affiche_liturgia("journee")office = vigiles

Vigiles (OSB) du dimanche 10 décembre 2017 - IIème dimanche de l'Avent

Hebdomada II Adventus IIème semaine de l'Avent
Dominica Dimanche
Dominica II Adventus IIème dimanche de l'Avent
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Isaíæ prophétæ Du livre d'Isaïe
Lectio I Lecture I
Respexísti in die illa armamentárium domus Saltus; et scissúras civitátis David vidístis, quia multiplicátæ sunt; et congregástis aquas piscínae inferióris. Et domos Ierúsalem numerástis et destruxístis domos ad muniéndum murum; et lacum fecístis inter duos muros pro aqua piscínæ véteris; sed non suspexístis ad eum qui fecit hæc, et eum qui hæc de longe formávit non vidístis. Et vocávit Dóminus Deus exercítuum in die illa ad fletum et ad planctum, ad calvítium et ad cingéndum saccum; et ecce gáudium et lætítia occídere boves et iuguláre pecus, comédere carnes et bíbere vinum: " Comedámus et bibámus, cras enim moriémur ". Tu as tourné les yeux, ce jour-là, vers les armes de la Maison de la Forêt; et les brèches de la cité de David, vous avez vu comme elles sont nombreuses! Vous avez collecté les eaux de la piscine inférieure; vous avez compté les maisons de Jérusalem, vous avez démoli les maisons pour fortifier le rempart. Vous avez fait un réservoir entre les deux murs, pour les eaux de l'ancienne piscine. Mais vous n'avez pas eu un regard pour l'auteur de ces choses, celui qui en fit le dessein depuis longtemps, vous ne l'avez pas vu. Et le Seigneur Dieu des armées vous a appelés, en ce jour-là, à pleurer et à vous lamenter, à vous tondre et à ceindre le sac. Mais voici la joie et l'allégresse, on tue les bœufs et on égorge les moutons, on mange de la viande et on boit du vin: « Mangeons et buvons, car demain nous mourrons! »
R/. Ierúsalem, cito véniet salus tua: quare mæróre consúmeris? Numquid consiliárius non est tibi, quia innovávit te dolor? * Salvábo te et liberábo te, noli timére. V/. Israel, si me audíeris, non erit in te deus recens, neque adorábis deum aliénum: ego enim Dóminus. * Salvábo te. R/. Jérusalem, voici qu'arrive ton salut: pourquoi te consumer de chagrin? N'as-tu donc aucun bon conseiller, que ta douleur se renouvelle? * Ne crains pas! je suis ton Sauveur, ton libérateur! V/. Écoute, je t'adjure Israël, tu n'auras pas chez toi d'autres dieux; tu ne serviras aucun dieu étranger; c'est moi le Seigneur! * Ne crains pas.
Lectio II Lecture II
ET revelátum est in áuribus meis a Dómino exercítuum: " Certe non dimittétur iníquitas hæc vobis, donec moriámini! ", dicit Dóminus Deus exercítuum. Hæc dicit Dóminus Deus exercítuum: " Vade, ingrédere ad procuratórem istum, ad Sobnam præpósitum palátii: "Quid tibi hic? Aut quis tibi hic, quia excidísti tibi hic sepúlcrum?" " « Alors le Seigneur des armées s'est révélé à mes oreilles: « Jamais cette faute ne sera pardonnée, jusqu'à votre mort », dit le Seigneur Dieu des armées. Ainsi parle le Seigneur Dieu des armées: « Va trouver cet intendant, Shebna, le maître du palais: "Que possèdes-tu ici, de qui te réclames-tu pour t'y tailler un sépulcre?" »
R/. Ecce Dóminus véniet et omnes sancti eius cum eo, et erit in die illa lux magna; et exíbunt de Ierúsalem sicut aqua munda: * Et regnábit Dóminus in ætérnum super omnes gentes. V/. A solis ortu et occásu, ab aquilóne et mari. * Et regnábit . R/. Voici venir le Seigneur avec tous les saints de son cortège; en ce jour-là resplendira une grande lumière, et il sortira de Jérusalem comme une eau pure: * Le Seigneur régnera pour l'éternité sur toutes les nations. V/. Du nord et du midi, du levant et du couchant, * Le Seigneur.
