Vigiles (OSB) du mardi 16 janvier 2018 -

Hebdomada II per annum IIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
éditer éditer
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Génesis Du livre de la Genèse
Lectio I Lecture I
Dixit Dóminus ad Abram: " Egrédere de terra tua et de cognatióne tua et de domo patris tui in terram, quam monstrábo tibi. Faciámque te in gentem magnam et benedícam tibi et magnificábo nomen tuum, erísque in benedictiónem. Benedícam benedicéntibus tibi et maledicéntibus tibi maledícam, atque in te benedicéntur univérsæ cognatiónes terræ! " Le Seigneur dit à Abram: " Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, pour le pays que je t'indiquerai. Je ferai de toi un grand peuple, je te bénirai, je magnifierai ton nom; sois une bénédiction! Je bénirai ceux qui te béniront, je réprouverai ceux qui te maudiront. Par toi se béniront tous les clans de la terre. "
R/. Locútus est Dóminus ad Abraham, dicens: Egrédere de terra et de cognatióne tua, et veni in terram quam monstrávero tibi; * Et fáciam te créscere in gentem magnam. V/. Benedícens benedícam tibi et multiplicábo te. * Et fáciam. R/. Le Seigneur adressa la parole à Abraham: Sors de ton pays, laisse ta parenté, va dans le pays que je te montrerai; * Je ferai naître de toi une grande nation. V/. Je te comblerai de bénédictions et je multiplierai ta descendance. * Je ferai naître.
Lectio II Lecture II
Egréssus est ítaque Abram, sicut præcéperat ei Dóminus, et ivit cum eo Lot. Septuagínta quinque annórum erat Abram, cum egrederétur de Charran. Tulítque Sárai uxórem suam et Lot fílium fratris sui universámque substántiam, quam acquisíverant, et ánimas quas fécerant in Charran, et egréssi sunt, ut irent in terram Chánaan; et venérunt in terram Chánaan. Pertransívit Abram terram usque ad locum Sichem, usque ad Quercum Moreh. Chananus autem tunc erat in terra. Appáruit autem Dóminus Abram et dixit ei: " Sémini tuo dabo terram hanc. " Qui ædificávit ibi altáre Dómino qui apparúerat ei. Et inde transgrédiens ad montem, qui erat contra oriéntem Bethel, teténdit ibi tabernáculum suum ab occidénte habens Bethel et ab oriénte Hai; ædificávit quoque ibi altáre Dómino et invocávit nomen Dómini. Perrexítque Abram de mansióne in mansiónem usque ad Nageb. Abram partit, comme lui avait dit le Seigneur, et Lot partit avec lui. Abram avait soixante-quinze ans lorsqu'il quitta Harân. Abram prit sa femme Saraï, son neveu Lot, tout l'avoir qu'ils avaient amassé et le personnel qu'ils avaient acquis à Harân; ils se mirent en route pour le pays de Canaan et ils y arrivèrent. Abram traversa le pays jusqu'au lieu saint de Sichem, au Chêne de Moré. Les Cananéens étaient alors dans le pays. Le Seigneur apparut à Abram et dit: " C'est à ta postérité que je donnerai ce pays. " Et là, Abram bâtit un autel au Seigneur qui lui était apparu. Il passa de là dans la montagne, à l'orient de Béthel, et il dressa sa tente, ayant Béthel à l'ouest et Aï à l'est. Là, il bâtit un autel au Seigneur et il invoqua son nom. Puis, de campement en campement, Abram alla au Négeb.
R/. Movens ígitur Abram tabernáculum suum, venit et habitávit iuxta convállem Mambre, * Ædificavítque ibi altáre Dómino. V/. Dixit autem Dóminus ad eum: Leva in circúitu óculos tuos et vide: omnem terram, quam cónspicis, tibi dabo et sémini tuo in sempitérnum. * Ædificavítque. R/. Abram déplaça son campement et alla s'installer près de la vallée de Mambré; * Et là, il dressa un autel au Seigneur. V/. Le Seigneur lui dit: Lève les yeux tout alentour et regarde: tout le pays que tu vois, je te le donnerai, à toi et à ta postérité, pour toujours. * Et là.
