, univérsi pópuli, et vidéte dolórem meum.Ant. 1 Peuples de l'univers, regardez avec attention et voyez ma douleur.
Psalmus 114 (116A) Psaume 114 (116A)
Gratiarum actio Action de grâce
Per multas tribulationes oportet nos intrare in regnum Dei (Act 14, 22). C'est par beaucoup de tribulations qu'il nous faut entrer dans le Royaume de Dieu (Act 14, 22).
Diléxi, quóniam exáudit Dóminus * vocem deprecatiónis meæ. Je L'aime, car le Seigneur entend ma voix, mes supplications.
Quia inclinávit aurem suam mihi, * cum in diébus meis invocábam. Car Il a incliné vers moi Son oreille; et toute ma vie, je L'invoquerai.
Circumdedérunt me funes mortis, * et angústiæ inférni invenérunt me. Les liens de la mort m'entouraient, et les angoisses du schéol m'avaient saisi; j'étais en proie à la détresse et à l'affliction.
Tribulatiónem et dolórem invéni † et nomen Dómini invocábam: * «O Dómine, líbera ánimam meam». Et j'ai invoqué le Nom du Seigneur: « ô Seigneur, sauve mon âme! »
Miséricors Dóminus et iustus, * et Deus noster miserétur. Le Seigneur est miséricordieux et juste, notre Dieu est compatissant.
Custódiens párvulos Dóminus; * humiliátus sum, et salvum me fáciet. Le Seigneur garde les faibles; j'étais malheureux, et Il m'a sauvé.
Convértere, ánima mea, in réquiem tuam, * quia Dóminus benefécit tibi; Mon âme, retourne à ton repos; car le Seigneur te comble de biens,
quia erípuit ánimam meam de morte, † óculos meos a lácrimis, * pedes meos a lapsu. oui, Tu as sauvé mon âme de la mort, mon œil des larmes, mes pieds de la chute.
Ambulábo coram Dómino * in regióne vivórum. Je marcherai encore devant le Seigneur, dans la terre des vivants.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Atténdite, univérsi pópuli, et vidéte dolórem meum.Ant. Peuples de l'univers, regardez avec attention et voyez ma douleur.
Ant. 2 Iesus Christus diléxit nos, et lavit nos a peccátis nostris in sánguine suo.Ant. 2 Le Christ Jésus nous a aimés et nous a lavés de nos péchés dans Son propre sang.
Psalmus 120 (121) Psaume 120 (121)
Custos populi Garde du peuple
Non esurient amplius, neque sitient amplius, neque cadet super illos sol neque ullus æstus (Ap 7, 16). Ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, la brûlure du soleil ne les accablera plus. (Ap 7, 16).
Levábo óculos meos in montes: * unde véniet auxílium mihi? Je lève les yeux vers les montagnes : d'où me viendra le secours?
Auxílium meum a Dómino, * qui fecit cælum et terram. Mon secours viendra du Seigneur, qui a fait le ciel et la terre.
Non dabit in commotiónem pedem tuum, * neque dormitábit, qui custódit te. Il ne permettra pas que ton pied trébuche; celui qui te garde ne sommeillera pas.
Ecce non dormitábit neque dórmiet, * qui custódit Israel. Non, il ne sommeille ni ne dort, celui qui garde Israël.
Dóminus custódit te, † Dóminus umbráculum tuum, * ad manum déxteram tuam. Le Seigneur est ton gardien, le Seigneur est ton abri, toujours à ta droite.
Per diem sol non percútiet te, * neque luna per noctem. Pendant le jour le soleil ne te frappera point, ni la lune pendant la nuit.
Dóminus custódiet te ab omni malo; * custódiet ánimam tuam Dóminus. Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ton âme.
Dóminus custódiet intróitum tuum et éxitum tuum * ex hoc nunc et usque in sæculum Le Seigneur gardera ton départ et ton arrivée, maintenant et à jamais.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Iesus Christus diléxit nos, et lavit nos a peccátis nostris in sánguine suo.Ant. Le Christ Jésus nous a aimés et nous a lavés de nos péchés dans Son propre sang.
Ant. 3 Crucem tuam adorámus, Dómine, et sanctam resurrectiónem tuam laudámus et glorificámus: ecce enim propter lignum venit gáudium in univérso mundo.Ant. 3 Nous adorons Ta croix, Seigneur, et nous louons et glorifions Ta sainte résurrection : voici le bois par lequel la joie vient dans le monde entier.
Canticum (Ap 15, 3-4) NT 11 Cantique (Ap 15, 3-4) NT 11
Hymnus adorationis Hymne d'adoration
Magna et mirabília ópera tua, * Dómine Deus omnípotens; Grandes, merveilleuses, Tes oeuvres, Seigneur, Dieu de l'univers ;
iustæ et veræ viæ tuæ, * Rex géntium! Ils sont justes, ils sont vrais, Tes chemins, Roi des nations.
Quis non timébit, Dómine, * et glorificábit nomen tuum? Qui ne Te craindrait, Seigneur, à Ton nom, qui ne rendrait gloire?
Quia solus Sanctus,  † quóniam omnes gentes vénient et adorábunt in conspéctu tuo, * quóniam iudícia tua manifestáta sunt. Oui, Toi seul es saint, oui, toutes les nations viendront et se prosterneront devant Toi; oui, ils sont manifestés, Tes jugements.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Crucem tuam adorámus, Dómine, et sanctam resurrectiónem tuam laudámus et glorificámus: ecce enim propter lignum venit gáudium in univérso mundo.Ant. Nous adorons Ta croix, Seigneur, et nous louons et glorifions Ta sainte résurrection : voici le bois par lequel la joie vient dans le monde entier.
Lectio brevis (1 Petr 2, 21b-24) Lecture brève (1 Petr 2, 21b-24)
Christus passus est pro vobis vobis relínquens exémplum, ut sequámini vestígia eius: qui peccátum non fecit, nec invéntus est dolus in ore ipsíus; qui cum maledicerétur, non remaledicébat, cum paterétur, non comminabátur, commendábat autem iuste iudicánti; qui peccáta nostra ipse pértulit in córpore suo super lignum, ut peccátis mórtui iustítiæ viverémus; cuius livóre sanáti estis. Le Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un modèle, afin que vous suiviez Ses traces :  Lui qui n'a point commis de péché, et dans la bouche duquel il ne s'est point trouvé de fausseté, Lui qui, outragé, ne rendait point l'outrage; qui, maltraité, ne faisait point de menaces, mais s'en remettait à celui qui juge avec justice;  qui a Lui-même porté nos péchés en Son corps sur le bois, afin que, morts au péché, nous vivions pour la justice; c'est par Ses meurtrissures que vous avez été guéris.
 Responsorium breve Répons bref 
 Loco responsorii dicitur:  En lieu du répons, on dit :
Ant. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem, mortem autem
crucis.
Ant. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
Ant. Cum inimíci essémus, reconciliáti sumus Deo per mortem Fílii eius.Ant. Alors que nous étions ennemis, nous avons été réconciliés à Dieu par la mort de son Fils.
Canticum Evangelicum (Lc 1, 46-55) Cantique évangélique (Lc 1,46-55)
Exultatio animæ in Domino Exultation de l'âme dans le Seigneur
Magníficat ✠ * ánima mea Dóminum, Mon âme glorifie le Seigneur,
et exsultávit spíritus meus * in Deo salvatóre meo, et mon esprit a tressailli d'allégresse en Dieu mon Sauveur,
quia respéxit humilitátem ancíllæ suæ.* Ecce enim ex hoc beátam me dicent omnes generationes, parce qu'Il a jeté les yeux sur la bassesse de Sa servante. Car voici que, désormais, toutes les générations me diront bienheureuse,
quia fecit mihi magna, qui potens est, * et sanctum nomen eius, parce que Celui qui est puissant a fait en moi de grandes choses, et Son nom est saint;
et misericórdia eius in progénies et progénies* timéntibus eum. et Sa miséricorde se répand d'âge en âge sur ceux qui Le craignent.
Fecit poténtiam in bráchio suo, * dispérsit supérbos mente cordis sui; Il a déployé la force de Son bras, Il a dispersé ceux qui s'enorgueillissaient dans les pensées de leur cœur.
depósuit poténtes de sede * et exaltávit húmiles; Il a renversé les puissants de leur trône, et Il a élevé les humbles.
esuriéntes implévit bonis * et dívites dimísit inánes. Il a rempli de biens les affamés, et Il a renvoyé les riches les mains vides.
Suscépit Israel púerum suum,* recordátus misericórdiæ, Il a relevé Israël, Son serviteur, Se souvenant de Sa miséricorde:
sicut locútus est ad patres nostros,* Abraham et sémini eius in sæcula. selon ce qu'Il avait dit à nos pères, à Abraham et à sa race pour toujours.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Cum inimíci essémus, reconciliáti sumus Deo per mortem Fílii eius.Ant. Alors que nous étions ennemis, nous avons été réconciliés à Dieu par la mort de son Fils.
PrecesPrières litaniques
Pro precibus laudabiliter adhibetur oratio universalis, quæ invenitur in Missali pro hac die. Tamen ad libitum sumi possunt preces quæ hic proponuntur, vel tacita oratio fieri potest secundum intentiones ibi enuntiatas. Aujourd'hui, il est louable d'utiliser comme Preces pour les vêpres la prière universelle proposée pour ce jour dans le Missel romain. Mais, ad libitum, on peut également utiliser les prières suivantes, ou simplement annoncer les différentes intentions de la prière universelle du Missel, mentionnées ci-dessus, et faire un moment de prière silencieuse après chacune d'elles.
Dómini nostri Iesu Christi mortem pie commemorántes, ex qua mundo vita proflúxit, Deum Patrem deprecémur, dicéntes: Alors que nous commémorons avec piété la mort de notre Seigneur Jésus-Christ, dont est issue la vie du monde, prions Dieu le Père en disant:
Per mortem Fílii tui exáudi nos, Dómine. Par la mort de Ton Fils, écoute-nous Seigneur.
Ecclésiam tuam coadúna.
Papam nostrum N. tuére.
Cunctos órdines et fidéles pópuli tui Spíritu sanctífica.
Catechumenórum fidem et intelléctum adáuge.
Cóngrega christiános.
Iudaéos ad redemptiónis perduc plenitúdinem.
In Christum non credéntes luce claritátis tuæ illústra.
Te negántibus signa tuæ pietátis in rebus creátis revéla.
Rempúblicam moderántium mentes et corda dírige.
Omnes tribulátos consoláre.
Defúnctis succúrre.
Maintiens l'unité de Ton Église.
Protège le pape N.
Sanctifie par Ton Esprit les [ministres] ordonnés et les fidèles de Ton peuple.
Augmente la foi et la sagesse des catéchumènes.
Rassemble les chrétiens.
Fais parvenir Israël à la plénitude de la rédemption.
Illumine de Ta grâce ceux qui ne croient pas en Christ.
Révèle Ta bonté à ceux qui Te nient au travers des choses créées.
Dirige les pensées et les décisions aux modérateurs de la chose publique.
Console ceux qui sont en difficulté.
Secours les défunts.
Pater nosterNotre père
Pater noster, qui es in cælis: Notre Père, qui es aux cieux :
sanctificétur nomen tuum; que Ton nom soit sanctifié ;
advéniat regnum tuum; qu'advienne Ton règne ;
fiat volúntas tua, sicut in cælo et in terra. que Ta volonté soit faite, comme au ciel sur la terre.
Panem nostrum cotidiánum da nobis hódie; Donne-nous aujourd'hui notre pain quotidien ;
et dimítte nobis débita nostra, et remets-nous nos dettes,
sicut et nos dimíttimus debitóribus nostris; comme nous remettons à nos débiteurs ;
et ne nos indúcas in tentatiónem; et garde-nous de consentir à la tentation ;
sed líbera nos a malo. mais libère nous du malin.
Réspice, quæsumus, Dómine, super hanc famíliam tuam, pro qua Dóminus noster Iesus Christus non dubitávit mánibus tradi nocéntium et crucis subíre torméntum. Qui tecum. Nous T'en prions, Seigneur, regarde avec bonté Ta famille, pour laquelle notre Seigneur Jésus-Christ n'a pas hésité à Se livrer aux mains des bourreaux, et à subir le supplice de la croix.
Dóminus vobíscum. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et cum spíritu tuo. ℟. Et avec votre esprit.
Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, et Fílius, et Spíritus Sanctus. Que le Dieu tout puissant vous bénisse, le Père, et le Fils et le Saint Esprit.
℟. Amen. ℟. Amen.
Vel alia formula benedictionis, sicut in Missa. Ou une autre formule de bénédiction, comme à la Messe.
Et si fit dimissio, sequitur invitatio: Et si on fait un renvoi, on ajoute l'invitation :
℣. Ite in pace. ℣. Allez en paix.
℟. Deo grátias. ℟. Rendons grâces Dieu.
Absente sacerdote vel diacono, et in recitatione a solo, sic concluditur: En l'absence d'un diacre ou d'un prêtre, et dans la récitation seul, on conclut ainsi :

