Vigiles (OSB) du mercredi 3 janvier 2018


Avertissement : l'affichage de cet office est encore incomplet. Il manque des traductions et seul le psautier est renseigné. Le propre du temps et des saints n'est pas encore entièrement disponible. Aidez-nous pour les traductions, merci.
Hebdomada II post Nativitatem IIème semaine après la Nativité
Feria IV Mercredi
Ad Vigilas
Ad Vigilias
Ter dicitur: On dit trois fois :
℣. Dómine, lábia mea apéries.
℟. Et os meum annuntiábit laudem tuam.
℣. Seigneur, ouvre mes lèvres.
℟. Et ma bouche annoncera Ta louange.
Sequens psalmus dicitur quotidie et anteponitur psalmo 94, si Vigiliæ incipiunt ab invitatorio. Le psaume suivant se dit chaque jour avant le psaume 94 si les Vigiles commencent par l'invitatoire.
Psalmus 3 Psaume 3
Dominus protector meus Le Seigneur est mon protecteur
Dormivit et somnum cepit et resurrexit, quoniam Dominus suscepit eum (S. Irenæus). Il S'est couché et Il S'est endormi, et Il est ressuscité car le Seigneur L'a soutenu.
Dómine, quid multiplicáti sunt, qui tríbulant me? * Multi insúrgunt advérsum me, Seigneur, pourquoi ceux qui me persécutent se sont-ils multipliés? Une multitude s'élève contre moi.
multi dicunt ánimæ meæ: * «Non est salus ipsi in Deo». Beaucoup disent à mon âme: Il n'y a pas de salut pour elle dans son Dieu.
Tu autem, Dómine, protéctor meus es, * glória mea et exáltans caput meum. Mais Toi, Seigneur, Tu es mon protecteur et ma gloire, et Tu me relèves la tête.
Voce mea ad Dóminum clamávi, * et exaudívit me de monte sancto suo. De ma voix j'ai crié vers le Seigneur, et Il m'a exaucé du haut de Sa montagne sainte.
Ego obdormívi et soporátus sum, * exsurréxi, quia Dóminus suscépit me. Je me suis endormi, et j'ai été assoupi; et je me suis levé, parce que le Seigneur a été mon soutien.
Non timébo mília pópuli circumdántis me. * Exsúrge, Dómine, salvum me fac, Deus meus; Je ne craindrai point les milliers d'hommes du peuple qui m'environnent. Lève-Toi, Seigneur; sauve-moi, mon Dieu.
quóniam tu percussísti in maxíllam omnes adversántes mihi, * dentes peccatórum contrivísti. Car Tu as frappé tous ceux qui s'opposaient à moi sans raison; Tu as brisé les dents des pécheurs.
Dómini est salus, * et super pópulum tuum benedíctio tua. Le salut vient du Seigneur; et c'est Toi qui bénis Ton peuple.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Hymnus Hymne
Rerum creátor óptime
rectórque noster, réspice;
nos a quiéte nóxia
mersos sopóre líbera.

Te, sancte Christe, póscimus;
ignósce tu crimínibus,
ad confiténdum súrgimus
morásque noctis rúmpimus.

Mentes manúsque tóllimus,
Prophéta sicut nóctibus
nobis geréndum præcipit
Paulúsque gestis cénsuit.

Vides malum quod géssimus;
occúlta nostra pándimus,
preces geméntes fúndimus;
dimítte quod peccávimus.

Sit, Christe, rex piíssime,
tibi Patríque glória
cum Spíritu Paráclito,
in sempitérna sæcula. Amen.
Très bon créateur de ce monde,
notre maître, regarde-nous :
libère nous de la torpeur,
du sommeil qui nous engourdit.

Au Christ, c'est Toi que nous prions,
daigne nous pardonner nos fautes ;
rompant la longueur de la nuit,
nous voici prêt à Te louer.

Nous élevons nos mains, nos cœurs,
comme le prophète a prescrit
de le faire au cours de la nuit,
et suivant l'exemple de Paul.

Tu vois quel mal nous avons fait,
nous dévoilons le plus caché ;
en gémissant, nous te prions
de nous remettre nos péchés.

O Christ, ô roi plein de bonté,
gloire à Toi et gloire à Ton Père,
avec l'Esprit consolateur,
à travers les siècles sans fin.
IN I NOCTURNO AU Ier NOCTURNE
Ant. 1 Da nobis Dómine, * auxílium de tribulatióne.Ant. 1 Donne-nous, Seigneur, le secours dans la tribulation.
Psalmus 59 (60) Psaume 59 (60)
Post calamitatem oratio Prière après une calamité
In mundo pressuram habetis, sed confidite, ego vici mundum (Io 16, 33). Vous aurez des épreuves dans le monde, mais prenez confiance, J'ai vaincu le monde (Io 16, 33).
Deus, reppulísti nos, destruxísti nos. * Irátus es. Convértere ad nos! O Dieu, Tu nous a rejetés, Tu nous a dispersés : Tu étais irrité. Rends-nous Ta faveur !
Concussísti terram, confregísti eam; * sana contritiónes eius, quia commóta est. Tu as ébranlé le pays, Tu l'as déchiré : répare ses brèches, car il chancelle.
Ostendísti pópulo tuo dura, * potásti nos vino vertíginis. Tu as fait voir à Ton peuple de rudes épreuves, Tu nous a fait boire un vin de vertige.
Dedísti metuéntibus te signum, * ut fúgiant a fácie arcus. Mais Tu as donné à ceux qui Te craignent une bannière, afin qu'elle s'élève à cause de Ta vérité.
Ut liberéntur dilécti tui, * salvos fac déxtera tua et exáudi nos. Afin que Tes bien-aimés soient délivrés, sauve par Ta droite, et exauce-nous.
Deus locútus est in sancto suo: † «Lætábor et partíbor Síchimam * et convállem Succoth metíbor. Dieu a parlé dans sa sainteté : « Je tressaillirai de joie. J'aurai Sichem en partage, et je mesurerai la vallée de Succoth.
Meus est Gálaad et meus est Manásses * et Ephraim fortitúdo cápitis mei. Galaad est à moi, à moi Manassé, et Ephraim est l'armure de ma tête.
Iuda sceptrum meum, * Moab olla lavácri mei. Et Juda mon sceptre, Moab est le bassin où je me lave.
Super Idumæam exténdam calceaméntum meum, * super Philistæam vociferábor». Sur Edom je jette ma sandale; terre des Philistins, pousse des acclamations en mon honneur ».
Quis addúcet me in civitátem munítam? * Quis dedúcet me usque in Idumæam? Qui me mènera à la ville forte? Qui me conduira à Edom?
