affiche_liturgia("journee")office = vigiles

Vigiles (OSB) du mercredi 10 janvier 2018 -

Hebdomada I per annum Ière semaine dans l'année
Feria IV Mercredi
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Génesis Du livre de la Genèse
Lectio I Lecture I
Vocavítque Dóminus Deus Adam et dixit ei: " Ubi es? " Qui ait: " Vocem tuam audívi in paradíso et tímui eo quod nudus essem et abscóndi me. " Cui dixit: " Quis enim indicávit tibi quod nudus esses, nisi quod ex ligno, de quo tibi præcéperam ne coméderes, comedísti? " Dixítque Adam: " Múlier quam dedísti sóciam mihi, ipsa dedit mihi de ligno, et comédi. " Et dixit Dóminus Deus ad mulíerem: " Quid hoc fecísti? " Quæ respóndit: " Serpens decépit me, et comédi. " Et ait Dóminus Deus ad serpéntem: " Quia fecísti hoc, maledíctus es inter ómnia pécora et omnes béstias agri! Super pectus tuum gradiéris et púlverem cómedes cunctis diébus vitæ tuæ. Inimicítias ponam inter te et mulíerem et semen tuum et semen illíus; ipsum cónteret caput tuum, et tu cónteres calcáneum eius. " Le Seigneur Dieu appela l'homme: " Où es-tu? " dit-il. " J'ai entendu ton pas dans le jardin, répondit l'homme; j'ai eu peur parce que je suis nu et je me suis caché. " Il reprit: " Et qui t'a appris que tu étais nu? Tu as donc mangé de l'arbre dont je t'avais défendu de manger! " L'homme répondit: " C'est la femme que tu as mise auprès de moi qui m'a donné de l'arbre, et j'ai mangé! " Le Seigneur Dieu dit à la femme: " Qu'as-tu fait là? " Et la femme répondit: " C'est le serpent qui m'a séduite, et j'ai mangé. " Alors le Seigneur Dieu dit au serpent: " Parce que tu as fait cela, maudit sois-tu entre tous les bestiaux et toutes les bêtes sauvages. Tu marcheras sur ton ventre et tu mangeras de la terre tous les jours de ta vie. Je mettrai une hostilité entre toi et la femme, entre ton lignage et le sien. Il t'écrasera la tête et tu l'atteindras au talon. "
R/. Tulit ergo Dóminus hóminem et pósuit eum in paradísum voluptátis, * Ut operarétur et custodíret illum. V/. Formávit ígitur Dóminus hóminem de limo terræ, et pósuit eum in paradísum, * Ut operarétur. R/. Le Seigneur prit l'homme et le conduisit dans le jardin de délices, * Pour qu'il le cultive et le garde. V/. Alors, le Seigneur Dieu modela l'homme avec la glaise tirée du sol, et le conduisit dans le jardin, * Pour.
Lectio II Lecture II
Mulíeri dixit: " Multiplicábo ærúmnas tuas et concéptus tuos: in dolóre páries fílios, et ad virum tuum erit appetítus tuus, ipse autem dominábitur tui. " Adæ vero dixit: " Quia audísti vocem uxóris tuæ et comedísti de ligno ex quo præcéperam tibi ne coméderes, maledícta humus propter te! In labóribus cómedes ex ea cunctis diébus vitæ tuæ. Spinas et tríbulos germinábit tibi, et cómedes herbas terræ; in sudóre vultus tui vescéris pane, donec revertáris ad humum de qua sumptus es, quia pulvis es et in púlverem revertéris. " À la femme, il dit: " Je multiplierai les peines de tes grossesses, dans la peine tu enfanteras des fils. Ta convoitise te poussera vers ton mari et lui dominera sur toi. " À l'homme, il dit: " Parce que tu as écouté la voix de ta femme et que tu as mangé de l'arbre dont je t'avais interdit de manger, maudit soit le sol à cause de toi! À force de peines tu en tireras subsistance tous les jours de ta vie. Il produira pour toi épines et chardons et tu mangeras l'herbe des champs. À la sueur de ton visage tu mangeras ton pain, jusqu'à ce que tu retournes au sol, puisque tu en fus tiré. Car tu es glaise et tu retourneras à la glaise. "
R/. Dixit Dóminus ad Adam: De ligno quod est in médio paradísi ne cómedas; * In qua hora coméderis, morte moriéris. V/. Ex omni ligno paradísi cómede; de ligno autem sciéntiæ boni et mali ne cómedas. * In qua. R/. Le Seigneur fit à l'homme cette interdiction: L'arbre qui est au milieu du paradis, tu n'en mangeras pas; * Car le jour où tu en mangerais, tu serais condamné à mourir. V/. Tu peux manger les fruits de tous les arbres du jardin; mais quant à l'arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n'en mangeras pas. * Car.
