Extrait quotidien de la Règle de Notre Bienheureux Père Saint Benoît, et son commentaire par le TRP Dom Paul Delatte, abbé de Solesmes :
Caput 7: De humilitate (j) 7 - L’HUMILITÉ (j)
Octavus humilitatis gradus est, si nihil agat monachus, nisi quod communis monasterii regula vel maiorum cohortatur exempla. Le huitième échelon de l’humilité est que le moine ne fasse rien qui ne soit recommandé par la règle commune du monastère et l’exemple des anciens.
Pour un moine qui s’exerce au septième degré d’humilité, l’observance du huitième va de soi : il reste tranquillement à sa place, comme un élément anonyme, additionné aux autres ; il ne recherche point les exceptions et les privilèges ; il ne fait rien d’extraordinaire et qui attire les regards, mais seulement ce qui est autorisé par la règle commune du monastère et par la conduite - régulière - des anciens, par les coutumes légitimes . Ce n’est point une invitation à la paresse ou à la tiédeur ; on ne nous pousse pas davantage à un certain stoïcisme, à un manque de simplicité filiale qui laisserait à l’Abbé le soin de reconnaître lui-même notre infirmité et nos besoins ; N. B. Père veut seulement poursuivre toutes les saillies de la volonté propre. Nous avons d’instinct l’amour des petites distinctions ; nous ne prenons qu’avec chagrin notre parti d’être ignorés et perdus dans la foule, surtout si nous avons d’abord été honorés et élevés. Nous visons à l’originalité, à la singularité, à une sorte de pose, à la recherche de l’effet. On est quelqu’un, on a son genre, ses manières de voir et de penser. C’est comme une revanche misérable de l’abdication que nous avons consentie au jour de notre profession. Ce besoin --d’affirmer son moi se traduit d’ailleurs, le plus souvent, en des choses menues, presque insignifiantes, mais où semble se réfugier tout l’égoïsme : un détail de prononciation, une habitude spéciale dans le cérémonial commun, des exceptions au réfectoire. Et cela dégénère en manie, insolente ou sournoise, quelquefois en révolte. Il y a grande vertu et réelle distinction surnaturelle à se conformer toujours aux usages du monastère et jusque dans les pratiques extérieures de dévotion. Ama nesciri et pro nihilo reputari.
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word