Dóminus nos benedícat, et ab omni malo deféndat, et ad vitam perdúcat ætérnam. ℟. Amen.

Que le Seigneur nous bénisse, qu'Il nous défende de tout mal, et qu'Il nous fasse parvenir à la vie éternelle. ℟. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Complies du vendredi 10 avril 2020 - Vendredi Saint

Sacrum Triduum Paschale Triduum pascal sacré
Feria VI Vendredi
Ad Completorium
Aux Complies
℣. Deus, in adiutórium meum inténde. ℣. Dieu, viens à mon aide.
℟. Dómine, ad adiuvándum me festína. ℟. Seigneur, vite à mon secours.
Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto. Sicut erat in princípio, et nunc et semper, et in sǽcula sæculórum. Amen. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit, comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Conscientia discussio, quam sequi potest actus poenitentialis ut in Missa. Examen de conscience, qui peut être suivi d'un acte de pénitence comme à la Messe.
Confíteor Deo omnipoténti et vobis, fratres, quia peccávi nimis cogitatióne, verbo, ópere et omissióne: Je confesse à Dieu tout puissant, et à vous, frères, que j'ai vraiment péché, en pensée, en parole, par action et par omission:
et, percutientes sibi pectus, dicunt: Et on se frappe la poitrine, en disant :
mea culpa, mea culpa, mea máxima culpa. c'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute.
Deinde prosequuntur: Ensuite on poursuit:
Ideo precor beátam Maríam semper Vírginem, omnes Angelos et Sanctos, et vos, fratres, oráre pro me ad Dóminum Deum nostrum. C'est pourquoi je supplie la bienheureuse Marie toujours Vierge, tous les Anges et les Saints, et vous, frères, de prier pour moi le Seigneur notre Dieu.
℣. Misereátur nostri omnípotens Deus et, dimissís peccátis nostris, perdúcat nos ad vitam aetérnam. ℟. Amen. ℣. Que le Dieu tout puissant aie pitié de nous, et nous ayant remis nos péchés, qu'Il nous conduise à la vie éternelle. ℟. Amen.
Hymnus Hymne
Christe, qui, splendor et dies
O Christ, la splendeur et le jour,
noctis tenébras détegis,
qui chasses l'ombre de la nuit,
lucísque lumen créderis,
nous croyons que Tu es lumière,
lumen beátis prædicans,
promettant lumière aux élus.

Precámur, sancte Dómine,
Seigneur très saint, nous T'en prions,
hac nocte nos custódias;
en cette nuit protège-nous ;
sit nobis in te réquies,
fais que nous reposions en Toi,
quiétas horas tríbue.
donne-nous des heures de paix.

Somno si dantur óculi,
Nos yeux se livrent au sommeil ;
cor semper ad te vígilet;
que nos cœoeurs veillent pour T'attendre;
tuáque dextra prótegas
protège de Ton bras puissant
fidéles, qui te díligunt.
ceux qui Te gardent leur amour.

Defénsor noster, áspice,
Regarde-nous ô Défenseur,
insidiántes réprime,
repousse au loin ceux qui nous guettent,
gubérna tuos fámulos,
daigne guider Tes serviteurs
quos sánguine mercátus es.
que Tu rachetas par Ton sang.

