Martyrologe du dimanche 31 décembre 2017 - SAINTE FAMILLE DE JESUS, MARIE ET JOSEPH

Martyrologe
Le 31 décembre
1. Mémoire de saint Silvestre Ier, pape qui dirigea saintement l’Église durant de longues années à l’époque où l’empereur Constantin fit construire les basiliques vénérables et où le Concile de Nicée acclama le Christ Fils de Dieu. Il fut mis au tombeau en ce jour, en 335, à Rome, au cimetière de Priscille sur la nouvelle voie Salarienne.
2. À Rome également, sur la même voie, au cimetière des Jourdains, les saintes martyres Donate, Pauline, Rogate, Dominanda, Sérotine, Saturnine et Hilarie.
3. À Sens, sainte Colombe, vierge et martyre.
4. À Constantinople, vers 350 saint Zotique, prêtre de Rome, qui suivit l’empereur Constantin dans sa nouvelle capitale et y fonda un hospice pour les pauvres et un orphelinat.
5. À Jérusalem, sainte Mélanie la Jeune, qui, avec son époux, saint Pinien, quitta la ville de Rome, se rendit dans la Ville sainte et y mena la vie religieuse parmi les femmes consacrées à Dieu, tandis que son mari en faisait de même parmi les moines. Tous deux firent une sainte mort elle en 439, lui en 440.
6. À Ravenne en Émilie, vers le VIe siècle, saint Barbatien, prêtre.
7*. À Lausanne en Suisse, l’an 594, saint Marius (Maire), évêque d’Avenches, qui déplaça son siège dans cette ville.
8*. À La Louvesc dans le Vivarais, en 1640, saint Jean-François Régis, prêtre de la Compagnie de Jésus, qui parcourut les monts et les villages de la région, prêchant et administrant le sacrement de pénitence et veillant sans relâche à rénover la foi catholique dans les âmes des gens du pays.
9*. À Mercuès près de Cahors, en 1659, le trépas du bienheureux Alain de Solminihac, évêque de Cahors, qui s’appliqua à corriger les mœurs de son peuple par ses visites pastorales et s’efforça par tous les moyens, avec un zèle apostolique, de rénover son Église. Fêté le 3 janvier -  Zenit
10. À Paris, en 1886, sainte Catherine Labouré, vierge, Fille de la Charité, qui passa à l’hospice d’Enghien quarante-cinq ans au service des pauvres et des immigrés avec une simplicité et une générosité sans faille, et sans laisser deviner que la Vierge Marie s’était manifestée à elle dans la chapelle de la rue du Bac, pour inviter ses fils à l’invoquer comme l’Immaculée au moyen de “médaille miraculeuse”
**.         En Italie, en 1924, la bienheureuse Guiseppina Nicoli, fille de la charité en Sardaigne. (béatifiée par Benoit XVI le 3 février 2008.