Messe du vendredi 22 mars 2019

Hebdomada II Quadragesimae IIème semaine de Carême
Feria VI Vendredi
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introït
Ps. 51, 10 et 11
EGO autem, sicut olíva fructífera in domo Dómini, sperávi in misericórdia Dei mei: et exspectábo nomen tuum, quóniam bonum est ante conspéctum sanctórum tuórum. Ps. ibid., 3 Quid gloriáris in malítia: qui potens es in iniquitáte ? ℣. Glória Patri. Moi, je suis comme un olivier fertile dans la maison de Dieu, j’espère en la miséricorde de Dieu ; et j’attendrai Ton nom, car il est secourable en présence de Tes fidèles. Ps. Pourquoi te glorifies-tu dans le mal, toi qui es vaillant, à commettre l’iniquité ?
Collecta Collecte
Da, quǽsumus, omnípotens Deus, ut, sacro nos purificánte pæniténtiæ stúdio, sincéris méntibus ad sancta ventúra fácias perveníre. Per Dóminum. Nous T'en prions Dieu tout puissant, que notre zèle à pratiquer la pénitence nous obtienne la purification qui nous fera parvenir d'un coeur sincère aux fêtes qui approchent.
Lectio I Ière lecture
Léctio libri Génesis (37,3-4.12-13a.17b-28)
Israel diligébat Ióseph super omnes fílios suos, eo quod in senectúte genuísset eum; fecítque ei túnicam talárem. Vidéntes autem fratres eíus quod a patre plus cunctis fíliis amarétur, óderant eum nec póterant ei quidquam pacífice loqui. Cumque fratres illíus in pascéndis grégibus patris moraréntur in Sichem, dixit Israel ad Ióseph: “Frátres tui pascunt oves in Síchimis; veni, mittam te ad eos.” Audívi autem eos dicéntes: ‘Eámus in Dóthain.’” Perréxit ergo Ióseph post fratres suos et invénit eos in Dóthain. Qui cum vidíssent eum procul, ántequam accéderet ad eos, cogitavérunt illum occídere. Et mútuo loquebántur: “Ecce somniátor venit; veníte, occidámus eum et mittámus in unam cisternárum dicemúsque: Fera péssima devorávit eum. Et tunc apparébit quid illi prosint sómnia sua.” Áudiens autem hoc Ruben nitebátur liberáre eum de mánibus eórum et dixit: “Non interficiámus ánimam eíus.” Et dixit ad eos: “Non effundátis sánguinem; sed proícite eum in cistérnam hanc, quae est in solitúdine, manúsque vestras serváte innóxias.” Hoc autem dicébat volens erípere eum de mánibus eórum et réddere patri suo. Conféstim ígitur, ut pervénit ad fratres suos, nudavérunt eum túnica talári miserúntque eum in cistérnam, quae non habébat aquam. Et sedérunt, ut coméderent panem. Attolléntes autem óculos vidérunt Ismǽlitas viátorcs veníre de Gálaad et cámelos eórum portántes tragacánthum et másticem et ladánum in Aegýptum. Dixit ergo Iúdas frátribus suis: “Quid nobis prodest, si occidérimus fratrem nostrum et celavérimus sánguinem ipsíus? Mélius est ut vendátur Ismǽlitis, et manus nostrae non polluántur; frater enim et caro nostra est.” Acquievérunt fratres sermónibus illíus. Et praetereúntibus Madiánitis negotiatóribus, extrahéntes Ióseph de cistérna, vendidérunt eum Ismǽlitis vigínti argénteis. Qui duxérunt eum in Aegýptum. Israël aimait Joseph plus que tous ses autres enfants, parce qu'il l'avait eu étant déjà vieux; et il lui avait faire une robe de plusieurs couleurs. Ses frères, voyant donc que leur père l'aimait plus que tous ses autres enfants, le haïssaient et ne pouvaient lui parler avec douceur. Il arriva alors que les frères de Joseph s'arrêtèrent à Sichem, où ils faisaient paître les troupeaux de leur père.