Nonne tu, Deus, qui reppulísti nos, * et non egrediéris, Deus, in virtútibus nostris? N'est-ce pas Toi, ô Dieu, qui nous avais rejetés, ô Dieu, qui ne sortais plus avec nos armées ?
Da nobis auxílium de tribulatióne, * quia vana salus hóminis. Prête-nous Ton secours contre l'oppresseur ! Le secours de l'homme n'est que vanité.
In Deo faciémus virtútem, * et ipse conculcábit tribulántes nos. Avec Dieu nous accomplirons des exploits ; Il écrasera nos ennemis.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 60 (61) Psaume 60 (61)
Exsulis oratio Prière de l'exilé
Oratio iusti æterna sperantis (S. Hilarius). Prière du juste attendant l'éternité (S. Hilaire).
Exáudi, Deus, deprecatiónem meam, * inténde oratióni meæ. O Dieu, entends mes cris, sois attentif à ma prière.
A fínibus terræ ad te clamávi, † dum anxiarétur cor meum. * In petram inaccéssam mihi deduc me! De l'extrémité de la terre je crie vers Toi, dans l'angoisse de mon coeur ; conduis-moi sur le rocher que je ne puis atteindre.
Quia factus es spes mea, * turris fortitúdinis a fácie inimíci. Car Tu es pour moi un refuge, une tour puissante contre l'ennemi.
Inhabitábo in tabernáculo tuo in sæcula, * prótegar in velaménto alárum tuárum, Je voudrais demeurer à jamais dans Ta tente, me réfugier à l'abri de Tes ailes !
quóniam tu, Deus meus, exaudísti vota mea, * dedísti hereditátem timéntium nomen tuum. Car Toi, ô Dieu, Tu exauces mes voeux, Tu m'as donné l'héritage de ceux qui révèrent Ton nom.
Dies super dies regis adícies, * annos eius usque in diem generatiónis et generatiónis. Ajoute des jours aux jours du roi, que ses années se prolongent d'âge en âge !
Sédeat in ætérnum in conspéctu Dei; * misericórdia et véritas servent eum. Qu'il demeure sur le trône éternellement devant Dieu ; ordonne à Ta bonté et à Ta vérité de le garder !
Sic psalmum dicam nómini tuo in sæculum sæculi, * ut reddam vota mea de die in diem. Alors je célébrerai Ton nom à jamais, et j'accomplirai mes voeux chaque jour.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Da nobis Dómine, * auxílium de tribulatióne.Ant. Donne-nous, Seigneur, le secours dans la tribulation.
Ant. 2 Benedícite, gentes, * Deum nostrum.Ant. 2 Bénissez, nations, notre Dieu.
Psalmus 61 (62) Psaume 61 (62)
Pax in Deo Paix en Dieu
Deus spei repleat vos omni pace in credendo (Rom 15, 13). Que le Dieu de l'espérance vous donne en plénitude, dans votre acte de foi, la joie et la paix. (Rom 15, 13).
In Deo tantum quiésce, ánima mea, * ab ipso enim salutáre meum. Oui, à Dieu mon âme en paix s'abandonne, de Lui vient mon secours.
Verúmtamen ipse refúgium meum et salutáre meum, * præsídium meum, non movébor ámplius. Oui, Il est mon refuge et mon salut ; Il est ma forteresse : je ne serai pas tout à fait ébranlé.
Quoúsque irrúitis in hóminem, ? contúnditis univérsi vos * tamquam paríetem inclinátum et macériam depúlsam? Jusques à quand vous jetterez-vous sur un homme, pour l'abattre tous ensemble, comme une clôture qui penche, comme une muraille qui s'écroule?
Verúmtamen de excélso suo cogitavérunt depéllere; delectabántur mendácio. * Ore suo benedicébant et corde suo maledicébant. Oui, ils complotent pour le précipiter de sa hauteur ; ils se plaisent au mensonge ; ils bénissent de leur bouche, et ils maudissent dans leur coeur.
In Deo tantum quiésce, ánima mea, * quóniam ab ipso patiéntia mea. Oui, ô mon âme, à Dieu abandonne-toi en paix; car de Lui vient mon endurance.
Verúmtamen ipse Deus meus et salutáre meum, * præsídium meum, non movébor. Oui, Il est mon Dieu et mon salut ; Il est ma forteresse : je ne chancellerai point.
In Deo salutáre meum et glória mea; * Deus fortitúdinis meæ, et refúgium meum in Deo est. Sur Dieu reposent mon salut et ma gloire; le rocher de ma force, mon refuge, est en Dieu .
Speráte in eo, omnis congregátio pópuli, ? effúndite coram illo corda vestra; * Deus refúgium nobis. En tout temps, ô peuple, confie-toi en Lui ; épanchez devant Lui vos coeurs : Dieu est notre refuge.
Verúmtamen vánitas fílii Adam, * mendácium fílii hóminum. Oui, les mortels sont vanité, les fils de l'homme sont mensonge ;
In statéram si conscéndant, * super fumum leves sunt omnes. dans la balance ils monteraient, tous ensemble plus légers qu'un souffle.
Nolíte speráre in violéntia ? et in rapína nolíte décipi; * divítiæ si áffluant, nolíte cor appónere. N'espérez pas dans la violence, et ne vous confiez pas dans la rapine ; Si vos richesses s'accroissent, n'y attachez pas votre coeur.
Semel locútus est Deus, * duo hæc audívi: Dieu a dit une parole, ou deux, que j'ai entendues :
quia potéstas Deo est, ? et tibi, Dómine, misericórdia; * quia tu reddes unicuíque iuxta ópera sua. La puissance est à Dieu ; à Toi aussi, Seigneur, la miséricorde. Car Tu rends à chacun selon ses oeuvres.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 65
Hymnus ad sacrificium gratiarum actionis
De resurrectione Domini et conversione gentium (Hesychius)
Iubiláte Deo, omnis terra,  psalmum dícite glóriae nóminis eíus, * glorificáte laudem eíus.
Dícite Deo: “Quam terribília sunt ópera tua. * Prae multitúdine virtútis tuae blandiéntur tibi inimíci tui.
Omnis terra adóret te et psallat tibi, * psalmum dicat nómini tuo.”
Veníte et vidéte ópera Dei, * terríbilis in adinventiónibus super fílios hóminum. Convértit mare in áridam, et in flúmine pertransíbunt pede; * ibi laetábimur in ipso.
Qui dominátur in virtúte sua in aetérnum, óculi eíus super gentes respíciunt; * rebélles non exalténtur in semetípsis. Benedícite, gentes, Deum nostrum * et audítam fácite vocem laudis eíus;
qui pósuit ánimam nostram ad vitam * et non dedit in commotiónem pedes nostros.
Quóniam probásti nos, Deus; * igne nos examinásti, sicut examinátur argéntum. Induxísti nos in láqueum, * posuísti tribulatiónes in dorso nostro.
