Martyrologe du dimanche 26 novembre 2017 - N. S. J. C. ROI DE L'UNIVERS

Martyrologe
Le 26 novembre
(En Belgique : Mémoire de saint Jean Berchmans. Texte le 13 août, n°10.)
1. À Rome, au cimetière de Priscille sur la nouvelle voie Salarienne, en 399, saint Sirice, pape, dont saint Ambroise a fait l’éloge comme d’un maître, parce que, portant le fardeau de tous les évêques, il leur enseigna les décisions des Pères, qu’il sanctionna de l’autorité apostolique.
2. À Adrianopolis en Paphlagonie, après 610, saint Alypius, diacre et stylite, qui mourut presque centenaire.
3. À Constance en Souabe, l’an 975, saint Conrad, évêque, qui fut un excellent pasteur de son troupeau et fit profiter largement de ses biens l’Église et les pauvres.
4. À Sparte dans la Péloponnèse, en 998, saint Nikon, moine. Après avoir mené en Asie la vie cénobitique et érémitique, il trouva un champ d’apostolat dans l’île de Crète, qui venait d’être libérée du joug des Sarrasins et qu’il fallait ramener aux mœurs chrétiennes par un zèle évangélique. De là, il parcourut la Grèce, prêchant la pénitence, et mourut dans le monastère qu’il avait construit à Sparte.
5. Dans la forêt près de Fratta, sur le territoire de Rovigo en Vénétie, l’an 1147, la passion de saint Bellin, évêque de Padoue et martyr. Défenseur éminent de l’Église, il fut arrêté cruellement en chemin par des assassins à gage et succomba à ses nombreuses blessures.
6*. Au monastère des chanoines réguliers de Sixt en Savoie, l’an 1178, le bienheureux Ponce de Faucigny, qui fut abbé d’Abondance, mais se démit de sa charge pour vivre et mourir comme un simple religieux.
7. Près de Fabriano dans les Marches, en 1207, saint Silvestre Gozzolini, abbé. Devant la tombe ouverte d’un ami qui venait de mourir, il comprit toute la vanité du monde et se retira dans la solitude. Après avoir changé plusieurs fois de lieu, pour mieux se cacher des hommes, il finit dans un lieu désert, à Monte Fano, par jeter les fondements de la Congrégation des Silvestrins, sous la Règle de saint Benoît.
8*. À Apt en Provence, l’an 1360, la bienheureuse Delphine, qui fut l’épouse de saint Elzéar de Sabran. Tous deux firent le vœu de chasteté et, après la mort de son mari, elle vécut dans la pauvreté et la prière.
9*. À York en Angleterre, l’an 1585, les bienheureux martyrs Hugues Taylor, prêtre, et Marmaduke Bowes. Condamnés à mort, le premier, encore jeune, parce qu’il avait gagné l’Angleterre alors qu’il était prêtre, le second, un vieillard, parce qu’il lui était venu en aide, ils furent tous deux conduits au supplice du gibet, sous la reine Élisabeth Ière.
10. À Bisignano en Calabre, l’an 1637, saint Humble (Luc-Antoine Pirozzo), religieux de l’Ordre des Mineurs, célèbre par son esprit de prophétie et la fréquence de ses extases.
11. À Rome, au couvent de Saint-Bonaventure sur le Palatin, en 1754, saint Léonard de Port-Maurice, prêtre de l’Ordre des Mineurs. Rempli du zèle des âmes, il se dépensa pendant presque toute sa vie à prêcher, à publier des livres de piété, et à visiter plus de trois cents missions à Rome, en Corse et dans l’Italie du Nord.
12. À Nam Dinh au Tonkin, en 1839, les saints martyrs Thomas Dinh Viêt Du et Dominique Nguyên Van (Doan) Xuyên, prêtres dominicains, décapités ensemble en vertu d’un décret de l’empereur Minh Mang.
13*. En Italie, la bienheureuse Gaétane Sterni, religieuse
14*. À Rome, en 1971, le bienheureux Jacques Alberione, prêtre. Soucieux avant tout d’évangélisation, il mit tout son zèle et son activité à orienter vers le bien de la société les moyens de communication sociale et à en faire comme des aides pour une annonce plus efficace de la vérité du Christ, et dans ce but il fonda la Société religieuse de Saint Paul Apôtre.