Vigiles (OSB) du lundi 15 janvier 2018 -

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria II Lundi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Génesis Du livre de la Genèse
Lectio I Lecture I
Erat univérsa terra lábii uníus et sermónum eorúndem. Cumque proficisceréntur de oriénte, invenérunt campum in terra Sénnaar et habitavérunt in eo. Dixítque alter ad próximum suum: " Veníte, faciámus láteres et coquámus eos igni. " Habuerúntque láteres pro saxis et bitúmen pro cæménto. Et dixérunt: " Veníte, faciámus nobis civitátem et turrim, cuius culmen pertíngat ad cælum, et faciámus nobis nomen, ne dividámur super fáciem univérsæ terræ. " Tout le monde se servait d'une même langue et des mêmes mots. Comme les hommes se déplaçaient à l'orient, ils trouvèrent une vallée au pays de Shinéar et ils s'y établirent. Ils se dirent l'un à l'autre: " Allons! Faisons des briques et cuisons-les au feu! " La brique leur servit de pierre et le bitume leur servit de mortier. Ils dirent: " Allons! Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet pénètre les cieux! Faisons-nous un nom et ne soyons pas dispersés sur toute la terre! "
R/. Dixit Dóminus ad Adam: De ligno quod est in médio paradísi ne cómedas; * In qua hora coméderis, morte moriéris. V/. Ex omni ligno paradísi cómede; de ligno autem sciéntiæ boni et mali ne cómedas. * In qua. R/. Le Seigneur fit à l'homme cette interdiction: L'arbre qui est au milieu du paradis, tu n'en mangeras pas; * Car le jour où tu en mangerais, tu serais condamné à mourir. V/. Tu peux manger les fruits de tous les arbres du jardin; mais quant à l'arbre de la connaissance du bien et du mal, tu n'en mangeras pas. * Car.
Lectio II Lecture II
Descéndit autem Dóminus, ut vidéret civitátem et turrim, quam ædificavérunt fílii hóminum, et dixit Dóminus: " Ecce unus est pópulus et unum lábium ómnibus; et hoc est inítium operatiónis eórum, nec eis erit deínceps diffícile, quidquid cogitáverint fácere. Veníte ígitur, descendámus et confundámus ibi linguam eórum, ut non intéllegat unusquísque vocem próximi sui. " Atque ita divísit eos Dóminus ex illo loco super fáciem univérsæ terræ, et cessavérunt ædificáre civitátem. Or le Seigneur descendit pour voir la ville et la tour que les hommes avaient bâties. Et le Seigneur dit: " Voici que tous font un seul peuple et parlent une seule langue, et tel est le début de leurs entreprises! Maintenant, aucun dessein ne sera irréalisable pour eux. Allons! Descendons! Et là, confondons leur langage pour qu'ils ne s'entendent plus les uns les autres. " Le Seigneur les dispersa de là sur toute la face de la terre et ils cessèrent de bâtir la ville.
R/. Dum deambuláret Dóminus in paradíso ad auram post merídiem, clamávit et dixit: Adam, ubi es? Audívi, Dómine, vocem tuam * Et abscóndi me. V/. Vocem tuam audívi in paradíso et tímui eo quod nudus essem * Et. R/. Alors qu'il se promenait dans le jardin à la brise du jour, le Seigneur Dieu appela l'homme et lui dit: Où es-tu donc? Seigneur, j'ai entendu ta voix * Et je me suis caché. V/. Je t'ai entendu dans le jardin, j'ai pris peur parce que je suis nu, * Et.