Sit Christe, rex piíssime
O Christ, ô Roi plein de bonté,
tibi Patríque glória
gloire à Toi et gloire à Ton Père,
cum Spíritu Paráclito,
avec l'Esprit Consolateur,
in sempitérna sæcula. Amen.
à travers les siècles sans fin. Amen.
Ant. 1 Alis suis obumbrábit tibi; non timébis a timóre noctúrno.Ant. 1 Ses ailes te couvriront d'ombre ; tu ne craindras pas la frayeur nocturne.
Psalmus 90 (91) Psaume 90 (91)
In protectione Altissimi Sous la protection du Très Haut
Ecce dedi vobis potestatem calcandi supra serpentes et scorpiones (Lc 10, 19). Voici que je vous donne le pouvoir de piétiner serpents et scorpions (Lc 10, 19).
Qui hábitat in protectióne Altíssimi, * sub umbra Omnipoténtis commorábitur. Celui qui habite sous l'assistance du Très-Haut demeurera sous la protection du Dieu du Ciel.
Dicet Dómino: ? «Refúgium meum et fortitúdo mea, * Deus meus, sperábo in eum». Il dira au Seigneur: mon défenseur et mon refuge. Il est mon Dieu; j'espérerai en Lui.
Quóniam ipse liberábit te de láqueo venántium * et a verbo malígno. Car c'est Lui qui t'a délivré du piège du chasseur, et de la parole âpre et piquante.
Alis suis obumbrábit tibi, et sub pennas eius confúgies; * scutum et loríca véritas eius. Il te mettra à l'ombre sous Ses épaules, et sous Ses ailes tu seras plein d'espoir. Sa vérité t'environnera comme un bouclier.
Non timébis a timóre noctúrno, a sagítta volánte in die, ? a peste perambulánte in ténebris, * ab extermínio vastánte in merídie. Tu ne craindras pas les frayeurs de la nuit, ni la flèche qui vole pendant le jour, ni les maux qui s'avancent dans les ténèbres, ni les attaques du démon de midi.
Cadent a látere tuo mille ? et decem mília a dextris tuis; * ad te autem non appropinquábit. Mille tomberont à ton côté, et dix mille à ta droite; mais la mort n'approchera pas de toi.
Verúmtamen óculis tuis considerábis, * et retributiónem peccatórum vidébis. Et même tu contempleras de tes yeux, et tu verras le châtiment des pécheurs.
Quóniam tu es, Dómine, refúgium meum. * Altíssimum posuísti habitáculum tuum. Car tu as dit: Tu es, Seigneur, mon espérance. Tu as fait du Très-Haut ton refuge.
Non accédet ad te malum, * et flagéllum non appropinquábit tabernáculo tuo, Le mal ne viendra pas jusqu'à toi, et les fléaux ne s'approcheront pas de ta tente.
quóniam ángelis suis mandábit de te, * ut custódiant te in ómnibus viis tuis. Car Il a commandé pour toi à Ses Anges de te garder dans toutes tes voies.
In mánibus portábunt te, * ne forte offéndas ad lápidem pedem tuum. Ils te porteront dans leurs mains, de peur que tu heurtes le pied contre la pierre.
Super áspidem et basilíscum ambulábis * et conculcábis leónem et dracónem. Tu marcheras sur l'aspic et sur le basilic, et tu fouleras aux pieds le lion et le dragon.
Quóniam mihi adhæsit, liberábo eum; * suscípiam eum, quóniam cognóvit nomen meum. Parce qu'il a espéré en Moi, Je le délivrerai; Je le protégerai, parce qu'il a connu Mon Nom.
Clamábit ad me, et ego exáudiam eum; ? cum ipso sum in tribulatióne, * erípiam eum et glorificábo eum. Il criera vers Moi, et Je l'exaucerai; Je suis avec lui dans la tribulation; Je le sauverai et Je le glorifierai.
Longitúdine diérum replébo eum * et osténdam illi salutáre meum. Je le comblerai de jours, et Je lui ferai voir Mon salut.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Alis suis obumbrábit tibi; non timébis a timóre noctúrno.Ant. Ses ailes te couvriront d'ombre ; tu ne craindras pas la frayeur nocturne.
Lectio brevis (Ap 22, 4-5) Lecture brève (Ap 22, 4-5)
Vidébunt fáciem Dómini, et nomen eius in fróntibus eórum. Et nox ultra non erit, et non egent lúmine lucérnæ neque lúmine solis, quóniam Dóminus Deus illuminábit super illos, et regnábunt in sæcula sæculórum. Ils verront Sa face, et Son nom sera sur leurs fronts. Il n'y aura plus de nuit, et ils n'auront besoin ni de la lumière de la lampe, ni de la lumière du soleil, parce que le Seigneur Dieu les illuminera; et ils régneront aux siècles des siècles.
 Loco responsorii dicitur:  En lieu du répons, on dit :
Ant. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem, mortem autem
crucis.
Ant. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. allelúia).Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. alléluia).
Canticum evangelicum Lc 2, 29-32 Cantique évangélique Lc 2,29-32
Christus lumen gentium et gloria Israël Le Christ est la lumières des nations et la gloire d'Israël
Nunc dimíttis servum tuum, Dómine, * secúndum verbum tuum in pace, Maintenant, Tu peux renvoyer Ton serviteur, Seigneur, selon Ta parole, en paix.
quia vidérunt óculi mei * salutáre tuum, Car mes yeux ont vu Ton salut,
quod parásti * ante fáciem ómnium populórum, Que Tu as préparé devant la face des peuples,
lumen ad revelatiónem géntium * et glóriam plebis tuæ Israël. lumière qui se révèle aux nations, et gloire de Ton peuple Israël.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Salva nos, Dómine, vigilántes, custódi nos dormiéntes, ut vigilémus cum Christo et requiescámus in pace. (T. P. allelúia).Ant. Sauve-nous, Seigneur, lorsque nous veillons, garde-nous lorsque nous dormons, afin que nous restions éveillés avec le Christ et que nous reposions en paix. (T. P. alléluia).
Orémus. Prions.
Vísita, quǽsumus, Dómine, habitatiónem istam, et omnes insídias inimíci ab ea longe repélle; ángeli tui sancti hábitent in ea, qui nos in pace custódiant; et benedíctio tua sit super nos semper. Per Christum Dóminum nostrum.Visite, nous T'en prions, Seigneur, cette habitation, et refoule loin d'elle tous les ennemis embusqués ; Tes saints anges y demeurent, qui nous gardent dans la paix ; et que Ta bénédiction soit toujours sur nous. Par le Christ notre Seigneur.
Deinde dicitur, etiam a solo, benedictio: Ensuite on dit, même seul, la bénédiction :
Noctem quiétam et finem perféctum concédat nobis Dóminus omnípotens. ℟. Amen. Que Dieu tout puissant nous concède une nuit calme et une fin chrétienne. ℟. Amen.
Antiphona finale ad Beatam Mariam Virginem Antienne finale à la Bienheureuse Vierge Marie
Ave, Regína cælórum, Salut, reine des cieux,
ave, Dómina angelórum, Salut, reine des anges,
salve, radix, salve, porta, Salut, tige féconde, salut, porte du ciel,
ex qua mundo lux est orta. Par vous la lumière s'est levée sur le monde.
Gaude, Virgo gloriósa, Réjouissez-vous Vierge glorieuse,
super omnes speciósa Belle entre toutes les femmes,
vale, o valde decóra, Salut, splendeur radieuse,
et pro nobis Christum exóra. Implorez le Christ pour nous.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait du Compendium du catéchisme de l'Eglise catholique :
Que peuvent faire les époux, lorsqu’ils n’ont pas d’enfants?

Si le don de l’enfant ne leur a pas été fait, les époux, après avoir épuisé les recours légitimes de la médecine, peuvent marquer leur générosité par l’accueil ou par l’adoption, ou encore par l’accomplissement de services exigeants à l’égard d’autrui. Ils réalisent ainsi une précieuse fécondité spirituelle.
Quelles sont les offenses à la dignité du mariage?
-
Ce sont : l’adultère, le divorce, la polygamie, l’inceste, l’union libre (cohabitation, concubinage), l’acte sexuel avant le mariage ou en dehors du mariage.

LE SEPTIÈME COMMANDEMENT : TU NE VOLERAS PAS
Que déclare le septième commandement?
-
Il déclare la destination et la distribution universelles des biens, la propriété privée, le respect des personnes et de leurs biens, et le respect de l’intégrité de la création. Dans ce commandement, l’Église trouve aussi le fondement de sa doctrine sociale, qui comprend la rectitude dans l’action, que ce soit dans le domaine économique, dans la vie sociale et politique, dans le droit et le devoir du travail humain, dans la justice et la solidarité entre les nations, ou dans l’amour pour les pauvres.
Quelles sont les conditions du droit à la propriété privée?

