affiche_liturgia("journee")office = martyrologe

Martyrologe du jeudi 8 mars 2018 -

Martyrologe
Le 8 mars
1.         Mémoire de saint Jean de Dieu, religieux. Né au Portugal, après une vie pleine d’aventures et de périls, où il fut tour à tour en Espagne berger, régisseur, soldat, pèlerin et marchand d’images, mais avec le désir d’une vie meilleure, il construisit à Grenade un hôpital où il servit et soigna avec une constante charité les pauvres et les malades, et s’adjoignit des compagnons qui constituèrent plus tard l’Ordre des Hospitaliers de Saint Jean de Dieu. Il s’en alla vers le repos éternel en 1550.
2.         Commémoraison de saint Ponce, qui au IIIe siècle fut diacre de saint Cyprien à Carthage, l’accompagna dans son exil jusqu’à sa mort et laissa un excellent ouvrage sur la vie et la passion de son évêque.
3.         À Antinoé en Égypte, l’an 287, les saints Apollonius et Philémon, martyrs.
4*.         À Côme en Ligurie, vers 420, saint Provin, évêque. Fidèle disciple de saint Ambroise, il préserva son Église de l’hérésie arienne.
5*.         Dans l’île de Carthaig en Irlande, au VIe siècle, saint Senan, abbé.
6.         À Dumnoc (aujourd’hui Dunwich) en Angleterre, vers 646, saint Félix, évêque. Originaire de Bourgogne, il vint en Angleterre évangéliser les Angles orientaux. Ordonné évêque, il fixa son siège à Dumnoc et fonda des églises, des monastères et des écoles, avec l’appui du roi Sigebert.
7.         À Nicomédie en Bithynie, vers 840, saint Théophilacte, évêque, qui fut exilé à cause du culte des saintes images et mourut à Strobile, en Carie.
8*.         Au pays des Morins, en 871, saint Humfroy, évêque de Thérouanne. Quand sa ville fut détruite par les Normands, il devint un soutien et une consolation pour son troupeau.
9*.         À Pavie en Lombardie, l’an 874, saint Litfred, évêque.
10*.         À Tayne en Écosse, vers 1065, la mise au tombeau de saint Duthac, évêque de Ross.
11*.         En Navarre, vers 1095, saint Vérémond, abbé d’Hyracha. Moine depuis l’enfance, il stimula ses moines par son exemple, ses jeûnes et ses veilles, au zèle de la perfection.
12*.         À Obazine, dans le Limousin, en 1159, saint Étienne, premier abbé de ce lieu. En quête de Dieu, il hésita entre la vie d’ermite, de chanoine et de moine, et finalement il s’agrégea à l’Ordre cistercien avec les trois monastères qu’il avait fondés.
13*.         Au monastère de Jedrzejow en Pologne, l’an 1223, le trépas du bienheureux Vincent Kadlubek, évêque de Cracovie, qui s’était démis de son siège pour mener la vie monastique.
14*.         À Getafe près de Madrid, en 1925, le bienheureux Faustin Miguez, prêtre des Clercs réguliers des écoles religieuses, qui se donna tout entier à sa charge d’enseignant, avec une activité pastorale qui lui valut d’être reconnu comme maître et expert, et il fonda la Congrégation des Filles de Calasanz.