Lectio III Lecture III
Effódiens in excélso sepúlcrum suum, excavábat in petra tabernáculum sibi. Ecce Dóminus veheménter proíciet te, homo, violénter te apprehéndens. In globum te convólvet glómerans; quasi pilam mittet te in terram latam et spatiósam: ibi moriéris et ibi erunt currus glóriæ tuæ, ignomínia domus dómini tui. Et expéllam te de statióne tua et de ministério tuo depónam te. " « Il se taille un sépulcre surélevé, il se creuse une chambre dans le roc. Voici que le Seigneur va te rejeter, homme! t'empoigner avec poigne. Il te roulera comme une boule, une balle vers un vaste espace. C'est là que tu mourras, avec tes chars splendides, déshonneur de la maison de ton maître. Je vais te chasser de ton poste, je vais t'arracher de ta place.»
R/. Ierúsalem, surge, et sta in excélso, et vide * Iucunditátem quæ véniet tibi a Deo tuo. V/. Leva in circúitu óculos tuos, et vide et contempláre. * Iucunditátem quæ. R/. Debout, Jérusalem! Tiens-toi sur la hauteur et considère * La joie qui te vient de ton Dieu! V/. Lève les yeux tout alentour, et contemple * La joie.
Lectio IV Lecture IV
Et erit in die illa: vocábo servum meum Elíachim fílium Helcíæ et índuam illum túnicam tuam et cíngulo tuo cingam eum et potestátem tuam dabo in manu eius; et erit in patrem habitántibus Ierúsalem et dómui Iudæ. Et dabo clavem domus David super úmerum eius; et apériet, et non erit qui claudat; et claudet, et non erit qui apériat. Et figam illum paxíllum in loco secúro, et erit in sólium glóriæ dómui patris sui. " « Et le même jour, j'appellerai mon serviteur Élyaqim fils d'Hilqiyyahu. Je le revêtirai de ta tunique, je le ceindrai de ton écharpe, je lui remettrai tes pouvoirs, il sera un père pour l'habitant de Jérusalem et pour la maison de Juda. Je mettrai la clé de la maison de David sur son épaule, s'il ouvre, personne ne fermera, s'il ferme, personne n'ouvrira. Et je l'enfoncerai comme un clou en un lieu solide; il deviendra un trône de gloire pour la maison de son père. »
R/. Cívitas Ierúsalem, noli flere: quóniam dóluit Dóminus super te, * Et áuferet a te omnem tribulatiónem. V/. Ecce dominátor Dóminus cum virtúte véniet. * Et áuferet. V/. Glória Patri. * Et áuferet. R/. Jérusalem, cesse de pleurer: le Seigneur t'a prise en pitié; * Il écartera de toi l'opprobre et la tristesse. V/. Le Seigneur des seigneurs s'avance avec puissance. * Il écartera. V/. Gloire au Père. * Il écartera.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Commentáriis Eusébii Cæsariénsis epíscopi in Isaíam (Cap. 40: PG 24, 366-367) Commentaire d'Eusèbe de Césarée sur Isaïe
Lectio I Lecture I
Vox clamántis in desérto, paráte viam Dómini, rectas fácite sémitas Dei nostri. Apérte declárat ea quæ in vaticínio ferúntur, non Ierosólymæ, sed in desérto gerénda esse; nempe quod futúrum sit, ut glória Dómini appáreat, et salutáre Dei in omnis carnis notítiam véniat. Voix de celui qui crie dans le désert: Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits les sentiers de notre Dieu. Cette parole montre clairement que les événements prophétisés ne se produiront pas à Jérusalem, mais au désert; c'est là que la gloire du Seigneur apparaîtra et que toute chair aura connaissance du salut de Dieu.
R/. Ecce véniet Dóminus, protéctor noster, Sanctus Israel, * Corónam regni habens in cápite suo. V/. Ecce dominátor Dóminus cum virtúte véniet. * Corónam. R/. Voici venir le Seigneur, le Saint d'Israël, c'est lui notre secours! * Sa tête est couronnée du diadème royal. V/. Le Seigneur des seigneurs s'avance avec puissance, * Sa tête.
