Messe du jeudi 26 mars 2020 -

Hebdomada IV Quadragesimae IVème semaine de Carême
Feria V Jeudi
Ad Missam
A la Messe


Introitus Introït
Ps. 104, 3-4
LAETÉTUR cor quæréntium Dóminum: quǽrite Dóminum, et confirmámini: quǽrite fáciem eius semper. Ps. ibid., 1 Confitémini Dómino, et invocáte nomen eius: annuntiáte inter gentes ópera eius. V/. Glória Patri. Que le cœur de ceux qui cherchent le Seigneur se réjouisse. Cherchez le Seigneur, et soyez remplis de force, cherchez sans cesse Son visage. Ps. Célébrez le Seigneur et invoquez Son Nom; annoncez Ses œuvres parmi les nations. V/. Gloire au Père.
OrémusPrions
Collecte
Cleméntiam tuam, Dómine, súpplici voto depóscimus, ut nos fámulos tuos, pæniténtia emendátos et bonis opéribus erudítos, in mandátis tuis fácias perseveráre sincéros, et ad paschália festa perveníre illæsos. Per Dóminum nostrum Iesum Christum, Fílium tuum, qui tecum vivit et regnat in unitáte Spíritus Sancti, Deus, per ómnia sæcula sæculórum. Seigneur miséricordieux, nous Te supplions humblement de nous donner, à nous Tes serviteurs que la pénitence guérit et que les bonnes œuvres font grandir, la force de persévérer d'un cœur sincère dans la pratique de Tes commandements et la grâce de parvenir aux fêtes de Pâques, l'âme purifiée. Par notre Seigneur Jésus-Christ, qui vit et règne avec Toi dans l'unité du Saint Esprit, Dieu, dans tous les siècles des siècles.
Lectio I Ière lecture
Léctio libri Exodi (32,7-14)
In diébus illis: Locútus est Dóminus ad Móysen: “Váde, descénde; peccávit pópulus tuus, quem eduxísti de terra Aegýpti. Recessérunt cito de via, quam praecépi eis, fecerúntque sibi vítulum conflátilem et adoravérunt atque immolántes ei hóstias dixérunt: ‘Isti sunt dii tui, Israel, qui te eduxérunt de terra Aegýpti!’” Rursúmque ait Dóminus ad Móysen: “Cérno quod pópulus iste durae cervícis sit; dimítte me, ut irascátur furor meus contra eos et déleam eos faciámque te in gentem magnam.” Móyses autem orábat Dóminum Deum suum dicens: “Cur, Dómine, iráscitur furor tuus contra pópulum tuum, quem eduxísti de terra Aegýpti in fortitúdine magna et in manu robústa? Ne, quaeso, dicant Aegýptii: ‘Cállide edúxit eos, ut interfíceret in móntibus et deléret e terra’. Quiéscat ira tua, et esto placábilis super nequítia pópuli tui. Recordáre Ábraham, Ísaac et Israel servórum tuórum, quibus iurásti per temetípsum dicens: ‘Multiplicábo semen vestrum sicut stellas caeli; et univérsam terram hanc, de qua locútus sum, dabo sémini vestro, et possidébitis eam semper.’” Placatúsque est Dóminus, ne fáceret malum, quod locútus fúerat advérsus pópulum suum. En ces jours là : le Seigneur parla à Moïse et lui dit: Allez, descendez; car votre peuple, que vous avez tiré de l'Egypte, a péché. Ils se sont bientôt retirés de la voie que vous leur aviez montrée; ils se sont fait un veau en fonte, ils l'ont adoré, et, lui immolant des victimes, ils ont dit: Ce sont là vos dieux, Israïl, qui vous ont tiré le l'Egypte. Le Seigneur dit encore à Moïse: Je vois que ce peuple a la tête dure. Laissez-Moi faire, afin que la fureur de Mon indignation s'allume contre eux et que Je les extermine, et Je vous rendrai le chef d'un grand peuple. Mais Moïse conjurait le Seigneur son Dieu, en disant: Seigneur, pourquoi Ta fureur s'allume-t-elle contre Ton peuple, que Tu as fait sortir de l'Egypte avec une grande force et une main puissante? Ne permets pas, Je Te prie, que les Egyptiens disent: Il les a tirés d'Egypte avec ruse pour les tuer sur les montagnes et pour les exterminer de la terre. Que Ta colère s'apaise, et laissez-Toi fléchir pour pardonner à l'iniquité de Ton peuple. Souviens-Toi d'Abraham, d'Isaac et d'Israël Tes serviteurs, auxquels Tu as juré par Toi-même en disant: Je multiplierai votre race comme les étoiles du ciel, et Je donnerai à votre postérité toute cette terre dont Je vous ai parlé, et vous la posséderez pour jamais. Alors le Seigneur S'apaisa, et Il résolut de ne point faire à Son peuple le mal qu'Il lui voulait faire.
