Messe du vendredi 5 juillet 2019

Hebdomada XIII per annum XIIIème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introït
Ps. 46, 2
OMNES gentes, pláudite mánibus: iubiláte Deo in voce exsultatiónis. Ps. ibid., 3 Quóniam Dóminus excélsus, terríbilis: Rex magnus super omnem terram. ℣. Glória Patri. Nations, battez toutes des mains ; célébrez Dieu par des cris d’allégresse. Ps. Car le Seigneur est très haut et terrible, roi suprême sur toute la terre. ℣. Gloire au Père.
Collecta Collecte
Deus, qui, per adoptiónem grátiæ, lucis nos esse fílios voluísti, præsta, quǽsumus, ut errórum non involvámur ténebris, sed in splendóre veritátis semper maneámus conspícui. Per Dóminum. Ô Dieu, Tu as voulu que la grâce d'adoption fît de nous des fils de lumière ; accorde-nous, nous T'en prions, de n'être pas enveloppés dans les ténèbres de l'erreur, mais de demeurer toujours, de façon manifeste, dans l'éclat de la vérité. 
Lectio I Ière lecture
Genesis (23,1-4.19;24,1-8.62-67) Genèse (23,1-4.19;24,1-8.62-67)

Vixit Sara centum vigínti septem annis et mórtua est in Cariathárbe, quae est Hebron, in terra Chánaan; venítque Ábraham, ut plángeret et fleret eam. Cumque surrexísset ab offício fúneris, locútus est ad fílios Heth dicens: “Advéna sum et inquílinus apud vos; date mihi possessiónem sepúlcri vobíscum, ut sepéliam mórtuum meum.” Deínde sepelívit Ábraham Saram uxórem suam in spelúnca agri Máchpela, qui respiciébat Mambre – haec est Hebron – in terra Chánaan. Erat autem Ábraham senex dierúmque multórum; et Dóminus in cunctis benedíxerat ei. Dixítque Ábraham ad servum seniórem domus suae, qui prǽerat ómnibus, quae habébat: “Póne manum tuam subter femur meum, ut adiúrem te per Dóminum, Deum caeli et Deum terrae, ut non accípias uxórem fílio meo de filiábus Chananaeórum, inter quos hábito; sed ad terram et cognatiónem meam proficiscáris et inde accípias uxórem fílio meo Ísaac.” Respóndit servus: “Si nolúerit múlier veníre mecum in terram hanc, num redúcere débeo fílium tuum ad terram, a quo tu egréssus es?” Dixit Ábraham: “Cáve, ne quando redúcas illuc fílium meum. Dóminus, Deus caeli, qui tulit me de domo patris mei et de terra nativitátis meae, qui locútus est mihi et iurávit mihi dicens: ‘Sémini tuo dabo terram hanc’, ipse mittet ángelum suum coram te, et accípies inde uxórem fílio meo. Sin autem nolúerit múlier sequi te, non tenéberis iuraménto; fílium tantum meum ne redúcas illuc.” Et post multum temporis, Ísaac vénerat a regióne pútei Lahaíroi et habitábat in terra Nageb. Et egréssus est Ísaac ad lamentándum in agro, inclináta iam die. Cumque levásset óculos, vidit cámelos veniéntes. Rebécca quoque levávit óculos et vidit Ísaac; descendítque de cámelo et ait ad púerum: “Quis est ille homo, qui venit per agrum in occúrsum nobis?” Dixítque ei: “Ipse est dóminus meus.” At illa tollens cito velum opéruit se. Servus autem cuncta, quae gésserat, narrávit Ísaac; qui introdúxit eam in tabernáculum Sarae matris suae et accépit Rebéccam uxórem; et diléxit eam et consolátus est a morte matris suae.