Gn 37,13. Et Israël dit à Joseph: Tes frères font paître nos brebis dans le pays de Sichem; viens, et je t'enverrai vers eux. Cet homme lui répondit: Ils se sont retirés de ce lieu, et j'ai entendu qu'ils se disaient: Allons vers Dothaïn. Joseph alla donc après ses frères, et il les trouva à Dothaïn.
Lorsqu'ils l'eurent aperçu de loin, avant qu'il se fût approché d'eux, ils résolurent de le tuer. Et ils se disaient l'un à l'autre: Voici notre songeur qui vient.
Allons, tuons-le et jetons-le dans une vieille citerne; nous dirons qu'une bête sauvage l'a dévoré, et après cela on verra à quoi ses songes lui auront servi.
Ruben, les ayant entendus parler ainsi, tâchait de le tirer d'entre leurs mains, et il leur disait:
Ne le tuez point et ne répandez point son sang, mais jetez-le dans cette citerne qui est au désert, et conservez vos mains pures. Il disait cela dans le dessein de le tirer de leurs mains et de le rendre à son père. Aussitôt donc que Joseph fut arrivé près de ses frères, ils lui ôtèrent sa robe de plusieurs couleurs, qui le couvrait jusqu'en bas;
Et ils le jetèrent dans cette vieille citerne, qui était sans eau.
S'étant ensuite assis pour manger, ils virent des Ismaëlites qui passaient, et qui, venant de Galaad, portaient sur leurs chameaux des parfums, de la résine et de la myrrhe, et s'en allaient en Egypte.
Alors Juda dit à ses frères: Que nous servira de tuer notre frère et d'avoir caché sa mort?
Il vaut mieux le vendre à ces Ismaélites et ne point souiller nos mains, car il est notre frère et notre chair. Ses frères consentirent à ce qu'il disait.
L'ayant donc tiré de la citerne, et voyant ces marchands madianites qui passaient, ils le vendirent vingt pièces d'argent aux Ismaélites, qui le menèrent en Egypte.
Verbum Dómini. ℟. Deo grátias. Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Graduale Graduel
Ps. 119, 1-2 Ps. 119,1-2
℟. Ad Dóminum cum tribulárer clamávi, et exaudívit me. ℣. Dómine, líbera ánimam meam a lábiis iníquis, et a lingua dolósa. ℟. Dans ma tribulation j'ai crié vers le Seigneur, et Il m'a exaucé. ℣. Seigneur, délivre mon âme des lèvres injustes et de la langue trompeuse.
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Matthǽum (21,33-43.45-46)
In ilio témpore : Dixit lesus princípibus sacerdótum
et senióribus pópuli: Áliam parábolam audíte. Homo erat pater famílias, qui plantávit víneam et saepem circúmdedit ei et fodit in ea tórcular et aedificávit turrim et locávit eam agrícolis et péregre proféctus est. Cum autem tempus frúctuum appropinquásset, misit servos suos ad agrícolas, ut accíperent fructus eíus. Et agrícolae, apprehénsis servis eíus, álium cecidérunt, álium occidérunt, álium vero lapidavérunt. Íterum misit álios servos plures prióribus, et fecérunt illis simíliter. Novíssime autem misit ad eos fílium suum dicens: ‘Verebúntur fílium meum.’ Agrícolae autem vidéntes fílium dixérunt intra se: ‘Hic est heres. Veníte, occidámus eum et habébimus hereditátem eíus.’ Et apprehénsum eum eiecérunt extra víneam et occidérunt. Cum ergo vénerit dóminus víneae, quid fáciet agrícolis illis?” Aíunt illi: “Málos male perdet et víneam locábit áliis agrícolis, qui reddant ei fructum tempóribus suis.” Dicit illis Iésus: “Númquam legístis in Scriptúris: ‘Lápidem quem reprobavérunt aedificántes, hic factus est in caput ánguli; a Dómino factum est istud et est mirábile in óculis nostris’? Ídeo dico vobis quia auferétur a vobis regnum Dei et dábitur genti faciénti fructus eíus. Et cum audíssent príncipes sacerdótum et pharisǽi parábolas eíus, cognovérunt quod de ipsis díceret; et quaeréntes eum tenére, timuérunt turbas, quóniam sicut prophétam eum habébant.
