Martyrologe du dimanche 31 mars 2019 - IVème dimanche de Carême

Martyrologe
Le 31 mars
1.         À Argol en Perse, vers 422, saint Benjamin, diacre. Comme il ne cessait de prêcher la parole de Dieu, sous le roi Bahron V, on lui enfonça des roseaux aigus sous les ongles et il acheva son martyre.
2.         À Rome, commémoraison de sainte Balbine, dont un titre, construit sur l’Aventin avant la fin du Ve siècle, offre le nom à la vénération des fidèles.
3*.         À Cologne en Germanie, vers 751, saint Agilolf, évêque, célèbre par sa sainteté de vie et sa prédication.
4*.         À Borgo San Domnino, dans la région de Parme en Émilie, l’an 1046, le trépas de saint Guy, abbé du monastère de Pompose, qui accueillit de nombreux disciples, reconstruisit les bâtiments, veilla au plus haut point à la contemplation et au culte divin, et voulut être tout entier à Dieu seul dans la retraite.
5*.         À Toulouse, au XIVe siècle, la bienheureuse Jeanne, qui mena une vie de recluse près de l’église des Carmes de la ville.
6*.         À Udine en Vénétie, l’an 1491, le bienheureux Bonaventure Torinelli, prêtre de l’Ordre des Servites de Marie, qui, à travers diverses régions d’Italie, incita le peuple à la pénitence par sa prédication et mourut âgé de quatre-vingts ans, alors qu’il prêchait le carême.
7*. Commémoraison du bienheureux Christophe Robinson, prêtre et martyr, qui fut témoin du martyre de saint Jean Boste, et fut lui-même, sous la reine Élisabeth Ière, pour la seule cause de son sacerdoce, mené au gibet, un jour non précisé de 1597.
8*.         Au camp de concentration de Ravensbrück dans le Brandebourg, en 1945, la bienheureuse Natalie Tulasiewicz, martyre. Volontaire pour aller travailler en usine en Allemagne et apporter par ce moyen un soutien spirituel à ses compatriotes envoyés aux travaux forcés, elle fut arrêtée par la police d’État, torturée à Cologne, déportée, et finalement conduite à la chambre à gaz, le Samedi saint.