Le droit à la propriété privée existe à condition que la propriété soit acquise ou reçue de manière juste et que demeure primordiale la destination universelle des biens afin de satisfaire les besoins fondamentaux de tous les hommes.
Quelle est la finalité de la propriété privée?
-
La propriété privée a pour finalité de garantir la liberté et la dignité des individus, les aidant à satisfaire les besoins fondamentaux de ceux dont ils ont la responsabilité et aussi de ceux qui vivent dans la nécessité.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Extrait quotidien de la Règle de Notre Bienheureux Père Saint Benoît, et son commentaire par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes :
Caput 57 - DE ARTIFICIBUS MONASTERII 57 - LES ARTISANS DU MONASTÈRE Artifices si sunt in monasterio cum omni humilitate faciant ipsas artes, si permiserit abbas. Quod si aliquis ex eis extollitur pro scientia artis suæ, eo quod videatur aliquid conferre monasterio, hic talis erigatur ab ipsa arte et denuo per eam non transeat, nisi forte humiliato ei iterum abbas iubeat. Si quid vero ex operibus artificum venumdandum est, videant ipsi per quorum manus transigenda sint ne aliquam fraudem præsumant. Memorentur semper Ananiæ et Safiræ, ne forte mortem quam illi in corpore pertulerunt, hanc isti vel omnes qui aliquam fraudem de rebus monasterii fecerint in anima patiantur. In ipsis autem pretiis non surripiat avaritiæ malum, sed semper aliquantulum vilius detur quam ab aliis sæcularibus dari potest, ut in omnibus glorificetur Deus. S’IL Y A DES ARTISANS au monastère, ils exer-ceront leur métier en toute humilité, à condition que l’abbé le permette. Mais si jamais l’un d’eux s’enorgueillit de la connaissance qu’il a de son métier, en voyant qu’il rapporte quelque chose au monastère, celui-là sera relevé de son emploi et il n’y retournera plus, à moins qu’il ne se soit humilié et que l’abbé ne lui ait commandé de s’y remettre. Si un objet fabriqué par les artisans doit être vendu, ceux par qui se fera la transaction veilleront à ne se permettre aucune fraude. Qu’ils se souviennent toujours d’Ananie et de Saphire, redoutant que la mort subie par ceux-ci dans leur corps, eux-mêmes et tous ceux qui commettraient quelque fraude sur les biens du monastère ne viennent à l’éprouver dans leur âme. Dans les prix, que le mal de l’avarice ne se glisse pas non plus, mais que l’on vende toujours un peu moins cher que les commerçants dans le monde, « afin qu’en toutes choses Dieu soit glorifié ».
La première portion de ce chapitre est relative aux métiers et aux arts mécaniques qui s’exercent à l’intérieur du monastère ; la seconde aux fruits et produits de ces travaux.
Pour les grosses besognes comme pour celles qui s’exécutent aisément, tous les frères ont compétence. Mais il est des ouvrages un peu spéciaux qui réclament un apprentissage et ne conviennent qu’aux artifices, aux artisans. Saint Benoît suppose donc qu’il se trouve dans le monastère des gens de métier, peut-être même de vrais artistes : peintres, sculpteurs, calligraphes. On a pu apprendre cet art dans le monde, ou bien c’est au cloître qu’a eu lieu l’initiation. Car N. B. Père désire qu’on cultive chez lui tous les arts nécessaires à l’entretien de la maison ; c’est plus qu’une tolérance, c’est un souhait formel ; il pressent, d’ailleurs, ici comme au chapitre LXVl, que cela ne sera pas possible toujours.
Saint Benoît est cohérent avec sa pensée habituelle lorsqu’il décide qu’on pourra tirer parti de l’habileté des frères qui savent un métier jamais il n’a songé à contrarier systématiquement, sous couleur de mortification, les aptitudes et les goûts. Un seule condition est exigée l’ordre ou la permission de l’Abbé. Il est entendu que le religieux exercera son art en toute humilité et soumission Ce savoir-faire créait une distinction et il fallait se prémunir contre une disposition à la suffisance. De plus, un bénéfice est acquis d’ordinaire à la société monastique par ces compétences spéciales ; et plus ce bénéfice est réel, plus il est facile à celui qui le procure d’y trouver un prétexte à la superbe ou à l’irrégularité. Toutes les fois qu’est annexée au monastère une exploitation, une fabrication, une institution de rapport, le danger existe : “ Bon an, mal an, se dit-on, je vaux tant à la communauté. Les autres ne font que boire et manger ; pendant ce temps, je fournis, moi, aux finances de l’abbaye, un apport annuel considérable. Ce n’est qu’à la condition d’un grand esprit religieux qu’on peut échapper au péril de ces situations. Saint Augustin l’avait prévu avant saint Benoît : Nec exiollantur si communi vitae de suis facultatibus aliquid contulerunt ; de même Cassien. Saint Ephrem, lui aussi, invite le moine à ne se prévaloir jamais de ce qu’il rapporte ; et saint Basile recommande au supérieur, comme le fait N. B. Père, de ne pas tolérer un pareil scandale .
L’âme d’un moine vaut mieux que tout. Et le jour où l’Abbé verrait se glisser, ou bien l’orgueil, ou bien l’esprit mercantile, ou bien l’insubordination et le particularisme, dans ces petites institutions, ce lui serait un devoir de passer outre à une plaie d’argent, qui n’est jamais mortelle, et de sauvegarder les âmes à tout prix. Les paroles de la Règle sont énergiques : “ Cet homme-là doit être arraché à son travail et ne plus s’en occuper désormais, à moins qu’il ne s’humilie et que l’Abbé ne lui ordonne de le reprendre. ”

Si quid vero ex operibus artificum venumdandum est, videant ipsi per quorum manus transigenda sunt, ne aliquam fraudem praesumant inferre Memorentur Ananix et Saphirae : ne forte mortem quam illi in corpore pertulerunt, hane isti, vel omnes qui aliquam frandem de rebus monas terii fecerint, in anima patiantur
Si un objet fabriqué par les artisans doit être vendu, ceux par qui se fera la transaction veilleront à ne se permettre. aucune fraude. Qu’ils se souviennent toujours d’Ananie et de Saphire, redoutant que la mort subie par ceux-ci dans leur corps, eux-mêmes et tous ceux qui commettraient quelque. fraude sur les biens du monastère ne viennent à l’éprouver dans leur âme.


Peut-être serait-ce ici le lieu de passer en revue la série des fabrications et exploitations qui sont compatibles avec la dignité extérieure de notre vie, avec la composition du monastère, avec nos traditions . Le problème a tout ensemble son importance et sa délicatesse. Aux diverses branches des familles religieuses les traditions ont déterminé ce qui convient et ce qui ne sied pas. En ces matières, il faut s’abstenir de légiférer d’une manière universelle. Chaque supérieur est un peu juge de ce qu’il se doit, de ce qu’il doit à son monastère, de ce qu’exige la solidarité des maisons entre elles, de ce à quoi elles sont parfois contraintes pour subvenir à des détresses financières. Les Chartreux font de la liqueur, on plutôt il y a un père et quelques frères convers qui s’y emploient. Les Trappistes fabriquent du chocolat, des fromages, de la bière, ils exploitent leurs terres ; c’est reçu chez eux. Pour ce qui nous concerne, nous ne sommes les fournisseurs authentiques et patentés d’aucun produit. Que pour la publication des livres liturgiques et des autres travaux monastiques, et pour aider à la diffusion de la vérité, nous dirigions une imprimerie, rien de mieux. C’est une sorte de prédication conventuelle ; nous ne faisons que reprendre ainsi nos traditions, et multiplier par la typographie des manuscrits que nous transcrivions et enluminions autrefois. Sortir de là, c’est nous exposer parfois à de gros mécomptes. C’est rentrer par la mauvaise porte dans toutes les responsabilités et les préoccupations séculières, c’est échapper à notre vie religieuse, et propter vitam, vivendi perdere causas. Il n’est pas démontré que le Seigneur aime beaucoup chez nous l’exercice d’aucune industrie.
Mais enfin, dans une abbaye, une exploitation annexe produit du fruit et au delà de ce qui est nécessaire au monastère lui-même : du vin par exemple, du miel, des légumes ; que faire de ce qui reste ? Parmi les Pères d’Orient, quelques-uns détressaient nattes et corbeilles, et recommençaient. Cassien nous raconte que l’Abbé Paul, vivant à sept jours de marche de toute habitation, brûlait à la fin de l’année les corbeilles qui encombraient sa grotte. La plupart écoulaient en ville leurs produits ; il ne nous est pas défendu de les imiter et, après avoir prélevé la part de l’aumône, d’assurer ainsi quelques ressources au monastère. Mais il ne semble pas que saint Benoît ait été soucieux de voir les moines s’en aller eux-mêmes aux foires et aux marchés publics . Lui qui demandera plus loin que tous les métiers soient exercés au monastère : ut non sit monachis necessitas vagandi foras, comment aurait-il pu souhaiter que les moines sortissent, non plus pour acheter, mais pour faire commerce ?
La vente se fera par des intermédiaires. Et saint Benoît avertit l’Abbé et les moines de veiller à leur probité. Ils pouvaient être tentés de prélever une commission. Le travail était accompli avec conscience, le vin n’était pas frelaté : les clients ne manquaient pas. Les vendeurs étaient portés, par la supériorité même de la marchandise qu’ils offraient, à la taxer très haut, sauf à encaisser la différence. Peut-être étaient-ils les familiers du monastère et trouvaient-ils tout naturel de s’enrichir à ses dépens. Mais saint Benoît se souvient du cas d’Ananie, et de Saphire (ACT., V) : le fait qui attira sur les deux époux la juste sévérité de Dieu et de saint Pierre est assez semblable à celui gui est prévu dans la Règle Ils avaient vendu leur champ ; au lieu de remettre à la, communauté l’intégralité du prix reçu, ils prélevèrent sur cette somme un petit argent de poche et remirent le reste à saint Pierre, ajoutant au prélèvement un mensonge et un mensonge concerté. Il semble que saint Benoît considère comme vénielle et comme punie seulement de mort corporelle la faute d’Ananie et de Saphire ; il suivrait en cela l’interprétation de plusieurs Pères Origène, saint Augustin, Cassien . Mais la faute des agents du monastère est plus grave ; car la matière des transactions n’est entre leurs mains qu’un dépôt, et un dépôt sacré, puisque tous les biens monastiques appartiennent à Dieu ; aussi est-ce dans leur âme qu’ils seront frappés.