Lectio III Lecture III
Et idcírco vocátum est nomen eius Babel, quia ibi confúsum est lábium univérsæ terræ, et inde dispérsit eos Dóminus super fáciem univérsæ terræ. Hæ sunt generatiónes Sem. Sem centum erat annórum, quando génuit Arpháxad biénnio post dilúvium; vixítque Sem, postquam génuit Arpháxad, quingéntos annos et génuit fílios et fílias. Aussi la nomma-t-on Babel, car c'est là que le Seigneur confondit le langage de tous les habitants de la terre et c'est de là qu'il les dispersa sur toute la face de la terre. Voici la descendance de Sem: Quand Sem eut cent ans, il engendra Arpakshad, deux ans après le déluge. Après la naissance d'Arpakshad, Sem vécut cinq cents ans et il engendra des fils et des filles.
R/. In sudóre vultus tui vescéris panem, donec revertáris in terram de qua sumptus es, * Quia terra es et in terram revertéris. V/. Cum operátus fúeris eam non dabit fructus suos, sed spinas et tríbulos germinábit tibi. * Quia. V/. Glória Patri. * Quia. R/. C'est à la sueur de ton visage que tu gagneras ton pain, jusqu'à ce que tu retournes à la terre dont tu proviens; * Car tu es terre et tu retourneras à la terre. V/. Lorsque tu devras cultiver le sol, il ne produira pas ses fruits, mais te donnera des épines et des chardons. * Car. V/. Gloire au Père. * Car.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Enarratiónibus sancti Augustíni epíscopi in psalmos (Enar. in ps. 54, 11: CCL 39, 664-665) Commentaire de saint Augustin sur le psaume 54
Lectio I Lecture I
Submérge, Dómine, et dívide linguas eórum. Atténdit tribulántes se et adumbrántes se, et optávit hoc, non de ira, fratres. Qui se male extulérunt, éxpedit eis ut submergántur; qui male conspiravérunt, éxpedit eis ut linguæ eórum dividántur; ad bonum conséntiant, et concórdent linguæ illórum. Si autem in idípsum advérsum me susurrábant, ait, omnes inimíci mei, perdant idípsum in malo; dividántur linguæ eórum, non sibi conséntiant. Seigneur, précipite-les et divise leurs langues. C'est l'expression d'un désir, non d'un mouvement de colère, car le psalmiste avait vu ceux qui le persécutaient et l'accusaient. À ceux qui se sont élevés pour le mal, il est utile d'être précipités; pour ceux qui conspirent le mal, il convient que leurs langues soient divisées; qu'ils s'accordent pour le bien et qu'ils parlent tous le même langage. Tous mes ennemis, dit-il ailleurs, murmuraient ensemble contre moi. Qu'ils perdent cet accord pour le mal, que leurs langues soient divisées, qu'ils ne s'entendent plus.
R/. Ecce Adam quasi unus ex nobis factus est, sciens bonum et malum; * Vidéte ne forte sumat de ligno vitæ et vivat in ætérnum. V/. Chérubim et flámmeum gládium atque versátilem ad custodiéndam viam ligni vitæ. * Vidéte. R/. Voilà que l'homme est devenu comme l'un de nous par la connaissance du bien et du mal! * Maintenant, ne permettons pas qu'il s'empare du fruit de l'arbre de vie et qu'il vive éternellement! V/. Des kéroubim, armés d'un glaive fulgurant, gardaient l'accès de l'arbre de vie. * Maintenant.
