Martyrologe du jeudi 22 février 2018 - Chaire de St Pierre, apôtre

Martyrologe
Le 22 février
1.         Fête de la Chaire de saint Pierre, Apôtre, à qui le Seigneur a dit : “Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église”. Au jour où les Romains avaient coutume de faire mémoire de leurs défunts, l’Église célèbre la naissance du siège de cet Apôtre, qui est glorifié par son monument au Vatican et qui est appelé à présider à la charité dans l’ensemble des Églises.
2.         À Hiérapolis en Phrygie, au IIe siècle, saint Papias, évêque, homme vénérable, dit saint Irénée, auditeur de Jean l’Ancien, familier de saint Polycarpe et qui donna son interprétation des paroles du Seigneur.
3.         À Vienne en Gaule, au IVe siècle, saint Paschase, évêque, remarquable pour son érudition et la sainteté de ses mœurs.
4.         À Ravenne en Émilie, l’an 556, saint Maximien, évêque, qui remplit fidèlement son devoir de pasteur et défendit l’unité de l’Église contre les hérétiques.
5.         À Faenza, également en Émilie, l’an 1072, la naissance au ciel de saint Pierre Damien, dont la mémoire a été célébrée la veille.
6*.         À Longchamp aux environs de Paris, en 1270, la bienheureuse Isabelle, vierge. Sœur du roi Saint Louis, elle refusa des noces princières, méprisa les délices du monde et fonda un couvent de Sœurs Mineures, avec lesquelles elle vécut pour Dieu dans l’humilité et la pauvreté.
7.         À Cortone en Toscane, l’an 1297, sainte Marguerite. Fortement remuée par la mort violente de son amant, elle lava par une pénitence salutaire les taches de sa jeunesse et, reçue dans le Tiers-Ordre de Saint-François, elle se retira dans la contemplation admirable des réalités célestes, enrichie par Dieu de charismes d’en-haut.
8*.         À Sendai au Japon, en 1624, le bienheureux Didace Carvalho, prêtre de la Compagnie de Jésus et martyr. Après des sévices, des mises au cachot, des parcours pénibles durant l’hiver, enfin dans le supplice de l’eau glacée, il confessa le Christ avec une soixantaine de chrétiens japonais, en montrant une foi intrépide.
9*.         À Florence en Toscane, l’an 1878, la bienheureuse Marie de Jésus (Émilie d’Oultremont). Mère de quatre enfants, devenue veuve, sans rien négliger de ses devoirs maternels, elle travailla à fonder en Belgique et à diriger la Société des Sœurs de Marie Réparatrice et, confiante dans le secours divin, après avoir surmonté des soucis assez nombreux, elle acheva saintement son pèlerinage sur terre en faisant route vers la patrie du ciel.