Vigiles (OSB) du samedi 27 janvier 2018 - de la férie

Hebdomada III per annum IIIème semaine dans l'année
Sabbato Samedi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Génesis Du livre de la Genèse
Lectio I Lecture I
Hæ sunt generatiónes Isaac fílii Abraham: Abraham génuit Isaac; qui, cum quadragínta esset annórum, duxit uxórem Rebéccam fíliam Bathuélis Aramæi de Paddánaram, sorórem Laban Arami. Deprecatúsque est Isaac Dóminum pro uxóre sua, eo quod esset stérilis. Qui exaudívit eum et dedit concéptum Rebéccæ. Sed collidebántur in útero eius párvuli. Quæ ait: " Si sic est, cur mihi? " Perrexítque ut consúleret Dóminum. Qui respóndens ait: " Duæ gentes sunt in útero tuo, et duo pópuli ex ventre tuo dividéntur; populúsque pópulum superábit et maior sérviet minóri. " Voici l'histoire d'Isaac fils d'Abraham. Abraham engendra Isaac. Isaac avait quarante ans lorsqu'il épousa Rébecca, fille de Bétuel, l'Araméen de Paddân-Aram, et sœur de Laban l'Araméen. Isaac implora le Seigneur pour sa femme, car elle était stérile: le Seigneur l'exauça et sa femme Rébecca devint enceinte. Or les enfants se heurtaient en elle et elle dit: " S'il en est ainsi, à quoi bon vivre? " Elle alla donc consulter le Seigneur, et le Seigneur lui dit: " Il y a deux nations en ton sein, deux peuples, issus de toi, se sépareront, un peuple dominera un peuple, l'aîné servira le cadet. "
R/. Locútus est Dóminus ad Abraham, dicens: Egrédere de terra et de cognatióne tua, et veni in terram quam monstrávero tibi; * Et fáciam te créscere in gentem magnam. V/. Benedícens benedícam tibi et multiplicábo te. * Et . R/. Le Seigneur adressa la parole à Abraham: Sors de ton pays, laisse ta parenté, va dans le pays que je te montrerai; * Je ferai naître de toi une grande nation. V/. Je te comblerai de bénédictions et je multiplierai ta descendance. * Je ferai naître.
Lectio II Lecture II
Iam tempus pariéndi vénerat, et ecce gémini in útero eius. Qui primus egréssus est rufus erat et totus quasi pállium pilósum; vocatúmque est nomen eius Esau. Póstea frater eius egrédiens plantam Esau tenébat manu, et idcírco appellátum est nomen eius Iacob. Sexagenárius erat Isaac, quando nati sunt párvuli. Quand vint le temps de ses couches, voici qu'elle portait des jumeaux. Le premier sortit: il était roux et tout entier comme un manteau de poils; on l'appela Ésaü. Ensuite sortit son frère et sa main tenait le talon d'Ésaü; on l'appela Jacob. Isaac avait soixante ans à leur naissance.
R/. Dum staret Abraham ad radícem Mambre, vidit tres púeros descendéntes per viam: * Tres vidit et unum adorávit. V/. Dixit Dóminus ad Abraham: Ecce Sara uxor tua páriet tibi fílium, et vocábis nomen eius Isaac. * Tres vidit. R/. Comme Abraham se tenait au pied du chêne de Mambré, il vit trois jeunes gens qui descendaient le chemin: * Il en vit trois et se prosterna devant l'Unique. V/. Le Seigneur dit à Abraham: Ta femme, Sara, te donnera un fils, et tu l'appelleras Isaac. * Il en vit trois.
