Martyrologe du mardi 5 mars 2019 -

Martyrologe
Le 5 mars
1.         Commémoraison de saint Théophile, évêque de Césarée de Palestine, qui, sous l’empereur Septime Sévère, se rendit remarquable par sa sagesse et l’intégrité de sa vie, et mourut vers l’an 195.
2.         En Pamphylie, vers 250, saint Conon, jardinier, martyr. Sous l’empereur Dèce, il eut les pieds percés de clous, reçut l’ordre de courir devant un char, tomba sur les genoux et rendit l’âme en priant.
3.         À Rome, au cimetière de Calliste sur la voie Appienne, en 254, la mise au tombeau de saint Lucius, pape. Successeur de saint Corneille, il fut presque aussitôt envoyé en exil, sous l’empereur Gallus, mais ensuite, par une disposition divine, il revint indemne dans son Église, confesseur invincible de la foi. Saint Cyprien l’a célébré par de grandes louanges.
4.         Saint Phocae, À Sinope sur la Mer Noire, au IVe siècle,, martyr. Jardinier, il souffrit de multiples outrages pour le nom du Rédempteur
5.         À Césarée de Palestine, en 309, saint Adrien, martyr. Durant la persécution de Dioclétien, par ordre du préfet Firmilien, le jour où l’on avait coutume de fêter le jour natal de la Fortune des Césars, il fut, à cause de la foi au Christ, exposé d’abord à un lion, puis égorgé par l’épée.
6.         Sur la rive du Jourdain, également en Palestine, l’an 475, saint Gérasime, anachorète, qui, au temps de l’empereur Zénon, fut ramené par saint Euthyme à la foi orthodoxe et accomplit de grandes œuvres de pénitence, offrant à tous ceux qui s’exerçaient à la vie monastique sous sa direction une méthode de discipline et de conduite parfaite.
7*.         À Saighir dans la région d’Ossory en Irlande, vers l’an 530, saint Kiéran, évêque et abbé.
8*.         À Arles en Provence, vers l’an 618, saint Virgile, évêque, qui donna l’hospitalité à saint Augustin et ses moines qui se rendaient en Angleterre, sur la recommandation du pape saint Grégoire le Grand.
9*.         À Vigevano en Lombardie, l’an 1485, le bienheureux Christophe Macassoli, prêtre de l’Ordre des Mineurs, remarquable par sa prédication et sa charité envers les pauvres.
10*.         À Naples, l’an 1625, le bienheureux Jérémie de Valachie (Jean Kostistik), religieux de l’Ordre des Mineurs capucins, qui assista les malades sans relâche, avec amour et joie, durant quarante ans.
11.         À Naples également, l’an 1734, saint Jean-Joseph de la Croix (Charles-Gaétan Calosinto), prêtre de l’Ordre des Mineurs, qui suivit les traces de saint Pierre d’Alcantara et rétablit la discipline régulière dans beaucoup de couvents de la province de Naples.