Sara, ayant vécu cent vingt-sept ans, mourut dans la ville d'Arbée, qui est la même qu'Hébron, au pays de Chanaan. Abraham la pleura, et en fit le deuil. Et s'étant levé, après s'être acquitté de ce devoir qu'on rend aux morts, il vint parler aux enfants de Heth, et il leur dit: Je suis parmi vous un étranger et un voyageur; donnez-moi droit de sépulture au milieu de vous, afin que j'enterre la personne qui m'est morte. Abraham enterra donc sa femme Sara dans la caverne double du champ qui regarde Mambré, où est la ville d'Hébron, au pays de Chanaan. Or Abraham était vieux et fort avancé en âge, et le Seigneur l'avait béni en toutes choses. Il dit donc au plus ancien de ses serviteurs, qui avait l'intendance sur toute sa maison: Mets ta main sous ma cuisse, Afin que je te fasse jurer par le Seigneur, le Dieu du ciel et de la terre, que tu ne prendras aucune des filles des Chananéens parmi lesquels j'habite, pour la faire épouser à mon fils; Mais que tu iras au pays où sont mes parents, afin d'y prendre une femme pour mon fils Isaac. Son serviteur lui répondit: Si la fille ne veut pas venir en ce pays-ci avec moi, voulez-vous que je ramène votre fils au lieu d'où vous êtes sorti? Abraham lui répondit: Garde-toi bien de ramener jamais mon fils en ce pays-là. Le Seigneur, le Dieu du ciel, qui m'a tiré de la maison de mon père et du pays de ma naissance, qui m'a parlé et qui m'a juré en me disant: Je donnerai ce pays à votre race, enverra Lui-même Son Ange devant toi, afin que tu prennes une femme de ce pays-là pour mon fils. Que si la fille ne veut pas te suivre, tu ne seras point obligé à ton serment. Seulement ne ramène jamais mon fils en ce pays-là. En ce même temps, Isaac se promenait dans le chemin qui mène au puits appelé le Puits de Celui qui vit et qui voit, car il demeurait au pays du midi. Il était alors sorti dans les champs pour méditer, le jour étant sur son déclin. Et ayant levé les yeux, il vit de loin venir les chameaux. Rébecca, ayant aussi aperçu Isaac, descendit de dessus son chameau, Et elle dit au serviteur: Quel est cet homme qui vient le long des champs au-devant de nous? C'est mon maître, lui dit-il. Elle prit aussitôt son voile, et se couvrit. Le serviteur alla cependant dire à Isaac tout ce qu'il avait fait. Alors Isaac la fit entrer dans la tente de Sara sa mère, et la prit pour femme; et l'affection qu'il eut pour elle fut si grande, qu'elle tempéra la douleur que la mort de sa mère lui avait causée.




Verbum Dómini. ℟. Deo grátias. Parole du Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
Graduale Graduel
Ps. 33, 12 et 6
℟. Veníte, fílii, audíte me: timórem Dómini docébo vos. ℣. Accédite ad eum, et illuminámini: et fácies vestrae non confundéntur. ℟. Venez, mes fils, écoutez-moi, je vous enseignerai la crainte du Seigneur. ℣. Approchez-vous de Lui et vous serez éclairés et la confusion ne couvrira pas vos visages.
Allelúia Alléluia
Ps. 46, 2 Ps. 46, 2.
℟. Allelúia. ℣. Omnes gentes, pláudite mánibus: iubiláte Deo in voce exsultatiónis. ℟. Alléluia. ℣. Nations, battez toutes des mains, célébrez Dieu par vos cris d’allégresse.
 Evangelium  Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum Matthǽum (9,9-13) Matthieu (9,9-13)
In illo tempore: Cum transíret Iésus, vidit hóminem sedéntem in telóneo, Matthǽum nómine, et ait illi: “Séquere me.” Et surgens secútus est eum. Et factum est, discumbénte eo in domo, ecce multi publicáni et peccatóres veniéntes simul discumbébant cum Iésu et discípulis eíus. Et vidéntes pharisǽi dicébant discípulis eíus: “quáre cum publicánis et peccatóribus mandúcat magíster vester?” At ille áudiens ait: “Non est opus valéntibus médico sed male habéntibus. Eúntes autem díscite quid est: ‘Misericórdiam volo et non sacrifícium.’ Non enim veni vocáre iústos sed peccatóres.” En ce temps là : Jésus, en passant vit un homme, appelé Matthieu, assis au bureau des impots. Et Il lui dit: Suis-Moi. Et se levant, il Le suivit. Or, il arriva que, Jésus étant à table dans la maison, beaucoup de publicains et de pécheurs vinrent se mettre à table avec Lui et Ses disciples. Et voyant cela, les pharisiens disaient à Ses disciples: Pourquoi votre Maître mange-t-Il avec les publicains et les pécheurs? Mais Jésus les ayant entendus, dit: Ce ne sont pas ceux qui se portent bien, mais les malades, qui ont besoin de médecin. Allez, et apprenez ce que signifie cette parole: Je veux la miséricorde et non le sacrifice. Car Je ne suis pas venu appeler les justes, mais les pécheurs.
Verbum Dómini. ℟. Laus tibi, Christe. Parole du Seigneur. ℟. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium
Offertoire
Dan. 3, 40

