Martyrologe du mercredi 24 avril 2019 - Mercredi dans l'octave de Pâques

Martyrologe
Le 24 avril
1. Mémoire de saint Fidèle de Sigmaringen, prêtre et martyr. Né à Sigmaringen, Marc Roy, fut avocat à Colmar avant d’entrer chez les capucins de Fribourg-en-Brisgau, où il reçut le nom de Fidèle. Menant une vie austère dans les veilles et la prière, assidu à prêcher la parole de Dieu, il fut envoyé au pays des Grisons, en Suisse, pour y affermir la vérité catholique, pour laquelle il fut massacré à Scewis, en 1622, par un groupe de soldats fanatiques.
2. À Jérusalem, commémoraison des saintes femmes Marie de Cléophas et Salomé, qui, avec Marie-Madeleine, vinrent de grand matin au tombeau du Seigneur, pour embaumer son corps, et entendirent les premières l’annonce de sa résurrection.
3. À Lyon, en 178, saint Alexandre, martyr. Deux jours après la passion de son ami saint Épipode, il fut retiré de sa prison, déchiré sur tout le corps et enfin attaché en croix, où il rendit l’esprit.
4. À Nicomédie en Bithynie, l’an 303, saint Anthime, évêque et martyr. Durant la persécution de Dioclétien, il eut la tête tranchée pour avoir confessé le nom du Christ et obtint ainsi la gloire du martyre. Presque tout son troupeau le suivit : par sentence du juge, les uns furent décapités, d’autres livrés aux flammes, d’autres mis sur des barques pour être noyés dans la mer.
5. À Elvire en Espagne, au IVe siècle, saint Grégoire, évêque, dont saint Jérôme a loué l’ouvrage intitulé “De la foi”.
6*. Dans le Blésois, au VIe siècle, saint Dié, diacre et abbé, qui, après une vie d’anachorète, fut à la tête de disciples qui s’étaient réunis autour de lui.
7. À Cantorbéry en Angleterre, l’an 624, saint Mellit, évêque. Abbé à Rome, il fut envoyé en Angleterre par le pape saint Grégoire le Grand avec d’autres moines pour renforcer l’action de saint Augustin, qui l’ordonna évêque des Saxons de l’est avec son siège à Londres, et après bien des tribulations, il accéda au siège de Cantorbéry.
8. En Northumbrie d’Angleterre, l’an 709, saint Wilfrid, évêque. Pendant quarante-cinq ans d’épiscopat, il travailla avec ardeur, et non sans peine. Contraint plusieurs fois de céder à d’autres son siège d’York, il se retira soit parmi les moines de Ripon, dont il avait été abbé, soit parmi ceux de Hexham, une de ses fondations. Il mourut à Oundle, une autre de ses fondations, et fut inhumé à Ripon.
9. Dans l’île d’Iona en Écosse, l’an 729, saint Egbert, prêtre. Moine de Lindisfarne, il dépensa son zèle à annoncer l’Évangile aux païens de la Frise et aux Saxons et, à un âge avancé, il fut accueilli par les moines d’Iona qu’il convainquit d’accepter l’usage romain pour le calcul de la date de Pâques et, le jour de Pâques, après avoir célébré la messe, il alla terminer la fête dans le ciel.
10*. À Mortain en Normandie, l’an 1103, saint Guillaume Firmat, ermite. Chanoine de Tours et médecin, après un pèlerinage à Jérusalem, il mena en divers endroits une vie de solitaire.
11. À Angers, en 1868, sainte Marie de Sainte-Euphrasie (Rose-Virginie Pelletier), vierge, qui fonda l’Institut des Sœurs du Bon Pasteur, pour accueillir par pitié des femmes qui avaient eu une vie déréglée, appelées les Madeleines.
12. À Dinan en Bretagne, l’an 1914, saint Benoît (Ange Menni), prêtre de l’Ordre de Saint-Jean-de-Dieu, qui fonda la Congrégation des Sœurs Hospitalières du Cœur de Jésus.
13*. À Rome, en 1957, la bienheureuse Marie-Élisabeth Hesselblad, vierge. Née en Suède, après une longue période passée à travailler dans un hôpital, elle restaura l’Ordre du Très Saint Sauveur, fondé par sainte Brigitte, et porta toute son attention à la contemplation, à la charité envers les pauvres et à l’unité des chrétiens.