Martyrologe du mardi 17 juillet 2018 -

Martyrologe
Le 17 juillet.
1.        À Carthage, en 180, la naissance au ciel des saints martyrs Scillitains. Les saints Spérat, Nartzal, Cittinus, Veturius, Félix, Aquilin, Laetantius, Januaria, Generosa, Vestia, Donata, Secunde. Par arrêt du préfet Saturnin, après leur première profession de foi chrétienne, ils furent jetés en prison et le lendemain cloués à des poteaux. Enfin parce qu’ils confessaient avec la même fermeté qu’ils étaient chrétiens et qu’ils refusaient les honneurs divins à l’empereur, ils furent condamnés à mort et, conduits au lieu du supplice, ensemble ils se mirent à genoux et rendirent grâce au Christ avant d’être décapités.
2.        À Amastris en Paphlagonie, vers le IIIe siècle, saint Hyacinthe, martyr.
3.        À Séville en Espagne, vers 287, la passion des saintes Juste et Rufine, vierges et martyres. Elles furent arrêtées par le préfet Diogénien, étendues d’abord sur le chevalet et déchirées avec des ongles de fer, puis tourmentées par la prison, la faim et diverses tortures. Enfin, Juste expira en prison, et Rufine, persévérant à confesser le Christ, eut le cou brisé.
4.        À Milan, vers 398, sainte Marcelline, vierge, sœur de saint Ambroise. Elle reçut à Rome, dans la basilique Saint-Pierre, le voile de consécration des mains du pape Libère. Pour l’encourager dans sa vocation, saint Ambroise écrivit son traité Sur les Vierges.
5.        À Rome, dans une église située sur l’Aventin, au VIe siècle, on célèbre sous le nom de saint Alexis, un homme de Dieu qui, selon la tradition, quitta sa maison pour se faire pauvre et, inconnu de tous, mendia l’aumône.
6.        À Auxerre, au VIe siècle, saint Théodose, évêque.
7.        À Ticinum (Pavie) en Lombardie, l’an 521, saint Ennodius, évêque, qui célébra dans des poèmes les mémoires et les temples des saints et distribua ses richesses avec largesse.
8*.        À Deurne, près d’Anvers dans le Brabant, au VIIIe siècle, saint Frédégand (Frégaud). Moine venu d’Irlande, il aurait été le compagnon de  et d’autres dans leurs pérégrinations et leurs travaux missionnaires.
9*.        Au monastère de Winchcombe en Angleterre, vers 812, saint Kenelm. Prince de Mercie assassiné perfidement, il fut considéré comme martyr.
10.        À Rome, près de saint Pierre, en 865, saint Léon IV, pape, défenseur de la cité et restaurateur du primat de Pierre.
11.        Près de Stukerau, dans la région de Vienne en Bavière, l’an 1012, saint Colman. D’origine irlandaise, il se fit pèlerin pour le Christ et se mit en route vers la Terre sainte, mais, pris pour un espion ennemi, il fut pendu à un arbre et parvint ainsi à la Jérusalem du ciel.
12*.        À Zobor près de Nitra sur le Waag, dans les Carpates, vers 1031-1034, les saints Zoerard ou André et Benoît, ermites, qui vinrent de Pologne en Hongrie à la demande du roi  et, dans un ermitage de la montagne, menèrent une vie d’extrême austérité.
13.        À Cracovie en 1399, sainte Hedwige, reine. Née en Hongrie, elle devint reine de Pologne et épousa Jagellon, grand-duc de Lituanie, qui reçut au baptême le nom de Ladislas, et avec lui elle sema en Lituanie la foi catholique.
14*.        À Paris, sous la Révolution française, les Carmélites de Compiègne, vierges et martyres, furent condamnées à mort parce qu’elles avait conservé fidèlement la vie religieuse et, avant de monter à l’échafaud, elles renouvelèrent leur profession de foi baptismale et leurs vœux religieux.
15.        À Zhujiaxiezhuang, près de Shenxian dans la province chinoise de Hébei, en 1900, saint Pierre Liu Ziyu, martyr. Dans la persécution de la secte de Yihetuan, malgré les efforts de ses amis, il demeura fermement dans la foi chrétienne devant le mandarin, et fut transpercé par l’épée.
16*.        À Ilava en Slovaquie, l’an 1960, la passion du bienheureux Paul Gojdich, évêque et martyr. De l’Ordre basilien de Saint-Josaphat, il fut évêque de l’éparchie de Presav sous le régime communiste athée, qui le jeta en prison, où il subit tant d’épreuves et fut si atrocement torturé que sa confession de foi le fit passer à la vie glorieuse.