Lectio III Lecture III
Quibus adúltis, factus est Esau vir gnarus venándi et homo agréstis; Iacob autem vir compósitus et hábitans in tabernáculis. Isaac amábat Esau, eo quod de venatiónibus illíus libénter vescerétur; et Rebécca diligébat Iacob. Coxit autem Iacob pulméntum; ad quem, cum venísset Esau de agro lassus, ait: " Da mihi de coctióne hac rufa, quia óppido lassus sum. " Quam ob causam vocátum est nomen eius Edom (id est Rufus). Cui dixit Iacob: " Vende mihi prius primogénita tua. " Ille respóndit: " En mórior; quid mihi próderunt primogénita? " Ait Iacob: " Iura ergo mihi. " Iurávit et véndidit primogénita. Et sic, accépto pane et lentis edúlio, comédit et bibit; surréxit et ábiit parvipéndens quod primogénita vendidísset. Les garçons grandirent: Ésaü devint un habile chasseur, courant la steppe, Jacob était un homme tranquille, demeurant sous les tentes. Isaac préférait Ésaü car le gibier était à son goût, mais Rébecca préférait Jacob. Une fois, Jacob prépara un potage et Ésaü revint de la campagne, épuisé. Ésaü dit à Jacob: " Laisse-moi avaler ce roux, ce roux-là; je suis épuisé " - C'est pourquoi on l'a appelé Édom. - Jacob dit: " Vends-moi d'abord ton droit d'aînesse. " Ésaü répondit: " Voici que je vais mourir, à quoi me servira le droit d'aînesse? " Jacob reprit: " Prête-moi d'abord serment "; il lui prêta serment et vendit son droit d'aînesse à Jacob. Alors Jacob lui donna du pain et du potage de lentilles, il mangea et but, se leva et partit. C'est tout le cas qu'Ésaü fit du droit d'aînesse.
R/. Tentávit Deus Abraham et dixit ad eum: Tolle fílium tuum quem díligis, Isaac, et ófferes illum ibi in holocáustum * Super unum móntium quem díxero tibi. V/. Immola Deo sacrifícium laudis et redde Altíssimo vota tua; * Super. V/. Glória Patri. * Super. R/. Dieu mit Abraham à l'épreuve. Il lui dit: Prends ton fils, celui que tu aimes, Isaac; tu l'offriras en sacrifice * Sur la montagne que je t'indiquerai. V/. Offre à Dieu le sacrifice d'action de grâce, accomplis tes vœux envers le Très-Haut; * Sur la montagne. V/. Gloire au Père. * Sur la montagne.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Sermónibus sancti Ambrósii Autpérti abbátis (Sermo in Purificatione, 3: CC CM 27B, 987) Sermon de saint Ambroise Autpert
Lectio I Lecture I
O quam parvus! O quam magnus est quem genuísti! Parvus in humanitáte, magnus in divinitáte. Parvus in regno Iudæórum, magnus in regno géntium. Sed non ab ómnibus in regno Iudæórum parvus æstimátus est. Nam et ipsa quæ hunc peperísti, ex ipso pópulo Israel in virgam crevísti. Virga enim de radíce Iesse surrexísti, et floruísti virga Aaron, fronduísti et nucem peperísti. Comme il est petit et comme il est grand, celui que tu as mis au monde! Il est petit dans son humanité, grand dans sa divinité. Il est petit dans le royaume des Juifs, grand dans le royaume des païens. Mais, dans le royaume des Juifs, tous ne l'ont pas estimé petit. Toi-même, qui l'as mis au monde, tu as grandi comme un rameau issu de ce peuple d'Israël. Car tu es le rameau qui s'est levé de la racine de Jessé, tu es le rameau d'Aaron qui a fleuri; tu as produit des feuilles et donné ton amande.
R/. Angelus Dómini vocávit Abraham, dicens: Ne exténdas manum tuam super púerum, * Eo quod tímeas Dóminum. V/. Et benedicéntur in te omnes tribus terræ. * Eo quod. R/. L'Ange du Seigneur appela Abraham et dit: Ne porte pas la main sur l'enfant, * Puisque tu crains Dieu. V/. Toutes les tribus de la terre s'adresseront l'une à l'autre la bénédiction par ton nom, * Puisque.