Lectio III Lecture III
Et vocávit Adam nomen uxóris suæ Eva, eo quod mater esset cunctórum vivéntium. Fecit quoque Dóminus Deus Adæ et uxóri eius túnicas pellíceas et índuit eos. Et ait Dóminus Deus: " Ecce homo factus est quasi unus ex nobis, ut sciat bonum et malum; nunc ergo, ne mittat manum suam et sumat étiam de ligno vitæ et cómedat et vivat in ætérnum! " Emísit eum Dóminus Deus de paradíso Eden, ut operarétur humum de qua sumptus est. Eiecítque hóminem et collocávit ad oriéntem paradísi Eden chérubim et flámmeum gládium atque versátilem ad custodiéndam viam ligni vitæ. L'homme appela sa femme " Ève ", parce qu'elle fut la mère de tous les vivants. Le Seigneur Dieu fit à l'homme et à sa femme des tuniques de peau et les en vêtit. Puis le Seigneur Dieu dit: " Voilà que l'homme est devenu comme l'un de nous, pour connaître le bien et le mal! Qu'il n'étende pas maintenant la main, ne cueille aussi de l'arbre de vie, n'en mange et ne vive pour toujours! " Et le Seigneur Dieu le renvoya du jardin d'Éden pour cultiver le sol d'où il avait été tiré. Il bannit l'homme et il posta devant le jardin d'Éden les chérubins et la flamme du glaive fulgurant pour garder le chemin de l'arbre de vie.
R/. Dum deambuláret Dóminus in paradíso ad auram post merídiem, clamávit et dixit: Adam, ubi es? Audívi, Dómine, vocem tuam * Et abscóndi me. V/. Vocem tuam audívi in paradíso et tímui eo quod nudus essem * Et. V/. Glória Patri. * Et. R/. Alors qu'il se promenait dans le jardin à la brise du jour, le Seigneur Dieu appela l'homme et lui dit: Où es-tu donc? Seigneur, j'ai entendu ta voix * Et je me suis caché. V/. Je t'ai entendu dans le jardin, j'ai pris peur parce que je suis nu, * Et. V/. Gloire au Père. * Et.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Homilíis sancti Ioánnis Chrysóstomi epíscopi (Hom. 2 collectionis Escurialensis: PLS 4, 670-671) Homélie de saint Jean Chrysostome
Lectio I Lecture I
Adam protoplástus nec stúduit serváre iussa, nec vigilávit ut serpéntis malítiam præcavéret. Simplex tantúmmodo fuit, astútus contra diábolum non fuit. Dum enim diábolo persuadénti magis quam Dómino comminánti consénsit; sic et vitam quam hábuit pérdidit, et mortem quam ignorábat accépit. Digne quidem homo delápsus in mortem est: qui et Dóminum providéntem contémpsit et diábolo nocénti consénsit. Nemo ítaque, nemo protoplásti culpam in Deum convértat: nemo contémptum hóminis Deo genitóri ascríbat. Diábolus enim persuadére hómini pótuit: assentiéndi voluntátem dare non pótuit. Nam maniféstum Deum Adam noluísse peccáre, qui vóluit eum ante delíctum præstrúere quia et Adam pótuit serpéntem contémnere, qui Deo nóluit obœdíre. Pótuit Adam et Deo parére, quod nóluit, qui consentíre diábolo máluit; utrúmque enim in sua hábuit potestáte, et Deo parére quid nóluit; et diábolo non consentíre, quid vóluit: unde et vitæ glóriam pérdidit, et mortis perículum acquisívit. Adam, le premier homme, ne fit preuve ni de zèle pour observer les commandements, ni de vigilance pour se tenir sur ses gardes contre la malice du serpent. En face du diable, il ne fit pas montre de prudence, mais seulement de simplicité. Car il consentit aux persuasions du diable et ne se conforma pas au précepte du Seigneur avec ce qu'il impliquait de menaces; et du même coup il perdit la vie qu'il possédait et reçut en échange la mort qu'il ignorait. Vraiment il est très juste que l'homme soit tombé dans le piège de la mort, car il méprisa le Seigneur qui voulait son bien et fit alliance avec le diable qui voulait son mal. Que nul donc ne retourne contre Dieu la faute du premier homme! Que nul n'accuse Dieu notre Père d'avoir méprisé l'homme! Car le diable pouvait persuader l'homme, mais non lui donner la volonté de consentir à la suggestion mauvaise. C'est bien évident: Dieu ne voulait pas qu'Adam péchât, puisqu'il tint à le prémunir avant la faute. Adam pouvait mépriser le serpent, mais il ne voulut pas obéir à Dieu. Adam pouvait se soumettre à Dieu, il ne le voulut pas, il préféra suivre le diable. Il avait devant lui ces deux options: il pouvait obéir à Dieu, pourquoi ne le voulut-il pas? Il pouvait ne pas suivre le diable, pourquoi le voulut-il? C'est ainsi qu'il perdit la gloire de la vie et acquit le péril de la mort.
