Martyrologe du lundi 4 mars 2019 - de la férie

Martyrologe
Le 4 mars
1.         Mémoire de saint Casimir, fils du roi de Pologne, prince que le zèle pour la foi, la chasteté, la pénitence, la bonté envers les pauvres et la dévotion envers l’Eucharistie et la Vierge Marie ont rendu célèbre. Atteint de phtisie, il mourut saintement, à l’âge de vingt-six ans, au château de Grodno, à Vilnius en Lituanie, l’an 1484.
2.         À Nicomédie en Bithynie, peut-être au IVe siècle, les saints Photius, Archélaüs, Quirin et dix-sept autres martyrs.
3*.         À Trèves en Rhénanie, l’an 705, saint Basin, évêque. Issu des ducs du royaume d’Austrasie, il fut d’abord moine, puis abbé de Saint-Maximin de Trèves et enfin élevé au siège épiscopal de la cité ; il donna son accord à la fondation de sainte Irmine à Echternach.
4*.         À Comacchio en Flaminie, au VIIIe siècle, saint Appien, moine, envoyé du monastère de Saint-Pierre au Ciel d’Or de Pavie dans cette ville, où il termina sa vie dans la retraite.
5*.         Au monastère de Cava en Campanie, l’an 1123, saint Pierre Ier. Il avait suivi la vie monastique depuis sa jeunesse, quand il fut élu évêque de Policastro, mais, fatigué de la vie bruyante du siècle, il revint à son monastère et là, devenu abbé, il restaura merveilleusement la discipline, selon les observances de Cluny.
6*.         À Chambéry en Savoie, l’an 1158, le bienheureux Humbert III, comte de Savoie. Après plusieurs mariages, il quitta le pouvoir pour se faire moine à Hautecombe, mais ses barons le contraignirent à reprendre le pouvoir et à se remarier. Au bout de quelques années, il put reprendre la vie monastique, dont il fit profession juste avant de mourir.
7*.         À Londres, en 1590, les bienheureux martyrs Christophe Bales, prêtre, Alexandre Blake et Nicolas Horner, martyrs, qui, sous la reine Élisabeth Ière, furent soumis aux supplices du gibet à cause de la foi catholique.
8*.         À Saint-Sauveur-le-Vicomte en Normandie, l’an 1877, la bienheureuse Placide (Eulalie Viel), vierge, qui dirigea avec zèle et humilité la Congrégation des Sœurs des Écoles chrétiennes de la Miséricorde.
9*.         À Vicence en Vénétie, l’an 1888, le bienheureux Jean-Antoine Farina, évêque, qui déploya une activité pastorale multiple et fonda l’Institut des Sœurs Maîtresses de Sainte-Dorothée Filles des Saints Cœurs, pour qu’elles veillent à la formation des jeunes filles pauvres et s’occupent de tous les affligés et marginalisés.
10*.         À Berezwecz, près de la ville de Glebokie en Pologne, l’an 1942, les bienheureux martyrs Miecislas Bohatkiewicz, Ladislas Mackowiak et Stanislas Pyrtek, prêtres, le premier de Pinsk, les autres de Vilnius, qui, sous le régime militaire nazi, furent jetés en prison et fusillés dans un bois.
**        A Vannes, en 1825, la bienheureuse Louise-Elisabeth de Lamoignon, (Mère Saint-Louis), veuve et religieuse, Fondatrice des sœurs de la Charité de Saint-Louis (béatifiée le 27 mai 2012 par Benoît XVI)  
**        En Hongrie, en 1951, le bienheureux Meszlényi Zoltan Lajos Évêque hongrois martyr tué en haine de la foi sous le régime communiste soviétique (béatifié le 31 octobre 2009 par Benoît XVI)