Imposuísti hómines super cápita nostra, transívimus per ignem et aquam, * et eduxísti nos in refrigérium.
Introíbo in domum tuam in holocáustis; * reddam tibi vota mea,
quae protulérunt lábia mea, * et locútum est os meum in tribulatióne mea.
Holocáusta medulláta ófferam tibi cum incénso aríetum, * ófferam tibi boves cum hircis.
Veníte, audíte, et narrábo, omnes, qui timétis Deum, * quanta fecit ánimae meae.
Ad ipsum ore meo clamávi * et exaltávi in lingua mea.
Iniquitátem si aspéxi in corde meo, * non exáudiet Dóminus.
Proptérea exaudívit Deus, * atténdit voci deprecatiónis meae.
Benedíctus Deus, qui non amóvit oratiónem meam * et misericórdiam suam a me.
Ascendísti in altum, captívam duxísti captivitátem; accepísti in donum hómines, * ut étiam rebélles hábitent apud Dóminum Deum.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Benedícite, gentes, * Deum nostrum.Ant. Bénissez, nations, notre Dieu.
Ant. 3 In ecclésiis * benedícite Dómino.Ant. 3 Dans les assemblées, bénissez le Seigneur.
Psalmus 67
Triumphalis ingressus Domini
Ascendens in altum captivam duxit captivatem, dedit dona hominibus (Eph 4,10).
I
Exsúrgit Deus, et dissipántur inimíci eíus; et fúgiunt, qui odérunt eum, a fácie eíus. * Sicut dissipátur fumus, tu díssipas; sicut fluit cera a fácie ignis, * sic péreunt peccatóres a fácie Dei.
Et iústi laeténtur et exsúltent in conspéctu Dei * et delecténtur in laetítia.
Cantáte Deo, psalmum dícite nómini eíus; iter fácite ei, qui fertur super nubes: * Dóminus nomen illi.
Iubiláte in conspéctu eíus;  pater orphanórum et iúdex viduárum, * Deus in habitáculo sancto suo.
Deus, qui inhabitáre facit desolátos in domo, qui edúcit vinctos in prosperitátem; * verúmtamen rebélles habitábunt in árida terra.
Deus, cum egrederéris in conspéctu pópuli tui, * cum pertransíres in desérto, terra mota est,
étiam caeli distillavérunt a fácie Dei Sínai, * a fácie Dei Israel.
Plúviam voluntáriam effundébas, Deus; * hereditátem tuam infirmátam, tu refecísti eam.
Animália tua habitábant in ea, * parásti in bonitáte tua páuperi, Deus.
Dóminus dat verbum; * vírgines annuntiántes bona sunt agmen ingens:
“Reges exercítuum fúgiunt, fúgiunt, * et spécies domus dívidit spólia.
Et vos dormítis inter médias caulas: * alae colúmbae nitent argénto, et pennae eíus pallóre auri.
Dum dispérgit Omnípotens reges super eam, * nive dealbátur Selmon.”
Mons Dei mons Basan, mons cacúminum mons Basan. *
Ut quid invidétis, montes cacúminum, monti, in quo beneplácitum est Deo inhabitáre? * Étenim Dóminus habitábit in finem.
Currus Dei decem mília mílium: * Dóminus venit de Sínai in sancta.
Ascendísti in altum, captívam duxísti captivitátem; accepísti in donum hómines, * ut étiam rebélles hábitent apud Dóminum Deum.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
II
Benedíctus Dóminus die cotídie; * portábit nos Deus salutárium nostrórum.
Deus noster, Deus ad salvándum; * et Dómini, Dómini éxitus mortis.
Verúmtamen Deus confrínget cápita inimicórum suórum, * vérticem capillátum perambulántium in delíctis suis.
Dixit Dóminus: “Ex Basan redúcam, * redúcam de profúndo maris,
ut intingátur pes tuus in sánguine, * lingua canum tuórum ex inimícis portiónem invéniat.”
Vidérunt ingréssus tuos, Deus, * ingréssus Dei mei, regis mei in sancta.
Praecédunt cantóres, postrémi véniunt psalléntes, * in médio iuvénculae tympanístriae.
“In ecclésiis benedícite Deo, * Dómino, vos de fóntibus Israel.”
Ibi Beniámin adulescéntulus ducens eos, príncipes Iúdae cum turma sua, * príncipes Zábulon, príncipes Nephtháli.
Manda, Deus, virtúti tuae; * confírma hoc, Deus, quod operátus es in nobis.
A templo tuo in Ierusálem * tibi áfferent reges múnera.
Íncrepa feram arúndinis, congregatiónem taurórum in vítulis populórum: * prostérnant se cum láminis argénti.
Díssipa gentes, quae bella volunt. Vénient optimátes ex Aegýpto, * Aethiópia praevéniet manus suas Deo.
Regna terrae, cantáte Deo, psállite Dómino, psállite Deo, qui fertur super caelum caeli ad oriéntem; * ecce dabit vocem suam, vocem virtútis.
Tribúite virtútem Deo. Super Israel magnificéntia eíus, * et virtus eíus in núbibus.
Mirábilis, Deus, de sanctuário tuo! Deus Israel ipse tríbuet virtútem et fortitúdinem plebi suae. * Benedíctus Deus!
Ascendísti in altum, captívam duxísti captivitátem; accepísti in donum hómines, * ut étiam rebélles hábitent apud Dóminum Deum.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. In ecclésiis * benedícite Dómino.Ant. Dans les assemblées, bénissez le Seigneur.
℣. Omnes mirabántur in verbis grátiæ.
℟. Quæ procedébant de ore ipsius.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
A vinculis peccatórum nostrórum absólvat nos omnipotens et miséricors Dóminus. ℟. Amen. Que le Seigneur tout-puissant et miséricordieux dissolve les liens de nos péchés.
Lectio brevis (Sap 1, 1-2) Lecture brève (Sap 1, 1-2)
Dilígite iustítiam, qui iudicátis terram, sentíte de Dómino in bonitáte et in simplicitáte cordis quærite illum, quóniam invenítur ab his, qui non tentant illum, se autem maniféstat eis, qui fidem habent in illum. Aimez la justice, vous qui jugez la terre. Ayez du Seigneur des sentiments dignes de Lui, et cherchez-Le dans la simplicité du coeur; car ceux qui ne Le tentent pas Le trouvent, et Il Se manifeste à ceux qui ont confiance en Lui.
℟. In te, Dómine, sperávi: * Non confúndar in ætérnum. ℣. In iustítia tua libera et éripe me. ℣. Glória Patri, et Filio, et Spíritui Sancto. ℟. En Toi, Seigneur, j'ai espéré : * je ne serai jamais confondu. ℣. Dans Ta justice libère-moi et délivre-moi. ℣. Gloire au Père, et au Fils et au Saint Esprit.
