affiche_liturgia("journee")office = martyrologe

Martyrologe du vendredi 26 juillet 2019 - Sts Joachim et Anne, parents de la Bienheureuse Vierge Marie

Martyrologe
Le 26 juillet.
Mémoire des saints Joachim et Anne, les parents de la Vierge Marie immaculée, Mère de Dieu, dont les noms ont été conservés par d’antiques traditions chrétiennes
2.        Commémoraison de saint Éraste. Trésorier de la ville de Corinthe, il rendit service à l’Apôtre saint Paul.
3.        Au monastère de Saint-Benoît-sur-Po, au pays de Mantoue, en 1016, saint Siméon, moine et ermite.
4*.        À Auch en Aquitaine, l’an 1068, saint Austinde, évêque. Grâce à son action, l’église cathédrale fut construite, les mœurs du peuple redressées, la maison de Dieu édifiée.
5*.        À Vérone, aux confins de la Vénétie, au XIIIe siècle, les bienheureux Évangéliste et Pérégrin, prêtres, ermites de Saint-Augustin.
6*.        À Sassoferrato dans les Marches, en 1250, le bienheureux Hugues des Actes, moine de la Congrégation bénédictine des Silvestrins.
7*.        À San Severino, dans les Marches, au XIVe ou XVe siècle, la bienheureuse Camille Gentili, martyre, tuée par son époux, un homme impie.
8*.        À Gateshead, près de Newcastle, au bord de la Tine, en 1594, le bienheureux Jean Ingrain, prêtre et martyr. Ordonné à Rome, dans la basilique du Latran, il exerça son ministère en Écosse, mais, après avoir franchi la frontière de l’Angleterre, il fut condamné, parce que prêtre, aux supplices de la pendaison, sous la reine Élisabeth Ière.
9*.        À Durham, en Angleterre, en 1594, le bienheureux Georges Swallowell, martyr, condamné à mort parce qu’il s’était réconcilié avec l’Église catholique. Bien que terrifié à la perspective des supplices et cruellement tourmenté, il demeura ferme dans la foi et accepta pour le Christ la pendaison.
10*.        À Lancaster, en 1600, les bienheureux Édouard Thwing, dominicain, et Robert Nutter, prêtres et martyrs. Après de multiples travaux dans les vignes du Seigneur, ils furent condamnés, sous la reine Élisabeth Ière, en raison de leur sacerdoce, aux supplices de la pendaison.
11*.        À Londres, en 1641, le bienheureux Guillaume Webster, appelé aussi Ward, prêtre et martyr. Ordonné prêtre à Douai, il passa plus de vingt ans de ministère en diverses prisons et, sous le roi Charles Ier, sur mandat du Parlement, il fut une fois de plus arrêté, parce que prêtre, et pendu à la potence de Tyburn.
12*.        À Phu Yen en Annam, l’an 1644, le bienheureux André, martyr. Admis par le Père Alexandre de Rhodes parmi les catéchistes, quand la persécution fut décrétée contre les chrétiens, il fut capturé par des soldats, roué de coups, emprisonné, puis condamné à mort, transpercé de plusieurs coups de lance et décapité, prémices de l’Église sur cette terre.
13*        Dans la baie devant le port de Rochefort, en 1794, les bienheureux Marcel Gaucher Labigne de Reignefort et Pierre-Joseph Le Groing de la Romagère, prêtres et martyrs. Le premier, du diocèse de Limoges, le second, de Bourges, furent arrêtés, sous la Révolution française, à cause de leur sacerdoce et déportés dans des conditions inhumaines sur un bateau négrier, où ils moururent du scorbut.
14*.        À Orange en Provence, en 1794, les bienheureuses Marie-Marguerite Bonnet, (Sœur Saint-Augustin), sacramentine de Bollène, et quatre compagnes, ursulines de Sisteron, vierges et martyres, guillotinées pour avoir refusé de quitter la vie religieuse.
15.        À Lovere en Lombardie, l’an 1833, sainte Bartholomée Capitanio, vierge. Avec sainte Vincente Gerosa, elle fonda l’Institut des Sœurs de la Charité de Marie enfant, et mourut à l’âge de vingt-six ans, frappée de phtisie, mais plus encore consumée par la charité.
16*.        À Motril près de Grenade, en Espagne, l’an 1936, les bienheureux Vincent Pinilla Ibañez, Augustin Recollet, et Emmanuel Martin Sierra, prêtres et martyrs. Le lendemain du meurtre de cinq autres religieux du même Ordre, ils furent arrachés brutalement de l’église et fusillés.
17*.        Au camp de concentration de Dachau en Bavière, l’an 1942, le bienheureux Titus Brandsma, prêtre carme et martyr. De nationalité hollandaise, il supporta d’un cœur égal, pour la défense de l’Église et de la dignité humaine, toutes sortes de peines et de cruautés, offrant un exemple d’exquise charité envers ses codétenus comme aussi envers ses bourreaux.
18*.        À La Valette dans l’île de Malte, en 1962, le saint Georges Preda, prêtre, qui se donna avec amour à la charge d’enseigner la catéchèse et de former les enfants, et fonda la Société de la Doctrine chrétienne pour témoigner au mieux de la Parole de Dieu dans le peuple. (canonisé le 3 juin 2007 par Benoît XVI)