Martyrologe du lundi 25 mars 2019 - ANNONCIATION DU SEIGNEUR

Martyrologe
Le 25 mars
1.         Solennité de l’Annonciation du Seigneur. Elle rappelle le jour où à Nazareth la Vierge Marie accueillit la parole qui lui fut dite par l’Ange de la part du Seigneur :”Tu concevras et tu enfanteras un fils qui sera appelé Fils du Très-Haut”. Ainsi quand fut venue la plénitude des temps, pour nous les hommes et pour notre salut, par l’Esprit Saint, le Fils unique de Dieu, qui était avant tous les siècles, a pris chair de la Vierge Marie et s’est fait homme.
2.         Commémoraison du Bon Larron, qui confessa le Christ sur la croix et mérita d’entendre de lui ces paroles : “Aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le paradis.”
3.         À Nicomédie, saint Dule, martyr.
4.         À Rome, au cimetière de Pontien sur la voie de Porto, saint Quirin, martyr.
5.         À Thessalonique en Macédoine, peut-être au début du IVe siècle, sainte Matrone, martyre. Servante d’une femme juive, elle adorait le Christ en secret. Surprise par sa maîtresse, qui lui fit endurer de multiples tourments, elle reçut finalement de si rudes coups de bâton qu’elle rendit à Dieu son âme innocente, en confessant le Christ.
6.         À Milan, au début du IVe siècle, saint Monas, évêque.
7.         Dans l’île d’Indre près de Nantes, vers 720, saint Hermeland (Herblain), qui quitta la cour du roi Clotaire III pour entrer à l’abbaye de Fontenelle, et de là fut envoyé comme premier abbé d’une fondation monastique voulue par l’évêque de Nantes saint Pasquier.
8*.         À Mammola en Calabre, l’an 990, saint Nicodème, ermite, qui fut un maître de vie monastique par l’austérité de sa vie et ses vertus.
9*.         Au monastère de Sazava en Bohême, l’an 1053, saint Procope, abbé. Après avoir été chanoine de Prague et prêtre, il chercha à vivre en ermite, puis, devant l’affluence de disciples, il fonda en ce lieu un monastère qu’il dirigea, et célébra les louanges divines selon le rite grec et en langue slave.
10*.         À Schaffhouse en Suisse, l’an 1078, le bienheureux Évrard, comte de Nellenbourg, qui embrassa la vie monastique, ainsi que son épouse Itta, dans le monastère de Tous les Saints qu’il avait fait construire.
11*.         Près de Costecciaro en Ombrie, l’an 1337, le bienheureux Thomas, ermite, qui pendant soixante-cinq ans mena une vie de solitaire et enseigna à d’autres à la mener.
12.         À York en Angleterre, l’an 1586, sainte Marguerite Clitherow, martyre. Avec l’accord de son mari, demeuré protestant, elle adhéra à la foi catholique, dans laquelle elle éleva aussi ses enfants, et veilla à cacher chez elle les prêtres recherchés. Emprisonnée plusieurs fois pour cela sous la reine Élisabeth Ière, elle refusa de plaider sa cause, pour éviter que ses amis, ses domestiques et ses propres enfants ne soient contraints à témoigner contre elle. Cela lui valut la peine forte et dure d’être écrasée par un poids lourd jusqu’à ce que mort s’en suive.
13*.         À Winchester, également en Angleterre, l’an 1592, le bienheureux Jacques Bird, martyr. Sous la même reine, jeune homme de dix-neuf ans récemment devenu catholique, il refusa de participer à la liturgie anglicane et fut condamné aux supplices du gibet.
14.         À Montefiascone en Toscane, l’an 1732, sainte Lucie Filippini, vierge, qui fonda l’Institut des Maîtresses religieuses pour faire progresser l’éducation chrétienne des jeunes filles et des femmes, surtout les pauvres.
15*.         À Rome, à Saint-Paul-hors-les-murs sur la voie d’Ostie, en 1915, le bienheureux Placide Riccardi, prêtre de l’Ordre de Saint-Benoît. Malgré les fièvres continues, les maladies, la paralysie dont il fut atteint, il s’attacha infatigablement à l’observance de la Règle et à la prière et il enseigna aux autres moines à faire de même.
16*.         À Krystinopil, près de Lvov en Ukraine, l’an 1919, la bienheureuse Josaphate (Micheline Hordashevska), vierge, qui fonda et dirigea la Congrégation des Sœurs Servantes de Marie Immaculée et s’employa partout où les besoins étaient les plus grands.
17*.         Au camp de concentration de Majdanek, près de Lublin en Pologne, l’an 1944, le bienheureux Émilien Kove, prêtre de Lvov en Ukraine et martyr, qui y fut déporté au cours de la Seconde Guerre mondiale et y perdit la vie pour avoir lutté pour la foi.
18*.         Au camp de concentration de Dachau en Bavière, l’an 1945, le bienheureux Hilaire Januszewski, prêtre de l’Ordre des Carmes déchaux et martyr. Atteint du typhus en déportation, en assistant d’autres déportés contaminés, il succomba, rempli de foi et de charité.
**.         En Allemagne, en 1906, la bienheureuse Margaret Flesch, religieuse, fondatrice des Franciscaines de Notre-Dame des anges (béatifiée par Benoit XVI le 4 mai 2008)
**        En terre sainte, en 1927, la bienheureuse Marie-Alphonsine Danil Ghattas co-fondatrice de la Congrégation des Sœurs du Rosaire (béatifiée le 22 novembre 2009.par Benoît XVI)