R/. In sudóre vultus tui vescéris pane tuo, dixit Dóminus ad Adam; * Cum operátus fúeris terram, non dabit fructus suos, sed spinas et tríbulos germinábit tibi. V/. Pro eo quod obœdísti voci uxóris tuæ plus quam me, maledícta terra in ópere tuo. * Cum. R/. Le Seigneur dit à l'homme: C'est à la sueur de ton visage que tu gagneras ton pain; * Lorsque tu devras cultiver le sol, il ne produira pas ses fruits, mais te donnera des épines et des chardons. V/. Parce que tu as obéi aux suggestions de ta femme, plutôt qu'à moi, le sol est maudit à cause de toi. * Lorsque.
Lectio II Lecture II
Sed decéptum Adam et diáboli fráudibus circumvéntum clementíssimus líberat Deus: ut per Christum credéndo accíperet, quod per diábolum contemnéndo amíserat; et quibus modis mors in sæculum vénerat, iísdem modis vita sæculo proveníret. Lignum enim per Adam operátum est mortem; lignum per Christum operátum est vitam. Et quem diábolus persuadéndo deiécit, eum Dóminus liberándo salvávit. Mais cet Adam trompé et joué par les artifices du diable, le Dieu très clément le délivre. Dans la foi, il va recevoir par le Christ ce que dans son mépris il a perdu par le diable; et la vie sera rendue au monde par les mêmes moyens qui avaient fait entrer la mort dans le monde. Car le bois, par Adam, a causé la mort, mais le bois, par le Christ, a fait œuvre de vie. Et l'homme que le diable séducteur avait jeté à terre, le Seigneur libérateur l'a sauvé.
R/. In sudóre vultus tui vescéris panem, donec revertáris in terram de qua sumptus es, * Quia terra es et in terram revertéris. V/. Cum operátus fúeris eam non dabit fructus suos, sed spinas et tríbulos germinábit tibi. * Quia. R/. C'est à la sueur de ton visage que tu gagneras ton pain, jusqu'à ce que tu retournes à la terre dont tu proviens; * Car tu es terre et tu retourneras à la terre. V/. Lorsque tu devras cultiver le sol, il ne produira pas ses fruits, mais te donnera des épines et des chardons. * Car.
Lectio III Lecture III
Sed divérsis tempóribus ista ómnia gesta sunt, princípio et fine, inítio et último, primo et novíssimo, in exórdio et suprémo. Sérvitus inítio, libértas in último; luctus in princípio, gáudium in postrémo; in primo mors, in novíssimo vita; in exórdio intéritus, glória in suprémo. Per Adam et Christum, per Evam et Maríam, per serpéntem et ángelum. Mors per Adam, vita per Christum; Evam serpens sedúxit, María Gabriéli consénsit; sed sedúctio Evæ áttulit mortem, consénsus Maríæ péperit a sæculo Salvatórem. Restaurátur per Maríam, quod per Adam fúerat captivátum; per Gabriélem promíttitur quod per diábolum fúerat desperátum. Mais tout cela s'est passé en divers temps: le premier et le dernier, le commencement et la fin, le début et le terme, l'exorde et la conclusion. Esclavage d'abord, liberté en dernier lieu; le deuil au commencement et la joie pour la fin; la mort au premier temps, et au dernier la vie. En exorde la mort, et la gloire en conclusion. Les acteurs sont Adam et le Christ, Ève et Marie, le serpent et l'ange. La mort vient par Adam, et la vie par le Christ; le serpent séduit Ève, et Marie accepte le message de Gabriel. La séduction d'Ève produit la mort, le consentement de Marie enfante celui qui, de toute éternité, est Sauveur. Adam captif est reconquis par Marie, Gabriel rend l'espérance qui, par la faute du diable, était comme perdue.
R/. Ecce Adam quasi unus ex nobis factus est, sciens bonum et malum; * Vidéte ne forte sumat de ligno vitæ et vivat in ætérnum. V/. Chérubim et flámmeum gládium atque versátilem ad custodiéndam viam ligni vitæ. * Vidéte. V/. Glória Patri. * Vidéte. R/. Voilà que l'homme est devenu comme l'un de nous par la connaissance du bien et du mal! * Maintenant, ne permettons pas qu'il s'empare du fruit de l'arbre de vie et qu'il vive éternellement! V/. Des kéroubim, armés d'un glaive fulgurant, gardaient l'accès de l'arbre de vie. * Maintenant. V/. Gloire au Père. * Maintenant.