In ipsis auteur pretiis non surripiat avaritiae malum, sel semper aliquan tulum vilius detur, quam a saecula iibus datur, ut in omnibus glorificetur Deus
Dans les prix, que le mal de l’avarice ne se glisse pas non plus, mais que l’on vende toujours un peu moins cher que les commerçants dans. le monde, “ afin qu’en toutes choses Dieu soit glorifié ”.


Les moines éviteront tout ce qui ressemble à la cupidité, à l’avidité qui amasse le plus possible : avaritiae malum. Combien serait indigne d’un religieux l’esprit de lucre ! Nous savons par saint Jérôme, à qui N. B. Père a emprunté le portrait des moines sarabaïtes (chap. Ier), que ceux-ci vendaient cher : Et de eo quod laboraverint in medium partes conferunt ut habeant alimenta communia ...et quasi ars sit sancta, non vita, quidquid vendiderint majoris est pretii . C’est tout le contraire que réclame saint Benoît. Les produits du travail monastique seront toujours abandonnés à un taux inférieur au prix commun : afin que ne s’élèvent. point contre les religieux des protestations et des colères qui rejailliraient sur Dieu ; afin que les séculiers aient à s’édifier de l’esprit accommodant et désintéressé des moines, et que, jusque dans les questions d’argent, ceux-ci trouvent matière à une sorte d’apostolat : Ut in omnibus glorificetur Deus (I PETR., lV, 11) .
Un peu de fierté surnaturelle nous défendra facilement contre toutes habiletés peu séantes et nous permettra d’être fidèles à l’esprit de la Règle, sinon toujours à sa lettre. Il est, en effet, des conditions économiques et des susceptibilités extérieures dont il faut bien tenir compte. A une époque où il n’y avait ni concurrence commerciale, ni, comme l’on dit aujourd’hui, surproduction ; alors surtout que le travail monastique s’employait à produire des objets de première nécessité, aucune rivalité ne pouvait s’établir, et l’infériorité des taux monastiques n’était pour le peuple qu’un bénéfice net. Mais, actuellement, les monastères qui inonderaient les marchés publics d’éléments manufacturés cotés au-dessous du prix courant, amèneraient des dépréciations ruineuses, des faillites et des haines. Si une fabrique monastique est obligée de gagner un peu plus qu’elle ne voudrait, elle peut toujours restituer en aumônes. Quand l’exploitation est restreinte et ne saurait constituer de concurrence sérieuse, il est loisible de vendre à bas prix ; de même lorsqu’on exploite un brevet, on garde ses coudées plus franches. Mass qu’on abaisse les prix ou qu’on les majore, l’essentiel est de réaliser toujours la devise bénédictine : Ut in omnibus glorificetur Deus.

LES FRÈRES CONVERS. - C’est à l’occasion du chapitre LVll qu’on peut dire un mot des frères convers. Leur histoire est encore à écrire. Elle a pourtant été esquissée par M. Raymond Chasles dans sa thèse de l’École des Chartes et par le R P Eberhard Hoffmann, cistercien de Mehrerau . On peut lire aussi la dissertation de D. Martène, dans la Préface au tome Vl de la Veterum scriptorum... amplissima collectio ; de même D. Calmet, en son Commentaire sur le chapitre Il de la Règle ; Manillon, Préface au sixième siècle bénédictin (P. Il).
Les commentateurs du dix-septième siècle semblent s’être mépris en affirmant l’existence des convers avant saint Benoît et chez saint Benoît même. Il y avait dans les monastères occidentaux primitifs, comme à Lérins, sous Fauste, au cinquième siècle, des moines clercs, et des “ laïcs ”, moines aussi ; il y avait des moines lettrés et des “ illettrés ” ; que l’on ait confié, de préférence, à ces derniers les gros travaux, rien de surprenant. Mais ils ne formaient point une catégorie à part. De même, bien des monastères avaient dans leurs domaines des serviteurs, voire des esclaves, mais qui n’étaient pas religieux.
Plusieurs passages de la Règle bénédictine semblent exclusifs d’une distinction quelconque entre les moines (nous lisons, par exemple, au chapitre Il : Non ab eo persona... discernatur) ; et nul texte ne prouve la présence d’une catégorie distincte, vouée spécialement aux services matériels du monastère. Comment art-on pu trouver dans les prescriptions relatives à l’infirmerie, à l’hôtellerie, à la porterie, etc., des allusions aux frères convers ? Au chapitre XXXVlll il est dit que le lecteur de table mangera cum coquinae hebdomadariis et serviioribus : mais ce n’est pas même suffisant pour établir la présence des serviteurs purement laïcs, comme le conjecture pourtant M. Chasles. Ce qui est incontestable, c’est qu’il y avait au Mont Cassin ; à côté des religieux instruits et cultivés, des paysans, d’anciens esclaves : tel le bon Goth dont il est parlé dans la Vie de N. B. Père. Il en est qui “ ne peuvent ni méditer ni lire (chap. XLVlll) ; certains sont incapables d’écrire leur charte de profession (chap. LVIII). Évidemment, ce n’était pas parmi ces simples , comme les appelle saint Benoît, que l’Abbé choisissait les clercs et les prêtres. ; et il fallait leur donner des travaux appropriés à leurs aptitudes. Mais encore une fois, hormis cela, ils ne se distinguaient en rien des autres moines. Ils venaient à l’office divin et y prenaient part dans la mesure du possible ; leur mémoire enregistrait peu. à peu les psaumes et les hymnes.
Du huitième siècle au dixième siècle, - et nous résumons ici les conclusions de M. Chasles, - une transformation s’opère dans les habitudes monastiques. L’Opus Dei prend des proportions plus considérables qu’au temps de saint Benoît. Les moines affluent. La différence entre les lettrés et les illettrés s’accentue ; peu à peu, les famuli laïcs font place à des religieux occupés exclusivement aux travaux manuels, ayant un office liturgique spécial, très simple . Cluny avait ses convers. Ils étaient moines, mais sans faire partie du chapitre ; à l’église, ils se plaçaient dans, le bas chœur ; quelques-uns pourtant étaient employés aux cérémonies ; et même, ceux qui avaient de bonnes voix faisaient fonction de chantre et revêtaient la chape. Les convers avaient un habit spécial et portaient la barbe, d’où leur surnom de barbati ; primitivement, le nom de conversi s’appliquait à tous les moines. Il y avait encore dans les monastères la catégorie des “ oblats ”, dont l’histoire est intimement liée à celle des convers. Les enfants élevés dans les cloîtres étaient souvent appelés nutriti, pour les distinguer des conversi, de ceux qui étaient venus spontanément. C’est au onzième siècle que l’institut des convers atteint son plein développement. Il s’établit en Allemagne, grâce surtout à l’Abbé d’Hirsauge, Guillaume, qui s’inspire beaucoup, comme on sait, des Us de Cluny ! :Aimon, son biographe, nous a laissé le résumé de la Règle des convers d’Hirsauge ; comme à Cluny, le service de la cuisine leur était confié.
Les convers jouent un rôle important à la fin du onzième siècle. Au douzième, ils pénètrent dans toutes les abbayes de l’Europe occidentale. On les trouve chez les Camaldules, à Vallombreuse, à la Chartreuse. Mais c’est surtout à Cîteaux qu’ils tiennent une grande place. On rédige pour eux des Us et une Règle. Il en est qui résident à l’abbaye, d’autres dans les granges , d’autres auprès de hauts personnages séculiers ; quelques-uns sont au service des abbayes de Cisterciennes. Les Congrégations plus récentes du Mont Cassin, de Bursfeld, de Saint Vanne, de Saint-Maur, eurent aussi leurs convers. Au-dessous des convers, il y avait encore, à Saint-Maur, les “ commis”, chargés surtout des besognes extérieures et des relations avec le dehors : ils faisaient profession de stabilité, après probation ; il y avait enfin des “ serviteurs perpétuels ”, liés au monastère par contrat civil.
Il faut noter que nos Constitutions, empruntées dans l’espèce à celles de Saint-Maur, prescrivent de n’agréger aux frères convers que les candidats possédant des aptitudes pour les travaux qui leur sont réservés. Il faut remarquer surtout qu’ils sont vraiment religieux et moines, tout comme les pères de chœur : on doit donc leur assurer l’enseignement et la formation qui leur permettront de faire honneur à leurs veaux. Ils sont tous, novices et profès, sous la direction spirituelle du Maître des convers. Pour leurs obédiences ils relèvent du cellérier : hormis celui-ci et les pères qui y sont autorisés par leur charge, nul n’a de titre à leur commander une besogne ou à leur demander un service : si les frères convers ne sont pas les domestiques de la communauté, bien moins encore le sont-ils de tel ou tel moine. Une parfaite courtoisie et une charité attentive régleront toujours nos rapports avec eux ; toute espèce de familiarité triviale doit être sévèrement bannie, même toute conversation non justifiée : il y va de leur intérêt et du nôtre. Prenons garde aussi de scandaliser des âmes simples par certaines allures peu monastiques et des manquements notoires à la Règle.
Leur vie est humble, silencieuse, cachée, plus sévère sur certains points que celle des religieux de chœur ; et, comme le marquaient les Déclarations de Saint-Maur, ils ne sauraient être promus aux ordres, ni entreprendre de hautes études. L’observation stricte de ces deux derniers points est indispensable pour la sauvegarde de leur vocation monastique ; et un échec attend presque toujours ceux qui cherchent à entrer dans la cléricature. Leur journée laborieuse devient aisément un long colloque avec le Seigneur ; et le spectacle de cette fidélité joyeuse et paisible est le plus appréciable de tous leurs services.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Prières usuelles

