Martyrologe du mercredi 2 janvier 2019 - Sts. Basile et Grégoire de Nazianze, évêques et docteurs de l'Église

Martyrologe
Le 2 janvier
1.        Mémoire des saints Basile le Grand et Grégoire de Naziance, évêques et docteurs de l’Église. Basile, évêque de Césarée en Cappadoce, appelé Grand pour sa doctrine et sa sagesse, enseigna aux moines la méditation des Écritures, le labeur de l’obéissance et la charité fraternelle. Il organisa leur vie par des règles qu’il avait lui-même rédigées. Par ses écrits excellents, il instruisit les fidèles et se distingua par son souci pastoral des pauvres et des malades. Il mourut le premier janvier 379. Grégoire, son ami, évêque successivement de Sasimes, de Constantinople et de Naziance, défendit avec beaucoup d’ardeur la divinité du Verbe, ce qui lui valut d’être appelé le Théologien. Il mourut le 25 janvier 370. L’Église se réjouit de célébrer la mémoire conjointe de si grands docteurs.
2.         À Rome, vers 136, la mise au tombeau de saint Télesphore, pape. Au témoignage de saint Irénée, il fut institué septième évêque de cette ville depuis les Apôtres, et rendit un glorieux témoignage.
3.         Au territoire de Cori, au trentième mille de la ville de Rome, au IVe siècle, les saints Argée, Narcisse et Marcellin, martyrs.
4*.         À Marseille, en 594, saint Théodore, évêque. Alors qu’il s’efforçait de restaurer la discipline ecclésiastique, il fut condamné par les rois Childebert et Gontran et trois fois envoyé en exil.
5*.         Au monastère de Bobbio, en Ligurie, vers 630, saint Bladulphe, prêtre et moine, disciple de saint Colomban.
6.         À Milan, vers 660, saint Jean le Bon, évêque, qui rétablit dans la ville son siège épiscopal en exil à Gênes à cause des Lombards et fut agréable à Dieu et aux hommes par sa foi et ses bonnes mœurs.
7*.         En 672, dans la région de Tulle, saint Viance, ermite.
8*.        À Limerick, en Irlande, au VIIe siècle, saint Mainchin, vénéré comme évêque.
9.         Au monastère de Corbie, dans la région d’Amiens, en 826, saint Adalhar, abbé, qui disposa toutes choses pour que chacun ait suffisamment, c’est-à-dire que personne n’ait de superflu, et que rien ne soit gaspillé, mais que tout soit bien réparti pour la gloire de Dieu.
10*.        À Saint-Jean-de-Maurienne, en 1146, saint Airald, évêque, qui tant à la solitude des Portes que sur le siège de Maurienne, unit à la prudence et au discernement du pasteur, l’austérité et les mœurs des chartreux.
11*.         À Troiana en Sicile, au XIIe siècle, saint Silvestre, abbé, qui vécut sous la Règle de saint Basile.
12*. À Forli en Émilie, l’an 1397, le bienheureux Marcolin Amanni, prêtre de l’Ordre des Prêcheurs, qui passa toute sa vie, avec la plus humble simplicité, dans le silence et la solitude, ainsi que dans le service des pauvres et le soin des enfants.
13*. À Soncino en Lombardie, l’an 1530, la bienheureuse Stéphanie Quinzani, vierge, sœur du Tiers Ordre de saint Dominique, qui se consacra assidûment à la contemplation de la passion du Seigneur, ainsi qu’à la formation chrétienne des jeunes filles.
14*. À Angers, les bienheureux Guillaume Repin et Laurent Bâtard, prêtres et martyrs, qui, pendant la Révolution française, furent guillotinés pour leur fidélité envers l’Église.
15*. À Lachine, au Québec, en 1890, la bienheureuse Marie-Esther Soureau-Blandin (Marie-Anne), vierge. Toute ignorante de l’alphabet dans sa jeunesse, elle fonda la Congrégation des Sœurs de Sainte-Anne pour la formation des enfants d’agriculteurs, donnant toujours dans sa charge un bel exemple de maîtresse de la jeunesse.