Graduale Graduel
Ps. 73, 20, 19 et 22
R/. Réspice, Dómine, in testaméntum tuum: et ánimas páuperum tuórum ne obliviscáris in finem. V/. Exsúrge, Dómine, et iúdica causam tuam: memor esto oppróbrii servórum tuórum. R/. Aie égard à Ton alliance, Seigneur, n’abandonne pas à la fin les âmes de Tes pauvres. V/. Lève-Toi, Seigneur et juge Ta cause, et n’oublie pas les opprobres de Tes serviteurs.
Evangelium Evangile
Léctio sancti Evangélii secúndum loánnem (5,31-47)
In illo tempore: Dixit Iesus Iuadeis: Si ego testimónium perhíbeo de meípso, testimónium meum non est verum; álius est, qui testimónium pérhibet de me, et scio quia verum est testimónium, quod pérhibet de me. Vos misístis ad Ioánnem, et testimónium perhíbuit veritáti; ego autem non ab hómine testimónium accípio, sed haec dico, ut vos salvi sitis. Ille erat lucérna ardens et lucens; vos autem voluístis exsultáre ad horam in luce eíus. Ego autem hábeo testimónium maíus Ioánne; ópera enim, quae dedit mihi Pater, ut perfíciam ea, ipsa ópera, quae ego fácio, testimónium pérhibent de me, quia Pater me misit; et, qui misit me, Pater, ipse testimónium perhíbuit de me. Neque vocem eíus umquam audístis neque spéciem eíus vidístis; et verbum eíus non habétis in vobis manens, quia, quem misit ille, huic vos non créditis. Scrutámini Scriptúras, quia vos putátis in ipsis vitam aetérnam habére; et illae sunt, quae testimónium pérhibent de me. Et non vultis veníre ad me, ut vitam habeátis. Glóriam ab homínibus non accípio, sed cognóvi vos, quia dilectiónem Dei non habétis in vobis. Ego veni in nómine Patris mei, et non accípitis me; si álius vénerit in nómine suo, illum accipiétis. Quómodo potéstis vos crédere, qui glóriam ab ínvicem accípitis, et glóriam, quae a solo est Deo, non quǽritis? Nolíte putáre quia ego accusatúrus sim vos apud Patrem; est qui accúset vos: Móyses, in quo vos sperátis. Si enim crederétis Móysi, crederétis fórsitan et mihi; de me enim ille scripsit. Si autem illíus lítteris non créditis, quómodo meis verbis credétis?” En ce temps là : Jésus dit aux Juifs : Si c'est Moi qui rends témoignage de Moi-même, Mon témoignage n'est pas vrai. C'est un autre qui rend témoignage de Moi, et Je sais que le témoignage qu'Il rend de Moi est vrai. Vous avez envoyé auprès de Jean, et il a rendu témoignage à la vérité. Pour Moi, ce n'est pas d'un homme que Je recois le témoignage; mais Je dis cela afin que vous soyez sauvés. Jean était une lampe ardente et brillante; et vous avez voulu vous réjouir une heure à sa lumière. Mais Moi, J'ai un témoignage plus grand que celui de Jean; car les oeuvres que le Pére M'a données d'accomplir, les oeuvres mêmes que Je fais, rendent de Moi le témoignage que c'est le Père qui M'a envoyé. Le Père, qui M'a envoyé, a rendu Lui-même témoignage de Moi. Vous n'avez jamais entendu Sa voix, ni contemplé Sa face. Et vous n'avez pas Sa parole demeurant en vous, parce que vous ne croyez pas à Celui qu'Il a envoyé. Vous scrutez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle; ce