Signum crucis Signe de croix
IN nomine Patris, et Filii, et Spiritus Sancti. Amen. Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit. Amen.
Symbolum Apostolorum Symbole des Apôtres
CREDO in Deum Patrem omnipotentem, Creatorem caeli et terrae. Et in Iesum Christum, Filium eius unicum, Dominum nostrum, qui conceptus est de Spiritu Sancto, natus ex Maria Virgine, passus sub Pontio Pilato, crucifixus, mortuus, et sepultus, descendit ad inferos, tertia die resurrexit a mortuis, ascendit ad caelos, sedet ad dexteram Dei Patris omnipotentis, inde venturus est iudicare vivos et mortuos. Credo in Spiritum Sanctum, sanctam Ecclesiam catholicam, sanctorum communionem, remissionem peccatorum, carnis resurrectionem, vitam aeternam. Amen. Je crois en Dieu le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre. Et en Jésus-Christ Son fils unique, notre Seigneur, qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce-Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli, est descendu aux enfers, est ressuscité le troisième jour, est monté aux cieux, est assis à la droite du Père tout-puissant, d'où Il viendra juger les vivants et les morts. Je crois en L'Esprit Saint, à la Sainte Eglise catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Amen.
Salve Regina Salut, ô Reine
Salve Regína, Mater misericórdiæ, vita dulcédo, et spes nostra, salve. Ad te clamámus éxsules fílii Evæ; ad te suspirámus, geméntes et flentes in hac lacrimárum valle. Salut, Reine, mère de miséricorde, vie, douceur, et notre espérance, salut. Vers vous, nous crions,, enfants d'Eve exilés. Vers vous, nous soupirons, gémissant et pleurant dans cette vallée de larmes.
Eia ergo, advocáta nostra, illos tuos misericórdes óculos ad nos convérte: Et Iesum, benedíctum fructum ventris tui, nobis post hoc exsílium osténde. O clemens, o pia, o dulcis Virgo María. Et donc, notre avocate, tournez vos yeux miséricordieux vers les vôtres. Et Jésus, le fruit béni de vos entrailles, montre-le nous après notre exil.
O clemens, O pia, O dulcis Virgo Maria. O clémente, ô bonne, ô douce Vierge Marie.
℣. Ora pro nobis, sancta Dei Genetrix.
℟. Ut digni efficiamur promissiónibus Christi.
℣. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu.
℣. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
Omnipotens sempiterne Deus, qui gloriosae Virginis Matris Mariae corpus et animam, ut dignum Filii tui habitaculum effici mereretur, Spiritu Sancto cooperante, praeparasti: da, ut cuius commemoratione laetamur; eius pia intercessione, ab instantibus malis, et a morte perpetua liberemur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
Dieu éternel et tout puissant qui avec la coopération du Saint Esprit a préparé le corps et l'Esprit de la glorieuse Vierge-Mère Marie à devenir une demeure digne de Ton Fils; puissions-nous, par son intercession aimante, être délivrés des maux actuels et de la mort éternelle, nous qui nous réjouissons de sa commémoration. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
Le "Salve Regina" est la prière privilégiée du temps "dans l'année" après la Pentecôte. Elle se chante (ou se récite) surtout après la fin du temps pascal jusqu'au premier dimanche de l'Avent (exclus).
ANGELUS ANGELUS
℣. Ángelus * Dómini nuntiávit Maríæ. ℣. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie,
℟. Et concépit de Spíritu Sancto.
℟. Et elle conçut du Saint-Esprit.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus. Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Ecce ancílla Dómini.
℣. Me voici, servante du Seigneur,
℟. Fiat mihi secúndum verbum tuum.
℟. Qu’il me soit fait selon votre parole.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus.
Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Et Verbum caro factum est. ** ℣. Et le Verbe S’est fait chair
℟. Et habitávit in nobis. ℟. Et Il a habité parmi nous.
Áve María, grátia pléna, Dóminus técum. Benedícta tu in muliéribus, et benedíctus frúctus véntris túi, Iésus.
Je vous salue Marie, pleine de grâce. Le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes et Jésus, le fruit de vos entrailles est béni.
Sáncta María, Máter Déi, óra pro nóbis peccatóribus, nunc et in hóra mórtis nóstrae. Ámen.
Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.
℣. Ora pro nobis, sancta Dei génetrix.
℣. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
℟. Ut digni efficiámur promissiónibus Christi.
℟. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Orémus.
Grátiam tuam, quæsumus, Dómine, méntibus nostris infúnde; ut qui, Ángelo nuntiánte, Christi Fílii tui incarnatiónem cognóvimus, *
per passiónem eius et crucem, ad resurrectiónis glóriam perducámur.
Per Christum Dóminum nostrum.
℟. Amen.
Prions.
Répands, Seigneur, Ta grâce en nos âmes. Par le message de l’ange, nous avons connu l’incarnation de Ton Fils bien-aimé. Conduis-nous, par Sa passion et par Sa croix, jusqu’à la gloire de la résurrection. Par le Christ, notre Seigneur. ℟. Amen.
* L'angélus se sonne par trois séries de trois tintements suivis d'une "pleine-volée". Les tintements correspondent au début du versicule, du répons et de l'Ave.
** On a coutume d'incliner légèrement la tête à ce versicule en signe de révérence pour le mystère de l'Incarnation.
On récite habituellement la prière de l'Angelus trois fois par jour, à 7 heures, midi et 19 heures. Dans certains endroits, cette prière ce récite donc après l'office de laudes, celui de sexte et après complies.
Au temps pascal, cette prière est remplacée par le Regina caeli.
Angele Dei Angele Dei (prière à l'Ange gardien)
ANGELE DEI, qui custos es mei, Me tibi commissum pietate superna; (Hodie, Hac nocte) illumina, custodi, rege, et guberna. Amen. ANGE DE DIEU, qui êtes mon gardien, puisque le ciel m'a confié à vous dans sa bonté, (aujourd'hui, cette nuit) éclairez-moi,gardez-moi, dirigez-moi et gouvernez-moi. Amen.
Benedictio Ante Mensam Bénédiction avant le repas
℣. Benedicite. (℟. Benedicite.)
BENEDIC, Domine, nos et haec tua dona * quae de tua largitate sumus sumpturi. Per Christum Dominum nostrum. ℟. Amen.
℣. Bénissez. (℟. Bénissez.)
BENIS nous, Seigneur, et les dons qui viennent de Toi, par lesquels, de Ta largesse, nous sommes rassasiés. Par le Christ notre Seigneur. ℟. Amen.
Ante prandium: Avant le déjeuner :
Mensae caelestis participes * faciat nos, Rex aeternae gloriae. ℟. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse participer à la table céleste. ℟. Amen.
Ante cenam: Avant le dîner :
Ad cenam vitae aeternae * perducat nos, Rex aeternae gloriae. ℟. Amen. Que le Roi d'éternelle gloire nous fasse parvenir au festin de la vie éternelle. ℟. Amen.
Benedictio Post Mensam Bénédiction d'après le repas
AGIMUS tibi gratias, omnipotens Deus, pro universis beneficiis tuis, * qui vivis et regnas in saecula saeculorum. ℟. Amen. Nous Te rendons-grâces, Dieu tout puissant, pour tous Tes bienfaits, Toi qui vis et règnes dans les siècles des siècles. ℟. Amen.
℣. Deus det nobis suam pacem. ℣. Que Dieu nous donne Sa paix.
℟. Et vitam aeternam. ℟. Amen. ℟. Et la vie éternelle. Amen.
 Rosarium  Rosaire
Initium Commencement
Signum crucis Signe de croix
Romae: A Rome :
℣. Domine, labia mea aperies,
℟. Et os meum annuntiabit laudem tuam.
℣. Deus in adiutorium meum intende,
℟. Domine ad adiuvandum me festina.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres,
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
℣. Dieu, viens à mon aide,
℟. Seigneur, vite à mon secours.
Ad Crucem: Sur la croix :
Symbolum Apostolorum Symbole des apôtres
Ad grana maiora: Sur les gros grains :
Oratio Dominica (Pater noster) Prière du Seigneur (Notre Père)
Ad grana minora: Sur les petits grains :
Ave Maria Je vous salue Marie
Ad finem decadum: A la fin de chaque dizaine :
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit.
Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
Le Vendredi saint on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
℟. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem.
℣. Mortem autem crucis.
℟. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort.