Lectio II Lecture II
Et hæc quidem secúndum históriam et ad verbum, tunc impléta sunt, cum Ioánnes Baptísta salutárem Dei advéntum prædicávit in desérto Iordánis, ubi salutáre Dei visum fuit. Nam tunc Christus eiúsque glória ómnibus innótuit, cum, ipso baptizáto, apérti sunt cæli, et Spíritus Sanctus, in colúmbæ spécie descéndens, super eo insédit, paternáque vox deláta est, Fílio testimónium reddens: Hic est Fílius meus diléctus, ipsum audíte. Et c'est ce qui s'est accompli réellement et littéralement lorsque Jean-Baptiste proclama dans le désert du Jourdain que le salut de Dieu se manifesterait, car c'est là que le salut de Dieu est apparu. En effet, le Christ avec sa gloire s'est fait connaître à tous: lorsqu'il eut été baptisé, le Saint-Esprit descendit sur lui sous la forme d'une colombe et y demeura; et la voix du Père lui rendit témoignage: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le.
R/. Sicut mater consolátur fílios suos, ita consolábor vos, dicit Dóminus; et de Ierúsalem civitáte quam elégi, véniet vobis auxílium: * Et vidébitis et gaudébit cor vestrum. V/. Dabo in Sion salútem, et in Ierúsalem glóriam meam. * Et vidébitis. R/. Comme une mère console ses enfants, je vous consolerai, dit le Seigneur; et de Jérusalem, cité que j'ai choisie, viendra pour vous le secours attendu: * Vous le verrez, vous serez dans la joie! V/. À Sion, je donnerai le salut; à Jérusalem, je donnerai ma gloire! * Vous le verrez.
Lectio III Lecture III
Hæc quippe dicebántur, quia in desértum a sæculo impérvium et inaccéssum, adventúrus erat. Erant porro gentes omnes Dei cognitióne vácuæ, a quárum áditu omnes iusti Dei ac prophétæ arcebántur. Quamóbrem iubet vox illa viam paráre Dei Verbo, et ínviam asperámque complanáre, ut eo advéniens Deus noster prógredi váleat. Paráte viam Dómini: ea est evangélica prædicátio nóvaque consolátio, quæ salutáre Dei in ómnium hóminum notítiam veníre exóptat. Le prophète parlait ainsi parce que Dieu devait résider dans le désert, qui est inaccessible au monde. Toutes les nations païennes étaient désertées par la connaissance de Dieu, et toutes étaient inaccessibles aux justes et aux prophètes de Dieu. C'est pour cela que cette voix ordonne de préparer le chemin au Verbe de Dieu et de rendre unie la route inaccessible et raboteuse afin que notre Dieu, en venant résider chez nous, puisse y avancer. Préparez le chemin du Seigneur : c'est la prédication évangélique et la nouvelle consolation qui souhaite que le salut de Dieu vienne à la connaissance de tous les hommes.
R/. Ierúsalem, plantábis víneam in móntibus tuis et exsultábis quia dies Dómini véniet: surge, Sion, convértere ad Deum tuum; gaude et lætáre Iacob, * Quia de médio géntium Salvátor tuus véniet. V/. Deus a Líbano véniet et Sanctus de monte umbróso et condénso. * Quia de. R/. Jérusalem, tu planteras la vigne sur tes montagnes, et tu exulteras de bonheur, car il vient, le Jour du Seigneur. Lève-toi, Sion, et reviens à ton Dieu; Jacob, tressaille de joie et d'allégresse: * Voici ton Sauveur; il vient du milieu des nations! V/. Dieu vient du Liban; le Saint, du mont boisé, ténébreux! * Voici.
Lectio IV Lecture IV
Super montem excélsum ascénde, qui evangelízas Sion. Exálta in fortitúdine vocem tuam, qui evangelízas Ierúsalem. Hæc præmissórum senténtiæ appríme convéniunt, atque opportúne evangelistárum mentiónem fáciunt, et advéntum Dei ad hómines annúntiant, postquam de voce in desérto clamánte sermo hábitus est. Etenim prophetíam de Ioánne Baptísta evangelistárum méntio congruénter sequebátur. Monte sur une haute montagne, toi qui portes la bonne nouvelle à Sion. Élève la voix avec force, toi qui portes la bonne nouvelle à Jérusalem. Ces paroles s'accordent tout à fait avec le sens de celles qui ont précédé, et elles ont raison de mentionner les évangélistes, les porteurs de la Bonne Nouvelle, car elles annoncent aux hommes la Bonne Nouvelle de l'avènement de Dieu, après avoir parlé de la voix qui crie dans le désert. En effet, la parole concernant les évangélistes du Sauveur vient à la suite de la prophétie concernant Jean-Baptiste.
