Martyrologe du dimanche 26 avril 2020 - IIIème dimanche de Pâques

Martyrologe
Le 26 avril
1. À Rome, commémoraison de saint Clet, pape, qui gouverna l’Église romaine, le second après saint Pierre.
2. Au pays de Gabies, sur la voie de Préneste, au trentième mille de Rome, saint Primitif, martyr.
3. À Amasée dans le Pont, vers 322, saint Basile, évêque et martyr, sous l’empereur Licinius.
4. Dans la forêt de Crécy du pays d’Amiens, en 645, saint Riquier, prêtre, qui, remué par la prédication de moines irlandais, se convertit à Dieu, se fit missionnaire dans les provinces du Nord, fonda à Centule un monastère pour ses disciples et finit ses jours dans une cabane.
5. Au monastère de Corbie, également au pays d’Amiens, en 865, saint Paschase Radbert, abbé, qui exposa de manière lumineuse la réalité du Corps et du Sang du Seigneur dans le mystère eucharistique.
6*. Près de Foggia dans les Pouilles, au XIIe siècle, les saints Guillaume et Pérégrin, ermites.
7*. En Aragon, vers le XIIIe siècle, les bienheureux Dominique et Grégoire, prêtres, qui, toujours sur les routes, sans or ni argent, quêtant chaque jour leur nourriture, annonçaient à tous la parole de Dieu.
8*. À Moscou, au monastère de la Transfiguration, en 1396, la mise au tombeau de saint Étienne, évêque de Perm, qui évangélisa le peuple finno-ongrien des Zyrianes et l’instruisit des vérités de la foi, inventant pour eux un alphabet, célébrant la liturgie dans leur langue, détruisant les idoles, édifiant des églises.
9*. Au monastère de Saint-Isidore de Dueñas, également en Espagne, l’an 1938, saint Raphaël Arnaiz Baron, religieux cistercien. Encore novice, il fut atteint d’une maladie grave, et supporta son état physique avec une extrême patience, mettant toujours sa confiance en Dieu. (canonisé le 26 avril 2009 par Benoît XVI)
10*. À Montjuc, près de Gérone en Espagne, l’an 1936, le bienheureux Jules Junyer Padern, prêtre salésien et martyr, victime de la persécution religieuse au cours de la guerre civile.
11*. Au camp de concentration de Sachsenhausen en Allemagne, l’an 1942, le bienheureux Stanislas Kubista, prêtre de la Société du Verbe divin et martyr. Sous l’occupation de la Pologne par le régime nazi, il fut déporté dans ce camp et succomba sous la torture. Avec lui on commémore le bienheureux Ladislas Goral, évêque auxiliaire de Lublin, qui mourut des suites des épreuves endurées dans ce camp, dans un isolement total, vers la fin de ce mois.
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word