Martyrologe du dimanche 1 juillet 2018 - XIIIème dimanche dans l'année

Martyrologe
Le 1er juillet
1.         Commémoraison de saint Aaron, de la tribu de Lévi, que son frère Moïse consacra d’huile sainte comme prêtre de l’Ancienne Alliance et qui fut mis au tombeau sur le mont Hor.
2.         À Vienne en Gaule, à la fin du IIIe siècle, saint Martin, évêque.
3.         Dans la vallée du Brevon, en Bugey, au Ve siècle, saint Domitien, abbé, qui fut le premier à vivre là en ermite, puis rassembla autour de lui un grand nombre de disciples pour le service de Dieu et, l’âme attirée vers le ciel, quitta ce monde dans une heureuse vieillesse.
4.         Au territoire de Reims, en 533, saint Thierry, prêtre, disciple de l’évêque saint Remi.
5.        A Angoulême en Aquitaine, Saint Eparchii, prêtre.
6*.         En Bretagne, au VIe siècle, saint Goulven, évêque, qui, après une vie de solitaire, aurait succédé à saint Paul de Léon.
7*.         Au pays manceau, au VIe siècle, saint Calais, abbé du monastère d’Anile, qui prit ensuite son nom.
8*.         À Londres, en Angleterre en 1591, les bienheureux Georges Beesley et Montfort Scott, prêtres et martyrs, qui furent condamnés à mort sous la reine Élisabeth Ière, à cause de leur sacerdoce, et subirent le supplice de la pendaison.
9*.         À Londres, en 1616, le bienheureux Thomas Maxfield, prêtre et martyr. Condamné à mort sous le roi Jacques Ier, parce que, prêtre, il était venu en Angleterre, il subit le supplice à Tyburn sur un gibet garni de fleurs, à cause de la vénération que lui portaient les fidèles qui l’entouraient.
10.         À Londres, en 1681, la passion de saint Olivier Plunkett, évêque d’Armagh en Irlande et martyr. Faussement accusé de haute trahison, sous le roi Charles II, et condamné à mort, devant la potence, en présence d’une grande foule, il pardonna à ses ennemis et professa jusqu’au bout, avec courage, la foi catholique.
11*.         Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, les bienheureux Jean-Baptiste Duverneuil et Pierre-Yrieix Labrouhe de Laborderie, prêtres et martyrs, le premier de l’Ordre des Carmes déchaux, le second chanoine de Saint-Yrieix. Pendant la Révolution française, ils furent détenus dans des conditions inhumaines sur un bateau négrier en raison de leur sacerdoce, et y moururent peu de temps après.
12*.         À La Valette, dans l’île de Malte, en 1865, le bienheureux Ignace Falzon, clerc. Adonné à la prière et à l’enseignement de la doctrine chrétienne, il apporta un grand soin à l’assistance aux soldats et marins pour les amener à la foi catholique avant leur départ pour la guerre.
13.         Au village de Zhang Hyaila, près de Jieshui dans la province chinoise du Hunan, en 1900, saint Zhang Huailu, martyr. Dans la persécution de la secte de Yihetuan, alors qu’il était catéchumène, il déclara spontanément qu’il était chrétien et, muni du signe de la croix, mérita d’être baptisé dans son propre sang.
14.         Au village de Rancho de las Cruces sur le territoire de Guadalajara au Mexique, en 1928, les saints Justin Orona et Atila Cruz, prêtres et martyrs, qui furent fusillés le même jour pour le Christ dans la persécution mexicaine.
15*.         Au camp de concentration de Dachau en Bavière, l’an 1942, le bienheureux Jean-Népomucène Chrzan, prêtre de Gniezno et martyr. Pendant la Seconde Guerre mondiale, sous l’occupation de la Pologne par le régime nazi, il fut déporté sans procès, parce qu’il continuait son ministère paroissial, et succomba aux tortures.
**.         En Italie, en 1855, le bienheureux Antonio Rosmini, prêtre théologien, philosophe, fondateur de l’institut de la charité et des sœurs de la providence. (béatifié par Benoît XVI le 18 novembre 2007)