Martyrologe du mardi 23 avril 2019 - Mardi dans l'octave de Pâques

Martyrologe
Le 23 avril
1. Mémoire de saint Georges, martyr, dont toutes les Églises, de l’Orient à l’Occident, célèbrent depuis l’antiquité le glorieux combat à Diospolis ou Lydda en Palestine.
2. Mémoire également de saint Adalbert (Vojtech), évêque de Prague et martyr. Il souffrit beaucoup dans cette Église, entreprit plusieurs voyages pour le Christ, travailla activement à extirper les habitudes païennes, mais, constatant qu’il n’obtenait que peu de résultat, il s’en alla à Rome et s’y fit moine sur l’Aventin. Enfin, il alla en Pologne et, comme il avait l’intention d’attirer à la foi les russes voisins, il fut assailli, en 997, par les païens à Tenkitten, près de Gdansk, un lieu sacré pour eux, qui le percèrent de leurs lances.
3. À Édesse en Syrie, l’an 387, saint Euloge, évêque, qui mourut, dit-on, le Vendredi saint.
4. À Milan, au Ve siècle, saint Marole, évêque, ami du pape saint Innocent Ier.
5. À Toul, en 994, saint Gérard, évêque, qui, pendant trente-et-un ans munit la cité de lois excellentes, nourrit les pauvres, vint au secours du peuple par ses prières et ses jeûnes en temps de peste, fit la dédicace de sa cathédrale, et ne se contenta pas d’aider de ses moyens les monastères, mais les garnit aussi de saints disciples.
6*. À Suelli en Sardaigne, en 1117, saint Georges, évêque.
7*. À Pérouse en Ombrie, l’an 1263, le bienheureux Gilles d’Assise, religieux de l’Ordre des Mineurs. Compagnon de saint François, il brilla dans ses pérégrinations par sa foi intrépide et son admirable simplicité.
8*. À Udine en Vénétie, l’an 1458, la bienheureuse Hélène Valentini, veuve, qui pour servir Dieu seul, agit efficacement dans le Tiers-Ordre de Saint-Augustin, en s’adonnant à la prière, à la lecture de l’Évangile et aux œuvres de miséricorde.
9*. À Campo Bisenzio en Toscane, l’an 1910, la bienheureuse Thérèse-Marie de la Croix (Thérèse Manetti), vierge, fondatrice de la Congrégation des Carmélites de Sainte-Thérèse.
10*. Au monastère cistercien de Grottaferrata dans le Latium, en 1939, la bienheureuse Marie-Gabrielle Sagheddu, vierge, qui offrit sa vie en toute simplicité pour l’unité des chrétiens, et termina son existence à l’âge de vingt-cinq ans.