Lectio III Lecture III
Abram autem erat dives valde in pecóribus, argénto et auro. Et proféctus est de mansióne in mansiónem a Nageb in Bethel usque ad locum, ubi prius fíxerat tabernáculum inter Bethel et Hai, in loco altáris quod fécerat prius, et invocávit ibi nomen Dómini. Abram était très riche en troupeaux, en argent et en or. Ses campements le conduisirent du Négeb jusqu'à Béthel, à l'endroit où sa tente s'était dressée d'abord entre Béthel et Aï, à l'endroit de l'autel qu'il avait érigé précédemment, et là, Abram invoqua le nom du Seigneur.
R/. Crédidit Abraham Deo, et reputátum est ei ad iustítiam; * Et ídeo amícus Dei appellátus est. V/. Fuit autem iustus coram Dómino, et ambulávit in viis eius; * Et ídeo. V/. Glória Patri. * Et ídeo. R/. Abraham eut foi en Dieu, et de ce fait Dieu estima qu'il était juste; * C'est pourquoi il reçut le nom d'ami de Dieu. V/. Abraham fut un homme juste aux yeux du Seigneur, il marcha selon ses voies; * C'est pourquoi. V/. Gloire au Père. * C'est pourquoi.
éditer éditer
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus sancti Cæsárii Arelaténsis epíscopi (Sermo 81, 1: CCL 103, 333-334) Sermon de saint Césaire d'Arles
Lectio I Lecture I
Audívimus Dóminum beáto Abrahæ dicéntem: Egrédere de terra tua et de cognatióne tua et de domo patris tui. Omnia enim, fratres caríssimi, quæ in Véteri Testaménto conscrípta sunt, novi testaménti typum et imáginem prætulérunt, sicut Apóstolus dicit: Omnia enim in figúra contingébant illis; scripta sunt autem propter nos, in quos finis sæculórum devénit. Si ergo propter nos scripta sunt, quod tunc in Abraham corporáliter légimus factum, si sancte et iuste vívimus, spiritáliter in nobis vidémus implétum: Egrédere, inquit Dóminus, de terra tua et de cognatióne tua et de domo patris tui. Nous avons entendu le Seigneur s'adresser à Abraham en ces termes: Quitte ton pays, ta famille et la maison de ton père. Il est certain, mes très chers frères, que tout ce qui est écrit dans l'Ancien Testament préfigure sous forme d'exemple et d'allégorie le Nouveau Testament; cela nous est confirmé par l'Apôtre, lorsqu'il dit: Cela leur arrivait pour servir d'exemple; or cela a été écrit pour notre instruction, à nous qui touchons à la fin des temps. Par conséquent, si ces écrits nous sont destinés, il faut nous attendre à ce que s'accomplissent spirituellement en nous les événements qu'Abraham a vécus réellement, dans la mesure où nous vivons religieusement et dans le respect de la justice. Quitte ton pays, ta famille et la maison de ton père, dit le Seigneur.
R/. Factus est sermo Dómini ad Abraham, dicens: Noli timére, Abraham, * Ego protéctor tuus sum, et merces tua magna nimis. V/. Ego enim sum Dóminus Deus tuus, qui edúxi te de Ur Chaldæórum. * Ego protéctor tuus. R/. Le Seigneur adressa la parole à Abraham en ces termes: Ne crains pas, Abraham, * Je suis moi-même, pour toi, un bouclier, un surabondant et merveilleux salaire! V/. C'est moi le Seigneur ton Dieu, qui t'ai fait sortir d'Our en Chaldée. * Je suis.