℣. Et la mort de la croix.
Le Samedi saint, on pourra utiliser la formule suivante à la place de la doxologie :
℟. Christus factus est pro nobis oboediens usque ad mortem, mortem autem crucis.
℣. Propter quod et Deus exaltavit illum: et dedit illi nomen, quod est super omne nomen.
℟. Le Christ S'est fait pour nous obéissant jusqu'à la mort, et la mort de la croix.
℣. C'est pourquoi Dieu L'a exalté : et Il Lui a donné le Nom qui est au dessus de tout Nom.
Oratio Fatima Prière de Fatima
O MI IESU, dimitte nobis debita nostra, libera nos ab igne inferni, conduc in caelum omnes animas, praesertim illas quae maxime indigent misericordia tua. O mon Jésus, pardonne-nous nos péchés, préserve-nous du feu de l'enfer, et conduis au ciel toutes les âmes, surtout celles qui ont le plus besoin de Ta sainte miséricorde.
Meditationes Rosarii Méditations du Rosaire
In feria secunda et sabbato Le lundi et le samedi
I. Mysteria Gaudiosa I. Mystères joyeux
1. Quem, Virgo, concepisti. [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Quem visitando Elisabeth portasti. [Lc 1,39-45]
3. Quem, Virgo, genuisti. [Lc 2,6-12]
4. Quem in templo praesentasti. [Lc 2,25-32]
5. Quem in templo invenisti. [Lc 2,41-50]
1. Annonciation [Mt 1,18, Lc 1,26-38]
2. Visitation [Lc 1,39-45]
3. Nativité [Lc 2,6-12]
4. Présentation au Temple [Lc 2,25-32]
5. Recouvrement au Temple [Lc 2,41-50]
In feria quinta Le jeudi
II. Mysteria Luminosa II. Mystères lumineux
1. Qui apud Iordanem baptizatus est. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Qui ipsum revelavit apud Canense matrimonium. [In 2,1-11]
3. Qui Regnum Dei annuntiavit. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. Qui transfiguratus est. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. Qui Eucharistiam instituit.[In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
1. Le Baptême au Jourdain. [Mt 3,13, Mc 1,9, Jn 1,29]
2. Les Noces de Cana. [In 2,1-11]
3. L'annonce du Royaume. [Mc 1,15, Lc 10,8-11]
4. La Transfiguration. [Mt 17,1-8, Mc 9,2-9]
5. L'institution de l'Eucharistie. [In 6,27-59, Mt 26,26-29, Mc 14,22-24, Lc 22,15-20]
In feria tertia et feria sexta Le mardi et le vendredi
III. Mysteria dolorosa III. Mystères douloureux
1. Qui pro nobis sanguinem sudavit. [Lc 22,39-46]
2. Qui pro nobis flagellatus est. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Qui pro nobis spinis coronatus est. [In 19,1-8]
4. Qui pro nobis crucem baiulavit. [In 19,16-22]
5. Qui pro nobis crucifixus est. [In 19,25-30]
1. L'Agonie au jardin des oliviers. [Lc 22,39-46]
2. Le Flagellation. [Mt 27,26, Mc 15,6-15, In 19:1]
3. Le Couronnement d'épines. [In 19,1-8]
4. Le Portement de Croix. [In 19,16-22]
5. La Crucifixion. [In 19,25-30]
In feria quarta et Dominica Le mercredi et le dimanche
IV. Mysteria gloriosa IV. Mystères glorieux
1. Qui resurrexit a mortuis. [Mc 16,1-7]
2. Qui in caelum ascendit. [Lc 24,46-53]
3. Qui Spiritum Sanctum misit. [Acta 2,1-7]
4. Qui te assumpsit. [Ps 16,10]
5. Qui te in caelis coronavit. [Apoc 12,1]
1. La Résurrection. [Mc 16,1-7]
2. L'Ascension. [Lc 24,46-53]
3. L'Effusion de l'Esprit Saint à la Pentecôte. [Acta 2,1-7]
4. L'Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie. [Ps 16,10]
5. Le Couronnement aux cieux de la Bienheureuse Vierge Marie. [Apoc 12,1]
Orationes ad Finem Rosarii Dicendae Prières dites à la fin de la récitation du Rosaire
Salve Regina Salve Regina
℣. Ora pro nobis, Sancta Dei Genetrix.
℟. Ut digni efficiamur promissionibus Christi.
℣. Priez pour nous, Sainte Mère de Dieu.
℟. Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.
Oremus.
DEUS, cuius Unigenitus per vitam, mortem et resurrectionem suam nobis salutis aeternae praemia comparavit, concede, quaesumus: ut haec mysteria sacratissimo beatae Mariae Virginis Rosario recolentes, et imitemur quod continent, et quod promittunt assequamur. Per eundem Christum Dominum nostrum. Amen.
Prions.
O DIEU, qui, par la vie, la mort et la résurrection de Ton Fils unique, nous a obtenu les récompenses du salut éternel, accorde-nous, nous T'en supplions, qu'en méditant sur les mystères du très saint Rosaire de la Bienheureuse Vierge-Marie, nous imitions ce qu'ils contiennent et obtenions ce qu'ils promettent. Par le même Christ notre Seigneur. Amen.
 Gloria Patri Gloire au Père (Doxologie) 
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in sæcula sæculórum. Amen.
Gloire au Père, * au Fils et au Saint Esprit. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, * et dans les siècles des siècles. Amen.
ACTUS CONTRITIONIS ACTE DE CONTRITION
DEUS meus, ex toto corde paenitet me omnium meorum peccatorum, eaque detestor, quia peccando, non solum poenas a Te iuste statutas promeritus sum, sed praesertim quia offendi Te, summum bonum, ac dignum qui super omnia diligaris. Ideo firmiter propono, adiuvante gratia Tua, de cetero me non peccaturum peccandique occasiones proximas fugiturum. Amen. Mon Dieu, de tout mon coeur je fais pénitence pour tous mes péchés. Je les déteste non seulement à cause de Tes justes punitions auxquelles je suis promis, mais surtout parce que je T'ai offensé, Toi qui es infiniment bon et qui es digne de tout mon amour. Je prends donc la ferme résolution, avec l'aide de Ta grâce, de ne plus pécher et de fuir les occasions proches de pécher. Amen.
Oratio ante colligationem in interrete Prière avant de se connecter à l'internet.
OMNIPOTENS aeterne Deus, qui nos secundum imaginem Tuam plasmasti, et omnia bona, vera, pulchra, praesertim in divina persona Unigeniti Filii Tui Domini nostri Iesu Christi, quaerere iussisti, praesta quaesumus ut, per intercessionem Sancti Isidori, Episcopi et Doctoris, in peregrinationibus per interrete factis et manus oculosque ad quae Tibi sunt placita intendamus et omnes quos convenimus cum caritate ac patientia accipiamus. Per Christum Dominum nostrum. ℟. Amen. Dieu Éternel et Tout Puissant qui nous a créés à Ton image et nous ordonne de rechercher ce qui est bon, vrai et beau, spécialement dans la personne divine de Ton Fils unique notre Seigneur Jésus Christ, nous T’implorons par l’intercession de Saint Isidore Évêque et Docteur de nous aider pendant nos voyages à travers l’Internet à diriger nos mains et nos yeux vers ce qui T’est agréable, et à accueillir avec charité et patience tous ceux que nous rencontrerons. Par le Christ notre Seigneur. ℟. Amen.
Oratio S. Thomae Aquinatis ante studium Prière de S. Thomas d'Aquin avant l'étude
Creátor ineffábilis, qui de thesáuris sapiéntiæ tuæ tres Angelórum hiearchías designásti et eas super cœlum empýreum miro órdine collocásti, atque univérsi partes elegantíssime distribuísti: Tu, inquam, qui verus fons lúminis et sapiéntiæ díceris ac superéminens princípium, infúndere dignéris super intelléctus mei ténebras tuæ rádium claritátis, dúplices, in quibus natus sum, a me rémovens ténebras, peccátum scílicet et ignorántiam. Tu, qui linguas infántium facis disértas, linguam meam erúdias atque in lábiis meis grátiam tuæ benedictiónis infúndas. Da mihi intelligéndi acúmen, retinéndi capacitátem, addiscéndi modum et facilitátem, interpretándi subtilitátem, loquéndi grátiam copiósam. Ingréssum ínstruas, progréssum dírigas, egréssum cómpleas. Tu, qui es verus Deus et Homo, qui vivis et regnas in sǽcula sæculórum. Amen. Créateur ineffable, qui, des trésors de Ta sagesse, a formé les trois hiérachies des anges, les a placées au-dessus des cieux dans un ordre merveilleux, et a façonné et distribué de façon exquise toutes les parties de l'univers ; Toi qui es la vraie source de la lumière et de la sagesse et leur principe suréminent, daigne répandre Ta clarté sur l’obscurité de mon intelligence ; chasse de moi les ténèbres du péché et de l’ignorance. Donne-moi : la pénétration pour comprendre, la mémoire pour retenir, la méthode et la facilité pour apprendre, la lucidité pour interpréter, une grâce abondante pour m’exprimer. Aide le commencement de mon travail, diriges-en le progrès, couronnes-en la fin. Toi, qui es vrai Dieu et vrai homme, et qui vis et règnes dans les siècles des siècles. Amen.

