Vigiles (OSB) du mardi 13 février 2018 -

Hebdomada VI per annum VIème semaine dans l'année
Feria III Mardi
In primo nocturno, anno II Premier nocturne, année II
De Epístula prima beáti Pauli apóstoli ad Thessalonicénses De la première lettre de saint Paul aux Thessaloniciens 4, 1-18
Lectio I Lecture I
De cétero, fratres, rogámus vos et obsecrámus in Dómino Iesu, ut - quemádmodum accepístis a nobis quómodo vos opórteat ambuláre et placére Deo, sicut et ambulátis - ut abundétis magis. Scitis enim, quæ præcépta dedérimus vobis per Dóminum Iesum. Hæc est enim volúntas Dei, sanctificátio vestra, ut abstineátis a fornicatióne, ut sciat unusquísque vestrum suum vas possidére in sanctificatióne et honóre, non in passióne desidérii, sicut et gentes quæ ignórant Deum, ut ne quis supergrediátur neque circumvéniat in negótio fratrem suum, quóniam vindex est Dóminus de his ómnibus, sicut et prædíximus vobis et testificáti sumus. Non enim vocávit nos Deus in immundítiam sed in sanctificatiónem. Itaque, qui spernit, non hóminem spernit sed Deum, qui étiam dat Spíritum suum Sanctum in vos. FRères, nous vous le demandons et vous y engageons dans le Seigneur Jésus: vous avez reçu notre enseignement sur la manière de vivre qui plaît à Dieu, et déjà c'est ainsi que vous vivez; faites-y des progrès encore. Vous savez bien quelles prescriptions nous vous avons données de par le Seigneur Jésus. Et voici quelle est la volonté de Dieu: c'est votre sanctification; c'est que vous vous absteniez d'impudicité, que chacun de vous sache user du corps qui lui appartient avec sainteté et respect, sans se laisser emporter par la passion comme font les païens qui ne connaissent pas Dieu; que personne en cette matière ne supplante ou ne dupe son frère. Le Seigneur tire vengeance de tout cela, nous vous l'avons déjà dit et attesté. Car Dieu ne nous a pas appelés à l'impureté mais à la sanctification. Dès lors, qui rejette cela, ce n'est pas un homme qu'il rejette, c'est Dieu, lui qui vous a fait le don de son Esprit Saint.
R/. Tibi soli peccávi et malum coram te feci; miserére mei, * Ut iustificéris, Dómine, in sermónibus tuis. V/. Amplius lava me, Dómine, ab iniustítia mea, et a delícto meo munda me. * Ut iustificéris. R/. Contre toi seul, j'ai péché, ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait. * Ainsi, tu peux parler et montrer ta justice. V/. Lave-moi tout entier de ma faute, Seigneur, purifie-moi de mon offense. * Ainsi.
Lectio II Lecture II
De caritáte autem fraternitátis non necésse habétis, ut vobis scribam; ipsi enim vos a Deo edócti estis, ut diligátis ínvicem; étenim fácitis illud in omnes fratres in univérsa Macedónia. Rogámus autem vos, fratres, ut abundétis magis et óperam detis, ut quiéti sitis et ut vestrum negótium agátis et operémini mánibus vestris, sicut præcípimus vobis, ut honéste ambulétis ad eos, qui foris sunt, et nullíus áliquid desiderétis. Sur l'amour fraternel, vous n'avez pas besoin qu'on vous écrive, car vous avez personnellement appris de Dieu à vous aimer les uns les autres, et vous le faites bien envers tous les frères de la Macédoine entière. Mais nous vous engageons, frères, à faire encore des progrès en mettant votre honneur à vivre calmes, à vous occuper chacun de vos affaires, à travailler de vos mains, comme nous vous l'avons ordonné. Ainsi vous mènerez une vie honorable au regard de ceux du dehors et vous n'aurez besoin de personne.
Nolumus vos ignoráre, fratres, de dormiéntibus, ut non contristémini sicut et céteri, qui spem non habent. Si enim crédimus quod Iesus mórtuus est et resurréxit, ita et Deus eos, qui dormiérunt, per Iesum addúcet cum eo. Nous ne voulons pas, frères, que vous soyez ignorants au sujet des morts; il ne faut pas que vous vous désoliez comme les autres, qui n'ont pas d'espérance. Puisque nous croyons que Jésus est mort et qu'il est ressuscité, de même, ceux qui se sont endormis en Jésus, Dieu les emmènera avec lui.
