Martyrologe du mardi 13 mars 2018 -

Martyrologe
Le 13 mars
1.         À Nicomédie en Bithynie, les saints martyrs Macédonius, prêtre, Patricia, son épouse, et Modeste, sa fille.
2.         À Hermopolis en Égypte, vers 303, saint Sabin, martyr, qui fut cruellement torturé et enfin jeté dans le fleuve.
3.         En Perse, l’an 559, sainte Christine, martyre, qui aurait été frappée de verges jusqu’à la mort, sous le roi des Perses Chosroès Ier.
4*.         À Poitiers, vers 564, saint Pient, évêque, qui aida sainte Radegonde à bâtir son monastère.
5.         À Séville en Espagne, vers 600, saint Léandre, évêque, frère des saints Isidore, Fulgence et Florentine. Par sa prédication et son activité pastorale, il fit passer de l’hérésie arienne à la foi catholique le peuple des Wisigoths, avec l’aide de leur roi Reccarède.
6*.         Au monastère de Novalèse dans la vallée de Suse, au pied du Montcenis, vers 840, saint Eldrade, abbé, qui fut zélé pour le culte divin, institua la louange permanente des psaumes et prit soin de faire construire de nouvelles églises.
7. À Cordoue en Andalousie, l’an 857, la passion des saints martyrs Rodrigue et Salomon. Le premier, qui était prêtre, refusa de croire que Mahomet était vraiment un prophète envoyé par le Tout-puissant et fut jeté en prison, où il tomba sur Salomon, qui avait adhéré un moment à l’islam. Tous deux donnèrent une fin glorieuse, par la décapitation, au parcours de leur combat.
8*.         À Camerino dans les Marches, en 868, saint Ansovin, évêque.
9*.         Au monastère de Cava en Campanie, l’an 1208, le bienheureux Pierre II, abbé.
10*. À Oxford en Angleterre, le bienheureux Agnel de Pise, qui fut envoyé par saint François en France, puis en Angleterre, où il établit l’Ordre des Mineurs et promut les sciences sacrées.
11*.         À Ernée dans le Maine, en 1794, la bienheureuse Françoise Tréhet, vierge, Sœur de la Charité. Elle se dévoua avec tout son zèle à enseigner les enfants et à soigner les malades et, au temps de la Révolution française, parce qu’elle avait refusé le serment à la Constitution civile du clergé et qu’elle avait donné asile à des prêtres, elle fut condamnée à mort et aussitôt guillotinée.
**        Au Brésil, en 1992, la bienheureuse Dulce Lopes Pontes de Souza Brito, (le Bon Ange de la Bahia) religieuse des Sœurs Missionnaires de l'Immaculée Conception (béatifiée le 22 mai 2011 par Benoît XVI)