Martyrologe du vendredi 27 avril 2018 -

Martyrologe
Le 27 avril
1. À Jérusalem, commémoraison de saint Siméon, évêque et martyr. Fils de Cléopas, selon la tradition, et proche parent du Sauveur, il fut ordonné évêque de Jérusalem après le martyre de saint Jacques, frère du Seigneur, et au temps de l’empereur Trajan, l’an 107, il fut accusé d’être un descendant du roi David, torturé et enfin mis en croix.
2. À Cybales en Pannonie, vers 303, saint Pallion, lecteur et martyr. Après les édits de persécution de Dioclétien, il fut arrêté, interrogé par le préfet Probus, et comme il ne cessait d’affirmer sa foi dans le Christ et refusait de sacrifier aux idoles, il fut condamné à être jeté aux flammes en dehors des murs de la ville.
3. En Thébaïde, au IVe siècle, saint Théodore, abbé, qui fut le disciple de saint Pacôme et le père de la congrégation de moines de Tabenne.
4*. À Altino en Vénétie, vers 400, saint Libéral, ermite.
5*. Dans l’île de Man, entre le pays de Galles et l’Irlande, au Ve siècle, saint Macal ou Maugan, évêque, doté d’une sainteté d’or.
6*. Dans l’île d’Afusie en Propontide, au IXe siècle, saint Jean, higoumène, qui combattit beaucoup, sous l’empereur Léon l’Isaurien, pour le culte des saintes images.
7*. À Lucques en Toscane, l’an 1304, sainte Zita, vierge. Née de parents pauvres, dès l’âge de douze ans elle vendit des fruits dans les rues et à dix-huit ans elle entra comme domestique dans la riche famille des Fatinelli et demeura à leur service avec une patience admirable jusqu’à sa mort.
8*. À Tarragone dans le royaume d’Aragon, en 1304, le bienheureux Pierre Armengol. Il s’était mis à la tête d’une bande de brigands, mais, revenu à Dieu, il entra dans l’Ordre de Notre-Dame de la Merci et employa sa vie avec ardeur à racheter les captifs en Afrique.
9*. À Bitetto dans les Pouilles, vers 1485, le bienheureux Jacques, religieux de l’Ordre des Mineurs, né en Dalmatie, d’une humilité remarquable.
10*. À Kostor au Monténégro, en 1565, la bienheureuse Catherine, vierge. Baptisée dans l’Église orthodoxe, elle reçut, en entrant dans l’Ordre de la Pénitence de Saint-Dominique, le nom d’Hosanna, vécut en recluse durant cinquante-et-un ans dans une sainte contemplation et, au moment de l’offensive des Turcs, le peuple chrétien attribua à ses prières la délivrance de la ville.
11*. À Reims, en 1678, le bienheureux Nicolas Roland, prêtre. Préoccupé de la formation chrétienne des enfants, il créa des écoles pour les enfants pauvres qui étaient alors exclus de toute formation, et fonda la Congrégation des Sœurs du Saint Enfant Jésus.
12. À Ninh Binh au Tonkin, en 1856, saint Laurent Nguyen Van Huong, prêtre et martyr, qui fut arrêté alors qu’il allait de nuit visiter un mourant et, comme il refusait de fouler la croix aux pieds, il fut flagellé puis décapité, sous l’empereur Tu Duc.
13*. À Salamanque en Espagne, l’an 1919, la bienheureuse Marie-Antonie Bandrés y Elosegui, vierge, de la Congrégation des Filles de Jésus, qui consacra sa vie à Dieu et l’acheva, à l’âge de vingt-et-un ans, d’un cœur égal, même si elle connut la nuit intérieure.