 Vel:  Ou :
Lectio biblica cum ℟.
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De Cántico canticórum Du Cantique des cantiques
Lectio I Lecture I
Ego dórmio, et cor meum vígilat. Vox dilécti mei pulsántis: " Aperi mihi, soror mea, amíca mea, colúmba mea, immaculáta mea, quia caput meum plenum est rore, et cincínni mei guttis nóctium ". " Exspoliávi me túnica mea, quómodo índuar illa? Lavi pedes meos, quómodo inquinábo illos? ". Diléctus meus misit manum suam per forámen, et venter meus ílico intrémuit. Je dors, mais mon cœur veille. J'entends mon bien-aimé qui frappe. « Ouvre-moi, ma sœur, mon amie, ma colombe, ma parfaite! Car ma tête est couverte de rosée, mes boucles, des gouttes de la nuit » « J'ai ôté ma tunique, comment la remettrais-je? J'ai lavé mes pieds, comment les salirais-je? » Mon bien-aimé a passé la main par la fente, et pour lui mes entrailles ont frémi.
℟. Nésciens Mater virgo virum, péperit sine dólore Salvatórem sæculórum, ipsum Regem angelórum, * Sola virgo lactábat úbere de cælo pleno. ℣. Beáta víscera Maríæ Vírginis, quæ portavérunt ætérni Patris Fílium. * Sola. ℟. La Vierge Mère, sans connaître d'homme, a enfanté sans douleur; * Elle a nourri de son sein, empli de par le ciel, le Sauveur des siècles, le Roi des anges en personne. ℣. Heureuse la Vierge Marie, qui a porté dans ses entrailles le Fils du Père éternel. * Elle.
Lectio II Lecture II
Adiúro vos, fíliæ Ierúsalem: si invenéritis diléctum meum, quid nuntiétis ei? " Quia amóre lángueo ". Quid est dilécto tuo præ céteris, o pulchérrima mulíerum? Quid est dilécto tuo præ céteris, quia sic adiurásti nos? Diléctus meus cándidus et rubicúndus dignóscitur ex mílibus. Caput eius aurum óptimum, cincínni eius sicut racémi palmárum, nigri quasi corvus. Oculi eius sicut colúmbæ super rívulos aquárum quæ lacte sunt lotæ et résident iuxta fluénta pleníssima. Genæ illíus sicut aréolæ arómatum, turrículæ unguentórum; lábia eius lília distillántia myrrham primam. Je vous en conjure, filles de Jérusalem, si vous trouvez mon bien-aimé, que lui déclarerez-vous? Que je suis malade d'amour. Qu'a donc ton bien-aimé de plus que les autres, ô la plus belle des femmes? Qu'a donc ton bien-aimé de plus que les autres, pour que tu nous conjures de la sorte? Mon bien-aimé est frais et vermeil. Il se reconnaît entre dix mille. Sa tête est d'or, et d'un or pur; ses boucles sont des palmes, noires comme le corbeau. Ses yeux sont des colombes, au bord des cours d'eau se baignant dans le lait, posées au bord d'une vasque. Ses joues sont comme des parterres d'aromates, des massifs parfumés. Ses lèvres sont des lis; elles distillent la myrrhe vierge.
℟. Párvulus natus est nobis, et Fílius datus est nobis, et factus est principátus super húmerum eius ; * Et vocábitur Admirábilis, Deus, Fortis. ℣. Multiplicábitur eius impérium, et pacis non erit finis. * Et. ℟. Un petit enfant nous est né, un fils nous a été donné: l'insigne du pouvoir est sur son épaule; * On proclame son nom: Merveilleux, Dieu, Fort. ℣. Étendu sera son empire, dans une paix sans fin. * On.
Lectio III Lecture III
Manus illíus tornátiles áureæ, plenæ hyacínthis; venter eius opus ebúrneum distínctum sapphíris. Crura illíus colúmnæ marmóreæ quæ fundátæ sunt super bases áureas; spécies eius ut Líbani, eléctus ut cedri. Guttur illíus suavissímum, et totus desiderábilis. Talis est diléctus meus, et ipse est amícus meus, fíliæ Ierúsalem. Ses mains sont des globes d'or, garnis de pierres de Tarsis. Son ventre est une masse d'ivoire, couverte de saphirs. Ses jambes sont des colonnes d'albâtre, posées sur des bases d'or pur. Son aspect est celui du Liban, sans rival comme les cèdres. Ses discours sont la suavité même, et tout en lui n'est que charme. Tel est mon bien-aimé, tel est mon époux, filles de Jérusalem.
℟. Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccáta mundi, ecce de quo dicébam vobis: * Qui post me venit, ante me factus est, cuius non sum dignus corrígiam calceaménti sólvere. ℣. Hoc est testimónium quod perhíbuit Ioánnes. * Qui. ℣. Glória Patri. * Qui. ℟. Voici l'Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde; c'est de lui que j'ai dit: * Celui qui vient après moi, avant moi il était; et je ne suis pas digne de délier la courroie de sa sandale. ℣. Tel fut le témoignage de Jean, le Baptiste. * Celui. ℣. Gloire au Père. * Celui.
IN II NOCTURNO AU IIe NOCTURNE
Ant. 1 Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. 1 Alléluia, alléluia, alléluia.
Psalmus 68
Zelus domus tuae comedit me
Dederunt ei vinum bibere cum felle mixtum (Mt 27,34).
I
Salvum me fac, Deus, * quóniam venérunt aquae usque ad guttur meum.
Infíxus sum in limo profúndi, et non est substántia; * veni in profúnda aquárum, et fluctus demérsit me.
Laborávi clamans, raucae factae sunt fauces meae; * defecérunt óculi mei, dum spero in Deum meum.
Multiplicáti sunt super capíllos cápitis mei, * qui odérunt me gratis.
Confortáti sunt, qui persecúti sunt me inimíci mei mendáces; * quae non rápui, tunc exsolvébam.
Deus, tu scis insipiéntiam meam, * et delícta mea a te non sunt abscóndita.
Non erubéscant in me, qui exspéctant te, * Dómine, Dómine virtútum.
Non confundántur super me, * qui quaerunt te, Deus Israel.
Quóniam propter te sustínui oppróbrium, * opéruit confúsio fáciem meam;
extráneus factus sum frátribus meis * et peregrínus fíliis matris meae.
Quóniam zelus domus tuae comédit me, * et oppróbria exprobrántium tibi cecidérunt super me.
Et flevi in ieiúnio ánimam meam, * et factum est in oppróbrium mihi.
Et pósui vestiméntum meum cilícium, * et factus sum illis in parábolam.
Advérsum me loquebántur, qui sedébant in porta, * et in me canébant, qui bibébant vinum.