R/. Egrediétur Dóminus de Samaría ad portam quæ réspicit ad oriéntem; et véniet in Béthlehem, ámbulans super aquas redemptiónis Iudæ: * Tunc salvus erit omnis homo, quia ecce véniet. V/. Et præparábitur in misericórdia sólium eius, et sedébit super illud in æquitáte. * Tunc salvus. V/. Glória Patri. * Tunc salvus. R/. Le Seigneur sortira de Samarie par la porte qui regarde vers l'orient; et il viendra jusqu'à Bethléem, en marchant sur les eaux de la rédemption de Juda: * Alors, tout homme sera sauvé, car il vient! V/. Dans la miséricorde s'affermira son trône: il y siégera dans la justice. * Alors, tout homme. V/. Gloire au Père. * Alors, tout homme.
éditer éditer
In tertio nocturno, anno B Troisième nocturne, année B
Léctio sancti Evangélii secúndum Marcum Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc
Inítium Evangélii Iesu Christi Fílii Dei. Sicut scriptum est in Isaía prophéta: Ecce mitto ángelum meum ante fáciem tuam, qui præparábit viam tuam. Et réliqua. Commencement de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, le Fils de Dieu. Il était écrit dans le livre du prophète Isaïe: Voici que j'envoie mon messager devant toi, pour préparer ta route. Et la suite.
Ex Homilíis sancti Bedæ Venerábilis presbýteri (Hom. 1: CCL 122, 2-3) Homélie de saint Bède le Vénérable
Lectio I Lecture I
Quod si quærimus quare Ioánnes baptizáverit, cujus baptísmate peccáta remítti nequivérunt, patet apérta rátio quia præcursiónis suæ servans offícium sicut ante Dóminum nasci, prædicáre et mori, ita étiam baptizáre débeat; simul ne Dómini dispensatiónem, si primus ipse baptísma homínibus daret, Pharisæórum et Scribárum cárperet invidiósa conténtio, sed si interrogáre voluíssent in qua potestáte baptizáret, statim audírent: Baptísmum Ioánnis unde erat? E cælo an ex homínibus? Quod cum e cælo esse negáre non audérent, étiam eius quem Ioánnes prdicábat ópera cælitus acta cogeréntur fatéri. Si nous cherchons pourquoi Jean baptisait, lui dont le baptême ne pouvait remettre les péchés, la raison en est claire: c'est que, pour être fidèle à son ministère de précurseur, il devait baptiser avant le Seigneur de même qu'il était né avant lui, lui qui prêchait avant lui, et qu'il mourrait avant lui. En même temps, c'était empêcher, dans le cas où le Seigneur aurait le premier donné le baptême aux hommes, que la querelle envieuse des Pharisiens et des Scribes n'ait prise sur son ministère. S'ils voulaient lui demander par quel pouvoir il baptisait, ils s'entendraient aussitôt répliquer: Le baptême de Jean, d'où venait-il? Du ciel ou des hommes? Ainsi, comme ils n'oseraient pas nier qu'il vienne du ciel, ils seraient contraints de reconnaître que les œuvres de celui que Jean prêchait, étaient elles aussi accomplies par un pouvoir venant du ciel.
R/. Rex noster advéniet Christus, * Quem Ioánnes prædicávit Agnum esse ventúrum. V/. Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccáta mundi. * Quem Ioánnes. R/. Il viendra le Christ, notre roi; * Il est l'Agneau dont Jean avait annoncé la venue: V/. Voici l'Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde! * Il est.
Lectio II Lecture II
Nec tamen baptísma Ioánnis quamvis peccáta non laxáverit, infructuósum omnímodis accipiéntibus éxstitit, quia etsi non pro remissióne peccatórum pro signo tamen fídei et pæniténtiæ dabátur; ut vidélicet recólerent se omnes qui hoc initiabántur a peccátis continére, eleemósynis insístere, in Christum crédere, atque ad eius baptísma quo in remissiónem peccatórum ablueréntur, mox ut apparéret, properáre debére. Cependant, si le baptême de Jean ne remettait pas les péchés, il n'en était pas pour autant sans fruit pour ceux qui le recevaient. En effet, bien qu'il ne fût pas donné pour la rémission des péchés, il l'était cependant comme signe de foi et de repentir, c'est-à-dire qu'il leur rappelait que tous devraient, du fait de cette initiation, s'abstenir du péché, pratiquer l'aumône, croire au Christ, et se hâter d'aller vers son baptême, dès qu'il paraîtrait, afin d'y être lavés pour la rémission de leurs péchés.
