Martyrologe du dimanche 20 janvier 2019 - IIème dimanche dans l'année

Martyrologe
Le 20 janvier
1.        Mémoire de saint Fabien, pape et martyr, en 250. Laïc appelé au pontificat par une disposition divine, il montra un exemple glorieux de foi et de courage en subissant le martyre lors de la persécution de Dèce, en 250. Saint Cyprien se réjouit de ce que son administration irréprochable de l’Église ait eu un aussi digne couronnement. Son corps fut inhumé dans le cimetière de Calliste sur la voie Appienne.
2.         Mémoire de saint Sébastien, martyr, en 305. Originaire de Milan, comme le rapporte saint Ambroise, il partit pour Rome quand les persécutions bouillonnaient avec violence et c’est là qu’il a souffert. C’est là, dans la ville où il était venu en étranger, qu’il établit le domicile définitif de son immortalité. Il fut inhumé en ce jour aux Catacombes, sur la voie Appienne.
3.         À Antinoé en Égypte, à la fin du IIIe siècle, saint Asclas, martyr. Devant le gouverneur, il ne craignit pas les menaces, mais déclara qu’il redoutait beaucoup plus de mépriser le Christ, et après divers tourments il fut précipité dans le Nil.
4.         À Nicée en Bithynie, saint Néophyte, martyr.
5.         En Palestine, l’an 473, saint Euthyme, abbé. Arménien d’origine et consacré à Dieu depuis l’enfance, il gagna Jérusalem et, après soixante-sept ans passés dans la solitude, robuste et alerte jusqu’à la fin de sa vie, il mourut célèbre par son humilité, sa charité et son observance de la règle monastique.
6.         À Worcester en Angleterre, l’an 1095, saint Wulstan, évêque. Prieur du monastère de la cathédrale, il fut élevé sur le siège épiscopal et joignit les habitudes de vie monastique au zèle du pasteur : il mit le plus grand soin à visiter les paroisses, à inciter à la construction d’églises, à favoriser les lettres, ainsi qu’à condamner les marchands d’esclaves.
7*.         À Coltibono en Toscane, vers 1107, le bienheureux Benoît Ricasoli, ermite de la Congrégation de Vallombreuse.
8*.         En Finlande, vers 1157, saint Henry, évêque et martyr. Né en Angleterre, il reçut à diriger l’Église d’Upsal et employa le plus grand zèle à annoncer l’Évangile aux Finnois. Il fut enfin mis à mort par un meurtrier qu’il s’était efforcé de redresser selon la discipline de l’Église.
9.         À Montevergine en Sicile, l’an 1494, sainte Eustochie Calafato, vierge, abbesse de l’Ordre de sainte Claire, qui mit tout son zèle à restaurer la discipline ancienne de la vie régulière et à favoriser la vie à la suite du Christ à la manière de saint François.
10.         À Séoul en Corée, l’an 1840, saint Étienne Min Kuk-ka, catéchiste, martyr, étranglé en prison pour la foi chrétienne.
11*.         À Casoria près de Naples, en 1906, la bienheureuse Marie-Christine de l’Immaculée (Adélaïde Brado), vierge, qui consacra sa vie à la formation chrétienne des enfants et fonda la Congrégation des Sœurs Victimes de Jésus Eucharistie, pour développer l’adoration du Saint-Sacrement.
12*.         Au monastère du Mont-Saint-Bernard, près de Leicester en Angleterre, l’an 1964, le bienheureux Cyprien (Michel Iwene Tansi), prêtre cistercien. Né sur le territoire d’Onitsha au Nigéria, il fit profession de foi chrétienne, encore enfant, malgré sa famille. Ordonné prêtre, il s’adonna avec le plus grand soin au ministère pastoral et, devenu moine, il mérita d’achever une vie sainte par une sainte mort.
**        En Italie, en 1720, le bienheureux Angelo Paoli, carme,  Père des pauvres (béatifié le 25 avril 2010 par Benoît XVI)  
**        Au Mans, en 1873, le bienheureux Basile-Antoine Marie Moreau, prêtre fondateur de la famille religieuse de Sainte Croix (béatifié le 15 septembre 2007 par Benoît XVI)