Ego vero oratiónem meam ad te, Dómine, * in témpore benepláciti, Deus.
In multitúdine misericórdiae tuae exáudi me, * in veritáte salútis tuae.
Éripe me de luto, ut non infígar, erípiar ab iis, qui odérunt me, * et de profúndis aquárum.
Non me demérgat fluctus aquárum, neque absórbeat me profúndum, * neque úrgeat super me púteus os suum.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
II
Exáudi me, Dómine, quóniam benígna est misericórdia tua; * secúndum multitúdinem miseratiónum tuárum réspice in me.
Et ne avértas fáciem tuam a púero tuo; * quóniam tríbulor, velóciter exáudi me. Accéde ad ánimam meam, víndica eam, * propter inimícos meos rédime me.
Tu scis oppróbrium meum * et confusiónem meam et reveréntiam meam.
In conspéctu tuo sunt omnes, qui tríbulant me; * oppróbrium contrívit cor meum, et elángui.
Et sustínui, qui simul contristarétur, et non fuit, * et qui consolarétur, et non invéni.
Et dedérunt in escam meam fel * et in siti mea potavérunt me acéto.
Fiat mensa eórum coram ipsis in láqueum * et in retributiónes et in scándalum. Obscuréntur óculi eórum, ne vídeant, * et lumbos eórum semper infírma.
Effúnde super eos iram tuam, * et furor irae tuae comprehéndat eos.
Fiat commorátio eórum desérta, * et in tabernáculis eórum non sit qui inhábitet. Quóniam, quem tu percussísti, persecúti sunt, * et super dolórem eíus, quem vulnerásti, addidérunt.
Appóne iniquitátem super iniquitátem eórum, * et non véniant ad iustítiam tuam. Deleántur de libro vivéntium * et cum iústis non scribántur.
Ego autem sum pauper et dolens; * salus tua, Deus, súscipit me.
Laudábo nomen Dei cum cántico * et magnificábo eum in laude.
Et placébit Dómino super taurum, * super vítulum córnua producéntem et úngulas. Vídeant húmiles et laeténtur; * quǽrite Deum, et vivet cor vestrum,
quóniam exaudívit páuperes Dóminus * et vinctos suos non despéxit.
Laudent illum caeli et terra, * mária et ómnia reptília in eis.
Quóniam Deus salvam fáciet Sion et aedificábit civitátes Iúdae; * et inhabitábunt ibi et possidébunt eam.
Et semen servórum eíus hereditábunt eam; * et, qui díligunt nomen eíus, habitábunt in ea.
Non me demérgat fluctus aquárum, neque absórbeat me profúndum, * neque úrgeat super me púteus os suum.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 69 (70) Psaume 69 (70)
Deus, in adiutorium meum intende Dieu, viens à mon aide
Domine, salva nos, perimus (Mt 8, 25). Seigneur, sauve-nous, nous périssons (Mt 8, 25).
Deus, in adiutórium meum inténde; * Dómine, ad adiuvándum me festína. Dieu, viens à mon aide, Seigneur, vite à mon secours.
Confundántur et revereántur, * qui quærunt ánimam meam. Qu'ils soient honteux et confus, ceux qui cherchent mon âme.
Avertántur retrórsum et erubéscant, * qui volunt mihi mala. Qu'ils reculent et rougissent ceux qui désirent ma perte.
Convertántur propter confusiónem suam, * qui dicunt mihi: «Euge, euge». Qu'ils retournent en arrière à cause de leur honte, ceux qui disent : « Ah, Ah».
Exsúltent et læténtur in te omnes, qui quærunt te, * et dicant semper: «Magnificétur Deus» qui díligunt salutáre tuum. Qu'ils soient dans l'allégresse et se réjouissent en Toi tous ceux qui Te cherchent. Qu'ils disent sans cesse : « Dieu soit magnifié », ceux qui aiment Ton salut.
Ego vero egénus et pauper sum; * Deus, ad me festína. Moi, je suis indigent et pauvre ; ô Dieu, hâte-Toi vers moi.
Adiútor meus et liberátor meus es tu; * Dómine, ne moréris. Tu es mon aide et mon libérateur; Seigneur, ne tarde pas.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 70 (71) Psaume 70 (71)
Domine, spes mea a iuventute mea Seigneur, mon espoir lors de ma jeunesse
Spe gaudentes, in tribulatione patientes (Rom 12,12). Joyeux dans l'espérance, patients dans l'épreuve (Rom 12,12).
In te, Dómine, sperávi, * non confúndar in ætérnum. En Toi, Seigneur, j'ai placé mon espérance; que jamais je ne sois confondu !
In iustítia tua líbera me et éripe me; * inclína ad me aurem tuam et salva me. Dans Ta justice délivre-moi et sauve-moi ! Incline vers moi Ton oreille et secours-moi !
Esto mihi in rupem præsídii et in domum munítam, * ut salvum me fácias, Sois pour moi un rocher inaccessible, où je puisse toujours me retirer.
quóniam fortitúdo mea * et refúgium meum es tu. Tu as commandé de me sauver, car Tu es mon rocher et ma forteresse.
Deus meus, éripe me de manu peccatóris * et de manu contra legem agéntis et iníqui. Mon Dieu, délivre-moi de la main du méchant, de la main de l'homme inique et cruel.
Quóniam tu es exspectátio mea, Dómine; * Dómine, spes mea a iuventúte mea. Car Tu es mon espérance Seigneur le Seigneur, l'objet de ma confiance depuis ma jeunesse.
Super te inníxus sum ex útero, † de ventre matris meæ tu es suscéptor meus; * in te laus mea semper. C'est sur Toi que je m'appuie depuis ma naissance, Toi qui m'as fait sortir du sein maternel : Tu es ma louange à jamais !
Tamquam prodígium factus sum multis, * et tu adiútor fortis. Je suis pour la foule comme un prodige, mais Toi, Tu es mon puissant refuge.
Repleátur os meum laude tua, * tota die magnitúdine tua. Que ma bouche soit pleine de Ta louange, que chaque jour elle exalte Ta magnificence !
Ne proícias me in témpore senectútis; * cum defécerit virtus mea, ne derelínquas me. Ne me rejette pas aux jours de ma vieillesse ; au déclin de mes forces ne m'abandonne pas.
Quia dixérunt inimíci mei mihi, † et, qui observábant ánimam meam, * consílium fecérunt in unum Car mes ennemis conspirent contre moi, et ceux qui épient mon âme se concertent entre eux,
dicéntes: «Deus derelíquit eum! † Persequímini et comprehéndite eum, * quia non est qui erípiat». disant : " Dieu l'a abandonné ! Poursuivez-le; saisissez-le ; il n'y a personne pour le défendre ! "
Deus, ne elongéris a me; * Deus meus, in auxílium meum festína. O Dieu, ne T'éloigne pas de moi ; mon Dieu, hâte-Toi de me secourir !