Lectio II Lecture II
Submérge, Dómine, et dívide linguas eórum. Submérge, quare? Quia se extulérunt. Dívide, quare? Quia in malum conspiravérunt. Turrem illam recordáre superbórum factam post dilúvium; quid dixérunt supérbi? " Ne pereámus dilúvio, faciámus altam turrem. " Supérbia se munítos esse arbitrabántur, exstruxérunt altam turrem; et Dóminus divísit linguas ipsórum. Tunc se cœpérunt non intellégere: hinc facta est orígo linguárum multárum. Antea enim una lingua erat; sed una lingua concórdibus próderat, una lingua humílibus próderat; at ubi illa colléctio in conspiratiónem supérbiæ præcipitáta est, pepércit illis Deus ut divíderet linguas, ne se intellegéndo perniciósam fácerent unitátem. Seigneur, précipite-les et divise leurs langues. Précipite-les. Pourquoi? Parce qu'ils se sont élevés. Divise. Pourquoi? Parce qu'ils ont conspiré le mal. Souviens-toi de cette tour bâtie par les orgueilleux après le déluge. Qu'avaient-ils dit? " Pour ne pas périr dans un nouveau déluge, construisons une tour élevée. " Ils se croyaient à l'abri par leur orgueil; ils construisirent une tour élevée, et le Seigneur divisa leurs langues. Alors ils commencèrent à ne plus s'entendre, et se forma la multitude des langues. Il n'y avait qu'une seule langue jusque là; elle était utile aux hommes qui s'entendaient dans le bien, elle était utile aux humbles; mais lorsque leur accord se changea en conspiration d'orgueil, Dieu les épargna en divisant leurs langues pour qu'ils ne puissent plus se comprendre et former une pernicieuse unité.
R/. Ubi est Abel frater tuus? Dixit Dóminus ad Cain. Néscio, Dómine. Numquid custos fratris mei sum ego? Et dixit ad eum: Quid fecísti? * Ecce vox sánguinis fratris tui Abel clamat ad me de terra. V/. Maledícta terra in ópere tuo, quæ apéruit os suum et súscepit sánguinem fratris tui de manu tua. * Ecce. R/. Le Seigneur dit à Caïn: Où est ton frère Abel? Je ne sais pas, Seigneur. Est-ce que je suis le gardien de mon frère? Le Seigneur reprit: Qu'as-tu fait? * La voix du sang de ton frère, Abel, crie de la terre vers moi! V/. Maintenant elle est maudite à cause de toi, cette terre qui a ouvert la bouche pour boire le sang de ton frère, versé par ta main. * La voix.
Lectio III Lecture III
Per supérbos hómines divísæ sunt linguæ, per húmiles apóstolos congregátæ sunt linguæ: spíritus supérbiæ dispérsit linguas, Spíritus Sanctus congregávit linguas. Quando enim Spíritus Sanctus venit super discípulos, ómnium linguis locúti sunt, ab ómnibus intellécti sunt; linguæ dispérsæ, in unum congregátæ sunt. Ergo si adhuc sæviunt et gentíles sunt, éxpedit eis divísas habére linguas. Volunt unam linguam, véniant ad Ecclésiam; quia et in diversitáte linguárum carnis, una est lingua in fide cordis. L'orgueil des hommes a divisé les langues, l'humilité des apôtres les a réunies; l'esprit de superbe les a dispersées, l'Esprit Saint les a rassemblées. Lorsque l'Esprit Saint, en effet, descendit sur les disciples, ils parlèrent toutes les langues et tous les comprirent; les langues dispersées furent réunies. Si donc les hommes agissent encore par méchanceté et sont encore païens, il est bon pour eux que leurs langues soient divisées. S'ils ne veulent qu'une langue unique, qu'ils viennent dans l'Église: là, dans la diversité des langues humaines, unique est le langage de la foi des cœurs.
R/. Ecce eícis me hódie a fácie terræ et a fácie tua, dixit Cain ad Dóminum; omnis, qui invénerit me, occídet me. * Non erit ita; sed omnis qui occíderit Cain, séptuplum puniétur, dicit Dóminus. V/. Maior est iníquitas mea quam ut véniam mérear. * Non erit ita. V/. Glória Patri. * Virga. R/. Caïn dit au Seigneur: Voici qu'aujourd'hui tu m'as chassé de ma terre, et je dois me cacher loin de toi; le premier venu, qui me rencontrera, me tuera! Le Seigneur lui répondit: * Mais non, si quelqu'un tue Caïn, Caïn sera vengé sept fois. V/. Mon péché est trop grand pour obtenir le pardon! * Mais non. V/. Gloire au Père. * Mais non.