Vigiles (OSB) du vendredi 2 février 2018 - PRESENTATION DU SEIGNEUR

Hebdomada IV per annum IVème semaine dans l'année
Feria VI Vendredi
IN PRAESENTATIONE DOMINI PRESENTATION DU SEIGNEUR
Festum Fête
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De libro Génesis Du livre de la Genèse
Lectio I Lecture I
Locútus est Deus ad Iacob: " Surge et ascénde Bethel et hábita ibi; facque altáre Deo qui appáruit tibi, quando fugiébas Esau fratrem tuum. " Iacob vero, convocáta omni domo sua, ait: " Abígite deos aliénos qui in médio vestri sunt, et mundámini ac mutáte vestiménta vestra. Surgámus et ascendámus in Bethel, ut faciámus ibi altáre Deo, qui exaudívit me in die tribulatiónis meæ et sócius fuit itíneris mei. " Dedérunt ergo ei omnes deos aliénos quos habébant, et ináures quæ erant in áuribus eórum; at ille infódit ea subter Quercum quæ est prope urbem Sichem. Cumque profécti essent, terror Dei invásit omnes per circúitum civitátes, et non sunt ausi pérsequi fílios Iacob. Dieu dit à Jacob: " Debout! Monte à Béthel et fixe-toi là-bas. Tu y feras un autel au Dieu qui t'est apparu lorsque tu fuyais la présence de ton frère Ésaü. " Jacob dit à sa famille et à tous ceux qui étaient avec lui: " Otez les dieux étrangers qui sont au milieu de vous, purifiez-vous et changez vos vêtements. Partons et montons à Béthel! J'y ferai un autel au Dieu qui m'a exaucé lorsque j'étais dans l'angoisse et m'a assisté dans le voyage que j'ai fait. " Ils donnèrent à Jacob tous les dieux étrangers qu'ils possédaient et les anneaux qu'ils portaient aux oreilles, et Jacob les enfouit sous le chêne qui est près de Sichem. Ils levèrent le camp et une terreur divine tomba sur les villes d'alentour: on ne poursuivit pas les fils de Jacob.
R/. Ego, Dóminus omnípotens, créscere te fáciam, * Multiplicáre gentes et pópulos natiónum tuárum. V/. Reges de lumbis tuis egrediéntur; terram quam dedi Abraham, Isaac, dabo tibi. * Multiplicáre. R/. Moi, le Dieu tout-puissant, je te rendrai fécond, * Je multiplierai les tribus et les peuples des nations issues de toi. V/. Des rois sortiront de ta postérité; la terre que j'ai donnée à tes pères, Abraham, Isaac, je te la donnerai. * Je multiplierai.
Lectio II Lecture II
Venit ígitur Iacob Luzam, quæ est in terra Chánaan, id est Bethel, ipse et omnis pópulus cum eo. Ædificavítque ibi altáre et appellávit nomen loci illíus Deus Bethel; ibi enim appáruit ei Deus, cum fúgeret fratrem suum. Eódem témpore mórtua est Debóra nutrix Rebéccæ et sepúlta est ad radíces Bethel subter quercum; vocatúmque est nomen loci illíus Quercus fletus. Jacob arriva à Luz, au pays de Canaan, - c'est Béthel, - lui et tous les gens qu'il avait. Là, il construisit un autel et appela le lieu El Béthel, car Dieu s'y était révélé à lui lorsqu'il fuyait la présence de son frère. Alors mourut Débora, la nourrice de Rébecca, et elle fut ensevelie au-dessous de Béthel, sous le chêne; aussi l'appela-t-on le Chêne-des-Pleurs.
R/. Si Dóminus Deus meus fúerit mecum in via ista qua ego ámbulo, et custodíerit me, et déderit mihi panem ad edéndum et vestiméntum quo opériar, et revocáverit me cum salúte, * Erit mihi Dóminus in refúgium, et lapis iste in signum. V/. Vere Dóminus est in loco isto, et ego nesciébam. * Erit mihi. R/. Si le Seigneur mon Dieu est avec moi sur le chemin où je marche, s'il me protège, s'il me donne du pain à manger et des vêtements pour me couvrir, et s'il me ramène sain et sauf, * Le Seigneur sera pour moi un refuge; et cette pierre, un mémorial. V/. Vraiment, le Seigneur est en ce lieu! Et moi, je ne le savais pas. * Le Seigneur.