Lectio II Lecture II
Et quia præ ómnibus immensitátem eius agnovísti, quem tam parvíssimum ex te natum vidísti, procul dúbio quem infántem genuísti, Deum omnipoténtem tremens adorásti, adórans tremuísti; quæ tamen secúndum humanitátem Fílium recognovísti, lactásti, fovísti, aluísti. Quis putas nobis possit indicáre in te huiúsmodi obséquia, ánimi tui sensum, o beatíssima Virgo, cum hinc cérneres ex te natum tantíllum infántem, illinc atténderes Deum imménsum? Hinc creátum, illinc creatórem; hinc infírmum, illinc fortíssimum; hinc aléndum, illinc aléntem; hinc non loquéntem, illinc ángelos docéntem? Et certes, bien avant tout le monde, tu as reconnu l'immensité de celui que tu as vu si petit, né de toi. Aussi, sans aucun doute, celui que tu as engendré en tant qu'enfant, en tant que Dieu tout-puissant, tu l'as adoré en tremblant et tu as tremblé en l'adorant. Et pourtant, tu as reconnu le Fils selon son humanité, tu l'as allaité, réchauffé, nourri. Qui donc, selon toi, pourrait nous montrer quels étaient en toi les hommages, quel transport de l'âme, ô bienheureuse Vierge lorsque, d'une part, tu regardais ce si petit enfant né de toi et que, d'autre part, tu appliquais ton esprit au Dieu immense? Ici la créature, là le créateur; ici le faible, là le tout-puissant; ici celui qu'il fallait nourrir, là celui qui nourrit; ici celui qui ne parlait pas, là celui qui enseigne aux anges!
R/. Deus dómini mei Abraham, dírige viam meam, * Ut cum salúte revértar in domum dómini mei. V/. Obsecro, Dómine, fac misericórdiam cum servo tuo, * Ut. R/. Dieu de mon maître Abraham, guide ma route, * Afin que je revienne sain et sauf à la maison de mon maître. V/. Je t'en supplie, Seigneur, sois bon envers ton serviteur, * Afin que.
Lectio III Lecture III
Quis, inquam, péctoris arcána nobis reseráre váleat, quibus modis cogitátum ad útraque flectébas, cum unum eumdémque Deum et hóminis Fílium mánibus tenens, hinc adoráres ut Dóminum, illinc oscularéris ut párvulum? Quis ad tam ineffábile miráculum non obstupéscat? Quis non pene elínguis fiat? Génerat púella suum et ómnium creatórem, portat suum et ómnium rectórem. O admirándum spectáculum, ad quod non solum humána, verum étiam angélica obstupéscit natúra! Qui, dis-je, serait capable d'ouvrir pour nous les secrets de ton cœur, en quelle manière tu inclinais tes pensées vers l'un, puis vers l'autre, lorsque, tenant en tes mains celui qui est tout à la fois Dieu et fils de l'homme, tu l'adorais ici comme Seigneur, et là tu l'embrassais comme un petit enfant? Qui ne serait stupéfait devant un miracle aussi ineffable? Qui ne deviendrait presque sans voix? Une jeune fille engendre son créateur et le créateur de tous; elle porte celui qui la conduit et qui les conduit tous. Spectacle admirable! Devant lui ce n'est pas seulement la nature humaine qui est stupéfaite, mais aussi la nature angélique!
R/. Veni hódie ad fontem aquæ, et orávi Dóminum, dicens: * Dómine, Deus Abraham, tu prósperum fecísti desidérium meum. V/. Igitur puélla cui díxero: Da mihi aquam de hýdria tua ut bibam; et illa díxerit: Bibe, dómine, et camélis tuis potum tríbuam; ipsa est quam præparávit Dóminus fílio dómini mei. * Dómine. V/. Glória Patri. * Dómine. R/. Je suis arrivé aujourd'hui près de la fontaine, et j'ai prié le Seigneur en disant: * Seigneur, Dieu d'Abraham, tu as fait réussir mon projet. V/. Accorde-moi que la jeune fille à qui je dirai: Laisse-moi boire, s'il te plaît, un peu d'eau de ta cruche; et qui me répondra: Bois, mon seigneur, et je vais aussi puiser de l'eau pour tes chameaux; - qu'elle soit la femme que le Seigneur destine au fils de mon maître. * Seigneur. V/. Gloire au Père. * Seigneur.