R/. Miserére mei, Deus, miserére mei, quóniam in te confídit ánima mea; et in umbra alárum tuárum sperábo, * Donec tránseat iníquitas. V/. Clamábo ad Deum altíssimum, et ad Dóminum qui benefécit mihi. * Donec. R/. Pitié, mon Dieu, pitié pour moi! J'ai mis en toi ma confiance; j'ai mon refuge à l'ombre de tes ailes, * Aussi longtemps que dure le malheur. V/. Je crie vers Dieu, le Très-Haut, vers Dieu qui fera tout pour moi. * Aussi longtemps.
Lectio III Lecture III
Hoc enim vobis dícimus in verbo Dómini, quia nos, qui vívimus, qui relínquimur in advéntum Dómini, non præveniémus eos qui dormiérunt; quóniam ipse Dóminus in iussu, in voce archángeli et in tuba Dei descéndet de cælo, et mórtui, qui in Christo sunt, resúrgent primi; deínde nos, qui vívimus, qui relínquimur, simul rapiémur cum illis in núbibus óbviam Dómino in áera, et sic semper cum Dómino érimus. Itaque consolámini ínvicem in verbis istis. Voici en effet ce que nous avons à vous dire, sur la parole du Seigneur. Nous, les vivants, nous qui serons encore là pour l'Avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui seront endormis. Car lui-même, le Seigneur, au signal donné par la voix de l'archange et la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts qui sont dans le Christ ressusciteront en premier lieu; après quoi nous, les vivants, nous qui serons encore là, nous serons réunis à eux et emportés sur des nuées pour rencontrer le Seigneur dans les airs. Ainsi nous serons avec le Seigneur toujours. Réconfortez-vous donc les uns les autres de ces pensées.
R/. Parátum cor meum, Deus, parátum cor meum, * Cantábo et psalmum dicam Dómino. V/. Exsúrge, glória mea; exsúrge psaltérium et cíthara; exsúrgam dilúculo. * Cantábo. V/. Glória Patri. * Cantábo. R/. Mon cœur est prêt, mon Dieu, mon cœur est prêt, * Je veux chanter, jouer des hymnes au Seigneur. V/. Éveille-toi, ma gloire; éveillez-vous, harpe, cithare, que j'éveille l'aurore! * Je veux chanter. V/. Gloire au Père. * Je veux chanter.
In secundo nocturno, anno II Deuxième nocturne, année II
Ex Commentário sancti Ambrósii epíscopi in Epístulam primam ad Thessalonicénses (PL 17, 450) Commentaire de saint Ambroise sur la première Épître aux Thessaloniciens
Lectio I Lecture I
Consolámini vos ínvicem in his verbis. Sensu Dómini loqui se profitétur cum dicit: Hoc vobis dícimus in verbo Dómini. Ut enim fidam spem et ratam glóriam resurrectiónis sanctis promíssæ demónstret, órdinem ipsum, quómodo futúra sit, expónit, nutu iúdicis Christi, Sancto Spíritu intimánte; ut ipsa spe qui caros suos præmisérunt, non dóleant, addiscéntes quia in advéntu Dómini prióres resúrgent, qui in Christo moriúntur. Ipse enim Christus Dóminus voluntáte Patris, quasi primus ángelus de exércitu cælésti, sicut continétur in Apocalýpsi Ioánnis apóstoli, descéndet de cælo ad geréndum bellum nómine Dei contra antichrístum. Quo exstíncto, iussu eius resúrgent mórtui. Consolez-vous mutuellement avec ces paroles. L'Apôtre déclare qu'il parle dans le sens du Seigneur, lorsqu'il affirme: Cela, nous vous le disons sur la parole du Seigneur. En effet, pour manifester l'espérance certaine et la gloire garantie de la résurrection qui est promise aux saints, il expose l'ordre même et le mode suivant lesquels se fera cette résurrection, sur un signe du juge, le Christ, et par une impulsion de l'Esprit Saint. Avec une telle espérance, qu'ils ne se laissent donc pas aller à leur chagrin, ceux qui ont vu partir les êtres qu'ils aimaient! Car ils apprennent qu'au second avènement du Seigneur, ceux qui meurent dans le Christ ressusciteront les premiers. Le Christ lui-même, en effet, par la volonté du Père, descendra du ciel en qualité de premier ange de l'armée céleste, ainsi qu'il est écrit dans l'Apocalypse de l'apôtre Jean, pour conduire au nom de Dieu la guerre contre l'antichrist. Celui-ci une fois anéanti, les morts ressusciteront sur l'ordre du Christ.
R/. Adiútor meus, tibi psallam, quia, Deus, suscéptor meus es: * Deus meus misericórdia mea. V/. Eripe me de inimícis meis, Deus meus, et ab insurgéntibus in me líbera me. * Deus meus. R/. Je te fêterai, Dieu, ma forteresse: oui, mon rempart, c'est toi, * Le Dieu de mon amour! V/. Délivre-moi de mes ennemis, mon Dieu; de mes agresseurs, protège-moi, ô toi, * Le Dieu.