Lectio III Lecture III
Appáruit íterum Deus Iacob, postquam revérsus est de Paddánaram, benedixítque ei dicens: " Non vocáberis ultra Iacob, sed Israel erit nomen tuum ", et appellávit eum Israel. Dixítque ei: " Ego Deus omnípotens. Cresce et multiplicáre; gens et congregátio natiónum erunt ex te, reges de lumbis tuis egrediéntur. Terrámque, quam dedi Abraham et Isaac, dabo tibi; et sémini tuo post te dabo terram hanc. " Et ascéndit ab eo Deus. Ille vero eréxit títulum lapídeum in loco quo locútus ei fúerat Deus, libans super eum libámina et effúndens óleum vocánsque nomen loci illíus Bethel. Dieu apparut encore à Jacob, à son retour de Paddân Aram, et il le bénit. Dieu lui dit: " Ton nom est Jacob, mais on ne t'appellera plus Jacob, ton nom sera Israël. " Aussi l'appela-t-on Israël. Dieu lui dit: " Je suis El Shaddaï. Sois fécond et multiplie. Une nation, une assemblée de nations naîtra de toi et des rois sortiront de tes reins. Le pays que j'ai donné à Abraham et à Isaac, je te le donne, et à ta postérité après toi je donnerai ce pays. " Et Dieu remonta d'auprès de lui. Jacob dressa une stèle à l'endroit où il lui avait parlé, une stèle de pierre, sur laquelle il fit une libation et versa de l'huile. Et Jacob donna le nom de Béthel au lieu où Dieu lui avait parlé.
R/. Appáruit Deus Iacob et benedíxit eum et dixit: * Ego sum Deus Bethel, ubi unxísti lápidem et votum vovísti mihi. Créscere te fáciam et multiplicábo te. V/. Appáruit íterum Deus Iacob, postquam revérsus est de Mesopotámia Sýriæ, dixítque ad eum: * Ego sum. V/. Glória Patri. * Ego sum. R/. Le Seigneur Dieu apparut à Jacob, il le bénit et lui dit: * Je suis le Dieu de Béthel, où tu m'as consacré une pierre, et où tu m'as fait un vœu. Je te rendrai fécond et je multiplierai ta descendance. V/. Le Seigneur Dieu apparut de nouveau à Jacob après son retour de la Mésopotamie de Syrie, et lui déclara: * Je suis. V/. Gloire au Père. * Je suis.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Homilíis sancti Gregórii Magni papæ in Ezechiélem (Lib. 2, hom. 1, 5: SC 360, 56-60) Homélie de saint Grégoire le Grand sur Ézéchiel
Lectio I Lecture I
Ierúsalem quæ ædificátur ut cívitas. Quia enim illa intérnæ pacis vísio ex sanctórum cívium congregatióne constrúitur, Ierúsalem cæléstis ut cívitas ædificátur. Quæ tamen in hac peregrinatiónis terra dum flagéllis percútitur, tribulatiónibus túnditur, eius lápides cotídie quadrántur. Et ipsa est cívitas, scílicet sancta Ecclésia, quæ regnatúra in cælo adhuc labórat in terra. Cuius cívibus Petrus dicit: Et vos tamquam lápides vivi superædificámini. Et Paulus ait: Dei agricultúra, Dei ædificátio estis. Quæ vidélicet cívitas habet hic in sanctórum móribus magnum iam ædifícium suum. In ædifício quippe lapis lápidem portat, quia lapis super lápidem pónitur, et qui portat álterum, portátur ab áltero. Jérusalem se construit comme une ville. Vision de paix intérieure, la Jérusalem du ciel se constitue par le rassemblement des saints: voilà pourquoi elle se construit comme une ville. Tout au long de son pèlerinage sur la terre, elle subit les assauts des persécutions, les coups des épreuves: ses pierres, ainsi, chaque jour sont taillées. Telle est notre cité, la sainte Église: elle doit régner dans les cieux, mais, sur terre, elle demeure encore plongée dans la souffrance. À tous ses habitants, saint Pierre adresse ces paroles: Et vous, tels des pierres vivantes, entrez dans la construction de l'édifice spirituel. Et saint Paul: Vous êtes le champ de Dieu, l'édifice de Dieu. Car cette ville, elle se trouve déjà largement construite ici-bas dans la façon de vivre des saints. Or, dans toute construction, une pierre porte une autre pierre, car chaque pierre est posée sur une autre pierre. Et celle qui en porte une autre est elle aussi portée par une autre pierre.
R/. Orávit Iacob et dixit: Dómine, qui dixísti mihi: Revértere in terram nativitátis tuæ, * Erue me de manu fratris mei, quia valde eum tímeo. V/. Deus, in cuius conspéctu ambulavérunt patres mei; Dómine, qui pascis me a iuventúte mea, * Erue me. R/. Jacob se mit à prier en ces termes: Seigneur, toi qui me disais: Retourne en ton pays natal, * Délivre-moi de la main de mon frère, car j'en ai grande frayeur. V/. Dieu, mes pères n'ont-ils pas marché en ta présence? Seigneur, n'es-tu pas mon berger depuis mon jeune âge? * Délivre-moi.
