Martyrologe du samedi 23 décembre 2017 -

Martyrologe
Le 23 décembre
1. Mémoire de saint Jean de Kenty, prêtre. Après son ordination, il fut chargé d’enseigner à l’université de Cracovie, mais son succès comme professeur et prédicateur attira des oppositions et il fut nommé curé d’Oskuz, paroisse proche de Cracovie. Rappelé quelques années après à l’université, il y enseigna l’Écriture sainte, jusqu’à la fin de ses jours. Joignant une foi droite à une vie vertueuse, il se montra, pour ses collaborateurs et ses disciples, un modèle de piété et de charité envers le prochain. Il passa aux joies du ciel la veille de Noël 1473.
2. À Gortyne en Crète, l’an 250, dix saints martyrs durant la persécution de Dèce, repoussant publiquement l’ordre de sacrifier pour la dédicace du temple de la Fortune, ils furent torturés puis décapités.
3. À Rome, commémoraison de saint Servule qui mourut en 590. Dès son plus jeune âge, il demeura paralytique, étendu sous un portique près de l’église de Saint-Clément. Dans la douleur, il s’appliqua à rendre toujours grâce à Dieu, comme l’écrit le pape saint Grégoire le Grand, et tout ce qu’il recevait en aumônes, il le donnait à de plus pauvres que lui.
4*. À Chartres, en 1166, saint Yves, évêque. Abbé des chanoines réguliers de Beauvais, il fut ordonné évêque par le bienheureux pape Urbain II. Il restaura l’ordre des chanoines et fit beaucoup par ses actions et ses écrits pour la concorde entre le sacerdoce et l’empire et pour l’utilité de l’Église.
5*. À Brixen (Bressonone) dans la région de Trente, en 1164, le bienheureux Hartmann, évêque. Auparavant chanoine régulier, il gouverna cette Église avec prudence et fidélité.
6*. En Islande, l’an 1193, saint Thjorlay (Thorlak), évêque de Skalholt, qui chercha à réformer les mœurs du clergé et du peuple.
7. À Cantorbéry, en 1539, saint Jean Stone, prêtre augustin et martyr. Docteur en théologie, seul de sa communauté, il refusa de reconnaître le roi Henri VIII comme chef de l’Église d’Angleterre et fût pour cela condamné à mort, pendu, éventré et écartelé.
8*. À Valence en Espagne, l’an 1683, le bienheureux Nicolas Factor, prêtre franciscain. Enflammé d’un brûlant amour de Dieu, il fut souvent ravi en extase.
9. À Montréal au Canada, en 1771, sainte Marie-Marguerite d’Youville, religieuse. Mère de famille devenue veuve, elle éleva ses deux fils sur le chemin du sacerdoce et mit toutes ses forces à venir en aide aux malades, aux vieillards et aux miséreux de toutes sortes, pour lesquels elle fonda la Congrégation des Sœurs de la Charité. (Au Canada, sa mémoire est célébrée le 16 octobre.)
10*. À Sao Paulo au Brésil, en 1822, le bienheureux Antoine de Sainte-Anne (Galvão de França), prêtre franciscain, qui se donna avec succès à la prédication et au ministère de la pénitence et fonda la Retraite de Lumière ; où il exerça la direction spirituelle d’une communauté de Sœurs
11. À Tjyen-Tiyon en Corée, l’an 1866, saint Joseph Cho Yun-ho, martyr, jeune homme, suivant les traces de son père, saint Pierre Cho Hwa-so ; il mourut sous les coups de bâton pour le nom chrétien
12*. Dans la région de Valence en Espagne, l’an 1936, le bienheureux Paul Melendez Gonzalo, martyr. Père de famille, avocat et journaliste, il fut fusillé parce que membre de l’action catholique durant la persécution religieuse au temps de la guerre civile.