affiche_liturgia("journee")office = martyrologe

Martyrologe du mercredi 22 mai 2019 - de la férie

Martyrologe
Le 22 mai
1. Mémoire de sainte Rita, religieuse. Mariée à un homme violent, elle supporta avec patience ses rudesses et, à force de douceur et de persuasion, le ramena à Dieu. Privée de son mari et de ses deux fils, elle entra à Cassia en Ombrie, dans un monastère de l’Ordre de Saint-Augustin, offrant à tous un exemple de sublime patience et de douceur. Elle s’endormit dans le Seigneur en 1457.
2. En Afrique, vers 250, les saints martyrs Caste et Émile, qui achevèrent leur martyre par le feu. Comme l’écrit saint Cyprien, ces deux chrétiens vaincus dans un premier combat, le Seigneur les fit triompher dans un second, afin qu’après avoir cédé aux flammes, ils deviennent ensuite plus forts que les flammes.
3. À Comana dans le Pont, au IVe siècle, saint Basilisque, évêque et martyr.
4. En Corse, commémoraison de sainte Julie, vierge et martyre.
5. Au pays de l’Adour en Aquitaine, sainte Quitterie, vierge.
6. À Angoulême, au IVe ou Ve siècle, saint Ausone, considéré comme le premier évêque de la cité.
7*. À Limoges, en 637, saint Loup, évêque, qui signa la charte de fondation du monastère de Solignac.
8*. À Parme en Émilie, au Xe siècle, saint Jean, abbé, qui, suivant les leçons de saint Mayeul de Cluny, fit beaucoup pour promouvoir en son abbaye l’observance monastique.
9. À Pistoie en Toscane, vers 1153, saint Atton, évêque, auparavant abbé général de la congrégation bénédictine de Vallombreuse, pasteur tout donné à son peuple, soucieux de la sainteté de vie des prêtres et de la paix entre les cités.
10*. À Florence, également en Toscane, l’an 1310, sainte Humilité, qui, avec l’accord de son mari, vécut douze ans en recluse, puis, à la demande de l’évêque, fut mise à la tête de moniales dans un nouveau monastère de la Congrégation de Vallombreuse.
11*. À Londres, en 1538, le bienheureux Jean Forest, prêtre de l’Ordre des Mineurs et martyr. Sous le roi Henri VIII, pour avoir défendu l’unité de l’Église catholique, il fut brûlé vif à Smithfield sur un bûcher en même temps que des images pieuses peintes sur bois, consommant ainsi son martyre.
12*. À Kori au Japon, en 1617, les bienheureux martyrs Pierre de l’Assomption, franciscain, et Jean-Baptiste Machado, prêtres et martyrs. Parce qu’ils avaient exercé en cachette leur ministère, ils furent décapités en haine de la foi chrétienne.
13*. À Omara, également au Japon, en 1620, le bienheureux Matthieu d’Arima, catéchiste, martyr. Pour avoir refusé de livrer un missionnaire, il fut soumis à la torture jusqu’à la mort.
14. En Annam, l’an 1857, saint Michel Ho Dinh Hy, martyr. Mandarin, compagnon de l’empereur Tu Duc et catéchiste, il fut dénoncé comme chrétien par un autre mandarin, subit d’atroces tortures et mourut décapité.
15. À An-Xa au Tonkin, en 1862, saint Dominici Ngôn, martyr. Paysan et père de famille, quand des soldats lui demandèrent de fouler la croix aux pieds, il se prosterna et l’adora ; puis devant le juge, il s’affirma chrétien sans crainte, et fut décapité sur le champ.
16*. À Lucques en Toscane, l’an 1868, la bienheureuse Marie-Dominique Brun Barbantini, religieuse, fondatrice de la Congrégation des Sœurs ministres des malades de Saint-Camille.