En ce temps là : Jésus dit aux princes des prêtres et aux anciens du peuple :
"Ecoutez une autre parabole. Il y avait un père de famille, qui planta une vigne, l'entoura d'une haie, y creusa un pressoir, et y bâtit une tour; puis il la loua à des vignerons, et partit pour un pays lointain.
Or, lorsque le temps des fruits approcha, il envoya ses serviteurs aux vignerons, pour recueillir les fruits de sa vigne.
Mais les vignerons, s'étant saisis de ses serviteurs, battirent l'un, tuèrent l'autre, et en lapidèrent un autre.
Il leur envoya encore d'autres serviteurs, en plus grand nombre que les premiers, et ils les traitèrent de même.
Enfin il leur envoya son fils, en disant: Ils auront du respect pour mon fils.
Mais les vignerons, voyant le fils, dirent entre eux: Voici l'héritier; venez, tuons-le, et nous aurons son héritage.
Et s'étant saisis de lui, ils le jetèrent hors de la vigne, et le tuèrent.
Lors donc que le maître de la vigne sera venu, que fera-t-il à ces vignerons?
Ils lui dirent: Il fera périr misérablement ces misérables, et il louera sa vigne à d'autres vignerons, qui en rendront les fruits en leur temps.
Jésus leur dit: N'avez-vous jamais lu dans les Ecritures: La pierre qu'ont rejetée ceux qui bâtissaient, celle-là même est devenue la tête de l'angle; c'est le Seigneur qui a fait cela, et c'est une chose admirable à nos yeux? C'est pourquoi, Je vous dis que le royaume de Dieu vous sera enlevé, et qu'il sera donné à une nation qui en produira les fruits.
Et celui qui tombera sur cette pierre, s'y brisera, et celui sur qui elle tombera, elle l'écrasera.
Lorsque les princes des prêtres et les pharisiens eurent entendu ces paraboles, ils comprirent que Jésus parlait d'eux.
Et, cherchant à se saisir de Lui, ils craignirent les foules, parce qu'elles Le regardaient comme un prophète.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium
Offertoire
Ps. 39, 14 et 15
Dómine, in auxílium meum réspice: confundántur et revereántur, qui quaerunt ánimam meam, ut áuferant eam: Dómine, in auxílium meum réspice. Seigneur, regarde vers moi pour me secourir. Qu'ils soient confondus et couverts de honte, ceux qui cherchent ma vie pour me l'ôter. Seigneur, regarde vers moi pour me secourir.
℣. Dóminus vobíscum.
℟. Et cum spíritu tuo.
℣. Sursum corda.
℟. Habémus ad Dóminum.
℣. Grátias agámus Dómino Deo nostro.
℟. Dignum et iustum est.
℣. Le Seigneur soit avec vous.
℟. Et avec votre esprit.
℣. Haut les coeurs.
℟. Ils sont vers le Seigneur.
℣. Rendons-grâces au Seigneur notre Dieu.
℟. C'est digne et juste.
 PRÆFATIO III DE QUADRAGESIMA  IIIème PREFACE DU CAREME
De fructibus abstinentiæ Des fruits de l'abstinence
Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere: Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus:
Qui nos per abstinéntiam tibi grátias reférre voluísti, ut ipsa et nos peccatóres ab insoléntia mitigáret, et, egéntium profíciens aliménto, imitatóres tuæ benignitátis effíceret.
Et ídeo, cum innúmeris Angelis, una te magnificámus laudis voce dicéntes:
Vraiment, il est digne et juste, équitable et salutaire, pour nous, toujours et partout de Te rendre grâces : Dieu éternel et tout-puissant :
Toi qui as voulu que nous Te rendions grâce par l'abstinence, pour que par elle, nous pécheurs diminuions notre insolence, et en nourrissant les nécessiteux devenions imitateurs de Ta générosité.
C'est pourquoi, avec tous le Saints et les Anges, nous Te magnifiions d'une seule vois en disant :
Sanctus, Sanctus, Sanctus Dóminus Deus Sábaoth... Saint, Saint, Saint, le Seigneur Dieu des Armées...
Communio Communion
Ps. 11,8
Tu Dómine servábis nos, et custódies nos a generatióne hac in aetérnum. C'est Toi, Seigneur, qui nous garderas, et qui nous préserveras à jamais de cette génération.
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word