Confundántur et defíciant adversántes ánimæ meæ; * operiántur confusióne et pudóre, qui quærunt mala mihi. Qu'ils soient confus qu'ils périssent, ceux qui en veulent à ma vie ! Qu'ils soient couverts de honte et d'opprobre, ceux qui cherchent ma perte
Ego autem semper sperábo * et adíciam super omnem laudem tuam. Pour moi, j'espérerai toujours ; toutes Tes louanges, j'en ajouterai de nouvelles.
Os meum annuntiábit iustítiam tuam, † tota die salutáre tuum: * quæ dinumeráre nescívi. Ma bouche publiera Ta justice, tout le jour Tes faveurs ; car je n'en connais pas le nombre.
Véniam ad poténtias Dómini; * Dómine, memorábor iustítiæ tuæ solíus. Je dirai Tes œuvres puissantes, Seigneur le Seigneur; je rappellerai Ta justice, la Tienne seule.
Deus, docuísti me a iuventúte mea; * et usque nunc annuntiábo mirabília tua. O Dieu, Tu m'as instruit dés ma jeunesse, et jusqu'à ce jour je proclame Tes merveilles.
Et usque in senéctam et sénium, * Deus, ne derelínquas me, Jusqu'au jour de la vieillesse et des cheveux blancs, O Dieu, ne m'abandonne pas,
donec annúntiem bráchium tuum * generatióni omni, quæ ventúra est. afin que je fasse connaître Ta force à la génération présente, Ta puissance à la génération future.
Poténtia tua et iustítia tua, Deus, † usque in altíssima, qui fecísti magnália: * Deus, quis símilis tibi? Ta justice, ô Dieu, atteint jusqu'au ciel, Toi qui accomplis de grandes choses, - ô Dieu, qui est semblable à Toi?
Quantas ostendísti mihi tribulatiónes multas et malas; † íterum vivificásti me * et de abyssis terræ íterum reduxísti me. Toi qui nous a causé des épreuves nombreuses et terribles. Mais tu nous rendras la vie, et des abîmes de la terre tu nous feras remonter.
Multiplicábis magnitúdinem meam * et convérsus consoláberis me. Tu relèveras ma grandeur, et de nouveau Tu me consoleras.
Nam et ego confitébor tibi, † in psaltério veritátem tuam, Deus meus; * psallam tibi in cíthara, Sanctus Israel. Et je Te louerai au son du luth, Je chanterai Ta fidélité, ô mon Dieu, je te chanterai des psaumes sur la cithare, Saint d'Israël.
Exsultábunt lábia mea, cum cantávero tibi, * et ánima mea, quam redemísti; L'allégresse sera sur mes lèvres, quand je te chanterai, et dans mon âme, que Tu as délivrée.
sed et língua mea tota die meditábitur iustítiam tuam, * cum confúsi et revériti fúerint, qui quærunt mala mihi. Et ma langue chaque jour publiera Ta justice, car ils seront confus et ils rougiront, ceux qui cherchent ma perte.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 71 (72) Psaume 71 (72)
Regia Messiæ potestaste Le pouvoir royal du Messie
Apertis thesauris suis, obtulerunt ei munera, aurum et tus et myrrham (Mt 2, 11). Ouvrant leurs coffrets, les mages lui offrirent en présent de l'’or, de l’'encens et de la myrrhe
Deus, iudícium tuum regi da * et iustítiam tuam fílio regis; O Dieu, donne Tes jugements au roi, et Ta justice au fils du roi ;
iúdicet pópulum tuum in iustítia * et páuperes tuos in iudício. qu'Il dirige Ton peuple avec justice, et Tes malheureux avec équité.
Afferant montes pacem pópulo, * et colles iustítiam. Que les montagnes produisent la paix au peuple, ainsi que les collines, par la justice.
Iudicábit páuperes pópuli † et salvos fáciet fílios ínopis * et humiliábit calumniatórem. Qu'Il fasse droit aux malheureux de son peuple, qu'Il assiste les enfants du pauvre, et qu'Il humilie le calomniateur.
Et permanébit cum sole et ante lunam, * in generatióne et generatiónem. Qu'on Te révère, tant que subsistera le soleil, tant que brillera la lune, d'âge en âge.
Descéndet sicut plúvia in gramen * et sicut imber írrigans terram. Qu'Il descende comme la pluie sur le gazon, comme les ondées qui arrosent la terre.
Florébit in diébus eius iustítia et abundántia pacis, * donec auferátur luna. Qu'en Ses jours le juste fleurisse, avec l'abondance de la paix, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de lune.
Et dominábitur a mari usque ad mare * et a Flúmine usque ad términos orbis terrárum. Il dominera d'une mer à l'autre, du Fleuve aux extrémités de la terre.
Coram illo prócident íncolæ desérti, * et inimíci eius terram lingent. Devant Lui se prosterneront les habitants du désert, et Ses ennemis mordront la poussière.
Reges Tharsis et ínsulæ múnera ófferent, * reges Arabum et Saba dona addúcent. Les rois de Tharsis et les îles lui offriront des présents, les rois d'Arabie et de Saba apporteront des dons.
Et adorábunt eum omnes reges, * omnes gentes sérvient ei. Et tous les rois se prosterneront devant Lui, toutes les nations Le serviront.
Quia liberábit ínopem clamántem * et páuperem, cui non erat adiútor. Car Il délivrera le pauvre qui crie vers Lui, et le malheureux dépourvu de tout secours.
Parcet páuperi et ínopi * et ánimas páuperum salvas fáciet. II aura pitié du misérable et de l'indigent, et il sauvera la vie du pauvre.
Ex oppressióne et violéntia rédimet ánimas eórum, * et pretiósus erit sanguis eórum coram illo. Il les affranchira de l'oppression et de la violence, et leur sang aura du prix à ses yeux.
Et vivet, et dábitur ei de auro Arábiæ, † et orábunt pro ipso semper; * tota die benedícent ei. Et Il vivra, et on Lui donnera de l'or d'Arabie; on L'adorera sans cesse, tout le jour on Le bénira.
Et erit ubértas fruménti in terra, * in summis móntium fluctuábit; Que les blés abondent dans le pays, jusqu'au sommet des montagnes !
sicut Líbanus fructus eius * et florébit de civitáte sicut fenum terræ. Que leurs épis s'agitent comme les arbres du Liban, que les hommes fleurissent dans la ville comme l'herbe des champs.
Sit nomen eius benedíctum in sæcula, * ante solem permanébit nomen eius. Que Son nom soit béni dans les siècles, tant que brillera le soleil, que Son nom se propage.
Et benedicéntur in ipso omnes tribus terræ, * omnes gentes magnificábunt eum. Qu'on cherche en Lui la bénédiction ! Que toutes les nations Le proclament heureux !