Lectio II Lecture II
Hæc ómnia, fratres, per sacraméntum baptísmi in nobis et crédimus et sentímus impléri. Terra nostra caro nostra est; bene de terra nostra egrédimur, quando carnáles consuetúdines deseréntes Christi vestígiis inhærémus. Quasi non tibi vidétur felíciter de terra sua, id est de se ipso égredi, qui de supérbo effícitur húmilis, pátiens ex iracúndo, castus ex luxurióso, largus ex cúpido, benígnus ex ínvido, plácidus ex cruénto? Vere, fratres, felíciter de terra sua egréditur, qui pro Dei amóre táliter commutátur. Dénique étiam in collocutióne priváta ita loqui consuévimus ut, si áliquis malus homo súbito bona ópera cœperit exercére, dicámus de illo: " Exiit iste de se. " Tout cela, mes frères, se trouve réalisé en nous par le sacrement du baptême; nous le croyons et nous le ressentons ainsi. Notre pays, c'est notre chair; nous parvenons à quitter notre pays quand nous nous détournons des habitudes charnelles pour suivre les traces du Christ. D'ailleurs, cela ne vous réjouit-il pas de le voir quitter son pays, c'est-à-dire sortir de lui-même, l'orgueilleux qui se fait humble, le coléreux qui se fait pacifique, le débauché qui se fait chaste, l'avare qui se fait généreux, l'envieux qui se fait bienveillant, le cruel qui se fait doux? Et précisément, mes frères, celui pour lequel quitter son pays est une réussite, est celui en qui une telle transformation s'opère pour l'amour de Dieu. J'ajouterai enfin que nous avons coutume de dire, entre nous, à propos de quelqu'un de mauvais qui se mettrait subitement à faire de bonnes actions: " Cet homme-là est sorti de lui-même."
R/. Vocávit ángelus Dómini Abraham de cælo, dicens: Benedícam tibi * Et multiplicábo te sicut stellas cæli. V/. Et benedicéntur in te omnes tribus terræ, quia obœdísti voci meæ. * Et multiplicábo. R/. L'Ange du Seigneur appela Abraham du haut du ciel et dit: Je te comblerai de bénédictions, * Je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du firmament. V/. Puisque tu m'as obéi, toutes les nations de la terre s'adresseront l'une à l'autre la bénédiction par ton nom. * Je.
Lectio III Lecture III
Et vere bene de se exísse dícitur, qui repudiátis vítiis virtútibus delectátur. Egrédere, inquit Dóminus, de terra tua. Terra nostra, id est, caro nostra ante baptísmum terra moriéntium fuit, per baptísmum facta est terra vivéntium. Ipsa est illa terra de qua psalmísta commémorat dicens: Credo vidére bona Dómini in terra vivéntium. Terra ergo vivéntium et non moriéntium, id est virtútum et non vitiórum, ut dixi, per baptísmum facti sumus: si tamen post accéptum baptísmum ad vitiórum non revértimur volutábrum, si póstea quam terra vivéntium facti sumus, ópera mortis obnóxia et luxuriósa non fácimus. L'expression sortir de soi-même convient tout à fait à celui qui se complaît dans la vertu après s'être débarrassé de ses vices. Quitte ton pays, dit le Seigneur. Notre pays, c'est-à-dire notre chair, qui avant le baptême portait la mort en elle-même, et qui devient terre de vie par le baptême. C'est cette même terre que le psalmiste évoque lorsqu'il dit: Je le crois, je verrai la bonté du Seigneur sur la terre des vivants; par le baptême, nous sommes devenus terre des vivants et non des mourants, autrement dit des vertus et non des vices, à la condition toutefois que nous ne regagnions pas le bourbier du vice une fois baptisés et que, devenus terre des vivants, nous ne commettions pas d'actes funestes et coupables.
R/. Dum staret Abraham ad ílicem Mambre, vidit tres púeros: * Tres vidit et unum adorávit. V/. Dómine, si invéni grátiam in óculis tuis, transíte et requiéscite in loco isto. * Tres vidit. V/. Glória Patri. * .Tres vidit R/. Comme Abraham se tenait près du chêne de Mambré, il vit trois jeunes gens: * Il en vit trois et se prosterna devant l'Unique. V/. Seigneur, si j'ai pu trouver grâce à tes yeux, reposez-vous ici, en passant. * Il en vit trois. V/. Gloire au Père. * Il en vit trois.