Martyrologe - Invitatoire - Vigiles(OSB) - Laudes - Tierce - Messe - Sexte - None - Vêpres - Complies - Evangile commenté - Règle de S. Benoît - Compendium - Ordo - Prières -

Ordo liturgique du vendredi 10 avril 2020 au dimanche 10 mai 2020

vendredi 10 avril 2020
Feria VI - Sacrum Triduum Paschale

Feria VI hebdomadae sanctae.

Ste Madeleine de Canossa
Religieuse, fondatrice de l'institut des Filles de la Charité destiné à l'enseignement et aux soins des malades (†1835) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 11 avril 2020
Sabbato - Sacrum Triduum Paschale

Sabbato Sancto.

St Stanislas , évêque et martyr
Évêque de Cracovie, il fut tué par le roi Boleslas dans sa cathédrale (†1079) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 12 avril 2020
Dominica - Infra octavam Paschae

DOMINICA RESURRECTIONIS, Sollemnitas.

St Joseph Moscati
Médecin, précurseur de la Biochimie, trouva dans sa foi la force de se dévouer pour ses malades (†1927) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 13 avril 2020
Feria II - Infra octavam Paschae

Feria II infra octavam Paschae.

St Martin 1er, pape et martyr
Pape, mort des suites de son enlèvement à Constantinople (†655) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 14 avril 2020
Feria III - Infra octavam Paschae

Feria III infra octavam Paschae.

Ste Lidwine
Mystique hollandaise, elle s'unit à la Passion du Christ (†1433) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 15 avril 2020
Feria IV - Infra octavam Paschae

Feria IV infra octavam Paschae.

St Damien de Veuster, prêtre
Prêtre, apôtre des lépreux dans l'île de Molokaï (†1889) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 16 avril 2020
Feria V - Infra octavam Paschae

Feria V infra octavam Paschae.

St Benoît-Joseph Labre
Pèlerin perpétuel, homme de prière et de charité, il mourut à Rome en 1783 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 17 avril 2020
Feria VI - Infra octavam Paschae

Feria VI infra octavam Paschae.

Ste Catherine Tekakwitha, vierge
Vierge indienne d’Amérique, première "peau rouge " honorée par l'Église († 1680) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 18 avril 2020
Sabbato - Infra octavam Paschae

Sabbato infra octavam Paschae.

Bse Marie de l'Incarnation
Madame Acarie, mère de famille, esprit des plus brillants, religieuse (†1618) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 19 avril 2020
Dominica - Dominica II Paschae

DOMINICA IN OCTAVA PASCHÆ SEU DE SACRA MISERICORDIA.

St Elphège, archevêque
Archevêque de Canterbury, mort martyr en 1012 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 20 avril 2020
Feria II - Hebdomada II Paschae

FERIE
Bx Jacques Bell et ses compagnons, prêtres et martyrs
Prêtres, martyrisés à Londres en 1602 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 21 avril 2020
Feria III - Hebdomada II Paschae

FERIE ou S. Anselmi, episcopi et Ecclesiae doctoris, memoria ad libitum.
St Anselme de Canterbury, évêque et docteur de l'Église
Abbé du Bec en Normandie et évêque de Canterbury, il fut un grand théologien (†1109) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 22 avril 2020
Feria IV - Hebdomada II Paschae

FERIE
St Léonide
Père d'Origène, professeur de renom à Alexandrie († vers 203) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 23 avril 2020
Feria V - Hebdomada II Paschae

FERIE ou S. Adalberti, episcopi et martyris, memoria ad libitum.
St Georges, martyr
Soldat mort à Lod en Palestine en 303. Il a le titre de "grand martyr " - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 24 avril 2020
Feria VI - Hebdomada II Paschae

FERIE ou S. Fidelis a Sigmaringen, presbyteri et martyris, memoria ad libitum.
St Fidèle de Sigmaringen, prêtre et martyr
Capucin, surnommé "ange de la paix " martyr en Suisse en 1622 - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 25 avril 2020
Sabbato - Hebdomada II Paschae

S. Marci, evangelistae, Festum.

St Marc, évangéliste
Évangéliste,compagnon de St Paul et de St Pierre, il serait mort martyr en Alexandrie en 68 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 2
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 26 avril 2020
Dominica - Hebdomada III Paschae

Dominica III Paschae.

Bx Raphaël Arnaiz Baron, moine
Moine à Palencia, il supporta héroïquement la maladie et mourut à vingt-sept ans en 1938 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 27 avril 2020
Feria II - Hebdomada III Paschae

FERIE
Ste Zita
Native de Monsagrati, près de Lucques en Italie, elle entra à douze ans au service d'une famille chez qui elle demeura toute sa vie (†1272) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 28 avril 2020
Feria III - Hebdomada III Paschae

FERIE ou S. Ludovici Mariae Grignion de Montfort, presbyteri, memoria ad libitum.
St Pierre Chanel, prêtre et martyr
Prêtre, missionnaire à Futuna, martyr en 1841 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 29 avril 2020
Feria IV - Hebdomada III Paschae

S. Catharinae Senensis, virginis et Ecclesiae doctoris, patronae Europae, Festum.

Ste Catherine de Sienne, vierge et docteur de l’Église
Vierge, docteur de l'Église elle persuada le pape Grégoire XI de revenir à Rome (†1380) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 30 avril 2020
Feria V - Hebdomada III Paschae

FERIE
St Pie V, pape
Pape de la contre-réforme et défenseur de la chrétienté (†1572) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 1 mai 2020
Feria VI - Hebdomada III Paschae

FERIE
St Joseph ouvrier
Le pape Pie XII donna en 1955, au monde du travail, St Joseph comme modèle - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 2 mai 2020
Sabbato - Hebdomada III Paschae

S. Athanasii, episcopi et Ecclesiae doctoris, Memoria.

St Athanase, évêque et docteur de l'Église
Évêque d'Alexandrie, défenseur de la foi, docteur de l’Église, il lutta toute sa vie contre les ariens (†373) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 3
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 3 mai 2020
Dominica - Hebdomada IV Paschae

Dominica IV Paschae.

Sts Philippe et Jacques, apôtres
Apôtres, Philippe et Jacques sont morts martyrs - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
lundi 4 mai 2020
Feria II - Hebdomada IV Paschae

FERIE
St Jean-Louis Bonnard
Prêtre, missionnaire au Tonkin, mort martyr en 1852 - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mardi 5 mai 2020
Feria III - Hebdomada IV Paschae

FERIE
Bse Catherine Cittadini
Religieuse, fondatrice d'un Ordre enseignant : les Ursulines de Somasque (†1857) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
mercredi 6 mai 2020
Feria IV - Hebdomada IV Paschae

FERIE
Bx François de Montmorency-Laval
Premier évêque du Canada, il évangélisa les Indiens et fonda le séminaire de Québec (université Laval) (†1708) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
jeudi 7 mai 2020
Feria V - Hebdomada IV Paschae

FERIE
St Augustin Roscelli
Prêtre de Gênes, il fonda de nombreuses œuvres pour les pauvres, portées par la prière de contemplatives (†1902) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
vendredi 8 mai 2020
Feria VI - Hebdomada IV Paschae

FERIE
Bse Catherine de Longpré
Religieuse augustinienne originaire de Bayeux, missionnaire et cofondatrice du Québec (†1668) - Martyrologe du jour
Abstinence
Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
samedi 9 mai 2020
Sabbato - Hebdomada IV Paschae

FERIE
St Pacôme
Moine en Égypte, auteur de la 1ère règle monastique (†346) - Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 4
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière
dimanche 10 mai 2020
Dominica - Hebdomada V Paschae

Dominica V Paschae.

St jean d'Avilla, prêtre docteur de l'église
- Martyrologe du jour

Semaine du psautier : 1
Ad invitatorium - Ad Vigilias (OSB) - Ad Laudes matutinas - Ad Tertiam - Ad Missam - Ad Sextam - Ad Nonam - Ad Vesperas - Ad Completorium - Journée entière