sont elles aussi qui rendent témoignage de Moi. Et vous ne voulez pas venir à Moi pour avoir la vie. Je n'accepte pas la gloire qui vient des hommes. Mais Je vous connais, et Je sais que vous n'avez pas l'amour de Dieu en vous. Je suis venu au nom de Mon Père, et vous ne Me recevez pas; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. Comment pouvez-vous croire, vous qui recevez votre gloire les uns des autres, et qui ne cherchez point la gloire qui vient de Dieu seul? Ne pensez pas que ce soit Moi qui vous accuserai devant le Père; celui qui vous accuse, c'est Moïse, en qui vous espérez. Car, si vous croyiez à Moïse, vous croiriez aussi en Moi, puisque c'est de Moi qu'il a écrit. Mais, si vous ne croyez pas à ses écrits, comment croirez-vous à Mes paroles?
Verbum Domini. R/. Laus tibi, Christe.Parole du Seigneur. R/. Louange à Toi, ô Christ.
Offertorium
Offertoire
Exodi 32, 11, 13 et 14
Precátus est Móyses in conspéctu Dómini Dei sui, et dixit: Quare, Dómine, irásceris in pópulo tuo ? Parce irae ánimae tuae: meménto Abraham, Isaac, et Iacob, quibus iurásti dare terram fluéntem lac et mel. Et placátus factus est Dóminus de malignitáte, quam dixit fácere pópulo suo. Moïse conjurait le Seigneur son Dieu, en disant: Seigneur, pourquoi Ta fureur s'allume-t-elle contre Ton peuple ? Que Ta colère s'apaise, et souviens-Toi d'Abraham, d'Isaac et d'Israël auxquels Tu as juré : Je donnerai cette terre où coule le lait et le miel. Alors le Seigneur S'apaisa, et Il résolut de ne point faire à Son peuple le mal qu'Il lui voulait faire.
Super oblata
Prière sur les oblats
Stans postea in medio altaris, versus ad populum, extendens et iungens manus, dicit: Après cela, debout au centre de l'autel, tourné vers le peuple, en étendant puis joignant les mains, il dit :
Oráte, fratres, ut meum ac vestrum sacrifícium acceptábile fiat apud Deum Patrem omnipoténtem. Priez, mes Frères, pour que mon sacrifice, qui est aussi le vôtre, puisse être agréé par Dieu le Père tout-puissant.
Populus surgit et respondet: Le peuple se lève et répond :
Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram totiúsque Ecclésiæ suæ sanctæ. Que le Seigneur reçoive de vos mains le sacrifice, à la louange et à la gloire de Son nom, et aussi pour notre bien et celui de toute Sa sainte Église.
Concéde, qu?sumus, omnípotens Deus, ut huius sacrifícii munus oblátum fragilitátem nostram ab omni malo purget semper et múniat. Per Christum. Accorde-nous, nous Te le demandons, Dieu Tout-Puissant, par ce don offert en sacrifice, d'être toujours préservés, dans notre fragilité, de tout mal et renforcés.
 PRÆFATIO I DE QUADRAGESIMA  Ière PREFACE DU CAREME
De spiritali significatione Quadragesimæ De la signification spirituelle du Carême
Sequens præfatio dicitur tempore Quadragesimæ, præsertim vero in dominicis, quando non est dicenda alia præfatio magis propria. Cette préface est dite pendant le temps du Carême, surtout le dimanche, quand on ne dit pas une autre préface propre.