Lectio II Lecture II
Hoc est ergo in tuba Dei descéndere, nómine Dei bellum gérere; est enim, ut ipse dixit ad Iesum fílium Nave, dux et princeps exércitus Dómini, propter quod archángelus dícitur. Cum autem in tuba Dei descéndet, Deus est; quia utrúmque cóntinent Scriptúræ, sicut in Exodo, quem ángelum in flamma apparuísse Móysi légimus, statim ipsum in subiéctis esse Deum agnóscimus, id est Fílium Dei, dicénte eádem Scriptúra: Et accédens, inquit, Móyses avértit se; quia non pótuit consideráre in fáciem Dei. C'est cela, descendre au son de la trompe de Dieu: c'est conduire la guerre au nom de Dieu. Le Christ est, en effet, chef et prince de l'armée du Seigneur, ainsi qu'il le dit lui-même à Josué, fils de Navé; et c'est pourquoi on l'appelle archange. Mais, quand il descendra au son de la trompe de Dieu, il est Dieu, car les Écritures contiennent l'un et l'autre terme: dans l'Exode, nous lisons qu'un ange apparut à Moïse dans une flamme, mais aussitôt après nous reconnaissons que Dieu lui-même, c'est-à-dire le Fils de Dieu, est dans ceux qui agissent à sa place, car l'Écriture dit encore: Et Moïse qui approchait se détourna, car il ne put regarder Dieu en face.
R/. Eripe me de inimícis meis, Deus meus, * Et ab insurgéntibus in me líbera me. V/. Eripe me de operántibus iniquitátem, et de viris sánguinum salva me. * Et. R/. Délivre-moi de mes ennemis, mon Dieu; * De mes agresseurs, protège-moi. V/. Délivre-moi des hommes criminels; des meurtriers, sauve-moi. * De mes agresseurs.
Lectio III Lecture III
Deus ergo est, quia Fílius Dei verus est Deus; dux autem et princeps ídeo, quia caput ómnium est; quia per ipsum ómnia. Resurgéntibus ergo primis qui in Christo mórtui sunt, deínde nos qui vívimus, rapiémur una cum illis báiulis núbibus óbviam Christo in áera; ut cum Dómino omnes véniant ad prlium , et quos occíderat, vídeat vivos; quia sicut Dómino famulátæ sunt nubes, ita et his quos fratres suos dignátus est appelláre. Et sic semper cum Dómino érimus. In ipso enim raptu mors provéniet et quasi per sopórem, ut egréssa ánima in moménto reddátur. Cum enim tolléntur, moriéntur; ut perveniéntes ad Dóminum, præséntia Dómini recípiant ánimas; quia cum Deo mórtui esse non possunt. Itaque consolámini vos ínvicem in his verbis. Il est donc Dieu, parce que le Fils de Dieu est vrai Dieu; il est chef et prince, parce qu'il est la tête de tous, parce que toutes choses existent par lui. Ceux qui sont morts dans le Christ doivent donc ressusciter les premiers; ensuite, nous qui vivons, nous serons enlevés, réunis avec eux, portés sur les nuées à la rencontre du Christ dans les airs, afin que tous viennent au combat avec le Seigneur et qu'il voie vivants ceux qu'il avait fait mourir; car les nuées qui ont servi le Seigneur serviront également ceux qu'il a daigné appeler ses frères. Et ainsi, nous serons toujours avec le Seigneur. C'est dans l'instant même du rapt, en effet, que la mort surviendra, et comme par une torpeur, afin que l'âme sortie du corps lui soit rendue dans le moment. Car, à l'instant où ils seront enlevés, ils mourront, de sorte qu'en parvenant au Seigneur ils reçoivent leurs âmes en vertu de la présence du Seigneur. Car des morts ne peuvent être avec Dieu. Donc, consolez-vous mutuellement avec ces paroles.
R/. Ne perdíderis me, Dómine, cum iniquitátibus meis, * Neque in finem irátus resérves mala mea. V/. Miserére mei, Deus, miserére mei, quóniam in te confídit anima mea. * Neque. V/. Glória Patri. * Neque. R/. Seigneur, ne me condamne pas d'après mes péchés: * Ne reste pas irrité pour toujours, ne garde pas mémoire de mes fautes. V/. Pitié, mon Dieu, pitié pour moi! J'ai mis en toi ma confiance. * Ne reste pas. V/. Gloire au Père. * Ne reste pas.