Benedíctus Dóminus Deus, Deus Israel, * qui facit mirabília solus. Béni soit le Seigneur Dieu, le Dieu d'Israël, qui seul fait des prodiges.
Et benedíctum nomen maiestátis eius in ætérnum; * et replébitur maiestáte eius omnis terra. Fiat, fiat. Béni soit à jamais Son nom de majesté. Que toute la terre soit remplie de Sa majesté. Amen, Amen.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Psalmus 72
Cur iustus vexetur
Beatus est, qui non fuerit scandalizatus in me (Mt II,6).
Quam bonus rectis est Deus, * Deus his, qui mundo sunt corde!
Mei autem paene moti sunt pedes, * pæne effúsi sunt gressus mei,
quia zelávi super gloriántes, * pacem peccatórum videns.
Quia non sunt eis impediménta, * sanus et pinguis est venter eórum.
In labóre mortálium non sunt * et cum homínibus non flagellántur.
Ídeo quasi torques est eis supérbia, * et tamquam induméntum opéruit eos violéntia.
Prodit quasi ex ádipe iníquitas eórum, * erúmpunt cogitatiónes cordis.
Subsannavérunt et locúti sunt nequítiam, * iniquitátem ab excélso locúti sunt.
Posuérunt in cælo os suum, * et lingua eórum transívit in terra.
Ídeo in alto sedent, * et aquae plenæ non pervénient ad eos.
Et dixérunt: “Quómodo scit Deus, * et si est sciéntia in Excélso?”
Ecce ipsi peccatóres et abundántes in sǽculo * multiplicavérunt divítias.
Et dixi: “Ergo sine causa mundávi cor meum * et lavi in innocéntia manus meas;
et fui flagellátus tota die, * et castigátio mea in matutínis.”
Si dixíssem: “Lóquar ut illi”, * ecce generatiónem filiórum tuórum prodidíssem.
Et cogitábam, ut cognóscerem hoc; * labor erat in óculis meis,
donec intrávi in sanctuárium Dei * et intelléxi novíssima eórum.
Verúmtamen in lúbrico posuísti eos, * deiecísti eos in ruínas.
Quómodo facti sunt in desolatiónem! * Súbito defecérunt, periérunt prae horróre.
Velut sómnium evigilántis, Dómine, * surgens imáginem ipsórum contémnes.
Quia exacerbátum est cor meum, * et renes mei compúncti sunt;
et ego insípiens factus sum et nescívi: * ut iuméntum factus sum apud te.
Ego autem semper tecum; * tenuísti manum déxteram meam.
In consílio tuo dedúces me * et póstea cum glória suscípies me.
Quis enim mihi est in cælo? * Et tecum nihil vólui super terram.
Defécit caro mea et cor meum; * Deus cordis mei, et pars mea Deus in ætérnum.
Quia ecce, qui elóngant se a te, períbunt; * perdidísti omnes, qui fornicántur abs te.
Mihi autem adhærére Deo bonum est, * pónere in Dómino Deo spem meam,
ut annúntiem omnes operatiónes tuas * in portis fíliæ Sion.
Glória Patri, et Fílio, * et Spirítui Sancto. Gloire au Père, au Fils et au Saint Esprit.
Sicut erat in princípio, et nunc et semper, * et in s?cula sæculórum. Amen. Comme il était au commencement, maintenant et toujours, et dans les siècles des siècles. Amen.
Ant. Allelúia, allelúia, allelúia.Ant. Alléluia, alléluia, alléluia.
℣. Sustínuit ánima mea in verbo eius.
℟. Sperávit ánima mea in Dómino.
℣. Mon âme s'en tient à Sa parole.
℟. Mon âme a espéré dans le Seigneur.
Postea benedicat abbas: Ensuite l'abbé dit la bénédiction :
Lectio brevis (1 Petr 4, 10-11) Lecture brève (1 Petr 4, 10-11)
Unusquísque, sicut accépit donatiónem, in altérutrum illam administrántes sicut boni dispensatóres multifórmis grátiæ Dei. Si quis lóquitur, quasi sermónes Dei; si quis minístrat, tamquam ex virtúte, quam largítur Deus, ut in ómnibus glorificétur Deus per Iesum Christum. Ce que chacun de vous a reçu comme don de la grâce, mettez-le au service des autres, comme de bons gérants de la grâce de Dieu sous toutes ses formes: si quelqu'un a le don de parler, qu'il dise la parole de Dieu; s'il a le don du service, qu'il s'en acquitte avec la force que Dieu communique. Ainsi, en toute chose, Dieu recevra sa gloire par Jésus Christ.
 Vel:  Ou :
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus sancti Petri Chrysólogi epíscopi (Sermo 151, 1-4: CCL 24A, 941-945) Sermon de saint Pierre Chrysologue
Lectio I Lecture I
Surge, áccipe púerum et Matrem eius et fuge in Ægýptum. Cui nascénti virgínitas non resístit, non óbviat rátio, non contradícit natúra, quæ potéstas, quæ vis, quod discrímen prævalet, ut compellátur ad fugam? Reveréntius díceret: " Vade in Ægýptum ", ut esset proféctio, non fuga, volúntas, non necéssitas, iudícium, non metus, humánum saltem, si non divínum; at nunc mandátur fuga, mandátur clitus, mandátur per ángelum, ut videátur cælum timor ante tenuísse quam terram. In Ægýptum fuge a tuis ad extráneos, ad sacrílegos a sanctis, a templo tuo ad dæmonum fana, ad idolórum pátriam a regióne sanctórum. Lève-toi, prends l'enfant et sa Mère et fuis en Égypte. Quelle force, quelle contrainte, quel motif peuvent être assez puissants pour forcer à la fuite celui à la naissance de qui ni la virginité ni la raison humaine n'ont pu opposer résistance ou contradiction? On aurait pu dire avec plus de formes: « Va en Égypte ». C'eût été alors un départ non une fuite, une expression de la volonté non une nécessité, un choix non l'effet d'une crainte, un acte humain sinon divin. Tandis qu'ici, c'est bien d'une fuite qu'il s'agit et elle est ordonnée, elle l'est de la part du ciel et par un ange. Ainsi apparaît bien que la crainte s'est emparée du ciel avant de fondre sur la terre. Fuis en Égypte, loin des tiens vers des étrangers, loin des saints vers des idolâtres, loin de ton temple vers les sanctuaires des démons, loin du pays des justes vers celui des idoles.
℟. Verbum caro factum est, et habitávit in nobis. * Et vídimus glóriam eius, glóriam quasi Unigéniti a Patre, plenum grátiæ et veritátis. ℣. In princípio erat Verbum, et Verbum erat apud Deum, et Deus erat Verbum. * Et. ℟. Le Verbe s'est fait chair, il a habité parmi nous. * Et nous avons vu sa gloire, la gloire qu'il tient de son Père comme Fils unique, plein de grâce et de vérité. ℣. Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. * Et.
