Martyrologe
Le 14 novembre
1. À Héraclée en Thrace, saint Théodote, prêtre et martyr.
2. À Gangres en Paphlagonie, au IVe siècle, saint Hypace, évêque et martyr, qui succomba sous les pierres lancées par les hérétiques novatiens sur son chemin.
3. À Avignon, peut-être au IVe siècle, saint Ruf, que l’on estime avoir été le premier à diriger la communauté chrétienne de ce lieu.
4*. Dans l’île de Bardsey au sud du pays de Galles, au VIe siècle, saint Dubrice, évêque et abbé, considéré comme un des fondateurs du monachisme au pays de Galles.
5*. À Traù ou Trogir en Dalmatie, l’an 1170, saint Jean, évêque. Après avoir été ermite au monastère camaldule d’Osorin, il reçut la charge de l’épiscopat et défendit avec succès la cité de la destruction du roi Coloman.
6. À Eu en Normandie, l’an 1180, le trépas de saint Laurent O’Toole, évêque de Dublin. Dans les circonstances difficiles de son temps, il défendit avec énergie la discipline de l’Église et s’appliqua à rétablir la concorde entre les princes. En allant au-devant du roi Henri II d’Angleterre, il obtint lui-même les joies de la paix éternelle.
7*. Au monastère Sainte-Marie de Gualdo Mazocca près de Campobasso dans les Abruzzes, en 1170, le bienheureux Jean de Tupharia, ermite.
8*. Au Jardin de Sainte-Marie en Frise, l’an 1230, saint Siard, abbé prémontré, remarquable par son obéissance à la Règle et sa générosité envers les pauvres.
9*. À Alger, en 1240, saint Sérapion, le premier membre de l’Ordre de la Merci qui mérita de recevoir la couronne du martyre pour la délivrance des captifs et la prédication de la foi chrétienne en pays infidèle.
10. À Jérusalem, en 1301, les saints martyrs Nicolas Tavelic, Déodat Aribert, Étienne de Cuneo et Pierre de Narbonne, prêtres de l’Ordre des Mineurs ; ayant prêché librement la religion chrétienne sur la place devant les Sarrasins, ils confessèrent avec constance le Christ Fils de Dieu et furent brûlés vifs.
11*. À Caccamo en Sicile, l’an 1511, le bienheureux Jean Liccio, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs. Remarquable par sa charité infatigable envers le prochain, son ardeur à propager la prière du Rosaire, son zèle pour la discipline régulière ; il s’endormit dans le Seigneur à l’âge de cent onze ans.
12. À Binh Dinh en Cochinchine, l’an 1861, saint Étienne-Théodore Cuénot, évêque et martyr. Membre de la Société des Missions étrangères de Paris, il passa plus de vingt-cinq ans dans les travaux apostoliques et, quand se déchaîna la persécution de l’empereur Tu Duc, il fut jeté dans une étable à éléphants et mourut, épuisé par les épreuves.
**.        En Pologne, en 1872, la bienheureuse Maria Luisa Merkert, cofondatrice et première supérieure de la congrégation de Sainte Elisabeth. (béatifiée le 30 septembre 2007 par Benoît XVI)
**.         En Italie, en 1889, la bienheureuse Maria Teresa di gesu (Maria Scrilli), religieuse, fondatrice de l’Institut de Notre Dame du Carmel. (béatifiée le 8 octobre 2006 par benoît XVI).