Martyrologe du jeudi 7 mars 2019 -

Martyrologe
Le 7 mars
1.         Mémoire des saintes martyres Perpétue et Félicité. En 203, sous l’empereur Septime Sévère, elles furent arrêtées à Carthage avec de jeunes catéchumènes. Perpétue était l’une d’elles, matrone d’environ vingt-deux ans, mère d’un enfant à la mamelle ; Félicité était une esclave ; comme elle était enceinte, elle devait, d’après les lois, attendre d’avoir enfanté ; elle gémissait dans les douleurs à l’heure de l’enfantement, mais se réjouissait d’être exposée aux bêtes. Elles s’avancèrent de la prison à l’amphithéâtre, le visage radieux, comme pour le ciel.
2.         Avec elles souffrirent les saints Saturus, Saturnin, Révocat et Secondin. Ce dernier mourut en prison ; les autres, tourmentés par diverses bêtes féroces, s’embrassèrent pour sceller leur martyre par le baiser de paix, et en silence reçurent le coup mortel.
3.         À Césarée de Palestine, en 309, la passion de saint Eubule, déchiré par les lions deux jours après son compagnon saint Adrien, et achevé par l’épée ; il fut le dernier de cette ville à recevoir la couronne du martyre durant la persécution de Dioclétien.
4.         En Chersonèse, au IVe siècle, les saints Basile, Eugène, Agathodore, Elpide, Éthère, Capiton et Éphrem, évêques et martyrs.
5.         En Thébaïde, au IVe siècle, saint Paul, surnommé le Simple, disciple de saint Antoine.
6.         À Brescia en Vénétie, au Ve siècle, saint Gaudiosus, évêque.
7*.         Au monastère d’Aniane en Septimanie, l’an 843, saint Ardon (Smaragde), prêtre, qui fut le compagnon de saint Benoît d’Aniane dans la vie cénobitique.
8.         À Pruse en Bithynie, l’an 850, saint Paul, évêque, qui, pour la défense des saintes images, fut envoyé en exil, où il mourut.
9. Au monastère cistercien de Fossanova dans le Latium, en 1274, le trépas de saint Thomas d’Aquin, dont la mémoire est célébrée le 28 janvier.
10*.         À Londres, en 1544, les bienheureux martyrs Jean Larke et Jean Ireland, prêtres, et Germain Gardiner. Pour avoir refusé de reconnaître au roi Henri VIII le titre de chef suprême de l’Église d’Angleterre, ils furent convaincus de trahison et pendus au gibet de Tyburn.
11.         À Florence en Toscane, l’an 1770, sainte Thérèse-Marguerite Redi, vierge, qui entra dans l’Ordre des Carmélites déchaussées et marcha sur la voie ardue de la perfection, ravie par une mort prématurée.
12.         À Séoul en Corée, en 1866, saint Jean-Baptiste Nam Chong-sam, martyr. Père de famille et camérier du roi, il fut décapité pour la foi au Christ.
13.         À Sai-Nam-Hte en Corée, l’an 1866, les saints martyrs Siméon Berneux, évêque, Just Ranfer de Bretenières, Louis Beaulieu et Pierre-Henri Dorie, prêtres, de la Société des Missions étrangères de Paris. Soumis à des interrogatoires et à la torture, ils répondirent hardiment à leurs persécuteurs qu’ils étaient venus en Corée pour sauver les âmes au nom du Christ, et ils furent décapités.
14*.         Au camp de travaux forcés de Vladka (maintenant Kirov) en Sibérie, l’an 1935, le bienheureux Léonide Féodorov, prêtre et martyr. Né dans une famille orthodoxe, il fut reçu à Rome dans la pleine communion catholique et, devenu moine studite, puis exarque de la communauté catholique, il succomba après douze ans de détention pour sa fidélité au Christ et à l’unité de l’Église.
**.        A Cuba, en 1889, le bienheureux José Olallo Valdés prêtre de l’ordre de St Jean de Dieu. (Béatifié par Benoit XVI le 29 novembre 2008).