Martyrologe du jeudi 3 mai 2018

Martyrologe
Le 3 mai
1. Fête des saints Philippe et Jacques, Apôtres. Philippe, né à Bethsaïde, disciple de Jean-Baptiste, comme Pierre et André, fut appelé par le Seigneur à le suivre. Jacques, fils d’Alphée, considéré chez les Latins comme le même que le frère du Seigneur, surnommé le Juste, dirigea le premier l’Église de Jérusalem et, quand s’éleva le débat au sujet de la circoncision, se rangea à l’avis de Pierre de ne pas imposer le joug de la Loi juive aux disciples venant du monde païen ; il couronna peu après son apostolat par le martyre.
2. À Antinoé en Thébaïde, l’an 286, les saints martyrs Timothée et Maure.
3. Sur la voie Nomentane, au septième mille de Rome, au IIIe ou IVe siècle, les saints martyrs Évence, Alexandre et Théodule.
4. À Narni en Ombrie, au IVe siècle, saint Juvénal, vénéré comme le premier évêque de la cité.
5*. À Kildare en Irlande, vers 520, saint Conleth, évêque, qui fut appelé par sainte Brigitte à s’occuper de la vie spirituelle dans son monastère et dans les autres fondations, et qui jouit d’une grande autorité auprès des prélats de la région.
6*. À Argos en Grèce, vers 922, saint Pierre, évêque, qui montra une très grande charité envers les pauvres et les esclaves, et s’efforça constamment d’apaiser les litiges pour le bien de la foi.
7*. Au monastère de Hohorst en Flandre, vers 1008, le trépas de saint Ansfrid, évêque d’Utrecht, qui se retira dans ce lieu quand il fut devenu aveugle.
8*. Près de Kiev en Russie, l’an 1074, saint Théodose, abbé, qui fonda la laure des Cryptes et y établit, dit-on, la vie cénobitique.
9*. À Verceil dans le Piémont, en 1314, la bienheureuse Émilie Bicchieri, vierge, moniale de l’Ordre des Prêcheurs. Bien qu’elle ait été plusieurs fois prieure, elle s’appliqua, parmi ses sœurs, avec la plus grande joie, aux tâches les plus humbles du couvent.
10*. À Casimir, près de Cracovie en Pologne, l’an 1489, saint Stanislas Soltys, prêtre et chanoine régulier, qui, poussé par la charité pastorale, fut un ministre diligent de la parole de Dieu, un maître en spiritualité et un confesseur toujours prêt à recevoir les pénitents. (canonisé le 17 octobre 2010 par Benoît XVI)
11*. À Suse dans le Piémont, en 1903, le bienheureux Édouard-Joseph Rosaz, évêque, qui pendant vingt-cinq ans exerça son ministère apostolique auprès de son peuple, surtout des pauvres, et fonda la Congrégation des Sœurs du Tiers-Ordre de Saint-François.
12*. À Sherbrook au Québec, en 1912, la bienheureuse Marie-Léonie (Alodie Paradis), vierge, qui fonda la Congrégation des Petites Sœurs de la Sainte Famille, vouée à aider les prêtres dans leur pratique et leur vie commune.
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word