Vere dignum et iustum est, æquum et salutáre, nos tibi semper et ubíque grátias ágere: Dómine, sancte Pater, omnípotens ætérne Deus: per Christum Dóminum nostrum.
Quia fidélibus tuis dignánter concédis quotánnis paschália sacraménta in gáudio purificátis méntibus exspectáre: ut, pietátis offícia et ópera caritátis propénsius exsequéntes, frequentatióne mysteriórum, quibus renáti sunt, ad grátiæ filiórum plenitúdinem perducántur.
Et ídeo cum Angelis et Archángelis, cum Thronis et Dominatiónibus, cumque omni milítia cæléstis exércitus, hymnum glóriæ tuæ cánimus, sine fine dicéntes:
Vraiment, il est digne et juste, équitable et salutaire, pour nous, toujours et partout de Te rendre grâces : Seigneur, Père saint, Dieu éternel et tout puissant : par le Christ notre Seigneur.
Car Tu daignes accorder à Tes fidèles, chaque année, d'attendre les sacrements de Pâques pour purifier leur âme dans la joie ; afin que, par une plus grande assiduité à la prière, à la charité fraternelle, et à fréquentation des mystères qui par lesquels ils sont renés, ils puissent parvenir à la plénitude de la grâce des fils.
C’est pourquoi, avec les Anges et les Archanges, avec les Trônes et les Dominations, ainsi qu'avec toute l'armée de la milice céleste, nous Te chantons une hymne de gloire, en disant sans fin :
Communio
Communion
Ps. 70, 16-17 et 18

Ps. 70, 16-17 et 18
Dómine, memorábor iustítiae tuae solíus: Deus, docuísti me a iuventúte mea: et usque in senéctam et sénium, Deus, ne derelínquas me.
Seigneur, je me rappellerai Ta justice, la Tienne seule. O Dieu, Tu m'as instruit dès ma jeunesse, Et jusqu'à la vieillesse et aux cheveux blancs, ô Dieu, ne m'abandonne pas.
OrémusPrions
Post communionem
Post-communion
Puríficent nos, qu?sumus, Dómine, sacraménta quæ súmpsimus, et fámulos tuos ab omni culpa líberos esse concéde, ut, qui consciéntiæ reátu constringúntur, cæléstis remédii plenitúdine gloriéntur. Per Christum. Que nous purifient, nous T'en prions, Seigneur, les sacrements que nous avons reçus ; et accorde à Tes serviteurs d'être libérés de toute faute,
afin que ceux qui sont accablés par le poids de leur conscience, puissent grâce aux remèdes du ciel Te glorifier en plénitude.
Oratio super populum (ad libitum adhibenda)   
Protéctor in te sperántium, Deus, bénedic pópulum tuum, salva, tuére, dispóne, ut, a peccátis liber, ab hoste secúrus, in tuo semper amóre persevéret. Per Christum. Dieu, protecteur de ceux qui espèrent en Toi, bénis Ton peuple, sauve-le, protège-le : rends-le capable, une fois libéré du péché et à l’abri de l’ennemi, de persévérer toujours dans Ton amour.

Modifications aux messes lues :
 Ant. ad introitum Ant. à l'introït
Cf. Ps 104, 3-4
Lætétur cor quæréntium Dóminum. Quǽrite Dóminum et confirmámini, quǽrite fáciem eius semper. Que le cœur de ceux qui cherchent le Seigneur se réjouisse. Cherchez le Seigneur, et soyez remplis de force, cherchez sans cesse Son visage.
Ant. ad communionem   
Ier 31, 33
Dabo legem meam in viscéribus eórum, et in corde eórum scribam eam; et ero eis in Deum, et ipsi erunt mihi in pópulum, dicit Dóminus.