Lectio II Lecture II
O quam durum! Peregrinátio dura et inter cives fratrésque! Sapit quid sit sua domus, qui sentit aliénam, et ubi est illud: Dómine refúgium factus est nobis, et: Deus noster refúgium et virtus? Si refúgium fugit, si timet virtus, si præsídium migrat, quæ vita, quæ spes, quæ secúritas, quod munímen? Elíæ contra insídias líberi regis, vídua una súfficit; Christo contra Heródis captívi minas Iuda tota non súfficit. Elías missos ad se cælésti igne consúmit, Christus sola fuga fit salvus. Fratres, quod fugit Christus, fuit mystérii, non timóris; creatúræ fuit liberátio, non perículum Creatóris; divínæ virtútis fuit, non fuit fragilitátis humánæ; non fugit propter auctóris mortem, sed fugit propter sæculi vitam. Nam qui mori vénerat, quare fúgeret mortem? Christum totam causam nostræ salútis occíderet, si se párvulum permisísset occídi. Combien pénible est déjà tout voyage, même parmi des concitoyens et des frères! Celui qui éprouve ce qu'est une demeure étrangère savoure alors la valeur de la sienne! Où est-il écrit: Seigneur, tu es devenu notre refuge, et: Seigneur, notre refuge et notre force? Or si le refuge se dérobe, si la force chancelle, si la protection change sa résidence, quelle vie, quel espoir, quelle sécurité, quelle sauvegarde reste-t-il? Une seule veuve suffit à protéger Élie contre les embuscades d'un roi indépendant, et la Judée tout entière n'est pas de taille à mettre en sûreté le Christ contre les menaces d'Hérode soumis aux Romains. Élie consuma par le feu céleste les gardes envoyés contre lui, et le Christ ne doit son salut qu'à la fuite. Mes frères, cette fuite du Christ est l'effet d'un mystère et non de la crainte; elle exprime la libération de la créature, non le péril du créateur; elle est le fruit de la force divine, et non celui de la fragilité humaine. Car le Christ ne fuit pas pour éviter la mort du créateur, mais pour donner la vie au monde. Pourquoi celui qui venait pour mourir aurait-il fui la mort? D'ailleurs, si le Christ avait permis qu'on le tuât dans son enfance, il aurait du même coup tué toutes nos chances de salut.
℟. Beáta et venerábilis Virgo, quæ sine tactu pudóris invénta est Mater Salvatóris. * Iacébat in præsépio et fulgébat in cælo. ℣. Dómine, audívi audítum tuum et tímui, considerávi ópera tua et expávi; in médio duórum animálium. * Iacébat. ℟. Tu es bienheureuse et vénérable, ô sainte Vierge Marie, car sans offense à ta pudeur, tu es devenue la Mère du Sauveur. * Il reposait dans une mangeoire, celui qui resplendissait aux cieux. ℣. Seigneur, j'ai entendu parler de toi, et je suis saisi de crainte; j'ai réfléchi à tes œuvres, et je frémis: te voir entre deux animaux! * Il.
Lectio III Lecture III
Christus vénerat ut quos præcéptis docúerat, firmáret exémplis, et ipse fáceret quæ faciénda mandáverat; et visu probáret possibília quæ impossibília videbántur audítu. Vénerat ut mundo notítiam suæ deitátis infúnderet, et humáni géneris ignorántiam auférret. Vénerat introdúcere ad fidem gentes. Vénerat elígere apóstolos doctóres orbis, eósque cæléstibus implére doctrínis, muníre virtútibus, armáre signis ut signis edomárent feros, sanárent virtútibus infírmos, doctrínis dóciles edocérent; et ad summum, vénerat mortem pérdere moriéndo, penetrándo inférna dissólvere, resurgéndo sepúlcra reseráre, ascendéndo ad cælos cæléstibus donáre terrénos. Omnia hæc útique periíssent nobis, si Christus, cum esset in cunábulis, non fugísset. Le Christ était venu pour fortifier par ses exemples ceux qu'il avait enseignés par ses préceptes et pour exécuter lui-même ce qu'il avait commandé d'accomplir. Il voulait aussi, par la vision, prouver comme possible ce qui, à l'audition, avait semblé impossible. Il était venu faire connaître au monde sa divinité et dissiper l'ignorance du genre humain. Il était venu initier les païens à la foi. Il était venu choisir les apôtres pour enseigner le monde, les remplir d'une doctrine céleste, les fortifier dans les vertus, les armer du don des miracles, afin qu'ils puissent dompter par ces miracles les animaux sauvages, guérir par leurs pouvoirs les malades, enseigner par leurs leçons les esprits dociles. Et surtout, il était venu pour perdre la mort en mourant lui-même, pour détruire les enfers en y pénétrant, ouvrir les sépulcres en ressuscitant, faire part des biens célestes aux habitants de là-haut en montant lui-même au ciel. Or toutes ces œuvres auraient été perdues pour nous si le Christ n'avait pas pris la fuite lorsqu'il était encore au berceau.
℟. Beáta progénies unde Christus natus est! * O quam gloriósa est Virgo, quæ cæli Regem génuit! ℣. Felix namque es, sacra Virgo María, et omni laude digníssima. * O quam. ℣. Glória Patri. * O quam. ℟. Bienheureux lignage d'où est né le Messie! * Qu'elle est glorieuse la Vierge qui a enfanté le Roi du ciel! ℣. Heureuse es-tu, sainte Vierge Marie, et très digne de toute louange! * Qu'elle est. ℣. Gloire au Père. * Qu'elle est.
Hymnus Hymne
Te decet laus, * te decet hymnus. Tibi glória Deo Patri et Fílio, cum Sancto Spíritu, in sǽcula sæculórum. Amen. A Toi notre louange, à Toi notre chant, A Toi la gloire, Dieu, Père et Fils avec l'Esprit Saint, pour les siècles des siècles. Amen.
Oratio diei cum conclusione longiori. Oraison du jour avec la conclusion longue.
℣. Benedicámus Dómino. ℟. Deo grátias.
℣. Divínum auxilium máneat semper nobíscum.
℟. Et cum frátribus nostris abséntibus. Amen.
℣. Bénissons le Seigneur. ℟. Rendons grâces à Dieu.
℣. Que le secours divin demeure toujours avec nous.
℟. Et avec nos frères absents. Amen.
Les textes français proposés ont pour seul but une meilleure compréhension des textes latins. Ils ne doivent pas être utilisés dans la liturgie en Français.
Aidez-nous à traduire les textes du latin dans votre langue sur : www.societaslaudis.org
Télécharger au format MS Word