Martyrologe du mardi 6 novembre 2018 -

Martyrologe
Le 6 novembre
1. À Thinisa en Numidie, au IIIe ou IVe siècle, saint Félix, martyr, dont saint Augustin semble parler, quand il dit : “Il est vraiment heureux, et par son nom et par sa couronne. Car il a confessé le Christ, il fut ajourné pour son supplice ; et le lendemain son corps a été trouvé sans vie dans la prison.”
2. Commémoraison de saint Paul, évêque de Constantinople et martyr, vers 351. Plusieurs fois chassé de son siège par les ariens à cause de la foi de Nicée, et plusieurs fois rétabli, il fut enfin relégué par l’empereur Constance à Cucuse, petite ville de Cappadoce ; là, dit-on, les manœuvres des ariens le firent étrangler cruellement.
3. En Bretagne, vers 530, saint Melaine, évêque de Rennes, qui émigra vers le Seigneur à Platz, son village natal, au bord de la Vilaine, où il avait construit de ses mains une église et rassemblé des moines pour le service de Dieu.
4*. Au pays de Galles, dans le monastère qui a reçu son nom (Llanilltud Fawr), au VIe siècle, saint Iltud, abbé, qui fonda ce couvent, où sa renommée de sainteté et de science excellente rassembla beaucoup de disciples, dont plusieurs devinrent des saints.
5. À Noblat dans le Limousin, saint Léonard, ermite.
6. À Jérusalem, en 638, les saints martyrs Callinique, Himère, Théodore, Étienne, Pierre, Paul, un autre Théodore, Jean, un autre Jean et un autre anonyme. Quand la ville de Gaza fut prise par les Sarrasins, eux qui étaient soldats furent arrêtés, mais exhortés par l’évêque saint Sophrone, ils confessèrent le Christ, et pour cela furent décapités.
7. À Barcelone en Catalogne, saint Sévère, évêque, qui passe pour avoir reçu la couronne du martyre.
8*. En Suisse, au VIIe siècle, saint Protais, vénéré comme évêque de Lausanne.
9. Au pays de Thérouanne, vers 715, saint Winnoc, abbé. Breton de naissance, il fut accueilli par saint Bertin parmi les moines de Sithiu, qui fut envoyé bâtir un petit monastère à Warmhoudt, dont il devint le supérieur, travaillant beaucoup de ses propres mains.
10*. À Apt en Provence, l’an 1046, saint Étienne, évêque, d’une douceur remarquable, qui fit deux fois le pèlerinage de Jérusalem et entreprit la reconstruction de sa cathédrale.
11*. À Dorat dans le Limousin, en 1070, saint Théobald. Chanoine régulier, chargé de l’office de sacristain puis d’écolâtre, il ne sortit jamais des bâtiments claustraux, sinon pour assister les malades et pourvoir à leurs besoins.
12*. Près de Cologne en Allemagne, l’an 1312, la bienheureuse Christine de Stommeln, vierge, qui communia aux souffrances du Christ et vint merveilleusement à bout de toutes les tentations du monde.