Lectio II Lecture II
Sic ítaque, sic in sancta Ecclésia unusquísque et portat álterum et portátur ab áltero. Nam vícissim se próximi tólerant, ut per eos ædifícium caritátis surgat. Hinc enim Paulus ádmonet, dicens: Invicem ónera vestra portáte, et sic adimplébitis legem Christi. Cuius legis virtútem denúntians, ait: Plenitúdo legis cáritas. Si enim ego vos portáre néglego in móribus vestris, et vos me toleráre contémnitis in móribus meis, caritátis inter nos ædifícium unde surgit, quos vicária diléctio per patiéntiam non coniúngit? In ædifício autem, ut prædíximus, lapis qui portat portátur, quia sicut ego iam mores eórum tólero qui adhuc in conversatióne boni óperis rudes sunt, ita ego quoque ab illis tolerátus sum, qui me in timóre Dómini præcessérunt et portavérunt, ut portátus portáre díscerem. Sed ipsi quoque a maióribus suis portáti sunt. Il en est de même, oui, absolument de même, dans la sainte Église: chacun en soutient un autre, tout en étant lui-même soutenu. Les proches se supportent réciproquement, et grâce à eux surgit l'édifice de la charité. Paul nous en avertit: Portez les fardeaux les uns des autres, ainsi vous accomplirez la loi du Christ. Cette loi, il nous en fait connaître la perfection: L'amour est le plein accomplissement de la loi. Si donc moi, je ne fais pas l'effort de vous porter avec votre tempérament, et vous, si vous ne vous souciez pas de me supporter avec le mien, comment l'édifice de la charité peut-il se dresser parmi nous, puisque l'amour mutuel ne nous unit pas dans la patience? Dans un édifice, nous l'avons dit, la pierre qui soutient est elle-même soutenue; et moi, qui dois supporter la conduite de ceux qui sont encore des débutants dans leur conversion, j'ai été supporté par ceux qui m'ont précédé dans la crainte de Dieu et qui m'ont soutenu, afin qu'après avoir été porté, j'apprenne moi aussi à porter les autres. Eux-mêmes, d'ailleurs, ils avaient été portés par leurs anciens.
R/. Erit mihi Dóminus in Deum, et lapis iste, quem eréxi in títulum, vocábitur domus Dei; et de univérsis, quæ déderis mihi, * Décimas et hóstias pacíficas ófferam tibi. V/. Si Dóminus Deus meus fúerit mecum in via ista qua ego ámbulo, et custodíerit me, * Décimas. R/. Le Seigneur sera mon Dieu, et cette pierre que j'ai érigée en stèle s'appellera maison de Dieu; et de tout ce que tu m'as donné, * Je t'offrirai la dîme, Seigneur, et des victimes en sacrifice de paix. V/. Si le Seigneur mon Dieu est avec moi sur le chemin où je marche, et s'il me protège, * Je t'offrirai.
Lectio III Lecture III
Omne autem pondus fábricæ fundaméntum portat, quia mores simul ómnium solus Redémptor noster tólerat. De quo Paulus ait: Fundaméntum enim áliud nemo potest pónere præter id quod pósitum est, quod est Christus Iesus. Portat fundaméntum lápides et a lapídibus non portátur, quia Redémptor noster ómnia nostra tólerat sed in ipso malum non fuit quod tolerári debuísset. Mores et culpas nostras solus ipse sústinet, qui totam sanctæ Ecclésiæ fábricam portat. Mais tout le poids de la construction, c'est le fondement qui le soutient. Je veux dire que notre Rédempteur supporte seul toutes les pierres à la fois. Saint Paul dit en effet: De fondement, nul ne peut en poser d'autre que celui qui s'y trouve, à savoir le Christ Jésus. Le fondement porte les pierres sans être porté par elles, parce que notre Rédempteur supporte toutes nos défaillances, alors que, libre de tout mal, il n'eut jamais, lui, à se faire porter. Il porte seul nos déficiences et nos péchés, lui qui soutient tout l'édifice de l'Église.
R/. Vidi Dóminum fácie ad fáciem, * Et salva facta est ánima mea. V/. Et dixit: Nequáquam vocáberis Iacob, sed Israel erit nomen tuum. * Et salva. V/. Glória Patri. * Et salva. R/. J'ai vu Dieu face à face, * Et j'ai eu la vie sauve. V/. Et il m'a dit: On ne t'appellera plus Jacob, mais Israël, ce qui veut dire: Fort-contre-Dieu. * Et. V/. Gloire au Père. * Et.