Sicut in holocáustis ariétum et taurórum, et sicut in míllibus agnórum pínguium: sic fiat sacrifícium nostrum in conspéctu tuo hódie, ut pláceat tibi: quia non est confúsio confidéntibus in te, Dómine.
Comme un holocauste de béliers et de taureaux, ou des milliers d’agneaux gras, qu’ainsi notre sacrifice paraisse aujourd’hui devant Toi et qu’il Te soit agréable, car ceux qui ont confiance en Toi ne seront pas confondus, Seigneur.
Super oblataPrière sur les oblats
Stans postea in medio altaris, versus ad populum, extendens et iungens manus, dicit: Après cela, debout au centre de l'autel, tourné vers le peuple, en étendant puis joignant les mains, il dit :
Oráte, fratres, ut meum ac vestrum sacrifícium acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem. Priez, mes frères, pour que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, puisse être agréé par Dieu le Père tout-puissant.
Populus surgit et respondet: Le peuple se lève et répond :
Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram totiúsque Ecclésiæ suæ sanctæ. Que le Seigneur reçoive de vos mains le sacrifice, à la louange et à la gloire de Son nom, et aussi pour notre bien et celui de toute Sa sainte Église.
Deus, qui mysteriórum tuórum dignánter operáris efféctus, præsta, quæsumus, ut sacris apta munéribus fiant nostra servítia. Per Christum. Dieu, qui agis avec l'efficacité de Tes sacrements, accorde-nous, nous T'en prions, que notre service soit digne de ces dons sacrés.
Communio Communion
Ps. 30, 3
Inclína aurem tuam, accélera, ut erípias me. Incline vers moi Ton oreille ; hâte-Toi de me délivrer.
Post communionem Post communion
Vivíficet nos, quǽsumus, Dómine, divína quam obtúlimus et súmpsimus hóstia, ut, perpétua tibi caritáte coniúncti, fructum qui semper máneat afferámus. Per Christum. Que l'offrande divine que nous avons présentée et reçue nous vivifie, nous T'en prions, Seigneur, afin que, unis à Toi dans une charité continue, nous portions des fruits qui demeurent toujours.
Modifications aux messes lues :
Ant. ad introitum Ant. à l'introït
Ps 46, 2
Omnes gentes, pláudite mánibus, iubiláte Deo in voce exsultatiónis. Nations, battez toutes des mains ; célébrez Dieu par des cris d’allégresse.
Ant. ad communionem Ant. à la communion
Cf. Ps 102, 1
Bénedic, ánima mea, Dómino, et ea quæ intra me sunt nómini sancto eius. Bénis, mon âme, le Seigneur et que ce qui me parvient le soit en Ton saint nom.
Vel:
Io 17, 20-21`
Pater, pro eis rogo, ut ipsi in nobis unum sint, ut credat mundus quia tu me misísti, dicit Dóminus. Père, je prie pour eux; afin qu'en Nous tous soient un, pour que le monde croie que Tu M'as envoyé, dit le Seigneur.
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word