R/. Salus nostra, Redémptor noster modo véniet, quem Gábriel nuntiávit et María Virgo concépit; * Ipse venit liberáre hóminem pérditum quem plasmávit in mundum. V/. Princeps Gábriel magne, testis fidélis, iam véniet qui ventúrus est. * Ipse venit. R/. Notre Sauveur, notre Rédempteur, le voici qui vient maintenant! Annoncé par Gabriel, conçu de la Vierge Marie, * Il vient libérer l'homme qu'il avait modelé, placé dans le monde, et qui était perdu! V/. Archange Gabriel, tu en es le témoin fidèle: il vient, maintenant, celui qui doit venir, * Il vient libérer.
Lectio III Lecture III
Quod autem Ioánnes in desérto baptísma suum dat et baptísma Christi prdicat, immo totam a púero in desértis agit vitam, ídeo fit ut summus doctor quod verbis prædicábat exémplis astrúeret et qui suos auditóres a peccátis pæniténdo discédere suadébat, ipse peccántium vítia non solum mundítia mentis sed et córporis situ declináret. Mais pourquoi est-ce dans le désert que Jean donne son baptême et annonce celui du Christ, ou plutôt qu'il y passe, dès l'enfance, toute sa vie? Il convenait que le maître de doctrine appuyât par ses exemples ce qu'il prêchait par ses paroles; que celui qui persuadait à ses auditeurs de se repentir de leurs péchés, se tînt éloigné des vices de ceux qui pèchent, non seulement par la pureté de son âme, mais encore par la situation elle-même de son corps.
R/. Ecce ab austro vénio, ego Dóminus Deus vester, * Visitáre vos in pace. V/. Aspíciam vos et créscere fáciam; multiplicabímini et firmábo pactum meum vobíscum. * Visitáre vos. R/. Me voici, j'arrive du désert, je suis le Seigneur votre Dieu, * Je viens vous visiter dans la paix. V/. Je poserai sur vous mon regard, et vous fructifierez ; vous vous multiplierez, et j'affermirai mon alliance avec vous. * Je viens.
Lectio IV Lecture IV
Typice autem desértum in quo Ioánnes manébat segregábam a mundi illécebris sanctórum vitam desígnat: qui sive solitárii sive turbis admíxti vivant tota semper intentióne ánimi præséntis sæculi desidéria spernunt; soli Deo in abscóndito cordis adhærére et in illo spem suam pónere delectántur. Quam dilectíssimam Deo solitúdinem mentis iuvánte Spíritus Sancti grátia desiderábat adíre prophéta qui dicébat: Quis dabit mihi pennas sicut colúmbæ et volábo et requiéscam? Eamdémque se mox Dómino iuvánte consecútum gratulátus quasi commúnibus terrenórum desideriórum implicaméntis insúltans, adiúngit: Ecce elongávi fúgiens et mansi in solitúdine. Par ailleurs, typologiquement, le désert où Jean demeurait représente la vie des saints coupés des plaisirs de ce monde: qu'ils vivent en solitaires ou mêlés aux foules, sans cesse ils tendent de toute leur âme à mépriser les désirs du siècle présent; ils trouvent leur joie à ne s'attacher qu'à Dieu, dans le secret de leur cœur, et à ne mettre qu'en lui leur espérance. C'est vers cette solitude de l'âme, si chère à Dieu, que le prophète, avec le secours de l'Esprit Saint, désirait aller, disant: Qui me donnera les ailes de la colombe pour que je m'envole et repose? Et, se félicitant de l'avoir bientôt trouvée, grâce au secours de Dieu, il ajoute, comme défiant les attaches des désirs terrestres: Voilà! J'ai fui au loin, et je demeure dans la solitude.
R/. Ecce Dóminus véniet cum splendóre descéndens, et virtus eius cum eo, * Visitáre pópulum suum in pace, et constitúere super eum vitam sempitérnam. V/. Ecce Dóminus noster cum virtúte véniet, * Visitáre pópulum. V/. Glória Patri. * Visitáre pópulum. R/. Voici venir le Seigneur, il descend, entouré de sa splendeur, il vient, accompagné de sa puissance, * Visiter son peuple dans la paix, lui assurer la vie éternelle. V/. Voici notre Seigneur, il vient avec puissance, * Visiter. V/. Gloire au Père. * Visiter.